Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Camille Rouxpetel, L’Occident au miroir de l’Orient chrétien. Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (xiie-xive siècle), préface de Jacques Verger

Rome, École française de Rome (« Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », 369), 2015
Annick Peters-Custot
p. 169-171
Référence(s) :

Camille Rouxpetel, L’Occident au miroir de l’Orient chrétien. Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (xiie-xive siècle), préface de Jacques Verger, Rome, École française de Rome (« Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », 369), 2015, xii-581 p., 25 cm, 40 €, ISBN 978‑2-7283‑1121‑1.

Texte intégral

1L’auteur publie ici une version remaniée de sa thèse, rédigée sous la direction de Jacques Verger, qui en signe la préface. L’ouvrage affronte la question de la perception des chrétiens d’Orient par les voyageurs latins sur une chronologie large qui débute au moment où les croisades et la fondation des États latins d’Orient accrurent les déplacements des Latins en Terre sainte. La question est complexe car, essentiellement fondée sur les récits des voyageurs latins, elle implique de déterminer chaque contexte d’énonciation et de croiser les discours produits avec les traditions textuelles ou savantes qui le plus souvent recouvrent les expériences individuelles sous des couches stéréotypiques imposées : les voyageurs décrivent moins ce qu’ils ont vu que ce que le prisme des Écritures, de l’exégèse et des approches érudites leur commande de voir. Le sujet est donc à la croisée d’une anthropologie du contact et d’une sociologie de l’autorité savante. L’auteur y ajoute une approche ecclésiologique en se demandant si la perception d’une altérité intra-chrétienne, donc incomplète (les chrétiens d’Orient étant « semblables parce que chrétiens, et dissemblables parce qu’orientaux », p. 18) modifie la conception de l’Église et de la Christianitas. Ce qui intéresse Camille Rouxpetel est de l’ordre de la construction intellectuelle de la chrétienté post-grégorienne – construction intellectuelle plus qu’institutionnelle, le cadre qui créa les conditions des rencontres n’étant guère mis en relief (en particulier les modalités des pèlerinages et le rôle des ordres mendiants dans leur organisation). Le corpus documentaire, très vaste, permet de combiner la mise en lumière d’un paysage commun et ses nuances individuelles.

2Le discours se déroule en trois grandes parties. L’auteur explore d’abord les modifications du regard depuis l’étonnement initial jusqu’à la familiarisation créée par le bagage de connaissances préalable au voyage et à la rencontre. La seconde partie évalue la rencontre : le réel attaque-t‑il les représentations a priori ? La combinaison entre l’érudition et l’expérience vécue modifie-t‑elle la vision des chrétiens d’Orient ? La dernière partie étudie la formation d’un discours ni entièrement neuf, ni complètement répétitif, dans la transition entre la fraîcheur relative d’un témoignage spontané, et la construction d’une description influencée par les discours d’autorité. Le poids du lieu, la Terre sainte, est celui d’un acteur plus que d’un décor, tant il est imprégné de l’hyper-texte des Écritures – et les pages qui lui sont consacrées dans la lignée des études sur la spatialisation du sacré (Michel Lauwers, Dominique Iogna-Prat), démontrent combien les pèlerins, actualisant l’Évangile, éprouvent la spécificité du christianisme comme religion de l’Incarné. S’ajoutent les enjeux de l’ecclésiologie et de la politique, les voyages n’étant pas dénués d’intentions : la mission religieuse et l’intégration juridictionnelle des chrétiens d’Orient (encore que, on l’a dit, les implications institutionnelles soient un peu délaissées). L’ensemble conduit à évoquer une décentralisation du regard qui a pu modifier la conception de la christianitas.

3La démonstration, nourrie d’une bibliographie impressionnante et d’une attention serrée aux sources, aux catégories d’énonciation et aux trames discursives avance prudemment et méthodiquement. C’est une approche résolument érudite, littéraire, historiographique qui offre des perspectives neuves sur bien des sujets : l’émergence d’un discours ethnographique chrétien qui se détache progressivement des cadres traditionnels en intégrant les observations réalisées in situ ; la conscience, chez les contemporains, que la présence occidentale en Orient, en se pérennisant, met à l’épreuve les catégories admises – sont-ils encore des Occidentales ou sont-ils devenus des Orientales ? (p. 333‑341) – ; la matérialisation ecclésiologique d’une impérialité d’Église qui évite la reductio ad unum (l’intégration dans le giron romain ne peut donc signifier la réduction de la diversité des Églises orientales, p. 466). L’auteur met enfin en lumière des figures exceptionnelles, tel Humbert de Romans (p. 445‑450), capable de relayer les arguments des « Grecs » sur l’intégration du Filioque dans le Credo, et de partager leur appréciation du mauvais traitement des Byzantins après 1204 ; ou encore Jacques de Vérone qui renverse les codes et juge son monde à l’aune de l’Orient (p. 452‑456) ; tel enfin Burchard du Mont Sion qui relativise l’ampleur de la chrétienté romaine en contemplant une chrétienté orientale sous domination islamique, indépendante du pape, indifférente à lui et pourtant exemplaire.

4Quelques regrets : l’étude achoppe sur l’inutile « latinisation » ; elle oublie l’attachement pluri-séculaire de la Terre sainte au monde byzantin ainsi qu’une bibliographie byzantiniste largement sous-employée tant sur la présence normande en Orient (Jean-Claude Cheynet) que sur le monachisme syro-palestinien (p. 323‑324) et le « schisme » de 1054 (p. 292) qui, relu par Gilbert Dagron et Michel Kaplan, apparaît comme un effet de la réforme pontificale heurtant une chrétienté impériale statique – une vision commune avec celle d’Humbert de Romans (p. 446 n. 138) : « il apparaît que les Grecs sont pour ainsi dire les pères des Latins et cela doit davantage être imputé aux Latins, s’ils diffèrent d’eux, plutôt qu’aux Grecs ».

5Ce livre réalise ses ambitieux desseins et renouvelle la perception de ce qu’est l’altérité au Moyen Âge d’une manière qui n’aurait pas déplu à Jacques Le Goff. Les lignes qui suivent visent uniquement à en compléter le propos sur deux points : d’une part, les Latins du xiie siècle au contact des chrétiens d’Orient ne sont pas seulement encombrés d’une tradition biblique, patristique et érudite. Les stéréotypes occidentaux sur les chrétiens d’Orient sont antérieurs aux croisades, et formatent tout autant le regard. De nombreuses hagiographies latines des xe et xie siècles, décrivant l’arrivée d’ascètes orientaux plus ou moins réels en terre de latinité, dessinent un imaginaire occidental du moine d’Orient déjà fixé : spécialistes d’une ascèse sans concession, les saints orientaux ont une allure standardisée (longue barbe, maigreur) et fixent sur eux le désir de retour aux origines héroïques du monachisme dans la thébaïde imaginaire que se crée alors l’Occident. Ils viennent d’un Orient restreint, expression d’une géographie de l’Orient chrétien d’avant les croisades, qui exclut la Terre sainte et comprend la Sicile et surtout l’Arménie, lieu biblique de l’ancienne Alliance. Ces Vies latines s’achèvent par la fondation d’une communauté de culte autour de ces gyrovagues qui ont offert leur corps à des cités ou à des abbayes occidentales friandes de ces dévotions exotiques qui ont le goût de l’antiquité. Quand la barbe surgit comme stéréotype du moine d’Orient, c’est comme fruit d’une construction pluriséculaire.

6Il y a plus : lorsque l’auteur ne relève, dans une liste des grands Pères du monachisme conçue par un bénédictin du xie siècle (p. 436 n. 110), que quatre Latins (Jérôme, Augustin, Benoît et Colomban), elle est, tout comme son moine bénédictin, abusée par les quatre Pères (de Lérins), bien latins, mais présents sous leurs pseudonymes orientaux de Macaire, Sérapion, Paphnuce et Macaire. S’ils ont voulu se créditer d’une origine orientale, c’est que l’Orient était, dès le ve siècle, un label de qualité ascétique. Le cas des pseudonymes lériniens est extrême, mais l’invocation de la regula S. Basilii ou des Pères du désert joue le même rôle ailleurs : certifier la valeur d’expériences ascétiques par leur affiliation au monachisme oriental. Cette construction fait partie des bagages idéologiques que portent les Latins au même titre que leurs a priori dogmatiques et ecclésiologiques. Il en est de même pour l’image négative des « Grecs », assimilés aux sujets de l’empereur byzantin : ce n’est pas la croisade qui forge cette vision (p. 307) mais la littérature polémique qui naît dès la fin du ixe siècle afin de retirer à l’empereur byzantin le monopole sur le qualificatif de « Romain ». Même chose pour les topoi sur les Grecs traîtres et efféminés, qui empruntent aux stéréotypes de Virgile et de Juvénal, dont use Liutprand de Crémone au xe siècle.

7L’Occident a aussi connu, avant le xiiie siècle, l’intégration de chrétiens orientaux dans le giron de la papauté : les populations grecques de l’Italie conquise par les Hauteville furent rattachées à la juridiction romaine sans volonté de « latinisation », et même Innocent III exigea qu’on laissât l’Église italo-grecque suivre ses traditions liturgiques et disciplinaires. La « tolérance » ne put poser problème en Terre sainte qu’en vertu d’un raidissement lié à l’invasion du théologico-politique dans l’idée de christianitas. La défense de la pluralité des rites dans une Église unie par la foi n’est pas qu’un discours pèlerin (p. 464), elle fut défendue par les papes comme manifeste d’œcuménicité jusqu’à l’extinction du rite grec en Italie, au xviie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Peters-Custot, « Camille Rouxpetel, L’Occident au miroir de l’Orient chrétien. Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (xiie-xive siècle), préface de Jacques Verger », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2018, 169-171.

Référence électronique

Annick Peters-Custot, « Camille Rouxpetel, L’Occident au miroir de l’Orient chrétien. Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (xiie-xive siècle), préface de Jacques Verger », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 20 mars 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8871

Haut de page

Auteur

Annick Peters-Custot

Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique, Université de Nantes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals