Navigation – Plan du site

Corrélations entre le corps et la doctrine bouddhique dans le shugendô d’Akyûbô Sokuden (xvie siècle)

The correlation between the body and Buddhist doctrine in the shugendô of Akyûbô Sokuden (16th century)
Alexandre Goy
p. 99-120

Résumés

La présente contribution propose de mettre en avant le travail du moine Akyûbô Sokuden, un des premiers intellectuels japonais à avoir tenté au xvie siècle de définir la voie de l’ascèse religieuse dite shugendô, dont la tradition a longtemps été tenue secrète, et de présenter la place et la fonction que tient le corps du pratiquant au cœur de cette voie ésotérique dans son œuvre majeure, le Shugen shûyô hiketsu-shû ou Recueil des arcanes essentiels à la pratique du shugen (1521‑1528). Les mises en corrélations entre le corps du shugenja ou du yamabushi, les accessoires, les pratiques posturales et la doctrine bouddhique issue du mahāyāna montrent comment l’auteur rattache cette tradition ascétique à la recherche du surgissement de la bouddhéité présente en chaque être.

Haut de page

Notes de l’auteur

Afin d’harmoniser les références bibliographiques, nous avons opté pour mettre le prénom suivi du patronyme de l’auteur y compris pour les auteurs japonais.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Akyûbo Sokuden et le Shugen-shû
Expérience du corps et ascèse d’exposition
Spatialisation du corps et entrée dans la montagne
Le corps et sa consécration : le rituel de lustration (kanjô)

Aperçu du début du texte

Introduction

Le shugendô (« voie du shugen », ou « voie de réalisation (gen) dans l’exercice (shu) [d’ascèses]) est un sujet encore peu connu de la recherche occidentale malgré l’intérêt qu’il ne manque jamais de susciter chez les spécialistes de la question religieuse, des historiens, des ethnologues ou des spécialistes de la civilisation japonaise. Le shugendô est un mouvement religieux complexe qui, au cours de son histoire, a puisé ses références dans le taoïsme, la voie du yin et du yang, le bouddhisme ésotérique, et les différentes formes du culte shinto. Il s’appuie sur un panthéon partagé entre les grandes figures du bouddhisme, et les divinités locales. On trouve trace de sa pratique à l’écrit dès le xe siècle au Japon. Celle-ci est toujours active de nos jours malgré une discontinuité de ce mouvement à partir du xvie siècle.

Pour comprendre les origines, floues, du shugendô, il faut s’intéresser à l’histoire des localités où se trouvent les grands centres religieux sis au pl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Goy, « Corrélations entre le corps et la doctrine bouddhique dans le shugendô d’Akyûbô Sokuden (xvie siècle) », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2019, 99-120.

Référence électronique

Alexandre Goy, « Corrélations entre le corps et la doctrine bouddhique dans le shugendô d’Akyûbô Sokuden (xvie siècle) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9406 ; DOI : 10.4000/rhr.9406

Haut de page

Auteur

Alexandre Goy

Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals