Navigation – Plan du site

La pratique ascétique (dutahaeng) dans l’ordre bouddhique coréen Jogye

Ascetic practices (dutahaeng) in the Jogye Buddhist order in Korea
Kyong-Kon Kim
p. 65-98

Résumés

Diverses pratiques ascétiques (dhūta) du bouddhisme indien semblent s’être transmises, par l’intermédiaire des textes bouddhiques indo-chinois, dans la péninsule coréenne, vraisemblablement au plus tard au viie siècle, et certaines d’entre elles se sont maintenues jusqu’à présent au sein de l’ordre bouddhique Jogye, probablement pour des raisons à la fois doctrinales, pratiques et institutionnelles.

Haut de page

Notes de l’auteur

* Abréviations : AN = Aṅguttaranikāya ; chin. = chinois ; ChyŏngkyuDaehan bulkyo jogyejong sŏnwŏn chyŏngkyu ; cor. = coréen ; DN = Dīghanikāya ; jap. = japonais ; K = Tripiṭaka Koreana ; MN = Majjhimanikāya ; pāl. = pāli ; SN = Saṃyuttanikāya ; skt. = sanskrit ; T = Taishō Shinshū Daizōkyō.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le toutuoxing dans les sources textuelles chinoises issues du bouddhisme indien
Le dutahaeng dans l’histoire de l’ordre bouddhique coréen Jogye
Conclusion

Aperçu du début du texte

« C’est le dernier mois de l’année. Au début de la deuxième moitié de la retraite d’hiver […], on effectue dans toutes les salles de méditation le yongmaeng chŏngjin [勇猛精進], c’est-à-dire qu’on refuse de dormir et qu’on s’adonne à la méditation assise, durant une semaine, en ne s’allongeant jamais, ni le jour ni la nuit. À neuf heures du soir, le démon du sommeil affluait de manière habituelle. C’était le moment crucial du premier jour. […] Ayant ouvert et fermé les yeux de façon répétitive durant une trentaine de minutes, le démon du sommeil s’est retiré. […] La nuit était longue mais le matin arrivait sans faute. Après le premier jour, deux moines fragiles ont été mis à l’écart. Après le deuxième jour, trois autres moines se sont éliminés. Le troisième jour […] la douleur des articulations s’est intensifiée et même les cheveux et les ongles des pieds n’ayant pas de nerfs sont devenus douloureux. […] Le hwadu s’apprêtait à s’évader en se moquant de moi […] Je pensais à des situation...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kyong-Kon Kim, « La pratique ascétique (dutahaeng) dans l’ordre bouddhique coréen Jogye », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2019, 65-98.

Référence électronique

Kyong-Kon Kim, « La pratique ascétique (dutahaeng) dans l’ordre bouddhique coréen Jogye », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9397 ; DOI : 10.4000/rhr.9397

Haut de page

Auteur

Kyong-Kon Kim

Université de Strasbourg
kk.kim[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals