Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33DossierUn outil de la paix ?

Dossier

Un outil de la paix ?

La photographie aérienne, la Grande Guerre et les sciences sociales (1915-1939)
A tool for peace? Aerial photography, World War One, and the Social Sciences (1915-1939)
Serge Reubi
p. 187-210

Résumés

Née au milieu du xixe siècle, la photographie aérienne ne rencontre pas un succès significatif avant les années 1910. Au cours de la Première guerre mondiale, elle est mobilisée par les belligérants car elle permet de cartographier rapidement, de dévoiler le camouflage ennemi tout en mesurant l’efficacité du sien et de fixer les traces de phénomènes éphémères. Dans l’immédiat après-guerre, elle est promue au rang d’instrument de nombreuses disciplines des sciences sociales. Employée à des fins cartographiques, pour documenter l’état des choses ou pour déceler des structures cachées, la photographie aérienne scientifique de l’entre-deux-guerres atteste une évidente continuité avec les usages militaires de la guerre. Cette continuité trouve ses racines dans la circulation durable des acteurs entre mondes militaires et savants, dans l’examen des pratiques concrètes de la photographie aérienne et, enfin, dans les intérêts convergents des militaires, des savants et des promoteurs de l’aéronautique commerciale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anker, 2001, 176 et suiv.
  • 2 Robic, 2013, 168, 173.
  • 3 Jolly, 2014, 11, 59, 108.

1Les premières photographies aériennes sont produites au milieu du xixe siècle. Ce n’est cependant pas avant le tournant du siècle qu’elles sont identifiées comme instrument de connaissance et de reconnaissance et il faut attendre la Première Guerre mondiale pour les voir utilisées dans ce but à vaste échelle. La fin des hostilités ne met pas un terme à ces usages et, dans l’après-guerre, les photographies aériennes sont mises en œuvre dans différents domaines scientifiques. Elles le sont en particulier dans le domaine des sciences sociales, appréhendées ici comme l’ensemble des disciplines qui examinent les représentations collectives, les pratiques et les organisations humaines du présent ou du passé. Au contraire des sciences naturelles qui portent peu d’intérêt à ces images1, les sciences sociales en font un usage important. La mobilité de l’avion et l’immédiateté de la photographie promeuvent en effet la photographie aérienne comme symbole de la modernité2, ce qui n’est pas sans intérêt pour des sciences sociales qui cherchent à se défaire de leur réputation de disciplines idéographiques, méthodologiquement inconsistantes et fondées sur des pratiques artisanales : elles ont, au contraire de la physique ou de la zoologie, un intérêt stratégique à s’allier ce symbole de la modernité scientifique3.

2Ce phénomène s’observe dans l’ensemble du monde occidental selon des modalités similaires. Les pages qui suivent se concentrent cependant sur le cas français : il est en effet particulièrement instructif car les usages de la photographie aérienne s’y observent dans la plupart des sciences sociales de terrain. De l’archéologie (Antoine Poidebard, Léon Rey) à la géographie (Emmanuel de Martonne, Jules Blache, André Cholley), l’histoire (Marc Bloch), l’histoire de l’art (Pierre Lavedan, Paul Deschamps), l’ethnographie (Marcel Griaule) et l’urbanisme (Henri Prost, Pierre Lods), un panel très large de disciplines est représenté. Ce n’est pas le cas dans les grandes nations européennes ou aux États-Unis où les usages se limitent le plus souvent à l’archéologie et à la géographie. Le cas français est d’autant plus instructif qu’il prend place à la fois en métropole et dans les colonies. S’il est au cœur de mon étude, je tiens compte également de la situation en Allemagne et en Grande-Bretagne pour éclairer en contrepoint tout à la fois les spécificités du cas français et son caractère général.

  • 4 Rasmussen, 2015, 48-50.
  • 5 Ibid., 58.

3La chronologie de l’adoption de ces images par les scientifiques immédiatement après la Première Guerre mondiale suggère que l’usage de la vue aérienne dans les sciences doit beaucoup à ses emplois par les militaires pendant le premier conflit mondial. C’est l’occasion de réfléchir, à travers le cas particulier de la photographie d’avion, à la porosité des catégories des sciences civiles et militaires et à la continuité des pratiques entre temps de paix et temps de guerre4. Mais c’est aussi l’opportunité de s’intéresser à la circulation des acteurs et aux intérêts partagés par les champs scientifiques et militaires, lesquels ont parfois été négligés par l’historiographie5. L’argument de cette étude s’inscrit ainsi dans les questionnements des usages civils des technologies de guerre, mais il s’agit d’un cas particulier à double titre. D’une part, les sciences qui développent des collaborations avec l’armée pendant la guerre (physique, optique, ingénierie) ne sont pas les mêmes que celles dont on attend qu’elles s’en servent (sciences sociales) : il ne s’agit donc pas de suivre les collaborations entre militaires et savants dans la constitution d’un instrument, ni la réappropriation du projet par des ingénieurs ou des physiciens après-guerre, mais de la circulation et de l’emploi d’un instrument par des scientifiques qui n’ont pas contribué à le construire. D’autre part, la perspective ne se limite pas aux militaires et aux scientifiques. Elle explore également les intérêts des promoteurs commerciaux de la photographie aérienne qui soutiennent sa circulation pour des motifs qui ne sont ni militaires, ni scientifiques, mais économiques et qu’il faut donc considérer sous chacun de ces angles. J’opérerai en trois temps. Je commencerai par un rapide tableau de la variété des usages militaires de la photographie aérienne pendant la Grande guerre. Dans un deuxième temps, je dresserai la carte des emplois scientifiques de la photographie aérienne dès 1915 : si les cas mis en œuvre par des acteurs majeurs des disciplines examinées sont peu nombreux, ils permettent d’identifier différentes convergences entre pratiques militaires et civiles. Dans un troisième temps, je soulignerai ce que ces convergences doivent à la circulation des acteurs, aux pratiques matérielles de la photographie aérienne, aux intérêts complémentaires entre militaires, savants et entrepreneurs du secteur aéronautique.

La photographie aérienne au service des armées

  • 6 Besse, 2005.
  • 7 Batut, 1890.

4Les représentations visuelles du monde depuis le haut ont une longue histoire. Panoramas, vues catoptriques ou constructions perspectives sont produites et diffusées depuis le xvie siècle6. Plus tardivement, à la fin du xviiie siècle, apparaissent les premières vues d’en haut qui ne sont plus des élaborations géométriques : en 1786, Thomas Baldwin peint la campagne autour de Chester depuis une montgolfière tandis que Nadar prend la première photographie depuis un ballon en 1855. Dès lors, les photographies aériennes se multiplient si rapidement que le premier manuel de photographie aérienne est publié en 18907.

  • 8 Lugon, 2013.
  • 9 Gervais, 2001.
  • 10 Bigg, 2007, 77-78.
  • 11 Shatskikh, 2013, 122.

5Pour autant, si les photographies aériennes peuvent montrer le monde depuis le haut, la prouesse technique ne s’accompagne pas encore d’un changement radical de perspective. Il faut attendre la première décennie du xxe siècle pour percevoir la photographie aérienne comme une révolution et un décentrement du regard qui soit plus que la simple combinaison du vol et de la photographie, et donne à voir davantage, ou autre chose, que la vue terrestre. Olivier Lugon8 et Thierry Gervais9 signalent ainsi que c’est à ce moment que photographes et artistes d’avant-garde sont persuadés que la vue d’en haut, saisie depuis un point surélevé ou depuis un ballon, ne change pas seulement la perspective : elle transforme et améliore la compréhension du monde. Ces photographies aériennes acquièrent une valeur cognitive qui dépasse la révolution du regard qu’atteste la vue d’en haut produite par élévation à la fin du xviiie siècle : si chez Horace-Bénédicte de Saussure ou Louis-François Ramond de Carbonnières, « les idées gagnent en généralité ce que l’horizon gagne en étendue10 », la photographie aérienne en diffère à plusieurs titres. Si la vue d’en haut produit du savoir, ce n’est pas seulement parce que l’échelle a changé. C’est la nature du savoir qui est différente : la photographie aérienne permet de voir les relations et la profondeur, c’est-à-dire les structures synchroniques et diachroniques ; produite à partir d’un aéroplane, elle n’est pas sujette au hasard des vents (comme la photographie en ballon) ou des reliefs (comme les images en élévation) et permet donc au scientifique de choisir ce qu’il fixe ; enfin, puisque la photographie d’avion peut être prise depuis n’importe où, la vue en élévation ne se limite plus aux paysages de montagne : toute la terre peut être ainsi explorée. Dans l’opéra futuriste de Kasimir Malewitsch, Alexander Krushonykh et Mikhail Matyushin Victoire sur le soleil, rédigé en 1913, le pilote qui survole la terre saisit ainsi « une vision adéquate de l’histoire et de l’essence des choses11 ».

  • 12 Ginzburg, 1980, Boltanski, 2012.

6Le décentrement du regard donne ainsi accès à une essence cachée des choses qui peut être décryptée. À ce titre, il s’inscrit dans une tradition contemporaine plus large qui conçoit le monde comme une entité encodée que certains individus ou certaines techniques, comme la photographie, aérienne ou non, ont la capacité de déchiffrer. Comme le roman d’espionnage ou policier, la sociologie ou la psychanalyse12, la photographie aérienne parvient à dévoiler l’évidence du monde et à en saisir les véritables formes et logiques. Le monde devient un objet à lire.

  • 13 Bouché, 1919a, 1919b, 1919c, 1919d ; Carlier, 1921.
  • 14 Haffner, 2013, 11 ; Carlier, 1921, 16.
  • 15 Bouché, 1919a, 316.
  • 16 Carlier, 1921, 16-17 ; Haffner, 2013, 11.
  • 17 Sekula, 1984 [1975], 34.

7À cet égard, l’intérêt de la photographie aérienne pendant le conflit a été rapidement reconnu13, bien qu’à des rythmes différents. Ainsi, tandis que les troupes allemandes, qui la mettent en œuvre depuis des zeppelins ou des aéroplanes, ont identifié l’intérêt de la photographie aérienne qu’elles organisent en sections dès 1914, les Français et Anglais, qui n’ont encore que peu d’avions en service, n’ont pas mesuré la portée de ces images et ne commencent à les employer qu’après de longs mois de conflit14 : en France et en Angleterre, ce sont donc les hostilités et en particulier la stabilisation du front occidental qui promeuvent l’aviation et le développement de la photographie aérienne15. Ce n’est qu’au début de 1915 que, chez les militaires français, une section de photographie aérienne est associée à chaque armée16. Les premiers usages massifs de la photographie aérienne à des fins de reconnaissance qui s’ensuivent modifient et rationalisent les pratiques de la guerre17. On peut en donner trois exemples.

  • 18 Bouché, 1919c, 262.
  • 19 Bouché, 1919c, 261.
  • 20 Haffner, 2013, 8.

8En premier lieu, la photographie aérienne constitue une aide précieuse à la cartographie. Elle permet ainsi, par le survol, de dresser la carte de territoires inaccessibles aux méthodes traditionnelles de triangulation et de visée au sol parce qu’ils se situent sous le feu ennemi ou derrière les lignes : en 1917, lorsque le front connaît des mouvements de grande amplitude et que les Allemands se replient sur la ligne Hindenburg, seule la photographie aérienne parvient à pallier l’absence de cartes fiables de territoires qui, après avoir été entièrement détruits et leur population déportée dans le cadre de l’opération Alberich, sont mal connus18. Mais elle localise également les troupes ennemies. Enfin, par les détails qu’elle fixe, elle saisit des objets éphémères et secrets que la cartographie traditionnelle n’est pas capable de retenir et peut, de ce fait, révéler le dessin des lignes de défenses ennemies, les tranchées et infrastructures de l’adversaire que l’on peut reporter sur les cartes d’État-Major19. À ce titre, la photographie aérienne donne à voir la vie et les intentions ennemies20.

  • 21 Bouché, 1919c, 264.

9En deuxième lieu, la photographie aérienne présente des vertus disciplinantes : sa lecture contribue à évaluer et corriger la qualité de ses propres tentatives de camouflage et, ainsi, à discipliner ses propres lignes et les lignes alliées21. Pour le capitaine d’aviation Henri Bouché, qui est une figure importante de la promotion de la photographie aérienne dans l’après-guerre,

  • 22 Bouché, 1919c, 278.

il y a là un travail énorme et qui ne se passera pas de l’avion-photographe. Le terrain où établir les positions défensives sera d’abord photographié […]. D’autres clichés vérifieront, après report sur le terrain, la mise en place et le tracé des positions. Le même contrôle s’appliquera à l’établissement et à l’entretien des ouvrages. Le seul examen des formes et des teintes du sol, telles qu’elles apparaîtront sur les clichés de mise en place, suggérera déjà les camouflages les plus naturels, et donc par avance les plus efficaces. Ce camouflage, poursuivi à loisir, procédera par retouches que dicteront les vues aériennes, jusqu’au résultat dont un dernier cliché fera la preuve22.

  • 23 Bouché, 1919c, 269-271 ; 1919d, 833.
  • 24 Haffner, 2013, 8.
  • 25 Bouché, 1919c, 276.
  • 26 Peirce, 1940 ; Gombrich, 1960 ; Snyder, Walsch Allen, 1975 ; Sontag, 1977 ; Barthes, 1980 ; Dubois (...)
  • 27 The value of aerial photographs, as cues for military action, depended on their ability to testify (...)
  • 28 Carlier, 1921, 19.
  • 29 Ibid., 131.
  • 30 Enough coverage, detail, and evidence of systematic change to permit the construction of a valid t (...)
  • 31 Haffner, 2013, 12-13.

10En troisième lieu, la photographie aérienne saisit l’instantané et l’éphémère avec deux applications possibles. Elle peut d’une part rapidement documenter le suivi des destructions23, ce qui offre la possibilité de guider et d’affiner les bombardements24. D’autre part, elle peut saisir, en identifiant des traces, le mouvement des troupes, les déplacements de l’artillerie mobile, de blindés ou de munitions, dont on peut déduire les projets de l’ennemi. « Le sillage d’un navire ne trouble pas longtemps la mer mais les “chenilles” d’un tank marquent le sol profondément et dénoncent les itinéraires », signale Bouché25. S’inscrivant dans les vifs débats sur le statut de l’image photographique et son identification à un médium réaliste ou conventionnel26, Allan Sekula souligne l’importance de ce what was there. Seulement il s’agit pour lui non pas seulement d’une affirmation qui porte sur le statut ontologique de la photographie. C’est une formule qui signale l’efficacité de la photographie aérienne pour guider l’action militaire, qu’il s’agisse de bombardements, de déplacement de troupes ou de camouflage puisque « la valeur des photographies aériennes comme indices pour l’action militaire procède de leur capacité à attester un état actuel des choses27 ». Cette capacité à voir le monde, à le fixer en un instant particulier et à diffuser cette information se fonde au début de la guerre (et après les premiers usages de la photographie aérienne) sur la certitude de la possibilité de faire une lecture indexique de ces images et de déterminer si telle forme vue sur une photographie aérienne est, par exemple, une mitrailleuse ou une souche d’arbre. L’interprétation des images se fonde alors sur la lecture de signes jugés univalents et sur des codes qui permettent de traduire des images bidimensionnelles équivoques en leurs référents tridimensionnels puis en des signes conventionnels sur des cartes. Mais les premiers usages massifs de la photographie aérienne qui ont pour conséquence l’invention et le développement du camouflage promeuvent les photographies aériennes au rang d’élément d’un vaste jeu de (dé)codages et de (re)lectures qui réclament que l’on tente par des moyens mécaniques (emploi de la lumière rasante, usages de filtres,…) et par des techniques d’identification (connaissance des stratégies et tactiques ennemies,….) d’éliminer toute déformation du médium et toute possibilité d’ambiguïté. À travers des stages organisés par l’État-Major pour les photographes, dessinateurs et interprétateurs, ceux-ci apprennent à produire et à lire ces images28. Le regard est donc dressé, mais sa validité procède aussi de plusieurs qualités individuelles en particulier « avoir une bonne vue, avoir beaucoup de méthode, être rigoureusement consciencieux, ne pas se laisser aller à son imagination, savoir s’entourer de toutes les sources de renseignements possibles et n’en négliger aucune29 ». Le travail de lecture passe alors par une hiérarchisation des données qui sélectionne à la fois les informations significatives et rejette les détails inutiles pour appréhender la situation dans son ensemble et saisir « assez de couverture, de détails et de preuves de transformation systématique pour construire une théorie valide de la stratégie ennemie30 ». D’une image qui permet de localiser des objets dans l’espace, la photographie aérienne acquiert ainsi la capacité à montrer davantage que ce qui est visible : il ne s’agit plus seulement de reconnaître des choses mais de les assembler et de les associer pour dévoiler à la fois ce qui est matériellement caché, mais également reconnaître les idées ou les intentions stratégiques qui se cachent derrière une organisation défensive. Le travail de lecture de la photographie aérienne donne à voir ce qui n’apparaît pas dans l’image, en croisant l’information topographique visible avec un savoir non-apparent des pratiques et coutumes ennemies31.

11La lecture d’une photographie aérienne est ainsi un travail complexe qui mobilise des compétences diverses. Comme l’indique Bouché,

  • 32 Bouché, 1919c, 263-264.

il y a tout sur un cliché d’avion […]. C’est un livre ouvert mais il faut savoir le lire. […] Il faut apprendre, par une expérience de chaque jour, et grâce à des recoupements poursuivis avec patience, comment on distingue au seul aspect d’une ligne grisâtre qui court devant la tranchée le réseau de fils de fer solidement fixé, le réseau hâtif, les « chevaux de frise ». Ici la tranchée n’est qu’un élément de circulation, plus loin elle est garnie d’abris en sape à double entrée, dont les déblais se joignent presque. Ici, la banquette de tir est visible là-bas de petits éléments ont été creusés, perpendiculairement à la tranchée ils flanquent cette autre partie de la ligne, privée de feux […]. Peu à peu les documents ennemis tombés entre nos mains vinrent confirmer les résultats de ces études, ou corriger les erreurs de détail où glissaient les imaginations trop vives. Ainsi se perfectionna chaque jour le « code d’interprétation » ; ainsi s’assura l’analyse. On finit par connaître les organisations ennemies, depuis les chemins de ronde jusqu’aux emplacements des lance-mines et des mitrailleuses, depuis les batteries jusqu’aux liaisons téléphoniques. Nos observateurs et tous nos services de renseignement s’aidèrent de la photographie aérienne. Les clichés d’avion, alors même qu’ils ne permettaient pas de conclure, signalaient du moins les zones où des travaux étaient en cours ; notre surveillance, ainsi orientée, devenait plus efficace. Enfin il était possible d’interroger avec plus de fruit les prisonniers, de leur présenter une image de leur secteur où se situaient leurs déclarations, et qui souvent en assurait la critique32.

  • 33 Bouché, 1919c, 268 ; Carlier, 1921, 131-133.

12De fait les travaux militaires soulignent que la photographie aérienne est un outil extraordinaire de connaissance du monde, mais qu’elle ne se suffit pas à elle seule. L’officier d’état-major spécialisé dans l’interprétation doit savoir lire un cliché d’avion, mais fonde sa compréhension sur une science bien plus vaste : instruction tactique achevée dans la guerre ; connaissance des règlements ennemis sur l’organisation des positions défensives ; intuition du sens dans lequel évoluait la doctrine à mesure que l’armement se transformait ; instructions et règlements ennemis ; cartes et dessins pris sur des prisonniers ; vérifications sur le terrain ; interrogatoire des rapatriés33.

  • 34 Haffner, 2013, 10.
  • 35 Edgerton, 1991, 52.

13Mais les travaux militaires rappellent aussi que la photographie aérienne et les savoirs qu’elle délivre sont le produit de la mise en commun de compétences nombreuses et diverses : des pilotes, bien sûr, mais également des observateurs, des avionneurs, des fabricants d’appareils photographiques, des physiciens, comme des dessinateurs, des peintres, des architectes et des artistes34. Ainsi, bien que l’aviation construise un imaginaire chevaleresque du combat individuel35, la production d’une photographie aérienne et sa lecture rejettent la possibilité du travail individuel : elles réclament une organisation du travail fondé à la fois sur la mise en commun de compétences et la spécialisation.

Un instrument au service des sciences sociales

  • 36 Carlier, 1921, 194-201.
  • 37 Bouché, 19191d, 838-845.
  • 38 Bouché, 1919c, 281.

14Dès la fin de la Grande guerre, les usages civils de la photographie aérienne s’inscrivent dans une continuité remarquable avec les emplois militaires. Il y a plusieurs raisons à cela. La conférence Aircraft Photography in War and Peace de Hugh Hamshaw Thomas ou l’article d’Henri Bouché Une arme de la guerre et un outil de la paix indique qu’elle est appelée de leurs vœux par différents spécialistes qui poursuivent des objectifs particuliers. La photographie aérienne peut permettre de dresser des cartes civiles et d’enseigner36, ou encore de saisir la relation entre la terre et l’homme ou le mouvement, comme les déplacements des dunes ou les marées37. Dans l’esprit de beaucoup, parce qu’elle permet de produire un savoir sur le monde, « la photographie aérienne, née de la guerre, aidera […] peut-être à maintenir la paix38 ».

  • 39 Lugon, 2013, 150 ; Dewing, 2012, 19-20 ; Castro, 2013, 254-255.
  • 40 Haffner, 2013 ; Bondaz, Castro, 2013 ; Bondaz, 2016.
  • 41 Aircraft photography, as developped during the war possesses great potentialities as an instrument (...)

15Cette continuité qu’atteste l’importante popularité de la photographie aérienne auprès du grand public et sa diffusion massive dans les revues illustrées ou au cinéma39 s’observe également parmi les scientifiques40. Le paléobotaniste, pilote de guerre et promoteur de la photographie aérienne en Égypte et en Palestine, Hugh Hamshaw Thomas juge que « la photographie aérienne, telle qu’elle a été développée pendant la guerre, présente de grandes qualités comme instrument de la recherche en sciences naturelles41 ».

  • 42 Carcopino, 1949, 135.
  • 43 Von allen von mir besuchten wichtigen Orten des Altertums [werden] Fliegeraufnahmen gemacht, die d (...)
  • 44 Beazeley, 1919, 330.
  • 45 The city would probably have been merely shown by meaningless low mounds scattered here and there, (...)

16Cette permanence des logiques militaires dans les utilisations civiles n’est pas surprenante. De fait les premiers emplois significatifs de la photographie aérienne à des fins scientifiques ont lieu, déjà, dans un cadre militaire et pendant la guerre. Les usages militaires et civils constituent ainsi davantage qu’un processus en continuité : ils se confondent. En 1915, Jérôme Carcopino, membre du corps expéditionnaire français dans les Dardanelles, profite ainsi des reconnaissances aériennes qui avaient été ordonnées au-dessus des batteries ottomanes de la baie de Besika pour fixer et documenter les ruines de Troie42. L’année suivante, l’archéologue allemand Theodor Wiegand emploie la photographie aérienne en Anatolie pour dresser des plans : « De tous les sites antiques que j’ai visités seront faites des photographies aériennes qui vérifieront et faciliteront l’établissement des plans43. » La même année, George Beazeley, rattaché depuis 1897 au Survey of India, est détaché en Mésopotamie pour cartographier les lignes ennemies. Au cours de ce travail, il découvre les traces d’une ville qui n’aurait en toute probabilité pas été découverte autrement44. Sans photographie aérienne, précise-t-il, « la ville n’aurait été signalée que par des petits monticules sans importance distribués çà et là, car la plupart des détails était invisible du sol45 ». Ces trois exemples archéologiques signalent, comme pour la photographie aérienne militaire, trois usages scientifiques de la photographie aérienne : la documentation de l’état des choses, ou le what was there de Sekula, la facilitation de la cartographie et la découverte d’artefacts. De l’Indochine aux États-Unis, de l’Afrique occidentale française au Liban, des Indes britanniques à l’île de Java, à l’Angleterre ou à la cordillère des Andes, ce sont ces trois modes qui sont mis en œuvre dans les sciences sociales de l’entre-deux-guerres. Utilisées par un nombre limité de scientifiques, les photographies aériennes servent des objectifs multiples.

  • 46 Baulig, 1929, 96.
  • 47 Saumagne, 1929, 310 ; Dion, 1934, 32.
  • 48 Poidebard, 1932a, 1.
  • 49 Martonne, 1922, 370. Les usages indigènes de ces catégories ne correspondent pas non plus à l’exam (...)
  • 50 Frey, 2004, 83.

17En premier lieu, la documentation de l’état des choses atteste la valeur de preuve conférée à la photographie : elle fixe les paysages, les artefacts et les humains sur un support matériel mobile. La photographie aérienne présente donc deux qualités. Elle saisit le monde et le fait circuler. Lorsqu’elle le saisit, ses usagers s’accordent à reconnaître sa capacité à fixer les détails46 et sa fidélité47, bien qu’ils divergent sur sa disposition à être précise48 et exacte49. Ces qualités étant établies, la photographie aérienne vaut aussi car elle permet de faire circuler ces représentations précises, fidèles, détaillées du monde : elle est un instrument mais elle est également un objet que l’on peut déplacer et assembler. Comme l’attestent les usages de l’urbaniste français Henri Prost à Marrakech, Fès et Rabat, puis à Istanbul, la photographie aérienne fixe ce qu’il y a derrière les façades et à l’intérieur des îlots50, en certifie la réalité et transforme la vue du ciel d’une connaissance déictique en un savoir cumulable, négociable et mobile. Hamshaw Thomas dissocie aussi ces deux qualités de la photographie aérienne : permettre de voir et fixer le réel.

  • 51 While a trained observer notices many features, it is quite impossible for him to observe and note (...)

Tandis qu’un observateur entraîné note de nombreux éléments, il est quasiment impossible pour lui de relever davantage que ce qui frappe le plus depuis un appareil volant rapidement, tandis que l’appareil photographique saisit instantanément tout ce qui se trouve dans le champ de vision51.

18La photographie aérienne montre, démontre et illustre un discours scientifique, en ceci qu’elle fournit aux savants des outils de travail, des documents que chacun peut étudier à loisir.

  • 52 Martonne, 1922, 370.
  • 53 Cholley, 1929, 5.
  • 54 Schmidt, 1940, 12.
  • 55 Practically all our experience lies in war mapping, where the question of cost was subsidiary to t (...)
  • 56 Aakjar, Bloch et al., 1929, 396.

19En deuxième lieu, la facilitation de la cartographie signale l’importance que les scientifiques accordent à l’efficacité, la vitesse et la gestion des coûts de la pratique scientifique. Ces qualités fondamentales de la photographie aérienne que l’historiographie aborde peu sont en effet soulignées par tous les scientifiques qui s’en servent. Le cartographe Édouard de Martonne52 et le géographe André Cholley53 s’accordent à les considérer comme centrales dans le succès de la photographie aérienne. À ce titre, la valeur de la carte aérienne lui vient de ses qualités d’enregistrement, bien sûr, mais également de sa vitesse d’exécution. Prenant l’exemple de la carte de Istakhr, l’archéologue Erich Schmidt indique que celle-ci, dressée avec l’appui de la photographie aérienne, a été réalisée en deux jours alors que la carte précédente (et imprécise) du site de fouilles avait réclamé dix-huit mois de travail54. Si l’efficacité et la vitesse d’exécution étaient déjà soulignées par les militaires, la question financière constitue en revanche une qualité spécifique que revendiquent les civils. C’est une question que soulève du reste par contraste le topographe militaire et futur directeur de l’Ordnance Survey Harold St John Loyd Winterbotham : « Presque toute notre expérience vient de la cartographie de guerre, pour laquelle la question des coûts était subsidiaire face à celle du temps55. » D’où l’importance des qualités économiques que soulignent l’historien français Marc Bloch et ses collègues Hubert Hall, Svend Aakjar, Walther Vogel et Richard Henry Tawney : « le travail [avec la photographie aérienne], en effet, n’est pas seulement, en lui-même, plus rapide, il est aussi beaucoup moins coûteux56 ». Pour les sciences sociales qui peinent pendant l’entre-deux-guerres à asseoir leur légitimité et qui ne disposent jamais que de moyens d’autant plus limités que les États européens traversent l’importante crise de reconversion de l’économie après la guerre, l’argument porte.

20En troisième lieu, la capacité à révéler des objets enfouis que Beazeley avait identifiée dès 1916 permet à la fois de localiser des structures enterrées mais également de dévoiler, comme pendant la guerre, des structures vastes et des organisations complexes. Ce troisième usage de la photographie aérienne est sans doute le plus complexe et le plus varié. D’une part, il y a le cas paradigmatique de l’archéologue britannique et Archaeological officer de l’Ordnance Survey O.G.S. Crawford qui, en décrivant les vestiges d’un village du Dorset, dresse la comparaison suivante :

  • 57 Es liegt hier etwa derselbe Vorgang vor, wie wenn eine Katze aus ihrer geringen Bodenhöhe ein Tepp (...)

On a affaire à la même situation que lorsqu’un chat, depuis son point de vue peu élevé, contemple le motif d’un tapis : seul l’humain qui regarde de plus haut voit se mettre en place dans un motif les lignes qui restaient inintelligibles au chat. Il en va de même pour nous en ce qui concerne les limites des champs et d’autres manifestations que révèle la photographie aérienne57.

  • 58 Faisant siennes les visées disciplinaires de la photographie aérienne militaire qui permettait de (...)

21Crawford identifie ainsi des structures vastes et ordonne dans des systèmes des éléments qui apparaissaient jusque-là comme singuliers et isolés. Son usage signale que la vue d’en haut rassemble des signes que réunit un fil invisible58.

  • 59 Bondaz, Castro, 2013, 299.
  • 60 Jolly, 2014, 69-70.

22D’autre part, il y a le cas de l’anthropologue français Marcel Griaule, qui conçoit la capacité d’identifier des structures de manière beaucoup plus complexe. Lors de ses nombreuses expéditions menées chez les Dogons de l’Afrique de l’Ouest dans la seconde moitié des années 1930, il se sert de la photographie aérienne pour fixer deux éléments distincts. Au même titre que les traces des chenilles des chars, la vue d’en haut dévoile les usages quotidiens du territoire dogon et permet d’identifier les itinéraires, les chemins saisonniers et les raccourcis qui sont inscrits sur la surface du sol et donne ainsi à voir les relations éphémères entre individus, marchés et espace religieux59 dans un paysage culturel marqué par la culture du secret60.

  • 61 Griaule, 1943, 62.

23Mais il y a plus : Griaule est persuadé que les photographies aériennes lui permettent de saisir « le tréfonds des consciences61 ». Ainsi, dans ses célèbres études des blasons dogons, il se concentre sur les figures géométriques parmi lesquelles celles qui ont forme de damier retiennent particulièrement son attention. Or s’il découvre l’importante figure masculine du damier placée sur les couvertures des hommes dogons par les méthodes ethnographiques traditionnelles (observation, entretiens, collecte d’artefacts), c’est bien la photographie aérienne qui révèle la même forme dans l’organisation des champs dogons. Et c’est cette dernière information qui lui permet de saisir les relations structurales entre tous ces objets :

  • 62 Griaule, 1937b, 71-72.

Il est vrai que dans l’inconscient du Dogon, ces choses sont liées entre elles ; la récolte du champ est toujours accolée, dans les prières, à la progéniture ; le pouvoir fertilisant du culte funéraire est parfaitement conçu ; il n’est donc pas étonnant que la couverture, accessoire important de ce culte et signe de richesse, qui remplace parfois le cadavre, soit liée aux hommes et aux champs62.

  • 63 Jolly, 2014, 61.
  • 64 Jolly, 2014, 58.
  • 65 Cité dans Asendorf, 2013, 83.
  • 66 Barthes, Martin, 1964, 15.

24Au contraire de ce que défend Éric Jolly63, Griaule juge que les photographies aériennes dévoilent des structures non pas seulement matérielles, mais inconscientes. La photographie aérienne est un moyen, dit Griaule, de « repérer et mettre à plat, sur une carte, les mythes et les secrets fabuleux inscrits sur le sol64 ». Les photographies aériennes mettent au jour, comme chez Laszlo Moholy-Nagy65, ce qui permet de saisir les structures inconscientes et invisibles. Une génération plus tard, Roland Barthes explicitera ce lien entre la vue d’en haut et le structuralisme en affirmant que « semblable à M. Jourdain devant la prose, tout visiteur de la Tour [Eiffel] fait ainsi du structuralisme sans le savoir […] ; dans Paris étendu sous lui, il distingue spontanément des points discrets – parce que connus – et cependant ne cesse de les relier, de les percevoir à l’intérieur d’un grand espace fonctionnel66 ». Au fond, comme les militaires qui pensent trouver les intentions ennemies dans la lecture de leurs défenses et des transformations de celles-ci, et qui tissent des liens entre doctrines d’engagement, stratégies, tactiques et occupation de l’espace, Griaule suppose une relation entre occupation de l’espace et représentations du monde.

25En dépit de ces atouts, un bon nombre de scientifiques reconnaissent rapidement, comme les militaires, le caractère insatisfaisant de la photographie aérienne. Marc Bloch l’exprime avec clarté lorsqu’il indique dans un compte rendu critique d’un ouvrage de l’historien britannique Cecil Curwen que chacun

  • 67 Bloch, 1929, 557.

se souvient du temps où la photographie d’avions était employée à déceler et à reporter sur la carte tranchées et boyaux [...] Depuis quelques années, certains archéologues anglais se sont avisés que le même procédé pourrait utilement être tourné à des fins analogues, en somme, mais plus pacifiques. Il s’agit toujours de faire apparaître sur le sol des levées, peu visibles, au moins dans leur dessin d’ensemble, à ras de terre ; mais le tracé qu’on s’efforce ainsi de restituer est celui de vestiges préhistoriques, enceintes fortifiées ou même simples « rideaux » (lynchets)67.

Cependant il met rapidement en cause les conclusions de Curwen :

Il n’est pas impossible, certes, que les enclos découverts, en divers points de l’Angleterre, autour de huttes préhistoriques aient été des champs de blé, analogues à ceux que, dans les régions soumises à la culture temporaire, les laboureurs défrichent et enclosent et qui ont donné naissance, je crois, au régime des haies dans la France de l’Ouest. Mais je ne vois pas de moyen de prouver que ce n’aient été, tout aussi bien, des jardins.

Et s’il est impossible de le savoir, poursuit-il, c’est que

  • 68 Ibid., 558.

pour trancher d’aussi grandes questions, quelques photographies d’avions, si intéressantes soient-elles, ne sauraient suffire ; il y faut aussi une étude minutieuse et, avant toute chose, largement comparative, des cartes des terroirs et, plus encore, des coutumes agraires. Les photographies par avions peuvent être d’admirables documents. […] Mais pour l’amour de Dieu ne compromettons pas l’emploi de ce nouvel instrument d’investigation en le prenant, sans désemparer […], pour point de départ de trop rapides élans d’imagination68.

  • 69 To use a system of collating and collecting all evidence from photographs and other sources. Hamsh (...)

26De fait, la photographie aérienne produit un savoir, mais celui-ci n’est pas le savoir révolutionnaire que les avant-gardes ont imaginé lorsqu’elles ont identifié le potentiel du regard en surplomb. Les scientifiques, comme Marc Bloch, s’inscrivent au contraire dans la tradition militaire et reconnaissent la nécessité de croiser la photographie aérienne avec d’autres sources. Hamshaw Thomas rappelle également qu’il est nécessaire de « se servir d’un système pour réunir et collecter toutes les preuves, qu’elles proviennent de photographies ou d’autres sources69 ». La photographie aérienne ne parle pas par elle-même : sa lecture s’appuie sur des connaissances complémentaires qui, seules, permettent de voir ce qu’elles montrent. S’opposant au paradigme réaliste, ces savants font perdre à la photographie aérienne le statut de document per se qui pourrait lui être attribuée, puisqu’elle se construit et ne prend sa valeur cognitive qu’en interagissant avec d’autres sources : elle leur doit donc son envergure et sa capacité à dire des choses sur le monde.

27Au final, les photographies aériennes sont le plus souvent employées de la même façon par les militaires et par les savants des sciences sociales qui s’en servent : elles enregistrent le réel, développent la cartographie, localisent des artefacts, identifient des structures, et leur capacité à montrer le réel sans l’appui de connaissances complémentaires est pareillement mise en cause.

Circulation des acteurs, partage des moyens et complémentarité des intérêts

28Les continuités entre la photographie aérienne militaire et ses usages dans les sciences sociales sont remarquables. Si elle connaît après guerre un vif succès public qui explique en partie l’intérêt que lui portent certains savants, ces continuités procèdent également d’au moins trois facteurs spécifiques qu’il faut maintenant identifier.

  • 70 Jamais en revanche ne s’observent des circulations entre les cadres nationaux. L’ignorance mutuell (...)
  • 71 Bauzou, 2000, 61.
  • 72 Dussaud, 1929, 145.

29Le premier facteur qui explique les continuités d’usage est l’importante circulation des individus qui s’observe entre les sphères militaire et savante70. Deux cas de figure sont à distinguer. D’une part, comme dans les cas de Beazeley ou du père jésuite Antoine Poidebard qui s’appuient sur les savoirs de collaborateurs militaires71, il arrive que des militaires sans formation académique saisissent lors de leur travail militaire des objets qui intéressent les savants. C’est le cas aussi du Capitaine Rees qui a remarqué en Iraq des monticules artificiels de pierres basaltiques et des sortes de huttes. Intrigué par ces installations en plein désert, il a atterri pour les examiner à loisir et a eu la surprise d’y découvrir des inscriptions qu’il s’est empressé de copier et dont il confie la publication à René Dussaud, conservateur du département des Antiquités orientales du musée du Louvre et secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres72.

  • 73 Griaule, 1937a, 470.

30D’autre part, la mobilité de savants entre les champs militaires et scientifiques a, de manière plus importante, soutenu le développement de la photographie aérienne comme instrument des sciences sociales. À titre de démonstration, Marcel Griaule signale que le succès de la photographie aérienne dans les sciences sociales procède davantage de dispositions personnelles que de stratégies des institutions de la recherche. Ce succès, écrit-il, « naît du hasard des travaux ou l’état d’esprit des intéressés [ :] l’idée vient aux chercheurs scientifiques de se servir de ce procédé lorsqu’ils appartiennent à l’armée de l’air73 ». De fait, la plupart des promoteurs de la photographie aérienne, qu’il s’agisse de Marcel Griaule, Antoine Poidebard, Léon Rey, Theodor Wiegand, Édouard de Martonne ou encore Marc Bloch ont d’abord été confrontés à cet instrument comme militaires engagés dans le conflit.

  • 74 Bloch, 1997, 143.
  • 75 Poidebard, 1932b, 35-36.
  • 76 Archives de la défense, Dossier Marcel Griaule, Relevé des notes, 27.12.1924.

31Étienne Bloch juge ainsi que l’« expérience d’officier de renseignements [de Marc Bloch] pendant la seconde moitié de la Grande Guerre, l’a sans doute plus tôt que beaucoup d’autres, aidé à comprendre l’intérêt de la photographie aérienne pour l’étude des terroirs et de leur histoire74 ». Il en va de même pour Poidebard. Affecté en 1917 par le général Weygand à une mission de reconnaissance entre Bassora et Tiflis avec les troupes anglaises, ce père jésuite qui développe des compétences très importantes en photographie aérienne au Moyen-Orient y a développé de remarquables qualités d’explorateur qui lui valent d’être sollicité par la Société de géographie de Paris pour mener une étude détaillée sur la Haute-Djézireh au nord de la Syrie. Poidebard signale ainsi qu’il est inutile de se disputer la paternité de la méthode aérienne en géographie historique que les savants doivent, dans ses principes généraux, aux aviateurs militaires de la guerre75. Ces principes militaires généraux, Griaule les a ainsi acquis en passant son brevet d’observateur en avion à la fin de la guerre et les mettant en œuvre régulièrement et avec brio, selon ses supérieurs, pendant ses périodes de service actif, puis comme officier de réserve.76

32C’est donc à leur double carrière de militaire et de savants qu’on doit la remarquable convergence des intérêts, bien davantage qu’à la circulation de savoirs. Que la photographie aérienne soit l’un des rares instruments scientifiques mis en œuvre tout à la fois par des historiens, des géographes, des historiens d’art, des urbanistes, des préhistoriens et des ethnographes procède ainsi de leur expérience de guerre plutôt que de nécessités disciplinaires.

  • 77 Hodeir, 2004, 195.
  • 78 Archives de la défense, Dossier Marcel Griaule, Fiche de renseignement pour militaire du personnel (...)
  • 79 Bauzou, 2000, 59-60.
  • 80 Bulletin de l’École française en Extrême-Orient, 1933, 1937 et 1938.

33Le deuxième facteur qui explique les continuités est que, si les hommes sont les mêmes, comme le signale Marcellin Hodeir77, ils se servent également du même matériel et reconduisent les mêmes protocoles d’interventions. Ainsi Griaule exploite son statut d’officier de réserve pour avoir accès au matériel militaire afin de mener ses recherches en s’appuyant sur la photographie aérienne à Sangha en 1935, puis à Gao en 1939 et en profite pour accomplir ses jours de service78 tandis que Poidebard reconduit les méthodes de reconnaissance développées au cours de la guerre79. C’est dire que l’armée finance indirectement et généreusement, comme cela s’observe aussi en Indochine80, la photographie aérienne savante.

  • 81 Schiavon, 2003 et 2014.
  • 82 Nordiguian, Denise, 2004, 20.
  • 83 Nordiguian, 2000, 39.
  • 84 Eddé, 2004, 86.
  • 85 Manchon, 2013, 19-20.
  • 86 Edgerton, 1991, 31.
  • 87 Manchon, 2004, 97-100.
  • 88 Manchon, 2013, 100-101.

34Cela étant, l’armée de l’air n’est pas un organisme de financement de la recherche scientifique et les bénéfices de ces collaborations sont partagés, dans ce cas comme dans de nombreux autres comme l’a montré Martina Schiavon pour la cartographie et la géodésie en Algérie81. Poidebard en constitue comme souvent un exemple frappant, lui qui multiplie les vols pendant plus de dix ans grâce à l’appui de l’aviation du Levant. Or, si ses photographies intéressent les archéologues, elles présentent également trois atouts aux yeux des autorités militaires. En premier lieu, elles fournissent à l’armée une documentation reconnue comme exceptionnelle82 et les facilités dont il jouit révèlent les bénéfices que les autorités militaires comptent tirer de ces recherches dans le cadre d’une nouvelle politique de contrôle83. Poidebard illustre parfaitement les ambiguïtés de la recherche à l’époque qui visent bien entendu à « une meilleure connaissance des mandatés » et de leurs territoires, « entre autres à la demande d’un pouvoir dont ils partagent “l’idéologie coloniale”, et grâce aux facilités qu’il leur accorde84 ». À titre d’exemple, le premier travail de Poidebard de 1925 vise à établir une carte des possibilités économiques de la Syrie et du Liban mais aussi une carte des tribus, servant ainsi les deux principales fonctions de l’aviation aux colonies : le développement économique et le contrôle politique des territoires85. Ce dernier point est central : comme le signalait déjà David Edgerton, l’aviation est en effet d’abord une technologie politique86. Ainsi, non seulement Poidebard participe-t-il si activement aux manœuvres militaires françaises pendant la révolte du Djebel Druze de 1925-1927 que son travail lui vaut une citation87, mais son travail scientifique présente aussi une valeur politique et militaire en ceci qu’il jugeait que la découverte de traces militaires romaines peut aider à élaborer une défense du territoire. « On estima qu’à reconstituer l’organisation militaire et économique du désert à l’époque romaine, on gagnerait d’utiles indications […] pour assurer la sécurité et la mise en valeur désertiques88. »

  • 89 Bauzou, 2004, 137.

35Soutenir les innombrables vols de Poidebard présente un deuxième atout pour l’aviation militaire. La collaboration de l’armée et le financement de ses vols et de ses clichés « furent présentés, explique Thomas Bauzou, à la hiérarchie comme une forme d’entraînement au bombardement de précision ». De fait, l’argument se tient puisque « pour prendre une photo verticale à basse altitude d’un objectif fixé, il faut au pilote manœuvrer son avion pour passer exactement à la verticale du centre de cet objectif, et au photographe déclencher son appareil précisément à ce moment-là89 ».

36En troisième lieu, les travaux de Poidebard servent l’innovation dans le développement des techniques de la photographie aérienne. Il travaille en effet activement pour le compte du Service technique et des recherches scientifiques de l’aéronautique en tant que collaborateur scientifique bénévole. À ce titre, il perfectionne les appareils photographiques et mène de nombreuses recherches sur des filtres et émulsions qui améliorent de manière marquée la photographie en zone subtropicale.

37Ces relations entre savants et militaires ne restent pas sans effet sur les travaux : selon Bauzou, Poidebard explore souvent plus en militaire qu’en archéologue.

  • 90 Bauzou, 2004, 142-143.

Poidebard a survolé la steppe moins en historien qu’en officier de l’armée française. Ce qui est plus frappant encore, c’est de constater que chez cet humaniste […] les préjugés coloniaux sont bien là et influent sur l’ensemble de sa démarche scientifique. Comment expliquer autrement sa tendance à attribuer aux seuls Romains toutes les traces de civilisation qu’il repère dans la steppe désolée ? L’officier français se sent l’héritier direct des officiers romains qui l’ont précédé90.

  • 91 Manchon, 2013, 125.

38Par ailleurs, les résultats de Poidebard procèdent également des techniques de l’aviation militaire aux colonies. Après la guerre, le développement de l’aéronautique fait que les avions employés pendant le conflit sont rapidement dépassés et le surplus d’appareils est envoyé dans les colonies où leur développement technologique est suffisant pour les tâches qui leur sont confiées91. Ce sont donc des avions désuets qui sont employés et leurs limites techniques ont un coût scientifique. La découverte du limes romain par Poidebard naît à la fois de l’absence de cartes et d’avions peu fiables : cette crainte de se retrouver en difficulté dans le ciel syrien fait qu’il ne s’éloigne jamais beaucoup des pistes.

  • 92 Bauzou, 2000, 74-75.

Son avion était certes un « observatoire privilégié » mais il ne s’est jamais beaucoup écarté de la route qu’il pouvait suivre en parcourant le terrain au sol avec un peloton de méharistes. Ces méthodes d’observation ont eu un effet de filtre : travaillant avec des militaires et, en partie, avec des objectifs militaires, il perçoit un monde de militaires fait de pistes stratégiques, de fortins, de points d’appui92

  • 93 Di Manno, 2015.

39De fait, l’adoption de la photographie aérienne dans les sciences sociales est un moyen de recycler les carrières, les matériels et les compétences militaires en temps de paix dans les colonies et en métropole. Cependant, au contraire de la météorologie, largement développée en lien avec l’aviation pendant l’entre-deux-guerres et qui s’en trouve transformée intellectuellement, institutionnellement et matériellement par un influx d’outils, de personnels et de programmes militaires93, les sciences sociales ne connaissent pas de transformations fondamentales.

  • 94 Bouché 1919a, 1919b, 1919c, 1919d.

40Pour bien le comprendre, il faut en venir au dernier facteur, qui explique à la fois la circulation des pratiques et, paradoxalement, la brièveté et le peu d’effets durables sur les pratiques de recherche de l’adoption de la photographie aérienne par les sciences sociales de terrain. Ce troisième facteur procède des modalités de la diffusion de l’idée que la photographie aérienne doit servir le développement des sciences. Pour bien les comprendre, il faut revenir sur les médiateurs qui, les premiers, popularisent cette opinion. En premier lieu, il y a Henri Bouché, qui publie en 1919 dans une revue littéraire, La Revue de Paris, deux articles en deux livraisons chacun sur l’aviation et la photographie aérienne94. Henri Bouché présente le même profil que les promoteurs scientifiques de la photographie aérienne : comme Griaule ou Bloch, il a travaillé pour le renseignement et la reconnaissance aérienne pendant la guerre. Pilote, élevé au grade de capitaine à la fin de la guerre, il participe à la production des photographies aériennes utilisées pendant la guerre. Cependant, au contraire des autres, il n’est pas scientifique, mais est l’un des importants promoteurs français de l’aéronautique civile. Éditeur en chef de la revue L’Aéronautique, il y publie ainsi que dans L’Illustration de nombreux articles en faveur du développement de l’aviation commerciale française ; il occupe plus tard de nombreuses fonctions officielles comme directeur de l’Institut français du transport aérien, puis vice-président d’Air France et de l’International Civil Aviation Organisation, organisation internationale sous l’égide des Nations Unies.

  • 95 Hamshaw Thomas 1920a, 1920b, 1920c.

41En deuxième lieu, il y a le Britannique Hugh Hamshaw Thomas, qui publie en 1920 trois gros articles intitulés Aircraft Photography in War and Peace95. Son profil est un peu différent de celui de Bouché. Pilote, photographe dans le cadre de la guerre, il est également un paléobotaniste réputé de Cambridge. Il semble donc se ranger du côté des savants promoteurs de la photographie aérienne. Cependant son article est la version écrite de sa Cantor Lecture, qui constitue l’un des moments importants de la vie de la Royal Society of Arts et paraît dans le Journal of the Royal Society of Arts. Or cette société, qui obtient une charte royale en 1847, a pour objectif l’encouragement des arts, des industries et du commerce.

  • 96 Asendorf, 2013, 38 ; Lugon, 2013, 150-151. Ils ne sont pas seuls. William Kennedy Cochran-Patrick, (...)

42De fait, même si les profils de Hamshaw Thomas et Bouché sont distincts, ils visent tous deux à soutenir une industrie qui peine à réussir sa reconversion après la guerre et dont le seul secteur rentable est… la photographie aérienne96. Si, dans leurs textes, ces auteurs attribuent à la photographie aérienne des vertus innombrables, c’est donc qu’ils comptent en retirer un profit immédiat (Bouché) ou la présenter comme un outil de développement économique pour l’Empire (Hamshaw Thomas). De ce fait, il ne faut pas s’étonner de la trouver désignée comme une panacée : selon ses promoteurs, elle est particulièrement utile dans les colonies, ce qui n’est pas négligeable au moment où il faut reconstruire l’Europe, elle coûte peu, est précise, permet de travailler vite et donne l’impression de pouvoir être employée pour résoudre presque tous les problèmes. Ce qui est plus intéressant, c’est que ces éléments, comme nous l’avons vu, constituent le socle des argumentaires qui sont mobilisés par les scientifiques pour promouvoir la photographie aérienne. À cet égard, le constat que la mise en place de l’arsenal argumentatif soit le fait d’acteurs au statut hybride entre mondes militaires, scientifiques et commerciaux ou dans des publications ressortissant à la littérature grise n’enlève rien à l’intérêt de ces textes. Ils disent dès 1919, ce que les scientifiques ne formuleront que plus tard, et leur mobilisation par ces derniers atteste à la fois la validité des arguments et leur capacité à orienter les usages. Les espoirs conférés à la photographie aérienne sont certes construits par des gens qui poursuivent des intérêts économiques plutôt que militaires ou scientifiques. Il n’empêche : ils circulent et ils portent, à la fois parce que les savants y croient véritablement, parce que les vues aériennes sont populaires et parce que les sciences sociales ont intérêt à s’allier ce symbole de la modernité technique.

  • 97 Bouché 1919c, 273.

43En revanche, ils n’opèrent ni généralement, ni durablement. La photographie aérienne est certes mise en œuvre dans la plupart des disciplines des sciences sociales. Elle reste cependant limitée à un nombre restreint d’acteurs et à une période relativement courte. En dehors du cas de la géographie et de l’archéologie qui maintiennent leur intérêt pour cet outil, la plupart des disciplines examinées s’en détournent dès le milieu des années 1930, dès lors qu’elles sont confrontées à la pratique de la recherche, comme l’attestent les doutes qu’exprime Marc Bloch. Séduisante au premier regard, la photographie aérienne montre rapidement les mêmes limites pour le travail scientifique que celles que les militaires avaient identifiées pour la reconnaissance aérienne. Mais il y a plus : non seulement les qualités de document per se de la photographie aérienne sont en passe de ne plus séduire les sciences sociales, mais les objectifs qu’elle permet d’atteindre reflètent des conceptions de la recherche qui sont en train de se transformer. Ainsi en va-t-il de la certitude de Bouché sur l’utilité de la photographie aérienne pour écrire l’histoire de la guerre lorsqu’il écrit que « tous les clichés d’avion pris au cours de ces quatre années vont permettre d’écrire l’histoire de la guerre avec une rigueur qui en cette matière sera nouvelle97 ». Enfin, la photographie aérienne, mise en place pendant la guerre, puis vendue aux scientifiques afin de soutenir le développement de l’aviation, est un projet hors-sol qui résonne mal avec le développement des sciences sociales pendant l’entre-deux-guerres : pendant la guerre, l’instrument n’est pas conçu par des scientifiques des sciences sociales qui n’en ont pour toute expérience que l’usage en tant que soldats ; après la guerre, à l’exception de Poidebard, les scientifiques des sciences sociales ne se réapproprient pas, ni ne contribuent à son développement. Ce n’est jamais leur outil et c’est ce qui explique en partie l’impact somme toute limité de la photographie aérienne sur les sciences sociales qui contraste avec l’impact des innovations scientifiques de la guerre sur le développement d’autres disciplines.

  • 98 Carlier 1921, 5, Rasmussen 2015, 61.

44L’impression domine que les usages civils de la photographie aérienne s’inscrivent à de nombreux égards dans la continuité des usages de la Grande Guerre et que, s’ils se ressemblent, c’est parce qu’il en va de même des acteurs eux-mêmes, des instruments et des moyens employés, et des objectifs visés. Civils et militaires ont des intérêts communs, mais également complémentaires. Des chercheurs souhaitant se positionner favorablement dans le champ scientifique se servent de ressources techniques, financières ou symboliques comme la photographie aérienne qui peut tout à la fois servir de marchepied dans leur carrière, nourrir leurs perspectives de recherche ou valoriser leurs disciplines ; inversement, à la manière d’un Atoms for Peace de l’entre-deux-guerres qui aurait été porté par des intérêts privés plutôt que par l’État, le succès savant de la photographie aérienne doit beaucoup au désir de séparer une technologie, laquelle est comme d’autres volontiers soupçonnée d’avoir contribué au désastre de la guerre98, de ses applications civiles en lui confiant de nouvelles tâches qui servent au plus grand nombre, mais également les intérêts bien compris de l’industrie aéronautique.

  • 99 Bouché, 1919d, 856.
  • 100 Bouché, 1919c, 279-281.

45En dépit de cela, les sciences militaires et civiles et leurs emplois de la photographie aérienne se distinguent à double titre. En premier lieu, s’observent dans les mondes civils et militaires des conceptions différentes de la précision. Les militaires se contentent de leur côté d’une précision suffisamment importante pour répondre à des exigences de la guerre et les militaires jugent en fonction de l’efficacité. Dès lors, en période de guerre, peu importe si un nid de mitrailleuse est localisé dix mètres plus loin qu’il n’est si le bombardement est suffisamment intense pour le détruire. Il en va tout autrement de la science civile qui est jugée en fonction de son exactitude et de sa précision. À ce titre, la photographie aérienne ne répond pas aux standards scientifiques et, pour être utile en temps de paix, elle devra se perfectionner99. En l’état, elle pourra également fonctionner comme approximation ce qui convient particulièrement à son emploi dans les colonies et les « pays neufs » où l’absence de cartes disponibles ou le prix moins élevé de la propriété se satisfont de cartographies imprécises100. En second lieu, pendant la guerre, les militaires ne se préoccupent guère de la rentabilité de la photographie aérienne tandis que, dans l’immédiat après-guerre, les civils soulignent son prix avantageux. Rapidement, pourtant, de vifs débats signalent que les vues d’en haut ne sont pas si économiques qu’imaginé ce qui a pour effet qu’elles sont peu mises en œuvre hors des collaborations avec l’armée. Or celle-ci privilégie son emploi dans les espaces coloniaux, où la photographie aérienne permet à la fois des économies d’échelle en raison de l’étendue des territoires à cartographier, et contribue à d’autres mandats de l’armée comme l’exploration économique et le contrôle politique.

46Les promoteurs de la photographie aérienne dans les sciences sociales de terrain ne veulent cependant pas renoncer si vite à un instrument insuffisamment précis et sans doute cher. Tout se passe au contraire comme si elles privilégiaient l’accès à la photographie aérienne en dépit de ces difficultés. Or ces concessions sur la précision et les coûts ont pour effet bien davantage que des cartes un peu floues et des collaborations avec l’armée. Elles produisent une nouvelle distinction, capitale, entre usages militaires et civils de la photographie aérienne : alors que les militaires s’en sont surtout servis sur les scènes occidentales du conflit, les sciences sociales les utilisent principalement sur des théâtres coloniaux et paracoloniaux comme au Levant. Voilà qui rappelle tout à la fois que les sciences sociales se développent et grandissent aussi dans, et grâce, à l’univers colonial, que leurs collaborations avec les pouvoirs militaires n’ont rien à envier aux liaisons qu’entretiennent les sciences physiques, chimiques ou médicales avec l’État, et que la photographie aérienne, comme pratique militaire de contrôle pour guider l’action, se développe le mieux dans des espaces en guerre, au rang desquels il faut compter les colonies, quoi que puissent suggérer ceux qui décrivent la photographie aérienne comme outil de la paix.

Haut de page

Bibliographie

Aakjar, S., Bloch, M., Hall, H., Tawney, A.-H, Vogel, W., 1929, « Les plans parcellaires : Allemagne, Angleterre, Danemark, France », Annales d’histoire économique et sociale, 3, p. 390-398.

Anker, P., 2001, Imperial Ecology. Environmental Order in the British Empire, 1895-1945, Cambridge, Cambridge University Press.

Asendorf, C., 2013, Super constellation. L’influence de l’aéronautique sur les arts et la culture, Paris, Macula.

Barthes, R., 1980, La chambre claire, Paris, Seuil.

Barthes, R., Martin, A., 1964, La Tour Eiffel, Paris, Seuil.

Batut, A., 1890, La photographie aérienne par cerf-volant, Paris, Gauthier, Vilars et fils.

Baulig, H., 1929, « Application nouvelle de la photographie aérienne au Canada », Annales de Géographie, 38, p. 94-96.

Bauzou, T., 2000, « Les recherches archéologiques d’Antoine Poidebard en Syrie de 1925 à 1932 », dans Nordiguian, L., Salles, J.-F. (éd.), Aux origines de l’archéologie aérienne. A. Poidebard (1878-1955), Beyrouth, Presses de l’université St-Joseph, p. 59-78.

Bauzou, T., 2004, « Poidebard, archéologue de l’extrême », dans Denise, F., Nordiguian, L. (éd.), Une aventure archéologique. Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Marseille, Parenthèses, p. 131-146.

Beazeley, G. A., 1919, « Air Photography and Archaeology », The Geographical Journal, 53, p. 330-335.

Besse, J.-M., 2005, « Vues de villes et géographie au xvie siècle : concepts, démarches cognitives, fonctions », dans Pousin, F. (dir.), Figures de la ville et construction des savoirs, Paris, CNRS Éditions, p. 19-30.

Bigg, C., 2007, « The Panorama, or la Nature à coup d’œil », dans Fiorentini, E. (éd.), Observing Nature—Representing experience. The Osmotic Dynamics of Romanticism, 1800-1850, Berlin, Reimer Verlag, 73-96.

Bloch, E., 1997, Marc Bloch (1886-1944), une biographie impossible, Limoges, Culture et patrimoine en Limousin.

Bloch, M., 1929, « Les plans parcellaires. L’avion au service de l’histoire agraire », Annales d’histoire économique et sociale, 2, p. 557-558.

Boltanski, L., 2012, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard.

Bondaz, J., Castro, T., 2013, « Le terrain vu du ciel. Photographie aérienne et sciences sociales (d’une guerre à l’autre) », dans Lampe, A. (éd.), Vues d’en haut, Metz, Pompidou, p. 292-299.

Bondaz, J., 2016, « Photographie aérienne », dans À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939), en ligne : http://naissanceethnologie.fr/files/pdf/44.pdf.

Bouché, H., 1919a, « La reconquête de l’air. Une industrie, des avions, des pilotes », La Revue de Paris, p. 316-345.

Bouché, H., 1919b, « La reconquête de l’air. Préface au salon de l’aéronautique », La Revue de Paris, p. 742-770.

Bouché, H., 1919c, « Une arme de la guerre et un outil de la paix », La Revue de Paris, p. 259-281.

Bouché, H., 1919d, « Une arme de la guerre et un outil de la paix », La Revue de Paris, p. 831-856.

Carcopino J., 1949, « La prospection du limes de Numidie », Journal des savants, 2, p. 133-153.

Carlier, A.-H., 1921, La photographie aérienne pendant la guerre, Paris, Delagrave.

Castro, T., 2013, « L’ornement de la masse, de Weimar à Hollywood », dans Lampe, A. (éd.), Vues d’en haut, Metz, Pompidou, p. 248-255.

Cholley, A., 1929, « Communication sur l’Atlas photographique du Rhône », Comité national français de géographie, 3, p. 5-6.

Cochran-Patrick, W. K., 1931, « Aerial Reconnaissance Mapping in Northern Rhodesia », Geographical Review, 21/2, p. 213-220.

Crawford, O. G. S., 1938, « Luftbildaufnahmen von archäologischen Bodendenkmälern in England », Luftbild und Luftbildmessung : Informationen der Hansa Luftbild GmbH, 16, p. 9-22.

Crosthwait, H. L., 1928, « Air Survey and Empire Development », Journal of the Royal Society of Arts, 77, p. 162-182.

Dewing, B., 2012, « Shifting Perspectives: Aerial Photography in the Interwar Years », Montage, 6, p. 13-23.

Di Manno, S., 2015, « “Hier sur tous les fronts… Demain sur tous les mondes”. Mobilisation météorologique et reconfigurations disciplinaires, militaires et aéronautiques durant la Première Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127, p. 117-133.

Dion, R., 1934, Le Val de Loire. Étude de géographie régionale, Tours, Arrault et Cie.

Dubois, P., 1983, L’acte photographique, Paris, Nathan.

Dussaud, R., 1929, « Les relevés du capitaine Rees dans le désert de Syrie », Syria, 10, p. 144-163.

Eddé, C., 2004, « Au temps du mandat français sur la Syrie et le Liban », dans Denise, F., Nordiguian, L. (éd.), Une aventure archéologique. Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Marseille, Parenthèses, p. 75-89.

Edgerton, D., 1991, England and the Aeroplane. An Essay on a Militant and Technological Nation, Londres, McMillan.

Frey, J.-P., 2004, « Henri Prost (1874-1959), parcours d’un urbaniste discret (Rabat, Paris, Istanbul…) », Urbanisme, 336, p. 79-87.

Gervais, T., 2001, « Un basculement du regard. Les débuts de la photographie aérienne 1855-1914 », Études photographiques, 9, en ligne : https://journals.openedition.org/etudesphotographiques/916.

Ginzburg, C., 1980, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 6, p. 3-44.

Gombrich, E., 1960, Art and Illusion. A Study in the Psychology of Pictorial Representation ; Londres, Phaidon.

Griaule, M., 1937a, « L’emploi de la photographie aérienne et la recherche scientifique », L’anthropologie, 47, p. 469-475.

Griaule, M., 1937b, « Blasons totémiques des Dogons », Journal de la Société des africanistes, 7, p. 69-78.

Griaule, M., 1943, Les Saô légendaires, Paris, Gallimard.

Haffner, J., 2013, The View from Above: The Science of Social Space, Cambridge, MIT Press.

Jolly, E., 2014, « Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan, janvier-avril 1935 », Les Carnets de Bérose, 4, en ligne : http://www.berose.fr/IMG/pdf/carnet_be_rose_4.pdf.

Hamshaw Thomas, H., 1920a, « Aircraft Photography in War and Peace, Lecture I. the Taking and Production of Airplane Photographes », Journal of the Royal Society of Arts, 68, p. 749-753.

Hamshaw Thomas, H., 1920b, « Aircraft Photography in War and Peace, Lecture II. Aeroplane Photography in War », Journal of the Royal Society of Arts, 68, p. 763-766.

Hamshaw Thomas, H., 1920c, « Aircraft Photography in War and Peace, Lecture III. Aeroplane Photography in Time of Peace », Journal of the Royal Society of Arts, 68, p. 777-781.

Hamshaw Thomas, H., 1920d, « Aircraft Photography in the Service of Science », Nature, 105, p. 457-459.

Hodeir, M., 2004, « les leçons de la Grande Guerre en photographie aérienne », dans Denise, F., Nordiguian, L. (éd.), Une aventure archéologique. Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Marseille, Parenthèses, p. 193-199.

Krajewski, M., 2016, « Genauigkeit. Zur Ausbildung einer epistemischen Tugend im langen 19. Jahrhundert », Berichte Wissenschaftsgechichte, 39, 211-229.

Le Corbusier, 1935, Aircraft, Londres, The Studio.

Lugon, O., 2013, « The Aviator and the Photographer: The Case of Walter Mittelholzer », dans Dorrian, M., Pousin, F. (éd.), Seeing from Above. The Aerial View in Visual Culture, Londres, I.B. Tauris, p. 147-162.

Manchon, J.-B., 2004, « Poidebard officier et observateur aérien », dans Denise, F., Nordiguian, L. (éd.), Une aventure archéologique. Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Marseille, Parenthèses, p. 93-111.

Manchon, J.-B., 2013, L’aéronautique militaire française outre mer, 1911-1939, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne.

Martonne, E. de, 1922, « Photographie et topographie », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’AOF, p. 356-381.

Nordiguian, L., 2000, « Antoine Poidebard : le missionaire, l’aviateur et le photographe », dans Nordiguian, L., Salles, J.-F., Aux origines de l’archéologie aérienne. A. Poidebard (1878-1955), Beyrouth, Presses de l’université St. Joseph, p. 33-46.

Nordiguian, L., Denise, F., 2004, « Une aventure archéologique » dans Denise, F., Nordiguian, L. (éd.), Une aventure archéologique. Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Marseille, Parenthèses, p. 11-26.

Peirce, C.S., 1940, Philosophical Writings of Peirce, Buchler, J. (éd.), New York, Harcourt, Brace and Company.

Poidebard, A., 1932a, « Methode aérienne de recherches en géographie historique », La géographie, 57, p. 1-16.

Poidebard, A., 1932b, « Photographie aérienne et archéologie, Recherches en steppe syrienne 1925-1931 », Bulletin de Photogrammetrie, 2, p. 35-48.

Rasmussen, A., 2015. « Sciences et guerres », dans Pestre, D. et Bonneuil, C (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, vol. 3, Le siècle des technologies, Paris, Seuil, p. 47-65.

Robic, M.-C., 2013, “From the Sky to the Ground: The Aerial View and the Ideal of the Vue raisonnée in Geography during the 1920’s”, dans Dorrian, M., Pousin, F. (éd.), Seeing from Above. The Aerial View in Visual Culture, Londres, I.B. Tauris, p. 163-187.

Saumagne, C. 1929, « Les vestiges d’une centuriation romaine à l’est d’El-Djem », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 73, p. 307-313.

Schiavon, M., 2003, « Des savants-officiers entre science, armée, État et industrie de précision : les géodésiens du Service Géographique de l’Armée 1887-1920 », dans Aubin, D., Bret, P., Le sabre et l’éprouvette, L’invention d’une science de guerre 1914/1939, Paris, Noésis, p. 60-73.

Schiavon, M., 2014, Itinéraires de la précision : géodésiens, artilleurs, savants et fabricants d’instruments en France, 1870-1930, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Schmidt, E., 1940, Flights over Ancient Cities of Iran, Chicago, University of Chicago Press.

Sekula, A., 1984 [1975], « The Instrumental Image: Steichen at War », dans Sekula, A., Photography against the Grain. Essays and Photoworks 1973-1983, Halifax, Press of the Nova Scotia of Art and Design, p. 33-52.

Shatskikh, A., 2013, « La vue d’en haut : une topologie de l’utopie avant-gardiste », dans Lampe, A. (éd.), Vues d’en haut, Metz, Pompidou, p. 121-135.

Snyder, J., Walsch Allen, N., 1975, « Photography, Vision and Representation », Critical Inquiry, 2, p. 143–169.

Sontag, S., 1977, La photographie, Paris, Seuil.

Winterbotham, H. S. L., 1920, « The Economic Limits of Aeroplane Photography for Mapping, and Its Applicability to Cadastral Plans », The Geographical Journal, 56, p. 481-483.

Haut de page

Notes

1 Anker, 2001, 176 et suiv.

2 Robic, 2013, 168, 173.

3 Jolly, 2014, 11, 59, 108.

4 Rasmussen, 2015, 48-50.

5 Ibid., 58.

6 Besse, 2005.

7 Batut, 1890.

8 Lugon, 2013.

9 Gervais, 2001.

10 Bigg, 2007, 77-78.

11 Shatskikh, 2013, 122.

12 Ginzburg, 1980, Boltanski, 2012.

13 Bouché, 1919a, 1919b, 1919c, 1919d ; Carlier, 1921.

14 Haffner, 2013, 11 ; Carlier, 1921, 16.

15 Bouché, 1919a, 316.

16 Carlier, 1921, 16-17 ; Haffner, 2013, 11.

17 Sekula, 1984 [1975], 34.

18 Bouché, 1919c, 262.

19 Bouché, 1919c, 261.

20 Haffner, 2013, 8.

21 Bouché, 1919c, 264.

22 Bouché, 1919c, 278.

23 Bouché, 1919c, 269-271 ; 1919d, 833.

24 Haffner, 2013, 8.

25 Bouché, 1919c, 276.

26 Peirce, 1940 ; Gombrich, 1960 ; Snyder, Walsch Allen, 1975 ; Sontag, 1977 ; Barthes, 1980 ; Dubois, 1983.

27 The value of aerial photographs, as cues for military action, depended on their ability to testify to a present state of affairs. (note : toutes les traductions sont de l’auteur) Sekula, 1984 [1975], 34.

28 Carlier, 1921, 19.

29 Ibid., 131.

30 Enough coverage, detail, and evidence of systematic change to permit the construction of a valid theory of enemy strategy., Sekula, 1984 [1975], 35-36.

31 Haffner, 2013, 12-13.

32 Bouché, 1919c, 263-264.

33 Bouché, 1919c, 268 ; Carlier, 1921, 131-133.

34 Haffner, 2013, 10.

35 Edgerton, 1991, 52.

36 Carlier, 1921, 194-201.

37 Bouché, 19191d, 838-845.

38 Bouché, 1919c, 281.

39 Lugon, 2013, 150 ; Dewing, 2012, 19-20 ; Castro, 2013, 254-255.

40 Haffner, 2013 ; Bondaz, Castro, 2013 ; Bondaz, 2016.

41 Aircraft photography, as developped during the war possesses great potentialities as an instrument of scientific research, Hamshaw Thomas, 1920d, 457.

42 Carcopino, 1949, 135.

43 Von allen von mir besuchten wichtigen Orten des Altertums [werden] Fliegeraufnahmen gemacht, die die Planaufnahmen controlieren und erleichtern, Deutsches archäologisches Institut, Archiv Theodor Wiegand, Lettre de Theodor Wiegand à Mariele Wiegand, 6 décembre 1916.

44 Beazeley, 1919, 330.

45 The city would probably have been merely shown by meaningless low mounds scattered here and there, for much of the detail was not recognizable on the ground. Beazeley, 1919, 330.

46 Baulig, 1929, 96.

47 Saumagne, 1929, 310 ; Dion, 1934, 32.

48 Poidebard, 1932a, 1.

49 Martonne, 1922, 370. Les usages indigènes de ces catégories ne correspondent pas non plus à l’examen qu’a mené Markus Krajewski, en particulier la distinction entre précision et exactitude : voir Krajewski, 2016, 217-218.

50 Frey, 2004, 83.

51 While a trained observer notices many features, it is quite impossible for him to observe and note more than the salient points seen from a swiflty flying machine, while the camera instantly records every feature in the field of view. Hamshaw Thomas, 1920d, 457.

52 Martonne, 1922, 370.

53 Cholley, 1929, 5.

54 Schmidt, 1940, 12.

55 Practically all our experience lies in war mapping, where the question of cost was subsidiary to that of time. Winterbotham, 1920, 484.

56 Aakjar, Bloch et al., 1929, 396.

57 Es liegt hier etwa derselbe Vorgang vor, wie wenn eine Katze aus ihrer geringen Bodenhöhe ein Teppichmuster betrachtet. Erst für den Menschen aus seiner größeren Blickhöhe fügen sich die für die Katze unverständlichen Linien zum Teppichmuster zusammen. So geht es schließlich wieder uns gegenüber diesen Feldergrenzen und ähnlichen Erscheinungen mit dem Luftbild. Crawford, 1938, 16.

58 Faisant siennes les visées disciplinaires de la photographie aérienne militaire qui permettait de corriger les modes de camouflages, Le Corbusier souligne également la capacité de la photographie aérienne à identifier des structures, en particulier les structures fautives de l’organisation urbaine comme l’exprime sa formule fameuse, « l’avion accuse ». Et comment pendant la guerre, il guide l’action et permet d’agir correctement, Le Corbusier, 1935, 11.

59 Bondaz, Castro, 2013, 299.

60 Jolly, 2014, 69-70.

61 Griaule, 1943, 62.

62 Griaule, 1937b, 71-72.

63 Jolly, 2014, 61.

64 Jolly, 2014, 58.

65 Cité dans Asendorf, 2013, 83.

66 Barthes, Martin, 1964, 15.

67 Bloch, 1929, 557.

68 Ibid., 558.

69 To use a system of collating and collecting all evidence from photographs and other sources. Hamshaw Thomas, 1920b, 764.

70 Jamais en revanche ne s’observent des circulations entre les cadres nationaux. L’ignorance mutuelle des travaux de l’autre dont font preuve les deux développeurs principaux de la photographie aérienne le Français Poidebard et l’Anglais Crawford atteste l’imperméabilité absolue des développements nationaux qui est sans doute due à la dimension stratégique de cet outil.

71 Bauzou, 2000, 61.

72 Dussaud, 1929, 145.

73 Griaule, 1937a, 470.

74 Bloch, 1997, 143.

75 Poidebard, 1932b, 35-36.

76 Archives de la défense, Dossier Marcel Griaule, Relevé des notes, 27.12.1924.

77 Hodeir, 2004, 195.

78 Archives de la défense, Dossier Marcel Griaule, Fiche de renseignement pour militaire du personnel naviguant.

79 Bauzou, 2000, 59-60.

80 Bulletin de l’École française en Extrême-Orient, 1933, 1937 et 1938.

81 Schiavon, 2003 et 2014.

82 Nordiguian, Denise, 2004, 20.

83 Nordiguian, 2000, 39.

84 Eddé, 2004, 86.

85 Manchon, 2013, 19-20.

86 Edgerton, 1991, 31.

87 Manchon, 2004, 97-100.

88 Manchon, 2013, 100-101.

89 Bauzou, 2004, 137.

90 Bauzou, 2004, 142-143.

91 Manchon, 2013, 125.

92 Bauzou, 2000, 74-75.

93 Di Manno, 2015.

94 Bouché 1919a, 1919b, 1919c, 1919d.

95 Hamshaw Thomas 1920a, 1920b, 1920c.

96 Asendorf, 2013, 38 ; Lugon, 2013, 150-151. Ils ne sont pas seuls. William Kennedy Cochran-Patrick, directeur de Arcradt Operating Company Ltd publie en 1931 un article dans le Geographical Review dans lequel il vend au public de l’American Geographical Society les vertus scientifiques d’une méthode qui enrichit aussi son entreprise, s’il parvient à convaincre son lectorat : Cochran-Patrick, 1931 ; voir aussi Crosthwait, 1928.

97 Bouché 1919c, 273.

98 Carlier 1921, 5, Rasmussen 2015, 61.

99 Bouché, 1919d, 856.

100 Bouché, 1919c, 279-281.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Reubi, « Un outil de la paix ? »Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 187-210.

Référence électronique

Serge Reubi, « Un outil de la paix ? »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 12 décembre 2018, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1082 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.1082

Haut de page

Auteur

Serge Reubi

Maître de conférences, MNHN, Centre Alexandre-Koyré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search