Navigation – Plan du site

Quelques métamorphoses de la civitas terrena. Augustin dans les lectures d’Étienne Gilson et Robert Markus

Some Metamorphoses of the Civitas Terrena. Augustine in Étienne Gilson and Robert Markus
Elisa Brilli
p. 243-263

Résumés

L’essai examine les interprétations par Étienne Gilson et Robert Markus de la civitas terrena (ou civitas diaboli) théorisée par Augustin dans le De civitate Dei. Après avoir rappelé les aspects les plus troublants et ambigus de la notion augustinienne de la civitas terrena, à savoir son champ sémantique flexible et sa consistance paradoxale, la manière dont ces questions sont abordées par Gilson et Markus offre le point de départ pour une réflexion plus vaste sur leurs relectures respectives de la pensée d’Augustin, et son application au présent. Bien qu’opposées à maints égards, ces relectures (ecclésiologique pour Gilson et politique pour Markus) se rapprochent dans leur dissolution du couple augustinien (civitas terrena/civitas dei) au sein d’un schéma tripartite. En cela, elles sont représentatives d’une tendance majoritaire dans la réception moderne et contemporaine de l’œuvre de l’évêque d’Hippone.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Une civitas qui pose problème
Une civitas au champ sémantique flexible
Une civitas paradoxale
La civitas terrena de Gilson entre eschatologie et totalitarisme
La civitas terrena eschatologique et l’indétermination du saeculum de Markus
Conclusion

Aperçu du début du texte

Une civitas qui pose problème

Du couple formé par la « doctrine » des deux cités chez Augustin, le pôle le plus difficile à cerner mais aussi le plus stimulant est le pôle négatif. Alors qu’il est relativement aisé de comprendre ce qu’Augustin entend par civitas Dei, ainsi que de saisir le lien que cette communauté mystique entretient pour lui avec l’Église visible – un lien, rappelons-le, qui n’est pas d’identification complète mais consiste plutôt dans une relation de représentation ou, pour mieux dire, de préfiguration typologique et d’incarnation –, l’autre « cité » pose problème. La difficulté se situe d’abord au niveau terminologique. À la différence de la civitas Dei dont le nom est offert par les Écritures, l’autre cité est une invention linguistique d’Augustin. Lui-même a d’ailleurs eu recours à plusieurs définitions : outre « cité terrestre », la plus souvent employée, il l’appelle également « cité du diable » et « cité des hommes ». Ajoutons que si la métaphore de la civit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Brilli, « Quelques métamorphoses de la civitas terrena. Augustin dans les lectures d’Étienne Gilson et Robert Markus », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2019, 243-263.

Référence électronique

Elisa Brilli, « Quelques métamorphoses de la civitas terrena. Augustin dans les lectures d’Étienne Gilson et Robert Markus », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9796 ; DOI : 10.4000/rhr.9796

Haut de page

Auteur

Elisa Brilli

University of Toronto
elisa.brilli[at]utoronto.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals