Navigation – Plan du site

De l’ecclesia médiévale à la societas moderne. Relecture de la dynamique sécularisante de l’Occident

Notes critiques
From Medieval Ecclesia to Modern Societas: a Rereading of the Secularizing Dynamics of the Occident. Critical Notes
Richard Figuier et Christophe Grellard
p. 133-146
Référence(s) :

À propos de Dominique Iogna-Prat, Cité de Dieu, cité des hommes. L’Église et l’architecture de la société 1200‑1500, Paris, PUF, 2016, 502 p., 25 €, 21,6 cm, ISBN 978‑2-13‑065215‑1.

Résumés

Sans pouvoir relever tous les aspects de livre de Dominique Iogna-Prat, Cité de Dieu, cité des hommes, les auteurs de cette note critique ont voulu plutôt ponctuer leur lecture de questions progressant peu à peu vers le point central de l’ouvrage : la construction de la modernité par transfert de sacralité. Elles concernent d’abord la double métonymie Église/église et le concept médiéval de cité, pour s’attacher ensuite au sens de l’appropriation d’Aristote à la fin du Moyen Âge, en terminant leur course par une interrogation sur le paradigme architectonique présidant à la naissance du monde moderne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une relation métonymique ?
Ville et cité
Un ordre des fins qui dure
Transfert et conflit de sacralité

Aperçu du début du texte

Voilà un livre audacieux qui prend des risques intellectuels afin de décaler notre regard et nous faire penser autrement. Audacieux car, au-delà du titre rassurant par sa formulation universitaire, il revêt de façon assumée la forme de l’essai qui n’est pas nécessairement la plus confortable pour le chercheur. Audacieux, surtout, parce qu’il ne s’agit rien moins ici que de repenser une quaestio vexata, une de ces questions cruciales mais peut-être indécidables, la question de la modernité, et de la sécularisation comme propriété essentielle de cette modernité : pourquoi la modernité serait-elle une question cruciale alors que nous sommes déjà peut-être dans l’ère de la postmodernité ? Tout simplement parce que c’est la clarification du basculement dans la modernité qui nous permet de comprendre d’où nous parlons, où nous nous situons, en mettant au jour un ensemble de structures souterraines, dissimulées par la sédimentation des événements, mais qui seules permettent de rendre compt...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Figuier et Christophe Grellard, « De l’ecclesia médiévale à la societas moderne. Relecture de la dynamique sécularisante de l’Occident », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2018, 133-146.

Référence électronique

Richard Figuier et Christophe Grellard, « De l’ecclesia médiévale à la societas moderne. Relecture de la dynamique sécularisante de l’Occident », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8847 ; DOI : 10.4000/rhr.8847

Haut de page

Auteurs

Richard Figuier

École française de Rome
richard.figuier@efrome.it

Articles du même auteur

Christophe Grellard

École Pratique des Hautes Études
christophe.grellard@ephe.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals