Navigation – Plan du site
Dossier

De Rühl à Christaller : le développement de la géographie économique allemande « classique » (1918-1933), un produit de la Grande Guerre ?

From Rühl to Christaller: the development of “classic” German economic geography (1918-1933), a product of the Great War?
Nicolas Ginsburger
p. 163-185

Résumés

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, avec la défaite allemande et la mise en place de la République de Weimar, plusieurs géographes germaniques investissent les questions économiques sous un angle renouvelé. S’il s’agit d’abord de répondre à certains impératifs du temps de guerre, cette entreprise collective est davantage destinée à relever les défis de la modernité et à soigner le malaise d’une discipline en plein doute théorique, entre tentations interdisciplinaires et contestations du paradigme central du « paysage » (Landschaft). Un effort particulier de conceptualisation se développe donc, notamment en matière de géographie agricole à dominante tropicale et de géographie industrielle et urbaine, aboutissant à une cristallisation remarquable, au milieu des années 1930. Si l’arrivée au pouvoir du parti nazi met un terme à ce mouvement, dont les principaux représentants sont soit persécutés ou exilés, soit attirés par les axes de recherche favorisés par la nouvelle idéologie dominante, c’est bien au terme d’une quinzaine d’années de réflexions intenses et innovantes, marquées par l’ombre de la Grande Guerre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Wirth, 1969.
  • 2 Wirth, 1986-1987.
  • 3 Bartels, 1982 ; Sedlacek, 1994 ; Klein, 2005.
  • 4 « Classique » en ce qu’il est caractérisé par une première structure épistémologique et en ce qu’i (...)
  • 5 Ginsburger, 2015a.

1En 1969, le géographe Eugen Wirth (1925-2012), spécialiste des campagnes et des villes du Proche-Orient et de l’Irak, publie un recueil de textes à destination des étudiants allemands, tous consacrés à la géographie économique (Wirtschaftsgeographie)1. Les six premiers chapitres, ceux de la « préhistoire » de la sous-discipline, sont notamment signés par Johann Heinrich von Thünen (1783-1850), présenté rétrospectivement comme l’un des premiers théoriciens de l’économie spatiale, pour la logique de localisation des activités agricoles, Alexander von Humboldt (1759-1859), Carl Ritter (1779-1859) et Ferdinand von Richthofen (1833-1905). Les sept derniers essais, ceux des années 1950 et 1960, sont le fait de la « nouvelle garde » de l’après-guerre, en particulier Hans Bobek (1903-1990), Erich Otremba (1910-1984), le maître de Wirth à Hambourg2, et Peter Schöller (1923-1988)3. Entre ces deux périodes, seize études, publiées entre 1918 et 1936, témoignent d’un courant remarquable dans les pays germaniques, aboutissant à la cristallisation d’une version dite « classique4 » de ce champ d’études, qui permet à Wirth d’établir ainsi un canon textuel et une généalogie légitimante dans un moment de remises en cause intenses des certitudes disciplinaires5.

2En effet, le choix orienté de Wirth ne doit pas masquer le fait qu’en l’espace d’une quinzaine d’années, précisément dans l’entre-deux-guerres, c’est toute une vision de la Wirtschaftsgeographie qui se développe et se structure, une sorte d’âge d’or effervescent, période des manifestes et de réflexions critiques, destinés à (re)légitimer une discipline en crise selon certains de ses praticiens, de textes écrits par des chercheurs reconnus comme novateurs dès l’époque, par la suite présentés comme des « pères fondateurs ». Comment expliquer ce « moment » de la pensée géographique germanophone ? Pourquoi justement dans cette période, dans la continuité immédiate de la Grande Guerre et avec la mise en place de la République de Weimar ? Dans quel contexte disciplinaire interne et avec quelles interactions avec les autres sciences sociales de l’époque, en particulier l’économie, l’histoire et la sociologie ?

  • 6 Ginsburger, 2010.
  • 7 Harvard Houghton Library, MS Am 1798, correspondance passive de William Morris Davis, boîte 2, dos (...)
  • 8 Gerwarth, 2017.
  • 9 Solchany, 2003.
  • 10 Hallair, 2011.
  • 11 Korinman, 1990 ; Ebeling, 1994 ; Mehmel, 1995 ; Natter, 2004.
  • 12 Heinrich, 1991 ; Fahlbusch, 1994 et 1999 ; Fahlbusch, Rössler, Siegrist, 1989 ; Fahlbusch, Haar, 2 (...)
  • 13 Schöttler, 2017.
  • 14 Peukert, 1995.
  • 15 Claval, 1998 ; Benko, Scott, 2004 ; Benko, 2008.

3Les effets directs du conflit sur la discipline ont été importants6, en particulier à travers une intense demande politique et sociale menant à ce que le Français Albert Demangeon (1872-1940) par exemple qualifie de « “boom” remarquable7 » et en dépit des conséquences générales évidemment dévastatrices sur les communautés savantes. Mais ce sont surtout ses lendemains qui ont permis un développement considérable, autant dans les pays vainqueurs que vaincus, du fait ou malgré les situations de crises politiques, diplomatiques ou économiques qui ont perduré pendant au moins la première partie des années 19208. En Allemagne notamment, en géographie comme dans de nombreuses autres disciplines universitaires, la diversification des courants de pensée a été l’un des marqueurs du « kaléidoscope weimarien » en termes de cultures, autant de masse que scientifiques9. Entre crise et modernité, réaction conservatrice et impulsions révolutionnaires, la géographie allemande des années de Weimar a ainsi été marquée par plusieurs courants : d’abord une géographie physique relativement traditionnelle, dans la puissante lignée du xixe siècle et d’une sorte de réaction antiaméricaine aux théories géomorphologiques davisiennes, quoiqu’essayant de rénover ses cadres de pensée autour du paradigme dominant du « paysage » (Landschaft)10 ; ensuite une géographie politique et une géopolitique revanchardes, aux marges de l’université mais très visibles socialement11 ; enfin une géographie humaine marquée, dans une certaine mesure, par le nationalisme et le racisme, en particulier en ce qui concerne les études concernant l’Europe, centrale et orientale (Ostforschung)12 ou bien occidentale (Westforschung)13. Dans ce dernier secteur, l’évolution de la géographie économique a suivi un chemin singulier, relativement moins marqué idéologiquement, se développant dans plusieurs directions (géographie agricole et industrielle, zones tempérées comme tropicales) et dans le sillage de la Première Guerre mondiale : animée par plusieurs générations de chercheurs dans des centres universitaires bien déterminés, elle n’a pas constitué un mouvement unifié mais a connu une sorte de bouillonnement intense contribuant à la mise en place de bases conceptuelles et scientifiques considérées par ses contemporains comme solides. Produit plus ou moins lointain de la Grande Guerre, continuant à étudier des thématiques économiques primordiales pour la nation défaite, ou courant autonome des années d’après-guerre ? Il s’agit ici d’étudier précisément la façon dont elle s’est développée, au gré des « tensions de la modernisation » disciplinaire14, entre libéralisme et conservatisme, rénovation interne au champ et circulations interdisciplinaires, à travers l’étude prosopographique d’une dizaine de personnalités remarquables, quoique peu citées comme telles dans les études françaises d’histoire de la géographie économique15.

Mobiliser, rénover et ouvrir la discipline : Rühl ou la géographie comme science sociale

  • 16 Schultz, 2003b.

4Le développement propre de la géographie économique, non plus comme sous-branche de la géographie humaine, étudiée classiquement dans le cadre des études régionales (Länderkunde), mais comme une science sociale, naît de l’urgence ressentie, pendant la Grande Guerre et avec la défaite militaire, d’un besoin de rénovation de la discipline sur de nouvelles bases, plus appliquées, plus en lien avec les évolutions des sociétés. À ce niveau, son porte-parole le plus actif est Alfred Rühl (1882-1935), figure atypique réhabilitée au début du xxie siècle et présentée comme un « non-conformiste16 » mais dont le parcours s’effectua entre la géographie physique la plus orthodoxe et une certaine revendication d’hétérodoxie passant par les marges de l’institution académique allemande.

S’adapter aux exigences de la guerre (1916-1918)

  • 17 Rühl, 1918.
  • 18 Steinmetz, 1913. C’est lui qui rédige, en 1938, l’introduction du livre-testament de Rühl.
  • 19 Brogiato, 1998 ; Ginsburger, 2011.
  • 20 Rühl, 1918, 301-302.
  • 21 Feuerhahn, 2015.

5En 1918, Rühl publie un manifeste de dix pages traitant des « devoirs et de la position » de la Wirtschaftsgeographie, dans le bulletin de la société de géographie de Berlin, alors l’un des organes les plus légitimes de la discipline17. Souhaitant y mener une « refondation » (Neufundierung) et lui fournir une meilleure assise méthodologique et réflexive, sur le modèle explicite de la sociologie, s’appuyant sur le Néerlandais Sebald Rudolf Steinmetz (1862-1940)18, il en appelle à concentrer l’effort sur la géographie humaine (Anthropogeographie) dans la lignée de Friedrich Ratzel (1844-1904), selon lui trop absente de la géographie universitaire et cantonnée à la géographie scolaire (Schulgeographie), alors que la géographie physique et la géologie y occupent une place hégémonique19. Souhaitant réduire ce déséquilibre, il revendique un effort particulier sur la géographie économique, comme « science frontière entre la géographie et l’économie politique. […] [Elle] est tout autant une science sociale qu’une science naturelle20 ». Pour lui, le géographe doit ainsi prendre comme point de départ de son travail non plus la géologie ou la physique, mais l’économie politique, la statistique, la sociologie. Le caractère transgressif de son appel, qui reprend des catégories cependant bien connues du débat épistémologique du xixe siècle allemand21, doit régénérer une discipline scientifique dont il pense déjà qu’elle connaît une situation de crise interne.

  • 22 Sieger, 1903.
  • 23 Hettner, 1897 et 1902.
  • 24 Demm, 2000 ; Loader, 2012.
  • 25 Weber, 1909 ; Géneau de Lamarlière, 2008.
  • 26 Waibel, 1933.
  • 27 Metz, 1912 ; Lietze, 1914.

6Comment justifie-t-il cet effet de rupture, d’un point de vue collectif ? Certes, la géographie économique existe avant 1914 en Allemagne : en 1903, au Geographentag (Congrès des géographes allemands) de Cologne, les premiers véritables exposés de cette spécialité sont prononcés, notamment par l’Autrichien Robert Sieger (1864-1926)22, démontrant une certaine maturité du champ. Mais, malgré l’impulsion du professeur de Heidelberg Alfred Hettner (1859-1941)23 et la publication de l’œuvre de l’économiste Alfred Weber (1868-1958)24 sur la localisation industrielle25, l’élan ne se concrétise pas26, même si plusieurs thèses de doctorat montrent une attention croissante pour les questions de localisation économique, en particulier autour des grands fleuves européens, comme le Rhin et le Rhône27. La Grande Guerre donne cependant une impulsion nouvelle à ce champ d’études. Dans le sillage d’un rapport (Denkschrift) du gouvernement prussien, l’assemblée (Tagung) des géographes allemands à Heidelberg demande en avril 1916 un élargissement de l’enseignement géographique du côté des « sciences économiques » (Wirtschaftskunde), dans le sillage de l’économiste de Bonn Willy Wygodzinski (1869-1921). Ainsi, le constat d’un changement nécessaire de l’effort disciplinaire est affirmé dans le sens d’une ouverture thématique et spatiale :

  • 28 Merz, 1916, 403-404.

Désormais, notre époque exige une extension de la recherche et de la description géographique allemande du côté de l’étranger ; nous avons cruellement ressenti le manque de spécialistes géographiques concernant de nombreux aspects des nombreux États avec lesquels nous sommes maintenant alliés ou bien contre lesquels nous combattons, ainsi que d’une explication géographique approfondie. Et en même temps, l’époque nécessite impérieusement que les structures, jusqu’ici seulement esquissées, des géographies politique et économique, si importantes pour l’État, soient encore développées28.

  • 29 Wardenga, 1995 ; Ginsburger, 2010.

7Cette prise de conscience collective d’un besoin, pour la discipline géographique, de développer une géographie plus utile à la société et à l’État, plus en phase avec les enjeux de son temps de guerre, plus régionale également et plus tournée vers le monde, est très présente par exemple dès 1914 chez Hettner, qui peine à trouver des auteurs compétents pour des articles d’actualité militaire, politique et diplomatique, pour sa revue Geographische Zeitschrift29. Ceci aboutit à des demandes de créations de postes d’universitaires, qui ne seraient plus chargés de « géographe générale » mais enseigneraient sur des chaires spécialisées en géographies politique ou économique ou en Auslandskunde (sciences sur les pays étrangers). Ceci correspond bien à la réflexion de Rühl, qui se saisit de cette demande conjoncturelle, et la poursuit malgré les chocs de la défaite militaire et des crises économiques.

De la géomorphologie à l’« esprit économique » des peuples

  • 30 Rühl, 1906.
  • 31 Rühl, 1909.
  • 32 Schultz, 2003b, 319.
  • 33 Martin, 2015, 307-332.

8Le rôle de la guerre est donc marqué dans le cas de Rühl, même si lui-même ne s’inscrit dans ce mouvement que de manière progressive et surtout précoce, avant 1914. Le début de sa carrière est en effet résolument tourné vers la géographie physique. Il soutient une thèse de géomorphologie maritime à Berlin en 190530, dernier doctorant sous la direction de Richthofen et l’un des premiers du glaciologue Albrecht Penck (1858-1945) dans la capitale prussienne, puis une habilitation en 1909 à Marbourg, où il est chargé de cours (Dozent), consacrée à la géomorphologie de la Catalogne31. C’est donc en tant que spécialiste de géographie physique et de géomorphologie qu’il prend part en 1912 à l’excursion transcontinentale organisée par l’American Geographical Society de New York et le géomorphologue de Harvard William Morris Davis (1850-1934), dont il est proche depuis que ce dernier a enseigné sa « théorie du cycle d’érosion » comme professeur invité en Allemagne, et dont il traduit en allemand certains textes32. Pourtant, la même année, Rühl est appelé par Penck à prendre la direction de la section de géographie économique de l’Institut für Meereskunde (Institut océanographique) de l’université de Berlin, où il est nommé en 1914 professeur non-titulaire. A-t-il été « converti » par le courant de géographie économique et commerciale, particulièrement dynamique dans les pays anglo-américains au début du xxe siècle33 ? Est-ce plutôt un effet d’opportunité professionnelle et de stratégie personnelle, lui demandant une orientation nouvelle de ses travaux pour obtenir un poste qu’il aurait eu des difficultés à obtenir sur un marché de l’emploi universitaire saturé ? Toujours est-il que, dès lors, il n’écrit quasiment plus que sur des sujets de géographie économique.

  • 34 Rühl, 1922 et 1928.
  • 35 Rühl, 1925 et 1927.
  • 36 Usher, 1929.
  • 37 Rühl, 1929.
  • 38 Mais pas le seul présent, les autres étant juste observateurs.
  • 39 En 1910, Rühl avait traduit en allemand l’introduction de son Traité de géographie physique (1909)
  • 40 Toujours professeur à l’Institut für Meereskunde, nommé en 1928 professeur honoraire à la Technisc (...)

9Il s’agit d’abord d’études inspirées par le souvenir de son voyage Outre-Atlantique et par ses observations, sur les ports états-uniens de San Francisco (1913) et de Newport News (1918), considérés du point de vue de la géographie des transports (Verkehrsgeographie) et alimenté par son enseignement à l’Institut für Meereskunde, en particulier en lien avec les activités portuaires. Sa réflexion, interrompue brièvement par sa mobilisation dans l’armée pendant la Grande Guerre, est cependant confirmée et relancée à la fin du conflit, sans qu’on y décèle cependant l’effet direct de la conjoncture économique chaotique de l’époque. Dans les années 1920, il publie en effet plusieurs études sur la « psychologie » voire « l’esprit économique » des peuples, d’abord celui des Espagnols34, ensuite des Algériens et des Américains35, écrits où se manifeste l’influence de la pensée sociologique, en particulier celle de Max Weber. Les théories d’Alfred Weber prennent également pour lui une importance croissante, témoignage du fort intérêt que ces idées ont exercé dans certains milieux scientifiques de l’entre-deux-guerres, en particulier dans celui des Annales d’histoire économique et sociale36. En 1929, il considère la question de la localisation dans une étude remarquée sur la géographie agricole en Australie37 et en 1931, il présente un exposé sur « les mouvements de localisation de l’industrie » lors du Congrès international de géographie de Paris organisé par l’Union géographique internationale (UGI), dont sont alors encore officiellement exclus les Allemands, seul de son pays invité à parler38 par l’organisateur, le Français Emmanuel de Martonne (1873-1955)39. Ce signe de reconnaissance disciplinaire, au-delà de la poursuite des fractures de guerre dans l’Internationale savante, contraste avec une situation de relative relégation professionnelle40 qu’il partage alors avec les autres spécialistes de géographie économique de l’époque.

Du commerce aux tropiques : la géographie économique comme science utile et politique

10Rühl n’est évidemment pas le seul géographe à s’inscrire dans le champ de la Wirtschaftsgeographie, qui présente une diversité croissante dans les années 1920 et 1930, en partie due aux conséquences de la Première Guerre mondiale. En effet, c’est singulièrement dans les milieux de la géographie coloniale, privés de leurs terrains privilégiés par le traité de Versailles, que se développent alors les principales innovations de la sous-discipline.

Une discipline essentiellement appliquée ?

  • 41 Elles peuvent délivrer des doctorats depuis 1899 et comptent près de 12 000 étudiants en 1913, 24  (...)
  • 42 En particulier sur l’Australie, la Turquie et les États-Unis (Hassert, 1907, 1918, 1922).
  • 43 Hassert, 1913.
  • 44 Hassert, 1919.
  • 45 Rathjens, 1957.
  • 46 Credner, 1926b.
  • 47 Ginsburger, 2014.

11Dans la continuité du Reich wilhelmien, les deux premiers lieux de production de la géographie économique en Allemagne sont en situation de relative infériorité dans la hiérarchie académique. Il s’agit des universités techniques (Technische Hochschulen), qui se développent considérablement pendant les années weimariennes41, et des écoles supérieures de commerce (Handelshochschulen), traditionnellement liées à une géographie appliquée (transport, commerce, production de ressources économiques). Ces creusets traditionnels accueillent des géographes spécialistes, comme Kurt Hassert (1868-1947). Disciple de Ratzel à Leipzig, il soutient son doctorat en 1891 en géographie polaire, puis, habilité en 1895, il enseigne à Leipzig, à l’université et à la Handelshochschule, avant d’obtenir un poste de professeur titulaire à l’école de commerce de Cologne (1902-1917), puis à l’université technique de Dresde à partir de 1917. En plus de ses nombreux écrits consacrés aux territoires polaires, aux Balkans et aux colonies africaines (en particulier le Cameroun), il publie ainsi d’une part des ouvrages de géographie régionale dans lesquels la géographie économique est (dès avant 1914) évoquée de façon détaillée42, d’autre part des contributions plus générales sur la géographie des transports43 et de l’économie44, ouvrages de synthèse et outils pédagogiques et de vulgarisation grand public prenant directement leurs origines dans l’école ratzélienne. D’autres carrières témoignent de l’importance de ce creuset des grandes écoles techniques, qui permettent à des spécialistes de géographie humaine, en particulier économique, de trouver des postes, par exemple Wilhelm Credner (1892-1948)45. Fils de Rudolf (1850-1908), géomorphologue et glaciologue, professeur de géographie à Greifswald, il soutient en 1922 sa thèse de géomorphologie auprès de Hettner à Heidelberg, après des études en Allemagne et à Uppsala, et trois ans plus tard, il est habilité à Kiel, avec un travail de géographie économique sur l’agriculture en Suède46. Il voyage alors au Siam et en Indochine en 1927-1929, puis devient professeur titulaire à l’université de Canton en 1929-1931, enfin professeur titulaire à la Technische Hochschule de Munich en 1932. Ce parcours original, allant comme Rühl de la géomorphologie à la géographie économique, marqué, comme pour d’autres47, par un détour à l’étranger pour faire progresser une carrière relativement bloquée en Allemagne, n’empêche pas son œuvre d’être particulièrement importante pour l’étude de la géographie agricole, en Europe (Suède, Allemagne) comme dans les pays tropicaux (en particulier asiatiques).

  • 48 Sapper, 1908.
  • 49 Sapper, 1925.
  • 50 Ginsburger, 2015b.
  • 51 Buttimer, 1983, 227.
  • 52 Rössler, 1991.
  • 53 Buttimer, 1983, 230.
  • 54 Hartke, 1932.
  • 55 Ginsburger, 2015b.

12Par contraste, les universités laissent une place relativement réduite à la géographie économique, à quelques exceptions près, par exemple Karl Sapper (1866-1945). Explorateur, naturaliste, vulcanologue, linguiste et archéologue de l’Amérique centrale, habilité sous la direction de Ratzel en 1900 avec un travail sur « la signification géologique des formes de végétation tropicale en Amérique centrale et au Mexique méridional », professeur à Tübingen en 1902, il publie une « géographie économique du Mexique48 » dans une série intitulée « Géographie appliquée » (Angewandte Geographie). Devenu professeur titulaire à Strasbourg (1910-1918), puis à Würzburg (1919), Sapper publie également plus tard une « géographie générale de l’économie et du transport49 ». Ce lien entre exploration et géographie économique se réduit avec la professionnalisation de la géographie académique et la disparition des personnages de professeurs explorateurs, mais la Wirtschaftsgeographie s’institutionnalise difficilement dans les universités de plein droit. C’est pourtant le cas de Rühl à Berlin en 1930, qui y forme quelques élèves, comme Wolfgang Hartke (1908-1997)50. Né en 1908 à Bonn, fils d’un universitaire théologien et pasteur réformateur prussien, il part étudier très jeune à Genève, fréquente assidûment la bibliothèque du Bureau International du Travail (BIT)51 et y suit notamment les cours de l’économiste libéral et diplomate William E. Rappard (1883-1958), proche de la SDN et des milieux états-uniens et internationaux. Il y lit également de nombreux travaux universitaires, en particulier ceux de l’école française de géographie humaine (Jean Brunhes), des historiens des Annales (Marc Bloch, Lucien Febvre)52 et de psychologues et psychiatres (Le Bon, Freud, Adler, Jung). Revenant à Berlin en 1928, il y est particulièrement sensible à l’enseignement de Rühl, dont il apprécie les idées sur les « questions de valeurs et de motivations comme forces créatrices de disparités régionales dans le monde53 », mais aussi aux cours d’économistes et d’anthropologues. Il est finalement diplômé en 1932 avec une thèse sur les « transformations géographico-culturelles dans la France du nord-est depuis la guerre. La reconstruction des territoires détruits54 », où il démontre une attention soutenue pour les espaces ruraux et agricoles, mais aussi pour les paysages culturels et sociaux, profondément modifiés sous l’effet du conflit et de ses suites. Ce retour à la Grande Guerre, près de quinze ans après l’armistice, par un jeune universitaire qui ne l’avait vécue qu’enfant et avait grandi dans un milieu pacifiste et cosmopolite, démontre dans son cas l’importance des traces des combats dans les paysages européens, mais aussi sa capacité à en traiter avec détachement et sans esprit de revanche, en intégrant à sa réflexion des notions venues d’autres aires culturelles savantes, en particulier suisses et françaises, jouant en la matière le rôle d’un passeur transnational et transdisciplinaire55.

Le spectre des colonies perdues et l’émergence d’une nouvelle géographie agricole

  • 56 Sallard, 1997 ; Gräbel, 2015 et 2017.
  • 57 Dove, 1902.
  • 58 Dove, 1917.

13En même temps, un autre lieu privilégié d’épanouissement de la géographie économique dans l’entre-deux-guerres se situe dans les milieux de géographie coloniale puis tropicale56. Ce phénomène, en apparence paradoxal mais s’expliquant par une problématique de révisionnisme face à la perte des colonies allemandes avec le traité de Versailles, ne date pas cependant de la défaite allemande. Karl Dove (1863-1922) par exemple étudie à Göttingen et à Fribourg la géographie, la physique et l’économie politique (Volkswirtschaft), mais sa thèse de promotion, en 1888, concerne « le climat de l’Afrique du Sud non-tropicale ». En 1890, son habilitation à Berlin, touchant également la géographie et la climatologie, l’amène à enseigner, en tant que Privatdozent (chargé de cours), la géographie régionale coloniale au « séminaire de langues orientales » (Seminar für Orientalische Sprachen). Dans le cadre de la « Société coloniale allemande » (Deutsche Kolonialgesellschaft), il entreprend des études météorologiques et de géographie économique en 1892 et 1893, avant tout en Afrique allemande du Sud-Ouest et de l’Est, dans la région du Cap et en Égypte. Professeur non titulaire à l’université d’Iéna (1899-1908) puis au Berliner Museum für Völkerkunde (Musée ethnographique), enfin à Fribourg à partir de 1914, il y crée un « institut d’études étrangères africanistes » (Institut für Afrikanische Auslandskunde) sur le modèle du Kolonialinstitut, fondé en 1908 à Hambourg, et publie plusieurs ouvrages de géographie économique appliquée aux colonies allemandes57 d’une part, à l’Afrique plus généralement58 d’autre part. Avec la perte des colonies allemandes, il cesse cependant ses travaux et prend sa retraite précocement.

  • 59 Ginsburger, 2010.
  • 60 Landmann, 2013.
  • 61 Waibel, 1933.
  • 62 Pfeifer, 1952 ; Nitz, 1978, 201.
  • 63 Heske, 1991 ; Graichen, Gründer, 2005.
  • 64 Pfeifer est également parfois connu comme l’un des principaux critiques allemands nazis du livre d (...)

14Certains parviennent à mieux accepter la disparition de ce terrain privilégié, à l’instar de Leo Waibel (1888-1951). Élève de Penck à Berlin, puis de Hettner à Heidelberg, il soutient en 1911 une thèse sur les « formes et modes de vie des animaux des forêts en Afrique tropicale ». Voyageant au Cameroun (1911) et en Afrique du sud-ouest (1913) où il étudie la place de l’homme dans les forêts tropicales, bloqué dans les colonies allemandes pendant la Grande Guerre59, il est habilité en 1920 avec un travail sur les « pluies hivernales en Afrique du sud-ouest ». C’est donc un géographe profondément colonial qui doit accepter la perte de sa région principale de recherches, mais pas renoncer à ses objets d’études en eux-mêmes60. Nommé en 1922 à Kiel, il entreprend en 1925-1926 un voyage scientifique au Mexique, dans les États du sud-ouest des États-Unis et dans les Açores. Il est nommé en 1929 sur la chaire de géographie de Bonn, y publiant dès lors son œuvre essentielle de synthèse61, confirmant sa position de « fondateur de la géographie agraire moderne62 », prenant également régulièrement des positions révisionnistes en faveur des ambitions internationales allemandes et du retour des colonies africaines, cultivant le rêve et le traumatisme impérial allemand63, mais développant un intérêt particulier pour l’Amérique comme espace pionnier. Son principal élève à Kiel puis à Bonn, Gottfried Pfeifer (1901-1985), est ainsi habilité avec un travail sur « la formation spatiale de l’agriculture en Californie septentrionale », après un séjour de quatre ans comme assistant à l’université de Berkeley, aux côtés du géographe germano-américain Carl Sauer (1889-1975)64.

  • 65 Sandner, 1973 et 1987.
  • 66 Ruppenthal, 2007.
  • 67 En 1942, il prend la direction de l’institut colonial et de géographie économique de l’université (...)
  • 68 Lütgens, 1928.
  • 69 Et, une fois retraité, qui devait être encore élargies dans un vaste traité de cinq tomes, dont se (...)

15Les traces de l’empire colonial allemand persistent donc fortement dans le champ de la géographie allemande, singulièrement dans celui de la géographie économique à tendance rurale, comme le montre également l’exemple de Rudolf Lütgens (1881-1972)65. Élève berlinois de Richthofen (thèse en 1905), il passe deux ans au Deutsche Seewarte (Observatoire maritime allemand) de Kiel pour travailler sur les courants marins et atmosphériques. En 1910, il est chargé de cours au Kolonialinstitut de Hambourg66 et fait plusieurs voyages de recherche en Amérique latine (1908-1909 en Argentine, 1912 en Amérique centrale et à Haïti). En 1920, il passe son habilitation sur Haïti et La Plata, ce qui lui ouvre en 1928 une position de professeur extraordinaire, toujours à Hambourg, dans laquelle est désormais établie une université67, tandis qu’il dirige l’entreprise familiale dans le port de la ville (1924-1932). C’est alors qu’il publie un traité de « géographie économique générale68 », l’un des premiers ouvrages de synthèse sur ce sujet en langue allemande, qui reprenait les idées qu’il avait développées tout au long des près de 4 500 titres de sa bibliographie69.

Synthèses et décloisonnements : l’année 1933, aboutissement ou tournant ?

16Si plusieurs géographes de l’économie se positionnent donc en se rapprochant d’autres sciences humaines et sociales de l’époque et en essayant d’instaurer une certaine ouverture théorique, d’autres tentent de réformer de l’intérieur une discipline géographique inquiète. L’apogée de ce mouvement se situe au début des années 1930, à travers plusieurs tentatives d’innovations conceptuelles et de dépassements interdisciplinaires.

Nouvelles questions, nouveaux concepts

  • 70 Lütgens, 1921-1922 et 1927.
  • 71 Rungaldier, 1963.
  • 72 Avec une thèse sur le désert africain du Kalahari en 1904.
  • 73 Hallair, 2010 et 2011. Indiquons pour mémoire que pendant les années 1920 et surtout après 1933, P (...)

17Les années de Weimar sont marquées par l’éclosion et la cristallisation de concepts présentés dès leur formulation et encore aujourd’hui comme des cadres fondamentaux de la théorie de la géographie économique allemande. Ainsi, en 1922 et pour la première fois, la notion de « paysage économique » (Wirtschaftslandschaft) est définie par Lütgens70, pour remplacer le terme de Kulturlandschaft (« paysage culturel »)71. Ceci n’arrive pas par hasard : à Hambourg, il est le collègue de Siegfried Passarge (1866-1958), lui aussi spécialiste de géographie physique72, mais surtout théoricien du Landschaft naturel et de la Landschaftskunde (« géographie du paysage ») dès avant-guerre, systématisés en particulier lors du Geographentag de Leipzig en 192173. Hambourg, avec son centre de géographie coloniale, a donc été un des principaux laboratoires du renouvellement (non consensuel cependant) de la notion de « paysage », y compris dans sa composante économique.

  • 74 Bartels, 1970, 12-14.
  • 75 Credner, 1926a.
  • 76 Pfeifer, 1928.
  • 77 Waibel, 1933.
  • 78 Schultz, 1980 et 2003b.
  • 79 Benko, 2008.
  • 80 Klein, 2005, 339.
  • 81 Waibel, 1928.
  • 82 Waibel, 1933.
  • 83 Borcherdt, 1971, 93 ; Sallard, 1997, 42.
  • 84 Nitz, 1978, 201.

18Mais au-delà, c’est tout un corpus conceptuel qui vise à donner à ce courant une assise plus solide et introduire davantage le facteur humain comme agent géographique74. Dès lors, la géographie économique fait l’objet d’un premier bilan en 1925, au Geographentag de Breslau, par Credner75, et d’appels réguliers à se refonder, par exemple, celui de Pfeifer en 192876 et de Waibel en 193377, témoignant d’une « anxiété » épistémologique78 qui ne semble pas s’exprimer aussi nettement dans le courant équivalent en France79. Des notions spécifiques sont alors progressivement forgées80. Déjà en 192681, mais de façon plus systématique en 1933, Waibel parle ainsi de « structuration (ou formation) économique » (Wirtschaftsformation), comme d’un « contexte fonctionnel spatialement différencié et différenciant entre les facteurs de production (sol, climat, travail, capital, entreprises, marché, objectifs de production…) », par analogie avec les formations végétales qu’il avait décrites précédemment pour la Sierra Madre du Mexique du Sud, dans une démarche environnementaliste82. Il discute ainsi particulièrement des « cercles » concentriques et des théories de la rente foncière de Thünen, qu’il fait évoluer vers une prise en compte plus intégrée des marchés83, et décrit des organisations territoriales systémiques, combinaison de plusieurs facteurs (surfaces utilisables, infrastructures (transport, exploitations) et processus d’interdépendances fonctionnelles), avec des motivations économiques (la production) et sociales (les paysans) précises, pouvant interagir, coexister ou se concurrencer dans un même espace84 : il s’agit donc d’une notion nouvelle, fondant une « géographie sociale » à dimension économique, en particulier agricole.

  • 85 Hottes, 1971, 35.
  • 86 Kraus, 1931. Le « Siegerland » est une région du Sud de la Westphalie.
  • 87 Kraus, 1933.
  • 88 Schrepfer, 1935.

19Au même moment, son élève de Kiel85, puis du géographe colonial de la Handelshochschule de Cologne Franz Thorbecke (1875-1945), Theodor Kraus (1894-1973), renouvelle la géographie industrielle. Promu en 1924 sur une étude de géographie des transports concernant « les chemins de fer dans les zones frontalières d’Europe centrale et orientale », puis habilité en 1929 sur l’étude d’une zone industrielle (« Le Siegerland. Un territoire industriel dans le massif rhénan86 »), se spécialisant dès lors dans l’étude des régions industrielles autour du Rhin, il définit la notion d’« espace économique » (Wirtschaftsraum)87 comme une « partie déterminée de la surface terrestre caractérisée par des caractéristiques structurelles économiques définies et des liens fonctionnels, et qui se distingue par sa structure individuelle des autres espaces économiques environnants. » Fortement liée à la notion de « paysage économique », cette notion est selon lui l’objet central de la Wirtschaftsgeographie : « il ne s’agit pas seulement de l’expression régionale d’une organisation économique uniforme, comme pour l’économiste spatial, mais, dans un sens géographique, d’une unification de parties de paysages qui sont produits par des acteurs économiques ». À la même époque, la notion de « régions économiques » (Wirtschaftsgebiete) est également développée par Hans Schrepfer (1897-1945) par exemple88.

La théorie des « lieux centraux », une rupture dans la géographie économique ?

  • 89 Güssefeldt, 2005 ; Djament-Tran, 2014.
  • 90 Robic, 2001, 182-187 ; Hallair, 2008 ; Djament-Tran, 2014.

20C’est toujours en 1933 que Walter Christaller (1893-1969) formule pour sa part une nouvelle théorie, dont le rôle important dans la géographie mondiale de la seconde moitié du xxe siècle89 ne doit pas faire oublier qu’elle est d’abord assez critiquée et mal acceptée par ses pairs quoiqu’abondamment discutée au niveau national comme international90, et qu’elle se situe bien dans le champ de la géographie économique des années 1930 tout autant que dans celle de la géographie urbaine ou de l’aménagement du territoire (Raumordnung).

  • 91 Christaller, 1933.

21La trajectoire atypique de Christaller, celle d’un outsider de la discipline, renvoie d’abord à son expérience directe de la Première Guerre mondiale : ayant commencé des études de philosophie et d’économie à Heidelberg et Munich, il doit les interrompre, est mobilisé comme officier, combat et est blessé à plusieurs reprises. Après le conflit, l’ancien combattant est pacifiste et même socialiste en 1922. Pendant les années 1920, il exerce différents métiers (mineur, maçon, journaliste, employé et patron d’une entreprise de construction) éloignés du champ académique mais, perdant son travail en 1928, il reprend des études d’économie, à Erlangen : c’est là qu’à près de 40 ans, en 1932, il soutient sa thèse de doctorat sur « les lieux centraux en Allemagne méridionale91 ».

  • 92 Djament-Tran, 2014, 109.
  • 93 Robic, 2001, 168-169.
  • 94 Même s’il faut se méfier des reconstructions a posteriori, Christaller s’est lui-même revendiqué d (...)
  • 95 Robic, 2001, 167.
  • 96 Le « modèle » des lieux centraux entend expliquer la hiérarchie, la taille, le nombre et l’espacem (...)

22Ce travail, qui instaure une « rupture épistémologique avec la Landschaftsgeographie92 », est certes clairement influencé par l’enseignement (revendiqué par Christaller) d’Alfred Weber et les écrits de Thünen, de Max Weber et de l’économiste de Prague Oskar Engländer (1876-1936) – cités explicitement par l’auteur93 –, mais est dirigé par Robert Gradmann (1865-1950), lui-même pasteur, géographe du peuplement et géo-botaniste, et inspiré par des travaux de géographes économiques contemporains plus ou moins reconnus et spécialisés94. L’auteur s’appuie ainsi sur « une forte interdisciplinarité » entre l’économie et la géographie et s’oppose tant à l’étude géographique du terrain qu’aux méthodes historiques et statistiques95. Porteuse d’un modèle explicatif et d’un « idéal-type » présentés comme universellement opératoires96, une telle prise de position prenait place, avec d’autres écrits contemporains, dans le contexte d’une « querelle méthodologique » (Methodenstreit) encore très active, opposant les sciences de la nature et celle de l’esprit (Natur- et Geisteswissenschaften) et questionnant la scientificité (en particulier la capacité à formuler des lois) des sciences humaines en général, singulièrement de la géographie, une nouvelle fois sommée, de l’intérieur, de se réformer et de se rapprocher de l’économie.

Conclusion

23En 1933, l’horizon d’étude de Christaller est donc bien éloigné de la Première Guerre mondiale, même s’il a eu lui-même à la subir en tant que combattant : quinze ans après l’armistice, sa thèse ne parle ni des régions frontalières détruites et reconstruites, ni des colonies tropicales perdues, ni de la géographie comme devant être une science appliquée et politiquement utile, trois directions qui furent autant d’héritages du conflit dans la géographie économique allemande. Mais Christaller poursuit et approfondit en définitive les réflexions de ses contemporains sur l’interdisciplinarité, participant à l’entreprise de reformulation du paradigme disciplinaire, depuis longtemps mais alors plus que jamais en crise.

  • 97 Ginsburger, 2011 et 2015a.
  • 98 Schultz, 2003b.
  • 99 Tichy, 1971, 13.

24Conséquence des impératifs de la Grande Guerre et de l’injonction faite aux sciences d’être directement utiles, symptôme d’un malaise persistant dans la discipline du côté du champ germanique97, la géographie économique allemande de la République de Weimar s’est donc développée vigoureusement, à la fois dans le sillage des années de guerre et dans l’effervescence des « années folles » qui cherchaient à s’en éloigner et à les oublier. À cet égard, plusieurs secteurs sont bien différenciés : d’abord celui, traditionnel, des espaces agricoles, particulièrement étudiés dans leur dimension tropicale et selon les notions centrales de Landschaft et d’écosystème ; ensuite celui des espaces productifs, liés à des facteurs de localisation décrits notamment par l’économie spatiale et peu à peu incorporés dans le champ d’études de la discipline géographique ; enfin celui d’espaces de services, tant en termes de commerce que de fonctions administratives, aboutissant à la théorie des lieux centraux de Christaller, en 1933. Cette diversité d’objets sinon nouveaux, du moins abordés de façon rénovée et plus théorique qu’auparavant, est marquée par des spécialistes reconnus, comme Rühl98, qui ont souvent comme caractéristiques d’avoir d’abord été spécialistes de géographie physique, parfois élèves de Ratzel, puis d’avoir changé d’orientation, dans une optique scientifique mais aussi parfois de stratégie de carrière, pour trouver un poste. La géographie économique se développe ainsi dans des centres universitaires bien identifiés, en particulier Berlin, les universités du sud de l’Allemagne (Munich avec Credner, Erlangen avec Christaller), et celles du Nord : à côté de Hambourg avec Lütgens, Kiel constitua ainsi, avec Credner et Waibel entre 1922 et 1929, l’épicentre de la formation d’une école allemande de géographie agricole, qui se diffusa ensuite dans d’autres centres universitaires (Bonn, Munich, Heidelberg [Pfeifer] et Münster [Müller-Wille]99).

  • 100 Il se suicide en Suisse en 1935 (Schultz, 2003b).
  • 101 Marié à une femme juive et refusant de divorcer, il est mis en retraite d’office en 1937 et obligé (...)
  • 102 Les élèves et collègues de Rühl publient peu après sa mort son ouvrage théorique le plus fondament (...)
  • 103 Au contraire de son frère Werner Hartke (1907-1993), un historien qui prend la carte du NSDAP en 1 (...)
  • 104 Robic, 2001 ; Rössler, 2001 et 2016 ; Ingrao, 2016.
  • 105 À partir de 1935 professeur de géographie générale à Cologne, c’est en 1944 qu’il devient professe (...)
  • 106 Werlen, 2010 ; Ginsburger, 2015b.
  • 107 Kraus, 1957.
  • 108 Ginsburger, 2015a.

25Cependant, concurrencée par des thématiques plus politiques et suspecte de trop grande proximité avec des disciplines concurrentes (l’économie, la sociologie), la géographie économique allemande reste globalement, pendant l’entre-deux-guerres, dans une situation de relative marginalité institutionnelle, largement cantonnée dans les écoles supérieures appliquées (techniques et commerciales) ou dans la nostalgie colonialiste, même si ses représentants sont assez nombreux et de plus en plus légitimes au milieu des années 1930. Ils subissent néanmoins de plein fouet les effets de l’arrivée au pouvoir des nazis, conduisant à une large reconfiguration du champ disciplinaire et à une dissolution rapide de cette école allemande « classique » de géographe économique. Les persécutions antisémites en éliminent certains (singulièrement Rühl100 et Waibel101) de l’horizon académique germanique tout en occasionnant paradoxalement une intense activité testamentaire102 ; d’autres doivent se dissimuler pour des raisons politiques103 ; d’autres enfin trouvent une place au sein du nouveau régime, signent par exemple la reconnaissance (Bekenntniss) des universitaires à Hitler et à l’État nazi (Hassert, Lütgens) ou s’insèrent dans les diverses institutions du IIIe Reich (Schrepfer dans la SA et le NS-Dozentenbund), puis de la Seconde Guerre mondiale et de la politique de colonisation allemande en Europe, comme Christaller104 ou Kraus105. Après 1945, la géographie économique connaît une seconde période de développement, avec des représentants déjà très actifs avant-guerre et qui avaient survécu aux persécutions nazies (Credner, Waibel) ou à la dénazification (Kraus, Pfeifer). Tout comme la géographie sociale (Bobek, Hartke)106, elle s’institutionnalise de façon remarquable107, quoiqu’au prix de polémiques récurrentes sur sa scientificité et son rapport complexe avec le paradigme disciplinaire unificateur de la Landschaft, toujours central quoique de plus en plus contesté jusqu’à la fin des années 1960108.

Haut de page

Bibliographie

Bartels, D., 1970, « Les conceptions de “Landschaft” et de “Sozialgeographie” dans la géographie allemande », Revue géographique de l’Est, 10/1, p. 3-16.

Bartels, D., 1982, « Wirtschafts- und Sozialgeographie », dans Albers, W. (éd.), Handwörterbuch der Wirtschaftswissenschaft: Wirtschaft und Politik bis Zölle, t. 9, Stuttgart/New York, Gustav Fischer, p. 44-55.

Benko, G., 2008, « La géographie économique : un siècle d’histoire », Annales de géographie, 664, p. 23-49.

Benko, G., Scott, A. J., 2004, « La géographie économique : traditions et turbulences », dans Stromayer, U. (éd.), Horizons géographiques, Paris, Bréal, p. 151-181.

Borcherdt, C., 1971, « Waibels Bedeutung für die Entwicklung der theoretischen Fragestellungen in der Agrargeographie », dans Pfeifer, G. (éd.), Symposium zur Agrargeographie anlässlich des 80. Geburtstages von Leo Waibel, Heidelberg, Selbstverlag des Geographischen Instituts der Universität Heidelberg, p. 91-102.

Brogiato, H.-P., 1998, “Wissen ist Macht – Geographisches Wissen ist Weltmacht”. Die schulgeographischen Zeitschriften im deutschsprachigen Raum (1880-1945), Trèves, Geographische Ges., Materialien zur Didaktik der Geographie, t. 18, 1998.

Brogiato, H.-P., 2005, « Geschichte der deutschen Geographie im 19. und 20. Jahrhundert. Ein Abriss », dans Schenk, W., Schliephake, K. (éd.), Allgemeine Anthropogeographie, Gotha/Stuttgart, Klett-Perthes Verlag, p. 41-81.

Buttimer, A., 1983, The practice of geography, Londres/New York, Longman.

Christaller, W., 1933, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmässigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen, Iéna, Gustav Fischer.

Christaller, W., 1968, « Wie ich zu der Theorie der zentralen Orte gekommen bin. Ein Bericht, wie eine Theorie entstehen kann, und wie in meinem Fall entstanden ist », Geographische Zeitschrift, 56/2, p. 88-101 ; trad. 2005, « Comment je suis parvenu à la théorie des lieux centraux. Comment une théorie peut naître et comment elle est née dans mon cas : compte rendu », Cybergeo. European Journal of Geography, DOI : 10.4000/cybergeo.3153.

Claval, P., 1998, « La géographie économique », dans Claval, P., Sanguin, A.-L. (éd.), La géographie française à l’époque classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan, p. 303-317.

Credner, W., 1926a, « Die geographische Betrachtungsweise der Wirtschaft an einem Beispiel der schwedischen Erzwirtschaft vorgestellt. Arbeitsmethoden und Problemen der Wirtschaftsgeographie », dans Behrmann, W. (dir.), Wissenschaftlichen Abhandlungen des 21. Deutschen Geographentags zu Breslau, 1925, Berlin, D. Reiner, p. 169-181.

Credner, W., 1926b, Landschaft und Wirtschaft in Schweden. Ein Ausschnitt aus der Wirtschaftsgeographie des Ostseegebietes, Veröffentlichungen des Schleswig-Holstein Univ. Ges., 2, Breslau.

Demm, E., 2000, Geist und Politik im 20. Jahrhundert. Gesammelte Aufsätze zu Alfred Weber, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang-Verlag.

Djament-Tran, G., 2014, « Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale », Revue germanique internationale, 20, p. 107-133.

Dove, K., 1902, Wirtschaftliche Landeskunde der deutschen Schutzgebiete, Leipzig, Huberti.

Dove, K., 1917, Wirtschaftsgeographie von Afrika, Iéna, Fischer.

Ebeling, F., 1994, Geopolitik. Karl Haushofer und seine Raumwissenschaft 1919-1945, Berlin, Akademie Verlag.

Fahlbusch, M., 1994, „Wo der deutsche… ist, ist Deutschland!“ Die Stiftung für deutsche Volks- und Kulturbodenforschung in Leipzig, 1920-1933, Bochum, Brockmeyer.

Fahlbusch, M., 1999, Wissenschaft im Dienst der nationalsozialistischen Politik? Die „Volksdeutschen Forschungsgemeinschaften“ von 1931 bis 1945, Baden-Baden, Nomos.

Fahlbusch, M., Haar, I., 2005, German scholars and Ethnic Cleansing, 1920-1945, New York/Oxford, Berghahn Books.

Fahlbusch, M., Rössler, M., Siegrist, D., 1989, Geographie und Nationalsozialismus. 3 Fallstudien zur Institution Geographie im Deutschen Reich und der Schweiz, Kassel, Urbs et Regio, 51.

Feuerhahn, W., 2015, « Partages politiques des savoirs. Lettres versus sciences, Geisteswissenschaften versus Naturwissenschaften (1800-1918) », dans Pestre, D. (éd.), Histoire des sciences et des savoirs, t. 2, Modernité et globalisation, Raj, K., Sibum, O. (éd.), Paris, Seuil, p. 92-113.

Géneau de Lamarlière, I., 2008, « Une relecture des travaux d’Alfred Weber sur la localisation. À l’articulation de l’économique et du socioculturel », Annales de géographie, 664, p. 50-69.

Gerwarth, R., 2017, Les vaincus. Violences et guerres civiles sur les décombres des empires, 1917-1923, Paris, Seuil.

Ginsburger, N., 2010, « La guerre, la plus terrible des érosions ». Cultures de guerre et géographes universitaires, France-Allemagne-États-Unis (1914-1921), thèse de doctorat en histoire contemporaine, université Paris Ouest Nanterre-La Défense.

Ginsburger, N., 2011, « La géographie universitaire allemande revisitée. Quarante ans de regard critique (1969-2010) », L’Espace géographique, 3, p. 193-214.

Ginsburger, N., 2014, « Entre Obst et Chaput : influences européennes et création de l’école turque de géographie (1915-1943) », dans Işıksel, G., Szurek, E. (éd.), Turcs et Français. Une histoire culturelle (1860-1960), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 251-270.

Ginsburger, N., 2015a, « Les “enfants terribles” de la Landschaft. Revendications, contestations et révoltes dans la géographie universitaire ouest-allemande (Bonn, Berlin Ouest, Kiel) en 1968-1969 », Revue d’histoire des sciences humaines, 26, p. 173-208.

Ginsburger, N., 2015b, « Géographies sociales et appliquées, entre regards croisés et circulations universitaires : Wolfgang Hartke, les géographes français et les relations académiques franco-allemandes au xxe siècle », Cybergeo. European Journal of Geography, DOI : 10.4000/cybergeo.27271.

Gräbel, C., 2015, Die Erforschung der Kolonien. Expeditionen und koloniale Wissenskultur deutscher Geographen, 1884-1919, Bielefel, transcript Verlag.

Gräbel, C., 2017, « L’exploration des colonies allemandes par les géographes : techniques de recherche et formes de coopération locale lors des expéditions », dans Georget, J., Hallair, G., Tschofen, B. (éd.), Saisir le terrain ou l’invention des sciences empiriques en France et en Allemagne, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 131-150.

Graichen, G., Gründer, H., 2005, Deutsche Kolonien. Traum und Trauma, Berlin, Ullstein.

Güssefeldt, J., 2005, Die Raumwirtschaftstheorien von Christaller und Lösch aus der Sicht von Wirtschaftsgeographie und New Economic Geography, Göttingen, Goltze (Göttinger geographische Abhandlungen, t. 114).

Hallair, G., 2008, « “Paysage” et “Landschaft” : incompréhensions et malentendus entre les géographes allemands et français dans les années trente », dans Kellerer, S., Nierhoff-Fassbender, A., Theofilakis, F. (éd.), Missverständnis, Malentendu. Kultur zwischen Kommunikation und Störung, Würzburg, Königshausen & Neumann, p. 123-137.

Hallair, G., 2010, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du xxe siècle : la géographie du paysage (Landschaftskunde) en question, thèse de géographie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/université de Leipzig.

Hallair, G., 2011, « Théorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du xxe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3, p. 319-334.

Hartke, W., 1932, Kulturgeographische Wandlungen in Nordostfrankreich seit dem Kriege. Der Wiederaufbau der zerstörten Gebiete, thèse de doctorat publiée sous le titre de Kulturgeographische Wandlungen in Nordostfrankreich, Stuttgart, Engelhorn (Berliner Geographische Arbeit, 1).

Hassert, K., 1907, Landeskunde und Wirtschaftsgeographie des Festlandes Australien, Berlin/Leipzig, G. J. Göschen.

Hassert, K., 1913, Allgemeine Verkehrsgeographie, Berlin/Leipzig, G. J. Göschen.

Hassert, K., 1918, Das Türkische Reich. Politisch, geographisch und wirtschaftlich, Tübingen, J. C. B. Mohr

Hassert, K., 1919, Wesen und Bildungswert der Wirtschaftsgeographie, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn.

Hassert, K., 1922, Die Vereinigten Staaten von Amerika als politische und wirtschaftliche Weltmacht geographisch betrachtet, Tübingen, J. C. B. Mohr.

Heinrich, H.-A., 1991, Politische Affinität zwischen geographischer Forschung und dem Faschismus im Spiegel der Fachzeitschriften. Ein Beitrag zur Geschichte der Geographie in Deutschland von 1920 bis 1945, Giessen, Geograph. Inst. der Justus-Liebig-Univ. Giessen (Giessener Geographische Schriften, 70).

Heske, H., 1991, « Der Traum vom Weltreich „Eurafrika“. Von der Kolonialgeographie zur geographischen Entwicklungsforschung - Persistenzen und Perspektiven », dans Rosenke, W., Siepelmeyer, T. (éd.), Afrika - der vergessene Kontinent?, Münster, Unrast, p. 19-27.

Hettner, A., 1897, « Der gegenwärtige Stand der Verkehrsgeographie », Geographische Zeitschrift, 3, p. 624-634 et p. 694-704.

Hettner, A., 1902, « Die wirtschaftlichen Typen der Ansiedlungen », Geographische Zeitschrift, 8, p. 92-100.

Hottes, K., 1971, « Wie lässt sich der von Waibel für die Landwirtschaftsgeographie entwickelte Formationsbegriff für die Industriegeographie verwenden? », dans Pfeifer, G. (éd.), Symposium zur Agrargeographie anlässlich des 80. Geburtstages von Leo Waibel, Heidelberg, Selbstverlag des Geographischen Instituts der Universität Heidelberg, p. 35-41.

Ingrao, C., 2016, La Promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide (1939-1943), Paris, Seuil.

Klein, R., 2005, « Ökonomische und theoretische Grundlagen der Wirtschaftsgeographie », dans Schenk, W., Schliephake, K. (éd.), Allgemeine Anthropogeographie, Gotha, Perthes Geographie Kolleg, p. 335-352.

Korinman, M., 1990, Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique, Paris, Fayard.

Kraus, T., 1931, Das Sieger-Land. Ein Industriegebiet im Rheinischen Schiefergebirge, Forschungen zur deutschen Landes- und Volkskunde, 28, 1, Stuttgart, Engelhorn.

Kraus, T., 1933, Der Wirtschaftsraum. Gedanken zu seiner geographischen Erforschung, Gonski, Cologne.

Kraus, T., 1957, « Wirtschaftsgeographie als Geographie und als Wirtschaftswissenschaft », Die Erde, 88, p. 110-119.

Landmann, J., 2013, « Anmerkungen zu Leo Waibel als Kolonialgeograph », dans Schenk, W. (éd.), Leo Waibel – Zur Rezeption seiner Arbeiten in Brasilien, Afrika und Deutschland, Colloquium Geographicum, 34, E. Ferger Verlag, Geographisches Institut der Universität Bonn, p. 78-104.

Lietze, M., 1914, Wirtschaftsgeographie der Rhön, Geographische Arbeiten, t. 10, Rostock, Phil. Diss., Berlin, Marschner.

Loader, C., 2012, Alfred Weber and the Crisis of Culture, 1890–1933, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Lütgens, R., 1921, « Spezielle Wirtschaftsgeographie auf landschaftskundlicher Grundlage », Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in Hamburg, 33, p. 131-154.

Lütgens, R., 1921-1922, « Grundzüge der Entwicklung des La Plata-Gebietes. Ein Beispiel wirtschaftsgeographischer Betrachtung », Weltwirtschaftliches Archiv, t. 17, p. 359-374.

Lütgens, R., 1927, « Grundzüge der wirtschaftsgeographischen Entwicklung und Gliederung Haitis », Mitteilungen der geographischen Gesellschaft Hamburg, 38, p. 375-404.

Lütgens, R., 1928, Allgemeine Wirtschaftsgeographie. Einführung und Grundlagen, Ferdinand Hirt, Breslau.

Lütgens, R., 1952-1958, Die Produktionsräume der Weltwirtschaft, Eine allgemeine Produktionsgeographie, t. 1 et 2, Stuttgart, Franckh.

Martin, G. J., 2015, American Geography and Geographers. Toward Geographical Science, Oxford, Oxford University Press.

Mehmel, A., 1995, « Deutsche Revisionspolitik in der Geographie nach dem Ersten Weltkrieg », Geographische Rundschau, 9, p. 498-505.

Merz, A., 1916, « Die Heidelberger Tagung deutscher Hochschullehrer der Geographie, 26-27. April 1916 », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, p. 392-408.

Metz, T., 1912, Der Rheinschiffbau am deutschen Rhein und in den Niederlanden, ein Beitrag zur Standortsfrage und zur Wirtschaftsgeographie, Phil. Diss., Stuttgart, J. G. Cotta (Münchener volkswirtschaftliche Studien, 117).

Natter, W. G., 2004, « Umstrittene Konzept : Raum und Volk bei Karl Haushofer und in der Zeitschrift für Geopolitik », dans Middell, M., Sommer, U. (éd.), Historische West- und Ostforschung in Zentraleuropa zwischen dem Ersten und dem Zweiten Weltkrieg – Verflechtung und Vergleich, Leipzig, Akademische Verlagsanstalt, p. 1-28.

Nitz, H.-J., 1978, « Où en est la recherche en matière de géographie agraire en République fédérale allemande ? », L’Espace géographique, 3, p. 199-207.

Peukert, D. J. K., 1995, La République de Weimar, Paris, Aubier.

Pfeifer, G., 1928, « Über raumwirtschaftliche Begriffe und Vorstellungen und ihre bisherige Anwendung in der Geographie und Wirtschaftswissenschaft », Geographische Zeitschrift, 34, p. 321-340.

Pfeifer, G., 1952, « Das wirtschaftsgeographische Lebenswerk Leo Waibels », Erdkunde, VI/1, p. 1-20.

Rathjens, C., 1957, « Credner, Wilhelm », Neue Deutsche Biographie, 3, p. 405.

Robic, M.-C., 2001, « W. Christaller et la théorie des “lieux centraux” », dans Lepetit, B., Topalov, C. (éd.), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, p. 151-188.

Rössler, M., 1991, « Der andere Diskurs zu Raum und Geschichte: Wechselbeziehungen zwischen „École des Annales“ und früher deutscher Geographie, 1920-1950 », Geographische Zeitschrift, 3, p. 153-168.

Rössler, M., 2001, « Geography and Area Planning under National-Socialism », dans Szöllösi-Janze, M. (éd.), Science in the Third Reich, Oxford/New York, Berg Publishers, p. 59-79.

Rössler, M., 2016, « Applied Geography and Area Research in Nazi Society: Central Place Theory and Planning, 1933 to 1945 », dans Giaccaria, P., Minca, C. (éd.), Hitler’s Geographies. The spatialities of the Third Reich, Chicago, University of Chicago Press, p. 150-170.

Rüegg, W. (dir.), 2004, Geschichte der Universität in Europa, t. 3, Vom 19. Jahrhundert zum Zweiten Weltkrieg (1800-1945), Munich, Beck.

Rühl, A., 1906, Beiträge zur Kenntnis der morphologischen Wirksamkeit der Meeresströmungen, Berlin, Veröffentlichungen des Instituts für Meereskunde und des geographischen Instituts an der Universität Berlin, 8.

Rühl, A., 1909, « Geomorphologische Studien aus Catalonien », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, p. 226-257 ; 297-316.

Rühl, A., 1918, « Aufgaben und Stellung der Wirtschaftsgeographie », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde Berlin, p. 292-303.

Rühl, A., 1922, « Die Wirtschaftspsychologie des Spaniers », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, p. 81-115.

Rühl, A., 1925, Vom Wirtschaftsgeist im Orient, Leipzig, Quelle und Mayer.

Rühl, A., 1927, Vom Wirtschaftsgeist in Amerika, Leipzig, Quelle und Mayer.

Rühl, A., 1928, Vom Wirtschaftsgeist in Spanien, 2e éd. – Leipzig, Quelle und Mayer.

Rühl, A., 1929, Das Standortsproblem in der Landwirtschafts-Geographie (Das Neuland Ostaustralien), Berlin,Veröffentlichungen des Instituts für Meereskunde an der Universität Berlin, NF, B, Historisch-volkswirtschaftliche Reihe 6.

Rühl, A., 1938, Einführung in die allgemeine Wirtschaftsgeographie, Leyde, Sijthoff.

Rungaldier, R., 1963, « Die Wirtschaftslandschaft », dans Wiche, K. (éd.), Festschrift zum 60. Geburstag von Hans Bobek, Vienne, Österr. Geograph. Gesellschaft, Mitteilungen der österreichischen geographischen Gesellschaft, t. 105, p. 329-347.

Ruppenthal, J., 2007, Kolonialismus als Wissenschaft und Technik. Das Hamburgische Kolonialinstitut 1908 bis 1919, Stuttgart, Historische Mitteilungen Beihefte, 66.

Sallard, H., 1997, La géographie tropicale allemande, Paris, Prodig (Grafigéo, 2).

Sandner, G., 1973, « Rudolf Lütgens 25.7.1881 13.12.1972 », Geographische Zeitschrift, 61/1, p. 1-5.

Sandner, G., 1987, « Lütgens, Rudolf », Neue Deutsche Biographie, 15, p. 478.

Sapper, K., 1908, Wirtschaftsgeographie von Mexiko, Halle, Gebauer-Schwetschke.

Sapper, K., 1925, Allgemeine Wirtschafts- und Verkehrsgeographie, Leipzig, Teubner.

Schöttler, P., 2017, Du Rhin à la Manche. Frontières et relations franco-allemandes au xxe siècle, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Schrepfer, H., 1935, « Über Wirtschaftsgebiete und ihre Bedeutung für die Wirtschaftsgeographie, mit besonderer Berücksichtigung des Rhein-Mainischen Raumes », Geographische Wochenschrift, 3, p. 497-520.

Schultz, H.-D., 1980, Die deutschsprachige Geographie von 1800-1970. Ein Beitrag zur Geschichte ihrer Methodologie, Berlin, Geograph. Inst. d. Freien Univ. (Anthropogeographische Reihe, 29).

Schultz, H.-D., 2003a, ¿Geographie?, t. 1, Antworten vom 18. Jahrhundert bis zum Ersten Weltkrieg ; t. 2, Antworten von 1918 bis zur Gegenwart, Berlin, Geographisches Inst., Humboldt-Univ.

Schultz, H.-D., 2003b, « Alfred Rühl – ein Nonkonformist unter den (Berliner) Geographen », Die Erde, 134/3, p. 317-342.

Sedlacek, P., 1994, Wirtschaftsgeographie. Eine Einführung, Darmstadt, Wiss. Buchges.

Sieger, R., 1903, « Forschungsmethoden in der Wirtschaftsgeographie », Verhandlungen des 14. Deutschen Geographentages zu Köln, Berlin, Reimer.

Solchany, J., 2003, L’Allemagne au xxe siècle, Paris, PUF (Nouvelle Clio).

Steinmetz, S. R., 1913, « Die Stellung der Soziographie in der Reihe der Geisteswissenschaften », Archiv für Rechts- und Wirtschaftsphilosophie, 6/3, p. 492-501.

Tichy, F., 1971, « Die Schule Leo Waibel und die Erforschung der historischen Agrarlandschaften. Grundsätzliche und methodische Gesischtspunkte », dans Pfeifer, G. (éd.), Symposium zur Agrargeographie anlässlich des 80. Geburtstages von Leo Waibel, Heidelberg, Selbstverlag des Geographischen Instituts der Universität Heidelberg, p. 13-19.

Usher, A. P., 1929, « Comment se placent les usines. L’exemple des États-Unis », Annales d’histoire économique et sociale, 4, p. 524-550.

Vincent, M.-B., 2011, Histoire de la société allemande au xxe siècle, t. 1, Le premier xxe siècle, 1900-1949, Paris, La Découverte (Repères).

Waibel, L., 1928, « Die Sierra Madre de Chiapas »,dans Fels, E. (éd.), Verhandlungen und wissenschaftliche Abhandlungen des 22. Deutschen Geographentages in Karlsruhe 1927, Breslau, Ferdinand Hirt, p. 87-98.

Waibel, L., 1933, « Probleme der Landwirtschaftsgeographie », dans Haushofer, A. (éd.), Verhandlungen und wissenschaftliche Abbhandlungen des 25. Deutschen Geographentages zu Bad Nauheim, Breslau, Ferdinand Hirt, p. 100-117.

Wardenga, U., 1995, « „Nun ist Alles, Alles anders !“ Erster Weltkrieg und Hochschulgeographie », dans Hönsch, I., Wardenga, U. (éd.), Kontinuität und Diskontinuität der deutschen Geographie in Umbruchphasen. Studien zur Geschichte der Geographie, Münster, Inst. für Geographie, Münstersche geographische Arbeiten, t. 39, p. 83-97.

Weber, A., 1909, Standort der Industrien, t. 1, Reine Theorie des Standorts, Tübingen, Mohr.

Werlen, B., 2010, Gesellschaftliche Räumlichkeit 1. Orte der Geographie, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Wirth, E. (éd.), 1969, Wirtschaftsgeographie, Wege der Forschung, t. 219, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Wirth, E., 1986-1987, « Erich Otremba 1910-1984 », Mitteilungen der Fränkischen Geographischen Gesellschaft, 33-34, p. 1-15.

Haut de page

Notes

1 Wirth, 1969.

2 Wirth, 1986-1987.

3 Bartels, 1982 ; Sedlacek, 1994 ; Klein, 2005.

4 « Classique » en ce qu’il est caractérisé par une première structure épistémologique et en ce qu’il s’oppose à une conception plus tardive, théorique et quantitative (Brogiato, 2005).

5 Ginsburger, 2015a.

6 Ginsburger, 2010.

7 Harvard Houghton Library, MS Am 1798, correspondance passive de William Morris Davis, boîte 2, dossier 131, lettre de Demangeon à Davis, 5 janvier 1919.

8 Gerwarth, 2017.

9 Solchany, 2003.

10 Hallair, 2011.

11 Korinman, 1990 ; Ebeling, 1994 ; Mehmel, 1995 ; Natter, 2004.

12 Heinrich, 1991 ; Fahlbusch, 1994 et 1999 ; Fahlbusch, Rössler, Siegrist, 1989 ; Fahlbusch, Haar, 2005 ; Ginsburger, 2011.

13 Schöttler, 2017.

14 Peukert, 1995.

15 Claval, 1998 ; Benko, Scott, 2004 ; Benko, 2008.

16 Schultz, 2003b.

17 Rühl, 1918.

18 Steinmetz, 1913. C’est lui qui rédige, en 1938, l’introduction du livre-testament de Rühl.

19 Brogiato, 1998 ; Ginsburger, 2011.

20 Rühl, 1918, 301-302.

21 Feuerhahn, 2015.

22 Sieger, 1903.

23 Hettner, 1897 et 1902.

24 Demm, 2000 ; Loader, 2012.

25 Weber, 1909 ; Géneau de Lamarlière, 2008.

26 Waibel, 1933.

27 Metz, 1912 ; Lietze, 1914.

28 Merz, 1916, 403-404.

29 Wardenga, 1995 ; Ginsburger, 2010.

30 Rühl, 1906.

31 Rühl, 1909.

32 Schultz, 2003b, 319.

33 Martin, 2015, 307-332.

34 Rühl, 1922 et 1928.

35 Rühl, 1925 et 1927.

36 Usher, 1929.

37 Rühl, 1929.

38 Mais pas le seul présent, les autres étant juste observateurs.

39 En 1910, Rühl avait traduit en allemand l’introduction de son Traité de géographie physique (1909).

40 Toujours professeur à l’Institut für Meereskunde, nommé en 1928 professeur honoraire à la Technische Hochschule (École supérieure technique) de Berlin, où il enseignait depuis 1920, il devient professeur titulaire d’université à Berlin en 1930 seulement, du fait de l’hostilité de ses collègues géomorphologues, notamment son ancien maître Penck et son successeur Norbert Krebs (1876-1947), opposition à l’encontre de ses théories, jugées trop proches des autres sciences sociales et trop influencées par la pensée états-unienne, également nourrie par un certain antisémitisme.

41 Elles peuvent délivrer des doctorats depuis 1899 et comptent près de 12 000 étudiants en 1913, 24 000 en 1931, dans un contexte d’expansion considérable de la population étudiante, qui passe de 60 000 en 1914 à 95 000 en 1931 (Rüegg, 2004 ; Vincent, 2011, 26).

42 En particulier sur l’Australie, la Turquie et les États-Unis (Hassert, 1907, 1918, 1922).

43 Hassert, 1913.

44 Hassert, 1919.

45 Rathjens, 1957.

46 Credner, 1926b.

47 Ginsburger, 2014.

48 Sapper, 1908.

49 Sapper, 1925.

50 Ginsburger, 2015b.

51 Buttimer, 1983, 227.

52 Rössler, 1991.

53 Buttimer, 1983, 230.

54 Hartke, 1932.

55 Ginsburger, 2015b.

56 Sallard, 1997 ; Gräbel, 2015 et 2017.

57 Dove, 1902.

58 Dove, 1917.

59 Ginsburger, 2010.

60 Landmann, 2013.

61 Waibel, 1933.

62 Pfeifer, 1952 ; Nitz, 1978, 201.

63 Heske, 1991 ; Graichen, Gründer, 2005.

64 Pfeifer est également parfois connu comme l’un des principaux critiques allemands nazis du livre de Demangeon et Febvre sur le Rhin.

65 Sandner, 1973 et 1987.

66 Ruppenthal, 2007.

67 En 1942, il prend la direction de l’institut colonial et de géographie économique de l’université de Hambourg. Il part en retraite en 1948.

68 Lütgens, 1928.

69 Et, une fois retraité, qui devait être encore élargies dans un vaste traité de cinq tomes, dont seuls les deux premiers sont finalement parus (Lütgens, 1952-1958).

70 Lütgens, 1921-1922 et 1927.

71 Rungaldier, 1963.

72 Avec une thèse sur le désert africain du Kalahari en 1904.

73 Hallair, 2010 et 2011. Indiquons pour mémoire que pendant les années 1920 et surtout après 1933, Passarge, quoique désormais âgé, joue un rôle central dans le développement d’un courant nazi (ouvertement antisémite et raciste) à l’intérieur de la géographie universitaire allemande (Ginsburger, 2011).

74 Bartels, 1970, 12-14.

75 Credner, 1926a.

76 Pfeifer, 1928.

77 Waibel, 1933.

78 Schultz, 1980 et 2003b.

79 Benko, 2008.

80 Klein, 2005, 339.

81 Waibel, 1928.

82 Waibel, 1933.

83 Borcherdt, 1971, 93 ; Sallard, 1997, 42.

84 Nitz, 1978, 201.

85 Hottes, 1971, 35.

86 Kraus, 1931. Le « Siegerland » est une région du Sud de la Westphalie.

87 Kraus, 1933.

88 Schrepfer, 1935.

89 Güssefeldt, 2005 ; Djament-Tran, 2014.

90 Robic, 2001, 182-187 ; Hallair, 2008 ; Djament-Tran, 2014.

91 Christaller, 1933.

92 Djament-Tran, 2014, 109.

93 Robic, 2001, 168-169.

94 Même s’il faut se méfier des reconstructions a posteriori, Christaller s’est lui-même revendiqué de la lecture, en 1931, de deux articles publiés en 1929, celui de Hugo Hassinger (1877-1952), universitaire autrichien nationaliste et raciste, plus tard auteur d’une Wirtschaftsgeographie (1936), sur le capital et la richesse nationale comme objets de la géographie économique, et celui du géomorphologue et géographe agraire Hans Mortensen (1894-1964) sur les taux d’intérêt et les paysages économiques dans le sud du Chili (Christaller, 1968).

95 Robic, 2001, 167.

96 Le « modèle » des lieux centraux entend expliquer la hiérarchie, la taille, le nombre et l’espacement des villes dans un territoire en les considérant essentiellement comme des centres de distribution (marché) de biens et de services pour une population dispersée, et sur des principes d’optimisation, tenant compte notamment des coûts de transport. Le résultat est une organisation en figures hexagonales régulières, où certaines villes occupent des positions centrales.

97 Ginsburger, 2011 et 2015a.

98 Schultz, 2003b.

99 Tichy, 1971, 13.

100 Il se suicide en Suisse en 1935 (Schultz, 2003b).

101 Marié à une femme juive et refusant de divorcer, il est mis en retraite d’office en 1937 et obligé de s’exiler aux États-Unis, puis au Brésil.

102 Les élèves et collègues de Rühl publient peu après sa mort son ouvrage théorique le plus fondamental (Rühl, 1938), tandis que Waibel continue à développer des études sur la géographie agraire tropicale et les fronts pionniers, qui constituent ses travaux les plus significatifs, en particulier après 1945 (Landmann, 2013).

103 Au contraire de son frère Werner Hartke (1907-1993), un historien qui prend la carte du NSDAP en 1937 pour poursuivre sa carrière académique, Wolfgang, trop proche des milieux progressistes et pacifistes, quitte Berlin et s’installe en 1936 à Francfort-sur-le-Main où le « national-allemand » anti-nazi Walter Behrmann (1882-1955) lui propose un poste d’assistant. Approché par la Fondation Rockefeller pour s’installer au Canada, il décide de rester en Allemagne, notamment pour des raisons affectives et familiales, obtenant en 1938 son habilitation (Buttimer, 1983, 232 ; Ginsburger, 2015b).

104 Robic, 2001 ; Rössler, 2001 et 2016 ; Ingrao, 2016.

105 À partir de 1935 professeur de géographie générale à Cologne, c’est en 1944 qu’il devient professeur titulaire de géographie économique et régionale, et directeur de l’institut géographique de Cologne. Membre du NSDAP à partir de 1937, professeur invité à l’université Lüttich, en Belgique occupée, il développe alors des études de géographie économique sur les Pays-Bas, la France et la Belgique dans le cadre de la Westforschung nazi. En 1944, il est nommé à l’université de Würzbourg, puis retrouve Cologne en 1950, rétabli sur sa chaire de professeur ordinaire de géographie économique (également sociale à partir de 1960), et même directeur de l’institut de géographie économique, doyen de la faculté des sciences sociales et recteur de l’université en 1958-1960.

106 Werlen, 2010 ; Ginsburger, 2015b.

107 Kraus, 1957.

108 Ginsburger, 2015a.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ginsburger, « De Rühl à Christaller : le développement de la géographie économique allemande « classique » (1918-1933), un produit de la Grande Guerre ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 163-185.

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « De Rühl à Christaller : le développement de la géographie économique allemande « classique » (1918-1933), un produit de la Grande Guerre ? », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1030 ; DOI : 10.4000/rhsh.1030

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé à l’équipe EHGO (UMR Géographie-Cités)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals