Navigation – Plan du site
Document

Comment un savant devient « guérisseur »

D’après une lettre inédite de Joseph Delbœuf à William James
Thibaud Trochu
p. 169-187

Texte intégral

  • 1 Les principales sources sur la vie et l’œuvre de Joseph Delbœuf sont : Gilkinet, 1905 ; Liégeois, 1 (...)

1Cette lettre du savant belge Joseph Delbœuf (1831-1896) adressée au philosophe américain William James (1842-1910) offre le récit d’une expérience de tentative de guérison par l’hypnose réalisée sur son épouse. Exprimé sur un mode privé à une autre personnalité majeure de la scène scientifique et philosophique de la seconde moitié du xixe siècle, ce témoignage présente un intérêt historique parce qu’il déborde les cadres de l’expression savante légitime de l’époque. De fait, l’analyse du contexte de rédaction de ce document donne à percevoir comment ce mathématicien et philosophe de formation, devenu un professeur d’université internationalement reconnu et apprécié pour la rigueur et l’originalité de ses écrits, a pratiqué pendant les dix dernières années de sa vie une activité parallèle de « guérisseur » sur plusieurs dizaines de personnes de son environnement local dans le pays de Liège1.

  • 2 Voir la bibliographie des écrits de J. Delbœuf sur l’hypnotisme en fin d’article.

2Bien que Delbœuf ait publié de nombreux textes bien connus et discutés sur la question de l’hypnotisme dans les années 1880, un domaine de recherche qu’il affirmait d’emblée vouloir « expurger » autant que possible du merveilleux qui lui était couramment associé, il n’a jamais mis en avant son activité thérapeutique extra-médicale ; du moins, pas dans ses premiers écrits2. La principale cause de son silence réside dans le fait qu’il ne pouvait pas se prévaloir d’une formation et d’un diplôme de médecin pour se justifier en public de cette activité à la frontière de la légalité. Car cette question de l’encadrement légal de ces pratiques de « magnétiseurs », très courantes à l’époque mais absentes ou raillées dans le discours savant, a donné lieu à de vifs débats dans lesquels le savant belge s’est impliqué activement.

  • 3 Delbœuf a défendu la « cause » du magnétisme dans quatre ouvrages : 1888a, 1889a,1890a, 1892a.

3Ce document, par la charge émotionnelle associée à une expérience personnelle déterminante pour l’homme comme pour le savant, fournit l’une des sources de sa défense parfois véhémente de ce qu’il appelle la « cause de la science et de la liberté » face à la volonté de monopolisation de ces pratiques par le corps médical3. C’est pourquoi, d’un point de vue historique, l’analyse de ce récit peut contribuer à mieux comprendre l’émergence des premiers systèmes « scientifiques » de psychothérapies dans un contexte préfreudien qui offrait un champ de développements possibles à une multitude de pratiques, d’approches et de théories explicatives pour rendre compte des succès et des échecs de ces traditions curatives semi-clandestines.

L’amitié philosophique entre Delbœuf et James

  • 4 Sur l’évolution de carrière et la diversité des enseignements donnés par Delbœuf, voir la « chronol (...)

4Joseph Delbœuf est une personnalité scientifique indépendante qui a cultivé pendant toute sa carrière des thèmes de recherche d’une variété assez sidérante : professeur de « matières philosophiques » à l’université de Gand puis de Liège, sa ville natale, à partir de 1869, il a publié entre 1860 et 1895 de très nombreux écrits (monographies, articles, comptes rendus, lettres publiques) sur des sujets aussi différents que la révision des postulats de la géométrie, la logique algorithmique, les illusions d’optique, la physiologie des sensations, l’expérimentation psychophysique et sa critique, l’étude du sommeil et des rêves, celle de l’intelligence des animaux ou la réfutation philosophique du déterminisme ; mais aussi, ce qui est moins connu, sur la philologie grecque et latine, la grammaire et la pédagogie4. Par la pluralité et l’étendue de ses champs d’intérêt et surtout par l’originalité de ses vues, Delbœuf est devenu l’un des auteurs francophones parmi les plus lus et discutés de la communauté savante internationale à la fin du xixsiècle ; d’autant qu’il s’est régulièrement engagé dans des controverses avec ses confrères.

  • 5 Delbœuf est le second contributeur de la Revue philosophique lors de ses dix premières années de pu (...)

5À partir des années 1870, il a publié un nombre important d’études et de comptes rendus dans la Revue philosophique et la Revue scientifique dirigées par ses collègues et correspondants parisiens Théodule Ribot (1839-1916) et Charles Richet (1850-1935) ; ce qui a largement contribué à lui assurer une surface éditoriale internationale5. C’est par ces voies que William James, son cadet de onze ans, a pris connaissance des travaux du savant liégeois. Or les deux hommes partagent dans cette période une ambition commune, à savoir, la volonté d’appliquer la méthode expérimentale à l’étude de la vie mentale afin de constituer une « psychologie scientifique » émancipée des « spéculations » philosophiques.

  • 6 Girel, 2008.
  • 7 Skrupskelis, Berkeley (éd.), 1992-2004.

6De fait, si James est de nos jours surtout connu comme l’un des philosophes ayant propagé le courant du pragmatisme dans les premières années du xxe siècle, ce qui lui a d’abord valu sa notoriété de son vivant, c’est son implication dans l’édification théorique de la psychologie qui culmine avec la publication en 1890 de ses Principles of Psychology : un traité général en deux volumes sur la « nouvelle science » de plus de 1 000 pages, brillamment écrit, qui lui a assuré une reconnaissance en Europe et aux États-Unis6. Pour James, Delbœuf s’est avéré être un puissant allié de la « cause » qu’est la promotion de la psychologie expérimentale ; mais c’est aussi un expérimentateur qui n’a pas renoncé à la réflexion philosophique sur la validité des méthodes et sur les enjeux métaphysiques de cette jeune science. Leur correspondance, qui débute en 1881 et dure jusqu’en 1891, est marquée par leur rencontre en novembre 1882 lorsque James rend visite à Delbœuf, chez lui à Liège, lors d’un séjour en Europe. Cette rencontre marque le passage de liens d’estime mutuelle à une véritable amitié7.

  • 8 Danzinger, 1990 ; Plas, 2000.
  • 9 Voir, entre autres exemples, Ribot, 1885.
  • 10 Les très nombreux articles qui paraissent pendant toute la décennie 1880, dans la Revue philosophiq (...)
  • 11 Ellenberger, 1986. Sur la situation autrichienne et l’initiation de Freud, voir Hirschmüller, 1991. (...)

7Reste à rappeler que l’histoire de la psychologie scientifique rencontre une difficulté historiographique : loin d’obéir au seul modèle du laboratoire de physiologie, comme l’ont présenté le plus souvent ses acteurs, cette discipline en voie d’autonomisation s’est aussi constituée en référence à des modèles de scientificité alternatifs8. Or, l’un des modèles qui s’est imposé dans les années 1880 est bien celui de l’hypnotisme : cette technique était alors perçue par certains acteurs comme une véritable procédure expérimentale capable de pénétrer le déterminisme de l’esprit humain. D’après une expression fréquemment utilisée, l’hypnose était présentée comme un outil unique de « vivisection psychologique9 ». Malgré le fait que les phénomènes de l’hypnotisme ont été longtemps niés par la communauté savante et médicale internationale, leur réhabilitation soudaine au début des années 1880 a engendré une production inflationniste d’études émaillées de débats très vifs10. L’un des enjeux de ces débats était de déterminer la fécondité ou l’inanité thérapeutique de l’arsenal des techniques anciennes héritées du « magnétisme animal ». Ce thème de recherche a été abondamment exploré par des médecins de premier plan tels que Pierre Janet, Hippolyte Bernheim, Josef Breuer et Sigmund Freud. Par la rationalisation de ces pratiques, ces auteurs ont tiré un certain nombre d’innovations pour soulager la souffrance humaine11.

Comment un philosophe se fait hypnotiseur

  • 12 Houghton Library of Harvard University, Ms Am 1092 (152-164).

8Chacune des treize lettres inédites de Joseph Delbœuf à William James rédigées entre 1882 et 1891 rend compte notamment de l’implication très active du savant belge dans l’étude, la pratique et la défense de l’hypnotisme thérapeutique au cours des dix dernières années de sa vie12. Nous avons sélectionné la lettre du 2 novembre 1886 parce qu’elle témoigne du fait que ce sont des circonstances de famille qui expliquent en partie sa détermination farouche à défendre publiquement devant les corps médicaux et politiques de son pays et les savants d’Europe la « cause » de ces pratiques de guérison inventées, cultivées et entretenues pendant tout le xixe siècle par les « magnétiseurs ».

  • 13 Sur cette question, Carroy, 1991 ; Edelman (dir.), 2009. D’après Delbœuf, l’une de ses sources qui (...)
  • 14 Delbœuf, 1888a, 9, 37. Dans 1889a, Delbœuf évoque à plusieurs reprises le fait qu’il réussit très s (...)

9Malgré le long ostracisme médical officiel à l’égard de ses pratiques au cours du xixe siècle, Delbœuf incarne la figure pas si rare du savant très bien informé de l’histoire raisonnée du « magnétisme animal13 ». Une fois les principaux phénomènes de l’hypnotisme publiquement établis et reconnus qu’il a pu constater directement en décembre 1885 à l’hôpital de la Salpêtrière, il a d’emblée cherché à expérimenter et il a très vite développé, semble-t-il, un réel talent pour hypnotiser : « j’ai souvent hypnotisé du premier coup des personnes qui s’étaient montrées rétives14 ». Sur la base des nombreuses confessions personnelles qui émaillent ses textes sur le sujet, on comprend que ce savant de 55 ans s’est alors découvert, en voulant se rendre compte « en profane » des effets curatifs du somnambulisme provoqué, une « influence » bienfaisante indéniable qu’il a su d’abord jauger puis comprendre et sophistiquer.

  • 15 Delbœuf, [1889a], 1993, 405-422.
  • 16 Delbœuf, 1888a, 11, 37 ; 1889a, 346, 371 ; 1893a, 4, 1893b, 202 ; 1896, 228.

10D’après ses textes, on apprend que cette pratique de « guérisseur » qu’il a été amené à exercer de façon indépendante et relativement discrète lui a valu rapidement, en moins de deux années, une solide « réputation de magnétiseur15 » ; au point qu’au fil des mois et des années, bon nombre de médecins de son entourage l’ont régulièrement sollicité pour soigner des « cas réfractaires16 ». La terminologie spontanément employée par lui-même, les médecins ou les patients est bien celle de « magnétiseur ». À cet égard, une lettre datée de l’été 1889 d’un médecin chargé d’un service à l’hôpital de Liège illustre bien la façon dont on le sollicitait :

  • 17 Delbœuf, 1890a, note p. 68.

Monsieur Delbœuf, vous obligeriez une de nos meilleures familles du… celle de M… à…, si vous vouliez vous y rendre pour magnétiser sa dame, souffrant d’une maladie nerveuse depuis longtemps déjà. Si vous acceptez de rendre ce service, je vous prie d’informer M… du jour et de l’heure de votre arrivée… où la voiture viendra vous prendre. Recevez etc. Dr X.17.

  • 18 Delbœuf, 1888a, 100.
  • 19 Delbœuf, 1887d, 773-812.
  • 20 Ibid., 785.
  • 21 Ibid., 786.
  • 22 Delbœuf, 1889a, 322.
  • 23 Delbœuf, 1887d, 786-788.
  • 24 Delbœuf, 1893b, 205.
  • 25 Delbœuf, Nuel, Leplat, 1890b, 361-389.
  • 26 Delbœuf, 1888c, 68-69.
  • 27 Delbœuf, Fraipont, 1891c.
  • 28 Delbœuf, 1889a, 308-311.
  • 29 Delbœuf, [1889a], 1993, 262.
  • 30 Delbœuf, 1893b, 205. Ces récits de cas ont inspiré Breuer et Freud, dans la constitution de leur «  (...)
  • 31 Delbœuf, 1888c, 66-69 ; 1893b.

11Lors d’une première controverse publique sur l’encadrement législatif des pratiques hypnotiques en Belgique pendant l’hiver 1888, Delbœuf affirme qu’entre les mois de février 1886 et 1888, il a hypnotisé plus d’une centaine de personnes de tous âges, de tous sexes et de tous milieux sociaux18. À partir du mois de juin 1887, suite à une communication déterminante auprès de la classe des sciences de l’Académie royale de Belgique sur les vertus thérapeutiques de l’hypnotisme puis dans une série de textes postérieurs, il mentionne avoir soigné par la mise en sommeil et/ou la « simple parole » des maladies et des troubles parmi les plus variés tels qu’une entorse sévère19, une coupure profonde20, des crampes d’estomac21, une sciatique22, une blessure par armes à feu23, une névralgie faciale24, deux cas de cécité partielle25, des migraines violentes26, un accouchement douloureux27 et aussi des maladies mentales et nerveuses dont deux cas d’obsessions monomaniaques28, un cas de « chorée29 » et un cas de « manie homicide30 ». Dans ses textes tardifs, il évoque également de nombreux récits de « guérisons subites de maladies invétérées31 ».

  • 32 Lettre du 12 octobre 1890 [Houghton Library of Harvard University, Ms Am 1092 (152-164)].

12Malgré ce que, dans ses lettres à James, il a appelé parfois un « harcèlement de la part des malades et des médecins » qui témoigne d’un véritable sacerdoce32, ses écrits sur le sujet montrent qu’il a pratiqué consciencieusement, avec l’assistance régulière de nombreux médecins de son entourage, et réfléchi en tant que savant impartial sur cette activité d’hypnotiste-guérisseur jusqu’à la fin de sa vie. Or, d’après la chronologie toujours très détaillée qu’il a donnée de ses différentes expérimentations hypnotiques au fil des ans dans ses articles, la lettre que nous publions permet de faire l’hypothèse d’après laquelle l’événement fondamental qui a amené ce savant à se glisser dans la peau d’un « magnétiseur » semble avoir été ses efforts spontanés, lors du printemps 1886, pour tenter d’obtenir une rémission de certains des graves symptômes dont souffrait son épouse.

Une tentative spontanée de guérison par l’hypnotisme

  • 33 Dans ses lettres à James, Delbœuf donne plusieurs descriptions qui témoignent de l’évolution de l’é (...)

13Joseph Delbœuf a épousé Marie Ducros (1844-1888) en 1864. Ensemble, ils ont eu trois enfants dont les prénoms sont mentionnés dans la lettre. Lors des huit dernières années de sa vie, elle a souffert de troubles indéterminés. Sur la base des documents disponibles, dont les différents témoignages de Delbœuf dans ses lettres à James et certains de ses textes où l’identité de son épouse est dissimulée mais nettement identifiable, on ne peut pas établir une symptomatologie précise de sa ou de ses maladies33. On sait toutefois qu’en 1886, depuis au moins cinq ans, c’est une grande malade qui souffre de paralysies chroniques suite à des crises de « rhumatisme articulaire ». Le plus souvent, elle doit garder le lit et ne se déplace qu’avec grande difficulté. Elle a une circulation sanguine imparfaite et souffre de refroidissements avec « cyanoses ». Dans les dernières années, Delbœuf évoque une « faiblesse extrême » accompagnée de paralysies et des crises d’hémiplégie « terrifiantes ». Il évoque enfin des « palpitations » et des « suffocations » avec « insomnies », une agitation nocturne mêlée d’« hallucinations ». Il en résulte qu’elle doit prendre une médication narcotique et sédative très lourde.

14Au printemps 1886, soit cinq mois après avoir débuté la pratique de l’hypnotisme à des fins de recherches en psychologie expérimentale, Delbœuf va tenter, sans expérience thérapeutique préalable mais acculé par une grave crise d’hémiplégie suivie de paralysie généralisée dont est alors victime son épouse, d’interférer avec le mal dont elle souffre. Six mois plus tard, il donne le récit de cet événement à son correspondant américain puisque ce dernier s’enquérait dans chacune de ses lettres de l’état de Madame Delbœuf qu’il avait rencontrée quatre ans plus tôt lors de son séjour à Liège.

15Dans ce récit, Delbœuf fait part de sa sidération : lors d’une tentative expérimentale initialement destinée à induire un sommeil bienfaisant à son épouse, il a essayé « par acquit de conscience » de suggérer à la malade l’idée d’une suspension partielle de ses différentes paralysies. Or il a obtenu en seulement quelques minutes, par une séquence de mises en sommeil répétées suivies de suggestions verbales de plus en plus ambitieuses, une rémission quasi instantanée quoique limitée des sévères paralysies d’origine organique dont sa femme souffrait. Dans un exposé postérieur du même événement devant ses pairs de l’Académie royale de Belgique, il dira

  • 34 Delbœuf, 1887d, 789.

qui n’a pas assisté à une semblable résurrection de membres, pour ainsi dire morts, ne peut se faire aucune idée de l’étonnement, mêlé de stupeur et presque d’effroi, qui a saisi les témoins de la scène34.

  • 35 Par la suite, les récits de cure de Delbœuf témoignent du fait qu’il a toujours utilisé cette métho (...)
  • 36 Un an plus tard, rapporte-t-il, les traitements médicamenteux ont été « complètement abandonnés », (...)

16Suite à cet événement, Delbœuf a procédé sur son épouse malade à une répétition régulière et d’ampleur progressive de ces suggestions dans le sommeil hypnotique ; un procédé amené à devenir l’une de ses techniques de prédilection35. Après quelques jours, elle a retrouvé ses fonctions intellectuelles normales et elle n’a plus eu besoin de recourir à l’une des différentes drogues qui lui étaient prescrites36. Au terme de quelques semaines, il a donc obtenu la suspension d’une bonne partie des symptômes morbides dont la perturbation du sommeil et la perte de l’appétit. Un an plus tard, dans sa communication à l’Académie royale de Belgique, il affirme, en préservant l’anonymat de la patiente et sans détailler les circonstances ni la durée exactes de la cure, que

  • 37 Ibid., 788-789.

l’amélioration obtenue si instantanément s’est maintenue et a été en s’accentuant à la suite de suggestions successives, jusqu’à un certain point qui n’a pu être dépassé37.

17D’un point de vue subjectif, cette expérience personnelle semble avoir été déterminante. Mais Delbœuf est avant tout un expérimentateur consciencieux qui s’est donné comme règle de publier méthodiquement l’état de ses recherches sur ce sujet controversé. Loin de se satisfaire d’une simple constatation factuelle, il a cherché à s’expliquer le mécanisme de cette cure partielle et de ses « effets merveilleusement bienfaisants ». C’est pourquoi, à partir de ce moment, il a cherché à expérimenter sur cette vertu curative de l’hypnotisme qui semble manifester une influence positive dans le cours de certaines maladies.

  • 38 Lettres du 6 novembre 1886 et du 6 mai 1887 [Houghton Library, Ms Am 1092 (152-164)].
  • 39 Un cas semble avoir été déterminant dans l’établissement de cette « réputation ». Suite à un concou (...)

18Dans ses écrits, il ne s’est pas d’emblée exposé, du fait de son absence de diplôme médical, à faire valoir la nature thérapeutique de sa pratique mais, derrière la formule avec laquelle il décrit par deux fois à James la nouvelle orientation de ses recherches personnelles (« l’hypnotisme, dit-il, absorbe à présent une grande partie de mes loisirs38 ») ; on comprend qu’on a désormais affaire à une activité quasi quotidienne puisque, d’après la chronologie de ses expérimentations, on sait qu’il est très vite amené à assister d’autres personnes souffrantes dont les résultats concluants lui ont valu une « réputation » grandissante sur laquelle, dira-t-il plus tard, « tout repose »39.

Une communication retentissante devant l’Académie royale de Belgique

  • 40 Lettre à James du 5 mai 1887 où il fait part de ses intentions d’intervenir sur ce thème auprès de (...)
  • 41 Delbœuf reprend ici à nouveaux frais la tentative de certains savants français un demi-siècle aupar (...)

19Un an plus tard, après avoir réussi un certain nombre de cures de différents troubles par la suggestion hypnotique, il présente devant la section des sciences de l’Académie royale de Belgique, dont il est membre correspondant depuis 1877, les conclusions de ses expérimentations sur ce qu’il présente à James comme « la puissance médicale de l’hypnotisme et la source de cette puissance40 ». Le 4 juin 1887, il donne une communication qui fera date intitulée « Sur l’origine des effets curatifs de l’hypnotisme ». Prenant la parole en tant que savant reconnu et apprécié sur ce qu’il appelle une « nouvelle branche de l’art médical peut-être promise à un grand avenir », il y retrace la suite de ses raisonnements, les modalités de sa pratique et, surtout, il présente une expérimentation princeps visant à démontrer scientifiquement le mode d’action de la suggestion hypnotique41.

  • 42 Delbœuf insiste très souvent sur ce point. En 1860 il a publié de manière anonyme un texte sur un c (...)
  • 43 Delbœuf considère l’expérience dite des « vésications » comme un « événement considérable » dans l’ (...)

20Devant ses pairs, il rappelle qu’il s’est intéressé depuis de nombreuses années aux faits du « magnétisme animal » et notamment à un cas de « stigmatisation » prétendument « miraculeux » qu’il a cherché à expliquer à cette lumière42. Parmi les nombreux phénomènes qui font désormais l’objet de discussions passionnées chez les savants européens, Delbœuf isole une expérience récemment débattue qui lui paraît capitale : les protagonistes de l’« École de Nancy » ont très récemment amené à la publicité un cas d’induction artificielle de vésications chez un sujet. Par la simple parole, il a été possible d’occasionner une irritation locale de l’épiderme43. Cette expérience a été discutée lors d’une séance de la Société de psychologie physiologique au mois de juin 1885.

  • 44 Delbœuf, 1887d, 782, voir aussi Delbœuf, 1886c, 20-21.

21Depuis, elle a été corroborée et reprise suivant certaines variations par d’autres médecins. Lors de sa visite à la Salpêtrière, Delbœuf a ainsi pu observer le Dr Charcot faire naître une brûlure sur le bras d’une hystérique dans le sommeil nerveux en la persuadant que de la cire enflammée lui était tombée sur le poignet. Le lendemain, dit Delbœuf, la patiente avait souffert toute la nuit et sa plaie était couverte de « cloches enflammées44 ». Cette expérience, dit-il, l’a « plongé » dans ses réflexions. Il relate qu’il s’est alors demandé in petto si l’opposé était possible : selon le même procédé, serait-il possible de faire disparaître certaines douleurs au lieu de les susciter ?

  • 45 Les collègues de Delbœuf présents lors de ces expériences avec lesquels il s’entretiendra régulière (...)

22Dès son retour à Liège au mois de janvier 1886, il a reproduit avec des collègues de la faculté de médecine de la ville certaines des expériences observées à la clinique parisienne dont celles sur l’insensibilité hypnotique45. Devant ces témoins, il transperce à plusieurs reprises la langue et les bras d’un de ses sujets avec de longues aiguilles sans qu’il n’éprouve aucune douleur. Or, dit-il, cette expérience qu’il a pu réaliser par lui-même s’est présentée à lui dans un « trait de lumière » : ce phénomène d’insensibilité, pense-t-il, est précisément l’inverse de la brûlure par suggestion. D’après son raisonnement, si l’idée de souffrance peut produire et « encourager le mal » alors, inversement, l’absence de cette idée pourrait empêcher la propagation du mal. Il y voit une « nouvelle voie ouverte à la recherche ». À partir de ce moment, son principal objectif scientifique va consister à vérifier cette hypothèse.

  • 46 Delbœuf, 1887d, 793-795. L’expérience est à nouveau résumée dans Delbœuf, 1887f.

23Selon Delbœuf, la première question est de chercher à savoir si, dans les cas d’amélioration de la santé d’un patient suite à l’usage de la thérapeutique suggestive, c’est bien l’hypnotisme qui a été l’agent curatif. Pour pouvoir en juger de manière conforme, il faudrait reproduire une même série de manipulations sur deux sujets identiques atteints des mêmes troubles. Mais ces conditions, dit-il, sont irréalisables. Pour tenter de trancher la question, il conçoit alors une expérience ingénieuse. Le 7 septembre 1886, avec le consentement du sujet qu’il appelle « J… » qui n’est autre que sa servante, Justine, il occasionne deux brûlures symétriques sur la face postérieure de chacun de ses deux bras à l’aide d’une barre de fer chauffée au rouge. Ce faisant, il lui suggère qu’elle n’éprouvera aucune douleur à la blessure sur le bras droit tandis que l’autre blessure est, dit-il, « abandonnée à la nature46 ».

  • 47 Pour corroborer cette expérience fondamentale, il l’a reproduite quatre mois plus tard, en janvier  (...)

24Le lendemain, il défait les bandages et observe sur le bras droit une escarre nette, sans inflammation ni rougeur. Sur l’autre, en revanche, il observe une plaie bien plus étendue que la surface de brûlure initiale avec une importante inflammation des tissus. Une conclusion s’impose alors à lui : c’est bien l’idée de la douleur qui a produit l’extension du mal. Deux jours plus tard, la blessure du bras droit n’a pas évolué tandis que la blessure du bras gauche fait encore souffrir le sujet. Il y voit l’occasion d’une contre-expérience : il suggère à sa servante hypnotisée que la brûlure sur le bras gauche n’est plus active ; suite à quoi, dit-il, l’inflammation a disparu en deux jours. Cette double expérience qu’il juge « capitale » prouve que la suspension de l’idée de la douleur par la suggestion hypnotique arrête ou, du moins, contient la propagation du mal47. Ceci, dira-t-il plus tard, constitue

  • 48 Delbœuf, 1888a, 108. James expose et commente cette expérience qu’il juge lui aussi capitale dans P (...)

la seule expérience jusqu’à présent qui démontre péremptoirement la vertu curative de l’hypnotisme48.

25Cette expérience lui fournit un cadre général pour expliquer la « singulière puissance » de la suggestion hypnotique : l’idée de la douleur est une cause essentielle dans les altérations morbides de l’organisme parce que l’idée initiale entraîne des accidents consécutifs. Dès lors, si on l’atténue, on atténue l’un des facteurs du mal organique. Devant les académiciens, il se demande jusqu’où s’étend cette puissance. Sans vouloir se prononcer de façon catégorique, il les interpelle sur le fait que l’hypnotisme pourrait peut-être avoir une influence positive dans la guérison de très nombreuses maladies, qu’elles soient d’origine nerveuse, organique ou même infectieuse. Car, comme on l’a vu dans le cas de son épouse, l’hypnotisme a produit une amélioration d’un mal d’origine organique. Devant de tels résultats, il semble que s’ouvre alors un vaste champ d’application thérapeutique dont l’expérimentation collective devrait chercher à tracer les limites.

  • 49 Delbœuf, 1887d, 790. Il déclare s’être surtout intéressé au dernier chapitre du récent ouvrage du D (...)
  • 50 Le Dr A. A. Liébeault (1823-1904) est un médecin lorrain qui a exercé le somnambulisme provoqué de (...)

26Cette proposition, en effet, va encore plus loin que ce qui avait jusqu’ici été reconnu et proposé par les théoriciens les plus avancés, notamment le Dr Hippolyte Bernheim (1840-1919) de l’université de Nancy qui publie au même moment un ouvrage que Delbœuf dit avoir « dévoré » : La suggestion et ses applications à la thérapeutique (1888)49. Suite à sa première tentative sur son épouse, Delbœuf rapporte qu’il a engagé une correspondance « minutieuse » avec Henry Beaunis qui s’en est lui-même référé aux Drs Liébeault et Bernheim50. Depuis quelques années, ces derniers ont fait valoir auprès de la communauté savante l’idée d’une application très vaste de la suggestion hypnotique à la thérapeutique. Toutefois, cette technique n’est surtout efficace selon eux que dans les « affections névropathiques ». Quand Delbœuf les interpelle sur le cas de sa femme, c’est un fait thérapeutique neuf qui ne rentre pas complètement dans le cadre des faits qu’ils ont établis et publiés. Les médecins nancéens lui répondent qu’ils ne connaissent pas d’exemples d’une action thérapeutique de la suggestion sur des paralysies d’origine organique mais que l’expérimentation doit rester ouverte.

27Beaunis, toutefois, en accord avec les récents développements proposés par le Dr Bernheim, propose une explication physiologique que Delbœuf dit approuver : la lésion cérébrale et/ou nerveuse initiale qui a causé la paralysie a détruit un certain nombre de fibres motrices. Cette destruction est sans remède et ne peut être guérie. En revanche, on peut concevoir que cette lésion ait agi par influence sur des fibres nerveuses voisines dont l’action est dès lors empêchée sans qu’elles aient été détruites organiquement. On aurait alors une « paralysie fonctionnelle » des fibres innervatrices et des muscles associés. De là une guérison possible de ces fibres et tissus seulement atrophiés que l’hypnotisme a pu favoriser par le mode d’action qui lui est propre.

  • 51 Delbœuf, [1889a], 1993, 810-812. Voir aussi Delbœuf, 1890b, 363-364, 388-389.

28Pour conclure son allocution à l’Académie royale de Belgique, Delbœuf propose une « synthèse spéculative » pour comprendre le mécanisme général de la thérapeutique suggestive : du point de vue de l’évolution naturelle de l’organisme humain, il postule que la « vie de relation » (c’est-à-dire, la sensorialité liée aux nécessités de la vie extérieure) a soustrait à l’attention humaine les phénomènes de la « vie végétative » (soit, l’ensemble des fonctions réflexes qui ne sont pas régies par la conscience volontaire). Or, l’hypnotisme, dit Delbœuf, parce qu’il soustrait momentanément l’attention du sujet au monde extérieur, lui permet de « dégager une force libre » qui « se porte tout entière sur le point menacé ». Pour Delbœuf, l’hypnotisé est soudainement « arraché au monde que lui révèlent ses sens » ; et toute sa puissance sensible et volontaire est dirigée sur un point unique, que son hypnotiseur lui désigne ou qu’il signale lui-même à son hypnotiseur. C’est pourquoi, dans le sommeil hypnotique, le malade « reprend possession d’un pouvoir qu’il a cessé d’exercer, mais qu’il n’a pas abdiqué51 ».

Controverses véhémentes avec les corps médical et politique

  • 52 Delbœuf, 1889a, 340.

29Suite à cette communication audacieuse promise à un retentissement assez considérable, Delbœuf rapporte que beaucoup de savants sont demeurés sceptiques quoique réceptifs et ouverts aux développements ultérieurs52. Toutefois, ses propos directs sur l’absence d’expertise et le « dogmatisme » du corps médical vont l’engager dans les années à venir dans une série de polémiques à l’échelle nationale puis internationale. Dès les semaines suivant son intervention à l’Académie royale, il est pris à partie par la Presse médicale belge qui est le périodique le plus suivi de la profession. On lui reproche notamment, outre de s’aventurer dans le domaine thérapeutique sans posséder le diplôme de médecin, une formule à l’endroit de la communauté médicale :

  • 53 Delbœuf, 1887d, 775.

Le jour est proche, disait alors Delbœuf, où nos fiers Sicambres seront forcés d’adorer ce que jusqu’à aujourd’hui ils ont brûlé53.

  • 54 Delbœuf, 1888a.

30Par cette sortie, l’élite médicale du royaume s’est sentie atteinte dans son intégrité à la fois scientifique et morale puisque, dans sa communication, Delbœuf lui dénie toute expertise en la matière et la soupçonne de chercher à régenter, par leur récent appel au législateur, les praticiens non diplômés du magnétisme qui sont, d’après lui, les véritables inventeurs et les possesseurs légitimes de ce faisceau de techniques thérapeutiques. En effet, au mois de septembre 1886, le Dr Thiriar, un professeur de chirurgie et d’ophtalmologie à l’université de Bruxelles qui est aussi député, a appelé le parlement belge à légiférer sur les représentations publiques d’hypnotisme en insistant sur leur « dangerosité54 ». Dans ce même plaidoyer, il réclamait également le monopole médical de cette pratique pour éviter tout abus. Par sa formule, qui fait écho à ce débat parlementaire, Delbœuf souhaitait stigmatiser la prétention selon lui injustifiable des médecins qui pendant plus d’un siècle ont repoussé comme absurdes les faits du magnétisme et qui désormais veulent s’en réserver le monopole en écartant des concurrents qu’ils observent d’un « œil jaloux ».

  • 55 Dans Delbœuf, 1888a, on trouve une lettre de Dr Bernheim et une autre du Dr Liébeault, p. 69, 71. C (...)
  • 56 Delbœuf, 1888a, 44, 47.

31Dans une première série de textes, Delbœuf s’oppose vivement à ce projet de loi et publie une série de huit lettres polémiques où il s’attaque aux préjugés médicaux historiques à l’endroit de l’hypnotisme et où il désamorce une par une les assertions selon lui gratuites et fallacieuses d’après lesquelles l’hypnotisme serait une pratique dangereuse qui doit être réglementée. Avec l’appui des médecins et des savants de l’« École de Nancy », il a cherché à établir l’innocuité foncière des pratiques hypnotiques55. D’un point de vue juridique et politique, il défend, dit-il, la « cause de la liberté, de la science et de l’humanité ». De fait, la réglementation de ces pratiques ne garantit en rien la sécurité des patients et contrevient à la recherche pure : ce serait donc, selon Delbœuf, une mesure « inutile et antiscientifique ». Dans ses textes, l’ironie mordante à l’égard du corps médical dont la « conversion date d’hier » et qui ne peut selon lui prétendre à aucune expertise « sans se ridiculiser », n’est pas sans alimenter la controverse56.

  • 57 Ladame, 1890. Texte repris dans Delbœuf, 1890a, 36-52.

32L’année suivante, la controverse contre la monopolisation médicale de l’hypnotisme va prendre un tour international. Lors du Congrès d’hypnotisme expérimental et thérapeutique qui s’est tenu à Paris au mois d’août 1889, le Dr Ladame, de Lausanne, reprend les arguments de Delbœuf pour les contredire lors d’une séance inaugurale consacrée aux mesures de réglementation. Il y parle du savant belge comme de « notre principal adversaire ». Alors qu’il est absent de la séance en question, Delbœuf est attaqué publiquement et devient malgré lui l’avocat officiel de ceux que les médecins nomment couramment et avec mépris les « magnétiseurs bateleurs » et qui, selon eux, ont toujours paradé contre l’honorabilité de leur profession. Le Dr Ladame insinue d’autre part que le savant belge dont il n’a lu que le récent livre sur le magnétisme animal (1889), dans lequel il évoque librement certains des cas qu’il a lui-même traités, s’expose à des condamnations pour exercice illégal de la médecine57.

  • 58 Lettre du 15 juin 1891 [Houghton Library, Ms Am 1092 (152-164)]. Voir aussi les deux lettres de Del (...)
  • 59 Delbœuf, 1890a, 43.
  • 60 Ibid.

33Delbœuf écrit à James que l’attaque du Dr Ladame lors du Congrès lui a donné un « coup d’éperon58 ». Quelques mois plus tard, il publie un livre intitulé Magnétiseurs et médecins dans lequel il polémique d’une façon ferme et tranchante contre la position médicale officielle. Dans cet ouvrage, il s’emploie une nouvelle fois à ruiner par le raisonnement logique les assertions censées étayer un monopole médical de l’hypnotisme. Il prend aussi clairement la défense des « magnétiseurs-artistes » dont il établit le rôle selon lui indéniable de pionniers du point de vue de l’histoire des sciences. Enfin, il met le Dr Ladame au pied du mur en démontrant, documents de presse et témoignages à l’appui, que ce dernier est justement redevable de tout ce qu’il sait (ou prétend savoir) sur le sujet de l’hypnotisme à l’un des magnétiseurs itinérants alors très connu qu’il a par ailleurs calomnié par la suite. Pour finir, il explicite sa pensée et parle de l’hypnotisme comme d’un « art complètement étranger » à la science médicale59. Pour Delbœuf, la capacité à guérir par les manipulations hypnotiques correspond à un « don spécial » qui n’a rien de consubstantiel avec l’exercice de la médecine. Il cherche enfin à rendre explicite la véritable source de l’ire médicale à son endroit et déclare : « Je suis un concurrent gênant, […] avouez-le60. »

  • 61 Delbœuf, 1892a. L’amendement consiste à faire passer un examen chaque année à tous les praticiens q (...)
  • 62 Delbœuf, Nuel, Leplat, 1890b, 363 ; Delbœuf, 1893a, 35. Voir Forel, 1968 et la notice nécrologique (...)

34Ce combat intellectuel contre le monopole médical a été réinitié en 1892. Cette même année, le projet de loi belge sur la réglementation médicale de l’hypnotisme a été voté, malgré certains amendements. En dépit de l’échec relatif de sa lutte contre la législation répressive et monopolistique de l’hypnotisme thérapeutique en Belgique, on comprend dans ses textes que son savoir est largement reconnu à une échelle tant locale qu’internationale et qu’il continue à pratiquer malgré le risque de se voir condamné61. De plus, des médecins étrangers importants lui apportent un soutien public dans les revues spécialisées. L’un des plus importants d’entre eux, aux côtés des savants nancéens, est le Dr August Forel (1848-1931) qui est alors professeur de psychiatrie à l’université de Zürich, chef de la clinique du Burghölzli et l’un des fondateurs du Zeitschrift für Hypnotismus. À partir de 1889, où ils se sont rencontrés lors du Congrès de Paris, le Dr Forel affiche publiquement son soutien à Delbœuf devant la profession psychiatrique internationale et il l’invite à publier certaines de ses expériences parmi les plus audacieuses62.

  • 63 Lettre du 11 juin 1891 [Houghton Library, MS AM 1092 (152-164)].
  • 64 Delbœuf, Nuel, Leplat, 1890 b.
  • 65 Delbœuf, Fraipont, 1891c ; Delbœuf, 1893a ; « À propos d’une cure merveilleuse de sycosis », Revue (...)
  • 66 Breuer, Freud [1895], 2009, 27, 120. Pour une présentation de l’originalité des techniques hypnotiq (...)
  • 67 Delbœuf, 1893b, 209.

35De 1890 à 1896, date de sa disparition, Delbœuf semble affermi par la cohérence intellectuelle de ses positions sur ce qu’il décrit à James comme ses « idées sur l’origine psychique possible des maladies63 ». Il publie certains de ses récits de cas dont l’un des plus édifiants est une cure par la thérapeutique suggestive de deux cas de cécité partielle qu’il présente à nouveau à l’Académie royale de Belgique en 189064. Dans ses dernières publications, il ne recule devant aucune innovation dans le domaine de la thérapeutique suggestive65. Au terme de sa carrière, pour la plupart des savants et des médecins de classe internationale, tels que les Dr Breuer et Freud de Vienne, Delbœuf fait figure non seulement de praticien reconnu qui a obtenu des résultats indéniables en matière de guérison de troubles variés mais aussi et surtout de psychologue sagace qui a su réfléchir aux différentes modalités de sa pratique de guérisseur66. À sa mort en 1896, il est de fait devenu l’un des pionniers de ce que « du point de vue de l’exactitude scientifique » il a été l’un des premiers à appeler, pour décrire sa pratique, la « psychothérapie » ou, « mieux encore », la « psychodynamique »67.

36Au moyen de cette lettre inédite, nous avons étayé l’hypothèse qu’une expérience personnelle déterminante a orienté les recherches de Joseph Delbœuf et, par suite, l’ensemble de sa vie publique de savant. Pour conclure, il apparaît toutefois nécessaire de rappeler que l’histoire de cette cure s’est mal terminée puisque Marie Delbœuf est morte deux ans après l’épisode de la rémission momentanée de certains de ses symptômes par l’hypnotisme.

37Dès lors, jusqu’à quel point est-on en droit de dire que l’hypnotisme a pu soulager ou améliorer l’état de santé de son épouse ? Dans ces circonstances relativement indéterminées, peut-on décemment parler de « cure » ? Une lettre à James permet de connaître l’avis final de Delbœuf sur cette question. Le 21 avril 1889, soit neuf mois après la disparition de son épouse au mois d’août 1888, il donne un long récit mélancolique à son ami américain de ses dernières semaines et il évoque sa conclusion personnelle à l’égard à la thérapie hypnotique qu’il a effectuée :

  • 68 Lettre du 21 avril 1889 [Houghton Library of Harvard University, Ms Am 1092 (152-164)].

Ma femme s’était pendant tout l’hiver et toute l’année précédente portée aussi bien que le permettaient les traces de paralysie droite restées dans sa jambe et dans son bras – bon appétit, bon sommeil, sérénité, palpitations rares et de peu de durée, bonnes selles et naturelles.
L’hypnotisme avait rétabli toutes les fonctions à l’état normal et régulier. Il n’était plus nécessaire d’y avoir recours si ce n’est dans les grandes occasions et même un geste, un regard de moi […] suffisait. Quand elle est morte, il y avait six mois qu’elle n’eut été hypnotisée […]68.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie des écrits de J. Delbœuf sur l’hypnotisme

1885a, Le sommeil et les rêves, Paris, Alcan ; réédité et augmenté, Paris, Fayard (Corpus des œuvres de philosophie en langue française), 1993.

1885b (novembre), « Une hallucination à l’état normal et conscient », Revue philosophique, 20, p. 513-514.

1885c (novembre), « Sur les suggestions à date fixe », Revue philosophique, 20, p. 514-515.

1886a (février), « La mémoire chez les hypnotisés », Revue philosophique, 21, p. 441-472.

1886b (août), « De l’influence de l’éducation et de l’imitation dans le somnambulisme provoqué », Revue philosophique, 22, p. 146-170.

1886c (octobre), Une visite à la Salpêtrière, Bruxelles, Murquardt. Extrait de la Revue de Belgique, p. 121-147, 258-275.

1886d (novembre), « Les diverses écoles hypnotiques. (Réponse à Alfred Binet) », Revue philosophique, 22, p. 532-537.

1886e (décembre), « Les suggestions à échéance », Revue de l’hypnotisme, p. 166-170.

1887a, « De la prétendue veille somnambulique », Revue philosophique, 23, février, p. 113-142 ; 23, mars, p. 262-285.

1887b (mai), « Correspondance (Réponse à une correspondance de Beaunis) », Revue philosophique, 23/5, p. 549-551.

1887c (mai), « Sur un cas d’hypnotisation volontaire », Revue de l’hypnotisme, p. 339.

1887d, « De l’origine des effets curatifs de l’hypnotisme » (séance du 4 juin), Bulletins de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 57e année, 3e série, 13, p. 773-812.

1887e (juin), « Note sur l’hypnoscope et sur les phénomènes de transferts des aimants », Revue de l’hypnotisme, 2, p. 370-372.

1887f (juillet), « Expérience devant servir à l’explication de la vertu curative de l’hypnotisme », Revue de l’hypnotisme, 2, p. 13-15.

1888a, L’hypnotisme et la liberté des représentations publiques. Lettres à M. le Professeur Thiriar, Liège, C. A. Desoer.

1888b (avril), « De l’analogie entre l’état hypnotique et l’état normal », Revue de l’hypnotisme, 2, p. 289-292.

1888c (septembre), « Origine des effets curatifs instantanés de l’hypnotisme sur les maladies chroniques », Revue de l’hypnotisme, 3, p. 66-69.

1889a, Le magnétisme animal. À propos d’une visite à l’école de Nancy, Paris, Félix Alcan ; rééd., Paris, Fayard, 1993, p. 252-385.

1889b (janvier), « Sur l’explication fournie par le Dr Bernheim des hallucinations négatives suggérées », Revue de l’hypnotisme, p. 202-205.

1890a, Magnétiseurs et médecins, Paris, Félix Alcan.

1890b, avec Nuel, J., Leplat, J.-P., « De l’étendue de l’action curative de l’hypnotisme ; l’hypnotisme appliqué aux altérations de l’organe visuel », Bulletins de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 60e année, 3e série, 19, p. 361-389.

1891a (novembre), « Comme quoi il n’y a pas d’hypnotisme », Revue de l’hypnotisme, 6, p. 129-135.

1891b (mars), « Lettre de Mr. Delbœuf au sujet de l’affaire des guérisseurs de Braine-le-Château », Revue de l’hypnotisme, 7, p. 284-286.

1891c (avril), avec Fraipont, F., « Accouchement dans l’hypnotisme », Revue de l’hypnotisme, 7, p. 289-298.

1892a, L’hypnotisme devant les chambres législatives belges, Paris, Félix Alcan.

1892b, « De l’appréciation du temps chez les somnambules », Proceedings of the Society for Psychical Research, 8, p. 414-421.

1892c (avril), « On Criminal Suggestion », The Monist, 2, p. 363-385.

1893a (août), « Deux cas de diagnostic chirurgical posé au moyen de l’hypnose », Revue de l’hypnotisme, 10, p. 35-41 (paru dans le Zeitschrift für Hypnotismus, juin 1893).

1893b (janvier), « Quelques considérations sur la psychologie de l’hypnotisme (un cas de manie homicide guéri par suggestion) », Revue de l’hypnotisme, 7, p. 200-210 ; rééd. Le sommeil et les rêves, Paris, Fayard, 1993, p. 405-422.

1893c (avril), « Une suggestion originale (éloge du choléra) », Revue de l’hypnotisme, 7, p. 315-318.

1893d (décembre), « À propos d’une suggestion originale », Revue de l’hypnotisme, 8, p. 182.

1895, « L’hypnose et les suggestions criminelles », Revue de l’hypnotisme (paru dans le Zeitschrift für Hypnotismus, mars-avril 1894).

1896 (février), « À propos d’une cure merveilleuse de sycosis », Revue de l’hypnotisme, 10, p. 225-233.

Bibliographie générale

Beaunis, H., 1886, Le somnambulisme provoqué. Études physiologiques et psychologiques, Paris, Baillière.

Bernheim, H., 1888, La suggestion et ses applications à la thérapeutique, Paris, Doin.

Bertrand, A., 1823, Traité du somnambulisme, Paris, Dentu.

Breuer, J., Freud, S., 2009 [1895], Études sur l’hystérie, Paris, PUF, p. 27.

Carroy, J., 1991, Hypnose, psychologie, suggestion. L’invention de sujets, Paris, PUF.

Carroy, J., 1997, « L’effet Delbœuf ou les jeux de mots de l’hypnotisme », Corpus, 32, p. 89-117.

Carroy, J., 2012, Nuits savantes, une histoire des rêves (1800-1945), Paris, Éditions de l’EHESS.

Carroy, J., Castel, P.-H. (éd.), 1997, « Delbœuf et Bernheim entre hypnose et suggestion », Corpus, revue de philosophie, 32.

Carroy, J., Plas, R., 1995 (janvier-février), « Dreyfus et la somnambule », Critique, 572/573, p. 36-59.

Chertok, L., 1979, Le non-savoir des psys. L’hypnose entre la psychanalyse et la biologie, Paris, Payot.

Danzinger, K., 1990, Constructing the Subject. Historical Origins of Psychological Research, Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Dessoir, M., 1888, Bibliographie des Modernen Hypnotismus, Berlin, Duncker.

Duyckaerts, F., 1989, « Sigmund Freud : lecteur de Joseph Delbœuf », Frénésie : Histoire, psychiatrie, psychanalyse, 8, p. 71-88.

Duyckaerts, F., 1992, Joseph Delbœuf, philosophe et hypnotiseur, Paris, Synthélabo (Les Empêcheurs de penser en rond).

Edelman, N. (dir.), 2009, « Savoirs occultés : du magnétisme à l’hypnose », Revue d’histoire du xixe siècle, 38.

Ellenberger, H., 1986, Histoire de la découverte de l’Inconscient, Paris, Fayard.

Forel, A., 1897, « Professor Delbœuf aus Lüttlich », Zeitschrift für Hypnotismus, 5, p. 1-6.

Forel, A.,1968, Briefe-Correspondance 1864-1927 (édit. H. Walser, intro. M. Bleuler), Bern, Huber.

Gilkinet, A., 1905, « Notice sur Joseph Delbœuf », Annuaire de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, p. 47-147.

Girel, M., 2008, « William James, une psychologie paradoxale ? », dans Chauviré, C., Debru, C., Girel, M. (dir.), William James : psychologie et cognition, Paris, Pétra, p. 151-184.

Hirschmüller, A., 1991, Josef Breuer, Paris, PUF (Histoire de la psychanalyse).

James, W., 1950, The Principles of Psychology, 2 vol., New York, Dover.

James, W., 1983, « Report of the Committee on Hypnotism », Essays in Psychology, Cambridge/Londres, Harvard University Press, p. 190-197.

James, W., 1986, « Report of the Committee on Medimunistic Phenomena », Essays in Psychical Research, Cambridge/Londres, Harvard University Press, p. 14-18.

Janet, P., 1886a, « Note sur quelques phénomènes de somnambulisme », Revue philosophique, 21, p. 190-198.

Janet, P., 1886b, « Deuxième note sur le sommeil provoqué à distance et la suggestion mentale pendant l’état somnambulique », Revue philosophique, 22, p. 212-223.

Ladame, P., 1890, « La nécessité d’interdire les séances publiques d’hypnotisme : intervention des pouvoirs publics dans la réglementation de l’hypnotisme », dans Berillon, É. (dir.), 1890, Premier Congrès international de l’hypnotisme expérimental et thérapeutique, Paris, Doin.

Liégeois, J., 1893 (janvier), Compte rendu de « J. Delbœuf, Magnétiseurs et médecins », Revue philosophique, 35, p. 301-306.

Liégeois, J., 1896, « Joseph Delbœuf, une vie de savant », Revue de l’hypnotisme, 6, p. 161-172 ; 7, 1897, p. 193-208.

Mayer, A., 2013, Sites of the Unconscious, Hypnosis and the Emergence of the Psychoanalytic Setting, Chicago/Londres, Chicago University Press.

Mucchielli, L., 1997, « Aux origines de la psychologie universitaire en France (1870-1900) : enjeux intellectuels, contexte politique, réseaux et stratégies d’alliance autour de la Revue philosophique de Théodule Ribot », Annals of Science, 55, p. 263-289.

Ochorowicz, J., 1887, La suggestion mentale, Paris, Doin.

Plas, R., 2000, Naissance d’une science humaine : la psychologie. Les psychologues et le merveilleux psychique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Ribot, T., 1885, « Leçon d’ouverture du cours de la Sorbonne : la psychologie nouvelle », Revue politique et littéraire, 36, p. 780-787.

Shamdasani, S., 1997, « Hypnose, médecine et droit : la correspondance entre Joseph Delbœuf et George Croom Robertson », dans Carroy, J., Castel, P.-H. (éd.), p. 78-87.

Skrupskelis, I. K., Berkeley, E. M. (éd.), 1992-2004, The Correspondence of William James, Charlottesville/Londres, University of Virginia Press, 12 vol.

Haut de page

Notes

1 Les principales sources sur la vie et l’œuvre de Joseph Delbœuf sont : Gilkinet, 1905 ; Liégeois, 1896 ; Liégeois, 1897 ; Forel, 1897. De plus récentes études ont analysé sa place dans l’histoire de la psychologie, de l’hypnotisme et de l’onirologie : Duyckaerts, 1992 ; Carroy, Castel (éd.), 1997 ; Carroy, 2012. Signalons également la bibliographie en ligne réalisée par Serge Nicolas et David J. Murray : « Joseph Delbœuf. Bibliography », https://sites.google.com/site/josephdelboeuf18311896/oeuvre-works, consulté le 27 janvier 2016.

2 Voir la bibliographie des écrits de J. Delbœuf sur l’hypnotisme en fin d’article.

3 Delbœuf a défendu la « cause » du magnétisme dans quatre ouvrages : 1888a, 1889a,1890a, 1892a.

4 Sur l’évolution de carrière et la diversité des enseignements donnés par Delbœuf, voir la « chronologie » établie par F. Duyckaerts et S. Démoulin, dans Carroy, Castel, 1997, 20-27. Concernant le champ de ses publications, voir la notice et la bibliographie établies par Gilkinet, 1905, art. cité, et le portrait de Liégeois, 1896, art. cité.

5 Delbœuf est le second contributeur de la Revue philosophique lors de ses dix premières années de publication (1876-1886) ; ayant rédigé pas moins de 21 articles de fond. Voir Mucchielli, 1997, 275.

6 Girel, 2008.

7 Skrupskelis, Berkeley (éd.), 1992-2004.

8 Danzinger, 1990 ; Plas, 2000.

9 Voir, entre autres exemples, Ribot, 1885.

10 Les très nombreux articles qui paraissent pendant toute la décennie 1880, dans la Revue philosophique notamment, témoignent de cette inflation. Voir aussi Dessoir, 1888. Il est déterminant de prendre en compte le fait que l’histoire de l’hypnotisme découle directement de celle du « magnétisme animal » à la fin du xviiie siècle et dans la première moitié du xixe siècle. Pour un bilan historiographique sur cette question, voir Edelman (dir.), 2009.

11 Ellenberger, 1986. Sur la situation autrichienne et l’initiation de Freud, voir Hirschmüller, 1991. Delbœuf est le plus souvent absent dans l’historiographie sur l’émergence des psychothérapies dites scientifiques. L’un des ouvrages qui comble cette lacune est Mayer, 2013.

12 Houghton Library of Harvard University, Ms Am 1092 (152-164).

13 Sur cette question, Carroy, 1991 ; Edelman (dir.), 2009. D’après Delbœuf, l’une de ses sources qui lui a permis d’aborder de manière éclairée l’histoire du magnétisme animal sont les écrits du médecin et naturaliste Alexandre Bertrand (1795-1831), et notamment son Traité du somnambulisme, Paris, Dentu, 1823.

14 Delbœuf, 1888a, 9, 37. Dans 1889a, Delbœuf évoque à plusieurs reprises le fait qu’il réussit très souvent à hypnotiser des patients « en un clin d’œil », p. 263, note p. 310. Sur cette activité de guérisseur, voir Carroy, 1997.

15 Delbœuf, [1889a], 1993, 405-422.

16 Delbœuf, 1888a, 11, 37 ; 1889a, 346, 371 ; 1893a, 4, 1893b, 202 ; 1896, 228.

17 Delbœuf, 1890a, note p. 68.

18 Delbœuf, 1888a, 100.

19 Delbœuf, 1887d, 773-812.

20 Ibid., 785.

21 Ibid., 786.

22 Delbœuf, 1889a, 322.

23 Delbœuf, 1887d, 786-788.

24 Delbœuf, 1893b, 205.

25 Delbœuf, Nuel, Leplat, 1890b, 361-389.

26 Delbœuf, 1888c, 68-69.

27 Delbœuf, Fraipont, 1891c.

28 Delbœuf, 1889a, 308-311.

29 Delbœuf, [1889a], 1993, 262.

30 Delbœuf, 1893b, 205. Ces récits de cas ont inspiré Breuer et Freud, dans la constitution de leur « cure cathartique » notamment, voir Breuer, Freud, 2009 [1895], 27.

31 Delbœuf, 1888c, 66-69 ; 1893b.

32 Lettre du 12 octobre 1890 [Houghton Library of Harvard University, Ms Am 1092 (152-164)].

33 Dans ses lettres à James, Delbœuf donne plusieurs descriptions qui témoignent de l’évolution de l’état de santé de sa femme. En mai 1882, il évoque le fait qu’elle est « clouée au lit », à cause, dit-il, de « rhumatisme articulaire ». En mai 1883, il écrit : « ma femme va mieux, me semble-t-il : elle peut de nouveau un peu marcher – quelques deux cent mètres en plaine. Elle dort sans morphine ou à peu près. L’appétit est assez bon. Mais la moindre fatigue, la moindre émotion lui donnent de terribles palpitations. Enfin, voilà trois fois que le sang, refusant d’affluer au cerveau, elle est instantanément frappée d’hémiplégie. Cela ne dure pas, mais cela la secoue et me terrifie ». Le 31 août 1884, il évoque la « tristesse insondable » causée par « l’état de santé de sa femme » et écrit : « tantôt il y avait du mieux ; je me reprenais à avoir de l’espoir, puis le mieux faisait place au mal, et elle était tenue au lit pendant des semaines. Cependant, tout compensé, l’année a été bonne, et, d’après le médecin, il y a eu amélioration […] de sorte qu’elle et moi avons conçu l’espoir tout au moins d’une demi-guérison ». Le 27 août 1885, il donne une longue description plus alarmante : « Depuis le 3 janvier, que ma femme s’est mise au lit, jusqu’aux premiers jours de juin, elle a été constamment entre la vie et la mort, et les docteurs, pendant plus de deux mois, ont conçu les plus vives inquiétudes. Palpitations, suffocations, cyanose – absence complète d’appétit, jaunisse, selles difficiles – plus de sommeil sans morphine et chloral – C’est à la fin de mai que l’on a commencé à diminuer le nombre de piqûres de morphine et la quantité injectée. Jusqu’à la fin de juin, il lui a fallu tous les soirs deux grammes de chloral pour goûter un sommeil relatif. Sa faiblesse était extrême ; elle ne pouvait pas descendre et n’a plus mangé à la table commune » [Houghton Library, Ms Am 1092 (152-164)].

34 Delbœuf, 1887d, 789.

35 Par la suite, les récits de cure de Delbœuf témoignent du fait qu’il a toujours utilisé cette méthode des suggestions successives. Voici le schéma qu’il en donne : « chaque réussite agit comme une suggestion contre la crise à venir. À mesure que les réussites se répètent, elles se fortifient, leur action s’accumule, en quelque sorte. S’il m’est permis de représenter par des chiffres des phénomènes qui, jusqu’à présent, échappent à la mesure, la première réussite à une action égale à 1 ; la deuxième vaut 2 ; la troisième 1 + 2 = 3 ; la quatrième 1 + 2 + 3 = 6, etc., de sorte que, au bout de peu de temps, ces suggestions artificielles sont en état de vaincre des causes organiques très puissantes », Delbœuf, 1888c, 69.

36 Un an plus tard, rapporte-t-il, les traitements médicamenteux ont été « complètement abandonnés », Delbœuf, 1887d, 789.

37 Ibid., 788-789.

38 Lettres du 6 novembre 1886 et du 6 mai 1887 [Houghton Library, Ms Am 1092 (152-164)].

39 Un cas semble avoir été déterminant dans l’établissement de cette « réputation ». Suite à un concours de circonstances inconnues, il a été amené dès le mois de juin 1886 à prêter assistance à d’autres patients dont une jeune femme de son voisinage blessée par balle suite à un drame passionnel et dont la cure à l’aide de l’hypnotisme semble avoir largement contribué à sa « réputation ». Le 26 juin, il est appelé auprès d’une jeune paysanne de 19 ans qu’il dit avoir considérée comme un sujet d’expérience spontané. Dix jours plus tôt, un prétendant éconduit lui a tiré quatre coups de revolver à bout portant. Une balle a pénétré dans les tissus dorsaux et a provoqué une « blessure béante ». On croit son état « désespéré ». Delbœuf la voit pour la première fois alors qu’elle est couchée, « grelottante et transpirante » et d’une extrême faiblesse. Les deux premiers jours, il lui suggère par étapes le repos et l’appétit. Les jours suivants, il l’hypnotise à nouveau et lui suggère l’insensibilité. Par le toucher et la pression, il s’efforce de faire disparaître les douleurs. Le 30 juin, elle peut marcher, manger et tricoter. Les forces lui reviennent progressivement et la première semaine de juillet, soit dix jours après sa première visite, la plaie est « complètement cicatrisée ». Delbœuf, 1887d, 787-788 ; 1893a, 35-37.

40 Lettre à James du 5 mai 1887 où il fait part de ses intentions d’intervenir sur ce thème auprès de l’Académie royale de Belgique [Houghton Library, MS AM 1092 (152-164)].

41 Delbœuf reprend ici à nouveaux frais la tentative de certains savants français un demi-siècle auparavant, voir le Rapport sur les expériences magnétiques faites par la Commission de l'Académie royale de médecine, lu dans les séances des 21 et 28 juin 1831.

42 Delbœuf insiste très souvent sur ce point. En 1860 il a publié de manière anonyme un texte sur un cas de prétendue stigmatisation miraculeuse qu’il a interprétée comme une manifestation de l’« autosuggestion ». Ce phénomène d’abord mis en lumière par les praticiens du magnétisme animal lui permettait de s’ériger contre l’interprétation cléricale en termes de « miracle » à laquelle un certain nombre de savants s’étaient jusqu’ici ralliés, voir « Louise Latteau », Delbœuf, [1889a], 1993, 387-401.

43 Delbœuf considère l’expérience dite des « vésications » comme un « événement considérable » dans l’histoire du magnétisme animal. Dans le courant de l’année 1885, il lit dans la presse la relation et les discussions suscitées par les expériences d’un pharmacien lorrain, le Dr Focachon, lequel a réussi à induire une inflammation de l’épiderme en suggérant à un sujet l’application d’un vésicatoire qui n’était en fait que du papier gommé. Cette expérience est alors largement discutée dans la littérature hypnotique savante et notamment à Nancy où l’expérience a été répétée plusieurs fois sous le contrôle des Drs Beaunis et Bernheim. Le 29 juin 1885, elle est présentée par Beaunis au public parisien lors d’une présentation à la Société de psychologie physiologique. Voir Beaunis, 1886, 73-84. Delbœuf, 1886c, 17-19. Pour une reproduction et une discussion contemporaines de ces « faits », voir Chertok, 1979.

44 Delbœuf, 1887d, 782, voir aussi Delbœuf, 1886c, 20-21.

45 Les collègues de Delbœuf présents lors de ces expériences avec lesquels il s’entretiendra régulièrement sur ces sujets lors des années à venir sont le Dr van Winiwarter, professeur de chirurgie à l’université de Liège, le Dr Henrijean, assistant du Dr von Winiwarter et M. Léon Frédéricq, professeur de physiologie à l’université de Liège. Il cite aussi des médecins de son entourage comme le Dr de Rasquinet, dentiste, et le Dr Nuel, ophtalmologue et membre de l’Académie royale de Belgique.

46 Delbœuf, 1887d, 793-795. L’expérience est à nouveau résumée dans Delbœuf, 1887f.

47 Pour corroborer cette expérience fondamentale, il l’a reproduite quatre mois plus tard, en janvier 1887, sous le contrôle de son collègue le Dr von Winiwarter qui est professeur de clinique chirurgicale à l’université de Liège, et qui, dit Delbœuf, « lui prête l’autorité de sa science et de son nom », Delbœuf, [1889a], 1993, 108.

48 Delbœuf, 1888a, 108. James expose et commente cette expérience qu’il juge lui aussi capitale dans Principles of Psychology, op. cit., vol. 2, p. 612.

49 Delbœuf, 1887d, 790. Il déclare s’être surtout intéressé au dernier chapitre du récent ouvrage du Dr Bernheim dans lequel il aborde la « dynamique fonctionnelle de certaines maladies » dont la compréhension devrait permettre un élargissement du cadre d’application de la thérapeutique suggestive. À l’appui de ses recherches, Bernheim cite l’exposé de Delbœuf à l’Académie royale de Belgique. Bernheim, 1888, 569-575.

50 Le Dr A. A. Liébeault (1823-1904) est un médecin lorrain qui a exercé le somnambulisme provoqué de manière indépendante depuis les années 1860. Il est l’initiateur des médecins nancéens. Delbœuf donne une description très précise de l’activité de ce médecin-hypnotiseur dans son cabinet de consultation, Delbœuf, [1889a], 1993, 277-301.

51 Delbœuf, [1889a], 1993, 810-812. Voir aussi Delbœuf, 1890b, 363-364, 388-389.

52 Delbœuf, 1889a, 340.

53 Delbœuf, 1887d, 775.

54 Delbœuf, 1888a.

55 Dans Delbœuf, 1888a, on trouve une lettre de Dr Bernheim et une autre du Dr Liébeault, p. 69, 71. C’est cette première controverse qui l’incite à rendre une visite au printemps 1888 aux savants de l’École de Nancy qui l’ont soutenu publiquement.

56 Delbœuf, 1888a, 44, 47.

57 Ladame, 1890. Texte repris dans Delbœuf, 1890a, 36-52.

58 Lettre du 15 juin 1891 [Houghton Library, Ms Am 1092 (152-164)]. Voir aussi les deux lettres de Delbœuf à G. Croom Robertson (directeur de la revue Mind) où il donne un récit des événements et où il évoque les lettres de soutien qu’il a reçues et qui lui « sont extrêmement précieuses. […] entre autres une de M. James » mais aussi du Dr Liébeault qu’il cite intégralement. Shamdasani, 1997, 78-87.

59 Delbœuf, 1890a, 43.

60 Ibid.

61 Delbœuf, 1892a. L’amendement consiste à faire passer un examen chaque année à tous les praticiens qui exercerait l’hypnotisme sans diplôme médical. Comme le dit Jules Liégeois dans sa recension de l’ouvrage, « je doute que le savant professeur de Liège se prête docilement à cette comédie légale, et je crains de le voir, un jour ou l’autre, poursuivi pour avoir pratiqué l’art d’hypnotiser, c'est-à-dire un art où il est passé maître ». Liégeois, 1893.

62 Delbœuf, Nuel, Leplat, 1890b, 363 ; Delbœuf, 1893a, 35. Voir Forel, 1968 et la notice nécrologique rédigée par Forel, 1897, art. cité. Dans une lettre à Forel du 28 octobre 1889, il résume son opinion sur la prétendue dangerosité des techniques : « si l’hypnotisme est dangereux, il l’est entre les mains du médecin hypnotiseur bien plus qu’entre les mains du charlatan – le premier sera bien plus imprudent que l’autre, parce que la suffisance est bien plus redoutable que le charlatanisme. Le premier risquera tout à l’abri de son diplôme ; le second sera prudent, car il doit réussir avant tout », citée dans Carroy, Castel, 1997, 25.

63 Lettre du 11 juin 1891 [Houghton Library, MS AM 1092 (152-164)].

64 Delbœuf, Nuel, Leplat, 1890 b.

65 Delbœuf, Fraipont, 1891c ; Delbœuf, 1893a ; « À propos d’une cure merveilleuse de sycosis », Revue de l’hypnotisme, 10, février 1896, p. 225-233.

66 Breuer, Freud [1895], 2009, 27, 120. Pour une présentation de l’originalité des techniques hypnotiques dans le contexte médical préfreudien, voir Carroy, 1997. Sur l’importance des écrits de Delbœuf pour Freud, voir Duyckaerts, 1989.

67 Delbœuf, 1893b, 209.

68 Lettre du 21 avril 1889 [Houghton Library of Harvard University, Ms Am 1092 (152-164)].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibaud Trochu, « Comment un savant devient « guérisseur » », Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016, 169-187.

Référence électronique

Thibaud Trochu, « Comment un savant devient « guérisseur » », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1703 ; DOI : 10.4000/rhsh.1703

Haut de page

Auteur

Thibaud Trochu

Chercheur associé du Laboratoire d’Histoire des sciences et de philosophie Archives Henri-Poincaré (UMR 7117, CNRS/université de Lorraine)

Articles du même auteur

  • Table ronde sur l’histoire des sciences humaines et sociales
    A fascinating and unpredictable world. A round table on the history of human and social sciences
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019
Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals