Navigation – Plan du site

1832-1835, moment mennaisien. L’esprit croyant des années 1830

1832‑1835, a Mennaisian Moment. The Believing Spirit of the 1830s
Sylvain Milbach
p. 451-484

Résumés

La condamnation par Rome des idées de Lamennais a le plus souvent été étudiée pour sa portée politique et l’accent a été mis sur l’encyclique Mirari vos (1832). La seconde encyclique, Singulari nos (1834), est restée surtout le motif pour expliquer le « drame mennaisien ». La présente contribution propose un double déplacement d’analyse : de la condamnation des idées politiques de Lamennais (1832) à celle de sa philosophie (1834) ; du drame mennaisien au désarroi d’une génération qui en avait subi directement ou indirectement l’influence. Ce moment mennaisien ne saurait donc être réduit au spectaculaire retournement du célèbre apologiste catholique, mais caractérise une configuration religieuse singulière, inscrite dans les scansions croyantes du xixe siècle qui marquèrent souvent les périodes post-révolutionnaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Deux encycliques, une condamnation en deux temps
a. Les motifs des encycliques
b. L’attitude des mennaisiens
2. Les Paroles d’un croyant, « Ezéchiel déguisé en jacobin »
3. « Les plans de religion pullulent depuis quelques années »
a. De hautes-eaux croyantes
b. Le fait croyant, une question sociale

Aperçu du début du texte

La condamnation du mennaisianisme par Rome – en deux temps : Mirari vos, 15 juillet 1832, et Singulari nos, 25 juin 1834 – a surtout été étudiée pour rendre compte de l’évolution personnelle de Lamennais. Quoique liées, ces deux encycliques sont de nature différente : Mirari vos condamne les propositions libérales de L’Avenir, et est inscrite ordinairement comme une étape dans le tournant intransigeant de l’Église catholique ; Singulari nos condamne les Paroles d’un croyant, donc la personne de Lamennais, et provoque sa sortie de l’Église catholique. On se propose de relire la portée historique de ces deux encycliques en déplaçant un peu la focale, c’est-à-dire en ne se souciant pas du « drame mennaisien » qui a obnubilé les biographes, mais plutôt de la configuration politico-religieuse intimement liée à l’onde révolutionnaire et dont ce « drame » est une manifestation paroxystique.

Depuis les invitations de Maurice Agulhon, les conséquences de la révolution de 1830 ont été largemen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Milbach, « 1832-1835, moment mennaisien. L’esprit croyant des années 1830 », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2018, 451-484.

Référence électronique

Sylvain Milbach, « 1832-1835, moment mennaisien. L’esprit croyant des années 1830 », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8943 ; DOI : 10.4000/rhr.8943

Haut de page

Auteur

Sylvain Milbach

Université de Savoie Mont-Blanc
sylvain.milbach[at]univ-smb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals