Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions2Tectonique des mythes. Croyances ...

Tectonique des mythes. Croyances et théories zoroastriennes sur le tremblement de terre

Myths tectonics: Zoroastrian beliefs and theories on earthquakes
Samra Azarnouche
p. 275-297

Résumés

Si le séisme est avant tout un acte cosmogonique provoqué par l’intrusion du Mal dans le monde d’Ohrmazd, les récits zoroastriens décrivant le phénomène témoignent d’une remarquable confluence de mythes, de théories mécanistes et d’analogies biologiques. La tradition reflétée par les textes (Bundahišn 21e, Dēnkard III.93 et Dādestān ī Dēnīg 69) l’attribue tantôt au démon Čišmag et à ses acolytes atmosphériques, tantôt au sorcier Frāsyāb, deux figures qui ont aussi en commun d’être associées à la sécheresse. Certains épisodes qui les mettent en scène incluent également une mystérieuse apparition de Spandarmad, la déesse de la terre. Ces éléments indiquent que l’étiologie zoroastrienne des séismes était bien plus complexe et plus narrative que ce que les textes transmis jusqu’à nous donnent à voir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le séisme originel
Le mot « séisme » en moyen-perse zoroastrien
Čišmag et les démons čišmagiens
Frāsyāb et la déesse de la terre
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Parcouru de très nombreuses failles, le plateau iranien est situé sur une zone de subduction, à la jonction entre la plaque arabique et la plaque eurasiatique. La plaque de l’Arabie pousse la plaque iranienne vers le nord-est, et cette collision provoque la surrection de la chaîne du Zagros. Les séismes de grande magnitude sont donc fréquents en Iran, le plus meurtrier jamais répertorié étant survenu le 21 juin 1990 dans les provinces de Gilān et de Zanjān (7,7 sur l’échelle de Richter).

Les archéologues attribuent la destruction et l’abandon de nombreux sites anciens à des séismes, et la haute sismicité de la Médie (nord-ouest du plateau iranien), en particulier la région de Ragha (Rey), a bien été répertoriée par des historiens classiques. Selon Diodore de Sicile (Bibliothèque historique, 19.44.4‑5), au ive siècle avant notre ère, une série de violentes secousses détruisit de nombreuses villes de cette région et fit apparaître des rivières et des lacs. Le nom de « Ragha...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samra Azarnouche, « Tectonique des mythes. Croyances et théories zoroastriennes sur le tremblement de terre »Revue de l’histoire des religions, 2 | 2024, 275-297.

Référence électronique

Samra Azarnouche, « Tectonique des mythes. Croyances et théories zoroastriennes sur le tremblement de terre »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2024, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ve0

Haut de page

Auteur

Samra Azarnouche

École pratique des hautes études – PSL
(Sciences religieuses)
Centre de recherche sur le monde iranien
samra.azarnouche[at]ephe.psl.eu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search