Navigation – Plan du site

Gramsci lecteur des encycliques. L’Église de Pie XI et l’« État intégral » dans le Cahier 6

Gramsci, reader of encyclicals. The Church of Pius XI and the “Integral State” in Notebook 6
Marie Lucas
p. 395-414

Résumés

Au xxe siècle, l’Église catholique est considérablement affaiblie. Cependant, Gramsci constate qu’elle peut encore se prévaloir en Italie d’une assise sociale et d’une expérience ancestrale de l’hégémonie dont un parti politique moderne peut tirer enseignement. La lecture attentive qu’il consacre, dans ses Cahiers de prison, aux dernières encycliques, lui permet de ne pas être dupe de l’apolitisme affiché dans les Accords du Latran. L’importance de cette lecture des lettres du pape et de la presse catholique apparaît si on la rapporte au tournant théorique du Cahier 6, lieu d’émergence des principales catégories politiques gramsciennes. Gramsci y élabore en effet sa théorie de l’« État intégral » et de l’« hégémonie » au terme d’une confrontation avec la théologie politique (du pape Pie XI et de l’appareil d’hégémonie qu’elle ordonne).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

D’un apolitisme prétendu à une laicisation bien comprise
Quas Primas et la défaite du laïcisme libéral
Quinquagesimo Ante Anno et Divini Illius Magistri : la discordance entre Église et État
Le parti politique gramscien à l’école des jésuites
La conquête catholique de l’hégémonie et l’État « intégral »
L’Azione cattolica et l’impossible autonomie de l’État fasciste
Les encycliques Quadragesimo anno et Non abbiamo bisogno : vers le concept d’hégémonie

Aperçu du début du texte

Les considérations sur l’Église qui parsèment les écrits de Gramsci convergent vers un même constat : le vide de pouvoir laissé par le déclin de l’hégémonie catholique. Aucun système, aucune idéologie, aucune force sociale n’a selon Gramsci réussi à réaliser une emprise aussi totalisante que celle de l’Église catholique autrefois. En outre, le pontificat de Pie XI qui coïncide, en 1922, avec l’avènement du fascisme et s’achèvera en 1939, deux ans après la mort de Gramsci, fait connaître à l’Église italienne un regain de vitalité lié aux prérogatives obtenues du Concordat et aux efforts du nouveau pape pour retrouver un rôle clé auprès des institutions, pour sortir la religion du seul domaine privé où elle s’était réfugiée face à l’élan libéral du Risorgimento. Mais de l’Italie médiévale à l’Italie fasciste, la continuité tient selon Gramsci à ce qu’il est impossible d’affirmer que l’Italie « a créé un État, puisque c’était plutôt l’Église et l’Empire qui étaient des États ». En attr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Lucas, « Gramsci lecteur des encycliques. L’Église de Pie XI et l’« État intégral » dans le Cahier 6 », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2019, 395-414.

Référence électronique

Marie Lucas, « Gramsci lecteur des encycliques. L’Église de Pie XI et l’« État intégral » dans le Cahier 6 », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9841 ; DOI : 10.4000/rhr.9841

Haut de page

Auteur

Marie Lucas

École Normale Supérieure, Paris
malucas[at]clipper.ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals