Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33DossierL’université de Strasbourg dans l...

Dossier

L’université de Strasbourg dans l’immédiat après-guerre (1919-1925)

Lieu ou moment de reconfiguration des sciences sociales ?
Strasbourg University in the immediate post-war (1919-1925). Where or when to reconfigure the social sciences?
Bertrand Müller
p. 211-240

Résumés

L’université de Strasbourg constitue un laboratoire intéressant pour observer les reconfigurations universitaires dans l’immédiat après-guerre. Pensée comme un anti-modèle français de l’expérience allemande mais aussi comme un laboratoire qui doit indiquer la voie d’une réforme universitaire en France, elle est imaginée non seulement comme un modèle rhénan face à l’Allemagne, mais comme un modèle international et européen. Pourtant, prise dans des enjeux politiques et culturels internationaux, nationaux et régionaux, l’université de Strasbourg s’est confrontée à la conjoncture des relations franco-allemandes et à un problème d’échelle. Les années d’immédiat après-guerre constituent un moment singulier pendant lequel s’organise avant tout un milieu de débats plutôt que ne se reconstruit un lieu de rénovation, rapidement contrarié par les contraintes politiques et financières.

Haut de page

Texte intégral

De la neue Universität à l’« université nouvelle »1

  • 1 J’emprunte ce titre, « From Universität to Université », à Craig, 1984, 195.
  • 2 Pfister, 1917, 67. Dans Archives nationales (désormais AN) AJ/30/98.

L’université, en devenant française, ne doit pas déchoir, même en apparence2.

  • 3 Pfister, 1917, 84.

Sur le frontispice de l’édifice principal de leur Université, les Allemands ont fait graver l’inscription suivante : Litteris et Patriae. […] Quand dans Strasbourg, redevenue française, sera rétablie la nouvelle Université dont nous venons de tracer le programme, nous reprendrons à notre compte la devise : Litteris et Patriae, en lui laissant sa haute signification. Les lettres et les sciences seront une fin en elles-mêmes ; rien ne détournera ceux qui auront l’honneur d’enseigner à cette Université de proclamer toujours la vérité ; et c’est ainsi qu’ils seront de bons serviteurs de la patrie française3.

  • 4 « Ville complète, moderne, planifiée, équipée de réseaux et d’équipements publics», elle atteste d (...)
  • 5 Olivier-Utard, 2016, 18.
  • 6 AN AJ/30/341, 1.

1Deux ans avant l’ouverture des cours de l’université de Strasbourg redevenue française, l’historien Christian Pfister, l’un des principaux acteurs de la nouvelle université française, souligne ainsi l’ambivalence d’un retour qui s’inscrit à la fois dans la rupture et la continuité, l’admiration et le rejet, le patriotisme contre la science, la vérité contre la politique. Les autorités françaises n’ont pas attendu la fin des hostilités pour débattre (dès 1915) des conditions du retour de l’Alsace, en particulier de son université qui avait été, après 1870, un dispositif central de la « germanisation » de la province placée directement sous l’autorité de la Chancellerie de l’Empire. Détruite par la guerre franco-prussienne, l’université avait été entièrement reconstruite face au Palais impérial au cœur de la ville nouvelle (neue Stadt) formant un quartier résidentiel moderne4, accueillant universitaires, fonctionnaires et militaires. Enrichie en 1895 d’une imposante bibliothèque, la Kaiser Wilhelms Universität – « ville dans la ville5 » – bénéficia de conditions particulièrement favorables à son développement et à son rayonnement pour devenir une nouvelle « ville de la science6 ».

  • 7 « En situant la coupure après la guerre de 1870, il ne s’agit pas de porter un jugement défavorabl (...)
  • 8 Freund, 1991, 16.
  • 9 Voir notamment Craig,1984 ; Olivier-Utard, 2016.
  • 10 Bulletin Alsacien-Lorrain du S.R. de Belfort (août-septembre 1915), 2. AN AJ/30/341 Rapports et ét (...)

2Wilhelm Roentgen (1845-1923), Ferdinand Braun (1850-1918) en physique, Georg Simmel (1858-1918) en sociologie, Friedrich von Recklinghausen (1833-1910) en médecine, Lujo Brentano (1844-1931), Gustav Schmoller (1838-1917) en économie, Theodor Nöldecke (1836-1930) orientaliste, ont figuré parmi les meilleurs enseignants allemands et ont contribué à sa réputation internationale. Pour Julien Freund, la « rupture » eut donc lieu en 1872, plus qu’elle n’aura lieu en 19197. L’Universität profita d’une autonomie alors inconnue en France, jouant un « rôle indiscutable dans la vie de la cité qu’elle animait, tant par des discussions scientifiques que méthodologiques ou esthétiques8 », même si, finalement, l’« activité germanisatrice des maîtres strasbourgeois » ne réussit pas9. Au début du xxe siècle, la « génération des épigones », « honnêtes ou médiocres spécialistes » succède à la « génération des fondateurs », le pouvoir impérial impose sa loi et les « passions politiques pénètrent dans l’asile serein de la philosophie et de la science »10.

3Litteris et Patriae : les lettres se mettent alors au service de la patrie. Pendant la guerre, la situation de la Kaiser Wilhelms Universität se dégrade, elle ne remplit plus sa mission, la « mésalliance » entre les étudiants alsaciens et leurs professeurs et camarades « vieux allemands » s’aggrave et s’exacerbe.

  • 11 Pfister, 1921, 16.

4En reprenant la devise Litteris et Patriae, Ch. Pfister rappelle les liens de continuité entre la neue Universität de 1872 et la « nouvelle université » de 1919 : il s’agit de reconstruire, du côté français, après l’« échec […] piteux » de la « conquête morale » allemande, « une université forte et puissante, foyer de sa culture, image de son génie »11 en poursuivant, après la paix des armes, une guerre idéologique « pour ou contre la domination universelle du germanisme » qui allait durer « trente ans » selon la formule qu’utilisa de Gaulle en septembre 1941. La « renaissance » de l’université française est célébrée le 22 novembre 1919, jour anniversaire de l’entrée des troupes françaises à Strasbourg qui ouvre une période d’« épuration » commencée avant l’armistice, n’épargnant ni les enseignants ni les étudiants allemands restés en Alsace pendant la guerre.

  • 12 Beaupré, 2012, 40.

5Traumatismes profonds et durables, héritages de guerre et défis de paix complexes et contradictoires, crises de la modernité et émergence ambiguë d’un monde nouveau organisent un après-guerre qui se présente comme un moment singulier, caractérisé par des crises économiques, sociales, politiques qui n’entravent pas l’essor d’une période spectaculaire d’exubérance culturelle, de création et d’inventivité artistiques rapidement désignées comme les « années folles » en France, les Goldene Zwanziger en Allemagne. Comme l’a relevé Nicolas Beaupré, « cette poursuite de la guerre […] sur d’autres fronts » n’était « pas nécessairement contradictoire avec la volonté de reprendre une vie normale »12.

  • 13 Ibid., voir aussi Manfred Bock, Meyer-Kalkus, 1993.

6La « renaissance » de l’université se déploie dans un paysage international entièrement reconfiguré, trouble et incertain, dans des contextes nationaux et régional ambigus et contradictoires. L’évidente volonté de paix demeure contrariée par une animosité persistante entre les deux protagonistes du conflit qui a des répercussions en Alsace. Ainsi, le « boycott qui frappe la science allemande dans les années d’après-guerre se rattache aussi très étroitement à ces souvenirs, le traitement réservé des universitaires allemands de Strasbourg s’inscrit donc aussi dans ce contexte plus général13 ».

7L’université est confrontée à un triple impératif : elle est pensée comme un anti-modèle français de l’expérience allemande mais aussi comme un laboratoire qui doit indiquer la voie d’une réforme universitaire en France, elle est imaginée non seulement comme un modèle rhénan face à l’Allemagne, mais comme un modèle international et européen ; l’inauguration est suivie par de très nombreuses délégations étrangères. Enfin, elle est conçue comme un instrument de « francisation » de l’Alsace. Aussi bien l’université nouvelle s’inspire de et se compare à l’Universität laquelle demeure un enjeu important dans l’Allemagne de l’après-guerre.

  • 14 Bloch, Febvre, 1994 ; Müller, 2003.
  • 15 H. Berr, par exemple, loue les « heureux professeurs de Strasbourg » et se félicite d’un climat to (...)

8C’est donc dans ce moment ou cette « époque » (Beaupré) complexe et ambiguë et à partir de ce « lieu de savoir » reconstruit que je souhaite examiner ici quelques-unes des reconfigurations du paysage des sciences sociales dans l’après-guerre. Ce travail reprend et prolonge des recherches déjà anciennes sur Lucien Febvre et Marc Bloch, sur la création des Annales d’histoire économiques et sociales à Strasbourg en 1929 qui ont abouti à la publication de la correspondance échangée entre les deux historiens et à une thèse sur Lucien Febvre14. Le lien entre la fondation de la revue et le lieu a souvent été souligné, par certains des acteurs eux-mêmes15, articulant ainsi deux actes d’innovation, celui de l’université et celui d’une revue porteuse d’un projet de rénovation des sciences sociales. Il demeure pourtant problématique car la création des Annales intervient en fait à la fin d’un cycle, en 1929, au moment où ses fondateurs cherchent avec d’autres à quitter une université redevenue « normale » sans avoir réussi complètement sa réintégration dans la ville et la région.

  • 16 Olivier-Utard, 2016 et ses nombreux autres articles. Voir aussi le compte rendu de Bischoff, 2017. (...)
  • 17 Mariot, 2012, 2017a et 2017b.
  • 18 Pour la géographie, nous disposons cependant, avec la thèse de Nicolas Ginsburger, d’une somme iné (...)
  • 19 Irish, 2015.

9D’autre part, les travaux sur la rénovation des sciences sociales ont souvent oblitéré les effets de la Grande Guerre qui est demeurée et reste encore largement une « boîte noire », un impensé de l’histoire des sciences sociales. Ce travail n’a pas l’ambition de combler ces lacunes, il a été rédigé dans des conditions trop hâtives pour y prétendre. Si nous disposons désormais avec le mémoire d’habilitation de Françoise Olivier-Utard d’une impressionnante monographie exhaustive sur l’histoire de l’Université entre 1919 et 1939, la guerre en est absente16. Si Nicolas Mariot a repris avec méthode et rigueur mais aussi avec un questionnaire sociologique convaincant l’étude de la (non) rencontre des intellectuels et du peuple qui corrige à bon escient la vision idéalisée de la communion républicaine dans les tranchées17, il nous manque encore une étude plus complète18 sur les engagements divers des universitaires pendant la guerre que l’étude de Tomas Irish consacrée aux universités françaises, anglaises et états-uniennes ne comble pas19.

  • 20 Bloch, 2006.
  • 21 Lettre à M. Bloch, dans Bloch, Febvre, 1994, 192.
  • 22 Voir généralement M. Bloch, L’Histoire, la guerre, la résistance, Bloch, 2006.
  • 23 Lorsque l’édition critique préparée par Stéphane Audoin-Rouzeau sera disponible en librairie. Voir (...)
  • 24 Voir Ginsburger, 2010 ; Bariéty, 2002.
  • 25 Blaskiewicz-Maison, 2016.

10Nous sommes encore tributaires de représentations parfois anciennes et de témoignages individuels indispensables mais qui ne délivrent pas entièrement ces liens complexes entre l’activité scientifique, l’engagement et la vie, ces liens, entremêlés, entre histoire et expérience personnelle et histoire et écriture de la science. Le temps et l’expérience de la Grande Guerre ont engagé, écrit M. Bloch, une « vie aussi différente que possible de mon train ordinaire, une vie barbare, violente, souvent pittoresque, souvent aussi d’une morne monotonie20 ». Ont-ils été aussi ceux d’une « génération » comme le rappelait L. Febvre : « un historien français qui avait 28 ans en 1914 [Marc Bloch] a tout de même donné de lui quelque chose d’autre que des questions de méthode21 » ? Des acteurs dont il sera question ici nous connaissons d’ailleurs très inégalement leur « expérience » de guerre : Marc Bloch nous a légué des Souvenirs de guerre, interrompus, et des Carnets de guerre22 que nous pourrons bientôt « comparer » à la correspondance entretenue par L. Febvre avec sa mère, récemment révélée23. Comme de nombreux géographes24, les deux historiens ont vécu, à distance, une expérience comparable dans les tranchées et sur le front, à la différence de Maurice Halbwachs, mobilisé à l’intérieur, dans le cabinet d’Albert Thomas25.

11Ici je me limiterai à poser quelques jalons et à explorer le problème de l’articulation entre lieu de savoir, moment et innovation scientifique. La reprise de l’université de Strasbourg en 1919 a été considérée par les autorités politiques et universitaires comme le lieu d’une reconquête qui s’est jouée dans la fascination et le refoulement d’un modèle intellectuel admiré mais aussi celui d’une recomposition universitaire qui rapidement ne tiendra pas ses promesses.

  • 26 Cité dans Bloch, Febvre, 1994, XII.

12Le lieu est ainsi contenu dans une temporalité qui sera courte, l’immédiat après-guerre jusque vers 1924-1925, lorsque s’interrompt le « Statut transitoire », se manifeste un retournement de conjoncture économique, s’affirme aussi un autonomisme alsacien préjudiciable à la vocation nationale et internationale de l’université, s’amorcent enfin les départs des enseignants. En 1925, Ch. Pfister le reconnaît amèrement : « il faut s’y résigner, nous aurons la gloire d’être l’antichambre de la Sorbonne26 ».

  • 27 Berr, 1921.

13Malgré tout, ces premières années qui suivent la fin d’un conflit qui a aussi marqué pour les acteurs la fin d’un monde et la naissance d’un nouveau monde, sont empreintes d’espoirs et de promesses que le lieu aura peut-être rendu possibles : des formes nouvelles d’organisation et d’échanges scientifiques, une circulation inédite entre les disciplines, une atmosphère particulière dans laquelle Henri Berr perçoit « l’esprit de synthèse à l’université de Strasbourg27 ».

14Si les Annales sont créées à Strasbourg en 1929, elles appartiennent rapidement à un autre univers, parisien. La mise en place, l’organisation et la gestion de la revue publiée à Strasbourg par un éditeur parisien, avec des directeurs qui ont les yeux tournés vers la capitale, non seulement décentre le projet mais complique sa réalisation. Strasbourg est pourtant le lieu d’émergence de projets scientifiques majeurs : c’est en 1924 que paraissent Les Rois thaumaturges de Marc Bloch et, un an plus tard, Les cadres sociaux de la mémoire collective de Maurice Halbwachs. Pour comprendre « l’esprit de Strasbourg », il faut aussi se reporter aux projets qui n’aboutissent pas : dès le lendemain de la guerre, L. Febvre embarque M. Bloch dans la création d’une « revue internationale d’histoire économique » qu’il nomme d’abord significativement Revue d’histoire et de sociologie économiques.

Les fins et les moyens

  • 28 Pfister, 1917, 81.

Nous aurons toujours intérêt à connaître l’Allemagne28.

  • 29 Andler, 1919, 433.

Croyez que les Universités allemandes, elles aussi, elles d’abord, songent à leur revanche29.

  • 30 Charléty, 1920, 4-9.
  • 31 Elle n’accepte aucun étudiant allemand, elle est réorganisée en 1909 avec le soutien de Pierre Buc (...)
  • 32 Pfister, 1920.

15Il s’agit de renouer avec « la chaîne de tradition » qui relie par-delà les siècles l’université nouvelle avec une « Université célèbre entre toutes celles de l’Europe » : résorber d’abord la parenthèse allemande et puiser, remontant les siècles, dans le « foyer d’humanisme » d’une tradition « toujours vivante et toujours indépendante » même parmi les autres universités de France « attardées dans les pratiques d’une scolarité périmée »30 : les paroles de Sébastien Charléty, recteur, se mêlent à celles de Ch. Pfister, nouveau doyen de la Faculté des lettres, pour souligner la renaissance d’une « tradition brisée depuis près d’un demi-siècle ». Dans son discours inaugural, Ch. Pfister ne manque pas de rendre hommage à l’esprit de résistance des étudiants qui ont su, en créant une Association31, s’entretenir « au cercle des gloires d’autrefois » et résister à la « domination ennemie »32.

  • 33 Berr, 1919b, IX. Voir Schöttler, 1995.
  • 34 Olivier-Utard, 2016, 23. Voir aussi Olivier-Utard, 2010.

16Comment fermer la « parenthèse » allemande ? En opposant les vertus intellectuelles et morales d’une tradition française séculaire supérieure à l’échec de l’expérience « autoritaire » de « germanisation ». Le rappel de la tradition est une manière de renouer avec un passé prestigieux qui permet de refouler « l’admiration jalouse » de la « science allemande »33. En 1919, la « crise française de la pensée allemande » se joue dans le désir de vengeance, tout comme le « renouveau de la France » dans la « hantise de la comparaison34 ».

  • 35 Berr, 1919a, 215.

17En miroir de la défaite de 1870, la victoire de 1918 est militaire mais surtout intellectuelle ; la France a gagné la « bataille d’esprits35 » et l’université de Strasbourg devient le dépositoire des illusions et des désillusions d’une admiration allemande et l’objet d’une fixation quasi narcissique des « qualités morales » et des « vertus intellectuelles » françaises.

  • 36 Pfister, 1927, 256.

Il faut qu’à Strasbourg la France fasse mieux que l’Allemagne ; l’honneur national y est engagé. De la prospérité de l’Université de Strasbourg dépendra en partie le renom et le rayonnement de la France dans le monde36.

  • 37 C’est par cette curieuse formule que Berr oppose le rationalisme français à l’impérialisme alleman (...)
  • 38 Fréchet, 1920, 339, voir Olivier-Utard, 2005.
  • 39 Andler, 1919, 437.
  • 40 Baulig, 1920, 211 et Kleinschmager, 2005.

18Même si, selon H. Berr, « Descartes a jugé Machiavel sévèrement37 », faire mieux que l’Allemagne, c’est poursuivre toujours la dénonciation des faiblesses et des dévoiements de la science allemande en lui reconnaissant d’abord ses qualités par le biais d’une « comparaison des méthodes ». En arrivant à Strasbourg, le mathématicien Maurice Fréchet concède qu’il « doit ne pas hésiter à reconnaître et à utiliser les avantages que peut présenter l’organisation allemande ». L’enquête qu’il mène lui confirme d’abord « l’existence d’une qualité [qu’il] connaissai[t] déjà » « le goût des recherches originales » et l’« encouragement aux recherches des travailleurs de second ordre » qui ont mis les étudiants en contact avec « la science qui se fait » mais lui permet aussi d’affirmer la « supériorité dans l’organisation [qui] se double aussi de la supériorité naturelle (reconnue partout à l’étranger) des méthodes françaises d’exposition38 ». Ch. Andler rejoint ces propos en soulignant que « La force de la science allemande a été ce travail collectif, cette Massenforschung, qui repose sur l’utilisation immédiate des résultats de détail39 ». Parmi les nouveaux enseignants à Strasbourg, les avis sont divers. Le géologue Emmanuel de Margerie se réjouit de la qualité des instruments cartographiques en particulier de la carte géologique de l’Alsace alors que son collègue, le géographe Henri Baulig se montre plus sévère lorsqu’il dénonce au travers des lacunes de la bibliothèque de géographie, « l’admiration de soi-même et le dédain systématique des autres » qui a fait « le plus grand mal » à l’Alsace et à la Lorraine qui n’a pas été « tant d’avoir voulu la germaniser – car on mesure à l’épreuve combien ces efforts ont été vains – que de l’avoir coupée de ses relations naturelles avec la France, avec le reste du monde »40. Constat confirmé par L. Febvre :

  • 41 Lettre à H. Berr, novembre 1919, dans Febvre, 1997, 58. La nomination de Martin Spahn, catholique (...)

J’hérite d’un séminaire dans un état lamentable. Vous ne pouvez vous imaginer le désordre, la confusion, le gâchis où tout était, sous le règne même de Spahn, mon prédécesseur. Pas de classement des livres sur les rayons. Un cadre de classement peu heureux, et nullement respecté. D’invraisemblables lacunes41.

  • 42 Febvre, 1923, 227.

19Les nouveaux enseignants découvrent l’Université dans les cadres dans lesquels l’Universität avait été investie, désinvestie et abandonnée par ses enseignants, étonnant et « singulier mélange de richesse, parfois d’opulence – et d’invraisemblable et criante pauvreté42 ».

  • 43 Avec d’autres universitaires parisiens, nés en Alsace, en particulier Paul Appel, doyen de la Facu (...)
  • 44 Blaskiewicz-Maison, 2016.

20Parmi les acteurs de la mise en place des nouvelles structures, les réseaux des « optants », alsaciens qui avaient opté pour la France sont très actifs. Parmi eux, l’historien Christian Pfister, alsacien de naissance, qui avait rejoint la Sorbonne après avoir enseigné l’histoire médiévale à l’Université de Nancy, considérée comme l’antichambre de Strasbourg. Il participe aux travaux de la Commission Alsace-Lorraine mise en place dès 1915, rédige le rapport sur l’enseignement supérieur et l’Université43 et devient la cheville ouvrière de la réouverture de l’université dont il est le doyen de la Faculté des lettres puis le recteur en 1927. Ce « réseau des rénovateurs » (Olivier-Utard) recoupe en partie le réseau des normaliens autour d’Albert Thomas44, ministre de l’Armement pendant la guerre (Charles Andler ou Maurice Halbwachs) ; ils ont acquis des positions importantes dans l’enseignement supérieur et sont favorables à une meilleure intégration de la recherche au sein des universités.

  • 45 Olivier-Utard, 2016, 48.
  • 46 Notamment la comtesse Arconati-Visconti, les frères Michelin, la fondation Rockefeller, Albert Blu (...)
  • 47 Le rôle de la Société des amis a été très importants dans le lancement de la nouvelle université m (...)

21Comme le fut la Kaiser Wilhelms Universität, l’université française est elle aussi placée sous un régime spécial, administrée par le recteur, et demeure, elle aussi, soumise aux décisions politiques du gouvernement. Rattachée au Commissariat général et dotée d’une personnalité civile, elle bénéficie d’un statut particulier inconnu ailleurs en France. Jusqu’en 1924, elle jouit du régime transitoire qui lui permet « d’écarter la loi allemande, vivre à la française, mais sans introduire encore les textes français en se contentant d’une réglementation provisoire45 ». La personnalité civile lui permet de disposer d’une autonomie budgétaire comme l’ancienne université allemande qui disposa de ses propres ressources financières (biens, fondations, legs) et dont elle récupère les biens immobiliers construits par les autorités allemandes et réhabilités. Elle dispose, à ses débuts au moins, de moyens financiers exceptionnels provenant du mécénat privé et industriel46 transitant par la Société des amis de l’université47, mais elle perd le revenu des fondations allemandes récupérées par l’Allemagne.

  • 48 Revenu auquel s’ajoute encore une indemnité spéciale au titre de compensation administrative spéci (...)

22Pour attirer à Strasbourg des enseignants de premier rang, notamment parisiens, et tenir compte du coût plus élevé de la vie en Alsace (préemption fiscale), mais aussi pour égaler les salaires allemands plus élevés, les rémunérations sont calées sur la grille parisienne et supérieures de 25 % aux salaires de province48. Ces conditions relativement généreuses attirent trois fois plus d’enseignants de province que de Paris.

Lieux de provenance des enseignants nommés aux Facultés des lettres et de droit

Provenance Total Lettres Droit
Nancy 15 1 3
Paris 15 1 1
Universités de province 48 9 15
Étranger 11 8 1
Secondaire 8 5 ?

Source : Données reprises de Olivier-Utard, 2016, 292-294.

  • 49 F. Olivier-Utard a comptabilisé un personnel global de 488 personnes contre 379 mentionnées dans l (...)
  • 50 Suzanne Dognon, future épouse de Febvre, devient l’assistante de Baulig, mais les femmes n’accèden (...)

23Au cours de la première année, 107 chaires et 74 maîtrises de conférence sont créées, les matières conservées et même enrichies de cours nouveaux ; cette reprise est organisée avec le souci « statistique » de gagner la comparaison avec la Kaiser Wilhelms Universität49. Sont privilégiés les équipes déjà constituées ou les enseignants prêts à s’engager dans le renouvellement des méthodes scientifiques. Les enseignants français ou « revenants » sont choisis en fonction de leurs compétences mais aussi de leur « patriotisme », ils sont masculins50, jeunes, pour la plupart, beaucoup viennent de province plus que de Paris, le recrutement local est limité, organisé en plusieurs vagues (les mobilisés d’abord) et concerne surtout les personnels intermédiaires. Les Français font un peu mieux que les Allemands qui n’avaient recruté qu’un seul professeur Alsacien.

  • 51 Sur cette question, voir le travail très pertinent de Jean-Luc Pinol, 1994.

24La nouvelle sociogéographie universitaire reproduit curieusement l’ancienne, dès lors que l’afflux de personnels provenant de la France « intérieure » se traduit également par un regroupement résidentiel privilégiant les appartements et les maisons autour de l’université abandonnés par leurs anciens locataires allemands : la Neue Stadt un campus qui permet aux professeurs de rejoindre l’université à pied, mais les isole ainsi de l’ancienne ville alsacienne dans laquelle préfèrent résider les personnels alsaciens51. Ce clivage séparant les Alsaciens des Français de l’intérieur sera profond et durable d’autant que la traditionnelle « haute société protestante » représente un cercle très fermé.

25L’organisation universitaire allemande est abandonnée mais les matières sont conservées et de nouveaux domaines sont introduits (parasitologie, médecine légale, histoire de l’Alsace), la philologie romane est renforcée, l’enseignement de l’allemand et des langues slaves est introduit.

26Préservées et enrichies, les matières enseignées sont réorganisées selon le modèle français, mais la véritable innovation concerne l’organisation de la recherche qui prend une signification nouvelle après la guerre. Ainsi le Seminar allemand est remplacé par des « instituts » créés dans les facultés, sous des noms diversifiés (laboratoire, institut ou centre de recherche) ; sont organisés autour des enseignements des structures comprenant salles de travail, bibliothèques, instruments et collections.

27La Kaiser Wilhelms Universität avait encouragé l’inscription d’étudiants provenant de l’Allemagne entière. En 1913, ils étaient un peu plus de 2 000 parmi lesquels figuraient peu d’étudiants alsaciens contraints de suivre leur cursus universitaire ailleurs en France ou à l’étranger. C’est aussi vers la France que se tourne la nouvelle université, vers les étudiants en droit et en médecine, mais elle veut aussi encourager les inscriptions locales et surtout internationales, refusant cependant les inscriptions d’étudiants allemands.

28Rapidement, le nombre d’étudiants dépasse les niveaux allemands en raison notamment de l’entrée des filles et des étrangers. L’objectif est à la fois le rayonnement international de l’université et l’accroissement de l’influence française en particulier en Europe orientale, où il s’agit également d’y contrecarrer l’influence allemande, mais aussi vers les pays anglo-saxons. C’est sur ce sujet que la hantise comparatiste demeure la plus vive, en termes de regards croisés portés par les autorités et les universitaires des deux rives du Rhin. Du côté français, chaque année en effet les Rapports d’activité de l’université mesurent les « performances » françaises à l’aune des résultats allemands.

29Lucien Febvre, après avoir vanté les mérites de la nouvelle université, s’en inquiète auprès d’Henri Berr :

  • 52 Lettre à Berr, mai 1920, dans Febvre, 1997, 80.

Le malheur, c’est que nous n’avons pas d’étudiants disposés à nous suivre, je veux dire d’étudiants français. Ils n’ont qu’un souci ; se procurer des peaux d’âne au meilleur compte possible. C’est pour cela que nous nous retournons vers la clientèle étrangère « sérieuse », si elle ne vient pas, la partie sera perdue52.

30La « hantise comparatiste » ne quitte pas les nouvelles autorités universitaires et peut se lire, annuellement et durablement, dans les Rapports des travaux, ainsi en 1923 :

  • 53 Pfister, 1923, 8.

Les statistiques ont, dit-on, leur éloquence. La nôtre comporte des enseignements. Sur les 2 488 étudiants, qui ont fréquenté notre Université, 2 000 environ sont des Alsaciens, alors que le nombre de mes compatriotes, inscrits à l’Université allemande, n’a jamais dépassé 80053.

31L’écart le plus sensible concerne la conception de l’enseignement. L’enseignement allemand est fondé sur la Lernifreheit qui laisse les enseignants choisir leurs cours et les étudiants décider également de leur cursus retardant le moment des examens à la fin des études selon le modèle humboldtien fondé au xixe siècle. Les enseignants et les étudiants à Strasbourg avaient été soumis à ce modèle admiré par sa capacité à associer les étudiants à la recherche. Il est remplacé en 1919 par le système français progressif et non négociable qui exige des professeurs de dispenser une instruction générale aux premiers niveaux et ensuite seulement un enseignement spécialisé orienté vers la recherche, mais aussi vers la formation des enseignants du secondaire. Dans certaines branches, en médecine, l’université conserve cependant durablement les conditions d’études de l’Universität et accepte d’évaluer les étudiants en respectant les anciennes règles allemandes.

  • 54 Propos de W. Kapp, ancien professeur à Strasbourg, cités et commentés par Berr, 1922, 3.

32La renaissance de l’université n’a cessé pendant des années d’être observée de l’autre côté du Rhin dans la presse et les milieux universitaires qui déplorent la disparition d’un centre d’influence allemand dans le monde. En 1921, le 300e anniversaire de la fondation de l’Université est une occasion de rappeler que la nouvelle université n’a plus rien à voir avec une « université allemande, avec l’esprit qui y règne, d’universalité et de liberté scientifiques54 ».

  • 55 Voir également les remarques de Bonah, 2005.

33Dans les années 1920, l’université de Strasbourg ne cesse d’être un lieu de confrontation et d’observation des deux rives du Rhin55.

Désapprendre de l’Allemagne56

  • 56 Pirenne, 1922.
  • 57 Andler, 1919, 442.

Cette paix de vigilance où nous entrons ne se transformera en paix profonde que si l’Allemagne d’abord désarme en pensée. Mais à notre tour disons-nous que notre armement à nous, pour vaincre dans cette paix, devra être intellectuel57.

  • 58 Berr, 1919a, 208.

Tout ce travail de soi sur soi58.

  • 59 Il a publié Le Pangermanisme, ses plans d’expansion allemande dans le monde et les usages de la gu (...)
  • 60 Andler, 1919, 440.
  • 61 « Serviles non devant le pouvoir, mais devant les faits, alors que ces faits n’étaient que des sur (...)
  • 62 Berr, 1919a, 18.
  • 63 Berr, 1919a, VI.

34La référence allemande ne joue pas seulement sur le plan des institutions et de l’organisation, mais aussi sur le plan intellectuel et scientifique. Ch. Andler, germaniste et militant socialiste né à Strasbourg, a fondé, en 1917, la Ligue républicaine d’Alsace-Lorraine. Membre du Conseil d’Alsace-Lorraine, il est un acteur de la réouverture de l’université de Strasbourg et un bon mais suspicieux connaisseur de l’Allemagne, de l’université et de la « science » allemandes59. C’est en particulier l’effort des réformes et le déploiement de nouvelles universités en Allemagne qui l’ont convaincu de l’importance des instituts d’université qui font de l’université allemande un « ensemble de laboratoires ». Toutefois, l’Allemagne aurait « abusé de la spécialisation » et serait obnubilée par le passé. « Tout entier aux choses du passé, ils [les universitaires] croient savoir que toute institution, toute opinion, toute particularité nationale ou politique a sa légitimité relative60. » Andler pointe ainsi la question de l’historisme et ce qu’il considère comme la perversion de sa posture « d’impartialité historique » : « élégante et passive neutralité » qui « engendre le plus aristocratique scepticisme » et qui « ôtait aux universitaires jusqu’à la moindre velléité d’opposition »61. Désapprendre de l’Allemagne, serait ainsi selon Andler reconnaître d’abord les dangers de la spécialisation à outrance et affirmer « la supériorité de la raison universelle sur le savoir spécialisé ». H. Berr part du même constat : les abus subsistants dans le travail analytique, dans le « culte du document inédit », la « vanité d’une érudition » croyant s’affranchir de « l’influence germanique » révèlent une crise plus large qui est celle de « l’érudition et de la synthèse », d’un équilibre mal tenu entre « micrographie et synthèse aventureuse »62 qu’il constate du côté de la « science allemande », « ambitieuse, dominatrice » qui n’est pas une « pure science »63.

35Andler et Berr, comme Pfister, Febvre, Bloch et d’autres, sont des hommes de l’Est, alsaciens ou lorrains, mais chacun a été marqué différemment par la guerre.

  • 64 À ce sujet, voir les analyses de Schöttler, 1996.
  • 65 Berr, 1919b, 33. Berr avait rédigé la « préface » à la collection « L’évolution de l’humanité » en (...)
  • 66 Il faudrait reprendre également plus systématiquement la comparaison (qui n’est pas l’objet de cet (...)

36Ce sont les « yeux fixés sur l’Allemagne » que Berr avait conçu en 1900 sa Revue de synthèse historique dans laquelle il avait invité des universitaires allemands et encouragé le débat avec la « science allemande ». En 1919, son anti-germanisme se concentre sur une critique de l’impérialisme prussien qui lui permet de ne pas réprimer sa passion pour l’Allemagne64. Mais il ne parvient pas à l’extraire complètement d’une gangue nationalitaire présente encore dans son projet d’histoire universelle qu’il oppose à la Weltgeschichte allemande. S’il observe que désormais, « les conditions mondiales de la vie des peuples » imposent une histoire universelle, ce sera une « synthèse française à la française » en 1913, et plus encore en 1919, alors que la « renaissance française » confirme la « victoire d’une forme de civilisation »65. Sous les propos ambivalents de Berr sur l’Allemagne et la « science allemande » émerge aussi le malaise de la posture épistémologique de la « synthèse historique » qu’il faudrait peut-être relire comme une crise de « l’historisme français » et qui se manifeste dans son œuvre par la référence constante à une « idée-force » déjà présente dans sa thèse, qui est celle de la synthèse des connaissances fondée sur l’histoire66.

  • 67 Pirenne, 1922, 7. À ce sujet, voir les analyses pertinentes de Schöttler, reprises et prolongées d (...)
  • 68 Pirenne, 1922, 7.

37« Désapprendre de l’Allemagne », la formule a été proposée par un autre germanophile européen, Henri Pirenne, maintenu en détention par les autorités allemandes, et qui fut un également un connaisseur avisé et un interlocuteur privilégié avant 1914 des historiens allemands. En 1919, il demeure un acteur clé de la reconstruction des relations scientifiques internationales. En 1923, il préside au premier Congrès mondial des sciences historiques de l’après-guerre qui se tient à Bruxelles (en l’absence des historiens allemands) et entretient des liens privilégiés avec l’université de Strasbourg. Très critique à l’égard du chauvinisme, de l’arrogance voire des propos racistes des historiens allemands, il refuse de céder au contre-nationalisme qui se joue dans les positions de nombreux intellectuels et met en garde contre ce qu’il appelle une « croisade contre la science allemande » en défendant une conception supranationale de la science : pas de science allemande, pas plus que de science française, bourgeoise ou socialiste. « La science est affaire de raison et de logique, et la raison et la logique sont les mêmes pour tous les hommes67 » Désapprendre de l’Allemagne consiste à dénoncer les mythologies scientifiques nationalistes et à engager la science dans la perspective universelle qui doit être la sienne. Mais cette conception « universalisante » n’est ni abstraite ni dogmatique, elle est une construction qui s’est développée dans les confrontations internationales des savants et en particulier lors des congrès internationaux. La chimie – qui a procuré les gaz de combat – et l’histoire ont été les deux sciences qui ont été le plus mises à contribution, mais l’histoire y a sacrifié ses deux qualités : la « critique et l’impartialité ». Les convulsions du monde et les bouleversements de la société « révélée sous des aspects nouveaux » posent « des problèmes inattendus », montrent « l’insuffisance de bien des solutions » et exigent de « soumettre à la critique les théories ou les méthodes qu’ils ont désorientées »68.

  • 69 Pirenne, 1923, 13.
  • 70 Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », repris dans Bloch, 2006.

38Pour Pirenne, les dérives de l’histoire résident non seulement dans « l’angoisse ou l’enthousiasme patriotique » mais surtout dans la « théorie des races » qui a donné une « base scientifique aux outrances du nationalisme » et, pour s’affranchir du nationalisme historiographique, il faut décentrer le point de référence, ni local, ni national, mais comparatiste. La « méthode comparative » est proposée par Pirenne parce que c’est « par elle, et par elle seule, [que] l’histoire peut devenir une science et s’affranchir des idoles du sentiment. Elle le deviendra dans la mesure où elle adoptera pour l’histoire nationale le point de vue de l’histoire universelle »69. En 1923, Pirenne n’ignore pas ce que le comparatisme en histoire doit à la sociologie mais aussi ce qui l’en distingue : en lui fournissant « des hypothèses utiles, fécondes et suggestives » mais trop « flottantes », trop « provisoires » pour « bâtir sur elles ». Cinq ans plus tard, au Congrès d’Oslo, M. Bloch reprend la formule pour lui donner sa véritable dimension méthodologique, mais si la méthode comparée a constitué la possibilité d’une véritable sortie du « nationalisme méthodologique », elle a souvent par la suite été revendiquée comme une solution de « sortie de crises » et ne s’est jamais imposée comme un véritable « paradigme » historiographique70.

  • 71 « La crise de la culture », conférence donnée à Vienne en janvier 1916, texte publié le 13 février (...)

39Désapprendre de l’Allemagne, c’est encore prendre conscience que la guerre a créé ou révélé les conditions d’un nouveau monde. Simmel, titulaire de la chaire de sociologie à Strasbourg en 1914, le pressent lorsqu’il lit dans la guerre « l’évènement le plus riche de bouleversements et d’avenir depuis la Révolution française » et c’est aussi la figure d’un homme nouveau qu’il voit émerger mais qu’il ne connaîtra pas71.

40Le constat est largement partagé, mais les conséquences qui peuvent en ressortir sont perçues très différemment. « Tout a été mis en question, note Berr, la vie des individus, celle des peuples, le sort même de la race humaine, et la valeur des principes qui la dirigent. » À cette crise qui affecte l’humanité tout entière et la révèle à elle-même, l’ensemble des savoirs, ni les sciences ni l’histoire ne sauraient bien sûr échapper. La tâche gigantesque n’est donc pas seulement de reconstruction mais elle est aussi d’inventer de nouveaux instruments, de nouvelles méthodes, de nouveaux concepts pour affronter un monde transformé.

Construire un milieu

  • 72 Berr, 1921, 13.

L’Université de Strasbourg – comme la cathédrale de Strasbourg – est destinée à dominer de larges horizons spirituels, à « lier » les esprits dans une religion de vérité72.

  • 73 Berr, 1921, 12.

Heureux professeurs de l’Université de Strasbourg ! Ils ont la jeunesse, pour la plupart […]73.

41Doyen de la faculté des lettres, Ch. Pfister est aussi, parmi les administrateurs nommés, le seul Alsacien « militant » et il demeure hostile au rapprochement avec l’Allemagne. Le recrutement à la faculté des lettres puise dans les rangs des anciens élèves de l’ENS qui sont les plus nombreux au moment de la réouverture, parmi lesquels figurent Marc Bloch (histoire médiévale), Charles Blondel (psychologie), Paul Collomb (grec), Lucien Febvre (histoire moderne) Maurice Halbwachs (sociologie et pédagogie) Ernest-Henry Lévy (philologie allemande), Christian Pfister (histoire médiévale), André Piganiol (histoire ancienne), Maurice Pradines (philosophie), Pierre Roussel (grec) et Ernest Tonnelat (allemand). Gustave Lanson (littérature) et Sylvain Lévi (sanskrit) se déplacent à Strasbourg la première année pour soutenir le nouveau départ et offrir leur réputation en rapport avec leurs prédécesseurs allemands.

42Françoise Olivier-Utard a proposé une description sociographique assez détaillée qui me permet de ne pas insister trop avant sur la composition du premier corps d’enseignants strasbourgeois. Retenons cependant les principaux enseignements de cette étude.

4321 chaires sont créées en 1919 (dont deux qui ne seront pas pourvues en géographie), 5 maîtrises de conférence (mais 3 seulement seront occupées) auquel s’ajoutent encore 14 charges de cours soit au total 41 postes.

44Les enseignants sont relativement jeunes, 5 ont tout de même plus de 50 ans et sont professeurs, 18 sont dans la quarantaine et 12 ont moins de 40 ans parmi lesquels 8 chargés de cours. 6 sont nés en Alsace, 21 en province, 3 seulement à Paris et 1 à l’étranger. 24 ont soutenu leur thèse avant 1915, 2 soutiennent au moment de leur nomination (Marc Bloch et Gustave Cohen) et 3 autres retarderont leur soutenance après 1925 (Pierre Montet en 1925, Paul Collomb en 1925 et Henri Baulig en 1928). Les réseaux alsaciens mais aussi normaliens ont joué un rôle déterminant dans les nominations des nouveaux enseignants qui ont été appelés à Strasbourg après des entretiens avec Ch. Pfister et des membres du ministère à Paris.

45Les caractéristiques prosopographiques de ce premier corps enseignant ne se reproduisent pas nécessairement par la suite : les normaliens seront plus rares, les recrutements ultérieurs ne seront plus locaux. Ces caractéristiques valent précisément pour la première volée d’enseignants arrivés à Strasbourg auxquels est confiée la mission de la rénovation de l’institution : ce sont eux qui vont organiser et mettre en œuvre les « projets » et inventer les formes nouvelles en particulier au cours des premières années.

  • 74 Olivier-Utard, 2016, 47, 51 et suiv.
  • 75 Après avoir réorganisé l’Institut d’histoire moderne et enrichi sa bibliothèque, Febvre est satisf (...)

46L’accent est mis sur l’association de l’enseignement et de la recherche dans des Instituts nouveaux rattachés aux facultés et aux chaires. La discussion sur la création des instituts s’oriente rapidement dans ce sens plutôt que vers la création d’instituts d’universités. Si une partie d’entre eux, en science et en médecine, sont des héritages de la période allemande, ils sont nouveaux à la faculté des lettres et considérés aussi comme « une première réalisation d’un idéal auquel tendent toutes les autres facultés françaises et beaucoup d’étrangères74 » toutefois, dans leur conception, ils reprennent l’organisation du Seminar allemand, centré sur un enseignement doté de locaux et d’une bibliothèque75.

  • 76 Olivier-Utard a répertorié plus d’une vingtaine d’instituts pour la seule faculté des Lettres. « [ (...)
  • 77 Berr, 1921, 10
  • 78 Andler, 1919, 443. « Ainsi une Université nouvelle de travail scientifique se compose d’une agglom (...)
  • 79 Je remercie Nicolas Ginsburger pour cette information qu’il faudrait développer plus avant.

47Pour Henri Berr, qui considère l’université de Strasbourg comme une opportunité de diffuser « l’esprit de synthèse » dans l’enseignement supérieur, l’institut constitue « un laboratoire de science » et il voit dans leur multiplication la manifestation d’une volonté de ne pas tout sacrifier à « cette mangeuse de forces intellectuelles qu’est l’agrégation ». Pour autant il s’inquiète de leur prolifération76 et il leur préfère la proposition de Centre d’études : « Voilà l’idée vraiment neuve et riche de conséquences77 » qui rejoint les mêmes inquiétudes et la conception développée par Ch. Andler lors de la séance de rentrée de la Sorbonne en 1919 qui déplore que ne soit réalisé à Strasbourg le modèle d’une Université qui serait un « groupement d’Instituts où les spécialistes voisineraient au gré des recherches de chacun et selon les besoins changeants de la science78. » Cette structure en Institut avait déjà été concrétisée avant 1914 en France, sur le modèle allemand justement (pour la géographie en particulier : l’Institut de géographie de Rennes, de géographie alpine à Grenoble, l’Institut de géographie, décidé en 1914 pour Paris)79.

48À la Faculté des lettres, l’installation des Instituts s’effectue difficilement selon les conditions – jugées plus ou moins déplorables – laissées par les anciens professeurs allemands et les ressources financières moins généreuses que prévu. Febvre s’en plaint à Berr :

  • 80 Georges Pariset, titulaire de la chaire d’histoire contemporaine.
  • 81 Lettre à H. Berr, novembre 1919, dans Febvre, 1997, 57.

Je suis pauvre. Pariset80 est indigent. Et nous avons 600 francs chacun pour faire les riches ! Notez qu’il n’y a plus de place dans la salle unique où nous devons opérer, que nous sommes réduits à sacrifier notre cabinet et à le munir de rayons… qu’on nous invite à payer sur les crédits de l’Institut81.

49Les Instituts ne sont pas des entités closes et chacun s’efforce de créer les conditions les plus larges et les plus favorables à son travail en ouvrant les collaborations entre instituts ou en créant des regroupements d’instituts dans des centres d’études.

  • 82 Pfister, 1922, 3.

50L’université hérite également de la Bibliothèque universitaire, construite par les Allemands qui lui avaient conféré le statut particulier de Bibliothèque d’empire qu’elle conserve après 1919 en devenant Bibliothèque nationale. Le doyen Pfister se félicite d’avoir fait de la faculté des lettres non seulement un lieu d’enseignement mais surtout un « laboratoire, une série de laboratoires représentés par nos Instituts et nos Centres d’études – de libres recherches scientifiques82 ». La Faculté se dote également d’un Bulletin qui paraît à partir de novembre 1922 et bientôt d’une collection de Publications spécifique dans laquelle paraissent les Rois thaumaturges de M. Bloch.

51Tout en se dotant d’instruments de travail et de moyens de diffusion, enrichis encore par les cours publics et les interventions locales des enseignants, la faculté encourage et intègre des formules inédites d’échanges comme les « réunions du samedi » initiées par l’indianiste Sylvain Lévi. Faites de « libres causeries au cours desquelles les collègues présents se renseignent mutuellement sur les publications les plus récentes et en discutent la valeur », ces réunions, mensuelles et souvent plus fréquentes, deviennent rapidement une « manière d’institution strasbourgeoise » plus ou moins spécialisée (philologie, orientalisme, histoire des religions, histoire littéraire ou histoire sociale).

  • 83 Lettre à H. Berr, dans Febvre, 1997, 65.

52La mise en place des nouvelles structures de l’Université est chronophage, exige de nombreuses réunions, confronte les uns aux autres aux conditions d’un héritage et aux contraintes de l’après-guerre mais elle est également porteuse de beaucoup d’espoir et d’enthousiasme. L. Febvre ne cache pas son plaisir de faire partie d’un milieu intellectuel stimulant, où se manifeste un « sentiment de solidarité, d’union, d’échange83 » inégalé.

Débattre dans les sciences sociales

  • 84 Berr, 1919a, 5.

Mais l’histoire vécue, et vécue de façon si intense, comporte-t-elle, parmi ses conséquences, une modification du travail historique ? Voilà le problème capital auquel l’historien ne saurait se soustraire84.

  • 85 Berr, 1919b.

53La Revue de synthèse historique avait été au début du xxe siècle l’une des actrices majeures d’une large confrontation intellectuelle autour du statut scientifique de l’histoire, de ses liens avec l’historiographie allemande mais aussi des rapports avec une nouvelle venue dans le champ scientifique, la sociologie, et les sciences sociales, la géographie, l’économie. Ce débat, résumé par la formule de « débat de 1903 » par référence à l’année de publication dans la revue de Berr de l’article de F. Simiand, « Méthode historique et science sociale », a marqué les rapports entre des disciplines académiques « traditionnelles », l’histoire, la philosophie, notamment, et des disciplines nouvelles comme la sociologie, la géographie humaine, la psychologie collective, l’ethnographie. Il s’est poursuivi, moins intensément, jusqu’au début de la guerre. Interrompu en 1914, il reprend curieusement après le conflit, sur la base d’éléments formulés avant le déclenchement des hostilités et reportés par la durée du conflit. Le programme d’histoire universelle85, qui encadre la collection « L’évolution de l’humanité » lancée en 1920, a été formulé en 1913 déjà par Berr qui propose alors à Febvre, en 1912, de rédiger l’un des premiers volumes, qui parait en 1920 sous le titre de La Terre et l’évolution humaine. Le livre a été conçu à la fois comme une géographie historique pour la collection « L’évolution de l’humanité » et une réponse à l’offensive des sociologues, en particulier de François Simiand, contre la géographie humaine. Le texte cependant se transforme en même temps que changent les conditions du débat après la disparition d’une partie des acteurs, le développement de la géographie vidalienne et la décimation de l’équipe réunie par Durkheim qui meurt en 1917.

  • 86 Voir Muchielli, 1998 ; Robic, 2018.

54Le propos du livre est ancré dans un espace franco-allemand de discussion de la conception et des implications du « déterminisme géographique » de la géopolitique allemande de Friedrich Ratzel et de la renaissance en France d’une géographie humaine « ambitieuse et facile, celle de Jean Bruhnes ». Febvre reprend le débat lancé au début du siècle par la sociologie durkheimienne qui, sur la grande question de l’interaction entre le milieu naturel et les sociétés, opposait géographie humaine et morphologie sociale86. En reconstruisant la controverse entre sociologues et géographes, il focalise son attention sur ce « beau débat théorique » à propos du déterminisme géographique mais surtout il démonte les mécanismes même des « ardentes controverses de doctrines » qui avaient opposé avant guerre les « prétentions géographiques » et les « impatiences méthodologiques et les lacunes documentaires » des sociologues. Face au grief de méthode de la monographie géographique porté par les sociologues, Febvre reproche à ces derniers une « conception, stricte, rigide, absolue, de la causalité ». Les arguments et les acteurs de la controverse de 1903 sont ainsi réintroduits puisque la question « monographique » concerne également les historiens.

55Le livre de Febvre se place à un tournant qui se concrétise après 1919 et reconfigure les enjeux et les frontières entre les disciplines qui ne sont plus centrés uniquement ni prioritairement sur des problèmes de définitions et de limites disciplinaires mais traversent désormais les disciplines elles-mêmes. Au début du siècle, l’enjeu portait en effet à la fois sur la reconnaissance intellectuelle, à défaut d’être institutionnelle, de sciences sociales qui s’efforçaient en même temps de légitimer leur programme scientifique. Les lignes de confrontations étaient donc celles de la délimitation des frontières disciplinaires et de la pertinence de la démarche scientifique revendiquée par les sociologues durkheimiens en particulier contre la « méthode historique ».

56Après 1919, ces lignes de confrontations se déplacent. Chez les historiens en particulier, la crise de « conscience » est vive et, à Strasbourg, les historiens nouvellement élus entendent bien transformer les règles de la profession et redéfinir la fonction sociale de l’histoire. Les sociologues sont plus démunis. M. Halbwachs obtient la création d’une chaire de sociologie et de pédagogie, qui avait été celle de Durkheim à Bordeaux et à Paris et qui a disparu en même temps que son titulaire ; elle est transformée en 1922 en chaire de sociologie mais il ne parvient pas à y créer un Institut de sociologie. L’Année sociologique a cessé de paraître et Mauss, neveu de Durkheim, est préoccupé par la création d’un Institut d’ethnologie à Paris, qui donne ainsi à Halbwachs un rôle important dans la reconstruction du mouvement durkheimien.

57La géographie est représentée à Strasbourg par Henri Baulig, élève de Vidal de La Blache, qui s’est formé aux méthodes états-uniennes de la géomorphologie qu’il s’efforce de développer à Strasbourg, mais il n’obtient pas le remplacement de Pierre Denis et de Maximilien Sorre qu’il avait souhaité avoir à ses côtés.

  • 87 Comptes rendus publiés dans le Bulletin de la Faculté des Lettres dès son premier numéro qui parai (...)
  • 88 Bulletin de la Faculté des Lettres, 1923, 4, 153.
  • 89 Voir notamment Müller, 1999b.
  • 90 Hirsch, 2016.

58Strasbourg est alors plus un lieu de débats et d’échanges que de confrontations disciplinaires bien que les positions disciplinaires y demeurent affirmées. On le constate à la lecture des comptes rendus des « réunions du samedi » ainsi que dans les comptes rendus croisés des livres publiés par des auteurs strasbourgeois87. La discussion de La Terre et l’évolution humaine, organisée dans la réunion du samedi 20 janvier 192388, montre que le livre fait référence à une configuration datée. Pour autant, si les lignes ont bougé, les rapports de force entre les disciplines ne changent pas nécessairement. L’histoire « en crises89 » maintient sa prééminence dans le champ des sciences sociales, mais elle est prise à partie par la littérature et la philosophie, la géographie consolide ses positions, la sociologie ne compense pas ses pertes et demeure institutionnellement marginale. Toutefois, dans le périmètre strasbourgeois, un autre interlocuteur s’exprime de manière active : Charles Blondel, psychologue et médecin, titulaire de la chaire de psychologie pathologique, enseignant à la Faculté des lettres et en médecine, très actif dans les échanges mais aussi par ses publications. Thomas Hirsch90 l’a désigné après J. Piaget comme l’importateur du « durkheimisme en psychologie », il est aussi à la charnière d’une discipline qui oscille entre la philosophie et la médecine.

59L’analyse de ces reconfigurations scientifiques ne doit pas oblitérer la richesse des échanges et des débats, ni non plus celle des propositions nouvelles dont l’une des plus spectaculaires est la publication, en 1920, de l’article de Marc Bloch sur les « Fausses nouvelles », prolongé par la publication, en 1924, des Rois thaumaturges et un an plus tard, celle des Cadres sociaux de la mémoire collective de Maurice Halbwachs.

  • 91 Blondel, 1924, 934.
  • 92 Halbwachs, 1925.

60Discutées dans les réunions et les comptes rendus par les auteurs eux-mêmes, chacune de ses publications soulèvent des questions et des problèmes qui traversent les disciplines. Ainsi des thèmes en apparence très éloignés trouvent un lien dans la problématisation de notions partagées comme celle de « représentations collectives » ou de « genre de vie ». Halbwachs lit dans les Rois thaumaturges une étude de « psychologie sociale » et regrette que Bloch soit resté trop historien alors que Blondel y voit une généralisation des « conceptions de l’école sociologique française [qui] ne sont pas utilisables seulement pour l’étude des sociétés primitives à laquelle elles ont jusqu’à présent servi de référence »91. Halbwachs reproche toutefois à Bloch d’avoir hésité entre l’étude du miracle et celle de la royauté, et d’avoir ainsi « trop limité » une étude qui s’imposait de « toute la psychologie collective de l’époque féodale »92.

  • 93 M. Bloch en fait une recension pour la Revue historique et retient le point de vue de Blondel : «  (...)
  • 94 Lors de la reprise de L’Année sociologique, une courte préface à la rubrique « Psychologie et soci (...)
  • 95 Qui se caractérise, selon Bloch, « par l’emploi, avec l’épithète “collectif” de termes empruntés à (...)

61Si tous s’accordent pour reconnaître que les représentations collectives sont au cœur de l’ouvrage de M. Bloch, le débat se concentre sur la question de l’articulation entre représentations collectives et représentations individuelles à propos de la mémoire et du suicide93. Reconnaissant l’influence féconde du durkheimisme sur les « études proprement psychologiques », Bloch ne partage pas les craintes de Blondel d’une absorption de la psychologie par la sociologie94, mais il s’étonne que Halbwachs, prisonnier du vocabulaire durkheimien95, réduise à quelques formules « d’un finalisme, et si j’ose dire d’un anthropomorphisme un peu vague » la question essentielle de la transmission intergénérationnelle de la mémoire, qui demeure, pour partie, tout simplement un des « faits de communication entre individus ». Dans une perspective plus « psychologique », Blondel circonscrit parfaitement l’enjeu d’une conception de la mémoire conçue comme une « reconstruction du passé en fonction des notions dont dispose notre mentalité présente » : elle permet, théoriquement, de fonder l’articulation entre mémoire individuelle et mémoire collective et surtout d’évacuer l’hypothèse bergsonienne du « souvenir pur », qui à elle seule suffirait à invalider le point de vue sociologique. Ces critiques – Halbwachs recopie intégralement le compte rendu de Blondel dans ses Carnets – imprègnent ses réflexions qui se prolongeront pendant une dizaine d’années et trouveront leur forme dans l’édition posthume de La mémoire collective.

  • 96 « Ou, si l’on veut, à côté d’une histoire écrite, il y a une histoire vivante qui se perpétue ou s (...)
  • 97 Halbwachs, 1997, 130.

62Plus implicite dans le débat figure la question de l’histoire elle-même, d’une conception plutôt événementielle que Halbwachs décèle chez Blondel et à laquelle il oppose une définition de l’histoire plus proche de celle de Bloch. En opposant mémoire collective et mémoire historique, Halbwachs ouvre cependant une perspective sur une perception pluraliste du passé que Bloch, curieusement, ne retient qu’incidemment sans y insister : pour le sociologue, en effet, « l’histoire n’est pas tout le passé », ni non plus « tout ce qui reste du passé »96 et généralement l’histoire ne commence « qu’au point où finit la tradition, au moment où s’éteint ou se décompose la mémoire sociale97 ».

  • 98 Bloch, 1931, 592.

63Commentant l’ouvrage de Halbwachs sur les causes du suicide, Bloch, se référant en outre aux réflexions de Mauss sur la civilisation et de Simiand sur les classes sociales, précise encore : « Une réaction semble bien se marquer parmi les représentants les plus qualifiés de la sociologie durkheimienne, contre toute décomposition excessive du complexe social entre les divers éléments que l’abstraction peut y distinguer, – un effort se dessiner vers un classement rationnel des synthèses humaines. » Or pareilles tentatives, selon Bloch, correspondent précisément aux besoins des historiens, notamment à ceux qui « répugnent à se contenter des définitions trop simplistes et toutes extérieures que les schémas traditionnels offrent des différents groupes98 ».

  • 99 Bloch, 1925, 82. Même s’il reproche à Halbwachs de sortir de la sociologie et de succomber à « l’i (...)
  • 100 Mauss, 1925, 342.

64Bloch le souligne nettement : « C’est par des échanges intellectuels de cette sorte que l’on peut espérer voir progresser les sciences de l’homme. Il n’y a pas pour elle pire danger qu’un cloisonnement dogmatique, qui amènerait les “sociologues” et les “historiens” à s’ignorer ou à se dédaigner réciproquement99. » Ce propos réconciliant est repris également par Mauss lors du lancement de la nouvelle Année sociologique : « La sociologie et l’histoire doivent donc marcher de pair. Au fond, elles marchent déjà d’accord. Et nous ne protestons que contre des excès100 ».

  • 101 Blondel, 1928. L’auteur présente les thèses de Durkheim sur les représentations et celles de Halbw (...)

65Ainsi les reconfigurations disciplinaires de l’après-guerre confirment l’émergence d’un nouvel espace commun des sciences sociales dans lequel les étiquettes disciplinaires ne sont pas intangibles. La psychologie collective101, dans laquelle Blondel voit l’inscription du social dans le psychologique, ou encore la psychologie historique de Febvre et les orientations de Halbwachs – qui défendra plus tard sa candidature au Collège de France sur une chaire de psychologie collective précisément – semblent indiquer la voie de nouvelles formulations disciplinaires. Beaucoup des acteurs qui participent à l’organisation de cet espace partagent des références et des expériences communes ; nourris par les débats du début du siècle, imprégnés également des injonctions durkheimiennes sur la nature scientifique de la connaissance des sociétés, ils se rencontrent autour de concepts et de problèmes communs, de conceptions scientifiques convergentes, pas nécessairement positivistes mais assurément rationalistes, qui passent aussi par une redéfinition des traditions respectives. Le thème du suicide sociologisé par Durkheim et revisité par Halbwachs et Blondel est significatif.

Les inquiétudes de la raison102

  • 102 J’emprunte la formule au titre du beau livre de Castelli-Gattinara, 1998.

Et ce fut le réveil, brusque et désagréable. En pleine crise, au milieu des doutes.

  • 103 Febvre, 2009, 16 et 17.

Comment ne pas sentir la nécessité, pour nous, de raccorder nos idées et nos méthodes à d’autres ? Comment, pour dire le mot, ne pas reconstruire, alors que partout apparaissent les lézardes103 ?

  • 104 Bloch, 1925, 81.

66La publication des Cadres sociaux de la mémoire collective et des Rois thaumaturges conjoint le lieu et le temps, mais aussi les enjeux scientifiques : faire la preuve de la possibilité de rendre compte rationnellement de phénomènes en apparence irrationnels, comme la croyance au pouvoir thaumaturgique, ou les phénomènes mémoriaux, qui sont traités rationnellement comme des problèmes de « représentations collectives » à un moment où l’irrationnel semble regagner du terrain. L’enjeu « proprement philosophique » du livre de Halbwachs, malgré son étrange refoulement de la guerre, n’échappe pas à Bloch qui souligne « qu’une des grandes doctrines métaphysiques de ce temps sembl[ait] atteinte par lui dans une de ses œuvres les plus vives104 ». Cette coïncidence est symptomatique d’autant que Bloch qui avait brillamment abordé l’analyse historique de phénomènes irrationnels avec son étude sur les « fausses nouvelles » abandonne après 1925 ces thématiques pour se concentrer sur des problèmes d’histoire économique et sociale, alors qu’Halbwachs, sans renoncer à l’étude de la mémoire, ne lui consacre aucune nouvelle publication avant 1941. Au même moment, L. Febvre prononce une série de conférences à Mulhouse sur la « Civilisation de la Renaissance » qui font écho aux propos désenchantés de Valéry : « Nous autres civilisations nous savons bien que nous sommes mortelles ». Propos qui résonnent aux oreilles de Febvre comme des « réflexions de sinistrés » dès lors qu’il importe moins de savoir si une civilisation peut mourir mais de saisir et comprendre « quelle civilisation s’établira demain sur ce monde nouveau ».

  • 105 Voir Castelli-Gattinara, 1998 ; Müller, 1999 et 2003.
  • 106 Bouglé, 1923, 20. Voir également le chapitre 4 : « Temps et sociologie “dans le monde en ruines” ( (...)
  • 107 Febvre, « L’histoire en France dans les dix dernières années », repris dans Müller, 1999a.
  • 108 Febvre, « Vivre l’histoire, propos prononcés à la rentrée de 1941 à l’ENS », dans Febvre, 2009, 29
  • 109 Febvre, « La vie cette enquête continue », dans Febvre, 1935, 49.

67Le thème de la crise, des crises, d’une discontinuité ou d’une rupture de civilisation est récurrent au lendemain de la guerre105. Si la guerre a été un « scandale de la raison » selon la formule de Célestin Bouglé106, elle a surtout révélé une crise ou des crises plus larges et plus profondes, « crise générale et profonde des idées et des conceptions scientifiques qu’a provoquée une poussée soudaine de certaines sciences […] Nous savons qu’en fonction de telles transformations, et parce que la science est une et toutes sciences solidaires – nous savons que nos idées, fondées sur une philosophie de scientifique périmée doivent être révisées, toutes – et nos méthodes en fonction de nos idées107 ». La crise est l’effet d’une « véritable révolution idéologique » qui s’est traduite par l’échec et l’effondrement d’une « construction théorique » élaborée depuis le xviie siècle : la mécanique rationnelle. À ce nouveau point de départ, « il y a ce grand drame de la relativité qui est venu secouer, ébranler tout l’édifice des sciences108 ». et auparavant cette autre « grande mutation de l’esprit » qu’a été l’éclatement de la « perspective » et la naissance de l’art abstrait qui ont bouleversé les représentations, les façons de voir, de penser les références culturelles du monde109. Les inquiétudes de la raison sont celles issues de la « dissociation des deux notions, scientifique et pragmatique, de la civilisation », l’une qui reconnaît la diversité des civilisations, l’autre qui ne se console pas de la suprématie d’une « civilisation supérieure, portée, véhiculée par les peuples blancs de l’Europe occidentale et de l’Amérique septentrionale ».

68Si je rappelle ici ces réflexions de Febvre qui se développent au-delà des années 1930 c’est parce qu’elles nous transportent dans une autre temporalité et d’autres éléments de discontinuités qui, au-delà de la crise du progrès, de la crise du monde moderne, se révèlent pourtant dans l’après-guerre. Elles l’ont conduit au lendemain de la guerre à formuler pour l’histoire un triple constat. Le premier est moral et passe d’abord par un rejet : « Une histoire qui sert est une histoire serve », conséquence explicite des dérives idéologiques pendant la guerre. Mais ce désasservissement n’appelle pas à un retrait de la société, mais à la définition d’un nouvel état civil pour une « institution historienne » en « désaccord » croissant avec « l’époque ». Le deuxième constat est aussi une conviction : l’histoire est une science à part entière ; elle est indissociable de l’univers scientifique qui l’entoure et fait partie de la « société des sciences ». Aucune concession « positiviste » dans ces deux constats, mais la volonté claire de définir pour l’histoire une démarche rationnelle constructiviste « perpétuelle inquiétude d’un esprit toujours en éveil, toujours en action ». Le dernier constat est pragmatique dès lors que l’effort de l’après-guerre est d’abord un effort de reconstruction qui s’impose à l’historien dans tous les registres : celui de l’enseignement – remanier les programmes –, de la formation – proposer une autre culture historique –, mais surtout celui de l’organisation de la recherche.

  • 110 Febvre vise autant Péguy et Valéry que Spengler ou Toynbee.

69Toutefois la crise de l’histoire confronte les historiens à des enjeux d’une autre dimension dès lors qu’il s’agit non seulement de reconstruire mais de repenser la discipline dans ses fondements et ses rapports avec son temps. Définir un nouvel agenda scientifique qui porte la priorité sur les problèmes économiques et sociaux, développer une critique interne contre l’« histoire traditionnelle » et externe notamment contre les « fabricants de philosophie de l’histoire à bon marché »110. La posture explicite de « combat » qu’adopte Febvre est très significative des transformations de l’après-guerre ; elle n’est certes pas entièrement inédite mais, dans sa radicalisation même, elle signifie plus explicitement les déplacements et les reconfigurations à l’œuvre, qui, en histoire, comme en sociologie ou en psychologie convergent dans une volonté commune d’ériger un nouvel espace des sciences de l’homme. C’est la raison pour laquelle il exhorte Berr à reprendre et poursuivre la publication de la Revue de synthèse qui fut avant guerre un des principaux lieux d’élaboration d’un espace commun des sciences de l’homme. Le projet d’une nouvelle revue d’histoire économique qu’il formule dès 1921 devait être l’un des instruments de ce nouvel agenda. La revue devait être une alternative au Vierteljahrschrift für Sozial und Wirtschaftsgeschichte qui avait joué avant 1914 un rôle central d’organisation. Internationale dans son ambition, elle se proposait également d’être un lieu critique de rencontre des sciences sociales. Febvre l’avait intitulée dans un premier temps Revue d’histoire et de sociologie économiques. Le projet bute contre des obstacles internationaux et échoue. La construction d’un tel espace d’échanges est mal aisée, les sociologues éprouvent de grandes difficultés à relancer vainement L’Année sociologique en 1923-1924, puis à créer des Annales sociologiques dans les années 1930.

Espoirs et déceptions : les lieux

  • 111 Lettre à H. Berr, décembre 1925, dans Febvre, 1997, 239.

Mais le sentiment qu’ici, la vie intellectuelle et morale deviendra chaque jour moins agréable dans une Faculté qui se vide de ses meilleurs éléments111

  • 112 Lettre à H. Berr, automne 1923, dans Febvre, 1997, 164.

70Le premier numéro des Annales d’histoire économique et sociale parait le 15 janvier 1929 : la revue est-elle encore une revue « strasbourgeoise » ? Certes, elle a été conçue à Strasbourg, une partie de ses premiers collaborateurs y enseignent : ses fondateurs, Leuilliot, son secrétaire, Halbwachs, Piganiol, professeur d’histoire ancienne. Toutefois ses fondateurs, qui feront une grande place au débat avec l’historiographie allemande, ont le regard tourné vers Paris. Dès 1925, Febvre attend la bonne opportunité pour rejoindre la Sorbonne ou bientôt, le Collège de France pour lequel il se prépare dès 1928. Bloch, titularisé en 1927 dans sa chaire d’histoire médiévale est aussi sur le départ. Départs qui se concrétisent en 1933 pour le premier, plus difficilement et plus tardivement pour le deuxième. Strasbourg a certes été un lieu d’incubation, mais Febvre prend une part croissante dans les entreprises lancées par Berr après 1919 (la Revue de synthèse, la collection « L’évolution de l’humanité », mais aussi le Centre international de synthèse créé en 1925). Dès sa nomination au Collège de France, il prend en charge la direction de l’Encyclopédie française. Febvre se plaint de Strasbourg dès 1923 : « Je me déplais à Strasbourg, je n’accepte pas d’y finir mes jours, et j’y suis seul avec des relations mais point d’amitiés112. »

  • 113 Olivier-Utard, 2016, 303 et suiv.
  • 114 Defrance, 2008, 27.
  • 115 Defrance, 2008, 28, 46.
  • 116 Olivier-Utard, 2016, 311-314. Voir également Defrance, 2008.

71Les départs sont nombreux, précoces et réguliers – Febvre et Bloch ne sont pas les premiers – et tous pour un poste à Paris, à la Sorbonne ou au Collège de France113. Abandonnée par ses meilleurs enseignants, empêtrée par le regain de l’autonomisme alsacien, l’université de Strasbourg ne dispose bientôt plus des ressources matérielles et financières, ni du statut qui aurait pu (aurait du) la placer en tête des universités françaises. Alors qu’elle aurait dû être un « laboratoire » de réforme universitaire, elle doit se contenter d’être l’« antichambre » de la Sorbonne. Prisonnière des enjeux politiques de l’après-guerre, conçue aussi comme un centre d’observation de l’Allemagne, elle est divisée sur l’attitude à adopter à l’égard de l’Allemagne ; plantée sur le Rhin, qui demeure non seulement une frontière, une zone conflictuelle, un enjeu franco-allemand. Febvre, Bloch, Halbwachs, Blondel, partisans d’une reprise des échanges universitaires avec l’Allemagne, ne parviennent pas à empêcher l’organisation de conférences sur le Rhin prononcées en 1920 par le très nationaliste Maurice Barrès. En 1920, l’Université de Bonn crée l’Institut für die geschichtliche Landeskunde der Rheinlande ; la France, dans le cadre de l’occupation de la Rhénanie, crée de nombreuses institutions culturelles sur la rive gauche du Rhin, notamment à Mayence, qui devient un « véritable pôle culturel114 » français en Allemagne. En 1921 est ouvert un Centre d’études germaniques auquel participent de nombreux enseignants de l’université de Strasbourg, les germanistes, mais surtout les historiens, Febvre, Bloch, Pfister (Histoire générale de l’Allemagne), Pariset (Histoire de l’occupation française en Allemagne sous la Révolution et l’Empire). Edmond Vermeil qui enseigne l’histoire de la République de Weimar et de l’Allemagne contemporaine) témoigne de l’ambivalence d’une présence française qui hésite entre la volonté de rétablir des relations intellectuelles franco-allemandes et le prolongement d’une activité politique de renseignement et de surveillance ou le projet de « développement de la puissance de rayonnement de l’université française de Strasbourg en même temps que le prestige de l’enseignement français115 ». Conçu comme un centre de recherche et d’enseignement « appliqué » destiné à un public exclusivement français dont les cours sur l’Allemagne contemporaine sont suivis d’abord par des étudiants en germanistique, puis des hauts fonctionnaires, enfin, à partir de 1925, exclusivement par des officiers français du renseignement. Le destin de l’Institut d’études germaniques à l’université est également significatif. Créé dès 1919, il devait faire la preuve que les études germaniques pouvaient conserver à Strasbourg une importance que les Allemands n’avaient pas conférée à la culture française et proposer un centre d’études et de recherches sur la langue et la culture allemande. Pourvu de quatre chaires, animé notamment par Ernest Tonnelat et Edmond Vermeil, il est le principal centre en France consacré à l’Allemagne jusqu’en 1930, lorsque Paris reprend le contrôle des études germaniques contemporaines116.

  • 117 Defrance, 2008, 33.

72Le problème du rapatriement du Centre d’études germaniques en 1929 souligne les divergences et les différences de la politique allemande de la France et de ses effets en Alsace : développer à Paris une sorte d’institut franco-allemand emblème de « l’esprit de Locarno » ou, option retenue, maintenir à Strasbourg « un poste d’observation de tout premier ordre »117. La question rhénane demeure un thème prioritaire, très controversé, et lesté de lourds enjeux idéologiques, largement mis en évidence par Peter Schöttler. La Westforschung, qui n’a pas d’équivalent en France, s’inscrit comme un thème intellectuel très politisé, mobilise les nouvelles générations d’universitaires issues de la défaite, et se développe dans des instituts universitaires multipliés favorisant une Landesgeschichte et une Volksgeschichte de plus en plus nationalistes. Dans ce « combat pour le Rhin », historiens et géographes demeurent engagés, mais peu s’efforcent comme L. Febvre à dégager l’histoire du Rhin des enjeux de frontières, pour le placer au cœur d’une histoire européenne.

  • 118 Voir Febvre, 1998.

73Prises dans des enjeux politiques et culturels internationaux, nationaux et régionaux, l’université de Strasbourg s’est confrontée à un problème d’échelle. Avant la construction européenne d’une autre après-guerre, Strasbourg demeure une ville-frontière placée sur un fleuve qui peine à s’imposer comme un « fleuve européen118 ». La conjoncture politique a eu un effet paradoxal. Les années 1924-1925 marquent une charnière, un basculement : la victoire du Cartel des gauches, le retrait définitif de la Rhénanie, le Traité de Locarno, l’entrée de l’Allemagne dans la SDN annoncent une période d’apaisement.

74Pourtant tout s’est passé comme si ce moment éphémère de normalisation avait redimensionné et banalisé l’université, qui après la fin du régime transitoire en 1924-1925 redevient une université « normale » de province. Elle a cependant été pendant quelques années un lieu singulier qui a permis la rencontre au quotidien de jeunes universitaires rassemblés et partageants les mêmes espoirs et les mêmes ambitions de transformation et qui ont ainsi pu bénéficier des ressources et des possibilités même du lieu qui les a accueillis. Lieu d’expérimentation et d’échanges, contrarié par l’histoire, l’Université a permis le développement d’un milieu d’échanges et de débats qui a contribué à reconfigurer les sciences sociales. Pourtant ce milieu se heurte bientôt aux limites d’un lieu enclavé par les enjeux politiques franco-allemands et les revendications régionales, délaisse Strasbourg, et retrouve à Paris, notamment autour du Centre international de synthèse créé en 1925 par Henri Berr, des lieux plus propices à ses ambitions.

Haut de page

Notes

1 J’emprunte ce titre, « From Universität to Université », à Craig, 1984, 195.

2 Pfister, 1917, 67. Dans Archives nationales (désormais AN) AJ/30/98.

3 Pfister, 1917, 84.

4 « Ville complète, moderne, planifiée, équipée de réseaux et d’équipements publics», elle atteste d’une « colonisation » allemande plus efficace que la tentative de « germanisation » de l’université, voir Claude, 1988, Pinol, 1994, Denis et al., 1994.

5 Olivier-Utard, 2016, 18.

6 AN AJ/30/341, 1.

7 « En situant la coupure après la guerre de 1870, il ne s’agit pas de porter un jugement défavorable sur l’une ou l’autre université, […] mais de reconnaître que la structure des universités en Allemagne était rationnellement plus équilibrée qu’ailleurs entre les diverses disciplines. D’ailleurs, il y a toujours eu des relations entre les intellectuels allemands et les intellectuels français, très souvent par l’intermédiaire de l’Alsace, depuis l’époque qu’on dénomme actuellement celle de l’humanisme rhénan », Freund, 1991, 16.

8 Freund, 1991, 16.

9 Voir notamment Craig,1984 ; Olivier-Utard, 2016.

10 Bulletin Alsacien-Lorrain du S.R. de Belfort (août-septembre 1915), 2. AN AJ/30/341 Rapports et études.

11 Pfister, 1921, 16.

12 Beaupré, 2012, 40.

13 Ibid., voir aussi Manfred Bock, Meyer-Kalkus, 1993.

14 Bloch, Febvre, 1994 ; Müller, 2003.

15 H. Berr, par exemple, loue les « heureux professeurs de Strasbourg » et se félicite d’un climat tout à fait remarquable imprégné de « l’ardeur jeune, par la recherche du mieux », Berr, 1921, 12.

16 Olivier-Utard, 2016 et ses nombreux autres articles. Voir aussi le compte rendu de Bischoff, 2017. La lecture de Craig, 1984 est toujours utile.

17 Mariot, 2012, 2017a et 2017b.

18 Pour la géographie, nous disposons cependant, avec la thèse de Nicolas Ginsburger, d’une somme inégalée, Ginsburger, 2010.

19 Irish, 2015.

20 Bloch, 2006.

21 Lettre à M. Bloch, dans Bloch, Febvre, 1994, 192.

22 Voir généralement M. Bloch, L’Histoire, la guerre, la résistance, Bloch, 2006.

23 Lorsque l’édition critique préparée par Stéphane Audoin-Rouzeau sera disponible en librairie. Voir également les lettres du front de Febvre à Albert Demangeon, dans Ginsburger, 2010.

24 Voir Ginsburger, 2010 ; Bariéty, 2002.

25 Blaskiewicz-Maison, 2016.

26 Cité dans Bloch, Febvre, 1994, XII.

27 Berr, 1921.

28 Pfister, 1917, 81.

29 Andler, 1919, 433.

30 Charléty, 1920, 4-9.

31 Elle n’accepte aucun étudiant allemand, elle est réorganisée en 1909 avec le soutien de Pierre Bucher, médecin alsacien, ardent partisan du maintien de l’Alsace en France qui fonde, en 1918, une influente Société des amis de l’université.

32 Pfister, 1920.

33 Berr, 1919b, IX. Voir Schöttler, 1995.

34 Olivier-Utard, 2016, 23. Voir aussi Olivier-Utard, 2010.

35 Berr, 1919a, 215.

36 Pfister, 1927, 256.

37 C’est par cette curieuse formule que Berr oppose le rationalisme français à l’impérialisme allemand.

38 Fréchet, 1920, 339, voir Olivier-Utard, 2005.

39 Andler, 1919, 437.

40 Baulig, 1920, 211 et Kleinschmager, 2005.

41 Lettre à H. Berr, novembre 1919, dans Febvre, 1997, 58. La nomination de Martin Spahn, catholique militant, qui occupa la chaire d’histoire moderne entre 1901 et 1914, avait provoqué une forte réaction du corps enseignant.

42 Febvre, 1923, 227.

43 Avec d’autres universitaires parisiens, nés en Alsace, en particulier Paul Appel, doyen de la Faculté des sciences de Paris, Auguste Souchon, professeur de droit, Charles Andler, professeur de littérature allemande, militant socialiste et fondateur de la Ligue républicaine d’Alsace-Lorraine, son camarade André Lichtenberger, professeur d’histoire, et des militaires Laurent-Atthalin, Meister et Riber.

44 Blaskiewicz-Maison, 2016.

45 Olivier-Utard, 2016, 48.

46 Notamment la comtesse Arconati-Visconti, les frères Michelin, la fondation Rockefeller, Albert Blum.

47 Le rôle de la Société des amis a été très importants dans le lancement de la nouvelle université mais aussi comme agent de liaison avec la société alsacienne, voir Olivier-Utard, 2017, 62 et suiv.

48 Revenu auquel s’ajoute encore une indemnité spéciale au titre de compensation administrative spéciale (25 % du traitement brut annuel).

49 F. Olivier-Utard a comptabilisé un personnel global de 488 personnes contre 379 mentionnées dans les archives allemandes en 1914 : Olivier-Utard, 2017, 43.

50 Suzanne Dognon, future épouse de Febvre, devient l’assistante de Baulig, mais les femmes n’accèdent pas aux postes d’enseignement et doivent se contenter, avant la Deuxième Guerre, de quelques rares postes de collaboratrice dans la recherche dans la faculté des sciences. Voir le chapitre sur ce sujet dans Olivier-Utard, 2017, 72-94.

51 Sur cette question, voir le travail très pertinent de Jean-Luc Pinol, 1994.

52 Lettre à Berr, mai 1920, dans Febvre, 1997, 80.

53 Pfister, 1923, 8.

54 Propos de W. Kapp, ancien professeur à Strasbourg, cités et commentés par Berr, 1922, 3.

55 Voir également les remarques de Bonah, 2005.

56 Pirenne, 1922.

57 Andler, 1919, 442.

58 Berr, 1919a, 208.

59 Il a publié Le Pangermanisme, ses plans d’expansion allemande dans le monde et les usages de la guerre et la doctrine de l’État-major allemand en 1915.

60 Andler, 1919, 440.

61 « Serviles non devant le pouvoir, mais devant les faits, alors que ces faits n’étaient que des survivances humaines modifiables, c’est en fait la servilité de tous qu’ils maintenaient », Andler, 1919, 441.

62 Berr, 1919a, 18.

63 Berr, 1919a, VI.

64 À ce sujet, voir les analyses de Schöttler, 1996.

65 Berr, 1919b, 33. Berr avait rédigé la « préface » à la collection « L’évolution de l’humanité » en 1913, il la reprend en lui ajoutant une note de postface en 1919.

66 Il faudrait reprendre également plus systématiquement la comparaison (qui n’est pas l’objet de cet article) entre la « science allemande » et la « science française » sur les différences notamment entre Naturwissenschaften et Geisteswissenschaften. À ce sujet, voir Feuerhahn, 2015 et 2017.

67 Pirenne, 1922, 7. À ce sujet, voir les analyses pertinentes de Schöttler, reprises et prolongées dans Schöttler, 2015.

68 Pirenne, 1922, 7.

69 Pirenne, 1923, 13.

70 Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », repris dans Bloch, 2006.

71 « La crise de la culture », conférence donnée à Vienne en janvier 1916, texte publié le 13 février 1916 dans Frankfurter Zeitung, repris dans Simmel, 2015, 26. Simmel meurt en 1918.

72 Berr, 1921, 13.

73 Berr, 1921, 12.

74 Olivier-Utard, 2016, 47, 51 et suiv.

75 Après avoir réorganisé l’Institut d’histoire moderne et enrichi sa bibliothèque, Febvre est satisfait d’avoir pourvu l’histoire moderne d’un « séminaire digne d’elle », Febvre, 1923, 230.

76 Olivier-Utard a répertorié plus d’une vingtaine d’instituts pour la seule faculté des Lettres. « […] que l’enseignement de l’Histoire soit donné “dans sept Instituts par un groupe de huit professeurs”, voilà qui fait sourire », Berr, 1921, 10.

77 Berr, 1921, 10

78 Andler, 1919, 443. « Ainsi une Université nouvelle de travail scientifique se compose d’une agglomération d’instituts. L’Université les absorbe ou les libère ; se les rattache intimement ou ne les retient que d’un lien plus lâche. […] Chacun de ces Instituts vise à donner une préparation complète dans toutes les ramifications d’une discipline entière. », ibid., 436.

79 Je remercie Nicolas Ginsburger pour cette information qu’il faudrait développer plus avant.

80 Georges Pariset, titulaire de la chaire d’histoire contemporaine.

81 Lettre à H. Berr, novembre 1919, dans Febvre, 1997, 57.

82 Pfister, 1922, 3.

83 Lettre à H. Berr, dans Febvre, 1997, 65.

84 Berr, 1919a, 5.

85 Berr, 1919b.

86 Voir Muchielli, 1998 ; Robic, 2018.

87 Comptes rendus publiés dans le Bulletin de la Faculté des Lettres dès son premier numéro qui parait en novembre 1922.

88 Bulletin de la Faculté des Lettres, 1923, 4, 153.

89 Voir notamment Müller, 1999b.

90 Hirsch, 2016.

91 Blondel, 1924, 934.

92 Halbwachs, 1925.

93 M. Bloch en fait une recension pour la Revue historique et retient le point de vue de Blondel : « La psychologie collective a pour objet propre moins la psychologie des groupes considérés en eux-mêmes (je note en cours de route quelques critiques décisives sur la prétendue psychologie des foules) que l’étude de l’élément collectif dans la psychologie individuelle », Bloch, 1929, 398. Voir aussi les remarques de L. Febvre dans « Une vue d’ensemble. Histoire et psychologie », dans L’Encyclopédie française, vol. 8, 1938.

94 Lors de la reprise de L’Année sociologique, une courte préface à la rubrique « Psychologie et sociologie » mentionnait les « querelles de méthode entre psychologues et sociologues» qui avaient opposé Durkheim et Tarde, notant que si celles-ci n’avaient pas tout à fait pris fin, « l’esprit n’en est plus tout à fait le même : les deux sciences sont gagné en maturité, l’œuvre réalisée leur assure désormais l’avenir et c’est pourquoi un désir de plus en plus net d’entente et de collaboration se fait jour. », Déat, 1925, 232.

95 Qui se caractérise, selon Bloch, « par l’emploi, avec l’épithète “collectif” de termes empruntés à la psychologie individuelle», Bloch, idem, 78.

96 « Ou, si l’on veut, à côté d’une histoire écrite, il y a une histoire vivante qui se perpétue ou se renouvelle à travers le temps et où il est possible de retrouver un grand nombre de ces courants anciens qui n’avaient disparu qu’en apparence », Halbwachs, 1997, 113.

97 Halbwachs, 1997, 130.

98 Bloch, 1931, 592.

99 Bloch, 1925, 82. Même s’il reproche à Halbwachs de sortir de la sociologie et de succomber à « l’impérialisme sociologique » ou au « pansociologisme » lorsqu’il tente d’expliquer l’aphasie – « la sociologie n’a pas à trancher en passant de questions qui si manifestement ne sont pas de sa compétence» –, Ch. Blondel, ne dit pas fondamentalement autre chose en saluant le livre de son ami comme « une nouvelle et importante preuve des services que la sociologie peut rendre à la psychologie en l’éclairant sur les apports qu’en chaque domaine de l’activité mentale la collectivité fait à l’individu, comme en lui limitant et en lui définissant ses problèmes », Blondel, 1928, 298.

100 Mauss, 1925, 342.

101 Blondel, 1928. L’auteur présente les thèses de Durkheim sur les représentations et celles de Halbwachs sur la mémoire collective.

102 J’emprunte la formule au titre du beau livre de Castelli-Gattinara, 1998.

103 Febvre, 2009, 16 et 17.

104 Bloch, 1925, 81.

105 Voir Castelli-Gattinara, 1998 ; Müller, 1999 et 2003.

106 Bouglé, 1923, 20. Voir également le chapitre 4 : « Temps et sociologie “dans le monde en ruines” (1918-1938) », dans Hirsch, 2016.

107 Febvre, « L’histoire en France dans les dix dernières années », repris dans Müller, 1999a.

108 Febvre, « Vivre l’histoire, propos prononcés à la rentrée de 1941 à l’ENS », dans Febvre, 2009, 29.

109 Febvre, « La vie cette enquête continue », dans Febvre, 1935, 49.

110 Febvre vise autant Péguy et Valéry que Spengler ou Toynbee.

111 Lettre à H. Berr, décembre 1925, dans Febvre, 1997, 239.

112 Lettre à H. Berr, automne 1923, dans Febvre, 1997, 164.

113 Olivier-Utard, 2016, 303 et suiv.

114 Defrance, 2008, 27.

115 Defrance, 2008, 28, 46.

116 Olivier-Utard, 2016, 311-314. Voir également Defrance, 2008.

117 Defrance, 2008, 33.

118 Voir Febvre, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Müller, « L’université de Strasbourg dans l’immédiat après-guerre (1919-1925) »Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 211-240.

Référence électronique

Bertrand Müller, « L’université de Strasbourg dans l’immédiat après-guerre (1919-1925) »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1132 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.1132

Haut de page

Auteur

Bertrand Müller

Directeur de recherche CNRS, Centre Maurice-Halbwachs

Articles du même auteur

  • Table ronde sur l’histoire des sciences humaines et sociales
    A fascinating and unpredictable world. A round table on the history of human and social sciences
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search