Navigation – Plan du site

Nommer et classer les religions aux iie-ive siècles : la taxinomie « paganisme, judaïsme, christianisme »

Denominating and Classifying Religions in the 2nd-4th Century : The Taxonomy “Paganism, Judaism, Christianity”
Francesco Massa
p. 689-715

Résumés

L’article étudie la construction de la taxinomie « paganisme, judaïsme, christianisme » de la part des auteurs chrétiens des iie-ive siècles. Nouvelle arme de la rhétorique et de la pensée chrétienne, ce schéma se définit tout au long des premiers siècles de notre ère, alors que les auteurs chrétiens essaient de séparer l’identité religieuse des autres aspects de la vie sociale et politique. L’analyse permet de mettre en évidence les divers enjeux de la taxinomie selon les périodes : si aux iie-iiie siècles elle est notamment utilisée pour inscrire la présence des chrétiens dans le paysage religieux de l’Empire, au ive siècle elle devient une manière d’organiser le monde et d’imposer une nouvelle vision de la religion dans l’administration de l’Empire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été réalisé dans le cadre du laboratoire d’excellence LabexMed Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée portant la référence 10-LABX-0090. Il a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la recherche au titre du projet investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence no ANR-11-IDEX-0001‑02. – Je tiens à remercier les membres de l’UMR 7297 TDMAM pour les échanges et les discussions, toujours riches, lors de mon post-doctorat à Aix-en-Provence, et en particulier Christian Boudignon,

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un problème de catégories : chrétiens ou philosophes ?
Nommer pour tailler sa place dans l’Empire : premières classifications
Nommer pour gouverner l’Empire chrétien : une nouvelle taxinomie
Nommer les religions, mais sauver la culture
Nommer pour exclure : l’obsession de la classification antihérétique
Conclusions

Aperçu du début du texte

On appelle Grecs plutôt les gens qui participent à notre éducation que ceux qui ont la même nature que nous.
Isocrate, Panégyrique, 50.

Dans ce renouvellement, il n’y a plus ni Grec ou Juif, ni circoncis ou incirconcis, ni barbare ou Scythe, ni esclave ou homme libre ; mais le Christ est tout en tous.
Épître aux Colossiens, 3, 11.

Lorsque l’on se réfère aux diverses religions de l’Empire romain, on a tendance à utiliser un schéma composé de trois termes, « christianisme, judaïsme, paganisme » (ou « polythéisme »). Cette manière de penser, de décrire et d’analyser les religions de l’époque impériale n’est pas neutre et n’est pas le simple résultat d’une démarche descriptive. La représentation tripartite du monde religieux romain dérive des tentatives chrétiennes d’organiser et de classer la diversité religieuse de l’époque, et de montrer l’existence de trois groupes aux frontières bien établies. Cette taxinomie s’oppose à une réalité quotidienne où les identités religieuses n’étaient pas...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Massa, « Nommer et classer les religions aux iie-ive siècles : la taxinomie « paganisme, judaïsme, christianisme » », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2017, 689-715.

Référence électronique

Francesco Massa, « Nommer et classer les religions aux iie-ive siècles : la taxinomie « paganisme, judaïsme, christianisme » », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8829 ; DOI : 10.4000/rhr.8829

Haut de page

Auteur

Francesco Massa

Aix-Marseille Université – Centre national de la recherche scientifique
UMR 7297 TDMAM (Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale)
Université de Genève
Francesco.Massa@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals