Navigation – Plan du site

L’autre modernité du sujet. Foucault et la confession de la chair : les pratiques de subjectivation à l’âge des Réformes

The Other Modernity of the Subject. Foucault and the Confession of the Flesh: Subjectivation Practices in the Reformation Period
Arianna Sforzini
p. 485-505

Résumés

Les fragments du deuxième tome inédit de l’Histoire de la sexualité dans son premier projet (La chair et le corps) nous montrent que l’étude du christianisme du début de l’époque moderne est un moment essentiel pour la production foucaldienne. Au milieu des années soixante-dix, à travers l’étude d’un problème concernant l’histoire à la fois religieuse et sexuelle (la confession du péché de luxure entre Réforme et Contre-Réforme), Foucault rencontre une dimension inédite du rapport à soi, à son corps et à sa parole de vérité. Il introduit, dans ses analyses, une problématique subjective qui, pour n’avoir jamais été absente de ses préoccupations, n’était toutefois pas pensée dans cette centralité de la relation à soi comme possibilité ouverte à la fois de conflit et de liberté.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’histoire inachevée de la sexualité
« Subjectiver » la chair
Sujets réformés
Une contre-histoire de la modernité

Aperçu du début du texte

L’histoire inachevée de la sexualité

Les études foucaldiennes ont aussi leurs lieux communs. Parmi eux, l’idée que Michel Foucault, critique invétéré des dispositifs discursifs et politiques, chef de file de la postmodernité dans toute sa portée anti-transcendantaliste et anti-universelle, se serait « converti » à l’éthique au tournant des années quatre-vingt. Selon cette idée, il aurait précisément retrouvé comme axe directeur de sa réflexion, la dimension de la subjectivité que sa philosophie, depuis ses premiers travaux, s’était acharnée à réfuter et rendre inopérante. Dans le long processus de réélaboration du projet de l’Histoire de la sexualité, après une « immersion » dans l’histoire du (néo-)libéralisme qui questionna son public et irrita ses amis gauchistes, Foucault se serait découvert beaucoup moins blanchotien qu’il ne croyait l’être, plus sartrien peut-être, s’engageant dans une toute nouvelle entreprise de pensée de la liberté et du sujet « sculpteur » de sa propre exis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arianna Sforzini, « L’autre modernité du sujet. Foucault et la confession de la chair : les pratiques de subjectivation à l’âge des Réformes », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2018, 485-505.

Référence électronique

Arianna Sforzini, « L’autre modernité du sujet. Foucault et la confession de la chair : les pratiques de subjectivation à l’âge des Réformes », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhr/8955 ; DOI : 10.4000/rhr.8955

Haut de page

Auteur

Arianna Sforzini

ICI – Institute for Cultural Inquiry, Berlin
arianna.sforzini[at]sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals