Navigation – Plan du site

Des Églises « tolérantes envers les pécheurs » : pouvoir de contrainte et structure ecclésiale chez Max Weber

Were churches “tolerant toward sinners”? Social control and ecclesial structure in Max Weber’s work
Isabelle Kalinowski
p. 317-347

Résumés

Après avoir fait le point sur les problèmes soulevés par la traduction de Herrschaft par « domination » chez Max Weber, aujourd’hui contestée, puis constaté dans un deuxième temps que la problématique de la « domination » est bel et bien présente en tant que telle dans la sociologie religieuse wébérienne, nous explorerons les raisons pour lesquelles il n’existe cependant pas à proprement parler de « domination ecclésiale » dans son œuvre. La polarité décisive de sa sociologie des groupements religieux, qui oppose l’institution ecclésiale à des groupements « charismatiques » exerçant des effets de « conditionnement » d’une intensité jamais atteinte dans le cadre ecclésial, représente à bien des égards un héritage de la théologie protestante libérale allemande, avec les présupposés de laquelle elle présente sur ce point une remarquable continuité, mais dont elle s’écarte néanmoins par quelques dissonances décisives.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La « domination » chez Weber : questions de traduction et enjeux d’un concept
Domination divine et désenchantement du monde
Église, secte et domination de Dieu sur l’individu
En deçà de l’Église : Weber et la théologie libérale protestante allemande

Aperçu du début du texte

La notion française de « domination », souvent associée à l’œuvre de Max Weber, a été choisie pour traduire Herrschaft, le titre de l’une des grandes parties d’Économie et société. Ce texte a trait à la sociologie politique et il y est notamment question de l’Église occidentale et des rapports entre Église et État depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne puis à celle du Kulturkampf bismarckien. Pourtant, bien que le problème sociologique associé à l’Église comme « institution » et la question historique des pouvoirs exercés par les Églises chrétiennes et leur « hiérocratie » aient fortement éveillé l’intérêt de Weber, il n’existe pas à proprement parler pour lui de « domination ecclésiale ». Le phénomène de la « domination » se déploie effectivement sur le terrain de la religion mais ne révèle véritablement toutes ses potentialités que dans des configurations différentes de celles des Églises – soit que celles-ci ne soient pas encore constituées, soit que des structures alternat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Kalinowski, « Des Églises « tolérantes envers les pécheurs » : pouvoir de contrainte et structure ecclésiale chez Max Weber », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2019, 317-347.

Référence électronique

Isabelle Kalinowski, « Des Églises « tolérantes envers les pécheurs » : pouvoir de contrainte et structure ecclésiale chez Max Weber », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9820 ; DOI : 10.4000/rhr.9820

Haut de page

Auteur

Isabelle Kalinowski

Pays germaniques – UMR 8547
(Centre national de la recherche scientifique / École normale supérieure), Paris
isabelle.kalinowski[at]ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals