Navigation – Plan du site

Bouffons et clowns sacrés de l’Himālaya

Sacred Jesters and Clowns in the Himālaya
Gérard Toffin
p. 97-131

Résumés

Les populations des régions himālayennes dissocient mal le comique du sacré. Cinq catégories principales de clowns et de farceurs interviennent dans la vie cérémonielle et les fêtes collectives : les bouffons/faiseurs de tours, les clowns brāhmanes ou ascètes hindous, les clowns atsara tibétains, les bouffons chamaniques et les démons personnifiés. Ces personnages comiques s’apparentent aux puissances surnaturelles. Ce sont des figures équivoques, ambiguës, à la fois inquiétantes et attirantes, qui font sauter en éclats les frontières, renversent les statuts et introduisent un vent de liberté. Elles effrayent les mauvais esprits, plaisent aux divinités et concourent aux rituels de fertilité. Ces représentations appartiennent aux aspects les plus savants du religieux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les bouffons/faiseurs de tours (tricksters) himālayens
Les clowns brāhmanes et ascètes hindous
Divins fripons et bouffons sacrés tibétains, atsara
Les bouffons chamaniques
Les démons personnifiés
Conclusion

Aperçu du début du texte

« L’esprit de bouffonnerie est le seul qui autorise certaines audaces. »

Jean Cocteau,
Les Mariés de la Tour Eiffel,
(Paris, Gallimard, 1926)

Dans La Pensée sauvage, Claude Lévi-Strauss oppose le jeu au rite en ces termes : « Le jeu, affirme-t‑il, apparaît (…) comme disjonctif : il aboutit à la création d’un écart différentiel entre des joueurs individuels, ou à des camps, que rien ne désignait au départ comme inégaux. Pourtant, à la fin de la partie, ils se distingueront en gagnants et perdants. De façon symétrique et inverse, le rituel est conjonctif, car il institue une union (on peut dire ici une communion), ou, en tout cas, une relation organique, entre deux groupes (…) qui étaient dissociés au départ (…). Dans le cas du jeu, la symétrie est préordonnée (…). L’asymétrie, elle, est engendrée (…). Dans le cas du rituel on pose une asymétrie préconçue entre profane et sacré, fidèles et officiants, morts et vivants, initiés et non-initiés, etc., et le « jeu » consiste à faire passer ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Toffin, « Bouffons et clowns sacrés de l’Himālaya », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2018, 97-131.

Référence électronique

Gérard Toffin, « Bouffons et clowns sacrés de l’Himālaya », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8846 ; DOI : 10.4000/rhr.8846

Haut de page

Auteur

Gérard Toffin

Centre national de la recherche scientifique
gtoffin@vjf.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals