Navigation – Plan du site

Disparition de la dynastie, extinction du culte ? Le cas des Lagides

Disappearance of the dynasty, extinction of the cult? The case of the Ptolemies
Perrine Kossmann
p. 291-310

Résumés

L’étude qui suit examine le devenir du culte des souverains dans le contexte du repli de la dynastie lagide du bassin égéen, en particulier en Asie Mineure. Si le culte dynastique des Ptolémées semble avoir assez systématiquement disparu dans cette région en même temps que leur domination, en revanche les cultes que certaines cités grecques instituèrent de leur propre chef pour les rois d’Égypte connurent un sort plus contrasté : une partie d’entre eux survécut, l’autre s’éteignit. Ces honneurs cultuels étaient souvent décidés non pour complaire au pouvoir dominant, mais par reconnaissance envers un souverain qui avait prodigué des bienfaits à la communauté, sentiment qui constitue une cause possible de leur pérennité dans certaines cités, malgré les vicissitudes politiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Disparition de la dynastie, extinction du culte dynastique
Les fêtes dynastiques
Les prêtrises du culte dynastique
Disparition de la dynastie, permanence du culte civique
Disparition de la dynastie, extinction du culte civique
Le culte des souverains célébré par la Confédération des insulaires à Délos
Le culte des souverains célébré à Samos

Aperçu du début du texte

Le culte des souverains se développa rapidement dans le monde grec antique à l’époque des royautés hellénistiques. Il se présenta tout au long de cette période sous deux formes bien distinctes : le culte rendu par les cités aux monarques comme à leurs bienfaiteurs, phénomène qui a donné lieu à une étude de Christian Habicht, publiée pour la première fois en 1956 ; et le culte dynastique mis en place par les rois eux-mêmes pour leurs ancêtres, ou pour leur propre personne, notamment chez les Lagides et chez les Séleucides.

La plupart des études sur le sujet, parmi lesquelles celle de Chr. Habicht, ont analysé la mise en place de ces cultes au iiie et au iie siècles av. J.-C. D’autre part, des monographies consacrées au culte impérial dans la Rome antique, comme celles de Simon Price ou de Maria Kantiréa, ont tenté de cerner la manière dont les cultes des souverains à l’époque hellénistique auraient préparé l’avènement du culte des empereurs romains, qui les aurait remplacés. Seul Andr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perrine Kossmann, « Disparition de la dynastie, extinction du culte ? Le cas des Lagides », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2018, 291-310.

Référence électronique

Perrine Kossmann, « Disparition de la dynastie, extinction du culte ? Le cas des Lagides », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8908 ; DOI : 10.4000/rhr.8908

Haut de page

Auteur

Perrine Kossmann

Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon
perrine.kossmann[at]u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals