Navigation – Plan du site
Document

L’ébranlement du monde jaune

Lucien Lévy-Bruhl
p. 243-256

Texte intégral

[L. Lévy-Bruhl], « L’ébranlement du monde jaune », Revue de Paris, XXVII, n° 5, 15 octobre 1920, p. 871-894.

[L. Lévy-Bruhl], « L’ébranlement du monde jaune », Revue de Paris, XXVII, n° 5, 15 octobre 1920, p. 871-894.

Source : Gallica/Bibliothèque nationale de France, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k17573f/​f871.image (consulté le 29 novembre 2018).

1Au sortir d’une guerre effroyable, le monde occidental se débat dans les difficultés de la paix, à peu près inextricables et toujours renaissantes. Répartition des charges monstrueuses que la guerre a laissées derrière elle, revendications de la classe ouvrière, réorganisation politique de l’Europe orientale, que de problèmes, d’une complexité presque désespérante, réclament toute l’attention des hommes d’État européens ! Où trouveraient-ils le loisir et la liberté d’esprit nécessaires pour prendre garde à ce qui se passe ailleurs, et pour y réfléchir ? Les nécessités immédiates rétrécissent et ferment leur horizon. Déjà ils n’ont pu suivre que d’assez loin les événements d’Amérique, ce qui n’a pas été sans de graves inconvénients pour les affaires de l’Europe.

2À plus forte raison sont-ils exposés à négliger l’Extrême-Orient. Pour attirer et pour retenir leur esprit sur des contrées si éloignées, il ne faudrait pas moins que la menace, ou même l’imminence de vastes conflits et de violentes convulsions, semblables à celles qui ont ravagé l’Occident.

  • 1 Nous avons indiqué dans le cours du texte, en gras et entre crochets, la pagination d’origine. Les (...)

3Pourtant, quand les choses en seront venues à ce point, il sera trop tard. C’est dès aujourd’hui qu’une politique prévoyante chercherait à mesurer la force des idées qui se pro-[872]1pagent là-bas, et des sentiments qui s’y emparent des foules. Mais, par malheur, au moment même où l’Extrême-Orient devrait fixer les regards des hommes d’État de l’Europe, toute leur clairvoyance, tous leurs efforts sont impérieusement réclamés ailleurs. Coïncidence malencontreuse, on pourrait presque dire tragique, et qui n’est pas sans analogie dans le passé ; notre propre histoire en contient des exemples. La philosophie de l’histoire doit en convenir les grands événements ne constituent pas une série harmonieuse, les uns suivant les autres comme les péripéties d’une pièce bien faite. Les entrées et les sorties n’ont pas l’air d’avoir été réglées. Parfois les mouvements des masses humaines tardent plus qu’il ne faudrait ; parfois, au contraire, ils se déclenchent trop tôt, et trop souvent ils donnent le spectacle, non pas même d’un drame, mais d’un horrible désordre.

4Est-ce là une nécessité inéluctable ? L’humanité civilisée est-elle condamnée à subir toujours passivement les transformations devenues inévitables ? Plus éclairée, mieux instruite des causes lointaines de ces grands faits, elle saurait, sinon les produire ou les prévenir à son gré, du moins les voir venir, les adoucir, et en modifier le caractère jusqu’ici fatal, brutal et inconscient. Que l’histoire, désormais un peu ordonnée par la raison, ne voie jamais se renouveler les horreurs dont nous avons dû être témoins ! Telle est l’espérance qui a pris corps dans beaucoup d’esprits, et qui tend à se réaliser dans la Société des Nations.

5Si elle ne doit pas être trompée, il faut, coûte que coûte, que l’Occident, malgré les difficultés qui l’assiègent, prête attention à ce qui se prépare en Extrême-Orient. Des signes avant-coureurs déjà assez manifestes y annoncent un mouvement d’une portée incalculable, gros de conséquences heureuses, si nous savons le comprendre, gros aussi de dangers : le monde jaune paraît s’ébranler et se mettre en marche vers nous. Si ce mouvement a réellement lieu, c’est une époque nouvelle qui commence. Jamais, jusqu’à présent, une même évolution historique n’a compris l’ensemble de la planète. Les agglomérations humaines les plus considérables ont vécu et se sont développées chacune de son côté. La civilisation occidentale, issue de l’antiquité classique et des religions du [873] proche Orient, et la civilisation extrême-orientale apparentée à celle de l’Inde ont suivi leur voie propre. L’une a eu pour centre la Méditerranée, l’autre l’océan Indien et le Pacifique. Non que les relations entre elles aient jamais été tout à fait nulles. Dès le temps des Romains, la soie chinoise avait trouvé son chemin vers l’Occident. De leur côté, l’art et les idées des Grecs ont pénétré dans l’Inde et ont été portés très loin par-delà l’Inde. Dans les temps modernes, les rapports entre les deux civilisations sont devenus de plus en plus importants, surtout après que l’Espagne, la France, la Hollande, l’Angleterre, eurent acquis des possessions en Extrême-Orient.

6Il est vrai néanmoins, dans l’ensemble, et malgré la transformation récente du Japon, que jusqu’à notre siècle ces deux grandes portions de l’humanité ont vécu d’une vie séparée. Plus exactement, l’une des deux seulement se portait vers l’autre : le rapprochement demeurait, si l’on peut dire, unilatéral, dû surtout à l’esprit d’entreprise des Européens. Les marchés de l’Extrême-Orient ont pris une valeur croissante aux yeux des grandes nations occidentales qui se les disputent, et en même temps, la civilisation de la Chine et du Japon, leurs arts, leurs langues, leurs religions, font l’objet, en Europe et en Amérique, de travaux toujours plus nombreux et plus approfondis. Mais, dans ce contact de plus en plus intime avec l’Occident, les peuples jaunes restaient à peu près passifs. Que savaient, et que voulaient savoir de lui les centaines de millions de Chinois, d’Annamites, de Malais qui étaient les uns ses clients, les autres ses serviteurs ou ses sujets plus ou moins forcés ? À peu près rien. Ils ne s’en souciaient pas. Leur mentalité, leurs croyances, leur manière de vivre différaient profondément de celles des blancs. Dans toute la force du terme, l’Occident, même présent, leur demeurait étranger. Aujourd’hui, en plus d’un point, cette attitude se modifie. À l’indifférence succède un intérêt croissant. Pour la première fois, l’Extrême-Orient se sent attiré vers l’Occident, ou du moins, désireux de ne plus l’ignorer. Pour la première fois, une pénétration mutuelle des deux mentalités, des deux civilisations va devenir possible.

7[874] Les causes de ce mouvement sont complexes, et de différente nature. Il en est de matérielles, qui se font sentir depuis longtemps, et dont l’effet va en s’accumulant : par exemple, la moindre durée des traversées, qui équivaut à une « contraction » des distances. Il ne faut plus que neuf jours pour franchir le Pacifique, de Vancouver ou de Seattle à Yokohama. On va, sans excès de vitesse, de Nagasaki à Manille en quatre jours, de Manille à Hong-Kong en quarante heures. Les grands cargo-boats, qui se multiplient, ne sont pas beaucoup plus lents que les paquebots-poste. Entre les deux rivages du Pacifique, entre les diverses régions de la côte asiatique, les relations commerciales sont aujourd’hui de plus en plus rapides, régulières et intimes. Ainsi cet immense Océan, qui séparait autrefois les pays comme une sorte de désert liquide, sert maintenant à les rapprocher. La vie de grandes villes comme Shanghaï, Hong-Kong, Singapour, le nombre extraordinaire des navires qui y passent, l’importance des affaires qui s’y traitent, en disent long sur l’enchevêtrement des intérêts qui se croisent là. Toutes proportions gardées, l’Extrême-Orient devient un théâtre d’opérations économiques comparable au proche Orient, et le Pacifique joue le rôle d’une Méditerranée pour les masses d’hommes qui vivent sur ses bords comme pour ceux qui les fréquentent.

8Il faut tenir compte, en second lieu, du contre-coup de la grande guerre. L’ébranlement qu’elle a déterminé s’est propagé de l’autre côté de la terre, à la façon d’une secousse sismique. Les tremblements se sont succédé, gagnant de proche en proche, et l’Extrême-Orient en a été remué comme le reste. Les esprits s’y agitent et les nations s’y sentent troublées. Ce sont bien là des faits d’ordre moral, mais ils revêtent la forme de phénomènes physiques, comme si cette guerre avait été une éruption volcanique d’une violence inouïe, semblable à celle du Krakatoa, dont les effets se sont continués pendant une longue période, et à des milliers de lieues de distance.

[…]

9[876] Presque toujours, à la suite de ces grandes commotions, un sentiment général d’instabilité apparaît. Le respect pour l’ordre établi diminue. L’invraisemblable, l’incroyable est arrivé : bien des choses, auparavant jugées impossibles, peuvent désormais se produire sans trop surprendre. L’armature des autorités traditionnelles se relâche, et, sur quelques points, elle craque. Le champ semble s’ouvrir aux chercheurs de nouveautés, parfois aussi aux fauteurs de réaction. Cet ébranlement social, trop évident dans le vieux monde occidental, s’observe aussi en Extrême-Orient.

[…]

10[879] Le développement du bolchevisme a été un grand fait européo-asiatique. Né en Russie d’Europe, il s’est propagé aussitôt au-delà du Caucase, en Asie centrale russe, plus récemment en Perse, et en Sibérie jusqu’au Pacifique. Il appartient donc autant à l’Asie qu’à l’Europe. Moralement, bien qu’il ait ses racines doctrinales dans le marxisme, il tient son tempérament et ses méthodes, pour une bonne part, de ce qu’il y a d’asiatique dans la mentalité russe. Les Allemands ne s’y sont pas trompés. À peine le gouvernement des soviets s’était-il établi, que les organes autorisés du socialisme allemand en caractérisaient les tendances destructrices. Ils ont prononcé contre lui, pour cette raison, une condamnation formelle. Les socialistes allemands majoritaires, a déclaré le Vorwärts, n’ont rien de commun avec ce socialismus asiaticus. Les indépendants, il est vrai, ont été d’un autre avis. Peut-être les majoritaires se rallieront-ils à eux sur ce point, si le bolchevisme évolue et s’adapte aux conditions nécessaires de la production. Mais leur formule était significative. Elle n’exprimait pas seulement le mépris bien établi que tant d’Allemands professent pour les Russes. Elle allait plus loin. Elle mettait le doigt sur les éléments qui, dans la théorie et surtout dans la pratique du bolchevisme, sont étrangers à la mentalité européenne.

[…]

11[880] Naguère encore, en Extrême-Orient, le coolie était respectueux, obéissant, soumis, et sinon toujours content de la façon dont il était traité, du moins empressé à le paraître. Il dissimulait au besoin son ressentiment ou sa colère. Conscient de l’inégalité des races, il acceptait sans murmure, et peut-être sans réflexion, la supériorité du blanc, et la nécessité de le servir. Le blanc possède la richesse et la force, donc il est le maître. C’était comme une loi de la nature, dont les effets ne sont pas toujours agréables, mais dont nul ne s’étonne et que personne ne songe à mettre en question. Aujourd’hui, les sentiments du coolie se sont modifiés, et par suite son attitude a changé. Il travaille le moins possible, obéit souvent de mauvaise grâce, et quand il peut le faire sans risque, manque de respect à l’Européen. Il est toujours prêt à réclamer âprement ce qu’il croit son dû, rarement satisfait de ce qu’il reçoit, et il supporte avec peine tout ce qui implique la supériorité du blanc. « Je ne reconnais pas l’indigène, disait récemment un grand planteur de Java, établi depuis longtemps dans le pays. Autrefois, c’était la soumission même. Maintenant, si dans une plantation de caoutchouc le contremaître réprimande un indigène, parce qu’en « saignant » un hévéa il l’a blessé, le Malais pose froidement ses outils à terre, et s’en va. » Et le planteur de porter les pronostics les plus sombres sur l’avenir des colons européens. Mêmes doléances, non moins vives, en beaucoup de points de l’Indochine française. L’indigène exige un salaire de plus en plus haut pour un travail de moins en moins productif. Il est presque toujours mécontent, souvent cassant, à cheval sur ses droits. Que le blanc, exaspéré, lève la main sur lui, l’Annamite aussitôt ira porter plainte pour coups et blessures.

[…]

12[881] Java nous fournit l’exemple peut-être le plus saisissant de cette évolution imprévue. On sait à quel degré d’extrême docilité les méthodes hollandaises de colonisation avaient réduit les indigènes, et les marques extraordinaires de respect auxquelles ils avaient été dressés. Les temps sont bien changés. Dans les plantations de cannes à sucre, les indigènes n’ignorent pas les bénéfices incroyables que les propriétaires et les directeurs de sucreries ont réalisés dans ces dernières années, et ils trouvent injuste de ne pas en recevoir une bonne part. Dans les grandes villes, des syndicats professionnels sont devenus nombreux et puissants. Des agitateurs, hollandais ou malais, appellent les indigènes à des meetings où beaucoup d’entre eux se rendent. Ils comprennent plus ou moins bien les principes sur quoi les revendications se fondent. Mais elles leur plaisent, et ils sont tout de suite prêts à les soutenir. Plus d’une fois, les chauffeurs d’automobile, par exemple, ont imposé leurs exigences à leurs patrons. La main-d’œuvre indigène, en général, se rend compte qu’on ne peut pas se passer d’elle : elle prend de plus en plus conscience de son pouvoir, et elle élève ses prétentions en conséquence. Les prétentions des indigènes ! parole inouïe, inconcevable, inimaginable pour les anciens colons. Pourtant, il faut bien aujourd’hui avaler cette amère pilule.

13L’administration hollandaise se fait complaisante et gracieuse à l’égard des indigènes. Ceux-ci sont au nombre de trente-cinq à quarante millions, contre cent mille blancs à peu près, dont beaucoup vivent isolés à l’intérieur des terres. Ils savent, en outre, que les Japonais, déjà assez nombreux à Java, et qui ont du sang malais dans les veines, se donnent volontiers pour leurs protecteurs naturels. Les Hollandais le savent aussi : ils sont fort aimables, à l’occasion, pour les Japonais. Ils ne le sont pas moins pour les indigènes, à qui, tout récemment, ils ont dû reconnaître des droits politiques importants. Veut-on de ces petits faits qui en disent long ? Le [882] gouverneur des Indes néerlandaises, comte van Limburg-Stirum, a la jouissance, dans l’admirable jardin botanique de Buitenzorg, d’un château dont les abords sont interdits au public, même lorsqu’il n’y réside pas. Depuis quelque temps, le tennis-court de ce château est placé deux fois par semaine à la disposition des indigènes. Autrefois, ils auraient été admis, tout au plus, à l’honneur de ramasser les balles. Mais voici mieux encore. Il y a quelques mois, un Malais se blessa en travaillant dans le jardin du gouverneur à Batavia, et fut transporté à l’hôpital pour y être soigné. La comtesse van Limburg-Stirum pensa bien faire en allant le voir, accompagnée de ses dames d’honneur. Elle lui apportait un bouquet d’orchidées. Arrivée près de son lit, elle lui offre les fleurs, et lui dit en malais : « C’est pour t’aider à guérir plus vite. » Le pauvre homme, abasourdi par cette visite extraordinaire, et ne comprenant rien à la gracieuseté de la comtesse, crut qu’elle lui apportait un remède magique qui lui rendrait tout d’un coup la santé. Il saisit les orchidées… et les avala.

14Peut-être, pour satisfaire les indigènes, faudra-t-il bientôt, à Java, et dans les autres colonies ou protectorats de l’Extrême-Orient, autre chose que des attentions délicates, dont ils n’apprécient sans doute pas la saveur autant que les blancs qui en sont témoins. Ce n’est pas en vain que tant de milliers d’Asiatiques sont venus en Europe, et surtout en France, pendant la guerre, qu’ils se sont trouvés en contact, dans nos usines, avec nos travailleurs, qu’ils ont entendu formuler les griefs et les revendications de la classe ouvrière, qu’ils ont été mis au courant de ses efforts, de ses succès et de ses revers, et de ses espérances invincibles. Quoi d’étonnant, s’ils réclament à leur tour des salaires plus élevés et de meilleures conditions de travail ? Il faut même s’attendre, dans un avenir prochain, à des exigences croissantes d’ordre politique. Comme aux Philippines, comme aux Indes, comme en Égypte, les indigènes, tôt ou tard, voudront partout s’administrer et se gouverner eux-mêmes. L’autonomie ne leur paraîtra plus suffisante. Rien que l’indépendance complète ne les contentera plus. Ce qui n’est aujourd’hui, en Indochine par exemple, que la protestation négligeable d’un, très petit groupe d’extrémistes, peut devenir l’exigence des masses populaires, [883] gagnées par la contagion des nations voisines, et lasses d’obéir à des maîtres étrangers, fussent-ils doux, sages et désintéressés.

15Toutefois, les plus impatients de ce que l’on peut appeler les nationalistes de l’Extrême-Orient sentent presque tous qu’il ne serait pas possible de passer tout d’un coup du régime actuel à celui qu’ils demandent. Dès à présent, ils estiment que les emplois subalternes devraient être réservés aux indigènes. Mais les fonctions supérieures, surtout dans les services techniques, comme les travaux publics, supposent un savoir que les Européens sont encore seuls à posséder. Une période de transition est donc nécessaire, et l’on s’y résigne, à condition que cette transition soit rapide et effective, c’est-à-dire que la part faite aux indigènes dans l’administration devienne de plus en plus grande, dès cette période même, tandis qu’ils se préparent à l’occuper tout entière. Seule, une instruction solide, et comparable à celle des Européens, les en rendra capables. La culture scientifique leur apparaît ainsi comme l’instrument indispensable et suffisant de leur libération. Elle seule leur permettra de se considérer définitivement comme majeurs ; et de rejeter sans dommage la tutelle importune des blancs. C’est donc l’instruction — enseignement primaire pour la masse, secondaire et supérieure pour l’élite, — qui est une des premières et presque la plus pressante de leurs revendications.

16Il ne s’agit pour eux, bien entendu, que de l’instruction au sens strict du mot, et non pas des principes généraux de la vie morale, sociale et religieuse. Rien ne donne à penser que les jaunes soient moins attachés aujourd’hui qu’autrefois aux croyances fondamentales dont ils vivent depuis de longs siècles. Au contraire, le spectacle que l’Occident leur offre ne leur inspire nulle envie d’adopter ni ses religions, ni sa morale, ni sa conception générale du monde. Sur ce point capital, leur vieille civilisation leur semble au moins l’égale de la nôtre qu’ils jugent à ses fruits, c’est-à-dire à la façon d’agir, publique ou privée, des Occidentaux. Il y a peu d’apparence qu’ils [884] changent de sentiment. Leurs convictions essentielles sont au moins aussi fermement assises que les nôtres. Si la politesse et la prudence orientale leur permettaient de dire crûment ce qu’ils pensent, notre amour-propre subirait une épreuve assez désagréable,

17La supériorité qu’ils reconnaissent à notre civilisation est donc simplement celle qui provient du savoir scientifique et des applications qui en découlent, c’est-à-dire des techniques de toutes sortes, et en particulier du machinisme et de l’organisation industrielle. Elle ne donne pas nécessairement à ceux qui la possèdent une valeur humaine plus haute. Mais elle leur procure la force matérielle, la richesse, la puissance, par suite, le moyen d’imposer leur domination à des peuples moins instruits, et de les exploiter plus ou moins cruellement. Cette culture intellectuelle, ces sciences et leurs applications, on peut se les assimiler sans rien abandonner de ce que l’on tient pour sacré : l’exemple du Japon le prouve. Que les populations jaunes l’acquièrent donc ! Elles seront alors en état de s’administrer elles-mêmes, de mettre en valeur, à leur profit, leurs richesses naturelles, de conquérir, s’il le faut, et de protéger leur indépendance.

18Cette confiance sans réserves dans le pouvoir de l’instruction s’explique aisément par le spectacle de la transformation récente du Japon, et des avantages extraordinaires qu’il en a tirés. Son cas est pourtant très particulier. Le peuple japonais est animé d’un patriotisme ardent ; il est dirigé par une aristocratie imbue de traditions militaires et à l’occasion conquérantes. Forcé d’entrer en relation avec les nations occidentales, il a voulu être sûr de résister victorieusement à toute agression de leur part, et pouvoir s’agrandir quand il en trouverait le moment favorable : il lui fallait pour cela atteindre au même degré de culture scientifique que ceux dont il prétendait être l’égal. À force d’application patiente et d’énergie, il y est parvenu, du moins en ce qui concerne les sciences qu’il juge nécessaires. Mais il ne perd pas de vue le but précis où il tend. Si la science est désirée et recherchée, c’est pour la force qu’elle seule confère, et non pas pour sa valeur propre. On ne reconnaît pas qu’elle ait en elle-même sa raison d’être indépendante. Peut-être le gouvernement n’en autoriserait-il [885] pas les recherches, si elle n’était indispensable aux techniques sans lesquelles on ne pourrait tenir tête aux Occidentaux. L’article premier de l’ordonnance impériale du 5 décembre 1918, qui régit les universités, s’exprime en ces termes : « Les universités doivent avoir pour objet l’enseignement des sciences, théoriques et pratiques, nécessaires aux fins que l’État poursuit, et les recherches originales dans lesdites sciences… » La science ainsi conçue devient la servante, non pas de la théologie, comme dans l’Europe du Moyen Âge, mais des intérêts de l’État.

19Le Japon n’a donc emprunté à l’Occident que son acquis et ses méthodes scientifiques, mais non pas l’esprit même de sa science, ce qui en est l’âme, ce qui en a fait la grandeur et la fécondité : la poursuite désintéressée du vrai pour la pure satisfaction de l’intelligence. Il n’a pas jugé nécessaire d’aller jusque-là. Il y répugnerait peut-être, comme à tout ce qui tend à dépasser le cercle de l’horizon national. Il a simplement voulu se rendre apte, en restant tout à fait lui-même, à contrebattre les artilleries blanches sur tous les terrains, et à tenir son rang dans la lutte économique. Rien de moins, mais rien de plus. Herbert Spencer aurait dit que le caractère militaire de cette nation la rend énergiquement conservatrice. Prête à s’assimiler, même au prix de rudes efforts, ce qu’elle croit utile au développement de sa puissance, elle se garde jalousement contre toute intrusion d’un esprit nouveau. Les autres parties du monde jaune demeurent attachées, elles aussi, à leurs idées et à leurs croyances fondamentales. Mais cet esprit conservateur n’y est pas empreint de défiance au même degré qu’au Japon. On s’y montre souvent plus accessible à la philosophie sociale de l’Occident. On y invoque, au besoin, les principes proclamés surtout par ses penseurs du xviiie siècle : le respect dû à la personne humaine, et à ces personnes morales que sont les nations, grandes ou petites. La Corée, par exemple, quand elle fait entendre ses protestations, en appelle au droit pour les peuples de disposer d’eux-mêmes. Aux Philippines, les indigènes, dans leur lutte contre la domination espagnole, se sont inspirés de ces principes. Aujourd’hui encore, c’est en leur nom qu’ils réclament une indépendance complète, malgré les avantages et les bienfaits [886] dont ils sont redevables à l’administration américaine, et bien que les plus intelligents de leurs hommes politiques se rendent compte du grave danger extérieur auquel cette indépendance les exposerait.

20En Indochine française, un parti qui se donne pour le véritable représentant des indigènes se fonde aussi sur ces principes quand il demande pour eux une large instruction publique, à tous les degrés d’enseignement. La question, dans les milieux français, fait l’objet de discussions passionnées. Ceux qui sont d’avis de refuser ne tarissent pas en prédictions sinistres pour l’avenir de la colonie, au cas où l’on passerait outre à leurs avertissements. « Donner l’instruction primaire au nha-quê ! (paysan annamite) : c’est une folie. Vous allez faire une multitude de déclassés et de déracinés, graine de mécontents et d’insurgés. Dès qu’un indigène sait dire : « Bonjour, monsieur », il croit qu’il parle français. Il en conclut aussitôt qu’il est au-dessous de lui d’aller pieds nus et de travailler dans la rizière. Il se voit déjà fonctionnaire, et il prétend porter des souliers. C’est un homme perdu pour le travail utile, et un instrument tout prêt pour les pires agitateurs. Ceux-ci d’ailleurs ne sont pas loin. Vous les formez vous-mêmes à plaisir, dans votre Université, dans vos écoles supérieures, ou en les envoyant faire des études en France. La culture occidentale, inassimilable pour des esprits vieillots et puérils, comme sont les Annamites, leur inocule des ambitions incompatibles à la fois avec leur capacité naturelle et avec la présence des Français dans le pays. Vous cultivez, vous multipliez les pépinières de nationalistes irréconciliables. Vous ne tarderez pas à récolter ce que vous aurez semé. Dans l’intérêt des colons, dans l’intérêt de la métropole, dans l’intérêt des indigènes eux-mêmes, ne donnez pas aux cerveaux annamites un aliment qui se tournera en poison. Nous sommes meilleurs juges qu’eux de ce qui leur convient. »

21À quoi les partisans de l’autre politique répondent : « Cette attitude purement négative n’est ni juste ni habile. Quand l’élite des indigènes réclame pour eux l’instruction à tous les degrés, est-il digne de la France de fermer l’oreille à une demande en soi si légitime ? Sa « mission civilisatrice » ne [887] deviendrait-elle pas alors une hypocrisie et un mensonge ? Les indigènes ne seraient-ils pas fondés à dire qu’on veut les maintenir dans l’ignorance afin de les exploiter plus aisément ? Quant à croire que l’instruction plus répandue entretiendra et aggravera la poussée nationaliste, la peur est ici peu clairvoyante, en même temps que mauvaise conseillère. Si vous refusez aux indigènes l’enseignement qu’ils se croient en droit de recevoir, leurs revendications politiques n’en seront que plus âpres et plus violentes. Si vous le leur accordez sagement, vous vous concilierez, au moins pour un temps, les plus éclairés et les plus avancés. Peut-être une partie d’entre eux vous en aura-t-elle une reconnaissance sincère. Que le gouvernement leur fasse une part de plus en plus large dans les fonctions publiques, au fur et à mesure qu’ils deviendront aptes à les exercer, et la colonie pourra, un peu comme les dominions britanniques, tendre vers l’autonomie, sans cesser d’être attachée à la France qui sera vraiment sa mère-patrie spirituelle. Une politique libérale et généreuse, sans être certaine d’un tel avenir, peut du moins se le promettre raisonnablement ; mais ne sentez-vous pas où vous conduirait un refus obstiné ? La « manière forte » n’est plus de mise. Comment imaginer que, entre les Indes dressées contre la domination anglaise, les Philippines autonomes et peut-être bientôt indépendantes, la Chine si avide d’esprit moderne, le Japon grande puissance jaune, on puisse conserver, comme en vase clos, une Indochine du type des anciennes colonies d’exploitation ? Soyez justes et humains, comme il convient à des Français. Soyez des éducateurs pour ce peuple qui vous demande de l’instruire. Essayez de vous faire aimer c’est la meilleure politique et la plus sûre. »

22C’est précisément la politique que M. Sarraut a suivie, et avec un plein succès, dans une période délicate ; c’est aussi celle que le nouveau gouverneur général, M. Maurice Long, se propose de continuer. À vrai dire, les deux systèmes ont leurs dangers. Il ne saurait être question de les examiner ici. Mais, à tout prendre, la sécurité que promet la « manière forte » est trompeuse, et les périls qu’elle engendre sont les plus probables et les plus graves de tous. L’autre politique semble avoir plus de chances de réussir, à condition qu’elle [888] soit pratiquée avec tact, avec esprit de suite et avec une connaissance approfondie du tempérament et de la mentalité indigènes. Il lui faut procéder prudemment, calmer les impatiences, ménager les transitions, éviter avant tout de faire des « ratés » inutilisables et aigris, ferment redoutable au milieu de masses populaires encore ignorantes. C’est peu à peu seulement que la pensée et les méthodes scientifiques européennes pourront être digérées par ces esprits nourris depuis tant de siècles d’une culture toute différente.

23Malgré son impuissance politique actuelle, qui l’expose aux coups et aux entreprises de l’étranger, malgré la rupture entre le Nord et le Sud, la Chine reste le centre de gravité principal du monde jaune. Au point de vue économique, d’abord, cette masse de près de quatre cents millions d’âmes, remarquablement homogène, constitue un marché sans pareil, objet d’ardentes convoitises, et les grandes puissances se le disputent. Ses richesses naturelles commencent à peine à être exploitées, ou, pour mieux dire, à être connues, puisque, malgré son charbon et ses mines, la seule grande industrie de la Chine, jusqu’à présent, a été l’agriculture. Encore celle-ci pourrait-elle, si grandes que soient les qualités proverbiales du paysan chinois, gagner beaucoup à adopter les méthodes modernes. Les ressources de cet immense pays sont pratiquement illimitées il ne leur manque que d’être mises en valeur. Un ingénieur compétent disait récemment que dans un siècle Pékin serait peut-être devenu le centre de chemins de fer le plus important du monde.

24D’autre part, la Chine n’a pas perdu sa force d’expansion. Elle n’est plus conquérante comme autrefois, lorsque d’une poussée plus ou moins lente, mais irrésistible, ses soldats et ses colons se rendaient peu à peu maîtres de l’Indochine, du Tibet, de la Mongolie, de Formose et d’autres îles du Pacifique. Aujourd’hui, ses commerçants ont pris leur place. Aux Hawaï comme aux Philippines, en Indochine comme à Singapour, comme aux Indes néerlandaises, partout le négociant chinois finit par l’emporter sur ses concurrents, blancs [889] ou jaunes. Il est intelligent, travailleur, économe, prévoyant, il a l’esprit d’association et le génie de la spéculation. Que de fois a-t-on vu un Chinois, arrivé sans un sou dans une ville, y posséder quelques années plus tard son magasin et sa maison ! Là où ils se sont établis, le petit commerce, en général, est à peu près exclusivement entre leurs mains. Les grandes affaires ne leur réussissent pas moins. À peu d’exceptions près, les rois du riz, en Cochinchine, les rois du sucre, à Java, sont des Chinois. Ce succès constant prouve la permanence au moins de certaines qualités foncières qui ont contribué jadis à la grandeur de la Chine. Mais suffiraient-elles à elles seules à lui rendre le rang qu’elle doit occuper parmi les nations ? N’a-t-elle pas besoin d’un grand effort pour se relever ?

25C’est précisément cette « restauration » de son pays que se propose, en ce moment, une jeunesse studieuse et passionnée, toute frémissante d’espoir et d’enthousiasme, sous la conduite de quelques chefs en qui elle a confiance. Son but est de tirer la Chine de la décadence matérielle et intellectuelle où elle s’est enlisée depuis des siècles. Il s’agit de réveiller son énergie et de lui rendre conscience d’elle-même. Cette tentative n’a pas de précédent en Chine. Certes plus d’un réformateur y a paru ; mais aucun jusqu’à présent n’avait conçu l’idée de s’écarter de l’idéal traditionnel formulé par la sagesse des ancêtres. Celle-ci se suffisait à elle-même, sans se soucier de ce qui avait pu être pensé ou découvert ailleurs. Les étudiants chinois d’aujourd’hui ont renoncé à cette foi exclusive. Sans être injustes envers leur passé, envers leur philosophie, leur art, l’ensemble de leur civilisation, ils sentent vivement ce qui lui fait défaut, et ils se tournent vers l’Occident. Non pas seulement, comme a fait le Japon, afin d’utiliser les sciences et les techniques européennes, tout en restant fermés à l’influence étrangère, mais en disciples véritables, aussi désireux de pénétrer l’esprit de notre société que de s’assimiler notre savoir.

26Là est leur originalité. Là est le grand événement historique que le tumulte actuel de l’Europe ne devrait pas nous empêcher d’apercevoir et de comprendre. Pour la première fois, l’élite intellectuelle d’une partie importante de l’humanité, [890] qui jusqu’à présent avait choisi de rester isolée, demande à s’initier à la pensée de notre Occident, à s’instruire dans nos sciences, et, sans abandonner les principes de sa vie spirituelle, à puiser aussi aux sources de la nôtre. À sa suite, elle amène une énorme masse humaine, qui n’est pas, en moyenne, inférieure à celle de l’Occident. Comme inventeurs, artistes, poètes, colons, les Chinois, on le sait, ne l’ont cédé, à aucun peuple. Ne croyons pas que de ce passé, il ne leur reste qu’un vain prestige et un souvenir sans vertu. Les qualités de leur intelligence sont intactes. Ceux qui les connaissent bien, pour avoir vécu longtemps avec eux, sont unanimes à leur rendre ce témoignage. Mis à la même école que les Européens et les Américains, formés aux mêmes méthodes, munis d’une écriture simplifiée et commode, les Chinois ne se laisseront pas facilement dépasser. Ils feront honneur à leurs maîtres. Et comme leur autorité morale et leur influence sont restées, même aujourd’hui, considérables en Extrême-Orient, il leur sera aisé de devenir, à leur tour, les guides spirituels et les éducateurs du reste du monde jaune, ainsi qu’ils l’ont été jadis, même au Japon.

27Pour atteindre la fin qu’ils recherchent, les réformateurs chinois ont recours aux moyens qui devaient naturellement se présenter à leur esprit. Ils envoient en Europe et en Amérique le plus grand nombre possible de jeunes gens, destinés à devenir, à leur retour en Chine, des maîtres et des instructeurs, soit dans l’enseignement, soit dans l’industrie. Plusieurs milliers d’étudiants sont déjà partis, les uns pour travailler dans les universités occidentales, les autres pour se former dans des écoles spéciales professionnelles. Beaucoup ont été placés dans des usines. En même temps on demande des maîtres à l’Occident. Ainsi, l’un des plus éminents professeurs de l’université Columbia, à New-York, M. John Dewey, célèbre pour ses travaux de philosophie et de pédagogie, vient d’enseigner pendant un an à l’université de Pékin, et il va y continuer ses leçons qui ont obtenu un vif succès.

28Mais c’est surtout à la France que s’adressent en ce moment la jeunesse studieuse de la Chine, et ceux qui la dirigent. Malgré les avantages que procure l’anglais, langue « inter-[891]coloniale » de tout l’Extrême-Orient, c’est le français qu’ils s’efforcent d’apprendre d’abord. C’est en France que les étudiants chinois de tout ordre veulent aller se former. Si tous ceux qui en ont l’ambition trouvaient les ressources nécessaires pour faire le voyage et pour vivre en France, c’est par milliers qu’il faudrait les compter. Une université franco-chinoise s’organise à Lyon : plusieurs centaines d’étudiants y sont déjà arrivés de Chine. Un grand nombre d’autres, pour se mettre en état de suivre avec profit les cours des Facultés, ont pris place dans les classes supérieures de quelques lycées et de quelques collèges de province. À la Sorbonne, un institut d’études franco-chinoises a été fondé cette année. Un des orateurs qui ont pris la parole à son inauguration, M. Painlevé, ancien président du Conseil, est parti peu de temps après pour la Chine, chargé d’une mission officielle. À Pékin, les anciens élèves de l’École libre des Sciences politiques se sont groupés en une société amicale, où ils entretiennent le souvenir de leurs maîtres de Paris. M. Lévy-Bruhl, professeur à cette école et à la Sorbonne, de passage à Pékin au printemps dernier, a fait une leçon à l’université de cette ville, et les étudiants sont venus l’entendre en foule.

29Cette préférence marquée de l’élite intellectuelle chinoise pour des maîtres français s’explique par des raisons dont les unes tiennent aux circonstances présentes, tandis que les autres sont plus profondes. Parmi les premières, il faut citer d’abord le prestige de la victoire qui, dans le triomphe commun des Alliés, auréole la France d’une gloire particulière. Quoi qu’ait pu dire une presse qui ne nous voulait pas beaucoup de bien, et peu empressée à mettre en lumière ce qui nous est favorable, bien peu de gens, en Extrême-Orient, ignorent que l’honneur d’avoir gagné la guerre sur les champs de bataille revient surtout à la France. Qui le leur a donné à croire ? Est-ce le retentissement de l’épopée de la Marne et de celle de Verdun ? Est-ce la ténacité et l’endurance du soldat français pendant tout le cours de cette si longue guerre ? Est-ce le fait que la victoire décisive est venue lorsqu’un généralissime français a commandé toutes les armées de l’Entente ? Je ne sais ; mais cette conviction est unanime, et [892] la France en a le bénéfice. Son industrie et son commerce devraient en profiter : les produits français sont en faveur, et on les recherche — trop souvent sans pouvoir se les procurer. Bref, des nations occidentales, c’est la France qui a, en ce moment, le rayonnement le plus éclatant et le plus intense en Extrême-Orient.

30En même temps, les Chinois savent qu’ils n’ont pas à craindre que la France abuse de sa force à leurs dépens, comme a fait l’Allemagne, quand elle a contraint la Chine à lui céder Kiao-Tcheou et des droits sur le Chan-Toung qui ont passé depuis en des mains encore plus redoutables. Aussi bien, le prestige de la force militaire n’est pas le plus précieux aux yeux des Chinois. Au cours de leur histoire millénaire, ils ont connu de puissants vainqueurs et des conquérants formidables, qu’ils ont méprisés comme des barbares qu’ils étaient, même quand ils ont dû les subir pour un temps. C’est en tant que patrie commune des esprits libres, en tant que mère des doctrines d’émancipation politique et sociale, que la France attire la jeunesse chinoise avide de liberté et de justice. Ce qu’ils aiment par-dessus tout dans la France, c’est le pays des « philosophes », de Montesquieu, de Voltaire, de Rousseau, d’Auguste Comte, le pays des historiens comme Michelet, des poètes comme Hugo, des tribuns comme Jaurès, qui, dans leur magnifique langage, ont exprimé à la fois le génie propre de la France et l’idéal commun de l’humanité.

[…]

31[893] S’il en est ainsi, si une sorte d’instinct clairvoyant et d’affinité élective pousse la jeunesse chinoise à se tourner vers l’ « intelligence » française, et à chercher en elle son guide naturel, quelle faute ne serait-ce pas que de rester indifférent à son appel ! Au moment même où les masses humaines de l’Extrême-Orient tendent à sortir de leur isolement immémorial, sous l’action des causes que l’on a vues plus haut, la Chine — un monde à elle seule dans le monde jaune — s’adresse aux maîtres français et leur dit « Prenez la fleur de ma jeunesse initiez-la à vos sciences et à vos méthodes, à votre droit, à votre philosophie. Nous voulons nous instruire pour nous affranchir. Rendez-nous capables d’entrer dans la Société des Nations libres, non pas comme un étranger à qui, par politesse, on offre un siège dans un salon où il ne comprend personne, mais comme un peuple de haute culture intellectuelle, qui travaillera avec vous à la paix du genre humain. » Y a-t-il une tâche plus belle que celle-là ? Sans doute, elle sera difficile. Elle demandera beaucoup d’esprit de suite et de persévérance. Elle se heurtera à des défiances, à des rivalités, à des malveillances, peut-être à des malentendus. Mais, si dans les deux pays on est fermement convaincu de son importance, elle sera néanmoins menée à bonne fin.

32La France, en tout cas, aurait grand tort de ne pas l’entreprendre, et de ne pas faire tout ce qui dépend d’elle pour l’accomplir. Je ne parle même pas des avantages qui en découleraient pour elle, indirectement. Dût-elle n’en tirer aucun, cette œuvre devrait encore la tenter plus que toute autre. Mais les nations, comme les individus, manquent parfois, au moment décisif, de l’imagination nécessaire pour distinguer leur véritable intérêt. Esclaves de maximes politiques traditionnelles, qui n’ont plus d’application utile, elles s’épuisent alors à persévérer dans des directions qui ne [894] les conduisent à rien, et elles passent, sans le voir, à côté du but nouveau où elles devraient tendre.

33Dans l’état actuel du monde, la domination politique d’un peuple sur un autre, même de culture moins avancée, n’a plus qu’un caractère précaire. Aucune population ne supporte plus guère d’être « protégée ». Pour peu qu’un peuple ait conscience de lui-même, aujourd’hui, il veut s’appartenir. Rien ne peut réconcilier une nationalité, qui se croit opprimée, avec le gouvernement de l’étranger. Les avantages matériels qu’elle y trouve ne l’empêchent pas de se sentir exploitée ; ils ne compensent jamais, à ses yeux, la violence qu’elle subit. De là des revendications incessantes qui s’aigrissent et s’exaspèrent, et des conflits sans issue. Au contraire, une influence tout intellectuelle et morale, librement acceptée, et même sollicitée, comme celle que la Chine attend de la France, ne peut qu’établir entre les deux peuples une affection durable. Ces conquêtes-là ne coûtent ni sang, ni larmes. Elles excitent moins de jalousie que les autres : dans le domaine des idées, la concurrence est toujours libre. Seules elles sont dignes, au xxe siècle, d’une France fidèle, dans la victoire, à son génie essentiellement humain.

Haut de page

Notes

1 Nous avons indiqué dans le cours du texte, en gras et entre crochets, la pagination d’origine. Les coupes sont signalées par […].

Haut de page

Table des illustrations

Titre [L. Lévy-Bruhl], « L’ébranlement du monde jaune », Revue de Paris, XXVII, n° 5, 15 octobre 1920, p. 871-894.
Légende Source : Gallica/Bibliothèque nationale de France, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k17573f/​f871.image (consulté le 29 novembre 2018).
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/1178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucien Lévy-Bruhl, « L’ébranlement du monde jaune », Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 243-256.

Référence électronique

Lucien Lévy-Bruhl, « L’ébranlement du monde jaune », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 04 mars 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1178

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals