Navigation – Plan du site

Le potentiel des peaux d’animaux sacrifiés dans le monde gréco-romain

The Potential of Sacrificial Animal Skins in the Greco-Roman World
Robert Turcan
p. 459-473

Résumés

C’est une tradition antique de conserver la peau des victimes sacrificielles, censée détenir une part de vertu divine. La dépouille servait aux cérémonies de purification (I), à la divination (II) ou à l’identification rituelle du fidèle avec son dieu (III). Les procédures concernant l’avenir à prévoir, en liaison avec l’incubation, sont rappelées et analysées, compte tenu de leurs variantes suivant les contextes.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le Professeur Robert Turcan est décédé le 16 janvier 2018. Il nous avait adressé le 12 janvier son texte que la Revue s’honore de publier et dont la mise au point a été confiée à notre collègue Sylvain Destephen (Université Paris Nanterre), membre du comité de rédaction.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

I/ La purification
II/ La divination
III/ La déification

Aperçu du début du texte

Grâce au contact avec une partie de la victime sacrifiée, on se réapproprie, en somme, quelque chose du potentiel divin acquis par cette victime, car en la sacralisant, comme l’indique le nom latin du sacrifice (sacrificium), on la « soustrait à l’usage profane ». L’animal sacrifié « est entré dans la zone du divin ». C. Trebatius Testa écrivait dans le premier livre de son De religionibus qu’est « sacré tout ce que l’on tient pour être la propriété des dieux ». On a reconnu depuis longtemps que « le sacrifice… est le lien essentiel entre l’homme et la divinité ». Comme l’affirmait Platon, « sacrifier aux dieux, c’est entrer en relation avec eux ».

Les chrétiens en étaient tout aussi convaincus, car ils croyaient en l’existence des dieux en tant que « démons », et c’est pour cette raison qu’ils refusaient de consommer la viande des animaux sacrifiés, qu’on trouvait plutôt à meilleur compte sur les marchés. Pour eux, il s’agissait, en effet, de chairs dont la consécration aux démons c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Turcan, « Le potentiel des peaux d’animaux sacrifiés dans le monde gréco-romain », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2019, 459-473.

Référence électronique

Robert Turcan, « Le potentiel des peaux d’animaux sacrifiés dans le monde gréco-romain », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/9877 ; DOI : 10.4000/rhr.9877

Haut de page

Auteur

Robert Turcan

Institut de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals