Navigation – Plan du site

Les Égyptiens savaient-ils qu’ils avaient des mythes ?

Did the Egyptians know they had myths?
Dimitri Meeks
p. 609-617

Résumés

Par « mythe » on entend communément un récit mettant en scène les dieux et leurs activités. L’Égypte ancienne possédait de tels récits, mais ils relèvent plutôt de la littérature de divertissement. Les mythes ne bénéficient presque jamais d’une transcription textuelle détaillée et se présentent essentiellement sous forme de fragments textuels, des « mythèmes », que l’on peut associer entre eux pour reconstruire un canevas narratif plus ou moins élaboré. Les prêtres, les lettrés ont puisé dans un vaste corpus de connaissances théologiques pour composer des textes de natures très diverses : manuels sacerdotaux, textes funéraires, rituels, hymnes et prières, etc., mais les Égyptiens n’ont jamais eu de mythes tels que nous les définissons, et n’ont jamais conçu qu’ils pouvaient en avoir.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

La première question que l’on devrait se poser lorsqu’on envisage d’étudier une réalité propre à une culture différente de la nôtre, spécialement une culture éloignée de nous dans le temps, est : comment cette culture a-t‑elle, elle-même, perçu cette réalité ? Les réponses, souvent très évasives, que nous pouvons éventuellement recueillir sont toujours un guide précieux dans notre démarche pour apporter une réponse aussi peu subjective que possible à notre curiosité. Toutefois la distance entre notre culture et celle que nous voulons étudier, tant sur le plan conceptuel que symbolique, fait que la culture visée ne peut nous apporter aucune réponse, du moins en rapport avec la perception a priori que nous avons du sens de la question posée. Dans ce cas, doit-on pour autant abandonner notre quête ? Sans doute non, mais nous devons alors nous préserver d’un écueil majeur, bien connu, mais généralement relégué au catalogue des évidences que l’on a forcément intégrées : l’ethnocentrisme....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dimitri Meeks, « Les Égyptiens savaient-ils qu’ils avaient des mythes ? », Revue de l’histoire des religions, 4 | 2018, 609-617.

Référence électronique

Dimitri Meeks, « Les Égyptiens savaient-ils qu’ils avaient des mythes ? », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 4 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9321 ; DOI : 10.4000/rhr.9321

Haut de page

Auteur

Dimitri Meeks

EA 4519 Égypte ancienne, archéologie, langue, religion
(École Pratique des Hautes Études, PSL)
dimitri.meeks[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals