Navigation – Plan du site

L’immolation de soi par le feu au Japon (vie – xiiie siècles)

Self-immolation by fire in Japan (6th-13th C)
Arnaud Brotons
p. 41-63

Résumés

On abordera dans cet article la question de l’auto-crémation des moines au Japon, phénomène qui fut similaire à celui de la Chine par certains aspects mais aussi bien différent. Alors que l’État japonais s’employait, depuis le milieu du viie siècle, à moderniser son administration et son mode de gouvernance, des lois furent édictées visant à interdire très spécifiquement l’immolation de soi par le feu des moines bouddhistes. Aucune source ne permet toutefois d’établir que le Japon ait connu alors une vague de suicides similaire à la Chine des ve et vie siècles. Il faut attendre la deuxième moitié de l’époque de Heian (7941185) pour que l’on assiste à un phénomène d’urbanisation et de spectacularisation, et que les suicides par le feu deviennent un phénomène important de la vie sociale et religieuse, très souvent associés à la fête des morts, uranbon 盂蘭盆, du quinzième jour du septième mois.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Pratique du suicide religieux au Japon
Gyōki 行基 (648‑749) et la puissance du feu
Mourir dans un lieu sacré
La partie et la totalité
Voir et être vu
Peut-on tuer un saint ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

En 1960, Jacques Gernet publiait une remarquable étude, « Les suicides par le feu chez les bouddhistes chinois du ve et xe siècle », dans laquelle il soulignait l’importance du sacrifice de soi par le feu dans le bouddhisme chinois. Il considérait cette pratique comme un moyen de saisir « les tendances profondes du mouvement religieux bouddhique en Chine au moment de son apogée » et comme un exemple de la métamorphose du bouddhisme indien au contact de la culture chinoise. Son analyse constitue encore une pierre angulaire de la recherche sur le phénomène de l’immolation de soi par le feu. D’autres recherches sont venues depuis apporter leur moisson de données et d’analyses sur ce phénomène en Chine qu’il n’est pas lieu ici de rappeler. Le Japon a en revanche moins attiré l’attention des chercheurs en Occident. Après Maurice Pinguet qui consacra un chapitre intitulé à « l’abandon du corps » dans son essai sur l’esthétique de la mort au Japon, François Macé a fait paraître une brève é...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Brotons, « L’immolation de soi par le feu au Japon (vie – xiiie siècles) », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2019, 41-63.

Référence électronique

Arnaud Brotons, « L’immolation de soi par le feu au Japon (vie – xiiie siècles) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9386 ; DOI : 10.4000/rhr.9386

Haut de page

Auteur

Arnaud Brotons

Université d’Aix-Marseille
arnaud.brotons[at]univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals