Navigation – Plan du site

Quelques réflexions méthodologiques sur les abandons de sanctuaires en Grèce antique

Some methodological thoughts on the abandonment of sanctuaries in ancient Greece
Alaya Palamidis
p. 255-273

Résumés

En raison du nombre très limité de sources écrites concernant la disparition de cultes en Grèce antique, ainsi que les difficultés importantes que pose leur interprétation, l’étude de ce phénomène est presque exclusivement possible grâce à l’analyse des données des fouilles archéologiques. Pourtant, l’identification de l’abandon d’un sanctuaire est souvent délicate, en raison notamment des conditions de fouilles mais également des processus post-dépositionnels qui peuvent entraîner une destruction des couches stratigraphiques supérieures. De plus, le culte d’un sanctuaire abandonné peut être transféré dans un nouveau sanctuaire, si bien que les sources archéologiques ne peuvent suffire à attester l’interruption d’un culte.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’identification de l’abandon d’un sanctuaire
La désacralisation des sanctuaires
Des rituels d’abandon
Des « faux négatifs » ?
Le contexte historique
Les transferts de cultes
Conclusion

Aperçu du début du texte

Comment identifier des disparitions de cultes dans le monde grec, lorsqu’elles ne sont pas liées à la concurrence du christianisme ? Les textes qui mentionnent de telles disparitions sont extrêmement rares et d’interprétation difficile. Ainsi, Hérodote relate la décision de Clisthène, tyran archaïque de Sicyone, de remplacer le culte du héros Adraste par celui de Mélanippe. L’historien précise cependant que l’hérôon d’Adraste est encore visible à son époque : faut-il dès lors supposer une continuité du culte d’Adraste ? Un passage de l’œuvre de Thucydide semble se référer à un épisode similaire, l’abandon du culte d’Hagnon, l’œciste d’Amphipolis, au profit de celui du général lacédémonien Brasidas au cours de la guerre du Péloponnèse ; dans ce cas, c’est la réalité même du culte d’Hagnon qui est débattue parmi les chercheurs.

Dès lors, toute étude des disparitions de cultes est nécessairement une étude des abandons de sanctuaires. Quelques sources écrites se réfèrent à de tels abando...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alaya Palamidis, « Quelques réflexions méthodologiques sur les abandons de sanctuaires en Grèce antique », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2018, 255-273.

Référence électronique

Alaya Palamidis, « Quelques réflexions méthodologiques sur les abandons de sanctuaires en Grèce antique », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8904 ; DOI : 10.4000/rhr.8904

Haut de page

Auteur

Alaya Palamidis

Université de Liège
alaya.palamidis[at]alumni.uliege.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals