Navigation – Plan du site
Document

Lettre de Joseph Delbœuf à William James du 2 novembre 1886

p. 165-167

Texte intégral

Lettre de Joseph Delbœuf à William James du 2 novembre 1886

Lettre de Joseph Delbœuf à William James du 2 novembre 1886

Reproduit avec l’aimable autorisation de Houghton Library, Harvard University. William James Papers.

Houghton Library of Harvard University, Ms Am 1092 (152-164)

1Ramet (Val St Lambert), 2 novembre 1886

2Mon cher ami,

3De quand date ma dernière lettre, je n’en sais rien – vous ai-je écrit la terrible catastrophe qui nous a frappés le 16 mai dernier, à savoir que ma femme a été atteinte de paralysie avec perte de la parole ? Elle est restée 18 jours – jusqu’au jour de l’Ascension – dans son lit, ne pouvant pas remuer la jambe et ne faisant avec son bras droit que les mouvements les plus élémentaires – par exemple, porter la main à sa bouche en penchant la tête. Pas de sommeil et nuits délirantes malgré le chloral à forte dose (3 grammes), la morphine, l’uréthane, que sais-je ?

4Le 18 après-midi, je l’ai hypnotisée pour la 1ère fois ; je lui annonce, par acquit de conscience, qu’elle remuera son bras sans difficulté. Réveillée, elle remuait son bras sans difficulté. Du moins, tant qu’on n’exigeait pas de lui des mouvements étendus et compliqués. Stupéfait du résultat, je la rendors de nouveau, et lui annonce qu’elle va se lever et marcher. Ma fille Caroline était auprès d’elle, et j’avais fait appeler notre servante Justine que vous avez connue. Réveillée, ma femme se lève immédiatement, et, repoussant toute aide, et se moquant de notre effroi, elle fait d’un pas ferme et automatique le tour de sa chambre.

  • 1 Henry Beaunis (1830-1921), professeur de physiologie à l’université de Nancy puis directeur du labo (...)
  • 2 Le Dr Jean Baptiste Masius (1836-1912), professeur de clinique à l’université de Liège et correspon (...)

5Je communiquai immédiatement le fait à M. Beaunis1, parce que M. Masius2 est un sceptique à l’endroit de l’hypnotisme, et depuis lors j’ai traité la malade par l’hypnotisme. Elle ne prend plus une seule drogue, ni digitaline, ni chloral, ni purgatifs, ni ergotine (pour ses pertes), la simple parole suffit, même sans l’endormir absolument, pour calmer palpitation, donner une selle, même arrêter les pertes. La parole est parfaitement revenue ; la mémoire aussi ; l’intelligence reste affaiblie en ce sens qu’elle ne sait pas concentrer son esprit plus de quelques minutes sur un sujet un peu difficile ; les mouvements du bras droit sont devenus aisés ; la marche est plus pénible, elle fauche, mais pas trop.

6Le séjour à la campagne lui a fait grand bien, et le bon temps nous favorisant, nous y restons plus que d’ordinaire.

7Pour échapper à mes chagrins, je me suis réfugié plus que jamais dans le travail – La Revue philosophique ne contient qu’une faible partie de mes productions. Par moments, je sens la fatigue mais j’aime mieux cette fatigue que le poids de mes soucis.

  • 3 Proceedings of the American Society for Psychical Research, Boston, 1885-1886, avec deux « rapports (...)
  • 4 Delbœuf fait ici référence aux premiers textes de Pierre Janet (1859-1947) sur ses expériences de « (...)
  • 5 Julian Ochorowicz (1850-1917), philosophe et psychologue polonais de langue française travaillant à (...)

8Vous allez recevoir par le même courrier une photographie représentant l’âne et mon chien Mouffle. Vous reconnaîtrez les personnes sans doute : Henriette, Caroline et Charles. J’ai reçu de vous les Proceedings etc. Merci. Il n’y a que vos deux rapports qui sont intéressants3. Quel vaste champ est ouvert aujourd’hui aux recherches psychologiques ! Mais je vois avec peine que quelques-uns se lancent à corps perdu dans le merveilleux et le miraculeux. M. Pierre Janet, entre autres, me paraît être dans cette voie4. M. Ochorowicz prétend que chez certains sujets, on pourrait faire repousser, par suggestion, des bras et des jambes amputées !5

9Ce n’est pas que l’hypnotisme n’ait l’air de faire des miracles en thérapeutique ; mais j’ai étudié de près la question et j’explique tout sans peine.

  • 6 J. Delbœuf, « De la prétendue veille somnambulique », Revue philosophique, 23, 1887, p. 113-142, 26 (...)

10En mars paraîtra un long article de moi sur la prétendue veille somnambulique – qui pour moi, est bel et bien de l’hypnose6. Malheureusement je crains – vu le long retard (je relate des expériences faites en mars et en avril) – qu’on ne me coupe l’herbe sous le pied d’ici là.

11L’hypnotisme absorbe une grande partie de mes loisirs – l’autre partie est prise par la grammaire ; et pour le reste, rien. Je ne sors plus, je ne vais nulle part ; je vis au milieu de mes livres, près de ma pauvre femme, recevant de loin en loin une visite – et pourtant, calculant déjà le temps où vous pourrez revenir en Europe : dans quatre ans n’est-ce pas ? Ce sera un beau jour, à marquer d’une pierre blanche, celui où nous vous reverrons. Faites-moi savoir comment va votre santé – vos yeux, principalement – et votre femme et vos enfants ; est-ce que le pauvre petit mort sera bientôt remplacé ? Ah ! J’ai si souvent par la pensée, franchi la mer pour aller m’asseoir à votre foyer et causer avec vous !

12Mes amitiés les plus cordiales pour vous et tous les vôtres – et de notre part à tous.

J. Delbœuf.

Haut de page

Notes

1 Henry Beaunis (1830-1921), professeur de physiologie à l’université de Nancy puis directeur du laboratoire de psychologie de la Sorbonne (1889-1894). Il entre en correspondance avec Joseph Delbœuf au début de l’année 1886. Par Beaunis, Delbœuf s’informe notamment de la « thérapeutique suggestive » que pratiquent les médecins de Nancy auxquels il rendra visite au mois d’avril 1888. J. Delbœuf, Le magnétisme animal. À propos d’une visite à l’école de Nancy, Paris, Alcan, 1890, rééd. dans J. Delbœuf, Le sommeil et les rêves et autres textes, Paris, Fayard (Corpus des œuvres de philosophie en langue française), 1993.

2 Le Dr Jean Baptiste Masius (1836-1912), professeur de clinique à l’université de Liège et correspondant de l’Académie royale de Belgique.

3 Proceedings of the American Society for Psychical Research, Boston, 1885-1886, avec deux « rapports » de William James sur les phénomènes « hypnotiques » et « médiumniques ». Repris dans Essays in Psychology, Cambridge, Harvard University Press, 1983, p. 190-197, Essays in Psychical Research, ibid., 1986, p. 14-18.

4 Delbœuf fait ici référence aux premiers textes de Pierre Janet (1859-1947) sur ses expériences de « mise en sommeil à distance » d’une somnambule : « Note sur quelques phénomènes de somnambulisme », Revue Philosophique, 21/1, 1886, p. 190-198, « Deuxième note sur le sommeil provoqué à distance et la suggestion mentale pendant l'état somnambulique », Revue philosophique, 22/2, 1886, p. 212-223. Sur ces communications et leur contexte, voir : J. Carroy, Hypnose, psychologie, suggestion. L’invention de sujets, Paris, PUF, 1991 ; J. Carroy, R. Plas, « Dreyfus et la somnambule », Critique, 572/573, janvier-février 1995, p. 36-59.

5 Julian Ochorowicz (1850-1917), philosophe et psychologue polonais de langue française travaillant à Paris. Nous n’avons pas retrouvé d’assertions semblables dans ses textes, dont sa principale monographie sur le sujet, La suggestion mentale, Paris, Doin, 1887. Delbœuf rapporte probablement des verbatim.

6 J. Delbœuf, « De la prétendue veille somnambulique », Revue philosophique, 23, 1887, p. 113-142, 262-285.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lettre de Joseph Delbœuf à William James du 2 novembre 1886
Légende Reproduit avec l’aimable autorisation de Houghton Library, Harvard University. William James Papers.
Crédits Houghton Library of Harvard University, Ms Am 1092 (152-164)
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/1697/img-1.jpg
Fichier image/, 518k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Lettre de Joseph Delbœuf à William James du 2 novembre 1886 », Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016, 165-167.

Référence électronique

« Lettre de Joseph Delbœuf à William James du 2 novembre 1886 », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1697

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals