Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres
La technologie, science humaine ?

De quoi la technologie est-elle le nom ?

Technology is the name for what?
Anne Saada
p. 267-274

Texte intégral

1Les réflexions qui suivent ont été présentées lors d’une discussion organisée par le Centre Alexandre-Koyré à l’occasion de la parution de La Technologie générale. Johann Beckmann Entwurf der algemeinen Technologie / Projet de technologie générale (1806), sous la direction de Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez et Jochen Hoock (Presses universitaires de Rennes, 2017). Cet ouvrage est construit autour de la traduction du traité de Johann Beckmann, Projet de technologie générale, paru l’année où le Saint-Empire s’effondra. Huit contributions encadrent le texte de l’auteur allemand. Elles sont pour la plupart écrites sous l’angle de l’histoire de la pensée économique ou de l’histoire de la technologie.

  • 1 Carnino, Hilaire-Pérez, Hoock, 2017, 15.

2Le commentaire proposé ici ne constitue pas un compte rendu de l’ouvrage. À distance des éditeurs du livre, mon propos n’est pas d’analyser ce que la « technologie comme science de la technique et savoir d’État1 » doit à Beckmann, mais de montrer ce que la pensée de Beckmann doit à l’université allemande et, plus précisément, à celle de Göttingen. Pendant quarante ans, Beckmann a été professeur dans cette université fondée en 1734 dans l’électorat du Hanovre et devenue rapidement un haut lieu de l’Aufklärung (Lumières). Pour faire carrière, Beckmann a dû se plier aux exigences de l’université. C’est la trajectoire de Beckmann à Göttingen en relation avec les contraintes institutionnelles imposées par le cadre universitaire, qui est au cœur de l’argumentation développée ici. Replacer la technologie de Beckmann dans le contexte de l’université allemande au xviiie siècle conduit inévitablement à « désingulariser » l’auteur, ce qui permet en retour de mieux cerner sa spécificité.

  • 2 Le Cam, 2013.

3Un dénominateur commun unit l’université de Göttingen aux universités allemandes : c’est celui de la concurrence. Cette concurrence a constitué un principe dynamique de l’évolution de l’université allemande et, plus généralement, du développement des territoires dans l’Empire2. Mon objectif ici est de montrer comment la compétition a joué un rôle dans l’introduction de l’économie à Göttingen – dont la technologie a constitué l’une des branches – et, par conséquent, d’inviter à prendre en compte la concurrence parmi les facteurs qui ont participé à l’émergence de la technologie comme discipline universitaire.

  • 3 Carnino, Hilaire-Pérez, Hoock, 2017, 20.
  • 4 Frensdorff, 1901, 511.
  • 5 Ibid.
  • 6 Wakefield, 2009, 26-75.

4Le contexte qui a porté Beckmann à Göttingen est – entre autres – celui de la concurrence interuniversitaire et interterritoriale. Il existait alors une quarantaine d’universités dans le Saint-Empire. Dans le domaine de l’économie, définie ici comme la branche des sciences camérales qui traite de « la gestion de la richesse des personnes privées ou des ménages3 », l’université de Halle (1694) dans les années 1730 avait joué un rôle moteur. Bien que l’université de Göttingen se soit inspirée à plusieurs égards de celle de Halle, il n’avait pas été envisagé, au début, de fonder une chaire d’économie dans la jeune institution hanovrienne4. L’économie cependant était présente dans les programmes de l’université, mais jusqu’aux années 1750, elle n’était pas enseignée par des spécialistes5. Le premier professeur à porter cette discipline à Göttingen fut Johann Heinrich Gottlob von Justi. Il avait été nommé en 1755 à Göttingen comme directeur de la police (Polizey) et pour enseigner le caméralisme et l’économie à l’université. Mais dès 1757, il quittait Göttingen6.

  • 7 Saada, 2018, 181-182.

5Pour les autorités de Göttingen, au début des années 1760, c’est dans le duché de Deux-Ponts que se trouvaient les sociétés en pointe spécialisées dans le domaine de l’économie. C’était le sens d’une lettre que Gerlach Adolph von Münchhausen, alors ministre principal du Hanovre et curateur de l’université de Göttingen, adressait en 1764 au professeur de droit public, Johann Stephan Pütter. Cette année-là, Münchhausen avait chargé Pütter d’accompagner l’envoyé du Hanovre à l’élection impériale à Francfort, afin que – entre autres missions –, il noue des relations pour obtenir des informations qui pourraient être utiles à l’université7 :

  • 8 Pütter, 1798, vol. 1, 442, note s [remarque : toutes les traductions dans cet article ont été fait (...)

Il est désormais de notoriété publique que dans le duché de Deux-Ponts, plusieurs bonnes institutions économiques ont vu le jour, qui ne sont pas seulement orientées vers l’abstraction et la théorie, mais vers l’utilité et dont le but est de contribuer à proposer des mesures pour améliorer l’exploitation des terres et pour une meilleure alimentation du bétail. Vous rencontrerez certainement à Francfort quelqu’un qui pourra vous en parler. Dans ce cas, vous me feriez un plaisir immense si vous pouviez me procurer contre une somme généreuse une description détaillée des mesures qui ont été prises – imprimées et non imprimées – ainsi que de ces institutions, et si vous pouviez aussi parvenir à savoir qui a la responsabilité des affaires économiques dans le duché (et comment la chose est organisée). D’après ce que j’ai lu dans le journal de Leipzig, celui qui tient la plume dans cette affaire est un homme très habile. J’avais aussi envisagé que le professeur Achenwall prenne en charge l’économie et qu’il enseigne cette discipline. L’étude de l’économie est partout en plein essor. À Francfort, vous trouverez certainement tous les ouvrages importants parus depuis plusieurs années en français, en anglais, en allemand, dans le domaine de cette économie. Je vous autorise à les acheter tous, pour autant qu’ils ne se trouvent pas encore à Göttingen [...]8.

  • 9 Ibid., vol. 1, 442.
  • 10 Drut-Hours, 2004, 77, note 18.
  • 11 Pütter, 1798, vol. 1, 443.

6Autrement dit, l’université de Göttingen serait en retard pour l’enseignement de l’économie, discipline qui était en plein développement dans le duché de Deux-Ponts, mais plus largement en Allemagne et en Europe. Pour Münchhausen, il n’était pas question de faire l’impasse sur une discipline moderne et qui était nécessaire à la formation des futurs administrateurs territoriaux. Pour Pütter, il ne faisait aucun doute que Münchhausen avait l’intention de recruter à Göttingen le promoteur de la société économique de Deux-Ponts9, Karl Balthasar Schimper, qui était également président de la chambre des Comptes10. Celui-ci, rapporte Pütter, avait jadis accompagné à Göttingen le comte de Wittgenstein-Berleburg. Mais, ajoute Pütter, il n’avait aucune inclination pour l’enseignement11.

  • 12 Frensdorff, 1901, 548-549. Sur les origines de l’engagement de Beckmann, voir également Wakefield, (...)

7Au bout de deux ans de recherches, ce fut Johann Beckmann qui fut recruté pour l’enseignement de l’économie. Beckmann avait étudié à Göttingen la théologie, les mathématiques et la physique de 1759 à 1762. Il avait ensuite voyagé, passant des Provinces-Unies à la Suède, avec une étape par Saint-Pétersbourg. C’est sur la recommandation du géographe Anton Friedrich Busching – qui avait lui-même été professeur à Göttingen – que Münchhausen en 1766 décida d’engager Beckmann sur un poste de professeur extraordinaire12. La précision « extraordinaire » a son importance, car elle signifiait que Beckmann, à la différence des professeurs ordinaires, ne touchait pas un salaire fixe versé par l’université, mais était seulement rémunéré pour les cours qu’il donnait. Pour devenir professeur ordinaire, il lui restait à faire ses preuves auprès de Münchhausen. C’était la marge de manœuvre que ce dernier se réservait pour garder ou non un professeur à Göttingen. De ce point de vue, le recrutement de Beckmann a été caractéristique de celui des professeurs de Göttingen.

8Regardons à présent la carrière de Beckmann à Göttingen. On s’appuiera d’abord sur une lettre de Münchhausen à Pütter, datée du 6 décembre 1767 :

  • 13 Il s’agit d’un périodique paru de 1764 à 1773.
  • 14 Citée d’après Frensdorff, 1893, 328.

Je suis très heureux d’apprendre par vous-même que le travail de M. Beckmann en économie progresse bien et que l’on ait donc des raisons sérieuses d’espérer atteindre notre but avec lui.
Il est cependant nécessaire que l’été prochain, il puisse séjourner dans des domaines. Ce sera à lui de choisir les endroits qui correspondent le mieux à son objectif. Le prévôt von Münchhausen à Moringen est un bon économe et un expert pour ce qui concerne l’économie domestique ; et encore mieux, le prévôt von Münchhausen à Haarburg, qui édite le Hausvater13 et qui le prendrait volontiers chez lui.
Si Monsieur Beckmann souhaitait accompagner ses cours d’économie d’une présentation pour les futurs administrateurs, il pourrait utiliser un article que je vous envoie aujourd’hui et dont il pourrait extraire avec profit certains éléments, ce qui contribuerait probablement à son succès14.

  • 15 Ibid., 329.
  • 16 Saada, 2018, 174-175.

9Pour l’anecdote, précisons ici que l’article évoqué par Münchhausen était probablement de la plume de Münchhausen lui-même15. Cette lettre, comme celle citée précédemment, témoigne de l’importance accordée par Münchhausen à la pratique. Cet ancrage fort dans la pratique est ce qui a fait l’originalité de Göttingen. Cette dimension avait même été posée comme condition au recrutement de certains professeurs, comme pour celui de Pütter par exemple16. Il n’en allait pas différemment pour Beckmann. Conformément à son habitude, Münchhausen veilla à sa formation et à l’orientation de ses enseignements.

  • 17 Carnino, Hilaire-Pérez, Hoock, 2017, 108.

10On comprend peut-être mieux la démarche dite « hybride » de Beckmann, pour reprendre une formulation de Jochen Hoock17, quand on replace le recrutement de Beckmann dans le contexte de l’université de Göttingen. Pour faire carrière à Göttingen, Beckmann a dû se plier aux exigences imposées par Münchhausen ; parmi elles justement, la complémentarité entre théorie et pratique.

  • 18 Saada, 2010, 50-56.

11En 1770, Beckmann fut promu professeur ordinaire d’économie à Göttingen, dans la faculté de philosophie. C’est au sein de cette faculté que la concurrence entre les professeurs était poussée à son paroxysme18. Les professeurs, en effet, avaient le droit d’y enseigner les mêmes disciplines à la même heure. Regardons par exemple ce qu’il en était pour quelques enseignements proposés en 1776 dans cette faculté :

  • 19 Le programme de l’université était annoncé chaque semestre dans le périodique attaché à l’institut (...)

Le professeur Kästner enseigne la physique expérimentale 5 fois par semaine à 13h, d’après le manuel du Professeur Erxleben, Anfangsgründe der Naturlehre. Le professeur Beckmann enseigne la physique expérimentale 6 fois par semaine à 14h, principalement d’après le manuel du professeur Hollmann […].
Le professeur Beckmann enseigne l’agriculture à 16h d’après la 9e édition de son manuel et organise des visites du jardin économique pour montrer les végétaux traités en cours ainsi que leur culture. À la même heure, le Professeur Erxleben enseigne l’agriculture de façon pratique. […]
Le professeur Kästner enseigne les mathématiques pures 5 fois par semaine à 16h. Le Professeur Meister à 10h. À la même heure, le professeur Beckmann19.

12Ce système ultra-concurrentiel était au fondement même de l’université de Göttingen. L’une de ses conséquences a été la spécialisation des professeurs comme stratégie pour se sortir de la concurrence impitoyable qui régnait à Göttingen. Il en a résulté l’émergence de nouvelles disciplines.

  • 20 Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, n° 33, 17 mars 1777, p. 258-259.
  • 21 Ibid., p. 258.

13Jetons à présent un coup d’œil sur le programme des enseignements pour l’année 1777. Beckmann donnait désormais des cours privés de physique expérimentale, c’est-à-dire pour quelques étudiants qui le rémunéraient. C’est dans le même cadre qu’il enseignait les mathématiques pures. Son cours d’agriculture en revanche était public20. C’est alors qu’apparaît pour la première fois dans le programme de l’université le nom d’une discipline que Beckmann restera le seul à enseigner à Göttingen jusqu’à la fin de sa vie, à savoir la technologie : « M. Le professeur Beckmann enseigne la technologie à 11h à partir de son manuel, qui vient juste de paraître : Anleitung zur Kenntniß der Handwerke, Fabriken und Manufakturen, etc.21 »

  • 22 Beckmann, 1777.

14Il s’agit du Manuel de technologie, paru en 177722. L’introduction de la technologie a donc aussi représenté pour Beckmann un moyen de se distinguer par la création d’une discipline qu’il serait le seul professeur à Göttingen à incarner, ce qui n’était pas le cas des autres matières qu’il enseignait jusque-là.

  • 23 Gierl, 1998, 93-94.

15Le genre du manuel constituait en lui-même un marqueur disciplinaire. La production de manuels était un élément constitutif de la compétition qui avait cours à Göttingen. La publication de manuels qui s’imposeraient dans l’Empire comme des ouvrages de référence dans les différentes disciplines avait été posée comme exigence par Münchhausen. Conformément à l’Historia literaria – l’histoire littéraire à l’allemande23 –, ces manuels devaient récapituler la production antérieure et proposer un système de classification des savoirs propres à chaque discipline. De ce point de vue encore, Beckmann a pleinement répondu aux attentes. Reportons-nous à ce sujet au compte rendu du Manuel de technologie, paru dans le périodique lié à l’université, les Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, en mai 1777 :

  • 24 Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, n° 65, 31 mai 1777, p. 513-520.

Chez la veuve Vandenhoeck, Monsieur Johann Beckmann, professeur d’économie, a publié : Anleitung zur Technologie, oder zur Kenntniß der Handwerke, Fabriken und Manufacturen : vornehmlich derer, die mit der Landwirtschaft, Polizey und Cameralwissenschaft in nächster Verbindung stehn : Nebst Beyträgen zur Kunstgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck, 1777. Depuis plusieurs années déjà, Monsieur Beckmann a donné des enseignements dans le domaine de la technologie qui ont été profitables à ceux qui se consacrent aux sciences évoquées dans le titre de l’ouvrage […].
Parce que les nombreux termes techniques posaient problème et qu’il était compliqué pour les auditeurs de suivre ses exposés, l’auteur a décidé de publier ce Manuel. Celui-ci mérite de faire l’objet d’une présentation détaillée, parce qu’il est le premier dans ce domaine et qu’il renferme un grand nombre de connaissances dans un nombre de pages réduit24.

16Le Manuel de technologie marquait ainsi l’entrée d’une nouvelle discipline dans le monde académique. Là se situait la nouveauté. La forme de l’ouvrage en lui-même ne se distinguait pas des manuels universitaires publiés dans les autres disciplines. Le compte rendu, long de sept pages, s’achevait ainsi :

  • 25 Ibid., p. 518 et p. 520.

M. Beckmann a glissé partout des paragraphes sur l’histoire des arts et des découvertes, ce qui en rend la lecture plus agréable. […] L’index qui répertorie tous les termes techniques utilisés dans ce Manuel est très riche ; il peut servir de contribution à un dictionnaire technologique25.

  • 26 Cette pratique était courante. Sur l’auto-recension dans les Göttingische Anzeigen von gelehrten S (...)

17Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, l’auteur de ce compte rendu n’était autre que Beckmann lui-même, ce qui représente l’avantage de nous aider à mieux cerner les intentions qui animaient l’auteur du Manuel26.

18Il n’est pas question ici de retracer l’ensemble de la carrière de Beckmann en passant en revue chacune de ses publications. En revanche, dans le compte rendu du Manuel cité ci-dessus, la remarque de Beckmann sur l’index invite à faire un pont entre le Manuel de technologie de 1777 et le Projet de technologie générale de 1806. De fait, on retrouve dans l’index du Manuel toutes les entrées qui structurent le Projet. Il existe donc une continuité entre le Manuel et le Projet, le Manuel ayant en outre été réédité avec des augmentations jusqu’au début du xixe siècle. Cette longue genèse pose, par conséquent, des questions sur la spécificité du Projet.

  • 27 Beckmann, 1795-1806.

19En 1806, un compte rendu venait saluer la parution du Projet de technologie générale. Plus exactement, un compte rendu venait saluer la parution du troisième volume d’un ouvrage de Beckmann intitulé Vorrath kleiner Anmerkungen über mancherley gelehrte Gegenstände « Recueil de petites observations sur différents sujets savants » (1795-1806), dont le Projet de technologie générale constituait le neuvième chapitre27. Cette fois, l’auteur du compte rendu n’était pas Beckmann, mais Christian Gottlob Heyne – qui était secrétaire de l’Académie des sciences de Göttingen, rédacteur des Göttingische Anzeigen, directeur de la bibliothèque universitaire et professeur de philologie. Dans son compte rendu, Heyne se contentait de signaler :

  • 28 Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, n° 55, 5 avril 1806, p. 547-551, ici p. 550.

p. 463 un chapitre très riche sur les objets technologiques, particulièrement sur la technologie générale, chapitre qui contient un certain nombre d’articles sur la fragmentation, ainsi que sur les opérations consistant à lisser, unir, lustrer, polir. Ce chapitre a aussi été publié séparément sous le titre de Projet de technologie générale. Parmi mille choses, que l’on fabrique tous les jours ou que l’on voit fabriquer, voir les origines du procédé ramenés à des principes généraux et particuliers, constitue une source de joie pour une tête pensante28.

  • 29 Voir par exemple les travaux de Jauss et de son école, 1990.

20Le jugement rapide de Heyne sur le Projet de technologie générale peut surprendre. Le Projet n’avait manifestement pas pour lui l’importance qu’il revêt aujourd’hui à nos yeux. Telle est la richesse des études de réception, qui invitent à contextualiser de manière forte la lecture des œuvres pour mieux comprendre les sens qui leur sont donnés29.

Haut de page

Bibliographie

Beckmann, J., 1777, Anleitung zur Technologie, oder zur Kenntniß der Handwerke, Fabriken und Manufacturen: vornehmlich derer, die mit der Landwirtschaft, Polizey und Cameralwissenschaft in nächster Verbindung stehn: Nebst Beyträgen zur Kunstgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck.

Beckmann, J., 1795-1806, Vorrath kleiner Anmerkungen über mancherley gelehrte Gegenstände, Göttingen, Röwer, 3 vol.

Carnino, G., Hilaire-Pérez, L., Hoock, J. (éd.), 2017, La Technologie générale. Johann Beckmann Entwurf der algemeinen Technologie / Projet de technologie générale (1806), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Drut-Hours, M., 2004, « Les espaces de la communication intellectuelle dans l’Allemagne des Lumières », Histoire, économie & société, 2, p. 69-80.

Frensdorff, F., 1893 (24 mai), « Zwei Briefsammlungen des Welfenmuseums in Hannover », Nachrichten von der Königlichen Gesellschaft der Wissenschaften und der Georg-Augusts-Universität zu Göttingen, 8, p. 305-337.

Frensdorff, F., 1901, « Die Vertretung der ökonomischen Wissenschaften in Göttingen vornehmlich im 18. Jahrhundert », Festchrift zur Feier des hundertfünfzigjährigen Bestehens der Königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, Berlin, p. 497-565.

Gierl, M., 1998 (juin), « De la croyance religieuse à la croyance scientifique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 123, p. 86-94.

Gierl, M., 2007, « Bauen an der festen Burg der Aufklärung. Historia literaria von Heumann bis Eichhorn und die Göttinger Universität als réale und fiktive Bibliothek », dans Bödeker, H. E., Saada, A. (éd.), Bibliothek als Archiv, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 221), p. 281-297.

Jauss, H. R., 1990, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard (traduction de l’allemand).

Le Cam, J.-L., 2013, « Les universités du Saint-Empire à l’époque moderne : problématiques, concepts, tendances historiographiques », Les universités en Europe (1450-1814), Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, p. 265-345.

Pütter, J. S., 1798, Selbstbiographie : zur dankbaren Jubelfeier seiner 50jährigen Professorsstelle zu Göttingen, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2 vol.

Saada, A., 2003, Inventer Diderot. Les constructions d’un auteur en Allemagne au xviiie siècle, Paris, CNRS Éditions.

Saada, A., 2010, « De Halle à Göttingen : processus d’institutionnalisation et développement intellectuel », dans Bödeker, H. E., Büttgen, P, Espagne, M. (éd.), Göttingen vers 1800. L’Europe des sciences de l’homme, Paris, Cerf, p. 29-58.

Saada, A., 2018, « L’espace universitaire, acteur de la construction du Saint-Empire », dans Bretschneider, F., Duhamelle, C. (éd.), Le Saint-Empire. Histoire sociale (xvie-xviiie siècle), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 167-182.

Wakefield, A., 2009, The Disordered Police State. German cameralism as science and practice, Chicago, University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1 Carnino, Hilaire-Pérez, Hoock, 2017, 15.

2 Le Cam, 2013.

3 Carnino, Hilaire-Pérez, Hoock, 2017, 20.

4 Frensdorff, 1901, 511.

5 Ibid.

6 Wakefield, 2009, 26-75.

7 Saada, 2018, 181-182.

8 Pütter, 1798, vol. 1, 442, note s [remarque : toutes les traductions dans cet article ont été faites par Anne Saada].

9 Ibid., vol. 1, 442.

10 Drut-Hours, 2004, 77, note 18.

11 Pütter, 1798, vol. 1, 443.

12 Frensdorff, 1901, 548-549. Sur les origines de l’engagement de Beckmann, voir également Wakefield, 2009, 77.

13 Il s’agit d’un périodique paru de 1764 à 1773.

14 Citée d’après Frensdorff, 1893, 328.

15 Ibid., 329.

16 Saada, 2018, 174-175.

17 Carnino, Hilaire-Pérez, Hoock, 2017, 108.

18 Saada, 2010, 50-56.

19 Le programme de l’université était annoncé chaque semestre dans le périodique attaché à l’institution, les Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen. Voir ici n° 27, 2 mars 1776, p. 226-227. Précisons qu’une haine féroce régnait entre Kästner et Beckmann.

20 Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, n° 33, 17 mars 1777, p. 258-259.

21 Ibid., p. 258.

22 Beckmann, 1777.

23 Gierl, 1998, 93-94.

24 Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, n° 65, 31 mai 1777, p. 513-520.

25 Ibid., p. 518 et p. 520.

26 Cette pratique était courante. Sur l’auto-recension dans les Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, voir Gierl, 2007, 294-295.

27 Beckmann, 1795-1806.

28 Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen, n° 55, 5 avril 1806, p. 547-551, ici p. 550.

29 Voir par exemple les travaux de Jauss et de son école, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Saada, « De quoi la technologie est-elle le nom ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 267-274.

Référence électronique

Anne Saada, « De quoi la technologie est-elle le nom ? », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1204

Haut de page

Auteur

Anne Saada

CNRS, UMR 8547 Pays Germaniques - Transferts Culturels

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals