Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anthologie des théologiens de l’Antiquité, sous la direction de Alain Le Boulluec et Éric Junod

Paris, Les Éditions du Cerf, 2016
Hervé Inglebert
p. 188-191
Référence(s) :

Anthologie des théologiens de l’Antiquité, sous la direction de Alain Le Boulluec et Éric Junod, Paris, Les Éditions du Cerf, 2016, 24 cm, 457 p., 39 €, ISBN 978‑2-204‑11155‑3.

Texte intégral

1Une anthologie est par définition ouverte et incomplète. Alain Le Boulluec et Éric Junod, aidés d’une pléiade de spécialistes, ont relevé le défi d’une Anthologie des théologiens de l’Antiquité. Le problème central était la délimitation du champ étudié et il faut reconnaître aux maîtres d’œuvre d’avoir explicitement abordé la question et d’avoir proposé une solution originale. Ils donnent d’abord une définition formelle de la théologie chrétienne en posant, p. 11, son unité théorique, puisqu’elle s’enracine dans l’exégèse et qu’elle est une volonté d’unification du sens des Écritures supposées inspirées et cohérentes ; puis, p. 13, en la présentant comme une recherche intellectuelle menée méthodiquement qui s’exprime par des exposés argumentés (ce qui justifie la mise à l’écart des hymnes, des textes liturgiques et de l’essentiel de la poésie chrétienne). Cette définition distingue bien la théologie chrétienne de la philosophie, de la rhétorique ou des théologies païenne (Proclus) et rabbinique. Elle est cependant mieux adaptée aux théologiens grecs et latins qu’aux poètes théologiens syriaques comme Aphraate et Éphrem qui « privilégient plus le symbole que le concept » (p. 412). Puis, les auteurs constatent que lors des deux premiers siècles du christianisme, il serait vain de rechercher une harmonie des doctrines (puisque, à côté de la Grande Église, on trouvait des judéo-chrétiens, des gnostiques, des marcionites et des montanistes), ni une évolution claire de la pensée des chrétiens. De fait, le premier ouvrage d’ensemble sur la doctrine chrétienne fut le Traité des principes d’Origène, rédigé vers 220‑230. Cette constatation amène un plan audacieux : l’ouvrage étudie d’abord la pensée du docteur alexandrin avant de revenir sur les courants religieux des iie-iiie siècles puis de prolonger l’enquête par les théologiens grecs, latins et syriaques des ive-ve siècles, selon une approche structurée par les grandes controverses avec les Manichéens, Arius, Eunome, Apollinaire, Nestorius et Pélage. L’ouvrage esquive donc la question des commencements de la théologie chrétienne et s’arrête vers 430, avec Augustin et avant les grandes controverses christologiques (mais comment insérer les thèses de Nestorius, Cyrille d’Alexandrie et Théodoret de Cyr, sans aller jusqu’aux conciles d’Éphèse II et de Chalcédoine ?).

2Le premier chapitre, Origène et la théologie en recherche, a un rôle crucial, puisque la préface du Traité des principes énumère les thèmes transmis par la prédication apostolique et sur lesquels un théologien peut réfléchir de manière méthodique selon la raison pour obtenir un corps de doctrine cohérent : un unique Dieu créateur du cosmos ; Jésus Christ comme Fils de Dieu incarné, mort, ressuscité, élevé au ciel ; le Saint-Esprit divin et inspirateur des prophètes et apôtres ; l’âme qui sera jugée et la résurrection des morts ; une âme raisonnable douée de libre arbitre et de volonté ; l’existence du Diable et de ses anges ; un monde créé, corruptible et qui sera détruit ; des Écritures inspirées et à comprendre spirituellement ; le problème du terme asômaton (incorporel) qui n’est pas scripturaire mais dont le sens peut s’appliquer éventuellement à Dieu, au Christ, au Saint Esprit, à l’âme ; l’existence des anges de Dieu. Ce champ théologique origénien définit celui de l’anthologie. Le chapitre 2 analyse ensuite La diversité des premiers courants du iie siècle, ceux des Ébionites, du courant pseudo-clémentin, de l’Évangile selon Thomas, des Actes de Jean, des écrits gnostiques et d’Ignace d’Antioche. Le chapitre 3, Les fondateurs d’une théologie structurée aux iie et iiie siècles, présente Justin, Athénagore, Irénée de Lyon, Clément d’Alexandrie (qui inaugure la christianisation de la théologie des philosophes), Tertullien et Novatien. Le chapitre 4 aborde Les théologiens grecs du ive siècle et les problèmes trinitaires, avec Eusèbe de Césarée, Arius, Athanase d’Alexandrie, Cyrille de Jérusalem, Eunome, Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze, Apollinaire de Laodicée, Grégoire de Nysse, Titus de Bostra et Jean Chrysostome. Le chapitre 5 traite des Théologiens grecs du ve siècle, avec Nestorius, Cyrille d’Alexandrie et Théodoret de Cyr. Le chapitre 6 analyse Les orientations théologiques occidentales aux ive et ve siècles, avec Hilaire de Poitiers, Ambroise de Milan et Jérôme. Le chapitre 7 est consacré à Augustin et les débats de son temps, contre le manichéisme et le pélagianisme et se clôt avec Vincent de Lérins. Enfin, le chapitre 8, Théologie et louange. La voix des maîtres orientaux, cite Aphraate et Éphrem.

3Les auteurs signalent les lacunes dès l’introduction (p. 12‑13), affirmant qu’il faudrait un autre volume consacré aux chrétiens orientaux, et admettant avoir choisi d’écarter Lactance, Marius Victorinus, Épiphane de Salamine et Théodore de Mopsueste. L’absence de Marius Victorinus, premier auteur chrétien latin à avoir introduit le terme d’identitas pour qualifier les personnes divines au sein de la trinité est gênante. Il en est de même pour Théodore de Mopsueste, le principal théologien d’Antioche et le maître à penser de l’Église d’Orient (nestorienne), même s’il fut surtout conservé en syriaque. Le biais origénien montre là sa limite, car la distinction d’Ambroise (p. 334) entre exégèse et théologie qui oppose, à la suite d’Origène, le sens littéral/historique et le sens allégorique supposé plus profond, écarte en grande partie l’apport de l’école d’Antioche qui ne fut pas qu’exégétique (on peut penser à l’hypothèse théologique de la double catastase). On peut également regretter l’absence de Cyprien de Carthage, essentiel pour l’ecclésiologie, même si ce thème n’est pas non plus origénien.

4Une autre approche du sujet, liée à l’évolution du terme théologie, aurait pu être esquissée à titre complémentaire dans l’introduction. En commençant avec Platon et Aristote et en allant jusqu’à Celse (pour qui, p. 39, Platon était un maître en théologie) et aux néoplatoniciens (Proclus peut lui aussi être défini comme un théologien de l’Antiquité), elle aurait montré tout l’enrichissement de la notion quand elle s’appliqua au Dieu biblique chez Philon, puis à un Dieu trinitaire. L’Église orthodoxe reconnaît trois saints « théologiens » : Jean le Théologien, auteur présumé du quatrième évangile, à cause de son prologue ; Grégoire le Théologien (Grégoire de Nazianze) pour avoir précisé les relations trinitaires intra-divines ; Syméon le nouveau Théologien (949‑1022), pour sa théologie mystique exprimée par ses hymnes. Ces appellations sont tardives mais elles rappellent que la théologie antique des chrétiens avait un sens plus restreint que celui d’aujourd’hui ou que celui de la tradition apostolique retenue par Origène, car elle concernait avant tout le Dieu trinitaire. Eusèbe de Césarée en témoignait en distinguant (p. 176) deux discours possibles sur le Fils, sur sa divinité (theologia) et sur son humanité (oikonomia). De même, Irénée (p. 130‑32) estimait possible une science de Dieu, dans un sens différent de celui de l’énumération d’Origène (p. 20). On aurait donc pu proposer une autre chronologie pour le début de l’ouvrage, en distinguant : des thèmes ou des propositions théologiques, attestées dans le Nouveau Testament avec Paul et l’Évangile de Jean, puis chez Marcion ; des discussions théologiques chez les gnostiques, Irénée ou Tertullien ; des traités réflexifs portant sur un savoir théologique à partir d’Origène ; et des traités systématiques sur la théologie depuis Novatien.

5L’intérêt de l’ouvrage est de permettre de tels débats sur le choix du prisme origénien (qui permet de définir la spécificité de la théologie chrétienne face aux rabbins ou aux platoniciens, même s’il amène à négliger l’ecclésiologie et à minimiser le courant antiochien) ou sur la fin de la période retenue. Mais l’essentiel est bien entendu le très riche florilège de textes accompagnés des commentaires nécessaires à leur compréhension (il faut cependant éviter de parler de théologie de l’histoire chez Jérôme, p. 353, car le concept d’Histoire n’apparaît, comme l’a montré Koselleck, qu’au xviiie siècle).

6En conclusion, on ne peut que remercier les collègues qui offrent ainsi une remarquable introduction aux grands débats de l’Antiquité chrétienne, illustrée par une série impressionnante de textes. En effet, les querelles théologiques furent centrales dans la construction du christianisme et la vie des chrétiens. Même si les analyses sociales, politiques et culturelles du christianisme sont nécessaires, il reste que les débats théologiques n’étaient pas un épiphénomène idéologique ne concernant que quelques clercs. Ils ont eu des conséquences régionales séculaires, en particulier en Orient, et de nombreux chrétiens ont risqué la prison, la torture, l’exil, et parfois la mort pour de telles idées, ce qu’il faut comprendre en le prenant au sérieux. C’est tout un pan de l’histoire romaine et tardoantique trop souvent négligé qui est ici rappelé et on peut espérer qu’un autre volume viendra poursuivre celui-ci, en couvrant les années qui vont du concile d’Éphèse à la querelle monothélite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Inglebert, « Anthologie des théologiens de l’Antiquité, sous la direction de Alain Le Boulluec et Éric Junod », Revue de l’histoire des religions, 1 | 2019, 188-191.

Référence électronique

Hervé Inglebert, « Anthologie des théologiens de l’Antiquité, sous la direction de Alain Le Boulluec et Éric Junod », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 16 mars 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9590

Haut de page

Auteur

Hervé Inglebert

Université de Paris Nanterre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals