Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

Jacques François, Le siècle d’or de la linguistique en Allemagne. De Humboldt à Meyer-Lübke

Gabriel Bergounioux
p. 313-320
Référence(s) :

Jacques François, Le siècle d’or de la linguistique en Allemagne. De Humboldt à Meyer-Lübke, Limoges, Lambert-Lucas, 2017, 430 pages

Texte intégral

1Conforme sur ce point au modèle universitaire importé d’outre-Rhin au xixe siècle – dont la linguistique a été un des fleurons –, l’ouvrage de Jacques François représente une somme d’érudition. Il met à disposition du lecteur, plus qu’un résumé de textes, la présentation d’une masse documentaire de livres et d’articles dont bien peu sont accessibles à qui ne maîtrise pas l’allemand. Dans sa préface, Pierre Swiggers propose un éclairage complémentaire sur la périodisation interne et rend hommage au travail accompli. Qu’il nous suffise de joindre nos éloges aux siens et lisons l’ouvrage.

Le plan

2La composition se décline en six chapitres. Les quatre premiers suivent l’ordre chronologique. L’émergence de la Sprachwissenschaft (la linguistique) y apparaît solidaire d’une exaltation de la différence des langues et des peuples qui les parlent. Cette affirmation coïncide avec un déclin relatif de l’universalisme de l’Aufklärung (les Lumières), dans une réaction aux campagnes militaires de la Révolution et de l’Empire français. La Première Guerre mondiale marque le terme de l’hégémonie allemande dans ce domaine. Les travaux de quinze savants sont analysés de façon détaillée. L’exposition suit un plan constant : biographie de l’auteur, synthèse de son apport à partir de textes majeurs, réception par ses contemporains et par les nôtres. Le cinquième chapitre traite de façon transversale quatre questions qui, formulées différemment selon les décennies, ont traversé le siècle. Le sixième chapitre est un florilège de cinq des auteurs.

3La bibliographie compte 540 références, chacune incluant le renvoi paginé à sa mention dans l’ouvrage, sans qu’elle soit entièrement exhaustive (Baudouin de Courtenay n’y figure pas). Il n’y a pas d’index. Les propositions de P. Sériot (e.g. in Structure et totalité, 1999), qui a entrepris depuis une trentaine d’années un travail comparable – et d’une qualité égale – sur l’aire russophone, auraient pu être mentionnées pour mieux souligner les spécificités nationales. L’auteur avait envisagé de joindre à l’anthologie la version originale des textes mais, selon l’éditeur, l’épaisseur du livre et son prix auraient risqué de dissuader les lecteurs.

Le contexte

4Le chapitre I dresse un rapide panorama de l’étude des langues et de la philosophie du langage à la fin du xviiie siècle, en montrant de quelle façon la connaissance du sanskrit était parvenue en Europe comme un effet des entreprises coloniales française et anglaise en Inde. La situation des pays germanophones et l’unité qu’ils ont revendiquée, au-delà du morcellement politique, dans une communauté de langue face à l’expansionnisme napoléonien, sont rappelées. La bataille des Nations (Völkerschlacht bei Leipzig, 1813) constitue l’événement symbolique qui a cristallisé cette prise de conscience.

5Un aperçu de la différence des obédiences chrétiennes concernant leur conception des langues et leur rôle dans le prosélytisme aurait livré une explication complémentaire. Les populations de langue romane sont massivement catholiques et attachées au latin. Celles de langue slave, régies suivant le principe de l’autocéphalie, sont majoritairement orthodoxes et célèbrent leur culte en grec, en vieux slave, en arménien ancien, etc. Celles de langue germanique, souvent protestantes, ont assumé la réalisation d’une multiplicité de traductions de la Bible ; ainsi Luther a-t-il largement contribué à fixer la forme écrite de l’allemand. Ces différences se retrouvent transposées dans la construction des représentations collectives.

Aperçu synoptique

6Dans le premier chapitre, J. François restitue le déploiement universitaire de la philologie romane dans les régions germanophones en inventoriant la création des chaires de 1801 (Marbourg) à 1898 (Innsbruck). Leur affectation successive à une soixantaine de titulaires permet de suivre le déroulement des carrières académiques et leur rayonnement. M. Bréal, G. Paris, F. de Saussure et L. Tesnière, après avoir accompli une partie de leur formation qui à Berlin, qui à Bonn, qui à Leipzig, qui à Vienne en ont prolongé l’enseignement à Paris, Genève, Strasbourg et Montpellier.

7Un tableau dresse la liste des œuvres majeures dans le domaine de la grammaire comparée indo-européenne (la seule qui sera étudiée dans le détail) après qu’ont été présentés les principes d’organisation des trois chapitres suivants qui correspondent à trois étapes et à trois types d’auteurs : les fondateurs, les passeurs et les développeurs, ainsi qu’ils sont désignés. L’approche choisie est avant tout historique. Elle ajuste la présentation des faits à leur succession dans le temps, évitant la conception téléologique d’une science qui se révélerait progressivement. À chacune des époques, une vision globale a été préférée à une étude par domaines qui aurait construit des histoires parallèles de la phonétique ou des théories de l’acquisition, de la psychologie du langage ou de la description d’autres familles de langues.

8Très peu de corrections à introduire dans cette masse d’informations et aucune n’a de répercussions sur le projet global. Ainsi Gaston Paris est crédité d’une Grammaire historique de la langue française. Le titre figure bien sous ce titre dans sa bibliographie mais il s’agit de quelques généralités concernant la transformation du latin en français qui constituaient l’introduction d’un cours qu’il n’a jamais publié, étant plus philologue, voire littéraire, que grammairien (p. 43). La thèse de Baudouin de Courtenay traite de L’ancienne langue polonaise antérieure au xive siècle (1870) et non de « l’effet de l’analogie dans la déclinaison en polonais » qui est un article publié par Schleicher dans ses Beiträge zur vergleichenden Sprachforschung [Contributions à la recherche en linguistique comparée].

Les fondateurs : Humboldt, Schlegel, Grimm, Bopp, Reisig, Diez

9Le chapitre II s’ouvre avec un rappel de la carrière et des travaux de W. von Humboldt saisi entre l’héritage des Lumières qu’il prolonge et l’influence qu’il a exercée sur les générations suivantes. Grâce aux travaux de P. Caussat, J. Trabant, A.-M. Chabrolle-Cerretini et D. Thouard, l’œuvre est relativement familière aux lecteurs français. La relecture se concentre sur la conception des catégories mises en œuvre pour établir une typologie des langues qui était également conçue comme une échelle de valeurs et sur la réception, en Allemagne et à l’international, de ses théories. Suit Sur la langue et la sagesse des Indiens de Friedrich von Schlegel, paru en 1808 et traduit en 1837, qui a contribué largement à ce que Raymond Schwab a appelé la Renaissance orientale (1950). Enfin, après la révision critique de la grammaire générale et la présentation du sanskrit, c’est l’allemand qui est concerné avec Jacob Grimm.

10Un tableau détaille les chapitres de sa grammaire (p. 97). Faisant se succéder repères biographiques, analyse des contenus et réception de l’œuvre, J. François caractérise son principal apport épistémologique à travers l’énoncé de l’une des premières « lois », la loi de Grimm. En reconstruisant une forme primitive conjecturée établie à partir du témoignage des différentes langues indo-européennes, Grimm décrit la première mutation consonantique du groupe germanique – une transformation synchronisée de la qualité des consonnes occlusives entre le proto indo-européen et le proto germanique. Le linguiste danois R. Rask en avait découvert le principe quelques années avant ; Grimm en a assuré la diffusion. Cette loi marque le tournant phonétique de la grammaire, une façon de se détacher des textes et plus généralement de l’écrit, l’avènement de la linguistique contre la philologie. Quant aux nombreux contre-exemples, ils ont entraîné une révision par Karl Verner qui, un demi-siècle après, illustrait l’adage selon lequel il faut une loi pour expliquer les exceptions à une loi. L’œuvre des frères Grimm était inséparable d’une aspiration patriotique – et libérale – qui a lié leur nom à une entreprise de collecte de contes et à la rédaction du dictionnaire de référence de l’allemand.

11C’est Franz Bopp qui est à considérer comme le véritable inventeur de la grammaire comparée pour le mémoire qu’il a publié en 1816 sur la comparaison des conjugaisons du sanskrit, du grec, du latin, du perse (iranien ancien) et de l’allemand. Son raisonnement s’effectuait en quatre temps :

  1. réduction des alphabets des différentes langues au moyen d’une transcription latine à valeur approximativement phonétique ;

  2. découpage en morphèmes des mots transcrits (suivant le modèle des grammaires sanskrites) ;

  3. identification des morphèmes grammaticaux (vs racines) ;

  4. établissement des « correspondances » – i. e. des morphèmes dont la fonction ou la signification est équivalente dans les différentes langues apparentées.

12Bopp a établi les principes d’une science à laquelle il a consacré toute son existence, accumulant une somme impressionnante de données. J. François souligne à juste titre la façon dont il a pu néanmoins se fourvoyer sur la compréhension des alternances vocaliques, autrement dit sur le statut de l’apophonie (Ablaut). Ce procédé consiste à marquer les transformations grammaticales non par l’ajout d’affixes (préfixes, suffixes) ou d’éléments annexes (pronoms, verbes auxiliaires) autour d’une racine mais par un changement du timbre de la voyelle à l’intérieur même de la racine (infixe).

Apophonie germanique (anglais)

Affixation et auxiliation romanes (français)

To sIng

saut-er

(I) sAng

(Je) saut-ai

sUng

saut-é

√/s-ŋ/

√/-sot-/

13Grimm avait souligné le rôle de l’apophonie dans les langues germaniques. Il conjecturait une survivance de la langue mère, ce que Bopp refusait énergiquement. Le point est d’importance car la partition entre Sémites et Indo-Européens (voir M. Olender, Les langues du Paradis, 1989) se fondait sur leurs langues. La caractéristique première des langues dites sémitiques (aujourd’hui renommées « afro-asiatiques ») consiste en une exploitation systématique de l’apophonie dans des racines triconsonantiques (dites aussi trilittères) quand les langues indo-européennes utiliseraient exclusivement l’affixation. Récusant cette répartition, Saussure a fait la démonstration du caractère apophonique du proto indo-européen dans son Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes publié en 1879.

14Si Bopp a été amené à commettre nombre d’erreurs dans un domaine qu’il défrichait et si plusieurs de ses conceptions sont à présent abandonnées, c’est surtout par la difficulté qu’il éprouvait à se détacher de la représentation écrite des langues et par son sanscritocentrisme que son œuvre apparaît périmée. Traduits en français par Michel Bréal et publiés en 1866-1874, les cinq volumes de sa grammaire ont cependant servi de manuel aux linguistes avant que les Junggrammatiker [Jeunes Grammairiens] n’en rendent caduc le contenu à compter des années 1870.

15Christian Karl Reisig, un latiniste et linguiste, et Friedrich Diez concluent cette série. Le premier est distingué pour ses recherches en tant que sémasiologue et théoricien de la linguistique, le second comme l’initiateur d’un domaine promis à un développement considérable. Sa Grammaire des langues romanes, traduite par A. Brachet et G. Paris et, après l’abandon du premier, par A. Morel-Fatio, équivaut pour les langues issues du latin à ce qu’a réalisé Bopp pour l’ensemble indo-européen.

Les passeurs : Schleicher, Steinthal, Müller

16Entre les fondateurs du comparatisme dans le premier tiers du xixe siècle et les Junggrammatiker dans le dernier quart, trois auteurs dont l’œuvre a moins souvent retenu l’attention sont présentés dans le chapitre III. Le premier d’entre eux est August Schleicher qui doit une grande part de sa célébrité au transfert qu’il a opéré du modèle darwinien vers la linguistique (en particulier la présentation en arbre des différentes langues indo-européennes), accessoirement à ses efforts de synthèse (la glottique) et à ses recherches sur les langues baltes. Il est cité en tant qu’auteur d’une fable en proto indo-européen, « Le mouton et les chevaux », qui illustrait les avancées en matière de reconstruction. Par les réactions que son dogmatisme a provoquées, notamment de la part de W. D. Whitney, Schleicher a servi de point de départ à d’intenses discussions sur plusieurs insuffisances théoriques du comparatisme.

17Heymann Steinthal se situe à la frontière de la linguistique et de la « psychologie des peuples » (Völkerpsychologie) : il est entre autres l’un des fondateurs de la « science du judaïsme » (Wissenschaft des Judentums). Partant d’une réflexion sur l’origine du langage, il a été conduit à examiner la façon dont se projetterait dans les formes linguistiques l’univers mental configuré par les différentes « cultures ». Ce terme Kultur se démarquait de la vision unitaire du procès de « civilisation » qu’avaient privilégié les Lumières. Aussi le projet est-il ambigu, entre la reconnaissance du multiculturalisme (Steinthal a étudié la langue mandingue afin d’éprouver ses hypothèses) et l’affirmation de différences culturelles ou raciales hiérarchiques, une confusion liée à la polysémie du mot Volk qui peut être traduit par « peuple » (vs élites), « nation » ou « race » selon le contexte. Steinthal est aussi l’un des premiers linguistes à réagir aux découvertes des aphasiologues, un aspect de ses recherches peu connu sur lequel J. François donne des informations précieuses et bien documentées.

18Max Müller a été en son temps le linguiste le plus mondialement célèbre. Traduit très vite en français, à l’inverse de Steinthal qui ne l’est toujours pas, il doit sa réputation à ses qualités d’indianiste et à son talent de vulgarisateur qui ont fait pleuvoir sur lui les honneurs. Il a été chargé de prononcer une conférence inaugurale à l’ouverture de l’université allemande de Strasbourg en 1872 et, professeur à partir de 1850 en Angleterre, il a été nommé membre du Conseil privé de la reine Victoria. Principalement connu aujourd’hui pour avoir engagé la linguistique dans la voie de la mythologie comparée qui s’est avérée une impasse, il n’est plus guère cité pour son apport scientifique en dehors de ses traductions du sanskrit.

Les développeurs : Gabelentz, Schuchardt, Delbrück, Brugmann, Paul, Meyer-Lübke

19Le chapitre IV traite de Gabelentz, l’un des plus grands sinologues occidentaux. Auteur d’une introduction à la linguistique générale, il renouait avec l’inspiration de Humboldt et il aurait constitué une source d’inspiration pour Saussure selon E. Coseriu. Il est surtout l’un des précurseurs de la typologie fonctionnelle des langues illustrée un siècle plus tard par J. Greenberg.

20Hugo Schuchardt est l’auteur d’une œuvre importante, constituée pour l’essentiel d’articles. Critique des Junggrammatiker, à qui il reproche de ne pas prendre en compte le contact des langues, il est le fondateur de la créolistique à travers une série d’études parues de 1882 à 1914. Spécialiste également de basque, il a tiré de ses observations une série d’hypothèses sur les transformations qui interviennent dans le cas où deux ou plusieurs langues se superposent. Mettant en avant les échanges entre parlers plutôt que les filiations, il a porté un coup décisif à une vision homogène des idiomes qui était l’un des postulats des indo-européanistes.

21Berthold Delbrück est réputé, parmi les Junggrammatiker, comme étant le maître des études syntaxiques (en un temps où cette discipline n’avait pas l’aura qui est la sienne depuis Chomsky) et J. François s’efforce de lui rendre un peu du mérite qu’a accaparé Brugmann. Un autre aspect de son œuvre concerne également l’aphasiologie dans une discussion engagée avec Wilhelm Wundt dont l’exposition constitue l’un des très nombreux apports de ce livre. Le travail de compilation et de synthèse de Brugmann est rappelé avec une mise en regard des résultats de Bopp et Schleicher. Suit une partie consacrée à Hermann Paul qui étoffe la dimension psychologique de la doctrine des Junggrammatiker même s’il reste tributaire d’une approche lexicaliste où la variation du sens au mot par mot prime la considération de sa « valeur ». En effet, seule la prise en compte de l’ensemble du lexique, de la distribution paradigmatique en particulier, peut permettre de comprendre comment s’opèrent les transformations dans le sémantisme.

22Wilhelm Meyer-Lübke reprend, suivant la même orientation, l’ensemble des données de la romanistique en privilégiant une perspective « paléontologique » tout en s’intéressant à l’école culturaliste allemande (Karl Vossler) et aux propositions de la revue Wörter und Sachen (R. Meringer) qui conjuguait sémantique et anthropologie culturelle.

Aperçu thématique

23Le chapitre V revient sur « quatre questions débattues au long du xixe siècle ». La première est un essai pour reconstituer, à partir de la filiation des théories, les étapes de la construction de la grammaire comparée. Bopp avait fondé la grammaire historique sur les changements multiséculaires de la morphologie flexionnelle. Ses successeurs se sont proposé d’établir un corps de doctrine qui a objectivé une méthode spécifique, dont l’un des aboutissements est la définition de la phonétique et de la sémantique à partir des années 1870.

24Un débat majeur a concerné le rôle et la portée des « lois aveugles de la phonétique », la première cause du changement selon les Junggrammatiker. Ce postulat a motivé une réaction antagonique de leurs prédécesseurs (Ernst Curtius, Michel Bréal) et plus encore de ceux qui relevaient les insuffisances d’un traitement phonème à phonème. D’un côté, H. Schuchardt opposait à une transformation interne et strictement diachronique l’effet des influences latérales entre langues. De l’autre, F. de Saussure expliquait dans un cadre structural les évolutions.

25Le renouvellement des études linguistiques au cours du dernier demi-siècle s’est effectué à partir de trois questionnements :

  • la table rase du générativisme et la proposition d’alternatives structurales, expérimentales ou cognitives ;

  • les bouleversements induits par les applications de l’informatique, en particulier la constitution de grandes bases de données (corpus) et le traitement automatique des langues ;

  • la typologie linguistique.

26Ce dernier point est reconsidéré à partir des éléments d’une discussion commencée par les frères Schlegel et Humboldt, relancée par la combinatoire formelle proposée par Schleicher, et formalisée par la taxinomie de Steinthal – qui conserve l’idée d’une hiérarchie des procédés grammaticaux (et donc des langues) – et Franz Misteli qui, en 1893, établit au même niveau les différents types de structure grammaticale.

27Une dernière partie traite de l’étude du romani (la langue des Roms) en croisant, dans la restitution des origines indo-aryennes, l’existence de variétés dialectales avec les trajets migratoires. Un bilan final récapitule les « prouesses » de la grammaire comparée de langue allemande au xixe siècle et ses « déficiences ». On en retiendra deux : le faible intérêt pour les langues sans écriture et l’absence d’une conception d’ensemble qui circonscrirait la notion de système (ou structure).

28Le chapitre VI est composé d’extraits de Humboldt, Schleicher, Steinthal, Schuchardt et Gabelentz, soit une cinquantaine de pages avec, pour chacun, une introduction et des commentaires.

En somme

29La difficulté était grande. Comment introduire le lecteur français à une pensée allemande dont les cadres généraux, sans nous être radicalement étrangers – ce qui aurait du moins contraint à prendre la mesure des différences –, sont très éloignés des nôtres ? En linguistique, le comparatisme n’est plus le domaine de recherche que d’un petit nombre de spécialistes. Les institutions, même sous un nom identique (université, académie…), se sont profondément transformées. Le nazisme déforme rétrospectivement la lecture que nous faisons de termes comme « aryen » ou « science du judaïsme » et la classification en « races » est exclue de l’anthropologie alors qu’il s’agissait d’un concept central dans la pensée du xixe siècle. Les auteurs dont il est question, faute le plus souvent de traductions, sont mal connus dans notre pays et le principe d’une étude dans un cadre national autorise peu de rapprochements. Rien de ce qui a été produit en Allemagne n’anticipait le structuralisme qui apparaîtra sur ses marges, en Russie, aux États-Unis et en France essentiellement.

30Jacques François, avec une érudition enviable, et dans un format contraint, a relevé tous ces défis. Son livre témoigne de l’intérêt qu’il y a à restituer les travaux des siècles passés dans l’état contemporain de la science. Entre les historiens qui mettent l’accent sur les conditions de production de la discipline et les épistémologues, plus attentifs à l’éclairage projeté sur les recherches actuelles, la pertinence des argumentations, éclairée par leur devenir dans la science d’aujourd’hui, offre un horizon de rétrospection que le lecteur français avait peu de chance de découvrir. L’accent a été mis sur les découvertes et l’organisation institutionnelle de la discipline, ménageant un espace pour d’autres études centrées sur les stratégies des savants et sur la façon dont la nation allemande a accueilli ces travaux. D’ores et déjà, on dispose d’un excellent manuel de référence. Il n’aura jamais fallu attendre qu’un siècle pour qu’il paraisse…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Bergounioux, « Jacques François, Le siècle d’or de la linguistique en Allemagne. De Humboldt à Meyer-Lübke », Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 313-320.

Référence électronique

Gabriel Bergounioux, « Jacques François, Le siècle d’or de la linguistique en Allemagne. De Humboldt à Meyer-Lübke », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 12 décembre 2018, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1258

Haut de page

Auteur

Gabriel Bergounioux

Université d’Orléans, Laboratoire ligérien de linguistique

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals