Navigation – Plan du site

« Des prélats, c’est-à-dire des politiques » : l’Église dans les Cahiers de prison d’Antonio Gramsci

Gramsci and the Church in the Prison Notebooks
Romain Descendre
p. 367-394

Résumés

Les Cahiers de prison voient le plein aboutissement de la réflexion politique menée avec constance par Gramsci sur la question de l’Église. Sans revenir sur l’hostilité de rigueur envers une institution rétive à toute émancipation, il analyse méticuleusement au début des années 1930 l’histoire du catholicisme, depuis la Contre-Réforme jusqu’à l’aubaine représentée en Italie par le récent Concordat, et notamment la réactivation de l’ancien projet jésuite de « pouvoir indirect ». Cela lui permet, dans un second temps, de réfléchir au modèle que peut incarner l’Église pour penser l’État élargi et la conquête idéologique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

De la Contre-Réforme au Concordat
La Contre-Réforme
Le modernisme et le Concordat
Potestas indirecta : Bellarmin, l’Église et la société civile
L’Église, la société civile et la construction de l’hégémonie
Guicciardini, l’Église et l’État « élargi »
« L’unité idéologique »

Aperçu du début du texte

Rappeler l’anecdote, racontée par Steed dans ses Souvenirs, du cardinal qui explique au protestant anglais philo-catholique que les miracles de saint Janvier sont utiles pour le petit peuple napolitain, et non pour les intellectuels, que dans l’Évangile aussi l’on trouve des « exagérations » et qui, à la question : « mais êtes-vous chrétien ? », répond : « nous sommes des prélats », c’est-à-dire des « politiques » de la religion catholique.

Des prélats, « c’est-à-dire des politiques » : l’explicitation n’est pas dans le volume Mes souvenirs du correspondant étranger du Times Wickham Steed, que Gramsci avait lu à la prison de Milan mais qu’il n’avait plus auprès de lui dans celle de Turi au moment où il rédigeait ces lignes, en mars 1932. Dans le texte des mémoires du journaliste anglais, on lit uniquement ceci : « – Nous sommes des prélats, répondit le Monseigneur ». Que Gramsci ait immédiatement traduit « prélats » par « politiques » est hautement significatif : l’ensemble de la réf...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Descendre, « « Des prélats, c’est-à-dire des politiques » : l’Église dans les Cahiers de prison d’Antonio Gramsci », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2019, 367-394.

Référence électronique

Romain Descendre, « « Des prélats, c’est-à-dire des politiques » : l’Église dans les Cahiers de prison d’Antonio Gramsci », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9831 ; DOI : 10.4000/rhr.9831

Haut de page

Auteur

Romain Descendre

École normale supérieure de Lyon
(Université de Lyon, UMR Triangle)
romain.descendre[at]ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals