Navigation – Plan du site
Dossier

Débats autour de la psychologie animale

La rencontre Pierre Hachet-Souplet – Édouard Claparède
Élisabeth Chapuis
p. 73-91

Résumés

Au début du xxe siècle, les débats autour du statut de la psychologie animale voient surgir le nom de Pierre Hachet-Souplet. Connu des naturalistes et du public pour ses connaissances en dressage, ses travaux seront régulièrement signalés par les psychologues et, notamment, par Édouard Claparède. Pourtant, bien qu’il crût un temps pouvoir fonder un Institut de psychologie zoologique, Pierre Hachet-Souplet fut finalement évincé par la communauté scientifique. Retraçant le parcours complexe de cet amateur éclairé, cet article illustre la difficulté, dans un contexte de définition des frontières disciplinaires, de construire une psychologie de l’animal au côté de celle de l’homme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Chapuis, 2004.

1M’intéressant à l’histoire de la psychologie de l’enfant au xixe siècle, j’ai rencontré la triade enfant/animal/primitif, qui semblait, dans ce domaine, constituer un modèle largement répandu, le comparatisme allant de soi pour cette nouvelle psychologie, héritière de l’évolutionnisme et de la démarche expérimentale. Longtemps après, la psychologie dite génétique reprit d’ailleurs encore des métaphores situant le développement de l’enfant par rapport à des degrés de civilisation ou à des niveaux d’intelligence animale1.

2Mais, au début du xxe siècle, l’essor des recherches empiriques sur l’intelligence animale conduisit à s’interroger sur la possibilité d’une « psychologie animale » indépendante (sans l’enfant, sans le primitif) et à définir sa légitimité par rapport à des domaines de recherche comme la zoologie, la physiologie et la psychologie.

3Dans les discussions qui affrontent biologistes et psychologues à cette époque, les noms du Français Pierre Hachet-Souplet et du psychologue suisse Édouard Claparède reviennent fréquemment.

  • 2 D’origine allemande, ce courant est représenté en France par un médecin ophtalmologiste, Nuel.

4À cet égard, un texte de Claparède, en 1906, avait attiré mon attention par ses accents violemment polémiques. Il y dénonce un courant physiologiste radical qui prétend épurer l’approche des comportements animaux de tout vocable psychologique, entaché a priori d’intentionnalité et supposant l’existence d’une conscience. Ce courant physiologiste2 annoncerait la mort de la psychologie tout entière, en la privant de la méthode comparatiste. La menace qui pèserait ainsi sur la psychologie comparée encourage Claparède à favoriser les initiatives en psychologie animale, et notamment celle de Pierre Hachet-Souplet, qui tente de développer une approche expérimentale originale.

5Je présenterai donc la survenue de Pierre Hachet-Souplet dans le domaine spécialisé de la psychologie animale au tournant du xxe siècle et le bref succès éditorial qu’il y rencontre. Pendant une quinzaine d’années environ, le cercle assez restreint des psychologues se fait l’écho de ses publications dans leurs revues et il apparaît comme une figure incontournable de ce domaine. Mais sa carrière changera brusquement d’orientation et, après la Première Guerre mondiale, il ne s’adressera plus qu’à un grand public amateur de cirque et de dressage. Comment expliquer ce revirement ? D’où vient Hachet-Souplet ? Quelle est sa légitimité ? Quels sont les enjeux sous-jacents à l’intérêt que lui porte un psychologue majeur comme Claparède ?

  • 3 Je tiens à remercier Mme Brigitte Roth, responsable de la section des manuscrits à la bibliothèque (...)

6Pour tenter de répondre à ces questions, j’ai inventorié, outre les diverses sources publiées, les registres des professeurs du Muséum d’histoire naturelle, les microfiches de quelques-uns des numéros des Annales de la psychologie zoologique de Hachet-Souplet qui ont été conservés au Muséum, ainsi que deux correspondances de Pierre Hachet-Souplet : l’une à Édouard Claparède, conservée dans le fonds Claparède de l’université de Genève, et l’autre à Stéphane Mallarmé, qui est archivée à la bibliothèque Jacques-Doucet à Paris3.

L’histoire d’une rencontre

Le contexte

7La rencontre Hachet-Souplet–Claparède, au début du xxe siècle, se déroule au moment où se constituent les domaines disciplinaires, jaloux de leur territoire et soucieux de légitimité scientifique. La psychologie positive, en vertu des principes énoncés trente ans plus tôt par Hippolyte Taine et par Théodule Ribot, dans des textes programmatiques de la psychologie nouvelle, rejette la conscience de son domaine d’investigation. C’est à partir d’une double référence à la psychologie pathologique et à la psychologie expérimentale, qu’autour des années 1880, s’installent peu à peu en France les assises d’une nouvelle psychologie positive en opposition à la vieille psychologie des facultés fondée sur l’introspection. Cette discipline en voie d’institutionnalisation multiplie les investigations dans les domaines les plus variés, consacrant l’usage du comparatisme comme modèle privilégié, susceptible de lui conférer sa légitimité.

  • 4 Thomas, 2008.

8Dans le domaine des études sur l’enfance, une floraison de publications marquées par la vulgarisation de la théorie de la récapitulation ont déjà consacré des rapprochements entre l’enfant et l’animal, comme celles de James Sully ou de Stanley Hall pour les plus connues. Mais des recherches empiriques sur l’enfant, proposant observations et expérimentations rigoureuses, commencent à apparaître dès les années 1880 avec Binet, Preyer ou Baldwin, qui se poursuivront dans le cadre théorique de la psychologie génétique au xxe siècle. Cependant, si la psychologie de l’enfant peut s’instaurer comme objet incontestable pour la psychologie, il n’en va pas de même pour la psychologie animale qui semble représenter « un objet douteux4 », comme le suggèrent les vives polémiques qui transparaissent dans les publications psychologiques traitant des comportements animaux, à cette époque.

  • 5 Thomas, 2008, 223.
  • 6 La psychologie animale, 1882.

9C’est en effet la notion même de psychologie animale qui est en question avec la résurgence du vieux débat vitalo-mécaniste, héritier de la philosophie. Les psychologues eux-mêmes sont divisés sur cette question mais ce sont surtout psychologues et physiologistes qui s’affrontent alors, autour d’un objet commun, le comportement animal. En effet, « les états mentaux des animaux, et plus particulièrement l’intelligence animale, constituent un objet que la psychologie hésite à faire entrer dans son champ de recherche5 ». Les physiologistes reprochent aux psychologues de décrire leurs observations de comportements animaux en employant un vocabulaire issu de la psychologie, ce qui impliquerait selon eux qu’ils prêtent aux animaux des qualités psychiques humaines comme l’intentionnalité ou la volonté, supposant une conscience sous-jacente. Cette critique, qui a pour point de départ l’anthropocentrisme de George Romanès6, est le fait d’un courant mécaniste « ultra-physiologiste », comme le désigne Claparède en 1904, qui se dresse contre l’idée même d’une psychologie animale. En font partie Loeb, Beer, Bethe, Uexküll, Nuel, Ziegler ou Semon. Ceux-ci cherchent à créer un vocabulaire purement objectif pour décrire les comportements animaux, et proposent des néologismes comme « antikinèse », « photo-réception », « kléronomie » ou des paraphrases alambiquées pour exprimer des comportements ou des actions simples. Claparède et d’autres psychologues, tels Henri Piéron (1904) ou Georges Bohn (1905), se moquent de ces excès de rigueur terminologique masquant mal une confusion théorique entre les notions de personnalité, de psychisme et de conscience.

10J’ai donc été amenée à faire l’hypothèse que Claparède, qui entend jouer un rôle international dans les réseaux de psychologues, va chercher à nouer des alliances et encouragera l’initiative de Hachet-Souplet, tandis que ce dernier, présent marginalement sur le terrain de la zoologie, ambitionne de se faire admettre dans le cercle des psychologues, auxquels il emprunte hardiment des concepts.

  • 7 Hachet-Souplet faisait des démonstrations de dressage dans les cirques, comme le cirque Mollier, où (...)

11Édouard Claparède et Pierre Hachet-Souplet se sont rencontrés et correspondent, de façon très épisodique, pendant une période de près de trente ans. Nous n’avons que six lettres de Hachet-Souplet, sans les réponses que lui a faites Claparède, mais le ton de ce courrier indique qu’il y a bien eu des échanges entre eux. Au début de leur relation, en 1902, les deux hommes discutent de points théoriques, comme celui du criterium de conscience (à quel degré de l’échelle de l’évolution apparaît la conscience ? Ne vaut-il pas mieux laisser la question de côté comme le préconise Ribot pour la nouvelle psychologie ?). Dans ce même courrier, fort du soutien d’un puissant comité de patronage, Hachet-Souplet annonce sa prochaine installation au Jardin des Plantes. Dans une lettre de 1909, il discute avec Claparède de « la loi de récurrence associative », qui serait au principe même du dressage selon lui, et il cherche à savoir si Claparède pourrait en envisager la généralisation à l’éducation et plus largement à certains faits psychologiques humains. Cherchant à se faire connaître de la communauté des psychologues, il envoie à Claparède, secrétaire général du VIe Congrès international de psychologie de Genève, le texte d’une communication destinée à être lue car lui-même sera absent. Plus tard, en 1913, à la demande de Claparède, il se rendra à Genève7 pour y montrer des exercices de dressage et y donner des conférences, probablement à l’Institut Jean-Jacques Rousseau, qui vient d’être créé, à l’initiative de Claparède.

  • 8 Il s’agit de chevaux calculateurs présentés par un dresseur. Un comité scientifique parvint après d (...)

12Dans sa correspondance, Hachet-Souplet use d’un ton déférent et confraternel tout à la fois, « M. le docteur et éminent collègue ». Plus précisément, il semble tenir un fil délicat entre respect, complicité et flatterie, cherchant à obtenir faveurs et reconnaissance, tout en s’adressant à un « collègue », auquel il tient tête et qu’il cherche à convaincre en argumentant. Très sensible aux jugements de Claparède, il tentera encore une fois, en 1928, de se convaincre du fait que Claparède n’a pas changé d’avis à propos des chevaux d’Elberfeld8 auxquels celui-ci s’était intéressé en 1904. Ce sera la dernière lettre conservée par Claparède.

13Je présenterai donc la trajectoire de Claparède et celle de Hachet-Souplet, au cours des deux premières années du xxe siècle et leur contribution respective à la psychologie animale et comparée.

Édouard Claparède ou l’enthousiasme initial d’un psychologue du sérail

  • 9 Pour plus de détails sur ce point, on pourra se reporter à Chapuis, 1997.
  • 10 Voir Paicheler, 1992.
  • 11 Hachet-Souplet, 1913, 9.

14Dès les premières années du xxe siècle, Édouard Claparède (1873-1940) est une figure reconnue dans la communauté assez étroite des psychologues de l’époque. De formation médicale, Claparède a joué un rôle très actif dans le mouvement d’institutionnalisation de la psychologie : il obtient la chaire de psychologie ainsi que la direction du laboratoire à la faculté des sciences de Genève en 1904, à la succession de Théodore Flournoy, son cousin, qui l’avait orienté vers la psychologie nouvelle de Gustav Theodor Fechner et de Wilhelm Wundt. C’est avec lui qu’il avait créé, en 1901, Les Archives de psychologie, pour être le pendant suisse de L’Année psychologique de Binet. Il avait connu Binet, quelques années plus tôt à Paris, pendant sa formation, où celui-ci l’accueillit au laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne. Il partagera un temps avec lui un projet ambitieux, celui de fonder autour de leurs revues respectives une sorte de pôle européen de la psychologie d’expression française9 pour faire poids face aux psychologues allemands et américains qui sont richement dotés10. Dans la préface du premier numéro des Archives, l’éditorial de Claparède souligne la vocation d’ouverture de la revue « à toutes les ramifications de la psychologie ». Claparède tient notamment la rubrique de psychologie animale dont le titre comme le contenu, fluctuant au fil du temps, témoignent des débats en cours et de l’intérêt croissant pour l’étude du comportement animal. Claparède, lors du Congrès de 1909, est responsable de la section de psychologie animale. Selon Hachet-Souplet, dans la préface de son ouvrage De l’animal à l’enfant11, Claparède souhaitait créer à Genève un laboratoire de psychologie animale mais, aucune autre source ne semblant l’attester, il pourrait s’agir de la part de Hachet-Souplet, d’un argument destiné à se faire valoir pour appuyer ses demandes auprès du Muséum à Paris, nous y reviendrons plus loin.

  • 12 Claparède, 1946, 22.
  • 13 L’ouvrage connaît sa 5e édition en 1916 et ne cessera d’être réédité jusqu’à une dernière version ( (...)

15Claparède est sensible aux questions relatives à la psychologie animale, le goût de la zoologie, raconte-t-il dans son autobiographie en 1946, lui étant venu d’un oncle, naturaliste renommé, qui aurait été « le premier à propager sur le continent les idées darwiniennes12 ». Il est l’auteur, en 1905, d’un petit livre au succès retentissant, Psychologie de l’enfant et pédagogie expérimentale13. Entre 1901 et 1913, Claparède s’implique fortement dans le mouvement d’institutionnalisation de la psychologie scientifique et entend défendre son territoire contre les menaces proférées par ces physiologistes mécanistes.

  • 14 Claparède, 1901a, 491.
  • 15 Lettre de décembre 1902.
  • 16 Claparède, 1901b, 489.
  • 17 La théorie du parallélisme psychophysiologique (G. T. Fechner en 1860), postule que le corps et l’e (...)
  • 18 Claparède, 1901b, 490-491.
  • 19 Claparède, 1906, 15.
  • 20 Loi d’économie consistant à ne pas rendre compte d’un phénomène observé par des facultés d’un ordre (...)
  • 21 Claparède, 1906, 29.
  • 22 Ibid., 30.
  • 23 Claparède, 1909, Avant-propos.
  • 24 Voir note 7.

16Il publie à ce sujet une série d’articles, dont le premier, en mai 1901, dans la Revue philosophique, sous le titre : « Les animaux sont-ils conscients ? ». Il y défend, d’un point de vue de psychologue, l’utilité des recherches sur le psychisme animal au nom de la méthode scientifique « sans préjuger ni le comment ni le pourquoi des rapports entre l’âme et le corps14 ». Il rejette donc, comme hors de portée, la recherche d’un criterium de conscience ce qui, on l’a vu, heurte Hachet-Souplet15 qui tente vainement de le faire changer d’avis. En 1901 encore, Claparède publie une note critique sur l’ouvrage de Hachet-Souplet, L’examen psychologique des animaux, où, tout à la fois, il lui reproche des faiblesses de raisonnement et l’encourage à poursuivre ses observations minutieuses, ce qui lui sera facilité, ajoute-t-il, par l’installation effective du laboratoire de psychologie animale qu’attend Hachet-Souplet. Les années suivantes, Claparède poursuit par deux articles importants : en 1903, sous le titre, « Les principes de la psychologie animale », il se livre à une recension bibliographique internationale portant sur les publications des dix dernières années. Reprenant à cette occasion la question du critère de la conscience, il rouvre le débat sur le bien-fondé de la création d’un vocabulaire spécifique à la psychologie animale. Se disant sensible au souci des physiologistes d’une « séparation bien nette des domaines », il ajoute cependant que leurs créations lexicales sont inutilisables, impossibles à manier et bien inutiles pour les tenants du « parallélisme psycho-physiologique16 »17. C’est l’argument du parallélisme qui va fonder son raisonnement. En effet, selon un point de vue évolutionniste, si le principe de réciprocité d’action entre processus physiologiques et processus psychiques est vrai pour l’homme, il peut être étendu par analogie à toute la série animale, ce qui justifie la psychologie comparée18. En 1906 pourtant, il interroge encore : « La psychologie comparée est-elle légitime ? », dans un long article publié dans les Archives19. Il utilise le même raisonnement que précédemment, en y ajoutant un nouvel argument : si la question de la conscience est indécidable, cela ne doit pas empêcher le recours à la psychologie animale, car il suffit, pour se garder du reproche d’anthropomorphisme, de respecter le principe de Morgan20. Suit un long développement, où il raille, une fois de plus, les excès mécanistes des physiologistes qui, dit-il, se privent de toute interprétation subjective de leurs observations21, ce qui est aussi absurde que de chercher à comprendre ce que dit un homme en observant le mouvement de ses lèvres et de son larynx, sans tenir compte du sens de ses paroles22. En 1909, Claparède poursuit sa réflexion dans un volume consacré à La psychologie animale de Charles Bonnet, publié à l’occasion du tricentenaire de l’université de Genève, dont Bonnet était originaire. Claparède en fait l’un des premiers naturalistes « ayant envisagé de manière scientifique l’âme des bêtes23 ». Il en fait également un précurseur des débats contemporains par son rejet de l’anthropomorphisme et du finalisme et son souci d’appliquer la mesure à des faits d’expérience. Ce sera l’ultime contribution de Claparède à la psychologie animale, si l’on excepte un article publié en 1913, clôturant d’interminables débats autour des chevaux d’Elberfeld24.

Pierre Hachet-Souplet, un amateur en quête de reconnaissance

  • 25 Mais c’est l’étude des techniques de dressage qui le fera connaître par la suite du grand public et (...)

17Pierre Hachet-Souplet (1869-1947) apparaît, au début du siècle, comme un auteur indépendant, sans attaches universitaires, qui compte plusieurs publications à son actif, dispose d’un réseau de relations chez les naturalistes et défend une approche expérimentale originale d’étude de l’intelligence animale au moyen du dressage. Selon lui, l’aptitude de l’animal à être dressé est directement liée à son degré d’intelligence. Hachet-Souplet se signale par des ouvrages ambitieux, traitant de psychologie animale et plus largement de psychologie évolutionniste, qui sont largement pris en compte par la communauté scientifique de l’époque25.

18Pourtant, il est difficile de trouver des informations précises sur lui, en dehors de celles qu’il veut bien livrer lui-même dans ses ouvrages et dans sa correspondance. Les dictionnaires biographiques consultés sont peu loquaces, se contredisent sur sa date de naissance (1867, plus souvent, 1869) et se fourvoient dans les dates de ses publications. Il y est présenté de façon confuse comme écrivain, poète, historien, naturaliste, homme de lettres ou auteur d’études de psychologie. Sa ville natale, Saint-Quentin, détient des archives sur quelques-uns des membres de sa famille, notamment son grand-père Calixte Souplet, directeur du journal républicain, Le Guetteur de Saint-Quentin, ce qui a dû familiariser son petit-fils avec le monde de la presse.

  • 26 Hachet-Souplet, 1900, Avant-propos.

19Pierre Hachet-Souplet, après quelques études de lettres classiques, commence très tôt à publier, pêle-mêle, essais littéraires, historiques et de psychologie animale sous le pseudonyme de Calixte Rachet. À seize ans, en 1885, il fait paraître Études psychologiques, le mécanisme de l’entendement, essai de psychologie évolutionniste, qui constitue sa première réflexion « sur la conscience et ses origines26 ». Son goût pour la psychologie s’y annonce et se confirme avec un autre petit essai, deux ans plus tard.

  • 27 Il s’agit de « La Philosophie de l’obscurité » (1889).
  • 28 Lettre du 5 juillet 1888.
  • 29 Lettre du 9 mai 1887.
  • 30 En lui traduisant un texte grec, l’Alexandra de Lycophron, avant de renoncer devant l’ampleur de la (...)

20À vingt ans, il se lance dans la critique littéraire, en publiant une plaquette sur Stéphane Mallarmé27 qu’il a réussi à faire préfacer par Mallarmé lui-même28. Il entretiendra une brève correspondance avec le poète, essayant d’obtenir ses faveurs par une offre de services29, qu’il se montre finalement incapable d’assumer30. Cette correspondance de Hachet-Souplet à Mallarmé montre son admiration dévote à l’égard du grand poète et ses tentatives pour s’en faire reconnaître. Ce sont ces mêmes transports d’enthousiasme et de ferveur qu’on retrouve, des années plus tard, dans les lettres qu’il adresse à Claparède.

21Il allait renoncer à ses prétentions littéraires pour publier en 1894, un essai historique sur Napoléon III, La vérité sur l’évasion du Fort-de-Ham en 1846, qui lui vaut, selon lui, « un grand succès de curiosité ».

22Dans ses travaux ultérieurs en psychologie animale (Annales de psychologie zoologique, avant-propos et préfaces d’ouvrages), Hachet-Souplet se racontera avec une grande complaisance tout en taisant l’usage de son pseudonyme, voulant sans doute faire oublier les déceptions de sa première carrière. À compter de son arrivée à Paris, autour de 1890, il signera de son nom.

Comment nommer l’étude des comportements animaux : psychologie comparée, psychologie animale, psychologie zoologique ?

Du flou chez les psychologues

23En dépit des discussions mettant en cause la légitimité de la psychologie animale, la production dans ce domaine est plus abondante que jamais au tournant du siècle, comme pourraient en attester les recensions bibliographiques et les sommaires des revues. Mais un certain flou terminologique brouille la vision qu’on peut avoir de ce domaine.

24Dans la littérature psychologique, à cette époque, la désignation du champ qui étudie les comportements animaux est tout aussi incertaine que l’a été celle de la psychologie au moment des premiers grands congrès internationaux qui proposaient : « psychologie physiologique », à Paris en 1890, « psychologie expérimentale », à Londres en 1892, et désormais, « psychologie », à partir du congrès de Munich en 1896.

25De la même façon, les sommaires des revues de psychologie de langue française – L’Année psychologique, Revue philosophique de la France et de l’étranger, Archives de psychologie – indiquent confusément : psychologie comparée, psychologie animale ou encore psychologie zoologique.

  • 31 Georges Bohn publiera en 1911, chez Alcan, La nouvelle psychologie animale, où il se réclame du ren (...)

26Ainsi, sous l’intitulé, « psychologie animale », une rubrique régulière quoique limitée à quelques minces comptes rendus paraît, depuis 1895, dans L’Année psychologique. Elle ne prendra une importance significative que dix ans plus tard, en 1905, mais cette fois-ci sous l’appellation de « psychologie comparée », avec une grande revue bibliographique de psychologie animale, signée Georges Bohn31, directeur du laboratoire de biologie et psychologie comparée à l’École des hautes études. Sous ces deux appellations (psychologie animale et psychologie comparée), L’Année psychologique traite donc d’un même thème.

  • 32 Claparède, 1901a, 481-497.
  • 33 Feuerhahn, 2011.
  • 34 Ribot, 1877, cité par Feuerhahn, 2011, 58.
  • 35 Selon Wolf Feuerhahn (2011, 56), la section de philosophie de l’Académie des sciences morales et po (...)

27La Revue philosophique ignore toute référence à la psychologie animale jusqu’en 1900. Celle-ci y fait alors son entrée avec l’article de Claparède, « Les animaux sont-ils conscients ?32 ». En revanche, la « psychologie comparée » apparaît dès le sommaire du numéro inaugural de la Revue philosophique en 1876. Cependant, elle n’a alors qu’un sens exclusivement anthropologique lié d’une part à la place que Ribot fait à l’œuvre de Spencer traduite par Espinas et, d’autre part, au fait que l’expression « psychologie comparée » a été longtemps dévolue au courant spiritualiste, comme l’indique Wolf Feuerhahn33. En effet, les deux termes de la comparaison visent, pour ceux qui l’emploient, à opposer l’homme à l’animal, ce qui fait dire à Ribot : « La psychologie animale tend à rabaisser l’animal pour donner à l’homme le spectacle de sa grandeur34. » On ne s’étonnera donc pas du rejet de toute référence à la psychologie animale dans la revue de Ribot35.

28Du côté des Archives de psychologie, il existe une rubrique intitulée « psychologie animale » dès la première parution, en 1901. Dans les numéros suivants, on remarque que cette appellation sert parfois à désigner la seule psychologie animale, parfois à renvoyer à une sous-catégorie de la « psychologie comparée », au même titre que « psychologie des sexes » ou « psychologie criminelle ». Donc, dans cette revue, la dénomination « psychologie comparée » paraît nettement englobante. D’ailleurs, dès 1909, la place faite aux comportements animaux prend une telle importance que la rubrique « psychologie comparée » n’a plus de raison d’être et disparaît au profit de la seule « psychologie animale », qui se maintiendra solidement, et sous cette étiquette, pour présenter articles originaux et comptes rendus de lecture. Cette date de 1909 est à relier au congrès de psychologie de Genève dont la section de psychologie animale provoque certainement un accroissement des publications.

  • 36 Piéron, 1904, 171.

29Il semble ainsi que la locution « psychologie comparée » n’est pas vraiment fixée avant les premières années du siècle : il s’agit d’une référence plus ou moins générale liée à l’orientation théorique des revues. Elle renvoie à l’ethnologie dans la Revue philosophique car elle y paraît encore entachée d’une connotation suspecte dans la comparaison avec l’animal ; elle n’apparaît que tardivement dans L’Année psychologique, où elle ne prend jamais un sens ethnologique, étant donné le refus méthodologique du comparatisme chez son directeur, Alfred Binet. C’est d’ailleurs en raison de ce même parti pris méthodologique que la psychologie animale n’y a occupé que peu de place ; enfin, la psychologie comparée est clairement englobante dans les Archives de psychologie qui, étant d’apparition plus tardive (1901) que les deux autres revues, y gagnent peut-être le confort d’un certain recul. Les Archives mentionnent également une sous-rubrique, dite de « psychologie zoologique », ce qui n’échappe pas au psychologue français Piéron, lequel, en ouverture d’une note de lecture de la Revue philosophique, pointe ironiquement : « La psychologie animale semble entrer dans une activité toute nouvelle, sous l’expression, d’apparence au moins plus scientifique, de psychologie zoologique36. »

30C’est précisément cette locution qui fut adoptée par Hachet-Souplet pour sa publication Les Annales de psychologie zoologique.

La réception et l’éviction de Pierre Hachet-Souplet chez les psychologues

  • 37 Annales de psychologie zoologique, 1, 1901.

31Pierre Hachet-Souplet semble omniprésent sur la scène scientifique parisienne, en psychologie animale, à partir de 1897 et jusqu’en 1913 environ. Ses ouvrages, référencés dans la plupart des recensions bibliographiques, comptent de deux cents à trois cents pages, et relatent observations originales et expériences agrémentées d’illustrations. Ils sont publiés chez des éditeurs consacrés du monde savant comme Schleicher, et surtout Flammarion et Alcan par la suite. En parallèle, à la même époque – et ce n’est pas indifférent – Hachet-Souplet signe une soixantaine d’articles pour des journaux et des magazines populaires en France et à l’étranger, contant ses expériences de dressage ou diverses anecdotes sur la vie psychique des bêtes37.

32En 1897, Hachet-Souplet publie chez l’éditeur Schleicher son premier ouvrage consacré à l’examen des procédés de dressage, Le dressage des animaux, révélation des procédés employés par les professionnels. Cette date marque son entrée dans le monde savant. L’ouvrage a bénéficié d’une souscription du ministère de l’Instruction publique, connaît une traduction en allemand et sera salué pour la nouvelle classification des espèces qu’il a établie. Dans son introduction, Hachet-Souplet se présente modestement comme un amateur, dont l’origine provinciale a permis la fréquentation régulière d’animaux, qu’il a tenté, « depuis l’enfance, dit-il, d’apprivoiser et de dresser, trouvant là une source inépuisable d’observations ». Ce provincial fortuné, féru de littérature et familier des animaux, a choisi de s’installer à Paris, où il avait déjà des contacts éditoriaux, pour tenter de se faire reconnaître comme spécialiste du comportement animal, en entretenant des réseaux de relations avec les naturalistes du Muséum et avec les psychologues.

33Dans une lettre à Claparède, datée du 16 novembre 1902, il le remercie de s’intéresser à ses travaux et, lui demandant de l’aider à en faire reconnaître l’originalité, il se pose en victime :

J’ai le premier (il y a une vingtaine d’années), considéré les procédés de dressage et de stimulation psychologique comme des procédés d’investigation scientifique. J’ai consacré à l’étude de la mentalité des bêtes : ma fortune, mon temps et ma santé.

34Cette lettre, comme d’autres qui suivront, est révélatrice de l’isolement de Hachet-Souplet et de la ténacité qu’il déploie dans ses démarches. Son isolement est lié à sa situation d’amateur insatisfait de sa marginalité. Les amateurs ont été nombreux, au xixe siècle, comme auxiliaires de la science triomphante. On les trouve aussi bien en astronomie (Flammarion et l’astronomie populaire) qu’en archéologie sur les chantiers de fouilles. En psychologie, ils constituent des cohortes d’observateurs volontaires pour le recueil de données : Stanley Hall et le Child Study Movement, Binet et la Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant en fournissent des exemples contemporains. Toutefois, ces amateurs sont des anonymes désintéressés, se mettant au service de la science légitime et qui resteront dans l’ombre. Hachet-Souplet précisément n’est pas de ceux-là ; il ne cache pas son ambition.

  • 38 Cet intitulé tranche avec ceux dont il est coutumier, qui promettent des révélations sensationnelle (...)
  • 39 Claparède, 1901b, 99-104.

35En 1900, toujours avec la caution de l’éditeur Schleicher et une orientation qui conjugue son attirance pour l’étude de l’animal et pour la psychologie, Hachet-Souplet publie un nouvel ouvrage. Il y adopte un ton franchement académique, dès le titre : L’examen psychologique des animaux. Nouvelle méthode expérimentale de classification des espèces au point de vue psychologique38. Romanès et Delbœuf, cités en épigraphe, renforcent encore la caution scientifique de l’entreprise. Hachet-Souplet y développe l’hypothèse majeure, qu’il maintiendra envers et contre tout, du lien entre aptitude au dressage et intelligence. L’ouvrage est analysé au peigne fin de la critique par Claparède, l’année suivante, dans la Revue philosophique39. Il relève les insuffisances – définitions peu claires, faiblesse du raisonnement, contradictions –, mais ne ménage pas pour autant ses encouragements et souhaite que l’auteur poursuive ses observations dans de meilleures conditions expérimentales, lorsqu’il disposera enfin de son laboratoire de psychologie animale.

  • 40 L’une d’entre elles porte sur le sens de la direction chez le pigeon voyageur.

36D’un autre côté, Hachet-Souplet a cherché une reconnaissance de la part d’une large assemblée de psychologues en se faisant inscrire au programme des congrès internationaux de psychologie à Rome en 1905 et à Genève en 1909, par l’entremise de Claparède. Comme la correspondance nous l’apprend, ses communications40 ne seront pas prononcées, mais paraîtront dans les actes de ces colloques, ce qui signale une certaine légitimation officielle.

  • 41 Piéron, 1912, 301-302.
  • 42 Ibid., 301.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid., 302.
  • 45 Hachet-Souplet, 1913, Introduction.
  • 46 Baciocchi, Hergy, 2003.
  • 47 Lahy, 1912, 301-302.
  • 48 Piéron, 1913, 272-273.

37La genèse des instincts, édité par Flammarion en 1912, reçoit un accueil très sévère de la part de Piéron dans la Revue philosophique41. La conception d’ensemble de l’ouvrage est, selon lui, à revoir, le programme annoncé n’est pas traité et l’auteur est stigmatisé pour la première fois pour son amateurisme : « ni biologiste, ni philosophe42 », il dévoile crûment ses lacunes, « sa connaissance de la littérature en psychologie comparée est très fragmentaire… (et) son identification de l’intelligence et de la conscience ne peut aucunement être admise43 ». Toutefois, comme Claparède ou Lahy, il reconnaît à l’auteur le mérite d’être « un expérimentateur fort ingénieux » ce qui lui permet de faire œuvre originale44. En 1913, Hachet-Souplet tentera encore de se justifier contre les critiques qui invalident le lien entre dressage et intelligence en invoquant l’échelle métrique de Binet-Simon qui, selon sa lecture, fait dépendre la hiérarchisation des degrés d’intelligence de l’aptitude à l’éducation45. Ce dernier ouvrage reçoit l’approbation d’Émile Durkheim, en tant qu’évaluateur pour le ministère de l’Instruction publique46 auquel Hachet-Souplet a demandé des subventions. Jean-Maurice Lahy47 salue la nouveauté et le sérieux des expériences « personnelles » que conduit Hachet-Souplet à l’Institut de psychologie zoologique avec les animaux du Jardin des Plantes. Ces expériences portent, par exemple, sur le seuil auditif du loup ou la sensibilité de pigeons dressés à s’envoler selon les variations de l’éclairage, vérifiant la loi de Fechner. Lahy souligne également l’intérêt de « la loi de récurrence associative », qui pourrait être généralisée à l’enfant, mais regrette que les faits d’évolution et de passage, suggérés par le titre, ne soient pas plus sérieusement traités. Piéron lui aussi fait une critique pour L’Année psychologique, dont il est le nouveau directeur48, et, par-delà les compliments habituels sur les qualités d’observation de l’auteur, il remet en cause son anthropomorphisme et, de façon générale, sa naïveté sur le plan théorique. Ce livre, publié chez Alcan, dans la prestigieuse collection de philosophie contemporaine, va marquer le sommet de la carrière éditoriale de Hachet-Souplet en tant que spécialiste de psychologie zoologique, mais il en marquera également la chute, puisqu’il ne publiera plus d’ouvrage dans ce domaine. Déçu sans doute de son manque de reconnaissance académique, il se tournera vers le grand public avec La psychologie du dressage (1928), qui inaugure une série de succès de librairie lui assurant une notoriété durable. L’abandon de ses ambitions « scientifiques » semble consécutif au renoncement à ses espoirs d’installation au Muséum.

Un projet avorté : le laboratoire de psychologie zoologique de Pierre Hachet-Souplet

Un soutien institutionnel de façade, l’Institut de psychologie zoologique et le Muséum

38Si les développements théoriques de Hachet-Souplet n’ont pas convaincu les psychologues, il n’en demeure pas moins que, dès le début du siècle, il jouissait d’une notoriété suffisante pour s’en prévaloir et tenter de donner une assise stable à ses activités au Muséum d’histoire naturelle de Paris et dans ses annexes, le Jardin d’acclimatation du bois de Boulogne et le Jardin zoologique du bois de Vincennes.

  • 49 Le Muséum est un grand établissement, indépendant de l’Université, comme le Collège de France ou l’ (...)

39Il a l’appui de Ribot, Toulouse et Claparède le soutiennent et Edmond Perrier, directeur du Muséum, lui est favorable. À son arrivée en 1900 à la direction du Muséum49, Perrier hérite d’une situation particulièrement difficile et va chercher à renforcer l’individualité de l’Institution Muséum par rapport à l’Université. Il s’emploiera à lui assurer une autonomie financière et obtiendra des crédits pour la réfection de bâtiments qui menacent ruine. Perrier, agrégé de sciences physiques et naturelles, anatomiste et zoologiste, membre de l’Académie des sciences, est aussi un partisan de la vulgarisation scientifique. Il alimente des chroniques dans Le Temps et fournit occasionnellement des articles pour d’autres titres de la presse populaire.

40Il voit donc d’un œil favorable la venue de Hachet-Souplet au Muséum en 1901, pour y créer l’Institut de psychologie zoologique qui deviendra, l’année suivante, l’Institut zoologique. Hachet-Souplet dote cet institut d’un comité de patronage, associant d’illustres personnalités du monde scientifique comme Perrier, Étienne Marey, Bérillon, Ribot, Toulouse, Claparède ou Ernst Haeckel, ainsi que diverses autres notabilités.

41Cet aréopage savant semble bien augurer de l’avenir de l’Institut, mais qu’en est-il de la réalité de ses activités et de sa durée d’existence ? Quel est au juste son statut administratif ?

42Si l’on en croit le papier à en-tête qu’utilise Hachet-Souplet, il semble exister jusqu’en 1928 (date de la dernière lettre à Claparède), après avoir fréquemment changé de domiciliation au gré des déménagements de son directeur (au Muséum, rue de Lille, à Bry-sur-Marne et à Montreuil). Tout porte à croire cependant qu’à partir de 1912, cet Institut n’est plus rattaché qu’à son seul directeur et n’a d’autre existence que son nom sur le papier. Finalement, le seul titre dont Hachet-Souplet ait jamais pu se prévaloir semble être celui de fondateur-directeur de cet Institut de psychologie zoologique plutôt fantomatique.

  • 50 Il cite complaisamment ces titres : La Gazette du palais, La Revue de l’hypnotisme, La Nature, La R (...)
  • 51 Annales zoologiques, 2, 1902.

43Même sa revue, Les Annales de la psychologie zoologique, semble n’avoir eu qu’une existence éphémère : annoncée comme trimestrielle dans le numéro inaugural d’octobre 1901, elle devient, en 1902, Les Annales zoologiques, et on en perd la trace dès la fin 1904. L’état de conservation des Annales ne permet pas de se faire une idée précise ni du rythme de parution réelle, ni du nombre effectif de numéros publiés. Les quelques exemplaires conservés contiennent des discours, des conférences et des récits d’observations peu systématisés. On peut y lire notamment une conférence de Perrier, des comptes rendus d’observation du pigeon voyageur ou du coucou, un article de Branly sur le télégraphe, un projet d’étude du mouvement grâce au chronophotographe de Marey. Des programmes de recherche doivent être confiés à des commissions spécialisées constituées de savants amateurs : par exemple, la commission du dressage scientifique des pigeons messagers est menée par un général à la retraite (les pigeons voyageurs sont de précieux alliés des militaires), aux côtés d’un juriste, d’un colombophile et d’un directeur des postes et télégraphes. Hachet-Souplet occupe à lui seul une place centrale dans la publication. Le premier numéro présente son programme, « les desiderata de la psychologie zoologique ». La vocation scientifique est mise en avant, exhortant les lecteurs à se familiariser avec la « langue de la psychologie contemporaine » et à adopter une méthodologie innovante pour étudier « la vie psychique des bêtes en utilisant la théorie de l’évolution ». Fort de ses soutiens au Muséum et à l’extérieur, dans la presse et le public, Hachet-Souplet se dit confiant dans la possibilité de créer un « manège-laboratoire » au Muséum, et signale l’ouverture du « cirque psychologique », comme l’annonce déjà la presse50. Hachet-Souplet précise doctement qu’on y assistera à des conférences et non à des numéros de cirque. Quand il ne parle pas de ses projets et de leur avancée, son secrétaire-archiviste, Eugène Petit, le fait à sa place, évoquant les distinctions qu’il reçoit pour célébrer ses mérites qui sont d’autant plus grands, écrit-il, qu’il est « hors du milieu universitaire51 ». Ces propos complaisants mis à part, Petit annonce, lui aussi, l’installation imminente d’une « Maison des bêtes » et d’un « musée des Industries et des Arts chez les animaux », dans la cour de la Baleine, du côté de la rue Cuvier. Ces remarques semblent faire écho à de laborieuses négociations, Hachet-Souplet s’offusquant qu’on veuille l’exiler dans la lointaine Vincennes. Les obstacles rencontrés dans la réalisation de son installation semblent contemporains de l’extinction rapide de sa revue et mettent en cause l’existence même de ses projets de collaboration. Quelle est la position des professeurs du Muséum à l’égard des projets de Hachet-Souplet ?

Le laboratoire rêvé

44Réunis en assemblée générale le 1er décembre 1901 pour statuer sur les projets scientifiques en cours, les professeurs du Muséum examinent une première fois la demande de Hachet-Souplet d’implanter un laboratoire au Jardin des Plantes. Toutefois, faute peut-être de consensus, ils réservent leur réponse. Hachet-Souplet se trouve alors pris en défaut, car il avait annoncé l’ouverture du laboratoire quelques mois plus tôt, en octobre, dans ses Annales.

45Selon ces mêmes Annales zoologiques, en 1904, rien n’est encore décidé. Hachet-Souplet dispose, grâce à Perrier, d’un accès à la ménagerie, mais n’a toujours pas de local « convenable » pour conduire ses expériences et il doit quitter des locaux provisoires à Montrouge, d’où il est exproprié. Il se fait fort, avec l’aide du mécénat, de trouver les fonds nécessaires pour « élever un bâtiment digne du Muséum » en lieu et place de bâtiments délabrés. Toutefois, rien ne peut se faire sans l’approbation des professeurs du Muséum et finalement, huit ans plus tard, le 23 mai 1912, ceux-ci signifient une fin de non-recevoir définitive à Hachet-Souplet, dont « le ton comminatoire a indisposé l’assemblée ».

  • 52 Hachet-Souplet, 1900, Avant-propos.

46Ce laboratoire était un vieux rêve, sans cesse relancé et déçu, dont le projet initial, au Jardin d’acclimatation de Boulogne, semble remonter à 189652. Hachet-Souplet développait alors longuement l’intérêt de la recherche en psychologie zoologique et, détaillant ses démarches pour la création d’un laboratoire « de psychologie expérimentale et comparée », il avait choisi de rendre publics, dans son ouvrage, son projet et les obstacles institutionnels auxquels il se heurtait. Cette démarche représente une tentative de s’allier le lecteur, ce qui est un procédé qu’utilise constamment Hachet-Souplet.

  • 53 Rasmussen, 1996, 90.

47Pendant de nombreuses années, il a vainement attendu le laboratoire qu’on lui avait, semble-t-il, promis. Ayant dû se contenter de demi-mesures (l’accès à la ménagerie), il s’en plaint amèrement partout où il pense trouver un écho favorable à sa plainte : dans ses Annales, sa correspondance à Claparède, ses ouvrages, et dans la grande presse. Certes, Hachet-Souplet a sans doute motif à se plaindre, mais il ne se donne pas facilement pour vaincu, et, pour faire pression sur les professeurs du Muséum, il cherche à utiliser cette presse qui lui est si familière. Il est rare aujourd’hui que la grande presse soit mise à contribution pour infléchir les instances décisionnaires du monde académique mais, autour de 1910, selon A. Rasmussen, la science, qui connaît alors une période de désillusion, entre dans une crise qui « associa le public amateur de débats à succès sur l’avenir de la science53 ».

48C’est dans ce contexte où les enjeux scientifiques sont livrés à la grande presse que Hachet-Souplet monte une campagne de soutien en sa faveur dans des revues et dans de grands quotidiens parisiens, qu’il tient depuis toujours informés des avancées de ses plans et du blocage dont il se sent injustement victime. Il a le soutien de la Revue des Deux Mondes, de la Revue scientifique ou de quotidiens comme La Presse. Dans ce journal, à la date du 5 octobre 1905, il publie en première page le gros titre : « Un local SVP ». C’est une lettre ouverte au directeur de l’Enseignement supérieur, M. Bayet, pour se plaindre de n’avoir toujours pas obtenu, après cinq ans d’attente, l’ouverture de son laboratoire au Muséum. Il dénonce violemment le sabotage de ses projets et désigne à la vindicte publique le directeur de la ménagerie du Jardin des Plantes avec qui il est en conflit depuis longtemps, mais que la protection de Perrier lui a permis de contourner.

49On peut sans doute comprendre que, loin de lui être favorables, ces procédés de dénonciation journalistiques le rendent insupportable aux yeux de la communauté du Muséum qui va chercher à s’en défaire par sa décision de 1912.

Conclusion

50Pierre Hachet-Souplet s’est introduit dans le domaine de la psychologie animale au tournant du xxe siècle, où il est parvenu, sans titre ni diplôme, à se tailler un rapide succès éditorial entre le Muséum qui lui entrouvre ses portes et les psychologues qui indexent et commentent ses publications dans leurs revues, sans toutefois l’y accueillir.

51En cultivant ses relations avec Edmond Perrier, qui le prend sous sa protection, il se considère comme rattaché au Muséum, mais ce lien existe de façon plus officieuse qu’officielle, ce qui explique sans doute qu’aujourd’hui l’institution ait gardé si peu de traces de son passage. Il y a eu pourtant, au moins un temps, une communauté d’intérêt entre Hachet-Souplet, cherchant à se rapprocher de la ménagerie pour ses possibilités d’étude de terrain et Edmond Perrier, qui entend favoriser la vulgarisation et s’éloigner de l’Université, d’où l’accueil favorable qu’il réserve à un autodidacte comme Hachet-Souplet. Mais, celui-ci reste un outsider et ses méthodes, insistantes et tapageuses, finiront par se retourner contre lui.

52Quant aux psychologues, passé les premiers succès que lui valent ses talents dans l’observation et le dressage d’animaux, ils éconduisent Hachet-Souplet en raison même de son amateurisme et le découragent de s’introduire de façon effective parmi eux. Certes, Claparède restera en bons termes avec Hachet-Souplet, sans toutefois lui ménager ses critiques. Cependant, leurs relations s’espacent progressivement ; faute de crédibilité scientifique, Hachet-Souplet n’a pu constituer le soutien dont Claparède avait besoin au début du siècle pour étendre ses réseaux, à une époque où les frontières disciplinaires étaient mal dégagées.

53Le cas particulier de Pierre Hachet-Souplet, à travers la singularité de son projet, donne ainsi un éclairage sur le rôle de la presse d’opinion au début du xxe siècle, comme sur l’esprit clanique des milieux savants de statuts différents et leur défiance commune à l’égard de ceux qui n’appartiennent pas au sérail.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Baciocchi, S., Hergy, J., 2003, L’évaluation du comité. Textes et rapports de souscription au comité des travaux historiques et scientifiques, 1903-1917, postface Fabiani, J.-L., Oxford/New York, Durkheim Press/Berghahn Books, VIII.

Bohn, G., 1911, La nouvelle psychologie animale, Paris, Félix Alcan (Bibliothèque de philosophie contemporaine).

Carroy, J., Ohayon, A., Plas, R., 2006, Histoire de la psychologie en France, xixe-xxe siècles, Paris, La Découverte.

Chapuis, É., 1997, « L’Année psychologique dans la correspondance de J. Larguier des Bancels », Année psychologique, p. 97 et 643-663.

Chapuis, É., 2004, « Usages du comparatisme enfant-animal-primitif en psychologie génétique à la fin du xixe siècle », Cahiers de l’infantile, « L’enfant-l’animal-le primitif », 3, p. 63-87.

Claparède, E., 1901a, « Les animaux sont-ils conscients ? », Revue philosophique, p. 481-497.

Claparède, E., 1901b, « Pierre Hachet-Souplet : l’examen psychologique des animaux, note de lecture », Revue philosophique, p. 99-104.

Claparède, E., 1903, « Revue générale sur les principes de la psychologie animale », Année psychologique, IX, p. 483-493.

Claparède, E., 1906, « La psychologie comparée est-elle légitime ? », Archives de psychologie, V, p. 13-35.

Claparède, E., 1909, La psychologie animale de Charles Bonnet, Genève, Georg.

Claparède, E., 1913, « Les chevaux savants d’Elberfeld », Bulletin de la Société française de philosophie, séance du 13 mars, 13, p. 115-134.

Claparède, E., 1946, Psychologie de l’enfant et pédagogie expérimentale, T. I, Le développement mental, édition posthume refondue avec une autobiographie de l’auteur, Paris/Neufchatel, Delachaux & Niestlé, p. 20-62.

Dumas, G., 1936, Nouveau traité de psychologie, I, 1, La série animale, les races humaines, les sexes, Paris, Alcan.

Feuerhahn, W., 2011, « Les “sociétés animales” : un défi à l’ordre savant », Romantisme, 154, p. 35-51.

Groos, K., 1895, Les jeux des animaux, Griesen, trad. fr. 1902, Paris, Alcan.

Guillaume, P., 1928, « Préface » à La Psychologie des animaux de F. Buytendyk, Paris, Payot (Bibliothèque scientifique).

Guillaume, P., 1940, La psychologie animale, Paris, Armand Colin.

Hachet-Souplet, P., 1885 (sous le pseudonyme de Calixte Rachet), Études psychologiques – Le mécanisme de l’entendement – essai de psychologie évolutionniste, Paris, Auguste Ghio.

Hachet-Souplet, P., 1887 (sous le pseudonyme de Calixte Rachet), Notes sur nos jeunes gens, Paris, Auguste Ghio (Petites études psychologiques).

Hachet-Souplet, P., 1889 (sous le pseudonyme de Calixte Rachet), Stéphane Mallarmé, À l’écart, Paris, Auguste Ghio.

Hachet-Souplet, P., 1894, Louis Napoléon, prisonnier au fort de Ham : la vérité sur l’évasion de 1846, Paris, Eugène Dentu.

Hachet-Souplet, P., 1897, Le dressage des animaux et les combats de bêtes, révélations des procédés employés par les professionnels, Paris, Firmin-Didot.

Hachet-Souplet, P., 1900, L’examen psychologique des animaux. Nouvelle méthode expérimentale de classification des espèces au point de vue psychologique, Paris, Reinwald-Schleicher.

Hachet-Souplet, P., 1902, « Le criterium de l’intelligence animale », Annales de psychologie zoologique, I, 18.

Hachet-Souplet, P., 1903, Le mystère du pigeon voyageur éclairci par la méthode expérimentale suivi d’un mémoire sur la nouvelle psychologie zoologique, Paris, Schleicher.

Hachet-Souplet, P., 1912, La genèse des instincts, étude expérimentale, Paris, Flammarion (Bibliothèque scientifique).

Hachet-Souplet, P., 1913, De l’animal à l’enfant, Paris, Félix Alcan.

Hachet-Souplet, P., 1921, Les animaux savants, psychologie du dressage, Paris, Alphonse Lemerre.

Hachet-Souplet, P., 1925, Les grands fauves, Paris, Alphonse Lemerre.

Hachet-Souplet, P., 1928, Les sociétés d’animaux, la vie collective des insectes, des oiseaux et des mammifères, Paris, Alphonse Lemerre.

Hachet-Souplet, P., 1946, « L’animal et ses fantômes », Journal de psychologie normale et pathologique, 3, p. 322-340.

Joly, H., 1877, L’homme et l’animal, psychologie comparée, Paris, Hachette.

Lahy, J.-M., 1913, « Pierre Hachet-Souplet – De l’animal à l’enfant, Note de lecture », Revue philosophique, p. 541-542.

Netter, A., 1882, L’homme et l’animal devant la méthode expérimentale, Paris, Eugène Dentu.

Nuel, J.-P., 1904, La vision, Paris, Octave Doin (Bibliothèque de psychologie expérimentale normale et pathologique).

Paicheler, G., 1992, L’invention de la psychologie moderne, Paris, L’Harmattan.

Piéron, H., 1904, « Les méthodes de la psychologie, Notes et observations », Revue philosophique, VIII, p. 171-172.

Piéron, H., 1905, « Critiques de Nuel », Revue scientifique, décembre 1904-mars 1905.

Piéron, H., 1913, « De l’animal à l’enfant par P. Hachet-Souplet, Note de lecture », Année psychologique, XX, p. 272-273.

Piéron, H., 1914, « Le problème des animaux pensants », Année psychologique, XX, p. 218-228.

Rasmussen, A., 1996, « Critique du progrès, “crise de la science” : débats et représentations au tournant du siècle », Mil Neuf Cent, Revue d’histoire intellectuelle, 14, p. 89-113.

Schnitter, C., 1996, « Le développement du Muséum national d’histoire naturelle de Paris au cours de la seconde moitié du xixe siècle : “se transformer ou périr” », Revue d’histoire des sciences, 49-1, p. 53-97.

Thomas, M., 2008, « Histoire de la psychologie animale : la question de la psychologie animale en France et aux États-Unis au début du xxe siècle », dans Kail, M. (dir.), Marges et marginalisations dans l’histoire de la psychologie, 167-168-169, Paris, L’Harmattan (L’homme et la société), p. 223-250.

Dictionnaires

Curinier, C.-E., 1914, Dictionnaire national des contemporains, I, Paris, Office général d’édition.

Dictionnaire de biographie française, 1933 [1989], XVII, Paris, Letouzey & Ané.

Gubernatis, A. (de), 1905, Dictionnaire international des écrivains du Monde Latin, Rome, édité par l’auteur.

Correspondances

Six lettres de Pierre Hachet-Souplet à Édouard Claparède, datées de 1902 à 1928, dont deux sur papier ordinaire, trois sur papier à en-tête portant l’inscription : « P. Hachet-Souplet de l’Institut de psychologie zoologique fondé en 1901 » et une portant l’inscription : « Institut international de psychologie zoologique ».

Fonds Claparède, bibliothèque publique et universitaire de la ville de Genève.

Onze lettres de Hachet-Souplet (signées Calixte Rachet) à Stéphane Mallarmé, Paris, bibliothèque Jacques-Doucet.

Haut de page

Notes

1 Chapuis, 2004.

2 D’origine allemande, ce courant est représenté en France par un médecin ophtalmologiste, Nuel.

3 Je tiens à remercier Mme Brigitte Roth, responsable de la section des manuscrits à la bibliothèque publique et universitaire de l’université de Genève pour m’avoir fait parvenir la copie des lettres du fonds Claparède et Mme Thérèse Nouaille-Degorce, responsable au département des manuscrits et archives scientifiques de la bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle à Paris, pour m’avoir guidée dans mes recherches.

4 Thomas, 2008.

5 Thomas, 2008, 223.

6 La psychologie animale, 1882.

7 Hachet-Souplet faisait des démonstrations de dressage dans les cirques, comme le cirque Mollier, où Claparède l’avait peut-être vu.

8 Il s’agit de chevaux calculateurs présentés par un dresseur. Un comité scientifique parvint après de longues polémiques à écarter les hypothèses de télépathie et d’aptitudes exceptionnelles pour conclure que les chevaux obéissaient à des indices visuels discrets.

9 Pour plus de détails sur ce point, on pourra se reporter à Chapuis, 1997.

10 Voir Paicheler, 1992.

11 Hachet-Souplet, 1913, 9.

12 Claparède, 1946, 22.

13 L’ouvrage connaît sa 5e édition en 1916 et ne cessera d’être réédité jusqu’à une dernière version (posthume) en 1947.

14 Claparède, 1901a, 491.

15 Lettre de décembre 1902.

16 Claparède, 1901b, 489.

17 La théorie du parallélisme psychophysiologique (G. T. Fechner en 1860), postule que le corps et l’esprit étant les deux faces d’une même réalité, c’est l’organisme en tant que totalité qui interagit avec l’environnement.

18 Claparède, 1901b, 490-491.

19 Claparède, 1906, 15.

20 Loi d’économie consistant à ne pas rendre compte d’un phénomène observé par des facultés d’un ordre plus élevé qu’il n’est besoin.

21 Claparède, 1906, 29.

22 Ibid., 30.

23 Claparède, 1909, Avant-propos.

24 Voir note 7.

25 Mais c’est l’étude des techniques de dressage qui le fera connaître par la suite du grand public et il mènera une carrière internationale vouée à la vulgarisation scientifique (tournées de conférences, publication d’ouvrages et d’articles consacrés à un vaste bestiaire de singes, de pigeons voyageurs, de chevaux, de chiens ou de grands fauves). Aujourd’hui encore, son nom reste attaché à ce domaine et la plupart de ses ouvrages sont des best-sellers dans leur domaine.

26 Hachet-Souplet, 1900, Avant-propos.

27 Il s’agit de « La Philosophie de l’obscurité » (1889).

28 Lettre du 5 juillet 1888.

29 Lettre du 9 mai 1887.

30 En lui traduisant un texte grec, l’Alexandra de Lycophron, avant de renoncer devant l’ampleur de la tâche (1 400 vers).

31 Georges Bohn publiera en 1911, chez Alcan, La nouvelle psychologie animale, où il se réclame du renouvellement de la biologie qui a permis de remplacer « le verbalisme stérile des psychologues d’antan » en mettant l’accent sur l’analyse des activités observées selon la méthode éthologique. Il rend hommage à Claparède et exprime sa satisfaction face aux travaux de la psychologie animale scientifique qu’ont montré les récents congrès de zoologie à Boston en 1907, et de psychologie à Genève en 1909 (Introduction).

32 Claparède, 1901a, 481-497.

33 Feuerhahn, 2011.

34 Ribot, 1877, cité par Feuerhahn, 2011, 58.

35 Selon Wolf Feuerhahn (2011, 56), la section de philosophie de l’Académie des sciences morales et politiques a ouvert, en 1870, un concours à visée explicitement antidarwinienne portant « sur les phénomènes psychologiques de la nature animale comparés aux facultés de l’âme humaine ». Le lauréat, H. Joly, publiera en 1877 son mémoire, sous le titre Psychologie comparée, l’homme et l’animal, qui se présente comme une réfutation de l’évolution.

36 Piéron, 1904, 171.

37 Annales de psychologie zoologique, 1, 1901.

38 Cet intitulé tranche avec ceux dont il est coutumier, qui promettent des révélations sensationnelles comme : La vérité sur l’évasion du Fort de Ham, Le mystère du pigeon voyageur ou Les révélations sur les procédés de dressage

39 Claparède, 1901b, 99-104.

40 L’une d’entre elles porte sur le sens de la direction chez le pigeon voyageur.

41 Piéron, 1912, 301-302.

42 Ibid., 301.

43 Ibid.

44 Ibid., 302.

45 Hachet-Souplet, 1913, Introduction.

46 Baciocchi, Hergy, 2003.

47 Lahy, 1912, 301-302.

48 Piéron, 1913, 272-273.

49 Le Muséum est un grand établissement, indépendant de l’Université, comme le Collège de France ou l’École pratique des hautes études.

50 Il cite complaisamment ces titres : La Gazette du palais, La Revue de l’hypnotisme, La Nature, La Revue des Deux Mondes, La Vie parisienne, etc.

51 Annales zoologiques, 2, 1902.

52 Hachet-Souplet, 1900, Avant-propos.

53 Rasmussen, 1996, 90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Chapuis, « Débats autour de la psychologie animale », Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016, 73-91.

Référence électronique

Élisabeth Chapuis, « Débats autour de la psychologie animale », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1451 ; DOI : 10.4000/rhsh.1451

Haut de page

Auteur

Élisabeth Chapuis

Maître de conférences, université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals