Navigation – Plan du site

Fin des temples et fin des cultes à Ostie : une histoire complexe

The end of temples, the end of cults in Ostia: a complex history
Françoise Van Haeperen
p. 233-253

Résumés

La question de la fin des cultes et de la fin des temples est traitée à partir du cas d’Ostie, port de Rome, relativement bien documenté. Les recherches récentes et le renouvellement de l’historiographie permettent de poser un regard renouvelé sur cette thématique qui ne touche pas que l’Antiquité tardive. Sa complexité est illustrée à partir d’exemples relatifs tant aux cultes publics de la cité qu’aux sacra priuata pratiqués dans un cadre associatif.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Fin de temples et fin de culte, du ier s. av. n.è. au iiie s. de n.è.
Fin des temples et fin des cultes aux ive et ve s.
Le cas du mithraeum des thermes
Le réemploi tardo-antique de matériaux et d’inscriptions, un indice de la fin de temples
La survivance d’une festivité « païenne » au ve s.
Conclusion

Aperçu du début du texte

Ostie, port de Rome, offre une documentation abondante à l’historien qui s’intéresse à la vie religieuse d’une cité antique. Une bonne partie de la ville a en effet été fouillée, livrant son lot de vestiges et d’inscriptions. Il est ainsi possible de reconstituer assez précisément le paysage religieux de la cité portuaire, depuis le dernier siècle avant notre ère jusqu’à l’abandon définitif de la ville au début du ixe siècle. Sont attestés une vingtaine de lieux de culte publics, édifiés entre le ier siècle av. J.-C. et le iiie siècle apr. J.-C., mais aussi plusieurs dizaines de temples ou de chapelles relevant des sacra priuata : de collèges ayant pignon sur rue, d’associations professionnelles se réunissant sur leur lieu de travail ou d’associations de voisinage partageant un lieu de culte dans la cour de leur insula. Ces lieux de culte privés ont fonctionné sous l’Empire, souvent durant un laps de temps plus limité que les grands temples publics – nous y reviendrons. Il faut égal...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Van Haeperen, « Fin des temples et fin des cultes à Ostie : une histoire complexe », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2018, 233-253.

Référence électronique

Françoise Van Haeperen, « Fin des temples et fin des cultes à Ostie : une histoire complexe », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8902 ; DOI : 10.4000/rhr.8902

Haut de page

Auteur

Françoise Van Haeperen

Université catholique de Louvain
francoise.vanhaeperen[at]uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals