Navigation – Plan du site

Regards gramsciens sur l’Église (1916-1980)

Gramscian Views on the Church (19161980)
Alain Rauwel
p. 349-366

Résumés

L’intérêt du Gramsci de la maturité pour l’Église romaine comme archétype d’institution hégémonique est bien connu. Il faut cependant insister sur la continuité de cet objet d’étude attentive, dès les années turinoises et les premiers engagements journalistiques du jeune intellectuel. Il faut aussi s’interroger sur la postérité d’un aspect de l’enquête gramscienne a priori très marginalisé dans les divers gramscismes développés depuis l’après-guerre. Peu d’œuvres manifestent cette continuité, sans doute, mais elles sont majeures. En Italie, le rapport très complexe de Pasolini au catholicisme est incompréhensible s’il n’est placé sous la grande ombre du philosophe sarde. En France, aussi curieux que cela puisse paraître, c’est du côté de Louis Althusser qu’il faut aller chercher la fidélité à un discours marxiste du culturel qui sache ne pas négliger l’ecclésial.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

L’observatoire turinois : le jeune Gramsci et la machine ecclésiale
Comme un goût de cendre : Pasolini ecclésiologue gramscien
Un appareil idéologique pas comme les autres : la filiation gramscienne d’Althusser

Aperçu du début du texte

En 1978, Émile Poulat prenait assez d’intérêt à une réflexion sur Gramsci pour la faire publier dans la revue de son centre de recherche, et même pour contribuer lui-même à sa traduction. L’éminent sociologue des religions connaissait bien l’importance de la réflexion gramscienne sur l’Église, ne serait-ce que pour avoir recensé, quelques années plus tôt, l’ouvrage assez terne d’Hugues Portelli sur Gramsci et la question religieuse (1974). Significativement, son « invité », en 1978, est Gabriele De Rosa. Hiérarque de la Démocratie chrétienne, historiographe officiel de la « politique catholique » à l’italienne selon Sturzo et Dossetti, l’historien se faisait discret sur sa brève appartenance au PCI, entre 1945 et 1949, qui lui donnait pourtant une première bonne raison d’être familier des thématiques gramsciennes. C’est plutôt la seconde raison qui transparaît dans l’étude des Archives de sciences sociales des religions : historien de la vie religieuse du Mezzogiorno, De Rosa ne pou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Regards gramsciens sur l’Église (1916-1980) », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2019, 349-366.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Regards gramsciens sur l’Église (1916-1980) », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9827 ; DOI : 10.4000/rhr.9827

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Université de Bourgogne
Centre d’études en sciences sociales du religieux, Paris
a.rauwel[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals