Navigation – Plan du site

La fin des cultes et des sanctuaires païens urbains en Belgique et en Lyonnaise (iiie s. – début du ve s. apr. J.-⁠C.)

The end of urban pagan cults and shrines in Belgica and Lugdunensis (3rd – early 5th century AD)
Blaise Pichon
p. 329-351

Résumés

L’étude de l’abandon des sanctuaires en Gaule Belgique et Lyonnaise durant l’Antiquité tardive est complexe. Rares sont les sanctuaires dont les méthodes de fouille ont permis d’observer des éléments matériels précis relatifs à leur abandon et/ou à leur démantèlement. Il est cependant possible de mettre en évidence un large phénomène de démantèlement organisé des grands sanctuaires civiques périurbains entre le milieu du iiie siècle et le milieu du ive siècle. Les sanctuaires de Mithra, quant à eux, ainsi que certains autres sanctuaires, non civiques, connaissent des modalités de fermeture différentes et souvent plus tardives.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les données sur la fin des occupations et les rythmes des abandons des sanctuaires en Belgique et en Lyonnaise
Problèmes de méthode
Corpus des sites
Informations indirectes issues des spolia
Les modalités des abandons
Les sanctuaires civiques : un démantèlement de mieux en mieux attesté
Les autres sanctuaires : une destruction violente et plus tardive
La question des réoccupations

Aperçu du début du texte

Les iiie et ive siècles ont été marqués par l’abandon de la majorité des sanctuaires païens dans l’Occident romain. Prendre en considération cette période relativement longue permet d’éviter de se cantonner à la question de la fin du paganisme. L’analyse des sanctuaires de l’ouest de la Gaule Belgique que j’ai réalisée à l’occasion de la journée d’étude tenue à Dijon en 2012, puis la publication dirigée par William Van Andringa ont montré que les abandons des sanctuaires doivent être analysés dans le cadre large des mutations de l’Antiquité tardive, bien que cette période n’ait pas le monopole du phénomène. Ces travaux ont surtout concerné des sanctuaires périurbains ou ruraux. La question des sanctuaires urbains des Trois Gaules, et notamment des sanctuaires civiques des fora, n’a pas fait l’objet d’études spécifiques, sans doute à cause de la rareté de fouilles récentes dans ces contextes. Je m’en tiendrai à l’abandon des espaces cultuels, dans la mesure où la disparition de culte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Blaise Pichon, « La fin des cultes et des sanctuaires païens urbains en Belgique et en Lyonnaise (iiie s. – début du ve s. apr. J.-⁠C.) », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2018, 329-351.

Référence électronique

Blaise Pichon, « La fin des cultes et des sanctuaires païens urbains en Belgique et en Lyonnaise (iiie s. – début du ve s. apr. J.-⁠C.) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8911 ; DOI : 10.4000/rhr.8911

Haut de page

Auteur

Blaise Pichon

Université Clermont Auvergne
blaise.pichon[at]uca.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals