Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

Laetitia Guerlain, L’École de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale

Jean-Louis Halpérin
p. 299-301
Référence(s) :

Laetitia Guerlain, L’École de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale, Paris, LGDJ, 2017, 548 pages

Texte intégral

  • 1 Bernard Kalaora et Antoine Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origine (...)

1Issu de sa thèse de doctorat en histoire du droit, l’ouvrage de Laetitia Guerlain est une importante contribution à l’étude des rapports entre droit et science sociale à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Depuis quatre décennies, notamment grâce aux travaux d’Antoine Savoye et Bernard Kalaora1, Le Play est sorti de l’oubli et il est devenu possible d’étudier son influence sans adhérer aux aspects réactionnaires de son idéologie ni vouloir sous-estimer le rôle fondateur de Durkheim dans la sociologie française. Ce n’est pas une étude de Le Play lui-même et de son œuvre que Laetitia Guerlain a réalisée, mais une analyse plus ambitieuse du « collectif » des leplaysiens dans ses rapports avec le droit et avec les juristes. Ce que l’auteure appelle l’École de Le Play n’est pas l’action concertée d’un maître (qui n’a pas enseigné et qui a connu différentes phases dans sa pensée) et de ses élèves (partagés entre deux « branches » à partir de 1885-1886) adhérant à toutes ses idées, mais la réunion objective de tous ceux qui ont écrit dans La Réforme sociale et La Science sociale entre 1881 et 1914. Ce parti pris comporte le risque assumé de compter comme « leplaysiens » des auteurs, juristes ou non, qui ont eu seulement des sympathies pour les deux revues concernées, mais il permet d’analyser une vaste littérature dont l’homogénéité vient d’une référence, si ce n’est une révérence, à Le Play. Appuyé par des dépouillements d’archives et par une connaissance très large de la bibliographie sur l’histoire juridique et intellectuelle, le livre de Laetitia Guerlain ouvre des perspectives nouvelles sur les points de contact entre les mondes des juristes et des ingénieurs sociaux, comme aimaient à se revendiquer les leplaysiens.

2Dans la première partie, l’auteur analyse les conceptions des leplaysiens sur les fondements du droit : d’un point de vue critique, la dénonciation du « jacobinisme » et d’un point de vue positif, la substitution de la perspective sociale aux conceptions individualistes. Tous les textes leplaysiens partagent en effet, sous l’expression de jacobinisme, une mise en cause du droit français et de la science française du droit au xixe siècle qui trouve sa source dans leur rejet de la Révolution française et de ses produits, la centralisation administrative et la codification du droit. Ce refus de la France moderne se prolonge et s’explique par une opposition frontale à la IIIe République, au suffrage universel, au parlementarisme, au fonctionnarisme et aux réformes du droit de la famille. Alors que les leplaysiens critiquent aussi l’esprit légiste et la soumission des exégètes à la loi républicaine, leur positionnement les rapproche des juristes « novateurs » du tournant du xixe et du xxe siècle. Le magistrat Daniel Touzaud affirmait ainsi en 1883 que « la méthode juridique adaptée à toutes les investigations de l’esprit n’est autre que le jacobinisme, élevé à la hauteur d’une institution nationale ». Il est assez étonnant que les juristes conservateurs se soient en quelque sorte placés en dehors du monde du droit et aient vu dans les professionnels du droit des partisans inconditionnels de la République, ce qui était loin d’être le cas dans les années 1880.

3L’auteure montre également les points de contact entre la méthode monographique de Le Play ou des leplaysiens et la recherche d’informations empiriques sur plusieurs terrains historiques et géographiques de la part des historiens du droit, des comparatistes et des premiers « anthropologues » du droit de cette période. Là encore, la similitude d’inclinations pour l’observation, plus souvent à travers des livres qu’au moyen d’enquêtes de terrain, ne correspond pas nécessairement (de la part des historiens du droit républicains comme Esmein ou de Durkheim et de ses partisans) à une communauté d’orientations politiques et scientifiques.

4L’étude de la « diffusion de l’esprit social » amène Laetitia Guerlain à recenser les fonctions d’enseignement du droit des leplaysiens dans les facultés, libres ou d’État, comme en dehors des facultés juridiques (Collège de France, Collège libre des sciences sociales, École libre des sciences politiques, écoles d’ingénieurs ou de commerce). Cette présence minoritaire, mais non négligeable, des leplaysiens aurait permis, selon l’auteure, une alliance objective avec tous ceux qui revendiquaient un rôle nouveau (plus « social ») pour la doctrine et défendaient des idées jusnaturalistes. Les leplaysiens exerçaient-ils une influence plus forte que le laissait entendre leur place dans les positions universitaires ou partageaient-ils l’air du temps sans avoir réellement prise sur le plus grand nombre de juristes ? La question reste ouverte, beaucoup de leurs idées étant communes à des professeurs de droit, des avocats ou des magistrats qui n’adhéraient pourtant pas au mouvement leplaysien.

5Dans la deuxième partie, Laetitia Guerlain déplace la perspective sur le traitement des sources du droit par les leplaysiens. La nostalgie de la coutume, et l’espoir de son maintien à travers les usages professionnels échouent devant les déceptions générées par les échecs du patronage. Les leplaysiens se tournent alors vers la jurisprudence, en promouvant une improbable réforme de la justice. Finalement, au début du xxe siècle, ils militent pour la représentation des intérêts professionnels ou pour le scrutin proportionnel dans la perspective de réformes législatives. Les idées des leplaysiens n’apparaissent pas très originales sur ce terrain et ils partagent avec l’ensemble des juristes de leur temps une conception, assez faible théoriquement, des sources du droit. C’est précisément à cette époque que cette expression est de plus en plus utilisée pour mettre sur le même plan la législation, la coutume, la jurisprudence et la doctrine, ces deux dernières étant au moins considérées comme des autorités.

  • 2 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux (...)

6Passant des idées à l’action pragmatique, Laetitia Guerlain recense une centaine de parlementaires leplaysiens (beaucoup plus de députés que de sénateurs, d’Albert de Mun jusqu’à Jules Siegfried), puis montre la place des leplaysiens dans l’élaboration de certains textes législatifs (comme la loi du 12 juillet 1909 sur le bien de famille), comme dans la promotion de leurs idées dans d’autres revues de cette période (comme la Revue des deux mondes ou la Revue politique et parlementaire). De ce tableau ressort la présence relativement forte des leplaysiens dans les réseaux intellectuels et politiques de la IIIe République : loin d’être des opposants marginalisés, ils sont devenus des participants des « laboratoires du nouveau siècle » et de la « nébuleuse réformatrice » selon les expressions de Christian Topalov2.

  • 3 Dans la bibliographie très complète de cet ouvrage, on pourra retenir : Les juristes et l’École de (...)

7Très riche par son appareil critique, ses tableaux, son index et ses notices biographiques, l’ouvrage de Laetitia Guerlain laisse ouverte la question du multipositionnement de certains juristes, comme Raymond Saleilles (1855-1912) ou Paul Viollet (1840-1914), « proches » des revues leplaysiennes, mais se situant aussi en dehors du mouvement, par leur participation à d’autres engagements. Certains juristes, comme François Gény (1861-1959), ont pu partager une grande partie des idées des leplaysiens sans passer par leurs revues. Comme le reconnaît l’auteure, d’autres grilles de lecture sont possibles dans l’analyse des rapports entre les juristes et la science sociale. On peut, par exemple, se demander, dans quelle mesure les grands débats sur l’Affaire Dreyfus et sur la séparation des Églises et de l’État, n’ont pas déterminé des clivages plus importants que les combats des leplaysiens3.

Haut de page

Notes

1 Bernard Kalaora et Antoine Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989.

2 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

3 Dans la bibliographie très complète de cet ouvrage, on pourra retenir : Les juristes et l’École de Le Play, Frédéric Audren et Antoine Savoye (dir.), Les Études sociales, 135-136, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Halpérin, « Laetitia Guerlain, L’École de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale », Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 299-301.

Référence électronique

Jean-Louis Halpérin, « Laetitia Guerlain, L’École de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 12 décembre 2018, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1233

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Halpérin

École normale supérieure, PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals