Navigation – Plan du site

Augustinisme janséniste et délectation victorieuse. Le tournant polémique fénelonien dans la querelle catholique de la grâce

Jansenist augustinism and victorious delectation: the polemical fenelonian turn in the catholic quarrel over grace
Sylvio Hermann De Franceschi
p. 37-63

Résumés

De 1704 à 1714, Fénelon a multiplié les interventions dans la querelle janséniste en essayant d’imposer dans l’esprit du public l’idée que le jansénisme pouvait être identifié à la thèse selon quoi l’efficace de la grâce divine consistait dans un attrait de délectation victorieuse auquel il n’arrivait jamais que l’arbitre humain ne consentît pas. Le présent article montre que, pour la postérité, l’archevêque de Cambrai a été tenu pour le principal responsable d’un changement de trajectoire conceptuelle de la controverse antijanséniste dont les effets se sont ressentis jusqu’à la fin du xviiie siècle et qui a fait de la notion de delectatio uictrix le point central du débat entre augustiniens et molinistes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1/ La délectation victorieuse entre thomisme et augustinisme
2/ Le geste polémique fénelonien et son impact doctrinal
3/ La réception immédiate du legs polémique de Fénelon

Aperçu du début du texte

Désormais plus que centenaire, la moderne querelle catholique de la grâce atteint son paroxysme lors de la fulmination, le 8 septembre 1713, de la Bulle Vnigenitus, par laquelle le pape Clément XI entend porter un coup fatal au jansénisme. À l’origine, la controverse de gratia et libero arbitrio a opposé la Compagnie de Jésus aux frères prêcheurs. Ralliés à la doctrine de Molina, les jésuites ont organisé l’ensemble de leur doctrine autour du concept caractéristique de science moyenne, scientia media, soit la connaissance que Dieu a des futurs contingents. S’ils distinguent encore entre grâces suffisante et efficace, ils affirment que le simple consentement de la volonté au secours divin suffit pour transformer l’une en l’autre. De leur côté, les dominicains, défenseurs patentés des enseignements de saint Thomas d’Aquin, ont fondé leur système sur la notion cardinale de prémotion – ou prédétermination – physique, præmotio physica, par quoi ils désignent le supplément de vertu active...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvio Hermann De Franceschi, « Augustinisme janséniste et délectation victorieuse. Le tournant polémique fénelonien dans la querelle catholique de la grâce », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2018, 37-63.

Référence électronique

Sylvio Hermann De Franceschi, « Augustinisme janséniste et délectation victorieuse. Le tournant polémique fénelonien dans la querelle catholique de la grâce », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8843 ; DOI : 10.4000/rhr.8843

Haut de page

Auteur

Sylvio Hermann De Franceschi

École Pratique des Hautes Études, PSL Research
University Paris, Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584)
sylvio.de-franceschi@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals