Navigation – Plan du site
Varia

Une histoire à part ?

L’étude des traditions mineures en histoire des sciences humaines à travers l’ethnographie suisse du premier xxe siècle
Serge Reubi
p. 191-223

Résumés

Cet article vise trois objectifs : il souhaite documenter les traditions mineures de l’ethnographie à travers l’étude de sa variante helvétique en général, et bâloise en particulier ; il souligne l’intérêt de leur examen puisque leurs spécificités constituent plutôt une variété qu’une altérité, qui éclaire l’histoire générale de la discipline et sa chronologie ; il sert à identifier comment une manière spécifique de concevoir et de pratiquer l’ethnographie se perpétue alors que d’autres s’imposent ailleurs, et à saisir continuités et discontinuités dans l’histoire des sciences humaines. Je décris en premier lieu l’organisation de la recherche ethnographique en Suisse entre 1880 et 1940. Me limitant ensuite au cas bâlois, j’en identifie les pratiques de recherche particulières et m’interroge sur la nature historique ou historiographique de cette spécificité. Je relève enfin comment l’étude des traditions mineures aide à rendre compte des rapports entre sciences du centre et de la périphérie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Staatsarchiv Basel (Stabs) PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 6 août 1930. (...)

[J’ai rencontré] Mlle Blackwood qui a fait construire une jolie petite maison dans le village où elle vit depuis une année et, puisqu’elle connaît la langue, elle y mène des recherches très importantes. Quoi qu’il en soit, c’est la méthode pour faire de l’ethnographie aujourd’hui. Mais elle réclame une certaine abnégation et un peu de fanatisme – celui que peuvent avoir les femmes qui, avec une vraie persévérance et une curiosité toute féminine, interrogent jour après jour les pauvres Canaques. Elle est une personne plutôt masculine, mais son travail sera de première catégorie. Parmi les femmes indigènes, elle compte comme femme et parmi les hommes comme homme et elle a ainsi accès à la psychologie des deux sexes. Elle me méprise du fond du cœur : je ne suis qu’un collectionneur, et je dois lui donner raison, car n’importe quel idiot peut récolter aussi bien ou mieux que moi. Mais nous nous sommes orientés une fois pour toutes vers [l’étude de la culture matérielle] et il faut que nous nous y donnions un peu de peine – et les conditions en réclament beaucoup1.

  • 2 Radcliffe-Brown, 1923.

1Dans l’historiographie de l’ethnographie, de telles lignes servent généralement à attester ce moment charnière qui voit s’élever l’ethnographie au rang d’anthropologie sociale. Sous la plume de l’ethnographe bâlois Felix Speiser se dessinent sans ambiguïté, semble-t-il, deux manières de concevoir l’étude des indigènes par les Européens, deux points de vue sur un même objet qui s’examine avec des méthodes distinctes et questionnements différents. À vrai dire, ces deux conceptions de l’étude de l’autre ont été rapidement opposées par certains acteurs de ce processus qui les ont qualifiés de disciplines différentes2, hâtivement suivis par toute l’historiographie disciplinaire de l’ethnographie ou de l’anthropologie sociale. Cette rupture pose cependant problème. Car, comme conception discontinuiste de l’histoire, elle suppose, pour être vraie, que l’ethnographie soit une science unifiée, « paradigmatique », qui basculerait lors de révolutions régulières, lesquelles donnent naissance à deux nouvelles sciences, l’une neuve et légitime, l’autre obsolète. En conséquence, il n’existerait donc jamais de traditions alternatives en histoire des sciences, puisque chaque mutation d’une discipline exclut immédiatement les savants qui n’en adoptent pas les principes.

  • 3 Edgerton, 1998, 815-821.
  • 4 La synthèse récente de Kuklick (2007) constitue à cet égard une exception – toute relative, puisque (...)

2À seconde vue pourtant, les textes de Felix Speiser indiquent précisément l’inverse : différentes traditions de recherche coexistent bel et bien dans chaque discipline et se croisent parfois dans la synchronie. Certes, il n’y a là rien de neuf. De nombreux historiens de l’ethnographie ont en effet repéré au tournant du xxe siècle les premiers balbutiements fonctionnalistes et les « précurseurs » d’une ethnographie des sociétés primitives contemporaines. Mais cette quête des précurseurs reflète surtout la recherche d’ancêtres opératoires, nécessairement les plus anciens possibles. Elle s’inscrit de ce fait dans la confusion pointée du doigt par David Edgerton dans le domaine de l’historiographie des techniques, qui fait passer l’histoire des innovations pour l’histoire des sciences3. En revanche, elle ne signale en rien un intérêt pour la diversité des idées et des pratiques : à témoin, la perspective inverse, observant la permanence de la diversité des pratiques après l’aggiornamento fonctionnaliste, reste rare. C’est précisément de cela dont il sera question ici. J’examine, au sein de traditions alternatives, la perpétuation de pratiques, de méthodes et d’hypothèses après une « révolution » supposée. Cela mérite deux mises au point, très rapides : ces traditions alternatives – ou mineures ou hétérodoxes – je les définis, a priori, par trois caractéristiques. Elles sont mineures par leurs innovations méthodologiques, conceptuelles ou pratiques ; elles s’appuient sur un faible nombre de praticiens ; elles sont négligées par l’historiographie disciplinaire et sont le plus souvent absentes des grandes synthèses qui privilégient l’examen des traditions anglo-américaines, françaises et, parfois, allemandes4. Le cas helvétique que je prends pour objet satisfait ces trois critères. La « révolution » supposée est celle de l’anthropologie fonctionnaliste britannique qui, selon la doxa de l’historiographie disciplinaire, renverse le paradigme muséal de l’ethnographie au début des années 1920.

3L’objet de cet article est triple. Il vise d’une part à documenter ces traditions alternatives à travers l’étude de l’ethnographie suisse en général, et bâloise en particulier. D’autre part, il souligne la nécessité de réserver une place à ces traditions dans l’historiographie générale de la discipline et indique que leur spécificité constitue plutôt une variété qu’une altérité, nécessaire à la bonne connaissance de l’histoire générale de la discipline. De fait, l’histoire de ces traditions ne sert pas qu’une vaine érudition qui permettrait d’ajouter un exemple à la juxtaposition des centaines de cas d’étude : le savoir qu’elle produit ne vaut pas seulement pour l’accumulation de données neuves mais parce que celles-ci et les spécificités de l’historiographie des traditions hétérodoxes modifient les conceptions et la chronologie de la discipline en général, et permettent de nuancer les rapports entre centre et périphérie. Enfin, il doit servir à identifier les raisons pour lesquelles une manière de concevoir et de pratiquer l’ethnographie se perpétue à travers les changements que traverse la discipline alors que d’autres s’imposent ailleurs, donc de comprendre le changement et la continuité en historiographie et en histoire des sciences.

  • 5 Je me limite à l’ethnographie des peuples non-européens. Pour l’instant, il suffit de dire qu’elle (...)

4À cet effet, trois étapes sont nécessaires. La première décrit l’organisation de la recherche ethnographique5 en Suisse, depuis ses premiers balbutiements vers 1880 jusqu’à l’entre-deux-guerres. La deuxième réduit la focale pour examiner le cas de l’ethnographie bâloise et identifier les pratiques de recherche de l’un de ses représentants, Felix Speiser (1880-1949). Faisant le constat d’une ethnographie bâloise très différente de ce qui semble s’observer ailleurs, la troisième s’interroge sur la nature de cette spécificité et distingue ce qui procède de l’histoire et de l’historiographie dans l’établissement de cette variété synchronique. J’y relève également comment l’étude des traditions mineures peut aider à rendre compte de ces variétés synchroniques comme à penser la continuité, mais aussi comment elles contribuent à l’historiographie générale d’une discipline et à l’appréhension des rapports entre science du centre et science de la périphérie.

L’ethnographie suisse, une science muséale

  • 6 Stocking, 1995a, 367 et suiv.

5Un examen rapide de l’ethnographie suisse entre le dernier quart du xixe siècle et le milieu du xxe siècle surprend quiconque est familiarisé avec l’histoire générale de cette discipline. On n’y trouve ni les cohortes d’anthropologues évoquées par George Stocking6, ni les conflits de légitimité autour du mot « ethnologie » qui caractérisent le paysage français ; nulle trace non plus des institutions nationales comme la Smithsonian Institution menant des enquêtes à large échelle et définissant des programmes de recherche ; point d’observateur-participant et aucune de ces controverses qui caractérisent l’histoire de la discipline.

  • 7 Junod, 1898 ; Trilles, 1909.
  • 8 Reubi, 2011, 104.
  • 9 Centlivres, Vaucher, 1994 ; Reubi, 2005.

6À première vue, l’inadéquation entre le canon historiographique et ce qui s’observe en Suisse est si frappante qu’elle soulève la question de la nature véritablement ethnographique de l’ethnographie suisse. Il paraît donc utile d’en détailler les spécificités. La plus marquante et la plus influente sans doute est le réseau extrêmement dense d’institutions sur lequel elle s’appuie. En 1914, dans un pays de trois millions et demi d’habitants, six musées d’ethnographie cohabitent, dont l’un au moins fait référence à l’échelle européenne. Quant aux sociétés savantes, il faut relever en premier lieu la Société neuchâteloise de géographie qui se consacre avec succès à l’ethnographie. Son Bulletin, qui jouit d’une réputation qui brise les frontières disciplinaires et dépasse le cadre local que suggère son nom, publie de nombreux et importants travaux d’ethnographie7 qui propulsent la Société au rang d’institution importante de l’africanisme francophone de la Belle Époque8. Par ailleurs, d’autres sociétés savantes, et parmi les plus importantes du pays, comme la Société helvétique des sciences naturelles, accueillent dès les années 1890 des conférences d’ethnographie. L’enseignement universitaire, enfin, demeure rare. Certes, des cours d’ethnographie sont dispensés épisodiquement aux universités de Bâle, Fribourg ou Zurich, mais il faut attendre 1912 pour voir la première chaire d’ethnographie créée à l’université de Neuchâtel et confiée à Arnold Van Gennep9. Au total s’observe une forte densité du réseau des institutions, qui ne doit pas cacher une hégémonie numérique, budgétaire et symbolique des musées. Cela n’est pas entièrement fortuit et ne reste pas sans conséquence.

Le musée : un choix institutionnel et cognitif

7Pas fortuit, car ces musées qui se retrouvent dans la plupart des villes universitaires suisses constituent des institutions polysémiques qui valent pour enjeu dans différents champs au sein des communautés urbaines. Voilà qui explique leur succès.

  • 10 Pickstone, 1994, 16 et suiv.
  • 11 Forgan, 1994, 140 et suiv. ; Nyhart, 2005, 435 et suiv. ; Simon, 2009, 91 et suiv.

8Le musée est d’abord un lieu central dans le développement du savoir dès le xixe siècle, et en particulier du savoir naturaliste10. Les collections y sont rassemblées, identifiées et comparées de sorte que le musée compte comme le laboratoire des sciences naturelles11. Or, en Suisse, les sciences naturelles ne constituent pas qu’un domaine de la science parmi d’autres. Elles y jouissent d’une valeur centrale, incomparable et incontestée dans le paysage tant scientifique que politique.

  • 12 Reubi, 2011, 36-37.

9Elles présentent en effet, à l’inverse des sciences philologiques, volontiers soupçonnées de s’égarer dans le verbiage métaphysique, une objectivité et un ancrage dans la réalité physique qui les valorise d’autant qu’elles se démarquent et surpassent en cela les travaux des savants d’ancien régime, imprégnés de Naturphilosophie. Elles permettent donc non seulement de mieux saisir la complexité du monde, mais également de condamner scientifiquement des adversaires politiques. Par ailleurs, les sciences naturelles présentent une facette pratique qui les promeut au rang de sciences appliquées dont l’intérêt est important au point de vue économique – ainsi le développement de la géologie ouvre la voie au percement de tunnels ferroviaires vitaux pour l’économie de la confédération alpine – et dont la reconnaissance politique s’observe dans le soutien financier qu’elles reçoivent du jeune État fédéral12. Les sciences naturelles constituent donc un élément central de la Suisse du xixsiècle, tant en termes scientifiques, économiques que politiques. Installées traditionnellement au musée, elles le promeuvent au rang de lieu du savoir légitime.

  • 13 Sarasin, 1917, 198.

10Voilà qui éclaire quelque peu l’investissement des musées par l’ethnographie en l’espace d’une courte décennie de 1895 à 1905. En s’y associant, elle en tire une légitimité qui lui est d’autant plus nécessaire qu’elle est toujours susceptible de basculer dans le camp des sciences philologiques, dont on la sauve en la séparant des collections historiques. Elle s’y voit promue au rang de science légitime, donc naturelle, en s’installant sous le même toit que la zoologie et la botanique dont elle adopte les méthodes et principes. Mais il ne s’agit pas ici d’une simple stratégie de positionnement. Pour les premiers ethnographes, formés comme zoologues, chimistes ou médecins, l’ethnographie est une science naturelle puisque leur objet s’inscrit dans un long continuum qui va du nid de l’orang-outang à la maison moderne et des peintures rupestres du Paléolithique à Léonard de Vinci13. Et puisque l’objet est le même, il va de soi qu’il sera étudié de la même manière, qu’il s’agisse de la culture humaine, des comportements des animaux, ou de la reproduction des plantes. De ce fait, les méthodes employées par les ethnographes sont celles des sciences naturelles : observer, classer, nommer.

  • 14 Sturtevant, 1969, 622.
  • 15 Elle s’appuie accessoirement sur les traits physiques, étudiés par l’anthropologie. Il n’en sera pa (...)

11L’inscription de l’ethnographie suisse dans les musées trouve également son origine dans les relations intenses qui unissent les savants suisses de la fin du xixsiècle à la tradition ethnographique berlinoise d’Adolf Bastian. Or celle-ci s’inscrit alors dans ce que William Sturtevant a nommé le paradigme muséal de l’ethnographie ou l’anthropologie muséale14 et s’est donné pour objectif une ethnographie de sauvetage. Craignant que les enquêtes intensives de la « vie psychique » des populations indigènes ne soient trop longues à mener dans un monde en rapide mutation, elle privilégie l’étude extensive, superficielle mais rapide qui se fonde tout naturellement sur les éléments les plus tangibles et immédiatement accessibles de la vie sociale : la culture matérielle, dont l’étude se fait au musée-laboratoire15. S’accordant parfaitement à la place donnée au musée par les sciences naturelles, ces injonctions berlinoises consolident la domination du musée pour l’ethnographe suisse.

  • 16 Ce n’est pas une position originale, naturellement. Rudolf Virchow, à Berlin, défend ce discours (Z (...)
  • 17 Pittard, 1901, 4.
  • 18 Si ces facteurs expliquent la place centrale qu’occupe le musée dans la science ethnographique suis (...)

12Cela d’autant plus que, dans ce paysage dominé par les sciences naturelles, par lesquelles l’ethnographie est toujours soupçonnée de se perdre dans des hypothèses invérifiables, le musée présente un dernier atout. Lieu d’une connaissance fondée sur l’objet, il donne à l’ethnographie une plus grande objectivité qu’il tire de la matérialité des collections : le succès que connaît l’institution ethnographique muséale reflète une exigence supérieure d’objectivité, matérialisée dans l’artefact. De fait, pour ces savants16, l’inconvénient des documents ethnographiques vient de ce qu’ils se présentent le plus souvent sous la forme de documents descriptifs. Or ces « descriptions, écrit Eugène Pittard, le fondateur du Musée ethnographique de Genève, même les plus minutieuses, sont incapables de nous renseigner avec l’exactitude scientifique que nous réclamons aujourd’hui. Les bases qu’elles fournissent sont très vacillantes. Il entre dans la description trop d’éléments de subjectivité. […] Ce qu’il faut à propos de la vie matérielle d’un peuple, ce n’est pas seulement la description de l’instrument employé, de la parure dont on s’orne, de la déformation ou de la mutilation en usage, du type physique de la population. C’est l’instrument, la parure, la représentation par l’objet même ou par la photographie de la déformation ou de la mutilation, etc.17 ». Voilà qui contribue à élever le musée au rang d’institution cardinale de l’ethnographie suisse18.

Le musée : un enjeu urbain

  • 19 Latour, 1989, 261-322.

13L’inscription de l’ethnographie au musée s’explique d’abord par cette constellation de motifs cognitifs et institutionnels. Elle n’est cependant pas suffisante. Pour employer les mots de Bruno Latour, il manque en effet aux ethnographes encore bien des alliés pour former les associations nécessaires à la constitution des musées19 – et en particulier à la réunion des fonds que réclame leur fonctionnement.

  • 20 Reubi, 2011, 271-277.

14En Suisse, la science n’intéresse en effet guère les pouvoirs publics et elle reste un domaine sous-financé avant le début des années 1960, lorsque la Confédération se décide à allouer des crédits importants en la matière. Jusque-là, dans la structure fédéraliste de la Suisse, culture, recherche scientifique et éducation sont constitutionnellement du ressort des cantons, lesquels disposent de ressources modestes. Celles-ci, qui doivent financer l’ensemble des secteurs de la vie sociale, du réseau hospitalier à la sécurité publique, et des infrastructures routières à l’école obligatoire, les lycées, les universités et les musées, sont faibles. Dès lors, l’argent est réservé à l’indispensable. L’ethnographie n’en fait pas partie et les difficultés financières générales des sciences sont encore plus prégnantes pour ce domaine de recherche dont l’intérêt, mesuré à son utilité, n’est guère important pour la Suisse. À témoin, les salaires des rares enseignements universitaires d’ethnographie ne sont pendant longtemps pas versés par l’État, mais par des particuliers et des réseaux personnels : ainsi, Arnold Van Gennep, titulaire de la chaire d’histoire des civilisations à l’université de Neuchâtel, voit son enseignement financé par deux banquiers suisses installés à San Francisco, Antoine et Alfred Borel. Henri-Alexandre Junod, chargé d’enseignement pour l’ethnographie, est de son côté salarié par la Société neuchâteloise de géographie. À Bâle, Felix Speiser enseigne comme privat-docent, avant d’être nommé professeur sans traitement, puis de recevoir une maigre rémunération20.

15Curieux, ces modes de financement sont également instructifs. Car, en refusant des subsides à l’université alors même qu’elles attribuent des crédits aux musées, les collectivités publiques soulignent que les musées d’ethnographie ne valent pas seulement comme laboratoire. De leur côté, constatant le désintérêt des pouvoirs publics pour la valeur cognitive de leur domaine de recherche, les ethnographes tentent d’attribuer des significations alternatives à leurs institutions et adoptent différentes postures qui permettent la naissance, puis l’expansion des musées.

  • 21 Penny, 2002, 44-49.

16La première de ces postures procède de ce que Glenn Penny a nommé la fonction city-building des musées ethnographiques21. En Allemagne, affirme-t-il, les élites locales des grandes villes soutiennent les musées ethnographiques pour des raisons similaires à celles qui les mènent à financer les musées d’art, théâtres et autres institutions culturelles, soit parce que ces institutions culturelles jouent un rôle important dans la promotion régionale. Les musées, poursuit-il, sont les premiers bénéficiaires de cette concurrence entre les villes, concurrence qui constitue l’une des origines véritables de leur succès. Dans ce cadre, les musées d’ethnographie jouissent d’une faveur importante. Ils témoignent d’abord de la véritable modernité de la ville qui les héberge : non seulement parce que l’ethnographie est une science jeune qui connaît un succès manifeste dans les métropoles occidentales, mais aussi parce qu’elle s’inscrit dans, et procède du développement de l’industrialisation dont elle se présente comme l’un des sujets et reconnaît l’existence par l’objet même de son étude. À ce titre, la reconnaissance de sa valeur que démontre son institutionnalisation constitue une prise de position manifeste de la part des autorités en faveur de cette modernité.

  • 22 Kaehr, 2000.
  • 23 Reubi, 2011, 337.
  • 24 À ce titre, ethnographie et folklore se distinguent également, mais les nuances deviennent plus sub (...)

17Les musées ethnographiques attestent également l’ouverture de la ville au monde, puisque seules les villes dont la bourgeoisie a su s’inscrire dans le commerce international sont à même de fonder ces institutions. On sait en effet que les premières collections ethnographiques – ou plutôt les premières collections d’objets exotiques attestant la diversité des productions humaines – sont réunies par trois catégories socioprofessionnelles qui témoignent chacune également d’une ouverture au monde : les missionnaires, les mercenaires et les négociants, tous trois bien représentés dans la Suisse des xviiie et xixe siècles. La carrière du colonel Charles Daniel de Meuron, mercenaire au service de la couronne d’Angleterre dont les collections fondent le musée d’Ethnographie de Neuchâtel22, les dons du missionnaire Edmond Perregaux à ce même musée23 et les innombrables collections offertes par les représentants commerciaux suisses à chacun des musées ethnographiques suisses l’attestent. À travers elles, les grandes bourgeoisies locales, dont sont le plus souvent issus les donateurs, tentent de valoriser leurs villes et de mettre en scène leur générosité. De fait, les collections ethnographiques sont le témoin de la longue chaîne de relations qui inscrit la ville dans un monde globalisé : l’acquisition d’objets ethnographiques devient alors une stratégie de valorisation de la ville24. Selon Penny, dans l’Allemagne du dernier quart du xixe siècle, où s’observent ces concurrences et ces conflits entre les centres urbains, le musée d’Ethnographie promeut les Grossstädte au rang de Weltstädte. Il constitue le capital ou la ressource qui positionne la ville dans le champ international et permet de dominer les villes concurrentes au niveau national.

  • 25 Pittard, 1901, 18-19.
  • 26 Reubi, 2011, 169.

18L’hypothèse de Glenn Penny se vérifie absolument en Suisse où existe une concurrence similaire entre centres urbains. Ainsi, lorsqu’Eugène Pittard cherche à convaincre les autorités et la population genevoises de la nécessité de créer un musée d’ethnographie, il souligne le retard de Genève face à Neuchâtel25. Classique, l’argument est repris à d’autres occasions26. Par ailleurs, la promotion au rang de Weltstadt vaut pour argument à Genève, qui héberge le Comité international de la Croix-Rouge, de nombreuses organisations internationales et la Société des Nations (SDN), comme l’atteste un examen de la correspondance de Pittard avec les autorités. Il en va de même dans la Bâle de Schönbein, d’Erasme ou d’Euler, où la nécessité de maintenir le prestige scientifique international de la ville est un argument régulièrement avancé.

19Les musées ethnographiques remplissent une seconde fonction. Comme les autres musées, les théâtres ou l’université, ils constituent un enjeu de prestige que se disputent les élites économiques, sociales et culturelles de chaque centre urbain et, de cette concurrence intra-urbaine naît une rivalité entre les différentes institutions urbaines. De fait, c’est ici que se joue la bataille des appuis financiers. Car si le soutien aux institutions culturelles est une pièce sur l’échiquier des élites urbaines, la valeur de celles-là n’est jamais identique. Elle se mesure à l’aune du prestige de leurs acquisitions comme de l’importance du service que les différentes institutions rendent à la population. Leur rôle éducatif, à l’instar des musées d’histoire, ou leur contribution à l’élévation morale de la population, comme les musées d’arts ou les théâtres, sont ainsi parfois avancés. Leur utilité pour le commerce est également invoquée dans le cas des musées des arts décoratifs. Face à ces concurrents dans le champ du mécénat bourgeois, le musée d’ethnographie place sa plus-value dans la dimension scientifique qu’il s’attribue.

  • 27 Reubi, 2011, 97 et suiv.

20Enfin, comme cela s’observe à Neuchâtel et à Aarau pendant la grande crise de restructuration de l’économie européenne au dernier quart du xixsiècle, les musées ethnographiques se présentent comme des institutions au service d’une science appliquée : la géographie commerciale. Dans ce cadre, certains savants, par l’intermédiaire de sociétés de géographie ou de sociétés de géographie commerciale, présentent les musées ethnographiques comme des musées d’arts appliqués ou d’arts décoratifs exotiques. Autrement dit, les promoteurs des musées d’ethnographie suggèrent aux autorités et aux chambres de commerce locales que les collections vont servir, non pas à cette science un peu inutile et obscure qu’est l’ethnographie, mais aux manufactures et aux commerces locaux, soit à des objectifs bien réels, tangibles et, surtout, utiles. Les collections ethnographiques, affirment-ils, vont donner à voir aux industriels et négociants suisses ce qui se vend à l’autre bout du monde et dont ils ne peuvent rien savoir en Europe. Ces collections servent donc à éclairer la structure des marchés coloniaux et l’objet ethnographique devient, au même titre que le réseau des consulats commerciaux, un outil du développement commercial27. Et, de fait, nombreux sont les designers de l’industrie textile bâloise ou encore les élèves de l’École des arts appliqués qui hantent les salles du musée de Bâle, ainsi que le rapportent, non sans raison, les rapports d’activité annuels.

  • 28 Kaeser, 2006, 154.

21Au total, la multiplication des musées ethnographiques à la fin du xixe siècle est en grande partie due à la capacité des conservateurs et des promoteurs du domaine de recherche, issus ou alliés aux grandes bourgeoisies urbaines, à s’allier des rangs de plus en plus nombreux de la population, et à leur aptitude à convaincre de la nécessité d’une institution généralement perçue comme négligeable. Les musées ethnographiques parviennent ainsi à se rendre indispensables aux responsables municipaux pour mettre en valeur leur ville – et à ce titre, les motifs cognitifs contribuent également à valoriser ces institutions, à travers l’établissement définitif de la discipline et la fondation d’institutions similaires dans les capitales européennes ; à la grande bourgeoisie pour jouer au jeu des compétitions interfamiliales ; aux entrepreneurs et aux commerçants, qui y voient une manière d’échapper au marasme économique ; aux savants enfin, qui identifient l’ethnographie comme une alternative, ou un complément, à une anthropométrie à bout de souffle et une archéologie préhistorique qui a achevé son premier programme de recherche28. Davantage que par un renouveau du domaine de recherche qui forcerait l’adhésion, le succès des musées ethnographiques en Suisse s’explique par la capacité de ses promoteurs à admettre le faible intérêt scientifique de leur domaine de recherche, en tant qu’argument, et à le compléter avantageusement par une variété de fonctions qui séduit les alliés nécessaires.

L’institution muséale : une option contraignante

  • 29 Bloor, 1983 [1976], 27 et suiv.

22Cette inscription massive de l’ethnographie suisse dans les musées, plutôt que dans les sociétés savantes ou les institutions universitaires, est instructive parce qu’elle procède d’un entremêlement de facteurs qui ressortissent aux domaines social, cognitif et culturel ; elle l’est également car, comme l’avait déjà revendiqué David Bloor29, ses conséquences sur les pratiques de recherche et la nature de l’ethnographie suisse sont nombreuses. On peut en distinguer cinq.

  • 30 Blanckaert, 2006, 147 ; Kaeser, 2006, 156 ; Reubi, 2011, 647-648.
  • 31 Reubi, 2011, 266-271. Il importe peut-être de relever que ce rejet de la formation hors du musée s’ (...)

23Tout d’abord, le choix porté sur le musée sanctionne un type d’institution qui, dans sa version suisse au moins, n’est jamais une institution de formation. Voilà qui ne reste pas sans conséquence pour le domaine de recherche. On compte en effet généralement la formation des nouvelles générations de scientifiques au rang des facteurs constitutifs des disciplines30, en ceci qu’elle favorise la standardisation du domaine de recherche. Rien de tel pour l’ethnographie suisse. Or cela n’est pas l’effet d’un choix institutionnel maladroit et ne procède pas de conditions de possibilités propres au cas suisse. Cette orientation reflète plutôt un refus explicite et assumé de se soucier de la transmission du savoir. Ainsi, lorsque Felix Speiser veut consacrer une salle du musée de Bâle à la formation de ses étudiants à l’université, l’ensemble des conservateurs s’y opposent. Le musée n’est pas un lieu de transmission du savoir, affirment-ils, et il ne doit pas le devenir, pour deux raisons au moins. D’un point de vue très pratique d’abord, ils craignent que les étudiants ne les dérangent dans leurs travaux ; d’un point de vue stratégique ensuite, ou au point de vue de leur conception du domaine de recherche, ils ne souhaitent pas voir formée une nouvelle génération : ils rejettent explicitement la disciplinarisation, au motif qu’elle ouvre et démocratise l’accès à un domaine de recherche dont ils souhaitent contrôler l’accès31.

  • 32 Bastian, 1885, 42.

24La deuxième conséquence des conditions de l’institutionnalisation de l’ethnographie suisse procède du faible intérêt pour la dimension cognitive de ce domaine de recherche, lequel s’observait déjà dans les réticences des mécènes et des autorités à la financer. De la même manière, l’examen des budgets des musées montre que les objectifs cognitifs sont les parents pauvres des institutions muséales ethnographiques. Bénéficiant d’un financement mixte, elles se voient soutenues à la fois par l’État et par des mécènes privés. Le premier privilégie le développement et l’amélioration des conditions didactiques de la vulgarisation des acquis ethnographiques, contre l’accroissement des collections. Dans ce domaine, ce sont les seconds qui apportent leur soutien, qu’ils limitent cependant à l’achat de collections de prestige ou de beaux objets, valorisants pour leur famille et leur ville. Au total, les collections d’objets, usés, du quotidien dont l’intérêt scientifique est souligné depuis longtemps32 peinent à être financées.

25Par-delà ses effets sur la muséologie et les pratiques de collections, ce désintérêt pour la dimension cognitive des musées a une portée sur la sociologie des ethnographes. Car, au sein des musées, il en va des revenus du personnel comme des collections d’objets : le musée comme lieu de fabrication du savoir ne constitue pas une priorité et les collaborateurs scientifiques y sont les derniers à recevoir un traitement. Et cette situation ne reflète pas tant un manque de moyens à disposition des musées en tant qu’institution qu’elle ne souligne parfaitement la négligence pour cette partie du travail muséal dont les conservateurs ont la charge : la recherche scientifique. À témoin, les gardiens, les jardiniers ou les concierges des musées reçoivent un traitement bien avant les conservateurs et, lorsque ces derniers touchent enfin un revenu, il est largement inférieur à celui du personnel administratif et technique.

  • 33 La structure patricienne se fonde sur un groupe homogène d’individus issus des anciennes familles b (...)

26Cette absence de moyens financiers a une conséquence importante. Elle limite en effet l’accès au métier d’ethnographe à deux groupes de personnes : les savants extrêmement aisés, d’abord, qui travaillent à bien plaire pour les musées municipaux ou d’État. Ce cas de figure se retrouve à Bâle, où les cousins Fritz et Paul Sarasin vivent des revenus de leur fortune et ne sont jamais rémunérés pour leurs tâches savantes. Nés dans l’une des grandes familles patriciennes33 de la ville, ils occupent des positions honorifiques qui leur sont d’autant plus volontiers confiées qu’ils investissent massivement dans les institutions dont ils ont la charge. C’est à ce titre qu’ils dirigent le musée d’Ethnographie, mais aussi la collection d’histoire naturelle, le cabinet de préhistoire, le jardin botanique et bon nombre d’autres institutions de la ville. Ces élites socio-économiques financent donc à la fois le fonctionnement du musée et l’acquisition de ses collections, et contribuent à sa productivité en tant que personnel scientifique. Le second groupe est constitué de passionnés, employés le plus souvent comme enseignants ou médecins, qui prennent sur leur temps libre pour gérer une institution ou mener des recherches ethnographiques. C’est le cas à Neuchâtel où le fondateur du musée d’Ethnographie, Charles Knapp, est instituteur et professeur de géographie à l’université. Son successeur Théodore Delachaux est à la fois préparateur au Muséum d’histoire naturelle, professeur de dessin dans un lycée artistique et artiste-peintre. Il en est de même à Genève, où l’anthropologue Eugène Pittard enseigne les sciences naturelles au collège Calvin et l’anthropologie physique à l’université, mène d’importantes fouilles préhistoriques en Dordogne et dirige le Musée ethnographique.

  • 34 Cannon, 1978, 137-165.
  • 35 Ayant étudié en Suisse, les membres de cette nouvelle génération ne jouissent pourtant pas d’une fo (...)
  • 36 Reubi, 2011, 143 et suiv., 276.

27L’identité de ces groupes a deux conséquences sur le fonctionnement de la recherche. D’une part, les passionnés comme les riches mécènes sont tous des amateurs, tant au point de vue économique – ils ne sont pas rémunérés – que disciplinaire – ils ne sont pas en position de déterminer les orientations de la recherche34. De fait, on compte un très faible nombre de professionnels ce qui a, encore une fois, une vraie portée sur le processus de disciplinarisation. D’autre part, peu d’hommes ont un pouvoir discrétionnaire sur l’ensemble du domaine de recherche, non seulement comme directeurs d’institutions, mais également comme financiers et comme savants. De ce fait, l’intégration de chercheurs extérieurs au groupe fondateur dépend le plus souvent de la bienveillance d’un patron. Ceci s’observe à Bâle de manière particulièrement frappante où les cousins Sarasin dirigent le musée d’Ethnographie et les différentes sociétés savantes où il peut en être question et décident de l’allocation de subventions à la recherche. Omnipotents, ils deviennent incontournables. Voilà qui ne déroge pas à la situation qui s’observe dans d’autres cadres nationaux. Seulement les patrons suisses dirigent les recherches uniquement, ou principalement, en raison des capitaux économiques dont ils disposent et du capital spécifique du patriciat bâlois qu’ils peuvent réinvestir dans les institutions savantes. Voilà encore un coup contre la disciplinarisation puisque l’intégration de nouveaux chercheurs dépend à la fois de l’adhésion à des principes, à des méthodes et à des objets scientifiques, mais aussi à une éthique tout à fait extérieure aux exigences disciplinaires. C’est ainsi qu’à Bâle, les cousins Sarasin, mais aussi Felix Speiser, rejettent à la fin des années 1920 une génération de jeunes savants, non pas au titre qu’elle serait insuffisamment formée35 ou incompétente, mais parce que la reconnaissance des ressources savantes vaut peu en regard de celle des positions socio-économiques. De fait, si ces nouveaux savants sont rejetés par les membres du patriciat, c’est qu’ils comptent au rang de la Proletenherrschaft dont l’éthique et la doxa se fondent sur la méritocratie (fulgurance de la carrière savante, succès des expéditions de recherche, reconnaissance institutionnelle), plutôt que sur le désintéressement qui régit – à leurs yeux – les rapports de la Alte Herrschaft et du patriciat. Au final, les conflits au sein des institutions muséales se présentent et se résolvent plutôt (ou autant) en termes de lutte des classes qu’en termes de controverse scientifique – ce qui indique également qui fixe la règle du jeu36.

  • 37 Bachelard, 1973 [1934], 16.
  • 38 Stabs PA 342, Lettre de Felix Speiser au Freiwilliger Museumsverein, 14 mars 1944.
  • 39 Delachaux, Thiébaud, 1934, 135-137 ; Coombes, 1994, 43 et suiv.
  • 40 Reubi, 2011, 603-604.
  • 41 Rapports d’activité, Basler Museum für Völkerkunde, dès 1934.

28L’identité et les intérêts des alliés des ethnographes et des ethnographes eux-mêmes ont également un impact sur ce qui constitue le cœur même du musée considéré comme un laboratoire : les collections. C’est la quatrième conséquence des conditions de l’institutionnalisation. Les collections sont d’abord le fruit de considérations cognitives, puisqu’elles constituent sans aucun doute des instruments chargés de théories37. Mais elles procèdent des mêmes débats et répondent aux mêmes exigences multiples qui président à la naissance de l’institution. Ainsi la collection de tissus japonais anciens que le musée d’Ethnographie de Bâle cherche à acquérir pendant la Seconde Guerre mondiale ne compte pas seulement pour ses apports au savoir ethnographique. Unique, cette collection place l’institution bâloise au centre de l’attention des ethnographes européens et la lance, ainsi que Bâle, sous les feux de la rampe38. Une même collection vaut donc à la fois pour ses apports cognitifs et son capital spécifique aux luttes interurbaines. Il arrive également qu’une collection ne réponde qu’à certaines considérations esthétiques : tel masque çokwe n’est acquis qu’en raison de sa beauté qui le promeut au rang d’œuvre d’art39. Parfois encore, comme c’est le cas de la collection Hassler qu’acquiert le musée de Bâle, elle répond à des exigences internes au musée. L’acquisition de cet ensemble vaut en effet davantage pour ses séries de doublets, dont on connaît la fonction d’échange dans l’économie non monétaire des musées, que pour le fait qu’elle complète les collections du musée40. À ce titre, l’acquisition d’une collection peut donc également servir à produire des moyens d’échange. Parfois, encore, les conservateurs privilégient les pièces qui ont une portée pour l’industrie et le commerce local. C’est le cas de la collection de textiles Fritz Iklé qu’achète le musée de Bâle, lequel ne manque jamais une occasion dans ses rapports annuels de souligner la visite de l’école des arts décoratifs ou des dessinateurs de l’une ou l’autre entreprise de l’industrie textile bâloise41. Parfois, enfin, une collection-type est acquise, non pas en raison de sa valeur heuristique, mais pour sa valeur de démonstration auprès du grand public.

  • 42 Pour une première définition, voir Sarasin, Sarasin, 1893, 375-376. Voir également Speiser qui déto (...)

29Le dernier effet des conditions et modes d’institutionnalisation touche à l’objet même de l’ethnographie. L’ethnographie s’étant donné pour objet d’étude la vie des populations exotiques et primitives, elle en examine tant les éléments sociaux et psychiques (systèmes de parenté, religion, pouvoir politique, économie, magie, techniques, musique) que les éléments de la vie matérielle (outils, objets domestiques, masques, habitats, vêtements, soit tout ce que la tradition germanophone a nommé, sans relation à Ernst Haeckel, l’ergologie42). Or, les musées étant alors les lieux par excellence du savoir matériel, ceux qui se consacrent à l’ethnographie sont devenus de fait des musées d’ergologie. Si cette limitation n’a pas de conséquence en soi, son impact sur la pratique ethnographique suisse est majeur, puisque son assise l’oriente et la limite durablement à ce seul pan de la vie sociale. Conjuguée à l’hégémonie des musées sur le paysage institutionnel de l’ethnographie suisse, cette circoncision de l’objet d’étude fait de l’artefact, et de son examen à travers l’ergologie, une caractéristique importante de l’ethnographie suisse. Au point qu’elle a une portée sur une autre de ses spécificités : le choix des terrains d’enquête, lesquels constituent très vite une norme pour l’ethnographe suisse.

  • 43 Ce vocable signifie naturellement bien davantage que ce à quoi il se réduit techniquement pour les (...)
  • 44 Rares sont ces chargés de mission, pendant la courte décennie au cours de laquelle le musée de Bâle (...)

30L’intérêt pour la culture matérielle a en effet une incidence sur la détermination des lieux et des populations dignes d’intérêt. Car si le premier principe qui régit le choix des lieux est l’étude des populations primitives43, l’orientation ergologique limite encore une fois l’étendue du choix. En premier lieu, la population étudiée doit posséder une culture matérielle riche, au sens de l’ethnographe : belle, originale, brute, sans être trop fruste. Eugène Paravicini, chargé de mission44 par le musée de Bâle dans les îles Salomon, ne séjourne que peu de jours à Buka au prétexte que la culture matérielle y est trop pauvre – argument parfaitement compris et accepté par les dirigeants du musée. Trop fruste, ou encore pas assez « primitive ». Paul Wirz, un autre ethnographe bâlois, immobilisé pour des motifs politiques à Saint-Domingue pendant la Seconde Guerre mondiale, se morfond en maudissant les indigènes métissés et leur culture matérielle qu’il juge décadente. En deuxième lieu, la récolte de la culture matérielle réclame des conditions de travail très particulières, à l’exemple des moyens de communication et de transport suffisants pour transporter des collections dont le poids se compte parfois en tonnes. Certes, à ce titre, tous les terrains ne se valent pas. Dans les archipels océaniens, le problème est mineur puisqu’il est aisé d’y poser les collections à bord d’un navire à destination de l’Europe. En revanche, en Amazonie, la situation est plus délicate. Felix Speiser, qui y met sur pied une expédition, s’en rend compte puisque les déplacements en pirogue interdisent tout transport important de collections. Dès lors, il ne rapporte que quelques douzaines d’objets de son séjour. En troisième lieu, le transport des collections réclame une infrastructure et une organisation très importantes. En particulier, il nécessite de véritables cohortes de porteurs comme l’attestent les quatre-vingts indigènes qui accompagnent les cousins Sarasin dans leurs missions sur Sulawesi. De telles expéditions, et le recrutement d’un personnel si important, ne restent pas sans conséquences. Les expéditions s’appuient nécessairement sur une aide et un soutien du pouvoir colonial – administrateurs ou missionnaires – et inscrivent donc sans ambiguïté l’ethnographe du côté du pouvoir colonial. Sans y voir l’unique origine du manque d’intimité partagée avec les indigènes qui s’observe lors de ces expéditions, il ne fait aucun doute que la coercition qui l’accompagne pose des difficultés. Par ailleurs, le nombre important de porteurs interdit d’étudier les indigènes dans leur environnement. Une centaine d’hommes, accompagnés de cuisiniers, de gardes, de bagages et de réserves de nourriture ne peut en effet s’installer au milieu d’un village indigène sans en perturber profondément l’équilibre. De fait, le plus souvent, les expéditions plantent leur camp en pleine campagne et ce sont les indigènes, forcés ou simplement avertis par les missionnaires et les administrateurs coloniaux de la présence des ethnographes, qui se déplacent pour vendre des objets. Voilà encore qui limite et oriente les relations avec les indigènes, et circonscrit de ce fait la nature des études.

L’ethnographie bâloise, une science patricienne

31L’ethnographie bâloise s’inscrit parfaitement dans ce modèle. Soutenue et développée par quelques membres très influents des élites patriciennes de la ville, l’ethnographie s’y fonde d’abord sur l’institution muséale et néglige durablement à la fois la sociabilité savante et la formation de jeunes chercheurs. Fondé par Leopold Rütimeyer en 1893, le musée est dirigé dès 1896 à titre honorifique par les cousins Fritz et Paul Sarasin. S’ils se trouvent également à la tête d’autres institutions savantes bâloise (jardin botanique, société Euler…), le musée d’Ethnographie constitue leur institution préférée qu’ils cherchent à valoriser autant que possible. Pour le développer et en faire à la fois une référence à l’échelle internationale et l’un des musées importants de la ville, ils usent ainsi de leurs relations familiales ou amicales au sein du patriciat bâlois pour réunir des moyens considérables qui servent à mener des enquêtes, à assembler des collections ou encore à agrandir et rénover leur musée. De plus, ils savent s’entourer de parents et d’amis qui contribuent directement au développement du musée, à la fois pratiquement, au titre de membres honorifiques de la commission du musée qui organisent les différentes sections du musée dont ils ont la charge, et financièrement, en pourvoyant eux-mêmes (ou par leurs relations) aux moyens dont le musée a besoin.

  • 45 Bourdieu, 2001, 134.

32Comme l’ethnographie suisse, sa version bâloise est également une science naturelle. Rien d’étonnant à cela, car tant institutionnellement – le musée d’ethnographie est lié au musée d’histoire naturelle – que personnellement – les cousins Sarasin, Leopold Rütimeyer ou Felix Speiser sont naturalistes de formation – l’ethnographie a partie liée avec l’histoire naturelle. De ce fait, zoologues, chimistes, médecins importent en ethnographie les méthodes et les objectifs de leurs disciplines d’origine – à la fois « pour récupérer leurs investissements et pour restaurer leur capital menacé à exhausser la discipline envahie en y important les acquis de la discipline importée45 ».

33Enfin, comme les autres ethnographes suisses, les savants bâlois s’inscrivent dans les grandes traditions voisines. Pour les cousins Sarasin, cette tradition est naturellement celle de Berlin puisque c’est là qu’ils se sont confrontés pour la première fois à ce savoir. Zoologues tous les deux, ils se sont en effet rendus à Berlin pour exploiter leur matériel après leur première expédition zoologique à Ceylan. Mais, en tant que zoologues, et puisque l’homme fait partie de la nature, ils ont également recueilli quelques collections d’objets et mesuré quelques indigènes, dont ils présentent les résultats devant la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnographie et de préhistoire où se retrouve le cercle de Bastian. Adoptés par ce groupe, ils en défendent également la conception naturaliste de l’ethnographie. Naturaliste, elle est cependant surtout inscrite dans le paradigme muséal. Pour des motifs d’objectivité, d’abord, mais aussi, comme cela a été dit, parce qu’il semble stratégiquement plus indiqué de privilégier l’étude de la culture matérielle des peuples primitifs au moment où ils disparaissent.

34La Première Guerre mondiale marque l’entame de profondes transformations de ce système. Tout d’abord, vingt-cinq ans après la mise en place du règne des Sarasin, les deux cousins, marqués par l’âge, n’ont pas su renouveler leurs alliés au sein du patriciat. Dès lors, la belle unité qui prévalait autour d’eux commence à s’effriter, d’autant que la prépondérance du système patricien a également faibli. Les forces commencent ainsi à manquer et, au cours des années 1920, constatant cet essoufflement, les dirigeants du musée s’interrogent sur les modalités d’un renouvellement des collaborateurs. Dans les faits, si les Sarasin persistent à s’entourer de leurs alliés habituels issus du patriciat et dont ils exploitent les moyens et les réseaux, ils commencent également à s’entourer de savants, professionnels, mais qui ne s’inscrivent pas dans les réseaux traditionnels des mécènes bâlois. Avec pour conséquence un rééquilibrage des rapports entre pouvoir savant et pouvoir financier – au détriment de ce dernier.

35Symptôme de cet affaiblissement des moyens et du pouvoir du patriciat, la ruine de plusieurs de ses membres contribue à transformer le fonctionnement de l’institution et en particulier son régime financier. C’est le cas de Felix Speiser. Finançant jusqu’alors lui-même ses expéditions, offrant des collections au musée, enseignant à bien plaire, il ne dispose plus des capitaux nécessaires à la perpétuation de ces pratiques et se voit réduit à réclamer un investissement des pouvoirs publics. C’est ainsi qu’au début des années 1920, associé à Fritz Sarasin, il sollicite de l’État la mise en place d’un fonds public qui servira à financer expéditions et collections pour le musée d’Ethnographie. Il souhaite également voir rémunéré par l’État l’enseignement qu’il dispense à titre gracieux à l’université de Bâle depuis 1914. Enfin, au début des années 1930, il réclame l’engagement d’un curateur salarié au musée, puis d’un second en 1939.

36Ses requêtes connaissent un succès partagé, qui reflète assez justement la situation de l’ethnographie suisse. D’une part, toutes les requêtes qui concernent le musée sont, très généreusement, acceptées. Ainsi, dès le milieu des années 1920, l’institution maîtresse de l’ethnographie bâloise bénéficie d’un crédit de 100 000 francs suisses échelonné sur dix ans, ce qui constitue non seulement une somme considérable en termes absolus et par rapport aux crédits ordinaires du musée, mais surtout témoigne d’un important engagement à moyen terme. Mieux, les deux postes de curateurs sont immédiatement acceptés par le département de l’instruction publique. D’autre part, en revanche, les demandes qui exigent une rétribution de son enseignement connaissent un autre destin. Dans ce registre, le gouvernement paraît moins pressé. Certes, Speiser obtient 2 000 francs annuels dès 1923, mais cette somme est plus un dédommagement pour les frais qu’il a déboursés – achats d’ouvrages pour la bibliothèque, matériel de démonstration… – qu’un véritable salaire. Ce n’est que progressivement, et après avoir menacé de laisser tomber toute son activité scientifique, au musée comme à l’université, qu’il voit cette somme passer à 6 000, puis 9 000 francs en 1935. Voilà qui souligne combien le musée reste, à Bâle comme ailleurs en Suisse, l’institution privilégiée. Lorsque l’État investit dans l’ethnographie, il s’engage en faveur des collections et du musée qui les abrite et n’accepte qu’avec réticence de financer l’enseignement.

37En raison de cet engagement de l’État, la fonction du musée se modifie progressivement et l’institution, conçue comme un laboratoire savant, dans lequel quelques gentlemen of science tentent de reconstituer l’histoire des peuples primitifs, se transforme. Il devient d’une part un lieu d’éducation pour le plus grand nombre et en raison duquel de nombreux politiciens souhaitent que les expositions se vulgarisent ; d’autre part, il continue d’être appréhendé comme un musée de géographie commerciale, dans lequel les designers industriels des entreprises de la région bâloise identifient ce qui se vend dans les colonies, pour le développer à moindre coût et accroître leurs ventes. Enfin, la dimension heuristique de l’institution muséale et des collections qu’elle réunit est maintenue. Mais en dépit de cette variété des objectifs qui se superposent durant quatre décennies au moins, ces fonctions présentent une similitude importante, qui permet au paradigme muséal de se perpétuer malgré les coups qui commencent à lui être portés par les fonctionnalistes et en dépit du changement opéré par la mutation du régime financier : elles se fondent en effet toutes sur les collections d’objets qui constituent pour différents cercles d’acteurs un support nécessaire en vue de réaliser leurs objectifs. Et c’est à l’addition de ces objectifs différents atteints à travers l’artefact que le musée doit sa fondation, son développement et sa survie. Voilà qui explique pourquoi l’artefact indigène se maintient durablement au cœur de l’attention savante : il constitue le plus petit dénominateur commun des différentes fonctions de l’institution et des différents intérêts des cercles qui se servent du musée. C’est donc à travers lui que les ethnographes peuvent avantageusement solliciter un soutien financier à leur discipline. Au total, si l’institution est malléable, c’est qu’elle se fonde sur l’objet qui est polysémique. Exprimé dans l’autre sens, cette polysémie perpétue l’institution. Et surtout, elle autorise et réclame une stabilité des pratiques.

Speiser, enfant de son institution

38Cette stabilité des pratiques caractérise parfaitement les recherches des ethnographes suisses de la première moitié du xxe siècle. Elle s’observe également sur le terrain de Felix Speiser aux îles Salomon en 1930 d’où il envoie la lettre qui ouvre cet article. Pourtant, comme cela a été dit, Speiser signale dans cette correspondance qu’il existe au moins deux manières de pratiquer l’ethnographie : l’examen de la « culture spirituelle », qui est mené par les méthodes qu’il attribue à Beatrice Blackwood, et l’étude de la culture matérielle qu’il pratique de son côté.

  • 46 Schmidt, 1998, 40.
  • 47 Ibid., 43.

39Pour autant, elles ne sont pas sans relations. Pour Speiser, l’ethnographie peut se décliner de différentes manières, sans pour autant perdre la substance constitutive du champ de recherche. De fait, certains ethnographes, comme le Bâlois Paul Wirz, les pratiquent toutes deux. En expédition en Nouvelle-Guinée à la fin des années 1910, il y mène parfois des études de longue durée, au sein de populations qu’il connaît bien, et dont il partage la vie et maîtrise la langue. Il y examine alors les récits mythologiques et s’en sert pour éclairer les structures sociales. Mais parfois, également, il s’engage à l’intérieur des terres, entouré de policiers ou de militaires, et d’un interprète. Ses études sont alors brèves, et superficielles : elles s’y limitent à des mesures anthropologiques, des acquisitions de culture matérielle et des photographies46. Au fond, s’il admet cette superficialité de l’enquête, c’est qu’elle est largement compensée par la qualité de l’objet de recherche. Les indigènes qu’il étudie dans des conditions qu’il juge lui-même insuffisantes n’ont en effet encore établi aucun contact avec les colons. Ils reflètent un état originel qu’il qualifie d’« intouchés, inconnus et entièrement libres47 ». À ce titre, quelques rares indications à leur propos, mêmes erronées, présentent une valeur très importante. En réalité, Paul Wirz, comme Speiser, assigne deux buts à l’ethnographie. Elle a un objectif d’inventaire des cultures dites primitives avant leur disparition. À cette échelle, l’ethnographe se contente de recherches dans des conditions précaires et de résultats peu approfondis. Dans des conditions optimales en revanche, l’ethnographe voit croître ses ambitions et cherche alors à produire un savoir plus précis et plus complexe. Pour différentes qu’elles paraissent, ces deux dimensions constituent également des recherches ethnographiques.

  • 48 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 15 décembre 1929.
  • 49 Ibid., 6 août 1930.
  • 50 Stabs PA 212 T 2, XXXI, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 15 juillet 1910.
  • 51 Ibid., 2 septembre 1910.

40Alors que Wirz expérimente ces deux variantes de la pratique ethnographique, Felix Speiser ne pratique cependant que la version superficielle du champ de recherche. Paradoxalement, il revendique pourtant sans cesse la supériorité de l’autre versant de l’ethnographie, celui des enquêtes sur la vie psychique. Lorsqu’il fréquente Alfred R. Radcliffe-Brown à Sydney en 1929, il affirme qu’il se laisse embrigader dans « le secret de la haute mathématique sociale ». Avec peu de succès, mais non sans souligner les apports de cette nouvelle conception de la recherche : « La chose a son importance et une véritable compréhension d’une culture ne sera atteinte que si l’on en connaît la structure sociale48. » De fait, cette nouvelle méthode, qui constitue la façon de « faire de l’ethnographie aujourd’hui49 », produit des résultats très importants. Il reconnaît de même la nécessité d’en adopter deux éléments de méthode. D’une part, la maîtrise de l’idiome vernaculaire, puisque « toutes les études ethnographiques doivent en réalité demeurer superficielles, aussi longtemps que l’on ne maîtrise pas la langue indigène [et] le pidgin convient mal pour discuter les questions abstraites50 ». D’autre part, les enquêtes au long cours, puisqu’il ne faut pas « croire qu’il est possible d’apprendre quelque chose de vrai dans ces domaines en quelques semaines ou quelques mois d’études. Certes il est possible d’interroger tous les indigènes, s’ennuyer et ennuyer les autres, et cependant obtenir des réponses complètement fausses51 », mais l’observation, elle, réclame du temps et présente l’avantage de ne pas dépendre des informations indigènes.

41En dépit de ces certitudes, Speiser ne pratique pas l’ethnographie intensive d’un Wirz ou d’un Malinowski. Ce paradoxe est curieux, et il est d’autant plus instructif d’examiner les motifs et d’identifier les modalités de la fidélité aux pratiques que Speiser met en œuvre depuis 1910. Quatre éléments sont à considérer.

Institutions

  • 52 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 6 août 1930.
  • 53 Gonseth et al., 2002.

42Dans sa correspondance avec Fritz Sarasin à propos de Beatrice Blackwood, Speiser évoque très sérieusement la question du genre pour expliquer les méthodes qu’elle emploie. Bien que cette remarque soit sans doute révélatrice de sa conception de la science et du savant, un autre élément y apparaît qui dépasse celui-ci en importance : le problème de l’institution. Au fond, s’il suppose que Blackwood le méprise, c’est parce qu’il n’est qu’un collectionneur, qualité qui ne réclame aucune compétence spécifique. N’importe quel sot, écrit-il, pourrait récolter aussi bien ou mieux que lui et, à dire vrai, il est légitime d’attendre d’un savant qu’il développe des méthodes distinctives. Seulement, ajoute-t-il, il doit rester fidèle à son institution, ce musée qui l’a orienté « une fois pour toutes vers cette branche du travail52 », soit la collecte d’objets. Membre du patriciat, en charge de différentes sections du musée, lequel finance en partie son expédition, Speiser a en effet bien des raisons de continuer à porter son attention aux objets – contre ses propres souhaits. C’est pour satisfaire l’institution cannibale qui se nourrit des objets des autres53 qu’il perpétue le paradigme muséal de l’ethnographie. C’est pour faire croître le prestige de sa ville contre ses concurrentes qu’il lui importe que le musée se développe. C’est enfin pour lui permettre de maintenir son style de vie qu’il accorde ses désirs à ceux d’un musée auquel il vend ses collections. Si, au fond, un vague intérêt scientifique pourrait l’inciter à changer, ces arguments l’en dissuadent – d’autant qu’il est parfaitement conscient que la transformation des institutions ethnographiques bâloises est un combat perdu d’avance. De fait, en se servant des capitaux spécifiques à la structure patricienne qui régit le musée de Bâle, il n’a aucun moyen de dépasser la tradition mise en place par les cousins Sarasin ; car les institutions bâloises sont régies selon leurs propres règles qui prévalent largement sur les exigences internationales en train de se mettre en place. Speiser en est parfaitement informé et, pour maintenir sa position dans le champ de l’ethnographie bâloise, il adopte prudemment les règles des institutions locales, plutôt que celles du champ de recherche international.

Exigences savantes

43Comme au moment de la création des musées, l’intérêt porté à la culture matérielle remporte les faveurs des ethnographes sur le terrain. Mais ce succès doit également beaucoup à l’objectivité que l’on prête à l’artefact. Elle confère en effet à l’enquête matérielle plus de vraisemblance que celle qui se fonde sur les affirmations indigènes, dont le savant se détourne avec profit. En 1926 déjà, au retour de son terrain en Amazonie, Speiser affirmait ainsi que :

  • 54 Speiser, 1926, 214.

Les savants-voyageurs (Forschungsreisende) savent bien que l’on peut obtenir des peuple-nature (Naturvölker) tout ce que l’on voudrait savoir, pour peu que l’on sache poser la bonne question. Mais il paraît difficile d’admettre que les réponses ainsi obtenues aient une quelconque valeur scientifique. […] À une occasion, c’est la langue qui pose problème, à une autre, si les deux parties se comprennent, elles ne partagent pas les concepts. Comment pourrions-nous savoir si ce que les Indiens entendent par « âme » ou « ciel » correspond à notre acception, après si peu de temps ? Il n’est donc utile d’étudier la religion que lorsque l’on a habité longtemps avec un peuple, que l’on a obtenu sa confiance et que l’on a véritablement pénétré leur âme. Seuls les missionnaires en sont capables, en fait54.

44Ici, l’exigence savante d’une plus grande objectivité fondée sur de longs séjours est abandonnée au profit d’une autre objectivité qui s’appuie sur l’objet, et qui présente l’avantage de satisfaire l’exigence institutionnelle, qui réclame de se déplacer rapidement et assembler des collections. Une véritable nécessité savante l’explique, mais qui sert également, encore une fois, l’institution.

Empathie

  • 55 Speiser, 1926, 15-17, 21 (je souligne).
  • 56 Speiser, 1924 [1913], 75.

45Le rejet de la méthode intensive par Speiser procède également d’un mépris puissant pour les indigènes. On en trouve l’attestation lors de son voyage au Brésil. En route de Bélem à Arumanduba sur un bateau de ligne, Speiser et son compagnon de voyage Arnold Deubler sont installés sur le pont où ils jouissent du paysage et savourent des limonades et des boissons exotiques. Pendant ce temps, les Indiens Aparai, que Speiser est venu étudier au fond de l’Amazonie, et dont il a rencontré une poignée à Bélem, qu’il accompagne jusque dans leur village, sont dans la cale. Pourtant, Speiser ne se prive jamais, au cours du voyage, de souligner combien le paysage fluvial l’ennuie. Il n’en reste pas moins qu’il préfère rester sur le deck, avec les Européens et les métis, plutôt que de passer du temps avec les Aparai. De temps à autre pourtant, il leur rend visite dans leur camp qu’il juge d’une saleté innommable, au milieu d’un enchevêtrement de vaches, de veaux, de poules et de caisses. Et il leur parle, puisque les uns et les autres maîtrisent le portugais. Il serait ainsi possible de commencer son étude. Mais c’est sans compter que les Indiens ennuient Speiser. C’est du moins ce qu’il affirme un peu plus tôt au cours de ce même voyage. Au moment de boucler ses bagages à Arumanduba, tâche importante et difficile, il se trouve sans cesse perturbé par les Indiens qui l’encombrent de leur présence55. Cet ennui procède du mépris qu’il leur porte ainsi qu’à leur intelligence qu’il juge fruste au cours de chacun de ses terrains. Aux Nouvelles-Hébrides dans les années 1910-1912 déjà, il attribue son incapacité à comprendre certaines coutumes à l’abrutissement des indigènes et, dans son ouvrage Südsee, Urwald, Kannibalen, il accable l’incapacité des indigènes à comprendre leurs propres concepts56.

  • 57 Montandon, 1913, 214.
  • 58 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 31 mars 1930.
  • 59 Schmidt, 1998, 159-160.

46Cette attitude de mépris est assez générale chez les ethnographes privilégiant l’étude de la culture matérielle lesquels attribuent toujours l’échec des enquêtes à l’ignorance des indigènes plutôt qu’à l’incapacité du savant : « Questionner une intelligence fruste sur ses croyances religieuses est une des tâches les plus ardues auxquelles puisse s’astreindre le voyageur », constate ainsi George Montandon. « La pauvreté de la pensée de celui qu’il interroge, la pénurie de termes pour exprimer la sienne propre, même par de bons interprètes rendent l’échange des idées difficile, les confusions toujours possibles »57. Bien entendu, Speiser sait qu’il est possible de dépasser ces problèmes en séjournant de longs mois chez les indigènes. Mais « ça, conclut-il, on comprendra que je ne le souhaite pas58 ». Le contraste est marqué avec les partisans de l’étude de la culture spirituelle, puisqu’elle ne se retrouve pas chez ceux qui, comme Wirz, mènent des enquêtes intensives. Au contraire d’un Speiser, il éprouve une profonde empathie pour les indigènes qu’il étudie et se sent bien parmi eux59. Certes, à l’occasion, un Paul Wirz, comme un Bronislaw Malinowski, s’emporte contre les indigènes. Il n’empêche. Au total, son attitude vis-à-vis des indigènes est passionnée et bienveillante – condition qui paraît indispensable à une étude de la vie psychique.

L’ethnographie comme science naturelle, un rempart contre la disciplinarisation

  • 60 Daston, Galison, 2007, 115 et suiv.

47Felix Speiser est un naturaliste. Formé comme chimiste, il s’inscrit parfaitement dans cette ethnographie-science naturelle qui domine les paysages helvétique et bâlois. À ce titre, il en adopte la principale règle de méthode : l’observation, qui lui permet de dresser l’inventaire du monde. Ici, le savant récolte les données sans entraves, pour peu qu’il possède le don d’observation. Identifiant le savant à une plaque sensible, ce principe lui permet de saisir toutes les choses, sans investir et sans s’investir dans sa matière60. Certes, à l’occasion, des conditions météorologiques ou politiques peuvent gêner. Mais ce ne sont que des épiphénomènes qui n’altèrent en rien la règle selon laquelle tout se donne à voir immédiatement.

48Cette conception du moi du savant fonctionne pour les sciences naturelles et pour l’ethnographie considérée comme telle, qui se réduit à la récolte de la culture matérielle. Pour ce que les ethnographes nomment la culture spirituelle, en revanche, ils se trouvent confrontés à l’indigène, avec lequel le savant doit établir une relation de confiance et dont il dépend fortement. Pour faire l’économie de cette confrontation dont la bonne maîtrise réclame des compétences spécifiques ou disciplinaires, Speiser privilégie la culture matérielle.

  • 61 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 31 mars 1930.

Pour ce qui est du but de mon voyage, je suis jusqu’à présent peu au clair : je voulais d’abord découvrir la culture spirituelle de Nouvelle-Bretagne et en second lieu réunir des collections. Ni l’un, ni l’autre ne sont véritablement concluants. Je pensais bien qu’il y aurait des problèmes avec la culture spirituelle, mais néanmoins je comptais sur un coup de chance et espérais tomber sur un vieil homme communicatif – c’est du reste ce qui est arrivé à tous ceux qui ont pu pénétrer profondément une culture en peu de temps61.

49En réalité, le problème de Speiser procède de ce qu’il s’est donné les objectifs de l’ethnographie intensive, dont il ne maîtrise pas les outils méthodologiques – entretiens, participation… Mais cette ignorance des méthodes est perçue dans les termes d’une incapacité individuelle à saisir la vie psychique des indigènes : ce sont au fond les dispositions personnelles qui manquent à Speiser.

  • 62 Stabs PA 212 T 2, XXXIII, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 19 novembre 1924. Je souligne.

Au point de vue ethnologique, quoique l’on fasse, on ne tire rien de ces gens, car au début, ils étaient de la meilleure volonté et tentaient de nous répondre, mais ne savaient simplement rien. Je ne parviens pas à comprendre comment, dans ces conditions, des voyageurs peuvent obtenir des données sur la vie spirituelle des peuple-nature et si je me suis fait de nombreux reproches aux Nouvelles-Hébrides parce que j’avais recueilli si peu de données sur la vie spirituelle, mes dernières expériences m’indiquent que cet échec est compréhensible et inévitable62.

  • 63 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 20 août 1930.

50Plus tard, il s’accable lui-même et informe Fritz Sarasin que « l’étude de la culture spirituelle progresse lentement, elle aussi. Comme tu l’imagines, je n’ai pas un grand talent pour aller interroger les gens, leur parler, de sorte que tout demande plus de temps que pour un autre63 ».

51Il ne faut cependant pas être dupe. Ce que Speiser qualifie d’incapacité procède en réalité d’un déficit de formation. Il n’est pas incapable, il est incompétent et ne maîtrise pas les outils méthodologiques disciplinaires nécessaires. À cet égard, ses difficultés à saisir la « vie psychique » des indigènes qui le mènent à renoncer à l’étude de cette partie de la culture indigène sont d’abord une conséquence de l’absence de processus disciplinaire, dont l’une des caractéristiques est précisément la formation. Et c’est en partie en raison du caractère patricien du musée bâlois que cette dimension est absente. On se souvient en effet que les conservateurs refusent de sacrifier leur espace et leur tranquillité pour la formation qu’ils perçoivent comme une démocratisation inutile de leur institution. De fait, la préférence de Speiser pour la culture matérielle fait sens. Une conception du dire-vrai, un mépris pour l’indigène, l’absence de processus disciplinaire et surtout le poids de l’institution contribuent à prémunir Speiser contre les études intensives. Pour autant, il est sensible aux atouts de cette conception de l’ethnographie, dont il reconnaît la valeur heuristique et la nécessité. Mais la place du musée dans la science ethnographique, le rôle de Speiser et la fonction de l’objet dans le musée et l’importance de sa matérialité dans le dire-vrai, et enfin son incapacité à concevoir l’ethnographie comme une discipline, autrement dit : tout ce qui fait l’institution ethnographique bâloise détermine profondément sa propre conception de l’ethnographie. Et, par la position qu’il y occupe, il apparaît non seulement comme le produit du cadre institutionnel qu’il fréquente, mais aussi celui qui permet sa perpétuation.

Les vertus de l’examen des traditions mineures

52La constance des pratiques ethnographiques qui s’observe chez Speiser et les motifs qui l’expliquent mettent l’ethnographie suisse à part dans l’historiographie. S’y observent à la fois une institutionnalisation contemporaine des pratiques allemandes ou anglaises, un développement des enquêtes de terrain comme en Allemagne, mais aussi une absence de professionnalisation et de disciplinarisation, une perpétuation durable de la faveur portée à l’étude de la culture matérielle, et le maintien de la prééminence des musées. Au total, le développement de l’ethnographie helvétique s’éloigne considérablement de la chronologie classique de la discipline – celle qui fait naître l’anthropologie moderne sous la plume d’Edward B. Tylor en 1871, puis se transformer de manière un peu obscure à partir de 1900, pour accéder à la maturité avec Alfred R. Radcliffe-Brown et Bronislaw Malinowski en 1922-1923.

  • 64 Stocking, 1987.
  • 65 Stocking, 1995a.

53La question se pose pourtant de savoir si cette différence constitue une spécificité historique ou si elle n’est que l’effet d’un biais historiographique. À première vue, cette seconde hypothèse paraît séduisante pour trois raisons au moins. D’abord, comme le rappelle Edgerton, l’historiographie générale présente une certaine propension à se concentrer sur les pratiques d’innovation. Et de fait, les grandes monographies qui font foi pour l’histoire de l’anthropologie britannique et de l’anthropologie en général, Victorian Anthropology64 et After Tylor65, se réduisent le plus souvent à une histoire de l’apparition des idées (et parfois des pratiques) anthropologiques. Ceci constitue manifestement un premier biais, tant les ethnographes suisses sont peu innovants : peu investis dans le champ ethnographique, car ils sont surtout zoologues ou botanistes, peu concernés par leur position, car ce qui les occupe sont les enjeux urbains, ils se contentent le plus souvent d’observer les règles et d’adopter les pratiques les plus largement reconnues et qui suffisent à consolider leur position à l’échelle locale.

  • 66 Stocking, 1996.
  • 67 Handler, 2000.
  • 68 Moore, 1988 ; Ortner, Whitehead, 1991.

54Faisant peu de cas du principe de symétrie de David Bloor, l’historiographie générale de la discipline se concentre ensuite sur les vainqueurs de l’histoire. Dans The Savage Within (1991), Henrika Kuklick examine ainsi l’anthropologie britannique en contexte, mais réduit son analyse aux seuls anthropologues célébrés aujourd’hui par la discipline et la plupart des volumes de la série History of Anthropology portent sur les traditions anglo-américaines à succès. Bien sûr, les éditeurs de la collection ont consacré un volume à la tradition allemande66 et un autre aux « autres traditions67 », mais le procédé ne dupe personne. Dès la fin des années 1980, certaines théoriciennes des Gender Studies avaient souligné que la place réservée aux femmes dans les études des sciences sociales oscillait toujours entre survisibilisation et invisibilisation68. Dominées, elles n’apparaissent qu’en tant que groupe spécifique dans la littérature et ne sont jamais considérées comme participant à l’ensemble. Il en va de même dans le cadre de l’historiographie des sciences sociales, dans laquelle les traditions hétérodoxes sont évoquées à part, et en mettant l’accent sur des spécificités qui sont renforcées ; elles ne trouvent en revanche jamais leur place dans les synthèses générales, avec pour conséquence qu’elles paraissent d’autant plus originales.

  • 69 Schlanger, 1992, 297-298 ; Blanckaert, 1995, 39-42.
  • 70 Handler, 2000, 7.
  • 71 Stocking, 1995b, 933, 940.

55Enfin, les historiens de sciences n’ignorent pas que c’est le propre de la réussite institutionnelle (ou disciplinaire) que de s’emparer de la mémoire et de configurer le mémorable pour tenter de s’emparer de l’avenir69. De ce fait, en histoire des sciences, la différence et les spécificités sont souvent pensées en termes de disqualification, et même les historiens de l’anthropologie, en dépit des frontières floues70 ou mouvantes et historiques71 de leur objet d’étude, semblent rencontrer des difficultés à penser l’altérité.

  • 72 Kraus, 2004.
  • 73 Gosden, Knowles, 2001.

56Il faut cependant saluer le développement récent d’une littérature moins concernée par l’examen de la nouveauté et la quête d’ancêtres opératoires qui suggère par l’exemple que la spécificité du cas suisse serait moins éclatante qu’il ne paraît. Ainsi, le monde des érudits coloniaux français décrit par Emmanuelle Sibeud (2002) met en scène des individus et des réseaux qui ressemblent furieusement à ceux de l’ethnographie suisse. Il en va de même de l’examen des institutions de l’ethnographie française proposé par Christine Laurière (2008) ou de l’examen des pratiques de terrain des ethnographes allemands72, qui attestent une ethnographie suisse parfaitement en phase avec ses voisines. L’examen des pratiques de collections place également l’ethnographie suisse dans le sillage de la tradition allemande73 et les études de Glenn Penny sur le travail muséal en Allemagne identifient enfin des manières de faire, des stratégies et des contraintes similaires à celles que connaissent et adoptent des muséographes suisses (2002). En d’autres termes, l’ethnographie suisse et l’ethnographie d’autres pays, étudiées sous un angle comparable, apparaissent très proches. L’ethnographie suisse paraît devenir une science normale.

57Paraît, car des différences subsistent en effet qu’il ne faut pas minimiser. Elles doivent au contraire être admises et assumées, car il ne saurait être question de prétendre que l’historiographie seule est en cause. Les travers d’une certaine historiographie débusqués, une autre ne va pas apparaître, dans laquelle les acteurs et les institutions suisses s’imbriqueraient parfaitement. Du moins, l’argument qui affirmerait que toutes les choses sont égales par ailleurs est à peu près aussi réducteur que celui d’Alfred R. Radcliffe-Brown qui tirait argument des deux modes d’enquête pour distinguer deux disciplines, l’ethnographie d’un côté, l’anthropologie sociale de l’autre. Mieux vaut dès lors s’en remettre aux acteurs, lesquels, comme Speiser ou Wirz, identifient deux facettes d’une même discipline, qui se pratiquent alternativement sans contradiction – bien qu’elles occupent des positions hiérarchisées – et constater qu’il existe des variétés synchroniques des conceptions et pratiques savantes.

  • 74 De fait, si les tentatives pour penser la différence ont été multiples au sein des traditions europ (...)

58Peu nombreux ont été les historiens qui se sont confrontés avec ces variétés synchroniques74 ; plus rares encore ceux qui ont essayé d’en identifier les motifs. Cela est sans doute lié au peu de cas qui a été fait de l’examen des traditions mineures européennes en histoire des sciences humaines. Car les deux choses sont liées. D’une part, comme l’étude du cas bâlois le démontre, les traditions mineures sont un révélateur naturel de la diversité des pratiques et des idées scientifiques. D’autre part, l’étude classique des traditions majeures se réduit le plus souvent à un darwinisme des idées et des pratiques scientifiques. Aucune n’envisage la perpétuation d’une science dépassée ou d’une théorie invalidée, et la plupart présentent une incapacité à penser la différence synchronique, puisque ces historiographies de l’innovation, structurées autour de l’idée de rupture, présupposent une survie du plus fort, dont on interroge au mieux les modalités : ici, deux postures différentes ne peuvent jamais coexister, sinon à se requalifier ou à retracer les limites du domaine. Au total, l’examen des traditions mineures ne sert pas seulement à affiner l’appréhension générale de l’histoire des sciences par l’ajout de l’un ou l’autre détail, mais peut également la transformer en profondeur en réévaluant sa chronologie ou précisant ses pratiques.

  • 75 Gaggioli, 2004.
  • 76 Corry, 2005, 173.
  • 77 Chakrabarti, 2004 ; Harding, 2008 ; Raj, 2007.
  • 78 Sibeud, 2002 ; Harries, 2007.

59De ce fait, l’étude des traditions mineures permet de nuancer les rapports entre centre et périphérie. Elle démontre le peu d’intérêt du concept de « science de la périphérie » qui postule la passivité de la périphérie, simple réceptacle qui se nourrit des innovations d’un centre qui détermine les orientations de la recherche. Certes, elle admet l’influence du contexte sur les contenus et les formes du savoir, mais elle n’est jamais qu’une « autre science » dont on cherche à identifier ce qui l’empêche, en un lieu et un temps donnés, de suivre le développement normal d’une pratique scientifique envisagée comme universelle et on se concentre sur les infrastructures insatisfaisantes, le financement médiocre ou encore le brain drain75. Examinant « les conditions qui ont stimulé ou empêché la réception de la science européenne ou nord-américaine76 », elle n’envisage pas la périphérie comme un acteur. À ce titre, les études portant sur la science extraeuropéenne qui s’inscrivent dans le renouveau des Colonial Studies77 signalent l’apport de l’analyse des traditions mineures européennes pour explorer et valoriser les influences de la science périphérique sur le centre78. Non seulement le centre n’a pas produit les innovations seules, mais les traditions mineures en ont altéré les orientations et les choix. En outre, l’étude des traditions mineures européennes signale également la faible pertinence de la notion de centre qui ne présente pas l’homogénéité que le seul emploi du terme suggère. En définitive, un nouvel équilibre prend forme dans lequel la périphérie dispose d’une large autonomie, tandis que le centre est multiple, ce qui suggère de se débarrasser de cette dichotomie qui a surtout servi à organiser l’historiographie disciplinaire.

  • 79 Daston, Galison, 2007, 41.

60Enfin, les recherches sur les traditions mineures éclairent les origines des permanences plutôt qu’elles ne débusquent les motifs des innovations. Depuis Kuhn, à travers les Social Studies of Knowledge ou les Social Studies of Science et jusqu’à Bruno Latour, l’historiographie de l’innovation se concentre en effet sur ces moments de rupture nommés révolutions, controverses, recherche d’alliés ou associations. Mais au-delà de la terminologie, c’est bien la transition, comme un ultime atavisme des révolutions scientifiques, qui demeure au cœur des interrogations. Ici, loin de l’écume des idées, ce sont les continuités qui s’observent, dont il faut identifier les causes. Parmi elles, le poids des institutions et l’habitus des pratiques qui en procède en constituent les facteurs centraux, rejoignant par un vaste détour à la fois les propositions de Claude Blanckaert (1995) et celles de Bruno Latour et Steve Woolgar (1988 [1979]). Par leur inertie, les unes et les autres offrent une chronologie spécifique très éloignée de celle des débats d’idées. Elles se perpétuent souvent au-delà des bouleversements théoriques et présentent des qualités hybrides qui leur permettent d’être mises en œuvre simultanément. Comme les vertus épistémiques de Lorraine Daston et Peter Galison, elles se superposent, se chevauchent, coexistent, persistent en dépit de l’apparition d’une nouvelle vertu rivale79, pour s’influencer et se modifier mutuellement, dans la longue durée. À ce titre, les traditions mineures, par leurs innovations méthodologiques ou conceptuelles, constituent un champ particulièrement fécond pour rendre les historiens attentifs à la fois à cette permanence des pratiques et des représentations savantes et au temps long de l’histoire des sciences, et pour réclamer une réévaluation de sa chronologie.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, B., 1983, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso.

Bachelard, G., 1973 [1934], Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF.

Bastian, A., 1885, « Ueber ethnologische Sammlungen », dans Zeitschrift für Ethnologie. Organ der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte, Berlin, Wiegandt und Hempel, p. 38-42.

Biagioli, M., 1996, « From Relativism to Contingentism », dans Galison, P., Stump, D. J. (éd), The Disunity of Science. Boundaries, Context, and Power, Stanford, Stanford University Press, p. 189-206.

Blanckaert, C., 1995, « Fondements disciplinaires de l’anthropologie française au xixe siècle. Perspectives historiographiques », Politix, 29, p. 31-54.

Blanckaert, C., 2006, « La discipline en perspective. Le système des sciences à l’heure du spécialisme (xixe-xxsiècle) », dans Boutier, J. et al. (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 117-148.

Bloor, D., 1983 [1976], Sociologie de la logique ou les limites de l’épistémologie, trad. D. Ebnöther, Paris, Pandore.

Bourdieu, P., 2001, Science de la science et réflexivité. Cours au Collège de France 2000-2001, Paris, Raisons d’agir.

Cannon, S. F., 1978, Science in Culture: The Early Victorian Period, New York, Dawson and Science History Publications.

Centlivres, P., Vaucher, Ph., 1994, « Les tribulations d’un ethnographe en Suisse. Arnold van Gennep à Neuchâtel (1912-1915) », Gradhiva, 15, p. 89-101.

Chakrabarti, P., 2004. Western Science in Modern India. Metropolitan Methods, Colonial Practices, Dehli, Permanant Black.

Coombes, A., 1994. Reinventing Africa: Museums, Material Culture and Popular Imagination in Late Victorian and Edwardian England, New Haven, Yale University Press.

Corry, L., 2005, « Introduction: Science in Latin-American Contexts – Historical Studies », dans Science in Context, Cambridge, Cambridge University Press, p. 173-178.

Daston, L., Galison, P., 2007, Objectivity, New York, Zone Books.

Delachaux, T., Thiébaud, Ch.-É., 1934, Pays et peuples d’Angola : études, souvenirs, photos de la Deuxième mission scientifique suisse en Angola, Neuchâtel, Attinger.

Edgerton, D., 1998, « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoire des techniques », Annales, 53, p. 815-837.

Forgan, S., 1994, « The Architecture of Display: Museums, Universities and Objects in 19th Century Britain », History of Science, 32, p. 139-162.

Frisby, D., 1983, The Alienated Mind. The Sociology of Knowledge in Germany, 1918-1933, Londres, Routledge.

Gaggioli, N. N., 2004, « How survives Nuclear Technology in Argentina: An Anthropological Approach to Technology in Latinamerica », Conférence prononcée au colloque 4S-Easst, Paris, École des Mines (http://www.csi.ensmp.fr/WebCSI/4S/index.php?page=download, consulté en ligne le 10 février 2010).

Gonseth, M.-O., Hainard, J., Kaehr, R., 2002, « Le musée cannibal », dans Id. (dir.), Le musée cannibal, Neuchâtel, MEN, p. 9-14.

Gosden, C., Knowles, C., 2001, Collecting Colonialism. Material Culture and Colonial Change, Oxford/New York, Berg.

Handler, R. (éd.), 2000, Forgotten Ancestors, Inventible Traditions, Madison, University of Wisconsin Press (History of Anthropology, 9).

Harding, S., 2008, Sciences from Below. Feminisms, Postcolonialities, and Modernities, Durham, Duke University Press.

Harries, P., 2007, Butterflies & Barbarians: Swiss Missionaries and Systems of Knowledge in South-east Africa, Athens, Ohio University Press.

Hessen, B., 1931, « The Social and Economic Roots of Newton’s Principia », dans Bukharin, N., Science at the Crossroads: Papers Presented to the International Congress of the History of Science and Technology Held in London from June 29th to July 3rd, 1931 by the Delegates of the U.S.S.R., Londres, Frank Cass, p. 151-212.

Hoffmann-Krayer, E., 1897, « Zur Einführung », Schweizerisches Archiv für Volkskunde, 1, p. 1-12.

Junod, H.-A., 1898, « Les Ba-Ronga : étude ethnographique sur les indigènes de la Baie de Delagoa : mœurs, droit coutumier, vie nationale, industrie, traditions, superstitions et religion », Bulletin de la Société neuchâteloise de géographie, 10, p. 5-500.

Kaehr, R., 2000, Le mûrier et l’épée : le cabinet de Charles Daniel de Meuron et l’origine du Musée d’ethnographie à Neuchâtel, Neuchâtel, MEN.

Kaeser, M.-A., 2006, « The First Establishment of Prehistoric Science: The Shortcomings of Autonomy », dans Callmer, J. et al. (éd.), Die Anfänge der ur- und frühgeschichtlichen Archäologie als archäologisches Fach (1890-1930) im europäischen Vergleich, Internationale Tagung Humboldt-Universität zu Berlin, 13-16 mars 2003, Rahden, M. Leidorf, p. 149-160.

Knorr Cetina, K., 1999, Epistemic Cultures. How the Sciences make Knowledge, Cambridge, Harvard University Press.

Kraus, M., 2004, Bildungsbürger im Urwald. Die deutsche ethnologische Amazonienforschung (1884-1929), Marburg, Curupira.

Krige, J., 2006, American Hegemony and the Postwar Reconstruction of Science in Europe, Cambridge, MIT Press.

Kuhn, T. S., 1983 [1970], La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion.

Kuklick, H., 1991, The Savage Within: The Social History of British Anthropology 1885-1945, Cambridge, Cambridge University Press.

Kuklick, H., 2007, A New History of Anthropology, Londres, Blackwell.

Latour, B., 1989, La science en action, Paris, La Découverte.

Latour, B., Woolgar, S., 1988 [1979], La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

Laurière, C., 2008, Paul Rivet, le savant et le politique, Paris, Publications scientifiques du Muséum.

L’Estoile de, B., 2007, Le Goût des Autres. De l’Exposition coloniale aux Arts premiers, Paris, Flammarion.

Mannheim, K., 1985 [1929], Ideologie und Utopie, Francfort, Klostermann.

Mayer, A. J., 1990, La persistance de l’Ancien Régime : de l’Europe de 1848 à la Grande Guerre, Paris, Flammarion.

Merton, R. K., 1936, « Puritanism, Pietism and Science », Sociological Review, 28, p. 1-30.

Montandon, G., 1913, « Au Pays Ghimirra », Bulletin de la Société neuchâteloise de géographie, 22, p. 5-424.

Montandon, G., 1914, « Des tendances actuelles de l’ethnologie à propos des armes de l’Afrique », Archives suisses d’anthropologie générale, 1, p. 102-135.

Moore, H. L., 1988, Feminism and Anthropology, Cambridge, Polity Press.

Nyhart, L. K., 2005, « Natural History and the “New” Biology », dans Jardine, N. et al. (éd.), Cultures of Natural History, Cambridge, Cambridge University Press, p. 426-443.

Ortner, S., Whitehead, H., 1981, Sexual Meanings: The Cultural Construction of Gender and Sexuality, Cambridge, Cambridge University Press.

Penny, H. G., 2002, Objects of Culture: Ethnology and Ethnographic Museums in Imperial Germany, Chapel Hill/Londres, University of North Carolina Press.

Pickstone, J., 1994, « Museological Science ? The Place of Analytical/Comparative in 19th Century Science, Technology and Medicine », History of Science, vol. 32, p. 111-138.

Pittard, E., 1901, À propos du futur musée. Les collections ethnographiques, Genève, Imprimerie du Journal de Genève.

Pyenson, L., 1985, Cultural Imperialism and Exact Sciences: German Expansion Overseas, 1900-1930, New York, Peter Lang.

Pyenson, L., 2002, « An End to National Science: The Meaning and the Extension of Local Knowledge », History of Science, vol. 40/3, 129, p. 251-290.

Radcliffe-Brown, A. R., 1923, « The Methods of Ethnology and Social Anthropology », South African Journal of Science, 20, p. 124-147.

Raj, K., 2007, Relocating Modern Science. Circulation and the Construction of Knowledge in South East Asia and Europe, 1650-1900, New York, Palgrave MacMillan.

Reubi, S., 2005, « De l’objet à l’Autre. L’enseignement de l’ethnologie à Neuchâtel », dans Gonseth, M.-O., Hainard, J., Kaehr, R. (dir.), Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas 1904-2004, Neuchâtel, MEN, p. 202-213.

Reubi, S., 2011, Gentlemen, prolétaires et primitifs. Institutionnalisation, pratiques de collection et choix muséographiques dans l’ethnographie suisse, 1880-1950, Berne, Peter Lang.

Sarasin, F., 1917, « Ansprache gehalten bei Anlass des hundertjährigen Jubiläums der Naturforschende Gesellschaft in Basel und der Eröffnung des Museums für Völkerkunde am 23. Juni 1917 in der Martinskirche », Verhandlungen der Naturforschenden Gesellschaft in Basel, XXVIII, p. 193-206.

Sarasin, F., Sarasin, P., 1893, Ergebnisse naturwissenschaftlicher Forschungen auf Ceylon in den Jahren 1884-1886. Dritter Band: Die Weddas von Ceylon und die sie umgebenden Völkerschaften, ein Versuch, die in der Phylogenie des Menschen ruhenden Räthsel der Lösung näher zu bringen, Wiesbaden, C. W. Kreidel’s Verlag.

Sarasin, Ph., 1998, La ville des bourgeois. Élites et société urbaine à Bâle dans la deuxième moitié du xixsiècle, Paris, L’Harmattan.

Schaffer, S., 1996, « Contextualizing the Canon », dans Galison, P., Stump, D. J. (éd.), The Disunity of Science. Boundaries, Context, and Power, Stanford, Stanford University Press, p. 207-230.

Scheler, M. (éd.), 1924, Versuche zu einer Soziologie des Wissens, Munich, Duncker und Humblot.

Schlanger, J., 1992, « Fondation, nouveauté, limites, mémoires », Communications, 54, p. 289-298.

Schmidt, A. E., 1998, Paul Wirz. Ein Wanderer auf der Suche nach der « wahren Natur », Bâle, Museum für Völkerkunde (Balser Beiträge zur Ethnologie vol. 39).

Selcer, P., 2009, « The View from Everywhere: Disciplining Diversity in Post-World War II International Social Science », dans Journal of the History of the Behavioural Sciences, New York, Wiley, p. 309-329.

Sibeud, E., 2002, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, Éditions de l’EHESS.

Simon, C., 2009, Natur-Geschichte. Das Naturhistorische Museum Basel im 19. und 20. Jahrhundert, Bâle, Merian.

Speiser, F., 1924 [1913], Südsee, Urwald, Kannibalen, Stuttgart, Strecker und Schröder.

Speiser, F., 1926, Im Düster des brasilianischen Urwalds, Stuttgart, Strecker und Schröder.

Stocking, G. W., 1987, Victorian Anthropology, New York, Free Press.

Stocking, G. W., 1995a, After Tylor. British Social Anthropology, 1888-1951, Madison, University of Wisconsin Press.

Stocking, G. W., 1995b, « Delimiting Anthropology: Historical reflections on the Boundaries of a Boundless Discipline », Social Research, 62, p. 933-966.

Stocking, G. W. (éd.), 1996, Volksgeist as Method and Ethic, Madison, University of Wisconsin Press (History of Anthropology, 8).

Sturtevant, W., 1969, « Does Anthropology need Museums? », Proceedings of the Biological Society in Washington, Washington, Biological Society, p. 619-650.

Tissot, L., 2005, « Le financement des universités suisses et ses liens avec la recherche jusqu’à la Seconde guerre mondiale », dans Schwinges, R. C. (éd.), Finanzierung von Universität und Wissenschaft in Vergangheit und Gegenwart, Bâle, Schwalbe, p. 305-323.

Trilles, H.-L., 1909, « Les rites de la naissance chez les Fang », Bulletin de la Société neuchâteloise de géographie, 20, p. 403-411.

Zimmermann, A., 2001, Anthropology and Antihumanism in Imperial Germany, Chicago, University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1 Staatsarchiv Basel (Stabs) PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 6 août 1930. Toutes les traductions sont de l’auteur.

2 Radcliffe-Brown, 1923.

3 Edgerton, 1998, 815-821.

4 La synthèse récente de Kuklick (2007) constitue à cet égard une exception – toute relative, puisque les neglected pasts sont précisément traités dans un chapitre à part des major traditions.

5 Je me limite à l’ethnographie des peuples non-européens. Pour l’instant, il suffit de dire qu’elle se distingue à double titre de la tradition des études folkloriques. D’une part, celles-ci s’inscrivent dans la tradition philologique, tandis que celle-là est une science naturelle. Elles se fondent donc sur des méthodes distinctes (archives, sources écrites vs observation), mais s’inscrivent surtout dans des sociabilités savantes différentes. D’autre part, elles ne partagent pas leur objet. Non seulement le folkloriste examine le seul vulgus in populo alors que l’ethnographe s’intéresse à l’ensemble du populus, mais surtout le folklore s’attache à l’étude des permanences, alors que l’ethnographie suit le progrès de la civilisation (Hoffmann-Krayer, 1897).

6 Stocking, 1995a, 367 et suiv.

7 Junod, 1898 ; Trilles, 1909.

8 Reubi, 2011, 104.

9 Centlivres, Vaucher, 1994 ; Reubi, 2005.

10 Pickstone, 1994, 16 et suiv.

11 Forgan, 1994, 140 et suiv. ; Nyhart, 2005, 435 et suiv. ; Simon, 2009, 91 et suiv.

12 Reubi, 2011, 36-37.

13 Sarasin, 1917, 198.

14 Sturtevant, 1969, 622.

15 Elle s’appuie accessoirement sur les traits physiques, étudiés par l’anthropologie. Il n’en sera pas question ici.

16 Ce n’est pas une position originale, naturellement. Rudolf Virchow, à Berlin, défend ce discours (Zimmermann, 2001, 49) que Georges Cuvier avait déjà popularisé (de L’Estoile, 2007, 112).

17 Pittard, 1901, 4.

18 Si ces facteurs expliquent la place centrale qu’occupe le musée dans la science ethnographique suisse, deux autres éléments doivent encore rapidement être considérés pour bien comprendre le phénomène. D’une part, avant les années 1960, les universités suisses abritent peu de recherche scientifique et constituent le lieu de la transmission du savoir, non de sa production. D’autre part, les sociétés savantes suisses ne forment pas non plus des lieux de production scientifique. Au total, les institutions savantes qui, ailleurs, portent la recherche scientifique ne soutiennent pas, ni ne financent l’ethnographie. Elles renforcent, par leur démission, la place des musées.

19 Latour, 1989, 261-322.

20 Reubi, 2011, 271-277.

21 Penny, 2002, 44-49.

22 Kaehr, 2000.

23 Reubi, 2011, 337.

24 À ce titre, ethnographie et folklore se distinguent également, mais les nuances deviennent plus subtiles. Ainsi, les collections de folklore sont collectées par un réseau d’instituteurs, similaire à ceux des érudits coloniaux, ingénieurs ou missionnaires qui nourrissent les musées ethnographiques. Et comme dans le cas des collections d’objets exotiques, elles sont ensuite rassemblées, à Bâle, par exemple, par deux membres importants du patriciat urbain Eduard Hoffmann-Krayer et Leopold Rütimeyer, et dont ils se servent pour valoriser la ville rhénane, contre la concurrente Zürich. En revanche, dans le cas des collections folkloriques, la promotion des centres urbains qui les abritent au rang de Weltstadt ne fonctionne naturellement pas – bien qu’il ne soit pas interdit d’imaginer qu’à partir de l’entre-deux-guerres, Bâle souhaite héberger le Musée suisse du folklore pour souligner son appartenance à la Confédération, face à la menace allemande.

25 Pittard, 1901, 18-19.

26 Reubi, 2011, 169.

27 Reubi, 2011, 97 et suiv.

28 Kaeser, 2006, 154.

29 Bloor, 1983 [1976], 27 et suiv.

30 Blanckaert, 2006, 147 ; Kaeser, 2006, 156 ; Reubi, 2011, 647-648.

31 Reubi, 2011, 266-271. Il importe peut-être de relever que ce rejet de la formation hors du musée s’inscrit dans une relation étroite de la formation et des universités dans le paysage suisse, qui s’observe pour toutes les disciplines (Tissot, 2005, 313). Dans le cas bâlois, pourtant, la situation est un peu plus complexe, puisque le musée compte comme l’une des institutions de l’université. Cependant, pour ses conservateurs, il vaut comme laboratoire plutôt que comme institut d’enseignement.

32 Bastian, 1885, 42.

33 La structure patricienne se fonde sur un groupe homogène d’individus issus des anciennes familles bourgeoises et représentant certaines catégories professionnelles, groupe qui se maintient en s’appuyant sur des stratégies matrimoniales endogames et des fortunes importantes. Dès 1791, l’exclusivité politique du patriciat urbain est cependant abolie, et ce dernier perd progressivement ses prérogatives officielles jusqu’à l’introduction, en 1874, du suffrage universel masculin (Sarasin, 1998, 102-113). Pourtant, si son pouvoir se voit ainsi formellement réduit, il n’en reste pas moins que l’efficience de sa structure persiste. De fait, si la structure patricienne bâloise n’existe plus en tant que telle à la fin du xixe siècle, elle domine de jure la vie politique bâloise jusqu’en 1874, qui marque la fin du régime des notables, sous lequel la fortune constitue un préalable à la reprise de mandats au gouvernement de la ville. Après cette date, les familles patriciennes continuent à dominer de facto la structure politique, bien sûr, mais également juridique, économique et culturelle (Sarasin, 1998, 119 ; plus généralement, sur la persistance des structures d’Ancien Régime au xixe siècle, voir Mayer, 1990).

34 Cannon, 1978, 137-165.

35 Ayant étudié en Suisse, les membres de cette nouvelle génération ne jouissent pourtant pas d’une formation qui débouche sur un diplôme en ethnographie. Au contraire, géographes ou naturalistes, ils attestent encore une fois l’absence de perspective disciplinaire des institutions ethnographiques helvétiques.

36 Reubi, 2011, 143 et suiv., 276.

37 Bachelard, 1973 [1934], 16.

38 Stabs PA 342, Lettre de Felix Speiser au Freiwilliger Museumsverein, 14 mars 1944.

39 Delachaux, Thiébaud, 1934, 135-137 ; Coombes, 1994, 43 et suiv.

40 Reubi, 2011, 603-604.

41 Rapports d’activité, Basler Museum für Völkerkunde, dès 1934.

42 Pour une première définition, voir Sarasin, Sarasin, 1893, 375-376. Voir également Speiser qui détourne cette définition, Stabs PA 212, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 2 septembre 1910. Pour Delachaux, l’ethnographie est l’étude de la culture matérielle, archives du musée d’Ethnographie de Neuchâtel (MEN) Angola 1, Rapport de Théodore Delachaux à la Commission du Musée ethnographique, 1931. Pour George Montandon (1914), l’ergologie est l’étude générale des caractères matériels d’une culture, l’ergographie en formant l’étude spéciale.

43 Ce vocable signifie naturellement bien davantage que ce à quoi il se réduit techniquement pour les ethnographes : populations qui marquent le chaînon entre le singe et l’homme ; plus tard, populations dépendant fortement de la nature – le Naturvolk ; enfin, populations sans écriture. On comprend en effet plutôt, très pragmatiquement, l’ensemble des populations sans écriture, intouchées par les Blancs, mais en contact suffisant avec des postes avancés du colonialisme pour ne pas mettre en danger l’ethnographe.

44 Rares sont ces chargés de mission, pendant la courte décennie au cours de laquelle le musée de Bâle jouit d’un crédit spécial pour acheter des collections. Les procédés de sélection sont en revanche semblables, puisqu’il s’agit toujours d’individus qui ne sont pas ethnographes, qui ont travaillé gracieusement pour l’institution et lui ont de surcroît offert des collections. De fait, ce sont les individus qui pratiquent la science ethnographique à la manière de la alte Herrschaft qui sont retenus.

45 Bourdieu, 2001, 134.

46 Schmidt, 1998, 40.

47 Ibid., 43.

48 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 15 décembre 1929.

49 Ibid., 6 août 1930.

50 Stabs PA 212 T 2, XXXI, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 15 juillet 1910.

51 Ibid., 2 septembre 1910.

52 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 6 août 1930.

53 Gonseth et al., 2002.

54 Speiser, 1926, 214.

55 Speiser, 1926, 15-17, 21 (je souligne).

56 Speiser, 1924 [1913], 75.

57 Montandon, 1913, 214.

58 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 31 mars 1930.

59 Schmidt, 1998, 159-160.

60 Daston, Galison, 2007, 115 et suiv.

61 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 31 mars 1930.

62 Stabs PA 212 T 2, XXXIII, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 19 novembre 1924. Je souligne.

63 Stabs PA 212 T2, XXXIV, Lettre de Felix Speiser à Fritz Sarasin, 20 août 1930.

64 Stocking, 1987.

65 Stocking, 1995a.

66 Stocking, 1996.

67 Handler, 2000.

68 Moore, 1988 ; Ortner, Whitehead, 1991.

69 Schlanger, 1992, 297-298 ; Blanckaert, 1995, 39-42.

70 Handler, 2000, 7.

71 Stocking, 1995b, 933, 940.

72 Kraus, 2004.

73 Gosden, Knowles, 2001.

74 De fait, si les tentatives pour penser la différence ont été multiples au sein des traditions européennes, elles restent le plus souvent décevantes car elles la considèrent comme un processus diachronique. Certes, dès Max Scheler (1924) et Karl Mannheim (1985 [1929] ; Frisby, 1983), puis Boris Hessen (1931) ou Robert Merton (1936), certains historiens et sociologues ont établi des rapports entre Weltanschauung et pensée (savante). Défendant une conception de la science comme savoir situé, ces penseurs suggéraient ainsi déjà implicitement la possibilité de l’existence de différentes manières de pratiquer et concevoir la science. Et la lecture de Thomas Kuhn (1983 [1970]) menait au même constat : à travers le concept de paradigme transparaissait l’idée que des objets et des phénomènes identiques peuvent s’inscrire dans des systèmes de pensées et des langages incommensurables. Pourtant, toutes ces réflexions, auxquelles peuvent s’ajouter celles portées sur les cultures épistémiques par Karin Knorr Cetina (1999), se posent toujours dans la diachronie.
Quelques auteurs ont cependant pensé la variété de la science dans la synchronie, mais il semble qu’ils recouvrent toujours deux cas de figure. Soit cette variété est appréhendée dans un rapport hiérarchique entre un centre et une périphérie, comme dans le cas des sciences périphériques (Pyenson, 1985 ; Gaggioli, 2004 ; Corry, 2005 ; Krige, 2006). Ces historiographies tentent de suivre la mise en pratique d’une science dans un contexte sociopolitique considéré comme périphérique. Soit cette variété est saisie par le concept des sciences ou des traditions nationales. Inspirée par Bloor et poursuivie par différents historiens portant un intérêt marqué à la dimension spatiale (Pyenson, 2002), cette catégorie s’applique particulièrement bien à l’examen des sciences humaines. Elle admet la variété de la science dans la synchronie et la possibilité d’une pluralité des savoirs et des pratiques dans un même cadre disciplinaire. Dans les faits, cependant, la tentation unitaire revient. Se concentrant sur les procédures qui mènent à la science unifiée, au niveau local ou national, les historiens agissent en réalité comme si le moment de la science multiple constituait un avant, un moment préscientifique sans intérêt, sinon pour déconstruire une identité nationale, comme dans une ultime variante des communautés imaginées de Benedict Anderson (1983). De fait, dans ces travaux, les sciences provinciales ne paraissent pas survivre au xixsiècle et les traditions nationales s’évanouissent au premier xxsiècle et les recherches se concentrent sur les processus de constitution des canons (Biaggoli, 1996 ; Schaffer, 1996 ; Selcer, 2009).

75 Gaggioli, 2004.

76 Corry, 2005, 173.

77 Chakrabarti, 2004 ; Harding, 2008 ; Raj, 2007.

78 Sibeud, 2002 ; Harries, 2007.

79 Daston, Galison, 2007, 41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Reubi, « Une histoire à part ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016, 191-223.

Référence électronique

Serge Reubi, « Une histoire à part ? », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1714 ; DOI : 10.4000/rhsh.1714

Haut de page

Auteur

Serge Reubi

Chercheur associé, Centre Marc-Bloch (Berlin)
Visiting Fellow, University of Cambridge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals