Navigation – Plan du site

AccueilRevue de l'histoire des religions2Le Buddha comme épicentre sismiqu...

Le Buddha comme épicentre sismique et comme sismologue

The Buddha as seismic epicentre and seismologist
Vincent Eltschinger
p. 299-319

Résumés

Quelque abondants qu’ils soient dans les sources littéraires du bouddhisme indien, les séismes ne s’y laissent jamais réduire ou reconduire à des événements naturels et historiques, mais s’inscrivent dans un horizon « hiérohistorique ». Les tremblements de terre y font signe, célébrant les principaux événements de la biographie d’un (futur) buddha, manifestant les pouvoirs psychiques supérieurs de certains êtres (moines/nonnes, divinités) ou marquant l’approbation de la (déesse) Terre. L’intention salvifique à leur principe explique qu’ils soient perçus, sinon toujours comme agréables, du moins comme n’entraînant ni victimes ni dommages en dépit de leur caractère térébrant. Quoique largement dominante, cette interprétation voisine avec différents usages astrologiques et séismomantiques des tremblements de terre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Les séismes comme signes
Des séismes sans victimes ni dommages
Typologies des causes de séismes
Cosmologie et causalité « naturelle »
Facultés et causalités « surnaturelles »
Le poids des qualités morales
Le séisme comme témoignage et marque d’approbation
Le séisme comme enseignement salutaire
Éléments de séismomancie

Aperçu du texte

Les séismes comme signes

Dans un maître livre intitulé Les Catastrophes naturelles au Moyen Âge, Thomas Labbé a montré que la notion de « catastrophe naturelle » ne constitue qu’une grille de lecture parmi d’autres du phénomène naturel extrême, qu’un mode historiquement déterminé d’« événementialisation » de l’accident contingent. Selon lui, la catastrophe est un « paradigme » (p. 13) opérant « autant (sinon plus) à travers l’imaginaire et la sensibilité d’une société que par ses capacités rationnelles d’objectivisation de la réalité » (p. 29). Le terme de « catastrophe » n’est d’ailleurs guère en usage avant le début du xvie siècle et ne véhicule la plénitude de son sens moderne d’accident « destructeur et extrême […] touchant une collectivité » (p. 19) qu’à partir de la seconde moitié du xixe siècle. La catastrophe n’est dès lors que la façon moderne et contemporaine d’envisager la limite entre le normal et l’anormal et de « tradui[re] une rupture d’intelligibilité dans le quotidie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Eltschinger, « Le Buddha comme épicentre sismique et comme sismologue »Revue de l’histoire des religions, 2 | 2024, 299-319.

Référence électronique

Vincent Eltschinger, « Le Buddha comme épicentre sismique et comme sismologue »Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2024, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhr/13158 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ve1

Haut de page

Auteur

Vincent Eltschinger

École Pratique des Hautes Études – PSL
(Sciences religieuses)
Groupe de recherches en études indiennes
vincent.eltschinger[at]ephe.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search