Navigation – Plan du site
Dossier

Soigner par le contact animalier

Aux origines de la recherche sur les interactions humains/animaux à but thérapeutique
Jérôme Michalon
p. 137-162

Résumés

Depuis les années 1960, un nombre croissant de publications rapporte les bienfaits psychiques et/ou physiologiques du contact avec certains animaux (notamment les chiens, les chats, les chevaux et les dauphins) sur la santé humaine. Portées majoritairement par les disciplines du psychisme (psychiatrie, psychologie, psychothérapie), ces pratiques de soin par le contact animalier sont encore aujourd’hui l’objet de nombreuses controverses internes. Le but de cet article est de remonter à l’origine de la recherche sur les interactions avec l’animal à but thérapeutique (IAT) pour mieux comprendre les enjeux de ces controverses. Pour cela, nous étudierons essentiellement la littérature publiée entre 1960 et 1985 aux États-Unis, en reliant l’analyse de son contenu à la constitution d’un réseau d’acteurs hétéroclites tous intéressés par la production de savoirs « robustes » sur les effets positifs du contact avec l’animal pour la santé humaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En France, les exemples « classiques » de ce type de pratiques sont les chats et les chiens résiden (...)

1Qu’on les nomme « Pet Therapy », « zoothérapie », « thérapie assistée par l’animal », ou encore « médiation animale », les pratiques de soin par le contact animalier se développent dans le monde occidental depuis une quarantaine d’années. Défini très simplement, il est question ici d’un ensemble de pratiques hétérogènes visant la mise en relation d’un animal vivant et d’un être humain en situation de souffrance et/ou de handicap ; mise en relation à des degrés divers, pouvant aller de la simple situation de coprésence (dans le cas des animaux d’« institution ») à des contacts physiques prolongés (dans le cas d’exercices de psychomotricité impliquant le cheval), en passant par une mise en relation uniquement verbale (dans le cas de l’animal comme support de psychothérapie et/ou de travail cognitif). De la même façon, les buts de cette mise en relation peuvent être variés : certaines pratiques viseront uniquement à une amélioration du cadre de vie des personnes séjournant dans un établissement de soins, d’autres auront plus à cœur de proposer des activités récréatives ; d’autres encore revendiqueront leur participation à part entière au dispositif de soin mis en place autour d’une personne. Enfin, certaines intégreront une dimension explicitement thérapeutique à cette mise en relation1. C’est cette constellation de pratiques que nous nommons de façon générique « soin par le contact animalier ». Celle-ci a pour particularité d’être portée par des personnes ayant la conviction que l’animal et sa présence apportent quelque chose de plus à leurs activités. Cette conviction de l’existence d’une « plus-value animale » est le moteur, non seulement des pratiques que nous venons d’évoquer, mais, plus largement, de tout un réseau sociotechnique visant à les promouvoir, à les rendre visibles, légitimes et efficaces. Néanmoins, le terme de « soin par le contact animalier » ne rend pas entièrement compte de ce dont il va être question ici. En effet, quand on parle de soin par le contact animalier avec des infirmières, des travailleurs sociaux, certains médecins, ils affirment que cela fait déjà longtemps qu’on envoie les jeunes « difficiles » dans des fermes pédagogiques, que les maisons de retraite possèdent toutes leur chat mascotte, ou encore qu’il est bien connu que les promenades de telle institution psychiatrique se font au milieu des chèvres, des daims ou des canards. Et quand on leur parle de « thérapie assistée par animal », ils estiment que c’est un terme nouveau (et abusif) pour désigner des pratiques vieilles comme le monde ou presque. Ils n’auront sans doute pas entièrement tort. Il est vrai que l’idée du contact animalier comme thérapie est apparue assez récemment et que sa pertinence fait régulièrement débat. Cependant, il serait réducteur de penser que ces nouvelles dénominations (thérapie assistée par animal, zoothérapie, etc.) ne désigneraient que d’anciennes pratiques dotées d’un nouveau packaging thérapeutique. Précisément parce que le qualificatif « thérapeutique » change radicalement la nature de ces pratiques, les exigences qui pèsent sur elles, les ambitions qu’on peut leur attribuer. Dès que l’on parle de « thérapie », la conviction de la plus-value animale ne suffit plus : il faut prouver, évaluer, rendre des comptes. En un mot : objectiver. Dans le même mouvement, il faut réfléchir à l’optimisation des pratiques, en termes d’efficacité thérapeutique, de pertinence dans le choix des populations et des animaux qui rentrent en jeu, et en termes de savoir-faire techniques. C’est un double mouvement d’objectivation/optimisation. L’histoire de la recherche sur les interactions avec l’animal à but thérapeutique (IAT) témoigne de ce mouvement.

  • 2 La Fondation Sommer, sous l’égide de la Fondation de France, est une organisation dédiée à la promo (...)
  • 3 Le Centre de recherches et d’études en sociologie appliquée de la Loire (Cresal) a répondu initiale (...)

2Nous avons tenté de retracer cette histoire à travers une vaste recherche bibliographique menée pour le compte de la Fondation Adrienne et Pierre Sommer2. La commande qui nous a été faite était de réaliser « un inventaire critique commenté et approfondi des connaissances disponibles principalement en langue française et anglaise sur les interactions entre les hommes et les animaux à des fins thérapeutiques et/ou éducatives3 ». La réalisation de cet inventaire nous a permis d’avoir accès à un panorama global de la recherche sur les IAT. Guidés par une ambition d’exhaustivité, nous avons récolté quelque 1 200 références (articles, ouvrages collectifs, monographies, thèses, etc.) traitant du sujet. La distribution chronologique de cette production donne à voir une activité éditoriale en développement croissant depuis les années 1960, avec un net infléchissement au début des années 1980 (voir figure 1).

Fig. 1 – Évolution chronologique de la production bibliographique autour des IAT

Fig. 1 – Évolution chronologique de la production bibliographique autour des IAT
  • 4 Marks, 1999 ; Marks, 2000.
  • 5 Le terme « animalitaire » désigne un type de militance propre à la protection des animaux et de leu (...)
  • 6 Callon, Lascoumes, Barthe, 2001 ; Callon, Rip, 1991.

3C’est précisément cette période fondatrice qui retiendra notre attention. Le passage des premières expériences publiées de manière éparse entre 1960 et 1980 à une période où la production de références s’intensifie rapidement témoigne de plusieurs évolutions importantes, toutes entremêlées. D’une part, nous verrons que les travaux fondateurs de « Pet Therapy » relevaient du soin psychique. Ils rapportaient les effets bénéfiques du contact animalier sur des patients souffrant tout autant de troubles de communication que de pathologies psychiatriques : leur point commun résidait dans le fait de fournir des explications d’ordre psychosocial à ces bénéfices concernant l’état mental des patients. À partir des années 1980, plusieurs études vont s’intéresser aux effets du contact animalier sur la santé cardiovasculaire : elles vont faire basculer la recherche du côté de la documentation des effets physiologiques, et ouvrir la voie à des explications qui trouveraient leur source ailleurs que dans les mécanismes psychosociaux. D’autre part, le passage du « psycho » au « physio » sera l’occasion de promouvoir un nouveau style épistémique : là où les premiers articles relevaient de l’étude de cas, ou de la série de cas, les travaux documentant les bénéfices physiologiques prennent la forme d’enquêtes épidémiologiques et d’essais cliniques. Les auteurs de ces travaux, plus chercheurs que cliniciens, vont devenir les leaders de la recherche sur les IAT, qu’ils vont vouloir orienter selon les cadres de la médecine de la preuve4. La création d’une communauté d’acteurs issus du monde scientifique, du monde économique tout autant que de celui de la militance animalitaire5 viendra conforter et accroître le pouvoir de ces leaders. Rassemblés autour d’un intérêt commun, ces acteurs constituent une sorte de forum hybride6 autour de l’étude des interactions humains/animaux, dans lequel la perspective thérapeutique occupe une place très importante mais pas exclusive. Cette communauté, que nous appellerons « communauté HAI » (pour Human-Animal Interactions), œuvrera à l’acceptabilité sociale des animaux dans les pratiques de soin, en travaillant sur l’évolution des réglementations sanitaires, en finançant des recherches, en les diffusant dans les médias et en faisant valoir leur expertise auprès des pouvoirs publics.

  • 7 Notamment dans les « revues de littérature » ou « états de l’art » qui débutent les articles.
  • 8 Gieryn, 1983.
  • 9 Bloor, 1976.
  • 10 Dodier, 2003.
  • 11 Knorr-Cetina, 1999.
  • 12 Rock, Mykhalovskiy, Schlich, 2007.

4Ainsi, nous allons nous pencher en détail sur certains articles publiés durant cette période fondatrice et relier l’analyse de leur contenu à ce contexte de constitution d’une communauté. Ces articles ont la particularité d’être reconnus par cette communauté comme des références du genre ; figures de ce dont il faut se détacher ou, au contraire, de ce vers quoi il faut tendre. Car cette histoire de la constitution des recherches sur les IAT est souvent racontée par les auteurs dominants de la communauté HAI comme l’histoire d’une « scientifisation » progressive et naturelle7. Selon ces auteurs, les études antérieures aux leurs sont « non scientifiques » ou « préscientifiques ». Seules leur méthodologie et leur épistémologie (sur le modèle hypothético-déductif) sont « scientifiquement valables ». En somme, lorsqu’ils rendent compte de cette période fondatrice, ces auteurs se livrent à un travail frontière8. Mobilisant une démarche symétrique9, nous souhaitons raconter cette histoire d’une autre manière. Plutôt que le passage du statut de « non-science » à « science », ou encore l’entrée dans une sorte de modernité thérapeutique10, il s’agira d’y voir plutôt le passage d’une culture épistémique11 à une autre. Cet article se veut donc une modeste contribution à la compréhension de la dynamique des sciences. De la même façon, nous pensons qu’il peut apporter un éclairage original sur les processus de médicalisation et de biomédicalisation12. Par ailleurs, il nous semble illustrer la manière dont des modèles épistémiques plutôt hérités de la biomédecine sont appliqués à l’évaluation de relations de soin psychique. Au centre de ces mouvements, la question du rapport à l’animal est cruciale. Tantôt appréhendé comme être interactionnel, comme un individu, tantôt perçu comme une unité biologique, exemplaire de son espèce, l’identité de l’animal apparaît de diverses façons dans l’histoire de la recherche sur l’IAT.

Ce que l’animal a fait à la « thérapie » : trois expériences emblématiques

5Pour nous lancer dans l’exploration de la période fondatrice des recherches sur les IAT, nous allons nous pencher sur trois expériences pionnières : le travail du psychologue Boris Levinson, reconnu largement comme l’initiateur de ces recherches, puis les « programmes » initiés par Samuel et Elisabeth Corson, couple de psychiatres, et David Lee, travailleur social en milieu psychiatrique.

  • 13 Levinson, 1962.

6Débutons chronologiquement par l’article de Boris Levinson, « The dog as “co-therapist”13 ». Publié en 1962, cet article est l’un des plus cités dans les revues de littérature que nous avons pu consulter. Levinson y explique les raisons qui l’ont amené à inclure son propre chien, Jingles, de manière régulière (mais pas systématique) dans les séances de psychothérapie qu’il menait avec des enfants « perturbés ». Au départ, c’est le hasard qui fit que des parents furent en avance lors d’un rendez-vous au cabinet new-yorkais de Levinson alors qu’ils amenaient leur jeune fils pour une consultation. C’est ainsi que le jeune patient se trouva nez à nez avec Jingles, qui vint spontanément lui lécher le visage. Levinson, qui n’avait pas prévu cela, a laissé faire ; le garçon qui d’habitude restait comme enfermé, insensible aux sollicitations extérieures, non seulement ne repoussa pas le chien, mais se mit à le caresser et à le câliner. Cette réaction a été jugée suffisamment hors norme pour que Jingles soit présent d’une séance sur l’autre : l’enfant, extrêmement introverti, noua une relation avec le chien puis laissa peu à peu le thérapeute trouver sa place dans celle-ci.

7De cette expérience, et des autres qui ont suivi, Levinson conclut que les bénéfices de la présence d’un chien sont nombreux, et selon lui assez « évidents ». Raisonnant en termes de « besoins psychologiques », Levinson explique, exemples à l’appui, que le chien peut satisfaire beaucoup de ces besoins frustrés chez l’enfant « perturbé ». Il écrit notamment que ces enfants ont énormément besoin de contacts physiques mais qu’ils en ont peur du fait des mauvais traitements qu’ils auraient pu subir de la part de leur entourage humain. Passer par le chien permet de satisfaire ces besoins sans avoir à se confronter à l’humain. Conjointement, la présence du chien permet à l’enfant d’entrer dans une relation avec le thérapeute ; relation distante et indirecte certes, mais relation quand même. Les phénomènes de transfert entre l’enfant et le chien sont décrits comme les biais par lesquels la présence du chien peut satisfaire les besoins de l’enfant. Selon Levinson, ces transferts prennent globalement deux formes : l’enfant reste lui-même mais fait parler le chien pour exprimer ses propres sentiments (« Jingles a faim ! », « Jingles n’aime pas ça ! »). Ou bien l’enfant s’animalise : il exprime le souhait de devenir un chien, un membre de la famille du thérapeute au même titre que Jingles ; ou alors il se comporte réellement comme le chien, en aboyant par exemple. Enfin, Levinson insiste sur le fait que la thérapie incluant le chien n’est pas une méthode généralisable (par exemple, elle ne convient pas aux enfants ayant une forte peur des chiens) ; ce qui est selon lui le cas de toutes les techniques de psychothérapie.

  • 14 Levinson, 1969 ; Levinson, 1972.

8Cet article présenté en août 1961 lors du congrès annuel de l’American Psychological Association à New York a placé Levinson dans une position de paternité concernant la Pet-Facilitated Psychotherapy (PFP), et plus globalement de la forme contemporaine du soin par le contact animalier. Pourtant, l’accueil de cette approche au sein de la communauté des pairs de Levinson n’est pas immédiatement très chaleureux. Ses confrères raillent le psychologue en lui demandant sarcastiquement s’il partage ses honoraires avec Jingles. En réalité, Levinson, sans le savoir tout de suite, soulève un tabou. Persuadé de ne pas être le seul à utiliser l’animal dans sa pratique, il lance une enquête par questionnaires à plus de 400 de ses collègues. Il découvre qu’un tiers d’entre eux a déjà utilisé un animal dans le cadre de sa pratique, et que 58 % déclarent avoir conseillé à leur patient de se procurer un animal. Mais aucune trace de ces animaux dans les présentations officielles de ces thérapeutes lors des colloques ou dans leurs publications. L’enquête de Levinson aura ainsi permis de mettre au jour ce phénomène d’autocensure. Pourtant, on ne peut pas dire qu’elle changera grand-chose à cet état de fait. Levinson restera en effet longtemps un des seuls à publier sur la question. A minima, le thérapeute se trouvait moins marginal dans sa pratique après cette enquête, et donc plus légitime à poursuivre l’exploration de la voie qu’il avait ouverte, et de publier plusieurs articles et ouvrages par la suite14.

  • 15 Corson et al., 1975.
  • 16 « Reality therapy » dans le texte.
  • 17 Ils n’ont pas accepté la présence de l’animal.
  • 18 Interactions sociales à la fois entre patient et thérapeute, mais également entre les patients et l (...)
  • 19 Les auteurs disent s’être intéressés à cinq cas, mais ils n’en mentionnent que quatre dans l’articl (...)
  • 20 En effet, lorsqu’on lit cet article on est surpris d’y découvrir sous la plume des Corson que leur (...)
  • 21 Corson et al., 1977. La différence essentielle entre l’article original et la version revue et corr (...)
  • 22 L’étude de cas est encore présente dans l’article revisité, mais elle est précisément délégitimée p (...)
  • 23 L’expression est empruntée à Jacqueline Carroy (2005) qui l’utilise pour évoquer la manière dont le (...)
  • 24 Il préfigure le lien très étroit qui va exister dans la littérature sur les IAT entre la mise en pl (...)

9Sans donc provoquer une levée de boucliers ni déclencher un enthousiasme hors du commun, les travaux de Levinson n’ont été ni empêchés ni encouragés, et sont restés pendant plusieurs années les seuls à proposer une formalisation de l’inclusion de l’animal dans une pratique de soin. Du coup, lorsqu’ils publient en 1975, leur article « Pet-facilitated psychotherapy in a hospital setting15 », Samuel et Elisabeth Corson n’ont pas réellement d’autre ressource théorique à citer que Levinson pour justifier leur démarche. L’article rapporte l’utilisation d’animaux de compagnie (chiens à l’origine, puis chats par la suite) dans le traitement de patients hospitalisés dans un service psychiatrique. Cette expérience, décrite comme une première du genre, a également une origine accidentelle : ayant décidé d’étudier les caractéristiques comportementales et psychophysiologiques des chiens pour proposer des modèles transposables à l’humain, les Corson installèrent un espace « canin » en guise de laboratoire au sein de l’hôpital. Cet espace, comprenant une cour et des « boxes », avait été conçu pour déranger le moins possible la vie de l’hôpital, celle des patients et du personnel. Aucun signe visuel ni olfactif ne trahissait la présence des bergers allemands, si ce n’est quelques aboiements de temps en temps. Cela suffit à informer les patients de la présence des chiens. Si bien que certains d’entre eux, des adolescents mutiques depuis leur entrée à l’hôpital, sortirent du silence pour demander quand ils pourraient aller rendre visite aux chiens, s’en occuper et jouer avec eux. Les Corson, inspirés dans leur pratique par la « thérapie par le réel16 » décidèrent de mobiliser cet intérêt pour les chiens et de tester la PFP de Levinson auprès de quelques patients n’ayant pas répondu aux autres formes de thérapie pratiquées dans l’établissement (psychothérapie individuelle ou en groupe, électrochocs, médication, thérapies « récréationnelles » ou occupationnelles). La population de l’étude se composait de 50 patients, tous très repliés sur eux-mêmes, ne communiquant pas, n’ayant que très peu d’estime d’eux-mêmes, et présentant des troubles de dépendance infantile. Trois d’entre eux n’ont pas « répondu » favorablement à la PFP17. Pour les 47 autres, des améliorations ont été notées suite au programme : une augmentation de l’estime de soi, du sens de la responsabilité, le développement des interactions sociales ont été relevés18. Les Corson décrivent plus particulièrement l’évolution de quatre cas dans l’article19. Ce focus sur quelques patients sera d’ailleurs reproché aux Corson : quid des 43 autres patients ? Quid de la généralisation qu’ils appellent pourtant de leurs vœux, au point d’en faire même le leitmotiv de leur étude20 ? Face à ces critiques, l’étude des Corson sera donc republiée deux ans plus tard, avec quelques corrections qui précisément iront dans le sens d’une présentation des résultats axée sur l’ensemble des patients et passant par la démonstration statistique21. Ainsi, le travail des psychiatres marque plusieurs tournants dans la recherche sur les IAT. D’une part, il est à noter que dans le programme la PFP est adjonctive : les autres formes de thérapie sont maintenues pour les patients. Ce choix a été fait pour des raisons éthiques : on ne pouvait pas prendre le risque de laisser les patients sans traitement pour tester une approche aussi peu orthodoxe que celle des Corson. De fait, l’étude a dû prouver l’efficacité de la PFP par rapport à ces autres traitements, ce qui est une différence notable avec le travail de Levinson. Cela préfigure la généralisation d’un modèle d’évaluation comparatif, propre aux essais cliniques pour les traitements médicamenteux, appliqué au soin par le contact animalier. La démarche impliqua également la première utilisation de méthodes statistiques pour attester des bénéfices du contact animalier, et une prise de distance par rapport à l’étude de cas22. Tous ces éléments sont intimement liés au fait que l’étude des Corson se déroule dans un univers hospitalier, donc soumis à la pression de leurs pairs en termes d’évaluation. Ce caractère « institutionnel » est aussi une première. À la différence de la consultation individuelle, le programme se déroule dans un établissement au sein duquel on trouve une « réserve de cas23 », et qui est particulièrement adapté à la réalisation d’études cliniques, dans un environnement se rapprochant de la configuration du laboratoire : confinement et relative docilité des sujets, contrôle de nombreux paramètres pouvant influencer les résultats de l’étude (alimentation, hygiène, sommeil), accès à toutes les données médicales et sociales du patient. Ainsi, cette « mise en programme » sera vue par certains comme un premier mouvement vers une « scientifisation » de la recherche sur les IAT24.

  • 25 Lee, 1984.

10L’année de la publication du premier article des Corson, c’est précisément un programme (« Pet Program » – PP) qui est initié au Lima State Hospital (Ohio), une institution qui accueille et « traite » des criminels souffrant de troubles psychiatriques. David Lee en propose un bilan, huit ans après son commencement dans un article intitulé « Companion Animals in Institutions25 ». Encore une fois, l’initiation du programme ne répond à aucune volonté préalable de tester l’efficacité du contact animalier. Dans cet établissement à l’ambiance assez « rude », l’équipe soignante fut surprise à plus d’un titre de voir un groupe de patients, dépressifs et suicidaires, recueillir et prendre soin d’un oiseau blessé. Surprise, d’une part, de les voir témoigner d’un intérêt pour quelque chose d’autre que leurs propres problèmes : le fait semblait assez rare pour être pris en compte. Surprise, d’autre part, quant à la manière dont cet intérêt s’est traduit : la prise de soin d’un autre être. Surprise, enfin, de voir ces patients enfreindre le règlement de l’établissement en cachant l’oiseau plusieurs jours dans un débarras, le nourrissant avec les restes de leurs repas. La découverte de l’animal blessé a donc été pour l’équipe la redécouverte de leurs patients. Cette situation a créé quelque chose d’inédit que l’institution n’a pas voulu occulter, et c’est ainsi qu’on fera durer l’expérience en confiant à certains de ces patients/détenus des petits animaux (rongeurs et oiseaux) dans leurs cellules. Après une première période d’essai de quatre-vingt-dix jours, et quelques évolutions notables chez les patients/détenus, le programme perdure. Il fait valoir ses effets auprès des patients dépressifs ou en rupture de communication. Ces effets sont liés, selon Lee, au fait que les patients/détenus ne se sentent pas jugés par l’animal, et que s’occuper de lui crée une rupture bénéfique dans la routine de l’institution. Présence non jugeante donc, et quasi permanente : les petits animaux (rongeurs, oiseaux typiquement) ont été préférés aux chiens car ils sont adaptés à la taille réduite des chambres/cellules. Ainsi, ils sont aux côtés des patients en continu, même lorsque les soignants ne sont pas là.

  • 26 Lee explique notamment que la prise en charge d’animaux blessés et/ou handicapés par les patients/d (...)

11Avec le souci de documenter les effets du programme par rapport au traitement classique des patients, l’institution initia une période comparative d’un an, durant laquelle furent enregistrées parallèlement les évolutions des patients « avec animal » et de ceux « sans animal ». On observe ainsi chez les propriétaires d’animaux une baisse des besoins médicamenteux et une diminution des incidents violents. De la même façon, alors qu’on dénombre huit tentatives de suicide chez les patients sans animal, aucune n’est comptabilisée chez les autres. L’explication avancée par Lee est simple : les patients/détenus se sentent utiles et responsables. La question de l’estime de soi est centrale pour Lee : le fait que les patients/détenus soient eux-mêmes pris en charge en permanence ne les aide pas à se sentir « responsables » de leur condition. Le recours à l’animal au cours du PP a eu pour effet de développer chez eux le sentiment d’utilité pour autrui26. D’autre part, le programme a suscité une prise de conscience de la nécessité de s’occuper de soi : Lee signale une amélioration de l’hygiène personnelle chez les patients/détenus. Les effets positifs sur le personnel sont également décrits par Lee : une cohésion inédite est née entre les soignants autour du programme.

  • 27 Le PP restera également comme le premier programme initié en direction de patients criminels, et se (...)

12Lee présente enfin tout un nombre de recommandations à qui voudrait initier un programme inspiré de celui mis en place au Lima Hospital. Parmi celles-ci, deux retiendront particulièrement notre attention : la première concerne la nécessité d’impliquer les patients dans la construction du programme (notamment au niveau du choix des animaux) ; la seconde est en lien avec le besoin d’évaluer régulièrement les effets du programme pour chacun des patients (c’est-à-dire : ne pas considérer le programme et ses effets comme un ensemble homogène, mais comme une initiative pouvant être bénéfique à certains patients et pas à d’autres)27.

Deux éléments moteurs : la contingence et l’inclination

  • 28 En philosophie, on oppose la contingence à la nécessité : d’un côté, la contingence est la qualité (...)

13Parents arrivés en avance au rendez-vous du docteur Levinson, chiens un peu trop bruyants dans l’hôpital des Corson et oiseau blessé recueilli par les patients/détenus de Lee : le lecteur aura noté que, dans les événements fondateurs de l’utilisation thérapeutique du contact animalier, le hasard, ou plutôt la contingence28, occupe une place importante. Mais à quel niveau se situe cette contingence précisément ? Dans la présence de l’animal « là où il ne devrait pas » ? C’est une partie de la réponse : la présence de l’animal a créé un « hors cadre » bénéfique à la fois pour les patients et pour les thérapeutes. C’est une interprétation très présente dans la littérature sur les IAT. Pourtant lorsque l’on examine les articles, on voit que les Corson avaient convoqué les bergers allemands à servir de modèle expérimental, que les oiseaux blessés du Lima State Hospital n’avaient pas frappé à la porte de l’institution pour qu’on les soigne, et que c’est bien Levinson qui avait oublié Jingles sous son bureau. La question du « hors cadre » se pose alors dans d’autres termes : certes, ces animaux étaient « hors cadre » mais ce n’était pas entièrement de leur fait.

  • 29 Vicart, 2008.

14Les relations ordinaires qu’ils entretenaient avec des humains les ont mis dans cette situation : animal compagnon, modèle scientifique, objet de soin légitime, l’animal n’était pas « rien » dans l’univers des humains, mais il existait sur le « mode mineur29 », peu problématisé d’une manière générale, et encore moins sur le mode thérapeutique. Dès lors, la contingence dont il est question dans les articles tient à la rencontre entre deux univers qui n’étaient pas censés se croiser : celui du « contact animalier ordinaire » et celui de la relation thérapeutique. D’autre part, cette contingence provient de la surprise des thérapeutes face aux comportements inhabituels des patients face à la présence d’un animal. Plus exactement, on peut se demander si la surprise n’était pas autant due à ces réactions inattendues qu’à la manière dont elles remettaient en question les propres représentations des thérapeutes relatives aux animaux et de leur place habituelle : soupçonnait-on que des êtres tellement ordinaires pour les thérapeutes puissent se révéler des sources d’intérêt aussi puissantes pour les patients ? Bien qu’ayant eux-mêmes des rapports avec les animaux, les thérapeutes n’avaient pas perçu qu’un animal pouvait faire sens à ce point pour leurs patients.

15Ici rentre en jeu l’idée d’inclination : dans les trois récits, on ne peut pas faire abstraction du fait que ce sont les patients eux-mêmes qui ont témoigné d’un intérêt pour cet animal. Qu’on le nomme « envie », « réaction positive » ou « intérêt » face à l’animal, voilà où réside cet inattendu. Les patients répondent positivement à un « hors cadre » qui n’était pas thérapeutique et, ce faisant, cette réponse performe l’acte thérapeutique : pour ce type de patients, dans ces configurations de soin, « réagir », « s’intéresser à », « s’exprimer » est thérapeutique en soi. L’inclination des patients à aller vers l’animal reconfigure donc en partie le cadre thérapeutique, mais à condition que les thérapeutes manifestent également un intérêt pour cette inclination : il faut qu’ils repèrent que cette relation à l’animal est pertinente par rapport à la problématique du patient. À cette condition, le « hors cadre » devient un cadre thérapeutique qui fait sens, à la fois pour les patients et pour les soignants. En effet, c’est surtout parce que les thérapeutes ont laissé faire ce « quelque chose » entre le patient et l’animal, l’ont fait durer, l’ont transformé en expérimentation, et en article scientifique, que le rapport ordinaire à l’animal a pu devenir un outil thérapeutique. Dit autrement, c’est parce que la contingence n’a pas été proscrite, qu’elle a même été valorisée par les praticiens, que l’animal est devenu assistant thérapeute. L’inclination commune aux patients et aux thérapeutes à l’endroit de la présence de l’animal est, après la contingence, le second point commun de ces trois expériences fondatrices.

16Ces deux éléments moteurs de la recherche sur les IAT ne vont pourtant pas être repris dans les études suivantes. Ils vont surtout être désignés comme repoussoirs de la montée en scientificité prônée au début des années 1980 par certains auteurs. On imagine sans mal en quoi la question de la contingence est problématique pour qui ambitionne de produire une « science » des IAT. La mise en article des premières expériences avait déjà minoré cette contingence, en ne rendant compte des accidents fondateurs qu’à travers quelques lignes discrètes. Le style des recherches qui vont suivre va accentuer cette volonté de maîtriser la contingence. Quant à l’inclination, notamment celle des patients pour les animaux, elle disparaît également. Alors qu’on était légitimement en droit de penser que l’inclination pouvait constituer une piste pertinente (« en quoi le fait de vouloir être en contact avec l’animal produit des effets bénéfiques ? »), cette question va être occultée par les recherches qui suivront celles dont nous venons de parler.

Du « psycho » au « physio » : vers le modèle pharmacologique

  • 30 Friedmann et al., 1980.
  • 31 Erika Friedmann est biologiste, épidémiologiste. Aaron Katcher et James Lynch sont tous deux psychi (...)
  • 32 Théorie dont James Lynch, l’un des auteurs de l’article, est l’un des plus éminents promoteurs.
  • 33 « Myorcardial Infection » dans le texte.
  • 34 « Angina Pectoris » dans le texte.
  • 35 Ces décès ont été étudiés à travers différents rapports médicaux.
  • 36 Le fait d’avoir à sortir son chien trois fois par jour par exemple, ou de le nourrir à heures fixes
  • 37 L’effet de la caresse notamment.
  • 38 En tant que focalisateur de l’observation ou en ce que sa compagnie n’implique pas nécessairement l (...)

17En 1980 est publié « Animal Companions and one-year survival of patients after discharge from a coronary care unit30 » par Erika Friedmann, Aaron Katcher, James Lynch et Sue Ann Thomas31. Partant du constat que la densité des relations sociales et de la présence d’un entourage proche avaient une influence sur la santé cardiovasculaire (théorie du support social32), les auteurs se proposent d’étudier le lien entre le taux de survie chez des personnes traitées pour une maladie cardiovasculaire et la possession d’animaux de compagnie, appréhendée comme source de support social. Une enquête par questionnaires est donc lancée auprès d’un échantillon de personnes ayant été patientes d’un service de cardiologie. La population étudiée se compose de 96 personnes (29 femmes et 67 hommes), souffrant soit d’infection du myocarde33 soit d’angine de poitrine34. Le jour de leur sortie, elles ont passé un examen médical et des questionnaires destinés à déterminer leur condition physique et leur environnement social (et en particulier, s’ils possédaient des animaux de compagnie). Un an après ces tests, les participants ont été contactés : 14 d’entre eux étaient décédés35. Parmi ceux-ci, 11 ne possédaient pas d’animal. Chez les personnes toujours en vie, 50 possédaient un animal de compagnie ; contre 28 qui n’en avaient pas. L’analyse statistique multivariée montrera un lien significatif entre la possession d’un animal de compagnie et le taux de survie. De plus, d’après les auteurs, ce n’est pas uniquement l’animal en tant que substitut à la compagnie humaine qui rend ce lien significatif : les personnes chez qui ce lien a été observé ne sont pas forcément isolées socialement. Même si pour les auteurs, ce lien est inexpliqué, quelques pistes sont ébauchées : le mode de vie « réglé » qu’implique le fait de partager sa vie avec un animal par exemple36 ; ou encore le caractère non ambigu des sentiments exprimés par l’animal comme une source de confort émotionnel pour l’humain ; on pointe également les possibles effets physiologiques du contact avec l’animal37 ; de la même façon, l’animal peut être source de relaxation38.

  • 39 Friedmann et al., 1983.

18Certaines de ces pistes seront précisément explorées dans une seconde étude menée par quasiment la même équipe de recherche. Dans cet article de 1983, Friedmann, Katcher et al. s’intéressent au lien entre le contact avec un animal de compagnie et pression sanguine39. L’équipe a mesuré la pression sanguine et le rythme cardiaque de 38 enfants dans diverses situations : repos, discussions, lecture ; avec et sans la présence d’un chien inconnu des enfants. Les données physiologiques enregistrées et analysées statistiquement montrent des réductions significatives de la pression sanguine dans les conditions « lecture » et « repos » lorsque l’animal est présent. Les auteurs notent que cette présence a un effet réducteur plus important quand le chien est présent au début de l’expérience que lorsqu’il est introduit au milieu de celle-ci. De ces données, ils concluent que la présence de l’animal pourrait constituer un bon outil dans le cadre de la psychothérapie à destination des enfants, faisant ainsi écho à ce que Levinson avait écrit vingt ans plus tôt. Mais au-delà, les auteurs insistent sur l’importance des effets physiologiques du contact animalier qui pourrait avoir un rôle préventif dans le cas des maladies cardiovasculaires. Ils y voient une piste thérapeutique encore plus prometteuse.

  • 40 Pour les auteurs, la densité correspond au nombre de rapports sociaux d’une personne sur une périod (...)
  • 41 L’influence du support social était, à leurs yeux, déjà validée.

19Que retenir de ces deux recherches ? D’une part, on remarque que celle de 1980 prend la forme d’une étude épidémiologique, ce qui est une première dans la recherche sur l’IAT. Cette forme tranche en effet avec le cadre clinique dans lequel prenaient place les premières études : on sort tout à la fois du cabinet de Levinson et des murs des institutions hospitalières des Corson et de Lee pour suivre des patients en dehors de leur prise en charge institutionnelle. Élargissement du cadre physique, donc, et réagencement de l’échelle temporelle : on consigne différents paramètres, physiologiques et psychosociaux, à plusieurs mois d’intervalle, sans suivi quotidien, ni contrôle des éléments de la prise en charge pouvant influencer les résultats. D’autre part, on note qu’ici le contact animalier n’est pas observé directement par les chercheurs : on suppose que les patients ont un contact avec un animal uniquement à travers leur appartenance à la catégorie « possesseur d’animaux de compagnie ». La possibilité d’une application thérapeutique du contact animalier ne vient qu’après un traitement statistique qui atteste du lien entre la catégorie « possesseur d’animal » et la catégorie « décédé/vivant ». C’est-à-dire qu’à la différence des trois études citées plus haut, leurs auteurs n’ont pas assisté à la naissance de ce « quelque chose » inhabituel chez les patients. D’ailleurs, on ne connaît pas l’origine de cette recherche : le texte ne dit rien de la naissance, dans la tête des scientifiques, de cette idée, pourtant peu orthodoxe, d’évaluer les effets physiologiques du contact avec l’animal. Là où les études de Levinson, Corson et Corson et Lee expliquaient en quelques lignes seulement l’origine accidentelle de l’utilisation thérapeutique de l’animal, la formalisation de l’article de Friedmann, Katcher et al. est encore plus avare à ce propos. En fait, on remarque que le changement de style qu’impose l’étude se traduit par une anonymisation généralisée, contrastant avec les premières études. Les auteurs sont présentés uniquement à travers leurs cursus professionnels, leurs publications antérieures. Les patients quant à eux ne sont plus des cas, ni même des séries de cas, mais des échantillons, appréhendés à travers des catégories étiologiques et des données psychosociales préétablies. Dépersonnalisation des auteurs, des patients, mais également dépersonnalisation des animaux engagés : c’est la catégorie vaste des « animaux de compagnie » qui est mobilisée ici et remplace Jingles, les bergers allemands et l’oiseau blessé. Cette montée en généralité est liée d’une part à l’utilisation de la méthodologie statistique dont la validité repose sur un codage préalable des données à quantifier, et sur la nécessité de mobiliser de grands effectifs. D’autre part, elle trouve son explication dans l’orientation « physio » prise par ces études. En effet, la question des bénéfices physiologiques du contact animalier n’avait pas été abordée dans les recherches antérieures qui s’étaient focalisées sur l’aspect psychologique de ces effets. Mais ce n’est pas tant la question des effets qui fait basculer dans un style de recherche impersonnel que la question des mécanismes qui en sont à l’origine. En effet, partant du principe que le support social a une influence sur les signes physiologiques de bonne santé, Friedmann, Katcher et al. n’appréhendent pas néanmoins cette dimension « sociale » sur le mode de la « représentation sociale », mais sur celui de la « densité des rapports sociaux »40 qu’entretiennent les patients avec d’autres personnes. Ils sont déjà dans une démarche statistique, et ne cherchent pas à rendre compte de la signification personnelle que peut avoir le contact avec l’animal pour le patient, mais à en objectiver les effets physiologiques. Dans cette mesure, il y a une rupture claire par rapport aux études précédentes : on cherche à expliquer le physiologique à partir d’une version comptable du social qui tend à minorer la question des représentations, des significations individuelles et/ou collectives. Les premières études, plutôt psychothérapeutiques, insistaient au contraire sur ce que représentait l’animal pour le patient : elles faisaient de la représentation leur registre explicatif principal. Inscrite dans l’outillage de la théorie du support social, cette distance par rapport à la signification personnelle va être encore accentuée. En effet, à l’issue de l’enquête de 1980, une piste va retenir plus fortement l’attention de Friedmann, Katcher et al. que celle du support social41 : l’explication des effets physiologiques par des mécanismes physiologiques. L’idée qu’il y aurait autre chose que les représentations des patients à l’endroit de l’animal qui pourrait expliquer l’apparition des bénéfices physiologiques (comme des transmissions d’hormones par exemple) est séduisante pour les auteurs. Dans cette mesure, les représentations de l’animal chez les patients doivent être une variable à contrôler voire à éliminer pour pouvoir vérifier l’hypothèse de l’autre chose.

20C’est ce qui sera fait d’ailleurs dans l’étude in situ de 1983, sur les effets du contact animalier sur la pression sanguine d’enfants. Cette étude utilise le protocole de l’essai clinique en bonne et due forme. Selon les auteurs, ses conclusions positives tirent leur force du fait que les enfants ne connaissent pas les animaux avec lesquels ils sont mis en contact. On a évacué sciemment les représentations antérieures que pouvaient avoir ces enfants pour les animaux, comme un gage de non-pollution de l’expérimentation, tendant à prouver que c’est bien quelque chose dans l’animal qui produit l’effet. Ainsi, la relation « préalablement anonyme » entre l’animal et le patient est conçue comme une condition indispensable pour prouver les bénéfices du contact animalier.

21En somme, les études de Friedmann, Katcher et al. consacrent l’avènement d’une nouvelle manière d’appréhender les IAT qui emprunte sa forme à l’évaluation des traitements pharmacologiques : protocoles pré- et post-test, groupe témoin et groupe contrôle, double aveugle, randomisation et utilisation d’une méthodologie statistique probabiliste pour attester de la signification des résultats. Parce que ce style épistémique permet d’accéder à un degré de généralisation plus important que le style plus casuistique des premières études, il sera au cœur de la constitution d’une communauté d’acteurs tous intéressés par la diffusion à grande échelle d’une image positive du contact avec l’animal.

La communauté « Human Animal Interactions »

  • 42 Hines, 2003.
  • 43 Nous parlerons plus volontiers de Human-Animal Interactions (HAI) qui est synonyme de HAB mais corr (...)
  • 44 Majoritairement anglophone, mais pas seulement.
  • 45 Le terme d’« attachement » renvoie aux théories de psychologie et d’éthologie comportementale qui i (...)
  • 46 Voir l’article de Wolf Feuerhahn dans ce volume.
  • 47 Pour une description de cette économie, se reporter à Michalon, 2014. À l’heure actuelle, de grande (...)
  • 48 À titre d’exemple, la Delta Society aux États-Unis, l’Association française d’information et de rec (...)
  • 49 Les praticiens, à l’époque, peuvent être aussi bien des psychiatres, des travailleurs sociaux, des (...)
  • 50 Voir notamment les « Standards » de la Delta Society : The Delta Society, 1996.
  • 51 Exemples d’HAIRC : Center for The Human-Animal Bond (Purdue University) ; The People-Pet Partnershi (...)
  • 52 Voir : Surdez, 2010 ; Swabe, 1999.
  • 53 Les premiers programmes de « visite animalière » dans des institutions de soins ont été impulsés et (...)
  • 54 Voir sur ces questions : Ascione, 1992 ; Ascione, Arkow (dir.), 1999 ; Garbarino, 2007.

22Pour comprendre un peu mieux les enjeux des travaux sur les IAT publiés entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1980, il semble important de décrire le contexte dans lequel ils vont prendre corps. Linda Hines, dans son article « Historical Perspectives on the Human-Animal Bond42 », nous fournit des informations très utiles à ce propos. Elle y décrit comment le champ des Human-Animal Bond Research (littéralement « l’étude du lien humain/animal43 ») s’est construit et développé dans le monde occidental44. Ces recherches incluent entre autres la question de l’utilisation thérapeutique de l’animal, mais la dépassent volontiers pour traiter de l’attachement positif des humains pour les animaux qui les entourent45. Si le terme « attachement » est très connoté éthologie et psychologie46, la nature transpécifique du sujet implique une approche pluridisciplinaire ; c’est sans doute pour cette raison que Linda Hines parle facilement d’un « mouvement » HAI. La volonté de documenter les aspects positifs du contact avec l’animal est au cœur de ce mouvement. Ce qui implique qu’il fédère autour de lui aussi bien des chercheurs, des cliniciens, des associatifs, et des industriels. Plus précisément, les acteurs de l’économie de l’animal de compagnie vont investir massivement dans les recherches HAI (en particulier, l’industrie de l’alimentation pour animaux de compagnie)47. En pleine expansion depuis les années 1960, cette économie va créer et financer des organismes non gouvernementaux, les Human-Animal Interactions Organizations (HAIO)48, chargés tout à la fois de promouvoir les recherches sur les HAI, d’abreuver les médias d’informations sur le caractère positif de la possession d’animaux de compagnie, et de faire valoir une expertise auprès des pouvoirs publics sur tout ce qui concerne les sujets « animal et société ». Ils vont également se définir comme centre de ressources documentaires pour les praticiens du soin par le contact animalier49, et œuvrer à la production de standards pour encadrer et labelliser la pratique50. D’autres organismes sont dédiés spécifiquement à la question des HAI : les Human Animal Interaction Research Centers (HAIRC). À la différence des HAIO, ces organismes sont consacrés essentiellement à la recherche et sont placés sous une tutelle universitaire. Ils seront créés au sein de certains départements de médecine vétérinaire51. En effet, les vétérinaires ont également participé activement à la structuration de la communauté HAI. Dans les années 1970, la spécialité vétérinaire des « petits animaux » (animaux de compagnie) commence à devenir majoritaire mais est largement déconsidérée par les praticiens : selon les codes sociaux de la profession, le marché de l’animal de compagnie n’est pas noble, puisqu’en plus de soigner les animaux, il faut écouter parler leurs maîtres, et devoir prendre en compte l’attachement – souvent jugé excessif – dont ils font montre à propos d’eux52. Certains vétérinaires de l’époque ont perçu que les recherches sur le HAI pouvaient légitimer la spécialité « petits animaux », aussi ont-ils organisé les premières conférences sur la question, et constitué ces centres de recherche. Ainsi, Hines parle à juste titre d’un leadership vétérinaire au sein du mouvement HAI, à parts égales avec l’industrie de l’animal de compagnie. Il faut ajouter également la place des associations animalitaires, notamment les organisations de Humane Education et de protection animale type SPA53, qui ont vu dans le mouvement HAI une occasion de servir leur cause. La Humane Education est un mouvement remontant au xixe siècle, se trouvant au carrefour de deux entreprises philanthropiques : la protection des animaux et celle de l’enfance. Le principe de la Humane Education est que la violence infligée aux enfants est de même nature que celle faite aux animaux : une violence « de toute puissance », déclenchée par l’asymétrie entre l’agresseur et l’agressé. À ce titre, la Humane Education met en avant le potentiel contagieux de cette violence : une personne qui frappe un animal donne un indice fort de sa capacité à frapper un enfant, et au-delà, une autre personne54. Ainsi, le mouvement Humane Education a pour objectif de prendre le problème à la racine à travers des actions de sensibilisation au respect de la vie animale, et à celle d’autrui, en direction des jeunes enfants. Les initiatives d’IAT ont été dès leur origine soutenues par des associations de Humane Education, qui ont participé à la structuration idéologique du mouvement HAI.

  • 55 Entités qui ont maintenant une grande influence sur les directions prises par la recherche sur les (...)
  • 56 Fogle, 1981.
  • 57 Katcher et al., 1983.
  • 58 Anderson, Hart, Hart, 1984.
  • 59 Callon, 1986.
  • 60 Voir : Beck, Katcher, 1984.
  • 61 Marks, 1999.
  • 62 Collin, 2006.
  • 63 Voir : Nathan, Stengers, 1999 ; Pignarre, 2007.
  • 64 Timmermans, Berg, 2003.

23La plupart des HAIO et HAIRC55 sont nées entre le milieu des années 1970 et le début des années 1980. En moins de dix ans, plus d’une douzaine de ces organismes ont vu le jour. Il faut prendre en compte cette profusion d’organisations naissantes comme un élément essentiel du contexte dans lequel les recherches sur les IAT vont se développer. Outre la création de ces organismes, la période voit s’organiser les premières conférences (nationales et internationales) sur les HAI. Celles-ci vont être l’occasion de rassembler praticiens et chercheurs autour du lien humain/animal, jusqu’ici un peu isolés. Elles sont des moments forts de mise en réseau, et s’inscrivent dans une volonté de professionnalisation des IAT ; à la fois pour les praticiens qui sont en demande de partage d’expériences, d’organisation intraprofessionnelle et de « standards » à faire valoir à leurs clients/patients ; et aussi pour les chercheurs qui voient se constituer une spécialité nouvelle dans l’étude des liens entre contact animalier et santé humaine. Ainsi, les premières expériences thérapeutiques incluant l’animal se retrouvent compilées et discutées dans les actes de ces conférences. Parmi ceux-ci, trois sont à retenir comme centraux : Interrelations Between People and Pets56 de Bruce Fogle (1981), New Perspectives on Our Lives With Companion Animals57 d’Aaron Katcher et Alan Beck (1983) et The Pet Connection: Its Influence on Our Health and Quality of Life58 de Robert Anderson, Benjamin Hart et Lynette Hart (1984). En les consultant, on remarque la présence de nouveaux auteurs, plutôt chercheurs que cliniciens, qui profitent de ces moments de totalisation du savoir pour se démarquer des travaux fondateurs sur l’IAT, de présenter leurs propres études et de faire valoir leurs approches auprès des acteurs que nous venons de lister. Il s’agit pour eux de défendre un idéal de généralisation des IAT, perçue comme la clé de la professionnalisation des praticiens, des chercheurs, et œuvrant à la diffusion à grande échelle d’une image valorisante du contact animalier. Ces auteurs ne sont autres que ceux qui avaient initié les recherches « physio », sur le lien entre santé cardiovasculaire et contact animalier : Erika Friedmann et surtout Aaron Katcher, qui deviendra, avec Alan Beck (éthologue), une figure de proue de la recherche sur les IAT, et l’est encore aujourd’hui. Au début des années 1980, notamment lors de ces « conférences bilans », Beck et Katcher vont se livrer à un véritable travail d’ « intéressement », au sens de M. Callon59, cherchant à placer leur « faire science » comme « point de passage obligé » pour les acteurs du mouvement HAI60. Ils comprennent en effet que la manière, pour une pratique de santé, d’accéder à une certaine légitimité est de se plier au modèle de l’évaluation des médicaments. Plus spécifiquement, c’est le modèle de l’Evidence Based Medicine (EBM) qu’il faut adopter. Promu par des « réformateurs de la thérapeutique » dans les années 1940, le modèle EBM vise à objectiver les décisions thérapeutiques des médecins, en les appuyant sur des savoirs scientifiques généraux, sur les preuves de l’efficacité d’un traitement61. Originellement pensé pour réguler le marché des traitements médicamenteux, le modèle de la médecine de la preuve va commencer à s’appliquer à toutes les pratiques de santé à partir des années 197062. L’EBM s’appuie sur deux types de méthodologies : les enquêtes épidémiologiques et les essais cliniques randomisés. Dans les deux cas, la statistique est reine. De plus, le modèle EBM peut être considéré comme la figure paradigmatique du triomphe de la biomédecine sur les techniques thérapeutiques utilisant la suggestion. Au cœur de ses méthodologies se trouve la volonté de réduire au maximum cette part de suggestion inhérente à la relation soignant/soigné, et faire que ce soit le traitement qui soigne et non plus le médecin63. Ainsi, sans doute conscients du fait que l’EBM était en train de devenir le « Gold Standard » de la biomédecine64, Beck et Katcher vont appeler de leurs vœux des recherches qui en reprendraient les codes. Comme celles qu’ils avaient eux-mêmes réalisées.

Potentialité thérapeutique et (re)mise en question

  • 65 Houdart, 2002.
  • 66 Par le biais d’annonces médiatiques du type « on a découvert une mouche homosexuelle ! ».

24Avec le passage du « psycho » au « physio », la recherche sur les IAT avait mis un pied dans la biomédecine et avait déjà posé différemment les termes de l’usage thérapeutique de l’animal : on était passé de « le contact avec l’animal a été thérapeutique » (affirmation des textes fondateurs) à « le contact avec l’animal peut-il être thérapeutique ? » (conclusion des études de Friedmann, Katcher et al., 1980 et 1983). De fait, avec l’utilisation de la statistique probabiliste, ces études avaient introduit l’idée d’une potentialité thérapeutique. Avec l’appel de Beck et Katcher, un pas supplémentaire est franchi. En effet, dans le modèle EBM, il y a un lien assez puissant entre la question de la « preuve statistique » et la possibilité de qualifier les effets d’une pratique comme étant « thérapeutiques ». Ainsi, pour Beck et Katcher, puisque les études antérieures aux leurs ne sont tout simplement pas « scientifiquement valables », qu’elles n’ont pas été produites dans des conditions reproductibles, avec des échantillons représentatifs, et des méthodologies ad hoc, on ne peut pas savoir si les effets qu’elles rapportent étaient réellement d’ordre thérapeutique. On pourrait donc dire que c’est le passage entre une position « réaliste-essentialiste » et une position que Sophie Houdart qualifie de « nominaliste65 » (au sens de « réaliste par la répétition d’occurrences abondantes ») qui s’amorce ici. Elle étudie la controverse qui naît entre le laboratoire japonais qui a observé le comportement et en fait un événement66 et un laboratoire français qui se montre plus réservé quant à cette conclusion. L’auteure analyse la controverse entre les directeurs des deux laboratoires en ces termes :

  • 67 Houdart, 2002, 106.

Dans le laboratoire français, une chose n’existe que lorsqu’elle est mise à l’épreuve et qu’elle parvient à dire une seule et même chose tout au long de la chaîne de tests. En revanche, dans le laboratoire japonais, une chose existe quand on l’a vue une fois. S’opposent ici deux types de pouvoir : celui de la reproductibilité et celui d’une « pure émission de singularités » (Deleuze, 1988 ; 81), indépendant du cycle de la preuve. […] Les attitudes contrastées des directeurs japonais et français, ainsi, marquent moins une opposition entre réductionnisme et antiréductionnisme qu’une opposition entre réalisme (« mais le comportement est clairement homosexuel, O.K. ? », dit le directeur japonais un rien exacerbé) et nominalisme67.

  • 68 Il faut noter que les usages du terme « nominalisme » par Sophie Houdart ne renvoient pas à son acc (...)
  • 69 Titre de l’un de leurs articles critiques envers les expériences fondatrices des recherches sur l’I (...)
  • 70 On notera que les postures se retrouvent sur un point : la réalité potentielle du phénomène, et la (...)

25Plus que la sanction du caractère contingent de l’observation du laboratoire japonais, c’est tout simplement l’existence du phénomène qui est remise en cause par le directeur du laboratoire français. Car dans la posture nomologique68, l’existence d’un phénomène est indexée à sa reproductibilité, alors que dans la posture réaliste à l’ancienne, c’est l’observation singulière qui garantit son existence. Le passage d’une posture à l’autre se caractérise ainsi par la formulation, par le tenant d’une épistémologie nomologique, d’un soupçon à l’encontre de l’observation singulière que le « réaliste » traditionnel tient pour preuve de l’existence du phénomène. Puis sont généralement énoncées les conditions dans lesquelles l’observation devra être répétée pour que le phénomène soit considéré comme « existant » selon les cadres des épistémologies nomologiques contemporaines. Le recours à l’idée de potentialité caractérise ces dernières : peut être ne s’est-il rien passé [dans les conditions de l’observation singulière]/peut être qu’il se passera quelque chose [en utilisant les conditions propres à la reproductibilité]. C’est clairement ce discours que tiennent Beck et Katcher lorsqu’ils proposent de porter « un nouveau regard sur la pet-facilitated therapy69 ». Ainsi, on observe sous leur plume un double travail de (re)mise en question : 1 – La mise en question : l’énoncé d’une formulation prospective (rendue possible par l’introduction de la notion de potentialité) : « le contact animalier peut-il être thérapeutique ? » 2 – La remise en question : une prise de distance à l’égard des pratiques précédemment documentées : « le contact animalier a-t-il réellement été thérapeutique ? » Doute rétrospectif et affirmation prospective fonctionnent comme un ensemble cohérent, tenu par la potentialité. Cet ensemble permet a posteriori et dans un seul mouvement de discréditer légitimement les recherches antérieures et d’ouvrir tout un univers de recherches à venir. En définitive, contrairement à ce que prétendent Beck et Katcher, la transition qu’ils appellent de leurs vœux peut s’interpréter non pas comme le passage du « non scientifique » au « scientifique », mais plutôt comme celui d’une posture réaliste « substantialiste » ou « traditionnelle » à une posture réaliste « par les grands nombres » ou « nomologique » et plus généralement celui d’une culture épistémique à une autre70. Dans la culture épistémique proposée par Beck et Katcher, les études de cas ne comptent pas en tant que preuve recevable.

  • 71 National Institutes of Health, 1987.
  • 72 Ce qui est peu étonnant étant donné que Beck supervise la rédaction du rapport.

26Le programme de Beck et Katcher sera d’abord accueilli comme parole d’évangile dans la communauté HAI et les recherches l’appliquant à la lettre se multiplieront à partir du milieu des années 1980 ; et plus encore suite à la publication d’un rapport concernant les effets des animaux de compagnie sur la santé humaine71. Ce rapport est issu d’une conférence organisée par le National Institute for Health, organisation gouvernementale américaine chargée de gérer la recherche médicale. Ce document officiel, répondant aux canons de l’EBM, reconnaît les effets bénéfiques du contact animalier et valide les orientations pharmacologiques défendues par Beck et Katcher concernant la recherche sur les IAT72. En ce sens, le pari de faire reposer la légitimité du soin par le contact animalier sur le modèle EBM est réussi. De fait, les acteurs de la communauté HAI qui souhaitaient voir émerger une prise de conscience à grande échelle des vertus bénéfiques du contact animalier peuvent être satisfaits. Les industriels de l’animal de compagnie notamment citent à volonté les études épidémiologiques sur le lien entre « possession d’animaux » et « bon état de santé ». La possibilité de « faire du chiffre » propre au modèle EBM a permis de donner aux effets positifs du contact animalier une visibilité inédite, assortie d’une caution scientifique.

  • 73 Pour une analyse de la professionnalisation du soin par le contact animalier, voir Michalon, 2014.
  • 74 Voir : Beck, Katcher, 2003 ; Franklin et al., 2007.
  • 75 Anderson, Reid, Jennings, 1992 ; Jennings et al., 1998.

27Mais vers la fin des années 1990, l’application du modèle fait naître une certaine insatisfaction, notamment du côté des praticiens : si le programme de Beck et Katcher a permis de réduire les incertitudes quant à l’existence de ces effets, la question des mécanismes reste toujours inexpliquée. Ce qui est un frein au développement d’une profession entièrement dédiée aux IAT73. Les praticiens restent toujours inféodés aux cadres conceptuels des professions établies dans le monde médical, et doivent encore se battre pour faire reconnaître et accepter la spécificité de l’« outil animal ». De l’autre côté, les chercheurs n’arrivent pas à s’accorder sur ce qui produit les effets bénéfiques du contact animalier, et commencent à considérer que la possible explication de la réussite d’une IAT pourrait être en lien avec ce que représente l’animal pour le patient ou pour le thérapeute ou pour les deux74. Ce retour de la question de l’inclination, du sens singulier que l’humain donne à sa relation à l’animal, est appuyé par une série d’enquêtes continuant d’explorer le lien entre état de santé et possession d’un animal de compagnie, qui montrent – statistiquement – que le fait de considérer son animal comme un être qui compte a une influence positive sur l’état physique et moral de l’humain75. Il serait trop long ici de détailler les processus de (re)mise en question actuelle de la recherche sur les IAT, mais il est important de noter que la communauté HAI commence à revenir sur la primauté du modèle pharmacologique.

Conclusion : ce que la thérapie a fait aux animaux

28À travers cette rapide exploration des origines de la recherche sur les IAT, il a été question pour nous de voir comment le soin par le contact animalier a été appréhendé par différentes cultures épistémiques et comment chacune a contribué à la revalorisation d’une relation ordinaire à l’animal. En effet, on a vu que les premiers travaux, plutôt de type psychothérapeutique, ont été marqués par la découverte de l’importance du sens singulier que pouvait avoir une relation à l’animal, « banale » pour les thérapeutes et pourtant « signifiante » pour des patients désintéressés par tout autre élément de leur environnement, physique et social. Du fait de la contingence qui les a placés dans un cadre thérapeutique, les animaux sont ainsi sortis de leur ordinarité. Pour autant, fallait-il que ce cadre soit réceptif à ce qui pouvait faire sens pour les patients. En cela, le fait que les auteurs des premières études aient été psychothérapeutes, plutôt favorables au traitement par la parole, et à la thérapie sur mesure, n’est sans doute pas anodin : leur culture épistémique plutôt orientée vers la tradition clinique et la casuistique inductive est clairement ce qui a fait basculer le contact animalier dans le champ de l’application thérapeutique.

29Dans un second temps, avec une volonté de maîtriser la contingence, de reconduire les effets positifs, la question du sens de la relation a été progressivement mise en arrière-plan. Cette volonté a été plutôt portée par les tenants de la biomédecine (psychiatres, médecins, vétérinaires), qui ont imposé leur vision du « faire science » et du « thérapeutique » à travers la promotion d’un modèle de production et d’évaluation des connaissances de type pharmacologique. La puissance objectivante de ce modèle a permis de mettre à jour l’étendue de ses effets (physiologiques notamment), en termes quantitatifs. Sortant le contact animalier d’un cadre explicitement thérapeutique, et s’intéressant à des situations ordinaires (domestiques), les enquêtes épidémiologiques sur le lien entre santé cardiovasculaire et animaux de compagnie ont pris la mesure du caractère non anecdotique de la relation à l’animal. En passant du champ de la santé psychique à celui de la santé physiologique, les effets du contact animalier ont également gagné en légitimité, trouvant écho auprès des organismes gouvernementaux et des universités. En revanche, le coût de ce passage est une rupture consommée avec la singularité des êtres : la compréhension de ce qui se passe ici et maintenant entre un thérapeute, un patient et un animal, le poids de leur histoire respective, et la relation de sens qui les unit, s’en est trouvée réduite. Au lieu de comprendre la signification in situ, on a quantifié l’importance et attribué une signification uniquement statistique. De plus, la question de l’inclination des êtres, de leur volonté de construire une signification commune à ce qu’ils vivent, s’est vue pareillement exclue du champ des possibles : qu’il s’agisse de la parole du patient ou de celle du thérapeute, aucune n’a droit au chapitre concernant la qualification de ce qu’ils éprouvent comme relevant ou non du « thérapeutique ».

  • 76 Nous nous référons ici aux travaux de Vinciane Despret concernant les sciences du comportement anim (...)

30Globalement, le développement de la recherche sur les IAT s’est traduit par une « montée en passivité » des êtres : avec le passage au modèle pharmacologique, patients, thérapeutes, et animaux se sont vu confisquer leur capacité d’intervention sur la définition de ce « quelque chose » qui se passe entre eux et qui est bénéfique. Ce caractère passif des êtres, humains et non humains, est le résultat de l’application de ce modèle et de l’apparition de la figure du chercheur, en tant que tierce personne chargée de sanctionner la qualité thérapeutique d’une situation, sans y prendre part. L’histoire de cette recherche est finalement celle de la confiscation de la capacité des êtres à exprimer « ce qui compte » pour eux76. Alors même que c’est parce qu’à un moment donné, chacun d’eux a témoigné d’un intérêt pour l’autre que ce « quelque chose » de positif a pu se produire.

Haut de page

Bibliographie

Références généralistes

Bloor, D., 1976, Knowledge and Social Imagery, Chicago, University of Chicago Press.

Callon, M., 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de St Brieuc », L’Année sociologique, p. 169-208.

Callon, M., Rip, A., 1991, « Humains et non-humains : morale d’une coexistence », dans Theys, J., Kalaora, B. (dir.), La terre outragée, Paris, Autrement.

Callon, M., Lascoumes, P., Barthe, Y., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Carroy, J., 2005, « L’étude de cas psychologique et psychanalytique (xixe siècle-début du xxe siècle) », dans Passeron, J.-C., Revel, J. (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS.

Collin, J., 2006, « Une épistémologie médicale en changement. Raisonnements thérapeutiques entre science et croyances », dans Collin, J., Otero, M., Monnais, L. (dir.), Le médicament au cœur de la socialité contemporaine. Regards croisés sur un objet complexe, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Despret, V., 2002, Quand le loup habitera avec l’agneau, Paris, Seuil/Les Empêcheurs de penser en rond.

Despret, V., 2007, « L’affectivité au cœur des processus de professionnalisation. Le cas des sciences du comportement animal », dans Charvolin, F., Micoud, A., Nyhart, L. K. (dir.), Des sciences citoyennes ? La question de l'amateur dans les sciences naturalistes, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Despret, V., 2009, « D’un dualisme bien utile », Revue d’anthropologie des Connaissances, 3, p. 386-405.

Desrosières, A., 2008, Pour une sociologie historique de la quantification. L’argument statistique I., Paris, Presses de l’École des Mines.

Digard, J.-P., 2009, « Raisons et déraisons des revendications animalitaires. Essai de lecture anthropologique et politique », Pouvoirs, p. 97-111.

Dodier, N., 2003, Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Éditions de l’EHESS.

Gieryn, T. F., 1983, « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science: Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists », American Sociological Review, 48, p. 781-795.

Houdart, S., 2002, « ”On a découvert une mouche homosexuelle !” La mise en événement d’un objet scientifique », Terrain, p. 97-112.

Knorr-Cetina, K., 1996, « Le ”souci de soi” ou les ”tâtonnements” : ethnographie de l’empirie dans deux disciplines scientifiques », Sociologie du travail, 3, p. 311-330.

Knorr-Cetina, K., 1999, Epistemic Cultures: How the Sciences Make Knowledge, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Marks, H., 1999, La médecine des preuves. Histoire et anthropologie des essais cliniques (1900-1990), Paris, Institut d’édition Sanofi-Synthelabo.

Marks, H., 2000, « Confiance et méfiance dans le marché : les statistiques et la recherche clinique (1945-1960) », Sciences sociales et santé, 18, p. 9-27.

Nathan, T., Stengers, I., 1999, Médecins et sorciers, Paris, Institut d’édition Sanofi-Synthelabo.

Pignarre, P., 2007, « La cause placebo », dans André, J. (dir.), Le Placebo dans tous ses états, Lyon [s.n.].

Timmermans, S., Berg, M., 2003, The Gold Standard. The Challenge of Evidence-Based Medicine and Standardization in Health Care, Philadelphia, Temple University Press.

Vicart, M., 2008, « Regards croisés entre l’animal et l’homme : petit exercice de phénoménographie équitable », Ethnographiques.org.

Références concernant l’IAT

Anderson, R. K., Hart, B. L., Hart, L. A., 1984, The Pet Connection: Its Influence on Our Health and Quality of Life, Minneapolis, University of Minnesota.

Anderson, W. P., Reid, C. M., Jennings, G. L. R., 1992, « Pet ownership and risk factors for cardiovascular disease », The Medical Journal of Australia, 157, p. 298-301.

Ascione, F. R., 1992, « Enhancing children’s attitudes about the humane treatment of animals: Generalization to human-directed empathy », Anthrozoös, p. 176-191.

Ascione, F. R., Arkow, P., (dir.), 1999, Child Abuse, Domestic Violence, and Animal Abuse: Linking the Circles of Compassion for Prevention and Intervention, West Lafayette, Purdue University Press.

Beck, A. M., Katcher, A. H., 1984, « A new look at pet-facilitated therapy », Journal of the American Veterinary Medical Association, 184, p. 414-21.

Beck, A. M., Katcher, A. H., 2003, « Future directions in human-animal bond research », American Behavioral Scientist, 47, p. 79-93.

Corson, S. A. et al., 1975, « Pet-facilitated psychotherapy in a hospital setting », dans Masserman, J. H. (dir.), Current Psychiatric Therapies, New York, Grune and Stratton.

Corson, S. A. et al., 1977, « Pet Dogs as Nonverbal Communication Links in Hospital Psychiatry », Comprehensive Psychiatry, 18, p. 61-72.

The Delta Society, 1996, Standards of practice for animal-assisted activities and animal-assisted therapy, Renton, Delta Society.

Fogle, B., 1981, Interactions between people and pets, Springfield, Charles C. Thomas.

Franklin, A. et al., 2007, « Investigating the therapeutic benefits of companion animals: Problems and challenges », Qualitative sociology review, III Animals & People, p. 42-58.

Friedmann, E. et al., 1980, « Animal Companions and one-year survival of patients after discharge from a coronary care unit », Public Health Reports, 95, p. 307-312.

Friedmann, E. et al., 1983, « Social interaction and blood pressure: Influence of animal companions », Journal of Nervous and Mental Disease, 171, p. 461-465.

Garbarino, J., 2007, « Protecting Children and Animals: A Trans-Species Concept of Caring », dans Donovan, J., Adams, C. J. (dir.), The feminist care tradition in animal ethics, New York, Columbia University Press.

Hines, L. M., 2003, « Historical Perspectives on the Human-Animal Bond », American Behavioral Scientist, 47, p. 7-15.

Jennings, G. L. R. et al., 1998, « Animals and cardiovascular health », dans Wilson, C. C., Turner, D. C. (dir.), Companion Animals in Human Health, Thousand Oaks, Sage Publications.

Katcher, A. H. et al., 1983, New Perspectives in our Lives with Companion Animals, Philadelphia, University of Philadelphia Press.

Lee, D., 1984, « Companion Animals in Institutions », dans Arkow, P. (dir.), Dynamic Relationships in Practice: Animals in the Helping Professions, Alamdea, Latham Foundation.

Levinson, B. M., 1962, « The dog as ”co-therapist” », Mental Hygiene, 46, p. 59-65.

Levinson, B. M., 1969, Pet Oriented Child Psychotherapy, Springfield, Charles C. Thomas.

Levinson, B. M., 1972, Pets and human development, Springfield, Charles C. Thomas.

Michalon, J., Langlade, L., Gauthier, C., 2008, « Points de vue sur la recherche autour des Interactions avec l’Animal à but Thérapeutique et/ou éducatif. Note de synthèse », dans Micoud, A., Charvolin, F. (éd.), Modys (UMR 5264 – CNRS) / Fondation Adrienne et Pierre Sommer.

Michalon, J., 2010, « Les relations anthropozoologiques à l’épreuve du travail scientifique. L’exemple de l’animal dans les pratiques de soin », Sociétés, 2, p. 75-87.

Michalon, J., 2014, Panser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier, Paris, Presses des Mines ParisTech.

National Institutes of Health (NIH), 1987, The Health Benefits of Pets. NIH Technology Assess Statement Online September 10-11, http://consensus.nih.gov/1987/1987HealthBenefitsPetsta003html.htm, consulté le 30 janvier 2016.

Rock, M., Mykhalovskiy, E., Schlich, T., 2007, « People, other animals and health knowledge: Towards a research agenda », Social Science & Medicine, 1970-1976.

Surdez, M., 2010, « Les bouleversements de la profession vétérinaire. Lorsque la recherche d’une nouvelle légitimité sociale coïncide avec l’arrivée des femmes », Revue d’études en agriculture et environnement, 90, p. 473-498.

Swabe, J., 1999, Animals, Disease, and Human Society: Human Animal Relations and the Rise of Veterinary Medicine, Londres/New York, Routledge.

Haut de page

Notes

1 En France, les exemples « classiques » de ce type de pratiques sont les chats et les chiens résidents dans les maisons de retraite, les chiens visiteurs dans les hôpitaux, maisons de retraite, institutions médico-sociales, et les associations de thérapie avec le cheval qui proposent des séances en dehors des institutions. On trouve aussi de nombreuses fermes pédagogiques ; et – plus rarement – des expériences incluant le dauphin.

2 La Fondation Sommer, sous l’égide de la Fondation de France, est une organisation dédiée à la promotion d’une relation positive entre humains et animaux. D’abord focalisées sur la sensibilisation des enfants à l’importance du respect de la vie animale, et des responsabilités qu’implique la possession d’un animal de compagnie, les missions de la fondation évoluent en direction du soin par le contact animalier. Depuis 2003, la fondation finance des recherches, des études sur la question ainsi que des projets concrets d’« activités associant l’animal ». Voir : http://www.fondation-apsommer.org.

3 Le Centre de recherches et d’études en sociologie appliquée de la Loire (Cresal) a répondu initialement à cet appel d’offres. La structure est devenue le laboratoire Mondes & dynamiques de sociétés quelques mois après le début du contrat. L’équipe de recherche comprenait Jérôme Michalon (doctorant, Cresal), Loïc Langlade (chercheur contractuel) et Catherine Gauthier (chercheuse contractuelle). André Micoud (directeur de recherche CNRS) et Florian Charvolin (chargé de recherche CNRS) ont assuré la supervision globale du travail. Pour une présentation plus complète de la recherche, voir : Michalon, Langlade, Gauthier, 2008.

4 Marks, 1999 ; Marks, 2000.

5 Le terme « animalitaire » désigne un type de militance propre à la protection des animaux et de leurs intérêts. J.-P. Digard emprunte l’expression à Hemingway, et l’utilise pour parler des mouvements qui investissent la « cause animale », comme une « cause humanitaire ». Voir : Digard, 2009.

6 Callon, Lascoumes, Barthe, 2001 ; Callon, Rip, 1991.

7 Notamment dans les « revues de littérature » ou « états de l’art » qui débutent les articles.

8 Gieryn, 1983.

9 Bloor, 1976.

10 Dodier, 2003.

11 Knorr-Cetina, 1999.

12 Rock, Mykhalovskiy, Schlich, 2007.

13 Levinson, 1962.

14 Levinson, 1969 ; Levinson, 1972.

15 Corson et al., 1975.

16 « Reality therapy » dans le texte.

17 Ils n’ont pas accepté la présence de l’animal.

18 Interactions sociales à la fois entre patient et thérapeute, mais également entre les patients et les autres membres du personnel.

19 Les auteurs disent s’être intéressés à cinq cas, mais ils n’en mentionnent que quatre dans l’article sans en préciser la raison.

20 En effet, lorsqu’on lit cet article on est surpris d’y découvrir sous la plume des Corson que leur ambition était de construire une méthode de PFP plus généralisable que celle de Levinson, alors même qu’ils expliquent, comme nous venons de le voir, qu’ils n’avaient aucune intention d’initier quelque recherche que ce soit. Il semble donc qu’il y ait eu une reconstruction a posteriori des filiations entre le travail des Corson et celui de Levinson ; comme si le fait de publier les résultats d’un « programme » imposait de le situer dans une lignée, et, dans la forme, de minorer l’origine contingente du programme.

21 Corson et al., 1977. La différence essentielle entre l’article original et la version revue et corrigée tient à la présence de graphiques de données issues des analyses statistiques produites à partir des enregistrements vidéo des séances.

22 L’étude de cas est encore présente dans l’article revisité, mais elle est précisément délégitimée par les critiques adressées suite à la publication de la version originale.

23 L’expression est empruntée à Jacqueline Carroy (2005) qui l’utilise pour évoquer la manière dont les psychologues de la fin du xixe siècle construisaient leurs études de cas à partir des patients d’institutions.

24 Il préfigure le lien très étroit qui va exister dans la littérature sur les IAT entre la mise en place d’un « programme » de soin par le contact animalier et son évaluation faisant l’objet d’une publication à vocation scientifique.

25 Lee, 1984.

26 Lee explique notamment que la prise en charge d’animaux blessés et/ou handicapés par les patients/détenus a eu plus d’effet que la prise en charge d’animaux « valides ».

27 Le PP restera également comme le premier programme initié en direction de patients criminels, et ses résultats positifs seront régulièrement cités en exemple dans toute la littérature consacrée au lien entre criminalité envers les humains et cruauté envers les animaux. Cette littérature, fortement marquée par le courant de la Humane Education, met en avant l’idée que les mauvais traitements envers les animaux sont des signes avant-coureurs de comportements violents dirigés vers l’humain ; aussi, tout acte de bienveillance envers les animaux émanant de personnes ayant commis un crime violent est-il perçu comme une étape positive vers la réhabilitation.

28 En philosophie, on oppose la contingence à la nécessité : d’un côté, la contingence est la qualité d’une chose qui fait qu’elle peut arriver ou non. De l’autre, la nécessité est « ce qui ne peut pas ne pas être ». L’idée de « nécessité » est donc entièrement tournée vers la détermination, vers la « loi ». La contingence est une actualisation des possibles qui ne répond à aucune nécessité préalable. Mais dire de quelque chose qu’elle est « contingente » n’implique pas d’exclure toute détermination ou toute cause à son apparition : la contingence n’advient pas ex nihilo, en ce sens elle n’est pas synonyme de « hasard ». Le « hasard », quant à lui, fonctionne réellement avec la nécessité comme un couple dialectique : le hasard est vide de toute détermination, et de toute causalité.

29 Vicart, 2008.

30 Friedmann et al., 1980.

31 Erika Friedmann est biologiste, épidémiologiste. Aaron Katcher et James Lynch sont tous deux psychiatres.

32 Théorie dont James Lynch, l’un des auteurs de l’article, est l’un des plus éminents promoteurs.

33 « Myorcardial Infection » dans le texte.

34 « Angina Pectoris » dans le texte.

35 Ces décès ont été étudiés à travers différents rapports médicaux.

36 Le fait d’avoir à sortir son chien trois fois par jour par exemple, ou de le nourrir à heures fixes.

37 L’effet de la caresse notamment.

38 En tant que focalisateur de l’observation ou en ce que sa compagnie n’implique pas nécessairement l’usage de la parole.

39 Friedmann et al., 1983.

40 Pour les auteurs, la densité correspond au nombre de rapports sociaux d’une personne sur une période donnée.

41 L’influence du support social était, à leurs yeux, déjà validée.

42 Hines, 2003.

43 Nous parlerons plus volontiers de Human-Animal Interactions (HAI) qui est synonyme de HAB mais correspond à la terminologie actuelle de cette communauté.

44 Majoritairement anglophone, mais pas seulement.

45 Le terme d’« attachement » renvoie aux théories de psychologie et d’éthologie comportementale qui insistent sur l’attachement comme nécessité biologique inscrite dans le programme de tous les êtres vivants.

46 Voir l’article de Wolf Feuerhahn dans ce volume.

47 Pour une description de cette économie, se reporter à Michalon, 2014. À l’heure actuelle, de grandes multinationales de l’agroalimentaire telles que Nestlé et Mars ou encore Proctor and Gamble possèdent des marques d’aliments pour chiens et chats, ce qui donne une idée de l’importance d’un tel marché. Dans les années 1970 déjà, le groupe Mars a été l’un des premiers à investir dans les recherches sur les thématiques liées au HAI.

48 À titre d’exemple, la Delta Society aux États-Unis, l’Association française d’information et de recherche sur l’animal de compagnie (Afirac) en France, Ethologia en Belgique sont des HAIO.

49 Les praticiens, à l’époque, peuvent être aussi bien des psychiatres, des travailleurs sociaux, des infirmières, mais également des vétérinaires, ou encore des bénévoles de refuges de protection animale.

50 Voir notamment les « Standards » de la Delta Society : The Delta Society, 1996.

51 Exemples d’HAIRC : Center for The Human-Animal Bond (Purdue University) ; The People-Pet Partnership (PPP) (université de Washington), Center for the Interaction of Animals and Society (université de Pennsylvanie), Research Center for Human-Animal Interaction (ReCHAI) (université du Missouri).

52 Voir : Surdez, 2010 ; Swabe, 1999.

53 Les premiers programmes de « visite animalière » dans des institutions de soins ont été impulsés et accompagnés par des organisations de protection animale. Ces dernières ont eu à cœur de faire participer des bêtes issues de leurs refuges, avec l’idée sous-jacente que tout le monde y gagnerait : de la même manière que les résidents verraient les visites animales comme de précieuses respirations dans un quotidien très réglé par les contraintes de l’institution, les animaux auraient l’occasion de sortir de la monotonie de leur vie de reclus.

54 Voir sur ces questions : Ascione, 1992 ; Ascione, Arkow (dir.), 1999 ; Garbarino, 2007.

55 Entités qui ont maintenant une grande influence sur les directions prises par la recherche sur les liens humain/animal.

56 Fogle, 1981.

57 Katcher et al., 1983.

58 Anderson, Hart, Hart, 1984.

59 Callon, 1986.

60 Voir : Beck, Katcher, 1984.

61 Marks, 1999.

62 Collin, 2006.

63 Voir : Nathan, Stengers, 1999 ; Pignarre, 2007.

64 Timmermans, Berg, 2003.

65 Houdart, 2002.

66 Par le biais d’annonces médiatiques du type « on a découvert une mouche homosexuelle ! ».

67 Houdart, 2002, 106.

68 Il faut noter que les usages du terme « nominalisme » par Sophie Houdart ne renvoient pas à son acception contemporaine, assez proche de celle de « constructivisme ». Aussi a-t-on préféré parler ici de « réalisme nomologique », en ce sens qu’il privilégie les grands nombres (base de la régularité à valeur légale) pour asserter de la réalité d’une qualification.

69 Titre de l’un de leurs articles critiques envers les expériences fondatrices des recherches sur l’IAT.

70 On notera que les postures se retrouvent sur un point : la réalité potentielle du phénomène, et la recherche d’une méthodologie adaptée pour en rendre compte. Finalement, stricto sensu, les deux postures pourraient être qualifiées de « réaliste ». Leur divergence se situe bien au niveau des outils et des concepts utilisés pour attester de la réalité du phénomène « effets positifs du contact animalier » et le constituer en objet de recherche.

71 National Institutes of Health, 1987.

72 Ce qui est peu étonnant étant donné que Beck supervise la rédaction du rapport.

73 Pour une analyse de la professionnalisation du soin par le contact animalier, voir Michalon, 2014.

74 Voir : Beck, Katcher, 2003 ; Franklin et al., 2007.

75 Anderson, Reid, Jennings, 1992 ; Jennings et al., 1998.

76 Nous nous référons ici aux travaux de Vinciane Despret concernant les sciences du comportement animal. Ils illustrent parfaitement la manière dont certains dispositifs scientifiques rendent les animaux « intéressants » pour les humains, précisément parce que ces dispositifs posent des questions pertinentes aux animaux et leur donnent l’occasion d’exprimer « ce qui compte » pour eux, ce qui les intéresse. Voir notamment : Despret, 2002 ; Despret, 2007 ; Despret, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Évolution chronologique de la production bibliographique autour des IAT
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/1618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Michalon, « Soigner par le contact animalier », Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016, 137-162.

Référence électronique

Jérôme Michalon, « Soigner par le contact animalier », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1618 ; DOI : 10.4000/rhsh.1618

Haut de page

Auteur

Jérôme Michalon

Post-doctorant, Labex Intelligences des mondes urbains / Centre Max-Weber (UMR 5283)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals