Navigation – Plan du site

L’Ancien Testament et ses représentations dans la peinture de la seconde moitié du xixe siècle

The Old Testament and its Representations in the Second Half of the 19th Century
Yannick Le Pape
p. 65-95

Résumés

En dépit des critiques qui annonçaient son déclin, la représentation de l’Ancien Testament resta un thème majeur de la peinture du second xixe siècle. Le genre était pourtant d’autant plus périlleux que les modèles traditionnels étaient bousculés par les découvertes archéologiques au Proche-Orient et que l’époque, en sus de sa vocation laïque, accordait une place croissante à la science dans la lecture de ce que Gustave Larroumet appelait « les pages sombres de la Bible ». Pour les artistes, figurer l’Ancien Testament revenait donc à satisfaire des attentes contradictoires tant le respect des textes se heurtait aux exigences nouvelles d’authenticité et de spectaculaire, mais des toiles comme le Caïn de Cormon (1880) situaient peut-être précisément leur originalité (sinon leur modernité) dans cette audacieuse tentative pour concilier le propos biblique et les injonctions du naturalisme naissant.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Traditions d’atelier et découvertes archéologiques
Musées et voyages : des artistes en visite
Bible et poésie : l’autorité des textes
Croire et/ou comprendre
L’exigence d’une peinture documentée et attentive aux sources
Le rejet de la « Mascarade »
« Grandeur farouche » et « grandes machines » : la représentation de l’Ancien testament aux prises avec des attentes contradictoires
Conclusion : défis et défiance de la peinture religieuse à l’heure du naturalisme

Aperçu du début du texte

« La peinture religieuse a une importance morale tellement grande, au milieu de la société, qu’elle exige de notre part une attention particulière ». C’est ce que soutenait Auguste Galimard en 1849 à l’occasion du Salon, le rendez-vous mondain incontournable des artistes et des marchands d’art à Paris depuis le xviiie siècle. Il semble qu’il ait été entendu : les peintres mais aussi les critiques ont en effet beaucoup débattu, à partir de cette époque et durant les décennies suivantes, autour de la qualité, de la légitimité ou même de l’existence de la peinture religieuse. Cette effervescence reflétait certes l’importance accordée à la spiritualité par l’Académie de peinture, mais les débats, les prises de position et même les contradictions qui se firent jour dans ce domaine au milieu du xixe siècle manifestèrent aussi combien la mise en image des religions, à ce moment précis, prit véritablement un tour nouveau. En cause : une évolution inédite du contexte à l’heure de découvertes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Le Pape, « L’Ancien Testament et ses représentations dans la peinture de la seconde moitié du xixe siècle », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2018, 65-95.

Référence électronique

Yannick Le Pape, « L’Ancien Testament et ses représentations dans la peinture de la seconde moitié du xixe siècle », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8844 ; DOI : 10.4000/rhr.8844

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals