Navigation – Plan du site

Les discours chrétiens sur la « fin des cultes » publics au Levant : l’argument des sanctuaires

Christian discourses on the “end of cults” in the Levant: the argument of cult places
Nicole Belayche
p. 209-232

Résumés

La « fin des cultes » est plus facile à repérer dans les sanctuaires, disparus par destruction volontaire, abandon ou réaffectation. Les religions traditionnelles, et leurs sociétés, sont construites sur la spatialité : l’espace sacré est à la fois le « lieu » du dieu et un lieu de repère culturel et identitaire qui dépasse le cadre rituel. Les discours chrétiens sur la « fin des cultes », parce qu’ils ont polémiqué avec des conceptions religieuses spatialisées (« paganisme » et judaïsme), se sont emparés de cette symbolique spatiale pour écrire le récit de la christianisation au Levant – à confronter au modèle utopien de Jonathan Z. Smith – et dessiner des exempla de saints hommes. Avec trois cas du ive siècle (Aelia Capitolina, Aphaca/Héliopolis et Gaza), on analyse l’argument des sanctuaires dans ces discours.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La spatialité des religions ritualistes
Les sanctuaires païens indiqués comme détruits expriment une profession de foi
Trois protagonistes divins à Aelia Capitolina selon Eusèbe
Aphaca/Héliopolis : la construction d’un mythe historiographique
Illustrer un évêque au Marneion de Gaza
Conclusion

Aperçu du début du texte

« La demeure des démons est devenue la maison de Dieu, la lumière du Seigneur a brillé là où les ténèbres la cachaient, là où se tenaient les sacrifices des idoles sont maintenant les chœurs des anges ».

Dans une lettre désormais bien connue qu’il écrivit à son maître Hermann Usener depuis Constantinople le 11 mars 1900, Franz Cumont confiait « [s]a résolution […] d’écrire un jour […] une histoire de [l]a disparition [du paganisme] – si vraiment il a disparu ». Joseph Geiger ne parle pas autrement près de cent ans plus tard : « a history, properly so called, of the end of paganism cannot perhaps ever be written ». Ce sont deux expressions parmi d’autres de la difficulté à fixer sur une échelle chronologique la « fin des cultes » pour employer une expression plus juste – puisque religio, id est cultus deum selon la formule de Cicéron. D’une part, comme le rappelle opportunément Christopher P. Jones, le « paganism was indestructible, in that it had never really existed except as en ent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Belayche, « Les discours chrétiens sur la « fin des cultes » publics au Levant : l’argument des sanctuaires », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2018, 209-232.

Référence électronique

Nicole Belayche, « Les discours chrétiens sur la « fin des cultes » publics au Levant : l’argument des sanctuaires », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8901 ; DOI : 10.4000/rhr.8901

Haut de page

Auteur

Nicole Belayche

École Pratique des Hautes Études – PSL Université Paris
nicole.belayche[at]ephe.sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals