Navigation – Plan du site
Dossier

Animaux à aimer, animaux à tuer

Animalité et sentiments zoophiles en France au xixe siècle
Damien Baldin
p. 25-43

Résumés

Cet article éclaire la notion d’animalité et son ambivalence sémantique – est-elle ce qui est commun aux hommes et aux animaux ou bien est-elle ce qui distingue négativement ces derniers des premiers ? – par un retour sur l’histoire. Au xixe siècle, la notion est largement discutée dans le monde savant et une société où les rapports que les hommes entretiennent avec leurs animaux sont en pleine mutation. L’essor des animaux de compagnie et la croissance agricole accentuent l’intimité des hommes et des bêtes. La naissance de la protection animale renforce encore plus l’idée d’une proximité naturelle et bénéfique. Paradoxalement, c’est aussi au xixe siècle que se mettent en place de véritables politiques d’hygiène publique. Le monde animal fait alors l’objet d’un contrôle intense et d’actions d’éloignement et d’élimination. C’est ainsi que naissent abattoirs et fourrières. C’est là qu’il faut refouler une animalité peu digne de vivre avec les hommes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Larousse, 1866, I–1, 394. Pour les définitions données par le Littré : Littré, 1873, I, 148.
  • 2 Michelet, 1980 [1861], 95.
  • 3 Imbs, 1974, 40.

1Quel sens donner au mot animalité ? Dans la seconde moitié du xixe siècle, trois significations – identiques dans les termes – sont déclinées dans le même ordre par le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse et le Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré. Le premier sens est celui de « nature animale ». L’animalité serait l’« ensemble des propriétés ou facultés qui caractérisent les êtres composants le règne animal », autrement dit ce qui serait commun aux hommes comme aux animaux. Le deuxième sens est plus restrictif puisque l’animalité peut également désigner l’« ensemble des facultés purement animales, par opposition aux facultés humaines », elle est alors un caractère particulier aux animaux qui les distingue des hommes. La troisième signification, comme la première, est plus inclusive puisqu’elle désigne l’animalité comme « le règne animal par opposition au règne végétal »1. Dans cette dernière acception, elle est ce qui est commun aux hommes et aux animaux et explique le sens donné par Jules Michelet : « L’animalité est partout. Elle emplit tout, elle peuple tout2. » De ce premier constat sémantique se dégage une distinction entre une animalité positive qui unirait hommes et animaux et une animalité négative qui insisterait au contraire sur leur distinction et alimenterait le sens péjoratif du mot lorsqu’il désigne « l’état de l’homme dégradé3 ».

  • 4 Baratay, 2011a.

2Quelle est la résonance sociale de cette différence sémantique ? Le regard porté sur l’animalité – les significations s’accordent sur ce point – est toujours un regard porté sur les animaux. Pour chercher à éclairer au mieux le concept d’animalité, il faut donc d’abord savoir ce que les animaux représentent pour les hommes. Autrement dit, pour répondre à la question de ce qu’est l’animalité au xixe siècle, il faut au préalable poser ces deux questions : comment les hommes de cette époque perçoivent-ils les animaux, comment vivent-ils avec eux ? La réponse est évidemment plurielle car les différentes situations sociales et culturelles distinguent autant d’animaux et de pratiques à leur égard. Cette diversité est d’autant plus grande que ce siècle constitue un véritable plein animalier : jamais dans l’histoire la présence des animaux domestiques n’a été aussi importante, par leur nombre mais aussi par les usages qui en sont faits. Animaux de ferme d’un siècle en pleine croissance agricole, animaux de compagnie d’une société en pleine urbanisation, chevaux de trait essentiels à la révolution des transports, chevaux de course au cœur de la civilisation naissante des loisirs4.

  • 5 Pelosse, 1981-1982.
  • 6 Sur l’histoire de la SPA, voir : Pierre, 1998.
  • 7 Ritvo, 1987.

3Cette centralité des animaux domestiques dans la vie matérielle des sociétés occidentales s’accompagne d’une valorisation morale. Ils sont de plus en plus perçus comme des êtres sensibles dont les souffrances inutiles doivent être évitées. Cette nouvelle attention est à l’origine de la protection animale5 : la Société protectrice des animaux (SPA) est fondée en 18456 et une loi votée en 1850 fait de certains mauvais traitements envers les animaux une infraction pénale. La société française, à l’image de sa voisine britannique7, manifeste donc de plus en plus clairement ses sentiments zoophiles que vient renforcer la valorisation sociale du dressage et de la domestication animale : monter un cheval, guider un troupeau de moutons, dresser un chien de chasse sont autant d’activités qui, chacune dans leur contexte, sont source de fierté et de reconnaissance sociale.

  • 8 Jorland, 2010.
  • 9 Corbin, 1982 ; Vigarello, 1999 [1993].

4Ce premier constat ne saurait pour autant recouvrir l’essentiel des rapports que les hommes entretiennent alors avec leurs animaux domestiques. L’essor des sentiments zoophiles concorde en effet avec celui, tout aussi puissant, de l’hygiène publique. Au cœur des législations de police et de santé, celle-ci justifie une politique d’assainissement de l’environnement des hommes8. La médecine vétérinaire qui s’institutionnalise depuis la fin du xviiie siècle est de plus en plus sollicitée par un État inquiet des épizooties qui nuisent à l’économie nationale et à la santé de la population. De ce point de vue, les animaux apparaissent sous un autre regard : ils peuvent être malsains, dangereux pour la santé humaine, mais aussi gênants pour des individus de plus en plus attachés à la propreté et à la désodorisation urbaine9. La société cherche donc aussi, paradoxalement, à s’en protéger. Au nom de l’hygiène publique, la présence animale, surtout en ville, est de plus en plus sévèrement réglementée : les chiens errants doivent disparaître, être éliminés dans les fourrières, les animaux de ferme retourner à la campagne, et les bêtes à abattre être soigneusement cachées à la périphérie.

5De ce double mouvement, il ressort une vision contrastée des animaux et par-là même de l’animalité. À travers leurs vies, les hommes du xixe siècle donnent d’un côté l’image d’une société animalisée – c’est-à-dire très proche dans les mentalités comme dans les pratiques de ses animaux – et de l’autre celle d’une société mettant au contraire à distance une animalité pensée comme un état indigne de la proximité des hommes. Cette compartimentation des pratiques sociales reprend donc bien la tension d’une animalité double qui s’éclaire par cette question : comment une même société peut-elle à la fois aimer et éloigner ses animaux ?

« L’animalité est partout10 »

  • 10 Michelet, 1980 [1861], ibid.

6Si l’animalité est ce qui réunit les hommes et les animaux, alors le xixe siècle peut présenter le visage d’une société humaine qui l’incarne pleinement car elle vit profondément mêlée aux animaux qu’elle domestique. En ville comme à la campagne, les hommes vivent avec leurs animaux.

L’animalité dans les campagnes ou la communauté hommes-animaux

  • 11 Mayaud, 1999.
  • 12 Mauz, 2005, 33.

7La croissance agricole du xixe siècle a largement contribué à augmenter la présence des animaux d’élevage dans les campagnes. Mais leur nombre n’est pas en lui-même une preuve de familiarité avec les animaux. En effet, aujourd’hui, le nombre d’animaux d’élevage est bien plus important qu’alors, pourtant force est de constater que leur fréquentation est devenue très marginale par l’urbanisation de la population et le peu d’actifs encore éleveurs. A contrario, au xixe siècle, dans une société à majorité rurale, le rapport aux animaux d’élevage est différent. Surtout, la configuration des structures agraires de la seconde moitié du xixe siècle permet de rendre inextricables utilisation et familiarité des animaux de ferme. La généralisation de l’exploitation agricole organisée autour de la famille et de la petite propriété11 a ainsi grandement favorisé et intensifié les relations individuelles entre les bêtes et les paysans. Les troupeaux restent modestes, le pâturage et le gardiennage des animaux se font sous le contrôle des membres de la famille, l’étable est encore imbriquée au sein de l’habitat. Jusqu’à tard dans le xixe siècle et souvent au-delà, la maison rurale mêle logement des hommes et des animaux et même lorsqu’étables et écuries sont séparées des pièces de vie, elles se situent souvent dans le même corps de bâtiments et communiquent aisément. En Vanoise, les vieux paysans interrogés dans le cadre d’une ethnographie rappellent qu’on « vivait avec les animaux ». Ils sont au cœur de leur environnement sensoriel : « On n’avait pas à courir pour les voir. Ils étaient en permanence à portée de vue, de voix, de nez ou de main12. » De plus, la persistance de la polyculture favorise la polyvalence des animaux – dans une même exploitation, une vache peut être utilisée autant pour le fumier, les labours que pour le lait – et renforce ainsi leur importance vitale. La petite exploitation peut ainsi s’étudier comme une véritable communauté de vie entre hommes et bêtes.

  • 13 Ibid.

8Les soins à apporter à un animal malade ou blessé, les caresses de reconnaissance, l’aide aux accouchements sont autant de liens sensoriels et corporels qui favorisent la familiarité avec eux. L’intimité se crée ainsi par la gestuelle des soins. Elle est renforcée par sa régularité et l’habitude qui se crée. La traite, par exemple, entraîne une dépendance quotidienne entre le paysan et ses animaux. La manipulation des vaches aboutit ainsi souvent à un fort attachement affectif. Il devient dès lors difficile d’accepter la mort de celle avec laquelle furent partagés quotidien et intimité. Chez les éleveurs de la Vanoise, « certains gardaient jusqu’à la mort une vache qui s’était montrée particulièrement douce et docile, ne pouvant se résoudre à l’abattre13 ».

La familiarité en ville

  • 14 Ce terme anglais dit mieux qu’aucune périphrase en français – le fait d’avoir auprès de soi un anim (...)
  • 15 Perrot, 1987.
  • 16 Michelet, 2004 [1866], 30.

9Dans les villes, la promiscuité avec les animaux est grande. Elle est inévitable dans une rue pleine de chevaux – seule force motrice jusque dans les années 1900 – et dans les nombreux marchés d’animaux. Les chiens errants ou attelés à des petites voitures sont également une constante de l’environnement animalier des rues. Mais c’est paradoxalement au sein de l’espace privé que la promiscuité avec les animaux se renforce. En effet, la possession d’un animal de compagnie, si elle existe dès l’époque moderne, commence à devenir au xixe siècle un véritable phénomène de société. L’historienne américaine Kathleen Kete date de la seconde moitié du siècle l’épanouissement dans la bourgeoisie et les classes moyennes parisiennes du petkeeping14. Le repli social, notamment des femmes, dans la sphère privée15 s’accompagne ainsi souvent du désir d’y vivre en compagnie et en intimité avec un animal domestique. Ces animaux de compagnie – le plus souvent des chiens et des oiseaux – montrent combien chez les classes urbaines, dans leur grande diversité sociale, la présence de l’animalité au sein du foyer est recherchée et valorisée. S’il peut être un animal de représentation et de distinction sociales – notamment par le raffinement de la race –, il joue également un rôle très important dans l’expression des sentiments personnels – un confesseur silencieux – et apparaît aussi comme un véritable compagnon de l’enfance et de la solitude. La dernière compagne de Jules Michelet, Athénaïs Mialaret, rappelle ainsi l’importance de son chat comme source de sécurité nocturne pour l’enfant qui craint la nuit : « En hiver, lorsqu’il me fallait aller chercher mon lit sans lumière, j’avais même peur de l’air que je respirais. Une fois perdue sous mes couvertures entre mon chat et ma poupée, je reprenais confiance16. »

10L’attachement à ces animaux se manifeste également par l’apparition dans la seconde moitié du siècle des premiers cabinets vétérinaires spécialisés dans les animaux de compagnie : celui du vétérinaire Bourrel, près de la place de la République à Paris, pour chiens et chats ; l’hôpital Frégis est créé en 1882, la clinique du docteur Lépinay en 1895 dans le faubourg Saint-Germain.

Les hommes sont aussi des animaux : la naturalisation de l’homme

  • 17 Balzac, 1976 [1842], 7-8.

11En ce xixe siècle, les animaux occupent également une place toujours plus grande dans les préoccupations des savants. L’essor des sciences naturelles et les progrès des connaissances physiologiques et anatomiques à partir du xviiie siècle ont contribué à faire de l’animal un objet primordial de savoir. Les animaux servent d’abord à mieux connaître le corps humain : le succès de la médecine physiologique, dans la seconde moitié du xixe siècle, repose ainsi dans sa partie expérimentale sur la vivisection animale et donc sur les similitudes anatomiques et physiologiques. D’autres courants de pensée de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle, comme le magnétisme animal ou la physiognomonie de Lavater, avaient déjà insisté à travers la notion d’animalité sur la proximité entre hommes et animaux. Balzac, qui est profondément influencé par ces courants et les sciences naturelles, ne fonde-t-il pas La comédie humaine sur la comparaison entre « l’Humanité et l’Animalité ? » et sur le constat que « la Société ressemblait à la Nature17 » ?

  • 18 Notamment celles développées par Desmoulins, 1826 et Bory de Saint-Vincent, 1827.
  • 19 Duvernay-Bolens, 1995, 19.
  • 20 Baratay, 1996.

12Mais ce sont surtout les sciences naturelles, par l’évolution de leurs travaux, qui ont contribué à justifier scientifiquement le rapprochement entre les hommes et les animaux. En intégrant l’homme dans la série animale, les naturalistes de l’époque moderne, notamment Linné, ont enclenché le processus de naturalisation de l’homme. Mais si jusqu’au xviiie siècle on continue de dresser une frontière imperméable entre l’homme d’une part et la nature et l’animal d’autre part pour des raisons théologiques et métaphysiques, le succès au xixe siècle des thèses polygénistes18 – qui admettent plusieurs origines à l’homme – renforce la naturalisation de l’homme et son rapprochement d’autres espèces animales, en particulier celles des singes. En rejetant des critères philosophiques ou psychiques et en privilégiant des critères zoologiques, les polygénistes détrônent littéralement l’homme dans les classifications animales et « effacent la frontière que les naturalistes du xviiie siècle avaient établie entre l’homme et l’animal et que les monogénistes du xixe avaient conservée. Désormais l’homme naturel remplace l’homme de raison19 ». L’évolutionnisme de Darwin dans la seconde moitié du siècle accentue encore la continuité hommes-animaux et contribue à brouiller la séparation nette, établie notamment par le christianisme20, entre animalité et humanité.

  • 21 Michelet, 1974 [1846], 182.

13Cette naturalisation de l’homme n’est pas sans lien avec la valorisation sociale des animaux. Elle renforce en effet l’idée qu’hommes et animaux partagent une communauté de vie, entraînant une attention morale plus grande pour ces derniers. Chez des écrivains comme Jules Michelet et Victor Hugo, elle oblige à une nécessaire attention. Le premier rappelle ainsi : « Que le peuple apprenne que sa prospérité tient aux ménagements qu’il aura pour sauver ce pauvre animal inférieur21. »

  • 22 Hubscher, 1999.

14Les conséquences sociales de l’essor de la pensée naturaliste sur la valorisation des animaux sont très visibles dans l’institutionnalisation de la médecine vétérinaire et la distinction sociale apportée à ceux qui la pratiquent22. Étudier et soigner les animaux devient en effet au xixe siècle une activité professionnelle bien distincte et source de respect. Et le rôle des vétérinaires dans le premier mouvement de protection des animaux est une preuve supplémentaire que l’attention scientifique accordée à ceux-ci joue un rôle non négligeable dans leur valorisation sociale.

Protéger les animaux, valoriser les animaux

  • 23 Corbin, 2005 ; Rey, 2000 [1993].
  • 24 Agulhon, 1981.

15La volonté de protéger les animaux domestiques de la violence humaine est un des signes les plus visibles de leur valorisation et de l’idée que la vie des hommes est fortement liée à la leur. Plusieurs éléments expliquent cependant ce phénomène. Il tient d’abord à des sensibilités qui tolèrent de moins en moins la manifestation de la violence et l’expérience de la douleur23. L’importance économique des animaux domestiques est un autre frein à la brutalité envers eux car cela nuit à leur productivité. Surtout, la protection des animaux se pense initialement comme une manière de lutter contre la violence d’une population dont on cherche à adoucir les mœurs24.

16L’inscription institutionnelle de la protection des animaux reste jusqu’au début du xxe siècle dominée par la SPA et cela même si d’autres sociétés, ligues puis associations tendent à se multiplier à partir de la fin du xixe siècle. L’activité de la SPA, créée en 1845, n’est réellement visible qu’à partir du Second Empire – elle est reconnue d’utilité publique en 1860 – et se développe sous la IIIe République. Fondée à Paris, elle essaime dans les villes de province qui accueillent de nouvelles SPA tout au long de la seconde moitié du siècle. Cette société philanthropique motive son attention au sort des animaux par un souci d’éducation morale des hommes. La protection des animaux doit apprendre respect et douceur – la notion de douceur est au cœur des discours qui justifient la fondation de la SPA par le docteur Étienne Pariset – afin de civiliser un peuple jugé brutal. Son action s’appuie sur la législation nouvelle de 1850, initiée par le général de Grammont, qui, la première de l’histoire en France, condamne les mauvais traitements commis envers les animaux domestiques :

Article unique. Seront punis d’une amende de 5 à 15 francs, et pourront l’être d’un à cinq jours de prison, ceux qui auront exercé publiquement et abusivement des mauvais traitements envers les animaux domestiques. La peine de prison sera toujours appliquée en cas de récidive.

  • 25 Fedi, 2008.

17La SPA veille à l’application de cette loi et à la propagation de ses idées. Elle peut compter pour cela sur la morale laïque très respectueuse des animaux de la IIIe République. Les programmes d’instruction civique et morale des nouvelles écoles de Jules Ferry accordent une place importante à la protection animale25. On retrouve alors l’influence de Jules Michelet et de Victor Hugo dont les textes sont régulièrement utilisés dans les classes. La poésie du « Crapaud » de ce dernier, dans laquelle un âne donne une leçon à quatre écoliers torturant un crapaud, devient ainsi un classique scolaire :

  • 26 Hugo, 1950 [1859], 658.

Le baudet qui, rentrant le soir, surchargé, las, / Mourant, sentant saigner ses pauvres sabots plats, / Fait quelques pas de plus, s’écarte et se dérange / Pour ne pas écraser un crapaud dans la fange, / Cet âne abject, souillé, meurtri sous le bâton, / Est plus saint que Socrate et plus grand que Platon26.

18Le mouvement de protection animale ne s’étend pas dans les faits à tous les animaux domestiques. Il manifeste clairement des préférences et établit une hiérarchie dans ses préoccupations. Au sommet du bestiaire qui se dessine, le cheval occupe la première place. Animal glorieux, noble, utile et familier, parangon de la domestication animale, il cristallise toutes les attentions d’une protection animale dominée longtemps par les élites sociales de la ville. Par sa proximité séculaire, symbolique et matérielle avec les hommes, le cheval a acquis une forte dimension anthropomorphique. Sa protection contre les mauvais traitements relève d’une logique utilitaire car il est un rouage essentiel de l’économie. Elle est aussi une nécessité morale à cause de sa troublante ressemblance humaine.

  • 27 Kean, 2011 [2007].
  • 28 Pierre, 1998, 177-179.

19L’évolution du discours et des pratiques protectrices à la fin du xixe siècle modifie le bestiaire à protéger. Héros de la loi Grammont, le cheval est de plus en plus concurrencé par le chien27. Au sein de la SPA, l’opposition entre un courant plus féminin dit plus sensible et un courant plus masculin et philanthrope recouvre aussi des divergences quant aux animaux à protéger. La politique de création de refuges et d’opposition à la vivisection concerne directement les chiens, quand les luttes pour l’application de la loi Grammont dans l’espace public et contre les courses de taureaux sont destinées avant tout à protéger les chevaux. Cette évolution rejoint au xxe siècle celle du bestiaire domestique de la société française où l’essor des animaux de compagnie urbains et la progressive disparition du cheval dans les rues permettent de mieux comprendre ces nouveaux choix. À partir des années 1880, certains souhaitent une protection plus active qui intervienne directement auprès des animaux. Les actions directes comme la mise en place de refuges commencent à se multiplier et la protection utilitaire est remise en question. De plus en plus, on cherche à protéger les animaux pour eux-mêmes et non dans la perspective de leur utilité. C’est pourquoi à la même période, la vivisection est vivement critiquée et combattue. Cette évolution concorde également avec la popularité croissante de la protection animale au sein de l’opinion française et la création de nouvelles sociétés de protection : la Société française contre la vivisection en 1882, qui devient en 1909 la Société contre toutes les tortures aux animaux, la Ligue pour la protection des oiseaux en 1912, l’Association française pour la défense des animaux en 1931. L’évolution marque un tournant même si la protection humanitaire et utilitaire reste majoritaire, notamment à la SPA, jusqu’au milieu du xxe siècle. Désormais, la protection de l’animal se recentre peu à peu sur l’animal lui-même et se motive par la simple sensibilité éprouvée face à la fragilité et la détresse de cet être vivant sans défense. Cette protection fait passer au second plan la volonté de réforme morale de l’homme afin de protéger l’animal pour lui-même et contre les mauvais agissements humains. Elle correspond également à une évolution sociologique des militants de la cause animale. À partir de la fin du xixe siècle, les « couches nouvelles », commerçants, employés deviennent plus nombreuses à se mobiliser28.

Une société à protéger d’une animalité nuisible : éloignement et mises à distance des animaux

20À rebours de l’expression des sentiments zoophiles manifestés par la société française, le monde animal a fait l’objet d’un contrôle intense qui a abouti à des actions d’éloignement et d’élimination. Parallèlement aux lieux d’affection que sont les appartements urbains et les maisons rurales, s’élaborent des espaces d’enfermement et de mort comme les abattoirs ou les fourrières. C’est là qu’il faut refouler une animalité peu digne de vivre avec les hommes.

Des sensibilités moins tolérantes à la promiscuité animale

  • 29 Mercier, 1782-1783, VIII, 338.

21La tolérance de la présence des animaux domestiques dans l’espace public de la ville semble progressivement s’amenuiser au xixe siècle. Les sensibilités à une animalité trop peu civilisée s’exacerbent et accompagnent l’éloignement hors de l’espace urbain ou du moins à ses limites du troupeau qui jusque-là permettait de décrire la ville comme une immense ferme. Les animaux peuvent ainsi apparaître comme une nuisance à une tranquillité de plus en plus réclamée par les citadins : « Tous ces animaux, en trop grand nombre, ne contribuent ni à la salubrité ni au repos de la ville29 », écrit déjà Louis-Sébastien Mercier à la fin du xviiie siècle. Les chiens – et leurs aboiements – figurent parmi les premières sources de nuisances sonores.

  • 30 Ibid.

Quand le pauvre n’amène pas son chien de peur de le perdre, ou parce qu’il va trop loin, alors il l’enferme ; l’animal hurle douloureusement jusqu’à ce que son maître soit revenu : le repos des maisons voisines est troublé ; et le chien d’un gueux, si son maître est ignoré, se fera connaître, sur tous les tons, de tout un quartier30.

  • 31 Montfalcon, Polinière, 1846, 228.
  • 32 Ordonnance concernant les établissements de vacheries dans l’intérieur de la ville de Paris du 25 j (...)

22Le bruit des sabots des chevaux, alors que le nombre de voitures hippomobiles ne cesse d’augmenter, sur le revêtement pavé ou boisé des rues est aussi emblématique d’une ville animée par les bruits animaux. On se plaint aussi longtemps des cris des porcs égorgés. Au milieu du xixe siècle, deux médecins lyonnais l’écrivent : « Il n’y a point, dans beaucoup de villes, d’abattoir pour les porcs ; ces animaux sont égorgés le matin, dans l’arrière-boutique du charcutier, et fatiguent le voisinage de leurs cris ; c’est encore de la barbarie31. » L’aversion croissante pour les mauvaises odeurs participe aussi à l’expulsion des animaux hors de la ville. Dès la première moitié du xixe siècle, les vacheries sont éloignées, classées comme établissements qui répandent « une odeur insalubre et incommode », selon une ordonnance de la Préfecture de police de 1822 qui décide qu’« aucune vacherie ne pourra être établie à l’avenir à Paris, que dans les faubourgs situés au-delà des boulevards intérieurs32 ».

  • 33 Chauvet, 1797, 4.
  • 34 Ibid., 25.
  • 35 Barles, 2005.
  • 36 Mercier, 1782-1783, II, 304.
  • 37 Montfalcon, Polinière, 1846, 35.

23Cette concentration d’animaux au sein d’un espace urbain fortement peuplé engendre des craintes sanitaires. À la fin du xviiie siècle, la peur de l’infection est notamment activée par « la mauvaise odeur » des animaux qui, « concentrée dans une enceinte extrêmement peuplée, ne contribue pas peu à infecter l’air »33. Les fumiers sont les premiers visés. Vigilants vis-à-vis de la saleté, du putride, du miasme, le traitement et l’évacuation des excréments posent un problème essentiel de l’organisation de la ville. Dans la masse d’excréments que les villes produisent en quantité toujours plus impressionnante, la part des animaux est importante, polluant directement la rue. Leurs excréments et notamment ceux des chevaux sont pour beaucoup dans la formation de la boue urbaine qui gêne la circulation et que dénoncent régulièrement les contempteurs de la ville. Longtemps, on se plaint qu’elle ne soit pas évacuée, « qu’on ne l’ôte pas dès l’instant qu’elle paraît, parce qu’on ne charge personne de ce travail34 ». Elle devient donc rapidement centrale dans la politique d’assainissement des autorités publiques tout au long du xixe siècle35. D’autant plus que la boue comme les excréments ont une certaine valeur économique. Ils sont ainsi utilisés, au moins jusqu’à la fin du xixe siècle, par l’agriculture qui entoure les villes. « Le fumier abonde dans la capitale, par le grand nombre de chevaux qu’elle renferme. Il sert à féconder les marais des environs, où croissent la salade, les choux et les autres légumes36. » Cela explique que jusque dans un xixe siècle avancé, on trouve dans les villes « des dépôts permanents de fumier dans nombre d’habitations37 ». Progressivement, l’administration prend le contrôle du nettoiement de la ville et cherche à faire évacuer le plus rapidement possible les excréments. L’apparition du trottoir tient ici un rôle essentiel. En séparant circulation piétonne et circulation à cheval, il permet d’éloigner le piéton des excréments de chevaux. Enfin, le passage de la chaussée convexe à la chaussée concave permet aussi de faciliter l’évacuation des immondices.

24Les luttes municipales que nous connaissons aujourd’hui pour éliminer les crottes de chien de l’espace public participent à cette longue histoire de la gêne que provoque la promiscuité non désirée avec les animaux domestiques qu’exprime déjà Louis-Sébastien Mercier :

  • 38 Mercier, 1782-1783, VIII, 337-338.

Toutes les femmes du peuple, surtout les vieilles demoiselles, ont des chiens qui font les ordures sur les escaliers, et l’on se passe mutuellement cette dégoûtante malpropreté, parce qu’on aime mieux à Paris avoir ses chiens que d’avoir ses escaliers propres38.

25L’aversion pour leurs excréments qui concentrent toutes les horreurs de la mauvaise odeur, de la déjection anale et de la laideur esthétique révèle combien les animaux dans les rues se montrent peu à peu en inadéquation avec les sensibilités nouvelles qui imposent l’idée d’un contrôle de soi et de son corps.

La peur du sang et du cadavre

  • 39 Ibid., I, 124.
  • 40 Damours, 1787, 10.

26Les animaux vivent dans la ville, ils y meurent aussi. Leur sang qui s’écoule et leurs cadavres se retrouvent également stigmatisés. L’abattage des animaux de boucherie en ville attire les plus vives critiques. Au xviiie siècle, les tueries – le terme d’« abattoir » ne désignera qu’au début du xixe siècle leur regroupement en un lieu clos – « ne sont pas hors de la ville, ni dans les extrémités ; elles sont au milieu. Le sang ruisselle dans les rues, il se caille sous vos pieds, et vos souliers en sont rougis39 ». Il ne s’agit pas de condamner l’acte lui-même mais de s’insurger contre l’invasion de l’espace public par le sang qui s’écoule de ces « sacrifices » – le mot est encore souvent utilisé jusqu’à la fin du xixe siècle pour l’abattage des bêtes. Deux ressorts essentiels viennent condamner la pratique de l’abattage en plein cœur de la ville. Le premier relève d’une hygiène publique obsédée par le miasme et le putride, or « les ruisseaux de sang qui infectent les rues, le transport des entrailles et des immondices de ces animaux forment l’aspect le plus dégoûtant, et augmentent des exhalaisons funestes40 » ; la deuxième raison est d’ordre moral : le spectacle de la mort et de l’écoulement de sang des animaux devient intolérable.

27L’aversion pour les cadavres d’animaux est également justifiée par des arguments d’hygiène et de morale. Ils chargent l’air d’odeurs putrides. On pense depuis le xviiie siècle que :

  • 41 Jacquin, 1762, 68-69.

Le mouvement insensible des parties d’un corps est le premier principe de la putréfaction : ce mouvement interne fait agir les parties humides sur les solides ; les sels et les soufres, qui soutiennent ces solides, se dissolvent, entrent en fermentation, et produisent la corruption. Les parties salines et sulfureuses, ainsi subtilisées par l’action de la fermentation, s’élèvent, se mêlent avec l’air, et forment aux environs des corps putréfiés une atmosphère, qui se répand insensiblement au loin : l’air imprégné de ces corpuscules putrides, les introduit dans nos corps ; voilà l’origine d’une infinité de maladies malignes41.

28Un siècle plus tard, Charles Londe, membre de l’Académie royale de médecine, ne dit pas autre chose dans ses Nouveaux éléments d’hygiène, plusieurs fois réédités :

  • 42 Londe, 1847, II, 456-457.

Reconnaissons d’abord avec les observateurs de tous les temps, que les effets des émanations putrides animales varient, suivant leur plus ou moins grande concentration, et produisent depuis un léger vertige, un sentiment de malaise, de défaillance, des nausées suivies de perte d’appétit (accidents qui durent quelques heures), jusqu’à l’asphyxie et la mort42.

  • 43 Archives de la Préfecture de police de Paris, désormais APP, série D, sous-série DB, carton 232, ci (...)

29Les autorités publiques essaient ainsi d’améliorer l’élimination des cadavres de chien. Dans les villes traversées par des fleuves comme Paris et Lyon, l’évacuation par la voie d’eau reste bien plus pratique qu’un enterrement pourtant exigé par les autorités. C’est ainsi que durant la seconde moitié du xixe siècle, le Service de navigation de la Préfecture de police s’occupe de l’enlèvement des cadavres par bateaux sur la Seine. Mais l’enfouissement lui-même devient de plus en plus suspect aux yeux de l’hygiène publique et les autorités cherchent à l’éviter en prenant en charge elles-mêmes les cadavres. En 1909, une circulaire du préfet informe les commissaires que « le ramassage pourra être effectué par l’administration grâce à une voiture de la fourrière. Les particuliers pourront prévenir soit le commissariat, poste de police ou la fourrière ». L’objectif est d’entraîner « la suppression de l’enfouissement, qui est contraire à l’hygiène publique », et lequel n’est accepté que « dans le cas où la Fourrière, avisée, ferait connaître qu’elle n’est pas en mesure de procéder à l’enlèvement »43.

30Un avis est réitéré en 1910 :

  • 44 APP, série D, sous-série DB, carton 226, avis du 1er juin 1910.

Afin d’éviter le dépôt sur la voie publique et le jet en rivière de cadavres d’animaux, la Préfecture de Police a organisé, à la Fourrière, un service d’enlèvement des chiens et chats morts au domicile de leurs maîtres, à Paris et dans les communes du département de la Seine. Il suffira aux propriétaires des animaux morts, pour en obtenir l’enlèvement, soit de s’adresser au Commissariat ou Poste de Police le plus voisin de leur domicile, soit d’aviser, par lettre ou télégramme, le Contrôleur de la Fourrière, 19, rue de Pontoise. L’enlèvement est gratuit44.

  • 45 Baratay, 2011b.

31L’organisation progressive du nettoyage de la ville des cadavres des bêtes par les autorités publiques participe ainsi d’un éloignement des animaux hors du regard de ses habitants45.

L’éloignement des abattoirs

32L’intolérance manifeste à l’abattage public des animaux de boucherie en plein cœur de la ville se concrétise politiquement dès le début du xixe siècle. Les tueries particulières des centres-villes sont regroupées dans des abattoirs situés en périphérie. L’acte fondateur est le décret impérial du 9 février 1810 qui crée à Paris cinq tueries : trois se trouvent sur la rive droite – celles du Roule, de Montmartre et de Ménilmontant –, les deux autres sont celles de Grenelle et de Villejuif et toutes sont situés à proximité de l’enceinte des Fermiers généraux. Désormais, les bouchers parisiens ont interdiction de se servir de leurs étables et de leurs abattoirs particuliers pour le séjour et l’abattage des animaux. Tout bovin ne peut être abattu en ville que dans l’un des cinq abattoirs. La concentration progressive sur tout le territoire des activités de tueries d’animaux répond ainsi aux exigences accrues de l’hygiène alimentaire et à la volonté des autorités politiques de pouvoir surveiller et encadrer au plus près une activité intrinsèquement violente.

33Cette création des abattoirs ravit les élites sociales et urbaines, apôtres de l’hygiène publique. Jean Reynaud, disciple de Fourier, s’en félicite dans le long article qu’il leur consacre dans l’encyclopédie dirigée avec Pierre Leroux.

  • 46 Leroux, Reynaud, 1843, I, 3.

Il est aisé de voir que les progrès de la civilisation doivent infailliblement porter avant peu toutes les villes un peu considérables à établir des abattoirs publics. […] On conçoit l’avantage que les abattoirs procurent, sous le rapport de la salubrité, aux villes qui en sont pourvues : l’autorité, ayant une surveillance plus facile sur les animaux que les bouchers se proposent d’abattre, peut, lorsqu’elle est vigilante, empêcher les fraudeurs de répandre dans le peuple des viandes provenant d’animaux malades ou malsains ; en outre toutes les tueries se trouvant réunies en un seul lieu éloigné du centre et de la circulation, les habitants des villes ne sont plus condamnés au spectacle dégoûtant du sang des victimes coulant au milieu de la fange des ruisseaux, ni exposés aux exhalaisons putrides qui s’échappent des matières animales que les bouchers négligents laissent trop souvent s’amonceler autour de leurs échoppes ; le mouvement des rues se trouve en même temps affranchi de l’embarras du passage des bestiaux, et même des dangers qui en résultent souvent. On peut aussi se demander si les mœurs publiques n’ont point gagné quelque douceur à être ainsi rendues complètement étrangères aux pernicieux exemples de ces scènes cruelles : sans doute, c’est une impérieuse condition de notre nature qui nous force à égorger les animaux pour entretenir notre chair avec la leur, mais il est humain et profitable de laisser tomber un voile sur le tableau des meurtres ; il faut qu’ils demeurent relégués dans le silence de l’enceinte où l’utilité publique les commande46.

34Ce texte est un magnifique exemple des mutations des sensibilités et des nouveaux rapports que la société entretient avec certains de ses animaux domestiques comme les animaux de boucherie. Le paysage ici dressé d’une ville calme et silencieuse implique une désanimalisation que rendent nécessaire la désodorisation et la déréalisation de la violence. Si Jean Reynaud insiste sur l’amélioration de la circulation et de l’hygiène sanitaire, c’est bien dans le domaine de l’hygiène morale que le succès des abattoirs doit être le plus grand.

Agressions et maladies

  • 47 APP, série D, sous-série DB, carton 232, rapports sur les maladies contagieuses des animaux observé (...)
  • 48 Moriceau, 2007.

35Les animaux domestiques participent au sentiment d’insécurité ressenti par le promeneur urbain dans une ville souvent dépeinte comme dangereuse et criminogène. La peur de l’agression physique n’est pas seulement celle de l’assassin ou du voleur : elle reste aussi celle de l’animal et de sa morsure, et principalement celle du chien qui focalise le plus les craintes car la violence de l’attaque possible est redoublée par la peur de la rage. Les attaques de chiens constituent de fortes transgressions anthropologiques et culturelles. Elles renversent la supériorité consciente et inconsciente des hommes sur les animaux – a fortiori sur un des plus soumis –, révèlent l’ensauvagement toujours possible de l’animal le plus domestiqué et portent atteinte à l’intégrité corporelle. Les sièges des morsures sont mentionnés dans certains rapports préfectoraux : les jambes, les mains et les bras sont les plus cités, mais il est également fait état de morsures au ventre et au visage47. La peur du chien signifie donc la peur du démembrement lorsque l’attaque à la main ou au bras nécessite une amputation, et celle de défiguration lorsque le chien s’en prend au visage. Elle rejoint implicitement celle de la peur du loup. La proximité anthropologique et phylogénétique avec le chien et la persistance des mémoires rurales du « méchant loup » en milieu urbain amplifient forcément le traumatisme de l’attaque canine perçue dès lors comme une attaque du sauvage dans le domestique48.

  • 49 Keck, 2010.
  • 50 Mousnier, 2005.
  • 51 Fontaine, Huguier, 1924, II, 265-273.

36La rage ne cristallise pas à elle seule les peurs de contamination des maladies animales. La propagation dans les années 2000 des épizooties de la fièvre aphteuse des bovins, des grippes aviaire et porcine a alimenté peurs et paniques sans commune mesure avec le nombre de malades humains infectés et réellement en danger. Ces peurs, largement relayées par les autorités politiques et scientifiques, révèlent combien reste présente dans nos sociétés l’image de l’animal malade et forcément inquiétant, de l’animal qui porte le mal et redevient la bête malfaisante49. Au xixe siècle, les craintes des épizooties50 et les épidémies sont encore accrues par l’essor de l’hygiénisme public. La promiscuité avec les animaux, tant décrite, tant décriée, devient ainsi de plus en plus suspecte et répréhensible. La crainte porte sur l’ensemble des zoonoses – aussi appelées antropozoonoses – c’est-à-dire des maladies animales transmissibles à l’homme. Les épidémies de morve dans les armées de la guerre de Crimée viennent confirmer la contamination entre chevaux et hommes avant que le bacille ne soit découvert en 1882 et 188651. La fièvre aphteuse, la gale, la malléine et la tuberculose font également partie des zoonoses surveillées par des autorités publiques qui sollicitent de plus en plus la médecine vétérinaire. On attend qu’elle approfondisse le savoir relatif aux maladies animales et qu’elle fournisse des experts au service de l’État. Cette sollicitation ne cesse de se structurer au xixe siècle avec le succès des courants hygiénistes et l’établissement d’une IIIe République favorable à des vétérinaires perçus comme des figures de la nouvelle couche sociale méritocratique. Avec la loi du 21 juillet 1881 sur la police sanitaire et la création des services départementaux des épizooties – ancêtres du service vétérinaire –, les vétérinaires sont confortés dans leur rôle d’experts en salubrité publique. Inspecteurs et hommes forts des services sanitaires, ils veillent sur la santé des bêtes, fixent et assurent progressivement le respect de normes d’hygiène alimentaire dans le commerce des produits d’origine animale. La diversité et le grand nombre d’animaux présents dans le quotidien des Français nécessitent une vigilance de plus en plus forte afin d’éviter une promiscuité suspecte. L’attention grandissante à la santé et au bien-être des individus participe ainsi à la suspicion de la proximité avec un monde animal si facilement malade.

Contrôler l’animalité canine : laisse, collier et fourrière

37La distinction entre bons et mauvais chiens représente parfaitement le souhait d’une société d’opérer une distinction entre une animalité avec laquelle il est digne de vivre et une autre qu’il faut mettre à distance de son humanité.

  • 52 Estève, 2003, 83-99.

38La volonté d’éliminer le mauvais chien errant, tout en favorisant le bon chien du propriétaire ou du travailleur peut ainsi se lire dans l’histoire de la taxe canine qui se met en place au milieu du xixe siècle. L’objectif annoncé est de réduire le nombre de chiens afin de lutter plus efficacement contre la rage. Mais il s’accompagne également du désir des élites politiques de voir les classes populaires abandonner des animaux qu’elles jugent dangereux car mal contrôlés et inutiles car sources de dépenses. La taxe sur les chiens doit donc être une mesure d’éducation du peuple. La loi est adoptée le 2 mai 185552. La taxe est municipale et facultative : c’est donc le conseil municipal qui décide de l’appliquer et d’en fixer un montant encadré par la loi. Elle distingue deux catégories : le chien utile au travailleur est moins taxé que le chien dit de luxe, c’est-à-dire sans fonction utile à l’économie. Le législateur espère ainsi que le pauvre abattra son chien inutile plutôt que de payer une taxe.

39Si l’efficacité de cette taxe reste encore à étudier, il est certain que le souci de rendre la ville plus salubre et plus sûre, d’assurer un meilleur contrôle et une réduction de la présence canine dans l’espace public se traduit par un meilleur encadrement de la possession des chiens et par l’élimination progressive des chiens sans identité claire. Durant tout le xixe siècle, les autorités de police ne cessent jamais d’insister sur la maîtrise de l’animal par son propriétaire. L’enfermement dans l’espace privé, le maintien à l’attache et en laisse, la muselière dans la rue, sont les leitmotive des rappels à l’ordre de la police des animaux. En 1808, le préfet invite

  • 53 Ordonnance concernant l’abattage des chiens errants du 25 mai 1808, Collection officielle des ordon (...)

ceux qui ont des chiens à les tenir enfermés. Les marchands forains et autres fréquentant les halles et marchés, qui ont dans l’usage d’amener des chiens avec eux, les tiendront attachés sous leurs voitures. Les autres chiens seront enfermés, muselés ou conduits en laisse53.

40L’obligation est répétée en 1824 dans les mêmes termes. À partir de 1832,

  • 54 Ordonnance concernant les chiens du 23 juin 1832, Collection officielle des ordonnances de police d (...)

les chiens devront être muselés dans l’intérieur des magasins, boutiques, ateliers et autres établissements ou lieux quelconques ouverts au public, même lorsqu’ils y seront à l’attache. […] Ils devront, en outre, avoir un collier, soit en métal, soit en cuir garni d’une plaque de métal, où seront gravés les noms et demeures des personnes auxquelles ils appartiendront54.

41La récurrence des ordonnances est le signe de leur inefficacité. Mais l’action de la fourrière et le dressage sévère des chiens de compagnie permettent peu à peu de mieux contrôler la présence des chiens dans la rue parisienne. L’appel à la responsabilité des maîtres participe à l’édification de ceux-là comme animal de l’intérieur, de l’espace privé, du domestique. Ils doivent être de plus en plus clairement identifiables en s’individualisant et en s’extrayant des meutes informes des chiens errants. La loi du 21 juillet 1881 rappelle que tout chien circulant sur la voie publique « doit être muni d’un collier portant, gravés sur une plaque de métal, les noms et demeure de son propriétaire ». En appartenant à un maître responsable, il est une propriété qui le protège du sort des autres chiens vagabonds. En laisse, avec sa médaille qui a valeur d’identité personnelle, il est toujours plus contrôlé, dressé.

  • 55 APP, série D, sous-série DB, carton 232, rapports sur les maladies contagieuses des animaux observé (...)
  • 56 Idem.
  • 57 APP, série D, sous-série DB, carton 77, note sur le fonctionnement de la fourrière du 27 février 19 (...)

42Mais c’est surtout la fourrière qui apparaît comme l’institution centrale dans le contrôle des chiens au sein de l’espace public. Une loi du 6 octobre 1791 la mentionne comme le lieu où sont reçus et gardés les animaux « saisis en délit ou trouvés sur la voie publique ». À Paris, sous contrôle de la Préfecture de police, elle prend son essor dans la seconde moitié du xixe siècle et apparaît de plus en plus comme l’organe régulant la présence incontrôlée des chiens en ville (la loi de police rurale du 21 juin 1898 oblige chaque commune à envoyer en fourrière tout chien errant). La fourrière est un lieu de mort. Les chiens qui s’y retrouvent ont pour principal destin d’être tués. À la fin du xixe siècle, on peut estimer que 95 % le sont chaque année. La plupart sont abattus et partent à l’équarrissage ; une petite minorité, un peu moins de 10 %, sont livrés à la vivisection. Ainsi en 1886, sur les 9 199 chiens entrés à la fourrière, 8 296 sont livrés à l’équarrisseur, 521 aux expériences de médecins, et 382 sont rendus à leur propriétaire55. En 1892, l’année est exceptionnelle : 26 502 chiens sont amenés à la fourrière56. Les chiffres que nous possédons entre 1884 et 1895 oscillent entre 4 348 et 9 199 chiens entrés à la fourrière annuellement. Au début des années 1900, les chiffres sont à la hausse : 12 893 chiens ont été amenés à la fourrière en 1900, 16 298 en 190257. Cette évolution confirme bien la volonté politique d’éliminer par l’abattage tous les chiens qui, parce que mal contrôlés, apparaissent comme une animalité menaçante. Ces mêmes chiens qui, munis d’un collier au sein d’un appartement, auraient bénéficié des plus grandes attentions morales et matérielles.

  • 58 Peker, 2011.
  • 59 Foucault, 2004.

43L’usage d’une violence organisée par les autorités montre à quel point l’animalité – ici celle de chiens errants, symboles d’une prolifération inquiétante58 – peut être ressentie comme une agression et combattue jusqu’à l’extermination. En miroir des soins toujours plus anthropomorphes accordés aux animaux de compagnie, cette attitude révèle non pas le rejet de toute animalité, mais la volonté de la maîtriser. La question de l’animalité est clairement devenue au xixe siècle un enjeu politique. Elle serait dès lors à étudier au sein des stratégies de pouvoir qui visent à mieux contrôler le vivant et dans la perspective d’une histoire du biopolitique dont Michel Foucault a montré qu’il était une caractéristique essentielle de l’État libéral du xixe siècle59.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Agulhon, M., 1981, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au xixe siècle », Romantisme, 31, p. 81-109.

Baldin, D., 2014, Une histoire des animaux domestiques en France, xixe-xxe siècles, Paris, Seuil (L’Univers historique).

Baratay, É., 1996, L’Église et l’Animal, France, xviie-xxe siècle, Paris, Cerf.

Baratay, É., 2011a, Bêtes de somme : des animaux au service des hommes, Paris, Seuil (Points Histoire).

Baratay, É., 2011b, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au xixe siècle », Romantisme, 153, p. 147-162.

Barles, S., L’invention des déchets urbains. France : 1790-1970, 2005, Seyssel, Champ Vallon (Milieux).

Corbin, A., 1982, Le Miasme et la Jonquille : l’odorat et l’imaginaire social xviiie-xixe siècles, Paris, Aubier.

Corbin, A. (dir.), 2005, Histoire du corps. Tome 2. De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil (L’Univers historique).

Duvernay-Bolens, J., 1995, « L’Homme zoologique. Race et racismes chez les naturalistes de la première moitié du xixe siècle », L’Homme, 133, p. 9-32.

Estève, C., 2003, « La “question” canine en France au milieu du xixe siècle », dans Bacot, P., Baratay, É., Barbet, D., Faure, O., Mayaud, J.-L. (dir.), L’animal en politique, Paris, L’Harmattan.

Fedi, L., 2008, « Pitié pour les animaux : une leçon de morale laïque et ses antécédents philosophiques », Romantisme, 142, p. 25-40.

Foucault, M., 2004, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard/Seuil (Hautes Études).

Hubscher, R., 1999, Les Maîtres des bêtes : les vétérinaires dans la société française, xviiie-xxe siècle, Paris, Odile Jacob.

Imbs, P. (dir.), 1974, Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du 19e et du 20e siècle, Paris, CNRS, t. III, p. 40.

Jorland, G., 2010, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques au xixe siècle, Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires).

Kean, H., 2011 [2007], « The Moment of Greyfriars Bobby: The Changing Cultural Position of Animals, 1800-1920 », dans Kete, K. (dir.), A Cultural History of Animals in the Age of Empire, Oxford/New York, Berg, p. 25-46.

Keck, F., 2010, Un monde grippé, Paris, Flammarion.

Kete, K., 1994, The Beast in the Boudoir: Petkeeping in Nineteenth-Century Paris, Berkeley/Los Angeles, University of California Press.

Mauz, I., 2005, Gens, cornes et crocs, Antony/Montpellier/Plouzané/Versailles, CEMAGREF/CIRAD/Ifremer/INRA.

Mayaud, J.-L., 1999, La petite exploitation rurale triomphante, France, xixe siècle, Paris, Belin.

Moriceau, J.-M., 2007, Histoire du méchant loup : 3 000 attaques sur l’homme en France, xve-xxe siècle, Paris, Fayard.

Mousnier, M. (éd.), 2005, Les animaux malades en Europe occidentale (vie-xixe siècle), Toulouse, Presses universitaires du Mirail (Flaran).

Peker, J., 2011, « Qu’est-ce qui nous dégoûte dans le grouillement de la vermine ? Les paradoxes de l’unité », Geste, 7, p. 66-73.

Pelosse, V., 1981-1982, « Imaginaire social et protection des animaux. Des amis des bêtes de l’an X au législateur de 1850 », L’Homme, 21-4, p. 5-33 ; 22-1, p. 33-51.

Perrot, M. (dir.), 1987, Histoire de la vie privée. Tome 4, De la Révolution à la Grande Guerre, dans Ariès, Ph., Duby, G. (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, Seuil (L’Univers historique).

Pierre, É., 1998, Amour des hommes – amour des bêtes. Discours et pratiques protectrices dans la France du xixe siècle, thèse de 3e cycle, université d’Angers.

Rey, R., 2000 [1993], Histoire de la douleur, Paris, La Découverte (La Découverte poche. Sciences humaines et sociales).

Ritvo, H., 1987, The Animal Estate. The English and other Creatures in the Victorian Age, Cambridge (Mass.)/Londres, Harvard University Press.

Vigarello, G., 1999 [1993], Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil (Points histoire).

Sources

APP (Archives de la Préfecture de police).

Collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’en 1844, 1844, Paris, Librairie administrative de Paul Dupont, 7 vol.

Balzac, H. de, 1976 [1842], « Avant-propos », dans La Comédie humaine, t. I, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

Bory de Saint-Vincent, J.-B., 1827, L’Homme. Essai zoologique sur le genre humain, Paris, Rey et Gravier.

Chauvet, P., 1797, Essai sur la propreté de Paris par un citoyen français, Paris, chez l’auteur/Labrousse/Jacquot/ Dabin/Labarre.

Damours, L., 1787, Mémoire sur la nécessité et les moyens d’éloigner du milieu de Paris, les tueries de bestiaux et les fonderies de suif, Paris, L. Cellot.

Desmoulins, A., 1826, Histoire naturelle des races humaines du nord-est de l’Europe, de l’Asie boréale et orientale et de l’Afrique australe, Paris, Méquignon-Marvis.

Fontaine, A., Huguier, A. M., 1924, Nouveau dictionnaire vétérinaire, médecine, chirurgie, thérapeutique, législation sanitaire et sciences qui s’y rapportent, Paris, J.-B. Baillière.

Hugo, V., 1950 [1859], La Légende des siècles, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

Jacquin, A.-P., 1762, De la Santé, ouvrage utile à tout le monde, Paris, Durand.

Larousse, P. (dir.), 1866, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Larousse.

Leroux, P., Reynaud, J. (dir.), 1843, Encyclopédie nouvelle ou dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industrielle offrant le tableau des connaissances humaines au dix-neuvième siècle, Paris, Librairie de C. Gosselin.

Littré, É., 1873, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette.

Londe, C., 1847, Nouveaux éléments d’hygiène, Paris, J.-B. Baillière.

Mercier, L.-S., 1782-1783, Tableau de Paris, Amsterdam, s.n.

Michelet, A., 2004 [1866], Mémoires d’une enfant, Paris, Mercure de France.

Michelet, J., 1974 [1846], Le Peuple, Paris, Flammarion (Champs).

Michelet, J., 1980 [1861], La Mer, Lausanne, L’Âge d’homme.

Montfalcon, J.-B., Polinière, A.-P.-I. de, 1846, Traité de la salubrité dans les grandes villes suivi d’Hygiène de Lyon, Paris, J.-B. Baillière.

Haut de page

Notes

1 Larousse, 1866, I–1, 394. Pour les définitions données par le Littré : Littré, 1873, I, 148.

2 Michelet, 1980 [1861], 95.

3 Imbs, 1974, 40.

4 Baratay, 2011a.

5 Pelosse, 1981-1982.

6 Sur l’histoire de la SPA, voir : Pierre, 1998.

7 Ritvo, 1987.

8 Jorland, 2010.

9 Corbin, 1982 ; Vigarello, 1999 [1993].

10 Michelet, 1980 [1861], ibid.

11 Mayaud, 1999.

12 Mauz, 2005, 33.

13 Ibid.

14 Ce terme anglais dit mieux qu’aucune périphrase en français – le fait d’avoir auprès de soi un animal de compagnie – l’intimité sentimentale et corporelle qu’un foyer entretient avec son animal familier. Le mot pet lui-même est plus explicitement riche de sens que l’expression française « animal de compagnie » car, désignant aussi la caresse, il rend bien compte de la relation sensuelle qui existe avec l’animal de compagnie (Kete, 1994).

15 Perrot, 1987.

16 Michelet, 2004 [1866], 30.

17 Balzac, 1976 [1842], 7-8.

18 Notamment celles développées par Desmoulins, 1826 et Bory de Saint-Vincent, 1827.

19 Duvernay-Bolens, 1995, 19.

20 Baratay, 1996.

21 Michelet, 1974 [1846], 182.

22 Hubscher, 1999.

23 Corbin, 2005 ; Rey, 2000 [1993].

24 Agulhon, 1981.

25 Fedi, 2008.

26 Hugo, 1950 [1859], 658.

27 Kean, 2011 [2007].

28 Pierre, 1998, 177-179.

29 Mercier, 1782-1783, VIII, 338.

30 Ibid.

31 Montfalcon, Polinière, 1846, 228.

32 Ordonnance concernant les établissements de vacheries dans l’intérieur de la ville de Paris du 25 juillet 1822, Collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’en 1844, 1844, II, 237-238.

33 Chauvet, 1797, 4.

34 Ibid., 25.

35 Barles, 2005.

36 Mercier, 1782-1783, II, 304.

37 Montfalcon, Polinière, 1846, 35.

38 Mercier, 1782-1783, VIII, 337-338.

39 Ibid., I, 124.

40 Damours, 1787, 10.

41 Jacquin, 1762, 68-69.

42 Londe, 1847, II, 456-457.

43 Archives de la Préfecture de police de Paris, désormais APP, série D, sous-série DB, carton 232, circulaire du 28 juin 1909.

44 APP, série D, sous-série DB, carton 226, avis du 1er juin 1910.

45 Baratay, 2011b.

46 Leroux, Reynaud, 1843, I, 3.

47 APP, série D, sous-série DB, carton 232, rapports sur les maladies contagieuses des animaux observées dans le département de la Seine.

48 Moriceau, 2007.

49 Keck, 2010.

50 Mousnier, 2005.

51 Fontaine, Huguier, 1924, II, 265-273.

52 Estève, 2003, 83-99.

53 Ordonnance concernant l’abattage des chiens errants du 25 mai 1808, Collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’en 1844, 1844, I, 382-383.

54 Ordonnance concernant les chiens du 23 juin 1832, Collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’en 1844, 1844, III, 23-24.

55 APP, série D, sous-série DB, carton 232, rapports sur les maladies contagieuses des animaux observées dans le département de la Seine.

56 Idem.

57 APP, série D, sous-série DB, carton 77, note sur le fonctionnement de la fourrière du 27 février 1956.

58 Peker, 2011.

59 Foucault, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Baldin, « Animaux à aimer, animaux à tuer », Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016, 25-43.

Référence électronique

Damien Baldin, « Animaux à aimer, animaux à tuer », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1357 ; DOI : 10.4000/rhsh.1357

Haut de page

Auteur

Damien Baldin

Doctorant, EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals