Navigation – Plan du site

Antonio Gramsci et l’Église : du côté de la Réforme

Antonio Gramsci and the Church : on the Reformation
Luigi-Alberto Sanchi
p. 415-428

Résumés

À côté des réflexions d’Antonio Gramsci à l’égard de l’Église catholique prédominante en Italie, il n’est pas sans intérêt de s’occuper des idées qu’il a formulées, notamment dans les Cahiers, au sujet de la Réforme protestante, en tant que phénomène historique aboutissant, entre autres, à la Révolution française et à l’essor de la philosophie classique allemande, mais aussi comme élément agissant dans le monde contemporain. Notons, d’un côté, les sociétés majoritairement réformées, en premier lieu aux États-Unis d’Amérique, objet d’une attention constante de la part de Gramsci ; de l’autre côté, la présence de « néo-calvinistes » dans le débat italien de son temps autour de la nécessaire modernisation sociale et politique, sur la base de l’Éthique de Weber que Gramsci avait lue et méditée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La place de la Réforme dans la pensée de Gramsci
L’attention pour la Réforme : esquisse d’une lignée italienne
L’expression de Gramsci à propos de la Réforme
Portée philosophique de la Réforme
Interprétation du calvinisme
Gramsci, Weber et la doctrine de la grâce
Réforme et plans quinquennaux

Aperçu du début du texte

Le détour par un penseur comme Antonio Gramsci permet de se pencher avec profit sur un thème aussi complexe que celui des rapports entre Église et société ; or, n’étant ni un spécialiste, ni un italianisant, ni même un « vingtièmiste », je ne l’aborderai qu’en modeste lecteur. La question que pose la iunctura « Gramsci et l’Église » peut être explicitée de deux manières : on recherche d’une part quelle est l’attitude personnelle de Gramsci, en tant qu’homme politique, historien, philosophe, face à l’Église catholique romaine de son temps. Il faut à ce propos rappeler que Gramsci est d’abord un dirigeant marxiste athée qui qualifie la foi religieuse de « superstition » (superstizione) ; que ce même rôle de dirigeant politique l’amène à prendre en considération l’Église, en plus de la religion chrétienne, en tant qu’élément de premier ordre dans la dynamique des rapports de force entre les classes sociales italiennes. D’autre part, l’expression « Gramsci et l’Église » désigne tout nat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luigi-Alberto Sanchi, « Antonio Gramsci et l’Église : du côté de la Réforme », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2019, 415-428.

Référence électronique

Luigi-Alberto Sanchi, « Antonio Gramsci et l’Église : du côté de la Réforme », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9861 ; DOI : 10.4000/rhr.9861

Haut de page

Auteur

Luigi-Alberto Sanchi

Centre national de la recherche scientifique
Institut d’histoire du droit (Université Paris II)
luigialberto.sanchi[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals