Navigation – Plan du site

La « barbarisation » de Poséidonia et la fin des cultes grecs à Paestum

The “barbarisation” of Poseidonia and the end of Greek cults in Paestum
Michel Humm
p. 353-372

Résumés

Le fr. 124 Wehrli d’Aristoxène sur la « barbarisation » des Poséidoniates et la fin des cultes grecs à Poséidonia renvoie à l’attraction politique et culturelle que Rome exerçait sur une partie des élites aristocratiques lucaniennes au cours de la seconde moitié du ive siècle av. J.-C., particulièrement vers la fin du siècle. Ce processus culturel d’« auto-romanisation » fut favorisé par l’avancée des Romains en Campanie et en Italie du Sud et s’inscrivait dans la durée et le temps long, mais il se conclut brutalement en 273 av. J.-C. par la déduction de la colonie de Paestum et la fondation sur place d’une nouvelle cité. Les dieux de la cité grecque de Poséidonia étaient alors définitivement morts et avaient été remplacés par les dieux romains de la colonie de Paestum.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le témoignage d’Aristoxène de Tarente : Les habitants de Poséidonia se barbarisent en devenant des Étrusques ou des Romains
« Lucanisation » ou « romanisation » ? La « barbarisation » de Poséidonia au temps d’Aristoxène
La déduction coloniale de Paestum et la fin des cultes de la cité gréco-lucanienne
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans la plupart des cités du monde antique, qu’elles fussent grecques, italiques ou romaines, la religion publique était liée à l’idéal de la cité et à l’existence de la communauté civique (elle ne concernait l’individu qu’en tant que membre de la communauté des citoyens). Le culte public était constitué par un ensemble d’obligations et de rites destinés à assurer la bienveillance et la protection des dieux de la cité envers la communauté civique : la religion était donc de nature essentiellement « sociale » et « politique », et permettait de définir l’identité de chaque communauté civique. Dans ce contexte, la disparition d’une cité ou sa transformation en une nouvelle communauté civique pouvait poser la question de la fin des cultes. C’est ce processus qui semble à l’œuvre dans les cités grecques d’Italie du Sud, au tournant des ive et iiie siècles, lorsque celles-ci furent touchées par la progressive « romanisation » de la région et son passage sous l’autorité de Rome. C’est part...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Humm, « La « barbarisation » de Poséidonia et la fin des cultes grecs à Paestum », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2018, 353-372.

Référence électronique

Michel Humm, « La « barbarisation » de Poséidonia et la fin des cultes grecs à Paestum », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8913 ; DOI : 10.4000/rhr.8913

Haut de page

Auteur

Michel Humm

Université de Strasbourg
michel.humm[at]unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals