Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions2Tremblement de terre en Islam méd...

Tremblement de terre en Islam médiéval : un avertissement ou un signe divin plutôt qu’un phénomène naturel ?

Earthquakes in Medieval Islam: A warning or divine sign rather than a natural phenomenon?
Jean-Charles Ducène
p. 257-273

Résumés

Dès l’émergence de l’islam le tremblement de terre est pris en compte, d’abord comme résultat de la volonté divine, puis sous l’influence des sciences grecques comme effet d’un mécanisme physique profane. Dans le premier cas, comme la nature créée est l’œuvre du Créateur, il n’est pas difficile de concevoir qu’il l’utilise comme instrument, mais pour quoi faire ? Le séisme apparaît ainsi polysémique : il augure, accompagne ou avertit d’un événement à portée universelle, mais il punit aussi des fautes morales. En pratique, l’imaginaire musulman médiéval voit cette intervention divine au travers de deux cosmologies distinctes, mais chacune syncrétique, réunissant des éléments mythiques antérieurs, comme le mont Qāf d’une part, l’ange, le taureau et la baleine d’autre part. Quant à la perspective « mécaniste », elle reprend la théorie aristotélicienne des exhalaisons terrestres pour justifier les secousses du sol par endroits, dans un jeu de poussées et de résistance mû par la chaleur.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Description factuelle et apeurée
L’interprétation morale
L’explication du phénomène
La cosmologie mythique
Essai d’interprétations rationnelles
Conclusion

Aperçu du texte

Les auteurs arabes médiévaux n’ont pas été insensibles face aux tremblements de terre qu’ils enregistraient ou interprétaient selon la culture du temps et leur propre vision du monde. Dans les cas les plus simples, les séismes sont notés à la date de leur survenue ou du moins quand le chroniqueur l’apprend s’il demeure loin du théâtre de l’événement. Cette littérature annalistique a donné lieu à plusieurs recensements. Cependant, les secousses sismiques et leurs effets sur l’habitat voire le paysage ont aussi alimenté la réflexion des lettrés qui pensaient le système du monde selon les lois de la nature ou selon une causalité qui remontait finalement à Dieu. Pour le dire différemment, selon une physique profane ou selon le dessein du Créateur qui intervenait directement dans sa création, le but des savants dans les deux cas était d’expliquer la raison du phénomène, le moment de sa survenue et l’étendue des territoires touchés.

Nous voudrions revenir ici, d’abord, sur quelques descrip...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Ducène, « Tremblement de terre en Islam médiéval : un avertissement ou un signe divin plutôt qu’un phénomène naturel ? »Revue de l’histoire des religions, 2 | 2024, 257-273.

Référence électronique

Jean-Charles Ducène, « Tremblement de terre en Islam médiéval : un avertissement ou un signe divin plutôt qu’un phénomène naturel ? »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2024, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13145 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11vdz

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Ducène

École Pratique des Hautes Études – PSL
(Sciences historiques et philologiques)
jean-charles.ducene[at]ephe.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search