Navigation – Plan du site

Raisons de l’abandon et du maintien de sanctuaires ruraux en Attique : quelques cas d’étude

Reasons for abandoning or maintaining rural sanctuaries in Attica: a few case studies
Lorenz E. Baumer
p. 275-289

Résumés

La recherche se concentre d’ordinaire sur les plus grands centres religieux de la Grèce antique. Les dits « sanctuaires ruraux » ne suscitent qu’un intérêt limité : il ne s’agirait que de manifestations cultuelles de caractère éphémère et local. On néglige, surtout en Attique, leur importance structurelle dans le système cultuel, en particulier pendant l’époque classique. Leur taille réduite et leur fréquentation surtout locale les rendaient en même temps très sensibles à tous les changements de la société. Souvent peu étudiés, ces sites cultuels dits de second rang sont pourtant des indicateurs importants pour une compréhension plus complète de la société.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. L’abandon des sanctuaires de montagne
2. La reprise des sanctuaires des hauteurs dans le contexte de la « démocratisation » de l’Attique
3. La diminution des sanctuaires ruraux durant les périodes hellénistique et romaine

Aperçu du début du texte

La fondation d’un sanctuaire fait en principe l’objet d’une attention particulière des chercheurs, pour sa chronologie et les pratiques de fondation, pour son évolution, enfin pour les questions de topographie cultuelle et les motivations religieuses en général. À l’autre bout de la vie d’un sanctuaire, la fin des activités et l’abandon volontaire ou involontaire d’un site cultuel ne suscitent d’habitude qu’un intérêt plutôt restreint, se limitant assez souvent à la seule question de sa datation. Les explications les plus courantes pour la disparition d’un lieu de culte sont soit l’avènement du christianisme et la suppression des cultes païens, soit la destruction par des éléments naturels, tremblement de terre ou incendie.

Mais ces deux explications ne répondent en fait qu’en partie à la question. Sans revenir ici à la thématique de la christianisation qui fait l’objet d’autres contributions du présent volume, il faut rappeler qu’une destruction causée par la nature ou par les flamm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lorenz E. Baumer, « Raisons de l’abandon et du maintien de sanctuaires ruraux en Attique : quelques cas d’étude », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2018, 275-289.

Référence électronique

Lorenz E. Baumer, « Raisons de l’abandon et du maintien de sanctuaires ruraux en Attique : quelques cas d’étude », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8906 ; DOI : 10.4000/rhr.8906

Haut de page

Auteur

Lorenz E. Baumer

Université de Genève

Lorenz.Baumer[at]unige.ch

Département des sciences de l’Antiquité
Université de Genève, Faculté des lettres
5, rue De-Candolle
CH-1211 Genève 4

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals