Navigation – Plan du site

L’invention de la Réforme grégorienne. Grégoire VII au xixe siècle, entre pouvoir spirituel et bureaucratisation de l’Église

The Invention of the Gregorian Reform. Gregory VII in the 19th century, between spiritual power and the bureaucratization of the Church
Charles de Miramon
p. 283-315

Résumés

Qui a inventé la Réforme grégorienne ? L’expression a été canonisée par les ouvrages d’Augustin Fliche des années 1930, mais l’origine du concept remonte un siècle plus tôt au xixe siècle. Cet article explore en premier lieu la transformation de la perception de Grégoire VII dans les années 1830 chez Johannes Voigt, Auguste Comte, François Guizot et Georg Wilhelm Friedrich Hegel, et plus largement comment cette période historique fut théorisée tant par la philosophie idéaliste que par l’histoire libérale. Une seconde partie se concentre sur le dernier quart du xixe siècle et deux figures, Henri Charles Lea et Rudolf Sohm. Enfin, on montre l’importance de la Réforme grégorienne sur Max Weber dans sa conceptualisation de la bureaucratie cléricale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Grégoire VII à l’âge romantique
Hegel et la Réforme grégorienne
Guizot et la Réforme grégorienne
Henry Charles Lea. Le fichier et la machine de l’Église
Rudolf Sohm et le droit canonique du nouveau catholicisme
Conclusion : Weber lecteur de Sohm et la bureaucratie cléricale

Aperçu du début du texte

En 2008, j’ai vu passer sur ma boîte aux lettres électronique un document de littérature grise qui est pourtant scruté avec attention par les médiévistes enseignant dans les universités françaises. Il s’agit de la bibliographie officielle qui guide les préparateurs à la question d’agrégation externe d’histoire. Dans cette bibliographie préparée par Florian Mazel et Philippe Depreux pour la question alors au programme (« Pouvoirs, Église et société dans les royaumes de France, de Bourgogne et de Germanie de 888 aux premières années du xiie siècle »), ce qui m’a frappé c’est que l’on ne parlait plus de « Réforme grégorienne » mais de « Réforme dite grégorienne ».

Un concept familier de l’historien du Moyen Âge se trouvait ainsi rejeté dans la catégorie de la fausse monnaie. On sait combien a été longue la chute du chanteur Prince lorsqu’il fut obligé de se renommer à la suite d’obscures querelles juridiques The Artist formerly known as Prince. Qu’était dès lors cette Réforme formerly k...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles de Miramon, « L’invention de la Réforme grégorienne. Grégoire VII au xixe siècle, entre pouvoir spirituel et bureaucratisation de l’Église », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2019, 283-315.

Référence électronique

Charles de Miramon, « L’invention de la Réforme grégorienne. Grégoire VII au xixe siècle, entre pouvoir spirituel et bureaucratisation de l’Église », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9813 ; DOI : 10.4000/rhr.9813

Haut de page

Auteur

Charles de Miramon

Centre de recherches historiques, Paris
(Centre National de la Recherche Scientifique / École des Hautes Études en Sciences Sociales)
miramon[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals