Navigation – Plan du site

Clément d’Alexandrie et les Semnoí de Taprobane. Remarques sur Stromates 3.7.60.3‑4

Clement of Alexandria and the Semnoí in Taprobana. Notes on Stromata 3.7.60.3‑4
Guillaume Ducœur
p. 379-414

Résumés

La notice sur les Semnoi indiens due à Clément d’Alexandrie dans ses Stromates a souvent été regardée comme une reprise d’un passage de l’ouvrage sur l’Inde d’Alexandre Polyhistor (ier s. av. J.-C.). Les Semnoi et les Semnai, quant à eux, furent identifiés soit aux bouddhistes soit aux jaïns. La présente contribution montre que les informations obtenues par le théologien chrétien proviennent en fait du iie s. ap. J.-C. en un temps où le commerce entre l’Égypte et l’île de Taprobane permit une meilleure connaissance de la communauté bouddhique insulaire qui vénérait les restes du Buddha conservés dans de grands stūpa monumentaux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Mégasthène et les Prêcheurs des Enfers
Bardesane et la communauté des Samanéens
Clément d’Alexandrie et les Vénérables indiens

Aperçu du début du texte

Introduction

« Deus hic Buddhas est. », telle fut l’identification que proposa Christian Lassen (1800‑1876), en 1833, dans son essai sur les noms anciens des philosophes de l’Inde, au sujet du dieu dont les ossements, reposant sous une construction pyramidale, étaient vénérés par les Σεμνοί indiens d’après les indications données par Clément d’Alexandrie (ca. 150‑215) dans ses Stromates au livre trois. Si nous avions à appliquer la Lex parsimoniae ou rasoir d’Ockham à propos de cette identification, nous pourrions alors admettre que, dès cette date, l’indianiste norvégien avait résolu l’équation à une inconnue. Cette tentative faisait suite aux travaux sur la datation du bouddhisme indien de l’orientaliste allemand Peter von Bohlen (1796‑1840), de l’Université de Königsberg, publiés en 1827. Ainsi ces Σεμνοί ou Vénérables indiens auraient-ils été des « Buddhae sectatores ». Cette hypothèse fut suivie par son collègue, Eugène Burnouf (1801‑1852), avec qui il avait travaillé sur la lan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Ducœur, « Clément d’Alexandrie et les Semnoí de Taprobane. Remarques sur Stromates 3.7.60.3‑4 », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2018, 379-414.

Référence électronique

Guillaume Ducœur, « Clément d’Alexandrie et les Semnoí de Taprobane. Remarques sur Stromates 3.7.60.3‑4 », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8927 ; DOI : 10.4000/rhr.8927

Haut de page

Auteur

Guillaume Ducœur

Université de Strasbourg
gducoeur[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals