Navigation – Plan du site
Varia

Sciences sociales, Résistance et « mystique provinciale » à Toulouse sous le gouvernement de Vichy

Complexité et ambivalence des engagements (1930-1950)
Arnauld Chandivert
p. 225-252

Résumés

Cet article entreprend l’examen de l’histoire des sciences sociales, et particulièrement de l’ethnologie, à Toulouse durant la période du gouvernement de Vichy. Ce cas régional apparaît en effet intéressant pour analyser la complexité des trajets et prises de position à la fois scientifiques et politiques sur la période, permettant de dépasser les lectures dichotomiques (résistants ou pétainistes) au profit d’un examen de la notion d’ambivalence. Cette posture invite à une approche plus nuancée de la reconstruction des sciences sociales et de l’ethnologie à la Libération.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La revue paraît alors sous le titre d’Annales d’histoire sociale.

1Le premier numéro de la revue des Annales qui paraît à la Libération, en 19451, s’ouvre sur un texte de Lucien Febvre consacré à la mémoire de son ami et collègue Marc Bloch, résistant, fusillé par les nazis en 1944. Pour introduire son propos, Febvre s’interroge : y aurait-il eu deux Bloch, « celui de la Résistance, le Martyr ? Celui de l’Université, l’Historien ? », question qu’il évacue aussitôt.

  • 2 Febvre, 1945, 3.

Il n’y en a jamais eu qu’un. […] Le même quand, assis dans sa chaire, il faisait de l’histoire, son histoire, notre histoire, vivante et militante, ou quand, au front, par deux fois, il obéissait les armes à la main à l’appel profond que toute cette histoire remuait en lui. […] Non pas deux Bloch. Jamais deux Bloch, ils n’en font qu’un2.

  • 3 Berr, 1945, 7.

2Si, aujourd’hui, nous ne pouvons que souscrire aux propos de l’auteur évoquant les deux facettes, indissolublement liées, d’un engagement à la fois scientifique et idéologique où « l’homme valait l’historien3 », notre compréhension de cette dualité semble plus difficile quand les attitudes et les positions prises durant la Seconde Guerre mondiale sont plus complexes et conjuguent des orientations scientifiques mais aussi politiques dissemblables, voire apparemment contradictoires.

  • 4 Laborie, 2003, 32.

3L’examen des positions prises par différents universitaires et enseignants à Toulouse sous Vichy, et notamment de leur participation à la Résistance ou à l’élaboration d’un régionalisme méridional, offre un terrain intéressant pour explorer cette complexité, ainsi qu’en certains cas l’ambivalence de leurs engagements. Comme le rappelait Pierre Laborie, cette notion d’ambivalence, sans renoncer à tout jugement moral, permet « de ne plus penser seulement les contradictions en termes antinomiques – résistants ou pétainistes, gaullistes ou attentistes… – mais de les dépasser en s’interrogeant sur ce qu’elles cherchent à dire4 ».

  • 5 Faure, 1989.
  • 6 Fabre, 1997.
  • 7 Voir notamment Weber, 2000 et 2003.
  • 8 Muel-Dreyfus, 2004 ; Christophe, Boëll, Meyran, 2009 ; Anamnèse, 2012.

4Cet examen permet aussi de contribuer à l’histoire du régionalisme et du folklore sur la période, dossier qui a bénéficié de l’apport de nombreuses publications depuis l’ouvrage pionnier de Christian Faure5, conduisant à modifier certaines lignes analytiques sur ce sujet. Si les travaux de Faure soulignaient largement les compromissions de l’ethnologie du domaine français avec le pouvoir en place, d’autres plus récents ont notamment permis de nuancer ce propos. Daniel Fabre a pu ainsi, non seulement rappeler combien l’anthropologie s’est structurée durant cette période entre des alternatives évidentes (résister, à l’image du Réseau du musée de l’Homme, ou collaborer, à l’image de George Montandon), mais s’est aussi trouvée engagée dans des situations d’entre-deux, lorsqu’il s’agissait de maintenir des institutions dépendantes de l’État tout en gardant une distance avec celui-ci, voire en participant à la Résistance6. Florence Weber a de son côté signalé la « passion de la science » qui animait nombre d’acteurs, œuvrant au maintien de cette posture scientifique par-delà le contexte politique et idéologique de cette époque7. Alors que l’on perçoit aujourd’hui une intention d’éclairer l’histoire de l’ethnologie et des sciences sociales durant l’Occupation8, le cas toulousain semble un point d’appui intéressant pour progresser dans l’analyse de ces questions.

5En effet, l’intérêt porté à cette scène régionale toulousaine repose sur plusieurs caractéristiques spécifiques : l’existence d’un mouvement régionaliste bien implanté, conduisant à des proximités entre pratiques amateures et professionnelles de la science dont les rapports furent redéfinis suite à la mise en place du gouvernement de Vichy ; la présence de nombreux scientifiques renommés qui y exerçaient ou s’y sont repliés et qui, pour bon nombre d’entre eux, avaient pris des positions de défense du républicanisme et de condamnation du fascisme dans les années 1930 ; le développement d’un important programme régionaliste sous Vichy, orchestré par le préfet régional Léopold Cheneaux de Leyritz avec l’appui de spécialistes de différentes sciences sociales ; et l’existence de multiples réseaux de résistance, auxquels participaient de nombreux universitaires et intellectuels de premier plan ou appelés à le devenir.

  • 9 Weber, 2003, 271.

6Pour autant, la mise en parallèle des engagements dans la Résistance ou en faveur d’un régionalisme d’État serait de peu d’intérêt si elle se limitait à une juxtaposition d’attitudes et de choix dissemblables. Au contraire, en tenant dans un même mouvement analytique l’examen des actions d’opposition au régime et au nazisme et la participation au régionalisme sous Vichy, il devient possible de mettre à l’épreuve les lectures dichotomiques de ces deux formes d’engagement et donc d’aborder la complexité des positions scientifiques et idéologiques caractéristiques de cette période. Néanmoins, avant de traiter des années 1940, il convient de revenir sur la structuration du régionalisme et des sciences sociales à Toulouse avant-guerre, de manière à ne pas couper l’analyse de ces années de celles qui les précèdent et pour tenir compte d’évolutions que précipite l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Vichy – notamment concernant les rapports entre professionnels et amateurs de sciences. Enfin, l’examen du positionnement ambivalent de certains scientifiques sera utilisé dans une dernière partie pour limiter l’interprétation « de l’après-guerre uniquement en fonction de la guerre9 », dès lors que le caractère composite des trajectoires durant cette dernière incite à relativiser l’idée d’une rupture (entre des « bons » et des « mauvais », entre un avant et un après) induite par le conflit et ses conséquences.

Régionalismes, érudition, folklore et université régionale avant-guerre : proximités et distinctions

  • 10 Académie des jeux floraux, Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, Socié (...)
  • 11 Le Félibrige est un mouvement littéraire né au milieu du xixe siècle en Provence autour de Frédéric (...)
  • 12 Sur la question du recrutement social de ces sociétés, qui diffère pour partie de celui des académi (...)

7Outre l’existence de sociétés et académies ayant déjà quelque ancienneté et participant à la célébration des gloires du Midi toulousain10, le développement des sociétés d’études locales comme du régionalisme littéraire et culturel s’est clairement opéré durant les dernières décennies du xixsiècle. En effet, on a alors assisté à la création de plusieurs écoles du Félibrige à Toulouse et dans les départements voisins11. Parallèlement, de nombreuses sociétés d’érudition virent le jour, autant dans la capitale régionale que dans les départements proches là encore. Composées de bourgeois conservateurs ou de membres du clergé certes, mais surtout d’une élite capacitaire de professions libérales et d’employés des administrations publiques (principalement dans l’enseignement)12, bénéficiant du soutien actif des radicaux sous la IIIRépublique, ces sociétés littéraires et culturelles s’inséraient dans la vie érudite et savante régionale, grâce notamment aux proximités existant avec les milieux universitaires. En effet, loin d’être coupés du monde de l’érudition régionaliste, les enseignants des facultés toulousaines siégeaient fréquemment dans les sociétés les plus prestigieuses, au sein desquelles ils occupaient des fonctions importantes (présidence ou présidence de commission, direction de revue).

  • 13 À la fin des années 1920, l’université de Toulouse était la troisième université française avec plu (...)
  • 14 Émile Cartailhac a inauguré le premier enseignement universitaire de préhistoire en France en 1882 (...)
  • 15 Célestin Bouglé a occupé une chaire de philosophie sociale à Toulouse de 1900 à 1908, Paul Fauconne (...)
  • 16 Cavalier, 1921, 7. L’auteur était alors recteur de l’Académie et président du Conseil de l’Universi (...)
  • 17 Laferté, 2006a.
  • 18 Bouglé, 1905, 19.

8Ces rapports de proximité conduisirent aussi à l’intégration des perspectives régionalistes au sein de l’université, recréée suite à la réforme de 1896. Celle de Toulouse et sa faculté des lettres se sont fortement développées à partir de cette période13. Cette dernière, auparavant dans l’ombre de celle de droit, devint un centre intellectuel d’importance où enseignaient plusieurs représentants d’écoles scientifiques alors novatrices, qu’il s’agisse d’Émile Cartailhac et d’Henri Bégouën pour la préhistoire14 ou de Célestin Bouglé et Paul Fauconnet pour la sociologie durkheimienne15. Cette entrée en scène de scientifiques inscrits dans des écoles et des débats d’ordre national s’est couplée au renforcement de l’ancrage régional d’une université qui entendait s’adapter « aux préoccupations ou aux intérêts, non seulement de la ville même, mais de toute la Région16 ». En effet, parallèlement à cette ébauche de nationalisation du marché scientifique et de celui des postes, on assistait à la création d’un marché secondaire et de cours ayant un intérêt régional17, soutenus à Toulouse par la municipalité et le conseil général. Apparaissait alors le souhait que les facultés « achèvent, précisent et systématisent, en s’offrant à guider méthodiquement leurs recherches, l’œuvre pieuse des sociétés locales » selon Célestin Bouglé18. En 1914, la création d’un Institut d’études méridionales, à l’initiative de plusieurs professeurs dont Joseph Anglade (chaire de langue et littérature méridionales), Joseph Calmette (chaire d’histoire méridionale) et Émile Cartailhac (chargé d’un cours libre de préhistoire), vint parachever ce travail d’intégration du régionalisme sous couvert de la légitimité universitaire. Pour autant, cette prise en charge ne conduisait pas à une scission entre ces différents univers savants, qui restaient proches et participaient d’un même monde social, celui d’une notabilité intellectuelle.

  • 19 Laferté, 2009a.

9Ces proximités ont notamment permis un premier rapprochement entre le folklore et les activités des universitaires. Jusqu’avant la Première Guerre mondiale, il n’apparaissait pas encore comme un objet de recherche légitime pour ces derniers19. Son étude, si elle avait retenu l’attention de quelques personnages reconnus nationalement comme Gaston Paris ou Henri Gaidoz, n’était pas diffusée dans les facultés et restait le fait des sociétés locales ou régionales, qui entreprenaient les premières enquêtes à son sujet et l’inscrivaient au rang de leurs activités sociales, en organisant des manifestations autour de ce thème. Néanmoins, les croisements entre les mondes sociaux de l’érudition, du régionalisme et des activités universitaires conduisaient certains enseignants à se trouver proches de ces questions de folklore, qui commençaient à susciter leur intérêt.

  • 20 Laferté, 2006b.
  • 21 Elle a par exemple bénéficié d’un accueil très favorable de la part d’Albert Demangeon ou d’André A (...)
  • 22 Ainsi, Daniel Faucher donnait des cours à la Société de géographie de Toulouse dans les années 1930 (...)

10Cette situation d’ensemble a fortement évolué dans l’entre-deux-guerres, donnant lieu à une mise à distance scientifique et politique grandissante de l’érudition régionaliste, suite à la professionnalisation et à la spécialisation de certains champs d’étude. On assiste tout d’abord dans les années 1920 à l’émergence d’un régionalisme se présentant comme moderne, centré sur l’économie, critique des conceptions antérieures perçues comme focalisées sur les seules « vieilles choses du passé ». Ce régionalisme économique, inspiré des travaux de l’École française de géographie20 et institutionnalisé dans le Midi toulousain suite à la création de la Région économique de Toulouse et des Pyrénées en 1921, était soutenu par des universitaires comme le géographe Daniel Faucher, obtenant un poste à Toulouse en 1926 et y développant très rapidement une féconde école de géographie, dans le sillage de Vidal de la Blache et de Raoul Blanchard, son maître grenoblois. Dès son arrivée, Faucher a créé un Institut de géographie, lancé et relayé des enquêtes, organisé des excursions et fondé en 1929 la Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, qui a rapidement acquis une bonne renommée21. Le développement de ce régionalisme « moderne » et de cette école géographique dans les années 1920 et 1930 repositionnait fortement l’espace des producteurs de description du territoire. Il ne s’agissait plus de se contenter de célébrer « l’âme » et le pittoresque de la région, mais de comprendre son organisation économique et géographique, en bénéficiant des travaux de spécialistes dont l’entrée en lice renvoyait l’érudition au rang d’amateurisme22.

  • 23 Barthélémy, Weber, 1989.
  • 24 Fabre, 1992 ; Müller, Weber, 2003 ; Weber, 2003 ; Laferté, 2006b ; Müller, 2009.
  • 25 Laferté, 2009b.
  • 26 Laferté, 2009a.

11Parallèlement, l’intérêt de Daniel Faucher pour la géographie rurale et la notion de « genre de vie », dans une période de partage de problématiques entre différentes écoles scientifiques23, l’a conduit à se trouver proche des milieux qui participaient à la requalification à la fois scientifique et républicaine du folklore entreprise dans les années 1930 – il fut membre du comité d’organisation du Congrès international de folklore qui eut lieu à Paris en 1937. En effet, on assiste à cette période et au niveau national à une tentative de définition de cet objet comme domaine d’études légitime, référé à un positivisme durkheimien. Cette opération engageait à la fois les tenants de l’École des Annales (Marc Bloch et surtout Lucien Febvre), la seconde génération de l’École française de géographie (Albert Demangeon notamment) et certains héritiers du durkheimisme (Marcel Mauss, René Maunier, mais aussi de jeunes chercheurs formés par des durkheimiens, comme Marcel Maget ou André Varagnac). Cette rénovation scientifique du folklore s’appuyait alors sur différentes institutions comme la Société de folklore français et de folklore colonial, la Commission des recherches collectives de l’Encyclopédie française dirigée par Lucien Febvre, ou encore la jeune équipe du musée des Arts et Traditions populaires (Georges Henri Rivière, André Varagnac)24. Il s’agissait de faire de ce domaine une science à part entière, avec pour conséquence de fortement modifier la distribution des légitimités savantes. Ainsi, les travaux des associations et académies locales ou régionales firent l’objet d’une sélection accrue. De plus, suite au congrès de 1937, le folklore fut divisé selon une distinction entre ses visées scientifiques ou « appliquées à la vie sociale », les premières gardant une certaine primauté25. D’un point de vue politique, cette ambition, portée par des chercheurs fortement engagés contre la montée du fascisme dans l’Europe des années 1930 et investis pour nombre d’entre eux dans le Front populaire, permettait aussi d’arracher le folklore aux milieux sociaux perçus comme conservateurs qui s’étaient jusque-là chargés de son étude26.

  • 27 Soit un ensemble de disciplines (histoire, géographie, sociologie et ethnologie principalement) por (...)
  • 28 La municipalité toulousaine a basculé du radicalisme au socialisme en 1906, la domination socialist (...)
  • 29 Arrighi, 2007.
  • 30 Professeur de philosophie au lycée de Toulouse de 1936 à 1940.
  • 31 Professeur de philosophie à la faculté des lettres en 1936 et 1937.
  • 32 Professeur de lettres à la faculté à partir de 1937, militant socialiste.
  • 33 Professeur de langue et littérature anglaises nommé en 1924 et devenu doyen de la faculté de lettre (...)
  • 34 Professeur d’allemand, ancien chef de cabinet de Jean Zay entre 1937 et 1938 et nommé à Toulouse ap (...)

12Ce lien entre positions scientifiques et politiques était aussi perceptible à Toulouse au-delà de la géographie et du folklore ou de ce que l’on peut appeler de manière plus générale les sciences sociales métropolitaines27. Dans le cours des années 1930, la ville était en effet devenue le lieu d’implantation grandissante d’un milieu intellectuel et scientifique républicain ancré à gauche, dans une capitale régionale où la domination radicale avait cédé le pas face à la montée du socialisme28. L’existence de ce milieu constitué d’universitaires et de professeurs de lycée est notamment visible lors de certains temps forts, à l’image des positions prises face à la guerre d’Espagne. L’un des centres de gravité de ce réseau d’engagement était alors Silvio Trentin, Italien, professeur de droit et député libéral vénitien exilé suite à la montée du fascisme, devenu libraire à Toulouse en 193629. Sa librairie était le lieu de rencontre de nombre d’intellectuels, à l’image de Daniel Faucher, de Georges Canguilhem30, de Vladimir Jankélévitch31, de Raymond Naves32, de Paul Dottin33 ou de Pierre Bertaux34. Nombre d’entre eux se sont notamment investis en faveur du soutien aux réfugiés espagnols en 1939, Faucher et Canguilhem animant par exemple le Comité universitaire toulousain des amis de l’Espagne républicaine, créé cette même année.

Les sciences sociales à l’heure des choix : sciences républicaines et Résistance, sciences régionalistes et maréchalisme ?

  • 35 Voir notamment le témoignage d’Edgar Morin dans Autocritiques (Morin, 1970).

13Au tout début des années 1940, ce milieu toulousain d’engagements républicains et antifascistes s’est trouvé renforcé suite à l’arrivée de professeurs et universitaires démobilisés ou quittant la zone occupée. Georges Friedmann est ainsi arrivé à Toulouse à la fin de l’été 1940. Jean-Pierre Vernant a occupé le poste de Georges Canguilhem à la fin de cette même année, retrouvant Ignace Meyerson, en délégation de l’EPHE et chargé d’un cours de psychologie expérimentale à la faculté des lettres. Vladimir Jankélévitch quitta Lille où il était en poste et revint dans la Ville rose après son exclusion de la fonction publique, suite à la promulgation de la loi de 1940 sur le statut des juifs. Daniel Faucher prit en charge un comité d’assistance aux réfugiés, secondé par le jeune Edgar Morin35. Jean Cassou, ancien membre du cabinet de Jean Zay lui aussi, éphémère conservateur du musée national d’Art moderne révoqué par Vichy en 1940, membre du réseau du musée de l’Homme, rejoignit début avril 1941 son beau-frère Vladimir Jankélévitch suite au démantèlement de ce réseau. La présence de ces nombreux enseignants, universitaires et intellectuels constitua dès lors un terrain fertile pour le développement d’actions de résistance.

  • 36 Selon l’expression utilisée par les membres d’une association de régionalisme littéraire et culture (...)
  • 37 Sur son engagement politique dans les années 1920-1930, voir Gouarné, 2013.

14Au même moment, c’est-à-dire au début 1941, on assistait aux premiers essais d’organisation des activités régionalistes, promues comme composante de la Révolution nationale. Cette organisation faisait appel à de nombreux membres des sociétés et associations déjà en place, qui virent en elle un « magnifique rayon d’espérance filtr[ant] à travers un présent ténébreux36 » et la possibilité de regagner des positions perdues lors des décennies précédentes. Très rapidement, la préfecture régionale a fortement centralisé ce mouvement, en créant plusieurs structures ad hoc, et notamment un Bureau du régionalisme dont la direction fut confiée à André Varagnac, alors conservateur adjoint du musée national des Arts et Traditions populaires, acteur central de la rénovation scientifique du folklore des années 1930, marqué par un engagement politique de gauche37. Plus encore, la centralisation régionale du régionalisme méridional s’est appuyée sur un certain nombre d’universitaires en poste à Toulouse.

15Peut-on ainsi considérer que les événements de la guerre, de la défaite et de l’installation du gouvernement de Vichy ont précipité une division fortement dualiste de l’engagement des scientifiques et universitaires alors présents à Toulouse, entre évidence de l’entrée dans la Résistance et contribution à la mise en œuvre d’un régionalisme d’État ? Pour répondre à cette question, il s’agira tout d’abord de rappeler que cette entrée dans la Résistance reposait sur un certain nombre de déterminants. Plus encore, cette lecture dualiste est contredite par l’existence de participations croisées à ces deux espaces d’action a priori antinomiques. Dès lors, comment les représentants du régionalisme scientifique républicain qui s’était structuré avant-guerre pouvaient-ils s’associer aux activités organisées par la préfecture et composer, dans le même temps, avec la reconnaissance grandissante accordée aux amateurs de sciences, politiquement conservateurs, dont ils s’étaient distingués antérieurement ?

L’absence de choix comme évidence ? Sciences républicaines et Résistance

  • 38 Sur ce point, voir le témoignage de Jean-Pierre Vernant dans Vernant, 2004. Voir aussi Douzou, 1997 (...)
  • 39 La capacité à se poser en sujet libre d’effectuer des choix définis sur le mode d’une autocontraint (...)

16Pour nombre d’enseignants, universitaires et intellectuels républicains présents à Toulouse au début des années 1940, l’entrée dans la Résistance fut perçue comme relevant d’un choix de nécessité38. S’il reposait lui-même à l’évidence sur certaines conditions sociales39, ce choix s’est traduit en des actions qui associaient posture scientifique et opposition au régime.

17Ces engagements scientifiques prirent notamment forme en mai 1941, lorsque Ignace Meyerson, révoqué de l’enseignement depuis décembre 1940, créa à Toulouse une Société d’études psychologiques regroupant de nombreux universitaires de cette ville. Tout d’abord présidée par Henri Vallois, professeur d’anatomie à la faculté de médecine, puis par Daniel Faucher à partir de début 1942, cette société regroupait alors de nombreux universitaires qui s’engageront par la suite dans la Résistance : Meyerson en était l’administrateur, Vernant le secrétaire alors que Dottin, Naves, Jankélévitch faisait notamment partie de son conseil d’administration. Elle comptait aussi parmi ses membres le préhistorien Henri Bégouën.

  • 40 Selon Meyerson qui rapporte ces propos dans Journal de psychologie normale et pathologique, 1948, 1 (...)
  • 41 Voir notamment les comptes-rendus de l’activité de la société dans le Bulletin de l’Université et d (...)

18La seconde séance de cette société, le 23 juin 1941, donna lieu à la tenue d’une « Journée de psychologie et d’histoire du travail et des techniques » dont Ignace Meyerson était l’organisateur. Le programme de cette journée réunit notamment Meyerson, Faucher, Friedmann, Mauss et Febvre (ces deux derniers n’étant pas présents mais ayant réussi à faire passer leurs communications à travers la ligne de démarcation) ainsi que Bloch, qui effectuait à cette occasion ce qu’il a appelé « un voyage d’amitié intellectuelle40 ». Par la suite, Ignace Meyerson comme Vladimir Jankélévitch, bien que révoqués de l’enseignement, ont continué à animer cette société – on trouve des traces de leur présence jusqu’en 1942, liée au soutien du doyen Dottin41.

  • 42 Voir Bégouën, 1940a et 1940b, 12.
  • 43 Le texte a été publié dans Estebe, 1996, 319-340. Je cite ici la page 327. Sur les activités de Jan (...)

19Le recours à la science servit aussi la dénonciation de l’idéologie racialiste, qui visait principalement le régime nazi. Ainsi, en juillet et novembre 1940, le préhistorien Henri Bégouën critiquait le racisme et l’antisémitisme, considérant que ce dernier, « tel qu’on le conçoit dans certains milieux est, au point de vue anthropologique, une véritable hérésie scientifique. […] Il n’y a pas de race juive, au sens anthropologique du terme42 ». Plus tard, en mai 1944, un fascicule dénonçant Le mensonge raciste fut distribué dans la capitale régionale. Édité à 4 000 exemplaires, imprimé en cachette, il réunissait trois contributions anonymes : Étienne Borne, professeur de philosophie, offrait une critique serrée des thèses de Mein Kampf. Vladimir Jankélévitch dénonçait l’absurdité du racisme et de l’antisémitisme au travers d’une « psycho-analyse », alors que Daniel Faucher s’attachait à démontrer la non-scientificité de la raciologie nazie, concluant qu’« il n’y a pas de race “supérieure”43 ».

  • 44 En effet, la présence en zone Sud de nombreux étudiants français ou étrangers (belges notamment dan (...)
  • 45 Sur ce point, voir Rigal, 1998, 76.
  • 46 Sur l’activité de Faucher et de Dottin pendant la guerre à l’endroit des juifs, voir notamment le j (...)
  • 47 Selon ce que relate un de ses compagnons de résistance lors d’un hommage rendu à sa mort – CRDP, 19 (...)

20Au-delà de ces usages de la science, les attitudes et actions de résistance ont aussi concerné l’institution universitaire proprement dite. Ces actions durent beaucoup au doyen Dottin ainsi qu’à Faucher et furent notamment orientées vers les étudiants, extrêmement nombreux durant les années de guerre44 : opposition de Dottin à la perquisition par la police des fichiers les concernant45, non-respect du numerus clausus de 3 % d’étudiants juifs décrété par Vichy en juin 1941, production de faux certificats de baptême46. Dès 1941, Paul Dottin intervenait par ailleurs auprès des autorités en faveur de Pierre Bertaux, arrêté par la police de Vichy. Bien que n’appartenant à aucun réseau établi, il a aussi participé, tout comme Daniel Faucher, à l’organisation d’une chaîne d’évasion passant par les Pyrénées47.

  • 48 Sur son action dans la Résistance, voir notamment Docquiert, 1970 et Lamazères, 1999.
  • 49 Sur le mouvement Libération sud, voir Douzou, 1995.
  • 50 Sur les activités de Jean-Pierre Vernant durant cette période, voir Benamou, 2002, Altier, no 168, (...)

21Plus largement, de nombreux universitaires et enseignants présents à Toulouse, comme Naves, Vernant, Meyerson, Friedmann ou encore Bertaux se sont illustrés dans la Résistance. Raymond Naves, militant SFIO avant-guerre, y participa sur la base d’un engagement politique, devenant membre du Comité d’action socialiste, organe du Parti socialiste clandestin48. Prévu pour être maire de Toulouse à la Libération, il fut arrêté en février 1944 et mourut à Auschwitz en mai. Pour ce qui est de Jean-Pierre Vernant, son orientation vers la résistance est apparue de manière assez précoce : dès son séjour à Narbonne suite à sa démobilisation durant l’été 1940, il placardait avec son frère des affiches anglophiles ou hostiles au régime. Il s’est ensuite installé à Toulouse alors que son frère Jacques obtenait un poste à Clermont-Ferrand, où se trouvait l’université de Strasbourg repliée et notamment Jean Cavaillès, proche du couple Raymond et Lucie Aubrac, eux-mêmes proches d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie, fondateur du mouvement « Libération ». Par cet intermédiaire, et alors que Jean-Pierre Vernant connaissait Lucie Aubrac avant-guerre, il est entré dans le mouvement fin 1941, chargé d’organiser des groupes paramilitaires49. Il devint ensuite successivement chef départemental de l’Armée secrète, des Corps francs de Libération puis des FFI, participant au premier plan à la libération de Toulouse50. Ignace Meyerson, toujours proche de Jean-Pierre Vernant, entre dans la clandestinité après novembre 1942. Il prit notamment en charge le journal de l’Armée secrète du Sud-Ouest.

  • 51 Sur ce réseau, voir notamment Blumenson, 1979 et, pour des publications récentes, Hogenhuis, 2009 e (...)
  • 52 Sur ce passage de Boris Vildé à Toulouse, voir Goubet, Debauges, 1986, 21 ; Arrighi, 2005, 400-402  (...)
  • 53 Sur ces retrouvailles, voir Cassou, 1981.
  • 54 Sur ce point, voir Bertaux, 2000.
  • 55 Voir Amalric, 2004, 30-31.

22De son côté, Georges Friedmann a participé dès le début 1941 au réseau du musée de l’Homme51, Boris Vildé, l’un des animateurs de ce réseau, lui demandant d’être son représentant à Toulouse. Ce dernier s’est d’ailleurs rendu dans la Ville rose en février 1941 et y a rencontré Georges Friedmann, Silvio Trentin, Georges Canguilhem ou encore Camille Soula52. Suite au démantèlement du réseau, Jean Cassou s’est installé à Toulouse, retrouvant Georges Friedmann53. Tous deux ont alors participé au réseau mis en place autour de Bertaux, qui organisait les premiers parachutages en région toulousaine54. Friedmann n’est pas inquiété lors de l’arrestation de ses membres (dont Bertaux et Cassou) en décembre 1941. Il a retrouvé Jean Cassou à sa sortie de prison en juin 1943, celui-ci étant chargé d’organiser le Commissariat de la République qui devait être installé à la Libération. Mais la structure fut finalement dirigée par Pierre Bertaux, libéré en décembre 1943, suite à la blessure de Jean Cassou lors de la libération de Toulouse55.

  • 56 Arrighi, 2005 et 2007.
  • 57 Wieviorka, 1995.
  • 58 Pour une analyse des engagements dans la Résistance utilisant notamment les outils de l’histoire so (...)
  • 59 À l’image de Raymond Aron, professeur de philosophie à la faculté des lettres de Toulouse pendant u (...)
  • 60 Altier, 2005, 39.
  • 61 Ibid., p. 40.
  • 62 Docquiert, 1970, 59.
  • 63 Cassou, 2001 [1954], 39.

23Alors que Silvio Trentin avait fondé de son côté le mouvement « Libérer et Fédérer » en 194256, on pourrait croire que l’ensemble des réseaux scientifiques et intellectuels antifascistes présents à Toulouse à la fin des années 1930 et au tout début des années 1940 s’est finalement engagé dans la Résistance. Cependant, ces choix n’avaient en soi rien d’évident57. Contre l’idée d’une décision libre, individuelle et s’imposant comme une nécessité, de nombreux déterminants sociaux en fondaient les conditions de possibilité : engagements républicains antérieurs, voire plus radicalement contestataires, retraduits en termes scientifiques ; combats contre la montée du fascisme en Europe avant-guerre ; situation de victime de discriminations politiques ou liées au statut de juif, etc.58. De plus, d’autres trajets étaient possibles : Raymond Naves, proche des milieux socialistes dans l’entre-deux-guerres, s’engage dans la Résistance alors même qu’une grande partie des élus socialistes toulousains choisit la voie d’un ralliement à Pétain ; des intellectuels juifs comme Georges Friedmann ou Vladimir Jankélévitch restent en France alors que d’autres prennent le chemin de l’Angleterre ou des États-Unis59. Enfin, ces déterminants sociaux à l’entrée dans la Résistance produisaient leurs effets dans une situation où les lignes de partages idéologiques antérieures se trouvaient à la fois brouillées et redéfinies, polarisées par le contexte de répression et la clandestinité qu’il imposait. Comme le notait Jean-Pierre Vernant, « tous ceux qui ont participé à la Résistance en sont sortis autres, différents de ce qu’ils étaient à l’entrée. Ils ont vu à côté d’eux, proches d’eux, des gens que peut-être politiquement ou sur un plan religieux, ils attaquaient autrefois60 ». Et le caractère quelque peu hors-norme – au sens premier du terme – de ces expériences conduisait aussi à des formes de dualité : « vie double, dichotomie, presque un côté malade d’avoir deux identités61 » ; « l’aventure [de l’entrée dans la Résistance] offre ses aspects inattendus de jeu, de déguisement […]62 » ; « période d’une nature unique, hétérogène à toute autre réalité […], presque un songe63 ». Mais ce qui vaut pour la Résistance : situation historique brouillée, dualité, garde-t-il un sens pour les adeptes du maréchalisme ?

Sciences sociales et « mystique provinciale »

24Si l’on constate donc une présence active des universitaires et intellectuels dans la Résistance toulousaine, elle est aussi perceptible dans le cadre des activités régionalistes et folkloriques promues par le préfet régional Léopold Cheneaux de Leyritz, appliquant l’esprit de la Révolution nationale. Cette présence n’est pas surprenante en soi, si l’on tient compte des tendances perceptibles au sein même de l’université avant-guerre (Institut d’études méridionales, voire Institut de géographie). Néanmoins, compte tenu du caractère composite du régionalisme dans les années 1920-1930, il convient d’examiner cette participation avec précision, de manière à en saisir les modalités et la portée.

  • 64 Abrate, 1987 et 2009.
  • 65 Sur ces analyses, voir aussi Noiriel, 1999.

25La majorité des sociétés et académies toulousaines a accueilli avec une certaine ferveur l’arrivée au pouvoir du maréchal Pétain. Cet accueil n’était pas nécessairement évident a priori. En effet, au-delà d’un consensus sur les vertus de la petite patrie, des luttes de définition étaient clairement perceptibles entre différentes tendances dans l’entre-deux-guerres. Ces luttes opéraient au sein de certaines composantes (comme dans le cas du régionalisme littéraire félibréen toulousain64) ou entre elles. Malgré des raisons variables selon les positions, l’accueil accordé au gouvernement de Vichy et au Maréchal fut néanmoins unanime. Cette unanimité et les espoirs placés dans un régime venant de reconnaître les thématiques du régionalisme comme composante centrale de la Révolution nationale étaient fortement liés aux processus mentionnés précédemment et qui, dans les décennies antérieures, avaient conduit à un déclassement relatif de l’érudition provinciale et de ses activités. Dès lors, la reconnaissance opérée par le gouvernement, en brouillant les ordres de légitimité, fournissait une fenêtre, si ce n’est de revanche, au moins de reconquête possible de certaines positions perdues65.

  • 66 La Dépêche du Midi, édition du 7 novembre 1940.
  • 67 Réunion du 27 juin 1941 des délégués des commissions de propagande régionaliste de la région de Tou (...)
  • 68 Lettre de Daniel Faucher au recteur Deltheil, 11 octobre 1941. Archives départementales de la Haute (...)

26L’on assistait aussi à l’entrée de ce régionalisme d’État à l’université. Comme le notait le maréchal Pétain lors de sa venue à Toulouse en novembre 1940, cette dernière « a et aura encore un grand rôle dans l’œuvre de redressement national qui s’impose66 ». Ainsi, Raymond Rey, professeur d’archéologie, Henri Bégouën, chargé de cours de préhistoire, et Daniel Faucher participèrent à la Commission départementale de propagande régionaliste de la Haute-Garonne, créée fin 1940 et présidée par Léopold Cheneaux de Leyritz, alors préfet de ce seul département. Raymond Rey, spécialiste de l’archéologie méridionale et de l’histoire de l’art du Moyen Âge, intégra une « Sous-commission d’architecture et d’esthétique régionale » présidée par Pierre de Gorsse, avocat fortement impliqué dans la vie académique toulousaine, chargé de mission sur ce thème par le préfet. Bégouën travaillait de son côté à la création d’une fédération régionale des sociétés savantes. Faucher s’investit dans « la question du régionalisme à l’école67 ». Il prépara aussi avec quelques collègues une exposition sur les œuvres régionalistes de l’université en novembre 194168. À la fin de ce même mois, l’université participait à l’organisation de « journées régionalistes » aux côtés de Cheneaux de Leyritz, devenu préfet régional, et d’un Bureau du régionalisme qui lui était rattaché. La « propagande régionaliste » acquit à cette période une autre dimension.

  • 69 Lettre du préfet de la Haute-Garonne au préfet de l’Ariège du 18 avril 1941. Archives départemental (...)
  • 70 Selon les propos d’un journaliste de La Dépêche du Midi, édition du 24 avril 1941.

27Les actions en ce domaine ont en effet été rapidement canalisées par le préfet Cheneaux de Leyritz. Dès avril 1941, il entreprenait de coordonner à Toulouse certains aspects de l’activité régionaliste des départements voisins69. Il fut nommé préfet régional à la fin de ce même mois, « consécration d’un état de fait antérieur à la décision du gouvernement70 ». Très rapidement, il a travaillé à ce que l’on peut appeler une régionalisation de l’activité régionaliste, qu’il a centralisée autour de la préfecture régionale et notamment du Bureau du régionalisme, créé en août 1941. André Varagnac, conservateur adjoint du musée des Arts et Traditions populaires, membre actif de la Société de folklore français et de folklore colonial comme de la Commission des recherches collectives dans les années 1930, alors détaché dans le Midi par son ministère de tutelle, fut nommé directeur de ce bureau à partir d’octobre 1941.

28Dès lors, les activités toulousaines, qui devaient avoir comme objectif la création d’une véritable « mystique provinciale » selon Léopold Cheneaux de Leyritz, ont regroupé les représentants de tendances différentes et loin d’être accordées : scientifiques antifascistes avant-guerre, spécialistes des genres de vie, de la région ou du folklore et critiques du « provincialisme » régionaliste (Faucher, Varagnac) ; universitaires impliqués dans l’étude du fait régional (Faucher et Rey entre autres) ; et représentants du régionalisme littéraire et culturel des sociétés et académies dont l’orientation conservatrice, bien que relative, était néanmoins évidente. On perçoit ainsi combien la promotion du régionalisme comme composante de l’idéologie d’État va tendre à remettre en cause le système de distinctions qui s’était constitué avant-guerre. Cette situation permet une analyse des mécanismes d’évolution des positions, notamment de celles des scientifiques, confrontés à autant qu’engagés dans la mise en œuvre régionale de l’idéologie maréchaliste. La période 1941-1943 est particulièrement intéressante à cet égard, compte tenu du foisonnement des initiatives et du travail d’organisation opéré par le Bureau du régionalisme.

Autonomie scientifique et contraintes politiques

  • 71 Historien, chartiste, Joseph Calmette bénéficiait d’une certaine reconnaissance auprès des animateu (...)
  • 72 Rapport de J. Calmette au recteur Deltheil, non daté mais lié à la préparation de ces journées régi (...)
  • 73 « Note sur l’Exposition des terroirs régionaux et de la jeunesse », ADHG, fonds du cabinet du préfe (...)
  • 74 L’abbé Salvat était diplômé de l’Institut d’études méridionales. Aux côtés de Prosper Estieu, il av (...)
  • 75 Jérôme Carcopino était alors ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse.
  • 76 Varagnac, 1941, 221-222.

29L’organisation des « journées régionalistes » de novembre 1941 dut beaucoup à André Varagnac, Daniel Faucher et Joseph Calmette (professeur d’histoire méridionale)71, ce dernier notant combien elles devaient permettre de « cultiver la tradition provinciale pour mieux servir l’unité profonde de la patrie72 ». André Varagnac permit notamment l’utilisation « des méthodes mises au point par le musée national des Arts et Traditions populaires » pour l’organisation d’une « exposition des terroirs régionaux et de la jeunesse », Toulouse prenant la suite de réalisations similaires à Montauban et Auch en juin et septembre 194173. Daniel Faucher et Joseph Calmette s’investirent dans le Congrès interrégional de linguistique et de phonétique occitanes (du 30 novembre au 6 décembre 1941), organisé par André Varagnac avec l’aide de l’abbé Salvat, directeur du Collège d’Occitanie74, de manière à établir des liens avec l’univers du régionalisme littéraire. En effet, la spécificité de ce congrès, outre qu’il était placé sous le haut patronage de Jérôme Carcopino75 et du préfet Cheneaux de Leyritz, tenait au fait que « les savants de chaque spécialité devaient [y] trouver l’occasion de se rencontrer avec d’autres catégories de spécialistes de la langue d’oc : les félibres et les éducateurs. On sait que de telles rencontres, lorsque pour la première fois on les suscite, peuvent être envisagées par certains non sans quelque réserve. Ainsi eut-on recours à la subdivision du programme des travaux en trois sections », consacrées à la recherche historique, aux méthodes et procédés du Félibrige, et aux questions pédagogiques76.

  • 77 Ce congrès eut lieu du 24 au 28 mai 1942.
  • 78 Laferté, 2006b et 2009b.

30Ce principe d’organisation, repris en 1942 lors du congrès de musicologie populaire occitane77, différait de celui retenu pour le congrès international de folklore de 1937 par exemple, qui, comme mentionné précédemment, avait opéré une distinction entre folklore scientifique et folklore appliqué à la vie sociale tout en donnant une certaine primauté à la scientificité78. Là, il s’agissait clairement d’opérer des liaisons – la structure de la manifestation conduisant du scientifique au pédagogique en passant par la méthodologie – et d’organiser des rencontres entre « spécialistes », malgré les « réserves » de ceux dont la légitimité semblait alors la plus établie. Pour autant, au-delà du brouillage des frontières résultant de l’établissement de ces liaisons, on perçoit tout de même la permanence d’une primauté scientifique, qui doit permettre d’encadrer ce glissement vers la pédagogie.

  • 79 André Varagnac transmettait un rapport d’activité mensuel au préfet régional et soumettait toute in (...)

31Ce schéma général de répartition des positions dans la participation à la mise en œuvre de l’idéologie régionaliste d’État, où le maintien d’une certaine autonomie scientifique passait par l’établissement de liens et le développement de pratiques qui en limitaient la portée, se retrouve de manière plus générale dans l’ensemble de l’organisation des activités du Bureau du régionalisme. C’est André Varagnac, directeur de ce bureau d’octobre 1941 à fin mars 1943, qui s’est chargé de la majeure partie de ce travail d’organisation. Le foisonnement des initiatives dans les domaines du théâtre, de la radio, des sciences, de l’éducation et de l’encadrement de la jeunesse, de la muséographie, de la vie académique, etc., fut centralisé de manière pyramidale suite à la création de commissions ad hoc et de fédérations rattachées au bureau, lui-même directement relié au cabinet du préfet régional79. La composition de ces commissions et fédérations révèle l’entrecroisement caractéristique de la période entre les domaines du régionalisme folklorique comme activité scientifique ou comme idéologie d’action, le folklore servant alors de technique de gouvernement, de contrôle social. Mais, parallèlement, elle montre aussi la permanence des positions dans la répartition des affiliations à chacun de ces domaines.

  • 80 Les enquêtes auxquelles participait la fédération provenaient principalement du musée des Arts et T (...)

32L’examen du cas de la fédération des sociétés savantes créée en 1942 permet notamment de cerner le processus déjà signalé de maintien des frontières de la légitimité scientifique malgré l’évolution des cadres sociaux de sa mise en œuvre – encadrement politique puissant, entrée en scène plus affirmée des « amateurs » de science et des pratiques sociétaires ou académiques. Les trois postes de président, secrétaire et trésorier étaient tenus par des professeurs d’université (soit Joseph Calmette, Daniel Faucher et Étienne Perreau, professeur à la faculté de droit). La fédération s’inscrivait comme relais intermédiaire dans la division à la fois méthodologique et géographique du travail scientifique caractéristique des années 1930 et perdurant sous Vichy, en servant d’appui pour la diffusion de questionnaires d’enquête aux sociétés qui lui étaient affiliées80. Elle entreprenait aussi ses propres travaux – sur l’outillage agricole traditionnel notamment, confié à un jeune collaborateur de Faucher – ou servait à encadrer les activités scientifiques de l’Association traditionniste de la Haute-Garonne, qui regroupait les instituteurs du département, autres relais de l’organisation du travail scientifique avant-guerre. Enfin, elle appuyait des initiatives particulières, comme une enquête sur le droit populaire menée par Georges Boyer, professeur à la faculté de droit, qui s’inspirait des travaux de René Maunier, président de la Société de folklore français formé à l’Institut d’ethnologie.

  • 81 Bégouën était président de la section de préhistoire, Rey de celle d’archéologie/histoire de l’art, (...)
  • 82 Fédération des sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Compte rendu généra (...)

33Lors de son premier congrès d’études organisé en mai 1943, la grande majorité des présidences de section étaient tenues par des universitaires81. Ces derniers ont aussi largement défini les problématiques à traiter – ainsi, la section de géographie était centrée sur le thème des types de maisons rurales, dans le prolongement des liens entre Albert Demangeon et Daniel Faucher sur cette question avant-guerre. Accueillant les congressistes, Faucher « formule le vœu que les séances de ce congrès […] servent la cause des sciences et de la vie régionale en général. […] Il espère que ces réunions annuelles, en rapprochant à la fois les sociétés et les chercheurs, provoqueront des échanges de vues de la plus haute importance pour l’étude d’ensemble de certains problèmes82 ». Or, ce sont les « chercheurs » qui, en tant que spécialistes, discutaient du bien-fondé des positions développées par les représentants de sociétés savantes dans leurs communications. Les « rapprochements » ne conduisaient donc pas à la redéfinition des échelles de l’autorité et ne mettaient pas fin aux volontés de coordination scientifique des activités d’érudition qui étaient déjà perceptibles dans les décennies antérieures.

34Pour autant, on ne saurait oublier que, dans le domaine du folklore, si l’organisation de la recherche caractéristique de l’entre-deux-guerres perdure, elle conduit à s’appuyer sur des relais très directement liés à l’idéologie d’État, allant jusqu’à transformer les Compagnons de France en enquêteurs. On perçoit ici clairement la rupture avec les années 1930, lorsque la diffusion des enquêtes nationales s’appuyait sur des comités locaux ou régionaux qui adoptaient une définition perçue comme novatrice du folklore, essayant ainsi de contourner les sociétés et académies de provinces. Plus encore, on ne saurait oublier combien le maintien d’une forme d’autonomie scientifique, perceptible dans la structure d’organisation des congrès, dans la répartition des affiliations aux organismes nés du « projet culturel méridional de Vichy », s’opérait grâce à l’obtention de moyens d’action directement fournis par le gouvernement : en février 1944, le Maréchal accorde une subvention de 75 000 francs à la fédération des sociétés savantes, ce dont son président l’en remercie vivement.

  • 83 Faure, 1989.
  • 84 Maget, 1993, 95.
  • 85 Selon Isaac Chiva à propos du cas de Georges Henri Rivière (Chiva, 1985, 77).
  • 86 Sur ce refus d’une « histoire jugée » dans le traitement de l’histoire des sciences, voir notamment (...)
  • 87 Pour reprendre le mot de Jean Jamin (Jamin, 1988, 481).

35Ainsi, cette lecture conduit à remettre en cause l’alternative structurant généralement l’interprétation de cette période : condamnation des compromissions83 ou « minimum de révérence dû à tout pouvoir en place84 », accompagné d’un détournement des institutions et de leurs moyens « pour protéger des hommes et conduire des travaux à ce jour recevable85 ». Laissant de côté les jugements sur l’histoire86, il apparaît pour le moins que l’ethnologie de la France, discipline « sous influence » idéologique87 et à l’assise institutionnelle alors limitée, est l’un des lieux où l’on peut percevoir, dans toute sa puissance et poussé à ses extrêmes, le processus d’entrecroisement entre autonomie scientifique et déterminations sociopolitiques constitutif d’une définition sociale des sciences sociales et de leur histoire. Plutôt que d’évoquer l’heure des choix, alternative structurée sur l’opposition entre résister ou collaborer, il me semble pertinent de plaider pour un examen de l’ambivalence et de la complexité des engagements sous Vichy. De ce point de vue, l’analyse des parcours de Daniel Faucher et d’André Varagnac est éclairante, le premier compte tenu de ses positions à la fois dans la Résistance et dans le régionalisme, le second compte tenu des proximités a priori perceptibles entre ses travaux et l’idéologie de la Révolution nationale.

Complexité et ambivalence des engagements. De Vichy à l’après-guerre

  • 88 Lettre de Cheneaux de Leyritz à Faucher du 10 décembre 1943 et arrêté de nomination. ADHG, fonds Da (...)
  • 89 Voir notamment les différents brouillons relatifs à cette réorganisation. ADHG, fonds Daniel Fauche (...)
  • 90 Lettre de Daniel Faucher au préfet régional datée du 29 novembre 1943. ADHG, fonds Daniel Faucher, (...)
  • 91 Note sur le programme d’action du Bureau du régionalisme adressée au préfet régional le 25 juillet (...)

36Interpréter l’implication de Daniel Faucher à la fois dans la Résistance et dans la mise en œuvre du régionalisme méridional pourrait conduire à considérer que la seconde servait de couverture à la première. Néanmoins, cette analyse ne permet pas de comprendre pourquoi il s’est investi à ce point dans les activités développées autour de la préfecture régionale. En effet, si André Varagnac a quitté la direction du Bureau du régionalisme en mars 1943, remplacé par celui qui était son adjoint, rattaché au personnel de la préfecture, c’est finalement Daniel Faucher qui a occupé ce poste à partir de décembre 1943. Il est alors chargé par Léopold Cheneaux de Leyritz de la « coordination de l’action des institutions et organismes de caractère régionaliste88 ». Il prit sa tâche au sérieux, travaillant notamment à la réorganisation du Bureau89. En effet, selon lui, celui-ci « peut être un bureau d’études et un organisme d’action. En aidant à son fonctionnement, on participe à l’organisation de la France de demain. J’ai trop souhaité et depuis longtemps une division régionale de la France […]90 ». Outre l’organisation des différentes institutions regroupées par le Bureau, Daniel Faucher travaille alors à l’élaboration d’un « programme d’action économique et sociale » transmis au préfet régional (qui n’est plus Léopold Cheneaux de Leyritz) fin juillet 1944, c'est-à-dire un mois avant la libération de Toulouse91.

37L’interprétation de cet engagement renvoie pour partie à ce que Florence Weber a appelé une « passion de la science » :

  • 92 Weber, 2000, 463.

Travailler, maintenir l’institution, accumuler des matériaux, poursuivre la tâche entreprise avant la guerre sans relâcher les exigences scientifiques, c’était aussi empêcher les « autres », ceux des « amateurs » dont les convictions s’accommodaient de l’humeur du moment, d’occuper le champ des institutions officielles, de prendre une revanche scientifique à l’occasion de la conjoncture politique92.

  • 93 Faucher, 1942, 390.

38Mais cette passion était aussi très pragmatique, comme l’évoquait Daniel Faucher rendant compte en 1942 de l’activité de l’Institut de géographie qu’il dirigeait : « nous nous sommes efforcés de ne rien laisser perdre de ce qui s’offrait à nous pour maintenir l’influence de l’Institut de Géographie93 ». Loin de relever d’une forme de schizophrénie, éclaté entre la participation à la Résistance et la mise en œuvre du régionalisme méridional, son itinéraire durant cette période troublée apparaît tout à fait cohérent. L’unité d’un engagement scientifique républicain, antifasciste et régionaliste conduit à une inscription puissante sur deux scènes fortement différenciées, celles de la Résistance et du régionalisme maréchaliste. L’heure des choix se combine ici directement à l’ambivalence des engagements.

  • 94 Sur ces positions maréchalistes, voir notamment Fabre, 1997 et Meyran, 2002.
  • 95 Voir supra.

39L’idée de cette dualité cohérente ne semble pas pouvoir s’appliquer au cas d’André Varagnac, souvent présenté comme celui par qui le folklore scientifique républicain des années 1930 se serait compromis avec l’idéologie vichyste. À la différence de Daniel Faucher, il va en effet tenir des propos clairement maréchalistes, notamment dans la Revue de folklore français et de folklore colonial94, ou mettre en place des expositions des terroirs et de la Révolution nationale95. De plus, ses positions scientifiques à cette période semblent directement en adéquation avec les principes de l’idéologie d’État, l’ensemble justifiant l’enquête menée sur son compte à la Libération.

  • 96 Laborie, 1990.

40Cependant, son itinéraire durant cette période n’est pas aussi évident qu’il y paraît. Tout d’abord, son attitude maréchaliste, guidée par un patriotisme de redressement, est perceptible au début du régime puis va en s’amenuisant, suivant en cela l’évolution d’une bonne partie de l’opinion publique96. De plus, il prit aussi contact début 1941 avec Albert Grenier, alors titulaire de la chaire d’histoire des antiquités nationales au Collège de France, pour lancer une collection – qui ne verra jamais le jour – de manuels destinés aux enseignants primaires. Cette collection devait toucher à des questions de connaissance de la France et de sa diversité interne, dans le sens des instructions ministérielles d’octobre 1940, qui encourageaient l’entrée du régionalisme à l’école. Le titre prévu était « Pour la France, par la science ». Grenier accepta la collaboration qui lui était proposée, bien qu’il ait paru plus distant que Varagnac à l’égard du régionalisme. Tous deux prirent contact avec Marc Bloch pour qu’il apporte sa contribution sur le thème de la « formation de la France ». Celui-ci donna son accord et répondit à Grenier, et par son intermédiaire à Varagnac, en ces termes :

  • 97 Copie de la lettre de Marc Bloch à Albert Grenier du 28 février 1941, fonds Varagnac, MSH de Dijon, (...)

C’est un bel acte de courage, à l’heure actuelle, que d’inviter un homme de mon nom à écrire une brochure sur la formation de la France. J’entends d’ici certains hebdomadaires ! Ce n’est assurément pas cela qui me gène ; et je n’ai pas besoin de vous dire que, de votre part et de celle de Varagnac, le geste n’a rien pour m’étonner. Je tenais simplement à ne pas vous laisser ignorer que j’en comprends parfaitement la portée et qu’il me touche beaucoup97.

  • 98 Meyran, 2009, 201-202.
  • 99 Varagnac, 1943.

41Dès lors qu’une lecture unilatérale des positions d’André Varagnac ne semble pouvoir être retenue, il resterait à tenir compte des « accointances », selon le mot de Régis Meyran, perceptibles entre ses positions analytiques et l’idéologie de la Révolution nationale. Sur ce point, je ne peux que suivre les positions de l’auteur, qui considère qu’il n’y eut pas de rapport nécessaire entre le pétainisme d’André Varagnac et ses théories folkloriques : « Il semble plutôt qu’on puisse recouper ces deux thématiques, mais sans pouvoir les faire parfaitement coïncider98. » Ainsi, dans un article paru en 1943 dans la revue Pyrénées, il évoque l’idée d’une décadence des traditions comme la possibilité de s’y ressourcer au travers d’une quête de l’authenticité des origines99. Néanmoins, ces idées ne sont pas expressément référées au revivalisme d’État. Elles correspondent à une amplification de positions analytiques perceptibles à la fin des années 1930 et qui seront développées après-guerre, notamment dans sa thèse sur « Civilisation traditionnelle et genre de vie » (1948).

  • 100 Christophe, 2009, 225-227.
  • 101 Sur ce qui précède concernant l’évolution de ses positions idéologiques et analytiques et sur sa te (...)
  • 102 Notamment le fait d’avoir prévenu Camille Soula de son arrestation imminente grâce à des informatio (...)

42Plus encore, différents éléments semblent établir une participation de sa part à la Résistance et ce dès fin 1940100. Cependant, leur examen requiert une certaine prudence. En effet, il s’agit d’un ensemble d’attestations fournies par des proches suite à l’examen de son cas par la Commission d’épuration des Beaux-Arts à la Libération. Si André Varagnac a tendu par la suite à exagérer son implication dans la Résistance101, une de ces pièces semble indubitable. Il s’agit d’une lettre manuscrite rédigée sur un papier à en-tête du journal Liberté, « organe du mouvement révolutionnaire socialiste Libérer et Fédérer », rédigée par un de ses anciens collaborateurs, rattaché au Bureau du régionalisme et entré dans la Résistance. Elle mentionne les quelques services d’André Varagnac envers cette dernière102 et développe sur son action au sein de ce Bureau :

  • 103 Lettre de Paul Rolland à André Varagnac du 29 octobre 1944, fonds André Varagnac, MSH de Dijon, AV2 (...)

Je vous suis reconnaissant, ainsi que le sont les milieux occitans, du bon travail que vous avez fait à Toulouse en organisant le Bureau du régionalisme qui, pour la première fois, a eu un caractère nettement scientifique [souligné], ce qu’on avait jamais vu dans les milieux félibréens, où trop d’imbéciles, que vous avez écartés, croyaient faire quelque chose, sans se rendre compte de la nullité de leurs élucubrations103.

43On retrouve donc ici le travail de contention évoqué précédemment, exercé par ces scientifiques à l’égard des « amateurs » proches de l’idéologie de la Révolution nationale et de ses institutions régionales. L’examen des cas de Daniel Faucher et André Varagnac conduit ainsi à des conclusions qui permettent de comprendre comment il était possible de continuer à faire de la science sous, voire avec Vichy, tout en maintenant une cohérence vis-à-vis d’engagements antérieurs – bien que cette cohérence soit plus difficile à saisir pour le cas d’André Varagnac, compte tenu du glissement qu’il opère entre des positions marquées à gauche avant-guerre et d’autres beaucoup plus conservatrices après le conflit. Cette prise en compte de la complexité des parcours et positions scientifiques sous Vichy appelle à mon sens une analyse nuancée de certains aspects de la reconstruction des sciences sociales après-guerre.

  • 104 Weber, 2003.
  • 105 Marcel Maget fut un personnage important de la redéfinition à la fois théorique et méthodologique d (...)
  • 106 Fabre, 1997, 378.

44Sans minorer l’existence de transformations plus générales dépassant la seule séquence 1939-1945 comme de continuités entre l’avant et l’après-guerre, nombre d’analyses ont insisté sur le rôle charnière de la période du gouvernement de Vichy dans l’histoire de l’ethnologie de la France ou, plus généralement, des sciences sociales métropolitaines. Ainsi, on assisterait à la Libération et dans les années 1950 à un éclatement des alliances disciplinaires établies dans l’entre-deux-guerres autour de thématiques (le folklore), d’objets (principalement ruraux), de problématiques et d’outils conceptuels spécifiques (la transformation des genres de vie notamment) et de pratiques méthodologiques (l’enquête par réseaux d’informateurs)104. L’ethnographie métropolitaine, selon la dénomination retenue à la Libération, fut alors confrontée à différentes scissions : départ d’André Varagnac de son poste au musée des Arts et Traditions populaires vers le musée des Antiquités nationales en 1946, puis séparation en deux temps entre Marcel Maget et Georges Henri Rivière105. Et la discipline dans son ensemble fut aux prises avec une « inexprimable catharsis » qui a conduit toute une génération à « dénier et conjurer les dérives, les tentations voire les impuissances qui furent les siennes pendant l’Occupation106 ». Si ces tendances centrales d’évolution semblent établies, il convient pourtant de prendre en compte certains éléments de moindre ampleur susceptibles de nuancer ce portrait peut-être un peu trop tranché. Le format de cet article ne permettant pas de développer une histoire fouillée de la reconstruction des sciences sociales à la Libération, ne seront évoqués que quelques éléments relatifs aux activités des réseaux scientifiques dont il vient d’être question, pour signaler combien la période de l’Occupation n’a pas nécessairement rompu le fil en regard des pratiques des années 1930. Plus encore, certaines activités scientifiques nées sous Vichy ont pu être reprises, voire développées, dans le contexte de l’après-guerre. Avant cela, il s’agira tout d’abord de comprendre, à partir du cas d’André Varagnac, comment des phénomènes liés à la Libération et aux années qui l’ont suivie ont pu être lus comme résultant de positions prises sous le gouvernement de Vichy.

  • 107 Ce dernier lui rappelle l’existence de leurs rapports hiérarchiques dans une lettre de fin 1941 – a (...)
  • 108 La commission a finalement levé toute poursuite à leur encontre.
  • 109 Sur ces points, voir Chandivert, 2015. Varagnac a gardé après-guerre de bonnes relations avec diffé (...)

45Après son départ de Toulouse en 1943, André Varagnac a rejoint Paris et repris ses activités auprès d’Henri Berr et de Lucien Febvre – au Centre international de synthèse et à proximité des Annales – plutôt qu’auprès de Georges Henri Rivière, conservateur de son institution d’affectation, le musée des Arts et Traditions populaires. Ses relations avec ce dernier se sont en effet fortement détériorées durant son passage à Toulouse. Profitant de la bipartition des activités du musée entre les zones Nord et Sud et de sa position au Bureau du régionalisme, André Varagnac a en effet joué sur cette autonomie de fait pour s’instituer comme le représentant du musée dans cette partie de la France, quasi égal de son supérieur107. Parallèlement, Georges Henri Rivière, éloigné de son adjoint avec qui les rapports devenaient tendus, a donné toute sa confiance à son collaborateur le plus proche, Marcel Maget. Cette situation a conduit André Varagnac à profiter de la Libération pour dénoncer Georges Henri Rivière à la commission d’épuration, avec pour ambition de prendre sa place, les défenseurs de ce dernier reportant l’accusation sur son propre cas108. Plus encore, son glissement progressif vers des positions scientifiques idéologiquement conservatrices, clairement perceptibles dans ses travaux après-guerre, ont permis une critique de son passéisme réactionnaire, ce qui validait dans le même temps l’idée d’un « passé trouble » associé à son séjour à Toulouse109. Sous cet angle, et suite au brouillage produit par l’ambivalence de ses engagements toulousains, finissait par s’imposer l’idée que son parcours après-guerre était lié à son attitude lors de la période antérieure plutôt qu’à celle qui fut la sienne à la Libération.

  • 110 Lucien Febvre en était toujours le président et André Varagnac le secrétaire général.
  • 111 Febvre, 1946, 202.
  • 112 Febvre, 1947.
  • 113 Bromberger, 1987. Sur ces questions et sur les activités scientifiques évoquées ici, voir aussi Mül (...)
  • 114 Compte rendu d’activité du Bureau du régionalisme, mai 1944. ADHG, M 1524, Cabinet du préfet, Régio (...)

46Coupé du musée des Arts et Traditions populaires, André Varagnac s’est donc tourné vers Lucien Febvre, dont il était un collaborateur depuis le milieu des années 1930 et la création de la Commission des recherches collectives (CRC). Si, à la Libération, l’ombre de Marc Bloch dominait les sciences sociales métropolitaines, Lucien Febvre demeurait le point d’appui central de leur mise en œuvre effective. Loin de tout enfermement disciplinaire, il bénéficiait de l’aide de différents collaborateurs et notamment du trio Fernand Braudel, Charles Morazé et Georges Friedmann. Dès la fin du conflit, il donnait son appui – grâce à l’entremise d’André Varagnac – à une institution directement inscrite dans la continuité des formes d’organisation de la recherche caractéristiques des années 1930, la Société française des historiens locaux (SFHL), créée à Roanne pendant la guerre par le folkloriste Paul Fortier-Beaulieu. Cette société soutenait et organisait des recherches collectives par réseaux d’informateurs en lien direct avec la CRC, qui reprit ses activités à la Libération110, ainsi qu’avec le Centre international de synthèse. Ainsi, fin 1946, ce dernier lançait avec l’appui de cette société une enquête sur « la succession des circonscriptions sur un même coin de terre ». Le centre s’offrait ainsi « à orienter, à grouper les travailleurs, à les mettre en relation les uns avec les autres, à centraliser les résultats obtenus, à en faire dégager ensuite le sens et la portée par des maîtres aussi éminemment qualifiés » qu’Albert Grenier, Raymond Lantier ou Gabriel Le Bras, membres du bureau de la SFHL111. Lucien Febvre rédigeait alors des « Instructions générales pour assurer l’unité des recherches », publiées dans le bulletin de cette même société112. Ainsi, ces entreprises relativisent l’idée d’un glissement « du grand au petit » après-guerre dans l’échelle d’appréhension des phénomènes, soit le passage des vastes enquêtes par questionnaires aux monographies113. Plus encore, à cette époque, l’enquête n’était que la reprise d’un projet né pendant la guerre et qui était parvenu dès mai 1944 au Bureau du régionalisme en provenance du Centre de synthèse – sans doute par l’intermédiaire de Varagnac114.

  • 115 Cette nomination est due à Dottin (devenu recteur) et Bertaux (commissaire de la République pour la (...)
  • 116 Il quitta Toulouse en 1951 suite à sa nomination comme directeur d’études à la VIe section de l’EPH (...)
  • 117 Sur cette société, voir Mazon, 1988. L’expression « section toulousaine » est due à Lucien Febvre ( (...)
  • 118 Faucher et Wolff, 1951, 1-2.
  • 119 Lettre de Georges Friedmann à Daniel Faucher du 19 décembre 1949. ADHG, fonds Daniel Faucher, 103 J (...)

47Ce lien entre recherches « centrales » et régionales dans le direct après-guerre était aussi perceptible à Toulouse, avec la création de l’Association Marc-Bloch de Toulouse, Association pour l’histoire de la civilisation. Celle-ci, qui voit le jour en décembre 1947, était dirigée par Daniel Faucher, nommé doyen de la faculté des lettres à la Libération115. Ses deux vice-présidents furent Georges Boyer, professeur de droit lui aussi nommé doyen, et Ignace Meyerson, qui avait repris son enseignement à Toulouse116. Cette association apparaît comme une « section toulousaine » de l’Association Marc-Bloch fondée en janvier 1947 autour de Lucien Febvre et de Charles Morazé117. Fidèle à l’esprit de Marc Bloch, l’objectif de cette antenne toulousaine était de servir « le développement des sciences humaines » en brisant les barrières entre elles, tout en opérant des liens avec « des personnalités non universitaires que leur expérience pratique mettait aux prises avec des problèmes humains de même nature que ceux dont se préoccupent ces sciences », correspondants avec lesquels il serait possible de lancer « des travaux collectifs »118. Ces ambitions signalent combien la période de Vichy n’a pas produit de coupure totale entre professionnels et amateurs de sciences, coupure que l’on pourrait croire renforcée par le mouvement de spécialisation de la recherche qui prend forme à la Libération, dont témoigne la montée en puissance de l’organisation en laboratoires. Lucien Febvre fut présent à Toulouse en 1948 pour inaugurer les travaux de cette association. De même, Fernand Braudel, Charles Morazé et Georges Friedmann firent le déplacement entre 1949 et 1950. La venue de ce dernier conduisit nécessairement à la double évocation du souvenir de Marc Bloch et des années de guerre, ce dont il s’ouvrait à Daniel Faucher dans une lettre précédant son passage dans la Ville rose : « Vous savez peut-être les liens qui m’attachent au souvenir de Marc Bloch, que je connaissais bien et que j’avais vu souvent, à Montpellier et ailleurs, durant les premières années de l’occupation. […] Je n’ai pas besoin de vous dire combien je suis heureux de revenir à Toulouse où m’appellent tant de souvenirs émouvants et d’amitiés119. »

  • 120 Müller, 1994, 39.

48Ayant accompli « dans toute sa noblesse l’unité républicaine du savant et du citoyen120 », le sacrifice de Marc Bloch appartenait alors autant à l’histoire des sciences sociales en train de se reconstruire, à la fois sur de nouvelles bases et dans la continuité d’entreprises préalables, qu’à une mémoire d’un proche passé dont les ambivalences et les dualités s’effaçaient au profit d’une unité retrouvée et de l’apparition de nouvelles divisions. Sans doute est-ce à partir de cette ombre devenue tutélaire, à laquelle rendent hommage autant Lucien Febvre, Georges Friedmann qu’André Varagnac ou Daniel Faucher, que doivent aujourd’hui se développer des recherches portant sur l’histoire de l’ethnologie de la France et des sciences sociales métropolitaines après-guerre, essayant d’embrasser avec justesse les ruptures et continuités avec l’entre-deux-guerres, les effets complexes de la période de Vichy et la reconstruction volontaire et tâtonnante de la Libération.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Archives départementales de l’Ariège, Foix
– 5 W 15, Régionalisme.

Archives départementales de la Haute-Garonne (ADHG), Toulouse
– 2559 W 164, Cabinet du recteur, séances de rentrées des facultés, 1940-1943.

Fonds du cabinet du préfet Cheneaux de Leyritz
– M 1508, Régionalisme.
– M 1524, Régionalisme.

Fonds Daniel Faucher
– 103 J 6, Correspondance universitaire 1936-1956.
– 103 J 18, Régionalisme.

Archives de la Maison des sciences de l’Homme de Dijon

Fonds personnel de chercheur : André Varagnac
– AV2/75, Recours gracieux.

Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine

Fonds du musée national des Arts et Traditions populaires
– 20130147/163, Dossiers documentaires dits « personnes », André Varagnac.

Références bibliographiques

Abrate, L., 1987, Le mouvement des idées dans les milieux occitanistes au xxe siècle, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Rolande Trempé, université Toulouse Le Mirail.

Abrate, L., 2009, « Les milieux occitanistes et la culture nationale, 1936-1945 », dans Christophe, J. et al. (dir.), Du folklore à l’ethnologie, Paris, Éditions de la MSH, p. 145-154.

Altier, 2005, numéro spécial Hommage à Jean-Pierre Vernant, 168.

Amalric, J.-P., 2004, « “Terribles et grandioses” : les années toulousaines de Georges Friedmann », dans Grémion, P., Piotet, F. (dir.), Georges Friedmann. Un sociologue dans le siècle, Paris, CNRS Éditions.

Anamnèse, 2012, Les sociologues sous Vichy.

Andrieu, C., 2012, « La Résistance comme mouvement social », dans Pigenet, M., Tartakowsky, D. (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France, xixe-xxe siècles, Paris, La Découverte, p. 415-426.

Anonyme, Quatre-vingtième anniversaire de monsieur Daniel Faucher, Toulouse, 10 février 1962.

Arrighi, P., 2005, Silvio Trentin, un combat politique en Vénétie, en Gascogne et dans le Midi toulousain, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Rémy Pech, université Toulouse Le Mirail.

Arrighi, P., 2007, « Silvio Trentin et le mouvement de résistance Libérer et Fédérer : de la résistance vers la révolution », Guerres mondiales et conflits contemporains, 226, p. 121-130.

Barthélémy, T., Weber, F., 1989, Les campagnes à livre ouvert, Paris, Presses de l’ENS/Éditions de l’EHESS.

Bégouën, H., 1940a, Allocution prononcée lors de la visite du Centre universitaire belge au muséum d’histoire naturelle de Toulouse, le samedi 27 juillet 1940, Toulouse, Imprimerie du Sud-Ouest.

Bégouën, H., 1940b, Leçon d’ouverture du cours d’archéologie préhistorique, 13 novembre 1940, Toulouse, Stendhal.

Benamou, G.-M., 2002, C’était un temps déraisonnable : les premiers résistants racontent, Paris, Pocket.

Benech, P., 2007, « Jean-Pierre Vernant », La 10e cohorte, 12, p. 9-12.

Berr, H., 1945, « In memoriam », Revue de synthèse, 19, p. 5-10.

Bertaux, P., 2000, Mémoires interrompus, Paris, PIA.

Blanc, J., 2010, Au commencement de la Résistance. Du côté du Musée de l’Homme 1940-1941, Paris, Seuil.

Blumenson, M., 1979, Le réseau du Musée de l’Homme : les débuts de la Résistance en France, Paris, Seuil.

Bouglé, C., 1905, « La vie des facultés des lettres en province », Revue des Pyrénées, 1, p. 5-27.

Bromberger, C., 1987, « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire de l’ethnologie de la France », dans Chiva, I., Jeggle, U. (dir.), Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, Éditions de la MSH, p. 67-94.

Cassou, J., 1981, Une vie pour la liberté, Paris, Robert Laffont.

Cassou, J., 2001 [1954], La mémoire courte, Paris, Mille et une nuits.

Cavalier, J., 1921, « L’Université de Toulouse et la région », La région de Toulouse et des Pyrénées, 1, p. 4-9.

Chaline, J.-P., 1995, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

Chandivert, A., 2015, « André Varagnac et les contraintes de l’histoire », Ethnologie française, 45-1, p. 167-174.

Chiva, I., 1985, « Georges-Henri Rivière. Un demi-siècle d’ethnologie de la France », Terrain, 5, p. 76-83.

Christophe, J., 2009, « Georges-Henri Rivière aux commandes du département des ATP », dans Id. et al. (dir.), Du folklore à l’ethnologie, Paris, Éditions de la MSH, p. 217-229.

Christophe, J., Boëll, D.-M., Meyran, R. (dir.), 2009, Du folklore à l’ethnologie, Paris, Éditions de la MSH.

Centre régional de documentation pédagogique (CRDP), 1965, Le recteur Paul Dottin (1895-1965), Toulouse, CRDP.

Cubero, J., 2005, La Résistance à Toulouse et dans la Région 4, Luçon, Éditions du Sud-Ouest.

Docquiert, H., 1970, Églantine et vert-de-gris, Paris, Édition à compte d’auteur.

Douzou, L., 1995, La désobéissance : histoire d’un mouvement et d’un journal clandestins, Paris, Odile Jacob.

Douzou, L., 1997, « L’entrée en résistance », Le mouvement social, 180, p. 9-20.

Duffau, M.-T., 2006, « Jankélévitch à Toulouse : clandestinité et résistance », Bulletin de littérature ecclésiastique, 2, p. 225-236.

Estebe, J., 1996, Les juifs à Toulouse et en Midi toulousain au temps de Vichy, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Fabre, D., 1992, « Le Manuel de folklore français d’Arnold Van Gennep », dans Nora, P. (dir.), Les Lieux de mémoire, III, Les France, 2, Traditions, Paris, Gallimard, p. 641-675.

Fabre, D., 1997, « L’ethnologie française à la croisée des engagements (1940-1945) », dans Boursier, J.-Y. (dir.), Résistants et Résistance, Paris, L’Harmattan, p. 319-400.

Faucher, D., 1942, « L’Institut de géographie en 1941-1942 », Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, p. 390-391.

Faucher, D., Wolff, P., 1951, « L’association Marc Bloch de Toulouse », Bulletin de l’association pour l’histoire de la civilisation, 1, p. 1-2.

Faure, Ch., 1989, Le projet culturel de Vichy, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Febvre, L., 1945, « De l’histoire au martyr : Marc Bloch (1886-1944) », Annales d’histoire sociale, 1, p. 1-10.

Febvre, L., 1946, « Limites et frontières », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 2, p. 201-207.

Febvre, L., 1947, « Instructions générales pour assurer l'unité des recherches sur le mode de représentation des limites anciennes », Bulletin de la Société française des historiens locaux, 4, p. 1-2.

Febvre, L., 1953, « L’association Marc Bloch à Toulouse », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 3, p. 431-432.

Federini, F., 2006, Écrire ou combattre. des intellectuels prennent les armes (1942-1944), Paris, La Découverte.

Gouarné, I., 2013, L’introduction du marxisme en France. Philosoviétisme et sciences humaines, 1920-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Goubet, M., Debauges, P., 1986, Histoire de la Résistance dans la Haute-Garonne, Toulouse, Milan.

Hogenhuis, A., 2009, Des savants dans la Résistance : Boris Vildé et le réseau du Musée de l’Homme, Paris, CNRS Éditions.

Jamin, J., 1988, « L’histoire de l'ethnologie est-elle une histoire comme les autres ? », Revue de synthèse, p. 7-12, 469-484.

Laborie, P., 1990, L’opinion française sous Vichy, Paris, Seuil.

Laborie, P., 2003, « 1940-1944. Les Français du penser double », dans Id., Les Français des années troubles, Paris, Desclée de Brouwer, p. 25-36.

Laferté, G., 2006a, « Le marché secondaire des postes universitaires. Gaston Roupnel ou les contraintes du recrutement local dans l’entre-deux-guerres », dans Bleton-Ruget, A. , Poirrier, Ph. (dir.), Le temps des sciences humaines. Gaston Roupnel et les années trente, Paris, Éditions le Manuscrit/MSH de Dijon, p. 199-219.

Laferté, G., 2006b, La Bourgogne et ses vins. Image d’origine contrôlée, Paris, Belin.

Laferté, G., 2009a, « L’appropriation différenciée des études folkloriques par les sociétés savantes : la science républicaine rétive au folklore ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 20, p. 129-162.

Laferté, G., 2009b, « Tensions et catégories du folklore en 1937 : folklore scientifique, folklore appliqué, folklore touristique et commercial », dans Christophe, J. et al. (dir.), Du folklore à l’ethnologie, Paris, Éditions de la MSH, p. 77-89.

Lamazères, G., 1999, Pierre Bourthoumieux, vie et mort d’un résistant socialiste toulousain, Paris, L’Harmattan.

Maget, M., 1993, « À propos du Musée des arts et traditions populaires de sa création à la Libération », Genèses, 10, p. 90-107.

Martel, Ph., 1992, « Le Félibrige », dans Nora, P. (dir.), Les Lieux de mémoire, III, Les France, 2, Traditions, Paris, Gallimard, p. 567-611.

Mazon, B., 1988, Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécénat américain, 1920-1960, Paris, Cerf.

Meyran, R., 2002, Folklore, « genres de vie » et Révolution nationale : les revues d’ethnologie et l’ethnologie dans les revues sous le Régime de Vichy (1940-1944), rapport pour la Mission du patrimoine ethnologique.

Meyran, R., 2009, « André Varagnac et l’archéocivilisation : un théoricien de la culture naturelle », dans Christophe, J. et al. (dir.), Du folklore à l’ethnologie, Paris, Éditions de la MSH, p. 193-204.

Morin, E., 1970, Autocritiques, Paris, Seuil.

Muel-Dreyfus, F., 2004, « La rééducation de la sociologie sous le régime de Vichy », Actes de la recherche en sciences sociales, 153, p. 65-77. 

Müller, B., 1994, « Marc Bloch, historien, citoyen et résistant », dans Gueslin, A. (dir.), Les facs sous Vichy, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif central, p. 39-50.

Müller, B., 2009, « Écrire le folklore : les réponses aux enquêtes de la Commission des recherches collectives de l’Encyclopédie française », dans Christophe, J. et al. (dir.), Du folklore à l’ethnologie, Paris, Éditions de la MSH, p. 29-48.

Müller, B., Weber, F., 2003, « Réseaux de correspondants et missions folkloriques », Gradhiva, 33, p. 43-56.

Noiriel, G., 1999, Les origines républicaines de Vichy, Paris, Hachette.

Pestre, D., 1995, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales. Histoire, sciences sociales, 3, p. 487-522.

Prost, A. (dir.), 1997, « Pour une histoire sociale de la Résistance », Le Mouvement social, 180.

Rigal, S., 1998, Université et universitaires à Toulouse des années trente à la Libération, mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de Pierre Laborie, université Toulouse Le Mirail.

Varagnac, A., 1941, « Chronique régionaliste. Le premier Congrès interrégional de linguistique et de phonétique occitanes », Revue de folklore français et de folklore colonial, 4, p. 221-229.

Varagnac, A., 1943, « Le folklore et la civilisation moderne », Pyrénées, 11, p. 580-600.

Vernant, J.-P., 2004, « Jean-Pierre Vernant : le sens de la vie. Entretien avec François Busnel », Lire, décembre 2004-janvier 2005.

Weber, F., 2000, « Le folklore, l’histoire et l’État en France (1937-1945) », Revue de synthèse, 3-4, p. 453-467.

Weber, F., 2003, « Politiques du folklore en France (1930-1960) », dans Poirrier, Ph., Vaderlorge, L. (dir.), Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture/Fondation de la MSH, p. 269-300.

Weber, F., 2009, « Marcel Maget, le folklore et la corporation paysanne », dans Christophe, J. et al. (dir.), Du folklore à l’ethnologie, Paris, Éditions de la MSH, p. 231-254.

Wieviorka, O., 1995, « Pour une lecture critique de l’engagement résistant. L’exemple de Défense de la France », dans Guillon, J.-M., Laborie, P. (dir.), Mémoire et histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, p. 91-98.

Wieviorka, O., 2013, Histoire de la résistance (1940-1945), Paris, Perrin.

Haut de page

Notes

1 La revue paraît alors sous le titre d’Annales d’histoire sociale.

2 Febvre, 1945, 3.

3 Berr, 1945, 7.

4 Laborie, 2003, 32.

5 Faure, 1989.

6 Fabre, 1997.

7 Voir notamment Weber, 2000 et 2003.

8 Muel-Dreyfus, 2004 ; Christophe, Boëll, Meyran, 2009 ; Anamnèse, 2012.

9 Weber, 2003, 271.

10 Académie des jeux floraux, Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, Société archéologique du midi de la France.

11 Le Félibrige est un mouvement littéraire né au milieu du xixe siècle en Provence autour de Frédéric Mistral et de la défense de la langue provençale, mouvement qui s’est ensuite diffusé dans le sud de la France.

12 Sur la question du recrutement social de ces sociétés, qui diffère pour partie de celui des académies plus prestigieuses, voir notamment Martel, 1992, Chaline, 1995 et Laferté, 2009a.

13 À la fin des années 1920, l’université de Toulouse était la troisième université française avec plus de 3 700 étudiants, juste derrière Lyon et loin derrière Paris (un peu moins de 27 000). Ils étaient presque 4 200 durant la première moitié des années 1930, avant que leur nombre ne retombe à 3 500 durant la seconde. La faculté de lettres était l’une des plus dynamiques. Le nombre de chaires y est passé de 5 en 1871 à 17 au début des années 1930. Le nombre d’étudiants a augmenté peu à peu : 200 à la fin du siècle, 300 en 1919, 550 à la fin des années 1920, avant d’atteindre presque un millier au milieu des années 1930. Sur la seule période 1898-1913, le budget de l’université est passé de 120 000 à 590 000 F. Cependant, la mise en place en 1934 d’une politique nationale de restrictions budgétaires conduisit notamment à bloquer tout recrutement et à supprimer plusieurs chaires – la faculté des lettres ne fut pas touchée. Sur ces éléments, voir les rapports annuels du Conseil de l’université publiés dans le Bulletin de l’université et de l’académie de Toulouse.

14 Émile Cartailhac a inauguré le premier enseignement universitaire de préhistoire en France en 1882 à la faculté des sciences, puis à partir de 1890 à celle des lettres. Henri Bégouën lui a succédé en 1921.

15 Célestin Bouglé a occupé une chaire de philosophie sociale à Toulouse de 1900 à 1908, Paul Fauconnet prenant sa place de 1908 à 1921.

16 Cavalier, 1921, 7. L’auteur était alors recteur de l’Académie et président du Conseil de l’Université.

17 Laferté, 2006a.

18 Bouglé, 1905, 19.

19 Laferté, 2009a.

20 Laferté, 2006b.

21 Elle a par exemple bénéficié d’un accueil très favorable de la part d’Albert Demangeon ou d’André Allix.

22 Ainsi, Daniel Faucher donnait des cours à la Société de géographie de Toulouse dans les années 1930, société qui fonctionnait sur le modèle de l’érudition savante et avait été créée en 1901.

23 Barthélémy, Weber, 1989.

24 Fabre, 1992 ; Müller, Weber, 2003 ; Weber, 2003 ; Laferté, 2006b ; Müller, 2009.

25 Laferté, 2009b.

26 Laferté, 2009a.

27 Soit un ensemble de disciplines (histoire, géographie, sociologie et ethnologie principalement) portant leurs regards sur les transformations de la société française et partageant à ce titre des objets de recherche, des dispositions analytiques ou encore certaines prémisses épistémologiques au travers d’interactions entre leurs représentants.

28 La municipalité toulousaine a basculé du radicalisme au socialisme en 1906, la domination socialiste s’étant poursuivie jusqu’en 1971.

29 Arrighi, 2007.

30 Professeur de philosophie au lycée de Toulouse de 1936 à 1940.

31 Professeur de philosophie à la faculté des lettres en 1936 et 1937.

32 Professeur de lettres à la faculté à partir de 1937, militant socialiste.

33 Professeur de langue et littérature anglaises nommé en 1924 et devenu doyen de la faculté de lettres en 1937.

34 Professeur d’allemand, ancien chef de cabinet de Jean Zay entre 1937 et 1938 et nommé à Toulouse après cette date.

35 Voir notamment le témoignage d’Edgar Morin dans Autocritiques (Morin, 1970).

36 Selon l’expression utilisée par les membres d’une association de régionalisme littéraire et culturelle du département de l’Ariège.

37 Sur son engagement politique dans les années 1920-1930, voir Gouarné, 2013.

38 Sur ce point, voir le témoignage de Jean-Pierre Vernant dans Vernant, 2004. Voir aussi Douzou, 1997, 11.

39 La capacité à se poser en sujet libre d’effectuer des choix définis sur le mode d’une autocontrainte face à l’inacceptable est bien sûr à relier aux trajectoires et capitaux des membres de ces réseaux intellectuels de résistance.

40 Selon Meyerson qui rapporte ces propos dans Journal de psychologie normale et pathologique, 1948, 11.

41 Voir notamment les comptes-rendus de l’activité de la société dans le Bulletin de l’Université et de l’Académie de Toulouse.

42 Voir Bégouën, 1940a et 1940b, 12.

43 Le texte a été publié dans Estebe, 1996, 319-340. Je cite ici la page 327. Sur les activités de Jankélévitch durant cette période toulousaine, se reporter notamment à Duffau, 2006.

44 En effet, la présence en zone Sud de nombreux étudiants français ou étrangers (belges notamment dans le cas de Toulouse) a conduit à ce que les effectifs de l’université soient plus que doublés entre 1939-1940 et 1940-1941. Ils ont atteint jusqu’à 8 000 étudiants en 1942-1943.

45 Sur ce point, voir Rigal, 1998, 76.

46 Sur l’activité de Faucher et de Dottin pendant la guerre à l’endroit des juifs, voir notamment le journal Droit et Liberté de décembre 1944 et la publication effectuée à l’occasion du Quatre-vingtième anniversaire de monsieur Daniel Faucher, Toulouse, 10 février 1962 – Anonyme. Voir aussi Estebe, 1996, 61.

47 Selon ce que relate un de ses compagnons de résistance lors d’un hommage rendu à sa mort – CRDP, 1965, 13-16. Paul Dottin a obtenu après-guerre la médaille de la Résistance.

48 Sur son action dans la Résistance, voir notamment Docquiert, 1970 et Lamazères, 1999.

49 Sur le mouvement Libération sud, voir Douzou, 1995.

50 Sur les activités de Jean-Pierre Vernant durant cette période, voir Benamou, 2002, Altier, no 168, 2005 et Benech, 2007.

51 Sur ce réseau, voir notamment Blumenson, 1979 et, pour des publications récentes, Hogenhuis, 2009 et Blanc, 2010.

52 Sur ce passage de Boris Vildé à Toulouse, voir Goubet, Debauges, 1986, 21 ; Arrighi, 2005, 400-402 ; Amalric, 2004, 37-38. Camille Soula était professeur de physiologie à la faculté de médecine, proche des milieux socialistes dans l’entre-deux-guerres mais aussi de Silvio Trentin et des mouvements de défense de l’Espagne républicaine à la fin des années 1930.

53 Sur ces retrouvailles, voir Cassou, 1981.

54 Sur ce point, voir Bertaux, 2000.

55 Voir Amalric, 2004, 30-31.

56 Arrighi, 2005 et 2007.

57 Wieviorka, 1995.

58 Pour une analyse des engagements dans la Résistance utilisant notamment les outils de l’histoire sociale et de l’analyse de l’action collective, voir Prost, 1997 ; Federini, 2006 et Andrieu, 2012. Voir aussi la synthèse récente d’Olivier Wieviorka, bien que l’auteur conclut en considérant que l’entrée dans la Résistance échappait « à tout déterminisme social » (Wieviorka, 2013, 416).

59 À l’image de Raymond Aron, professeur de philosophie à la faculté des lettres de Toulouse pendant une courte période à la fin des années 1930 et qui a rejoint Londres.

60 Altier, 2005, 39.

61 Ibid., p. 40.

62 Docquiert, 1970, 59.

63 Cassou, 2001 [1954], 39.

64 Abrate, 1987 et 2009.

65 Sur ces analyses, voir aussi Noiriel, 1999.

66 La Dépêche du Midi, édition du 7 novembre 1940.

67 Réunion du 27 juin 1941 des délégués des commissions de propagande régionaliste de la région de Toulouse, préfecture de la Haute-Garonne. Archives départementales de l’Ariège, 5 W 15.

68 Lettre de Daniel Faucher au recteur Deltheil, 11 octobre 1941. Archives départementales de la Haute-Garonne (ADHG), fonds Daniel Faucher, 2559 W 164.

69 Lettre du préfet de la Haute-Garonne au préfet de l’Ariège du 18 avril 1941. Archives départementales de l’Ariège, 5 W 15.

70 Selon les propos d’un journaliste de La Dépêche du Midi, édition du 24 avril 1941.

71 Historien, chartiste, Joseph Calmette bénéficiait d’une certaine reconnaissance auprès des animateurs de l’École des Annales suite à son passage à l’université de Dijon, tout en effectuant à Toulouse une carrière de bonne tenue au sein des milieux académiques. Il dirigeait notamment les Annales du Midi, revue provinciale d’érudition assez renommée. Sur son passage à Dijon, voir Laferté, 2009a.

72 Rapport de J. Calmette au recteur Deltheil, non daté mais lié à la préparation de ces journées régionalistes. ADHG, 2559 W 164, Cabinet du recteur, séances de rentrée des facultés, 1940-1943.

73 « Note sur l’Exposition des terroirs régionaux et de la jeunesse », ADHG, fonds du cabinet du préfet, M 1508.

74 L’abbé Salvat était diplômé de l’Institut d’études méridionales. Aux côtés de Prosper Estieu, il avait fondé en 1927 le Collège d’Occitanie, institution dispensant des cours d’occitan par correspondance.

75 Jérôme Carcopino était alors ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse.

76 Varagnac, 1941, 221-222.

77 Ce congrès eut lieu du 24 au 28 mai 1942.

78 Laferté, 2006b et 2009b.

79 André Varagnac transmettait un rapport d’activité mensuel au préfet régional et soumettait toute initiative à son approbation.

80 Les enquêtes auxquelles participait la fédération provenaient principalement du musée des Arts et Traditions populaires et du Centre international de synthèse.

81 Bégouën était président de la section de préhistoire, Rey de celle d’archéologie/histoire de l’art, Calmette de celle d’histoire du Moyen Âge, Faucher de celle de géographie.

82 Fédération des sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Compte rendu général du premier Congrès d’études, Faculté des lettres de Toulouse 21, 22 et 23 mai 1943, Toulouse, Privat, 1944, p. 15.

83 Faure, 1989.

84 Maget, 1993, 95.

85 Selon Isaac Chiva à propos du cas de Georges Henri Rivière (Chiva, 1985, 77).

86 Sur ce refus d’une « histoire jugée » dans le traitement de l’histoire des sciences, voir notamment Pestre, 1995, 491-492.

87 Pour reprendre le mot de Jean Jamin (Jamin, 1988, 481).

88 Lettre de Cheneaux de Leyritz à Faucher du 10 décembre 1943 et arrêté de nomination. ADHG, fonds Daniel Faucher, 103 J 18.

89 Voir notamment les différents brouillons relatifs à cette réorganisation. ADHG, fonds Daniel Faucher, 103 J 18.

90 Lettre de Daniel Faucher au préfet régional datée du 29 novembre 1943. ADHG, fonds Daniel Faucher, 103 J 18.

91 Note sur le programme d’action du Bureau du régionalisme adressée au préfet régional le 25 juillet 1944. ADHG, M 1524. Ce programme se centrait sur la « vie rurale » (habitat, problèmes agricoles, éducation agricole), la « vie ouvrière » (habitat, jardins ouvriers et artisanat) et sur « l’équipement général de la région » (forêt et reboisement, transports, thermalisme, université et vie régionale).

92 Weber, 2000, 463.

93 Faucher, 1942, 390.

94 Sur ces positions maréchalistes, voir notamment Fabre, 1997 et Meyran, 2002.

95 Voir supra.

96 Laborie, 1990.

97 Copie de la lettre de Marc Bloch à Albert Grenier du 28 février 1941, fonds Varagnac, MSH de Dijon, AV3-23.

98 Meyran, 2009, 201-202.

99 Varagnac, 1943.

100 Christophe, 2009, 225-227.

101 Sur ce qui précède concernant l’évolution de ses positions idéologiques et analytiques et sur sa tendance à produire une relecture de son propre parcours, je me permets de renvoyer à Chandivert, 2015.

102 Notamment le fait d’avoir prévenu Camille Soula de son arrestation imminente grâce à des informations interceptées à la préfecture, lui enjoignant de quitter Toulouse – ce qu’il n’a pas fait, conduisant à son arrestation en février 1943.

103 Lettre de Paul Rolland à André Varagnac du 29 octobre 1944, fonds André Varagnac, MSH de Dijon, AV2/75 – merci à Serge Wolikow, Bertrand Müller et Gilles Laferté de m’avoir permis d’accéder à ce fonds. Des témoignages de René Huygue, conservateur du musée du Louvre et résistant au sein du groupe Veny, et d’Henri Berr, directeur du Centre international de synthèse, vont dans le même sens en évoquant des arguments identiques.

104 Weber, 2003.

105 Marcel Maget fut un personnage important de la redéfinition à la fois théorique et méthodologique de l’ethnologie de la France après-guerre. Il a tout d’abord quitté la Société d’ethnographie française en 1952, se recentrant sur le Laboratoire d’ethnographie française créé en 1946 qu’il dirigeait, puis a démissionné des ATP en 1962 (voir Weber, 2003 et 2009).

106 Fabre, 1997, 378.

107 Ce dernier lui rappelle l’existence de leurs rapports hiérarchiques dans une lettre de fin 1941 – archives du musée des ATP, dossier Varagnac, lettre de Georges Henri Rivière du 31 octobre 1941 (dossier désormais conservé aux Archives nationales sous la cote 20130147/163).

108 La commission a finalement levé toute poursuite à leur encontre.

109 Sur ces points, voir Chandivert, 2015. Varagnac a gardé après-guerre de bonnes relations avec différents acteurs de la scène toulousaine des années 1940, dont Faucher et Friedmann, ce qui n’aurait sans doute pas été le cas si sa conduite avait été plus problématique.

110 Lucien Febvre en était toujours le président et André Varagnac le secrétaire général.

111 Febvre, 1946, 202.

112 Febvre, 1947.

113 Bromberger, 1987. Sur ces questions et sur les activités scientifiques évoquées ici, voir aussi Müller, 2009.

114 Compte rendu d’activité du Bureau du régionalisme, mai 1944. ADHG, M 1524, Cabinet du préfet, Régionalisme.

115 Cette nomination est due à Dottin (devenu recteur) et Bertaux (commissaire de la République pour la région de Toulouse).

116 Il quitta Toulouse en 1951 suite à sa nomination comme directeur d’études à la VIe section de l’EPHE.

117 Sur cette société, voir Mazon, 1988. L’expression « section toulousaine » est due à Lucien Febvre (Febvre, 1953).

118 Faucher et Wolff, 1951, 1-2.

119 Lettre de Georges Friedmann à Daniel Faucher du 19 décembre 1949. ADHG, fonds Daniel Faucher, 103 J 6.

120 Müller, 1994, 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnauld Chandivert, « Sciences sociales, Résistance et « mystique provinciale » à Toulouse sous le gouvernement de Vichy », Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016, 225-252.

Référence électronique

Arnauld Chandivert, « Sciences sociales, Résistance et « mystique provinciale » à Toulouse sous le gouvernement de Vichy », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1761 ; DOI : 10.4000/rhsh.1761

Haut de page

Auteur

Arnauld Chandivert

Centre d’études et de recherches comparatives en ethnologie (CERCE),
université Paul-Valéry, Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals