Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Anthony Andurand, Le mythe grec allemand. Histoire d’une affinité élective

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013
Sandrine Maufroy
p. 275-280
Référence(s) :

Anthony Andurand, Le mythe grec allemand. Histoire d’une affinité élective, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 404 pages.

Texte intégral

1Du tournant du xixe siècle à la fin de la Seconde Guerre mondiale, une partie significative des élites intellectuelles allemandes a professé sa foi en l’humanité grecque et en l’affinité élective des peuples allemands et grecs. La science de l’Antiquité, redéfinie comme une discipline historique et totalisante, rayonnait alors comme un domaine d’excellence de la nation allemande et trouvait sa légitimité sociale, culturelle et politique dans le lien d’inspiration mutuelle qu’elle entretenait avec la Bildung, cet idéal de formation harmonieuse de l’être humain à l’école des Grecs sur lequel reposait, depuis les réformes de Wilhelm von Humboldt, le système d’enseignement secondaire et universitaire des États allemands. Les représentations de la Grèce et de la parenté spirituelle gréco-allemande, la constitution des savoirs sur l’Antiquité et l’évolution des discours sur l’identité allemande ont entretenu des relations complexes dont Anthony Andurand retrace l’histoire dans son livre Le mythe grec allemand. Histoire d’une affinité élective (Presses universitaires de Rennes, 2013). Dans la perspective d’une histoire culturelle de la réception de l’Antiquité, il invite à explorer l’« imaginaire » de la science de l’Antiquité et à prendre la mesure de l’entrelacement entre logos et mythos, science (Wissenschaft) et croyance (Glaube) dans la fondation, les réalisations et les transformations du projet de l’Altertumswissenschaft.

  • 1  Rehm, 1952 [1936].
  • 2  Butler, 1958 [1936].
  • 3  Voir principalement Irmscher, 1969, et Losemann, 1977.
  • 4  Rüegg, 1985 ; Fuhrmann, 1989.
  • 5  Voir notamment Cambiano, 1988 ; Landfester, 1988 et 1996 ; Marchand, 1996 ; Christ, 1999 ; Hummel, (...)

2Cette démarche fait l’originalité de l’ouvrage, première synthèse en langue française sur un sujet qui, après deux études pionnières dans les années 1930, a suscité l’intérêt accru des historiens depuis les années 1980. En 1936, dans une étude d’histoire littéraire qui fit date, Walter Rehm explorait la manière dont les écrivains de l’époque de Goethe avaient progressivement idéalisé le monde grec antique au point de préférer leur « croyance » (Glaube) à l’aventure du voyage en Grèce1. Non moins célèbre est l’étude publiée la même année par Elizabeth Marian Butler2, qui analysait la fascination allemande pour la Grèce en termes d’« influence » et de « tyrannie » pour y trouver les germes des dérives funestes marquant sa propre époque. Après la Seconde Guerre mondiale, certains aspects de ce « mythe grec » allemand ont donné lieu à des monographies isolées3 ; l’essor progressif des recherches sur les ancrages culturels des nationalismes a suscité de nouveaux éclairages sur la réception de la Grèce antique en Allemagne, analysée non plus comme la manifestation de croyances ou d’enthousiasmes individuels, mais comme un élément constitutif de l’identité nationale allemande. Après les études programmatiques de Walter Rüegg et de Manfred Fuhrmann4, plusieurs chercheurs se sont penchés sur des aspects particuliers de l’imbrication entre le discours sur l’affinité gréco-allemande, l’essor des études grecques et leurs enjeux disciplinaires, la place de l’éducation humaniste dans les lycées et les aspects culturels, sociaux et politiques de l’idée nationale allemande5.

  • 6  Landfester, 1996, 213-219.

3La thèse d’Anthony Andurand s’inscrit explicitement dans le prolongement de ces travaux, et en particulier de l’article de Manfred Landfester qui, publié en 1996, décrit la manière dont l’hellénomanie européenne du milieu du xviiie siècle prit en Allemagne une tournure particulière à partir des années 1790, donnant naissance à un « mythe grec » spécifiquement allemand qui donna corps au système d’enseignement néohumaniste, base d’une formation nationale et de l’identité de la bourgeoisie de culture (Bildungsbürgertum). Mais alors que Manfred Landfester soutient l’idée d’un dépérissement progressif de ce « mythe grec allemand », victime de la connaissance historique de la Grèce qu’il avait contribué à créer et des nouvelles priorités assignées à l’éducation dans la seconde moitié du xixe siècle6, Anthony Andurand interprète les évolutions de cette période et de la première moitié du xxe siècle comme les redéfinitions successives d’une relation de l’Allemagne à la Grèce encore dotée d’une portée affective et identitaire.

4Suivant son analyse, trois périodes se succèdent dans l’histoire du « mythe grec allemand » : à la fondation progressive et conjointe du motif d’une affinité culturelle gréco-allemande et de la science de l’Antiquité comme histoire culturelle totalisante (1755-1815) succède une phase de remise en question de l’image idéale de la Grèce et de redéfinition de la relation de l’Allemagne au passé hellénique, nécessitées à la fois par l’accroissement des connaissances historiques et par les nouvelles ambitions d’une Allemagne accédant au statut d’État-nation (1815-1890) ; placé sous le signe du réalisme, ce désenchantement de la référence grecque antique ne conduit pas à l’abandon de cette dernière, mais à la prise de conscience d’un héritage censé légitimer l’idée d’une « voie particulière » (Sonderweg) de l’Allemagne ; durant la période suivante (1890-1945), les hellénistes cherchent dans la Grèce antique des clés pour comprendre les bouleversements de la Première Guerre mondiale, une direction et des normes pour modeler l’avenir sous la République de Weimar, avant que la réinterprétation raciale de la parenté gréco-allemande érigée en dogme par les nazis ne signe l’arrêt de mort d’une croyance qu’il s’agira, après la Seconde Guerre mondiale, de soumettre à un examen critique radical.

  • 7  Landfester, 1988.

5Dans son étude de la première période, qui mène de la parution des Pensées sur l’imitation des œuvres grecques dans la peinture et la sculpture de Winckelmann à la fin de l’empire napoléonien, Anthony Andurand suit de près les analyses de Manfred Landfester, tout en y apportant nuances et compléments. La figure centrale est ici celle de Wilhelm von Humboldt, dont la réflexion théorique et l’action politique relient formulation d’une certaine idée de la Grèce, fondation de la science de l’Antiquité et mise en place d’une éducation humaniste destinée à la nation allemande. Humboldt définit les éléments constitutifs du « mythe grec allemand » : la Grèce, tout particulièrement l’Athènes de Périclès, comme lieu de formation harmonieuse d’une humanité épanouie et amoureuse du beau ; l’affinité spirituelle des Allemands modernes et des Grecs anciens ; le pouvoir vivifiant de l’étude des Grecs. Il contribua à la fondation du projet de l’Altertumswissenschaft, notamment par son dialogue avec Friedrich August Wolf. Réformateur du système d’enseignement prussien, Humboldt donna une place de choix à la Bildung néohumaniste et à l’étude des Grecs dans les lycées et universités germanophones. Il fut aussi l’un des premiers à tracer un parallèle entre les destins historiques des peuples grec et allemand, préfigurant ainsi les lectures de Démosthène qui, en vertu d’une analogie entre Philippe de Macédoine et Napoléon, donnaient aux Allemands des raisons d’espérer vaincre par la culture les Français qui avaient triomphé d’eux par les armes. À la suite de Manfred Landfester7, Anthony Andurand souligne l’impact limité de la Bildung néohumaniste, qui restait l’apanage d’une frange restreinte de la population et un outil de distinction sociale, et l’écart existant dès le début du xixe siècle entre les savoirs élaborés par la science de l’Antiquité et les contenus effectivement enseignés dans les lycées. Il suggère que ce qui passait de l’une à l’autre étaient moins des savoirs ou une méthode que les croyances constitutives du « mythe grec allemand », elles-mêmes partie intégrante du discours fondateur et du récit des origines de l’Altertumswissenschaft, qui débouchaient sur l’idée d’une supériorité quasiment de nature des Allemands dans le domaine des études grecques.

  • 8  Thomas, 1994.

6La période qui s’étend de la création de la Confédération du Rhin puis de la Confédération germanique à la montée sur le trône de Guillaume II et aux réformes de l’enseignement secondaire (1815-1890) est décrite par Anthony Andurand comme une phase d’adaptation des représentations de la Grèce à la question de l’unité allemande et comme une époque de progressif « désenchantement » résultant des travaux historiques de l’Altertumswissenschaft. Avec l’aspiration allemande à l’unité et sa réalisation effective, le postulat de l’existence d’un lien étroit entre la réussite culturelle et l’échec politique de la Grèce classique, conséquences de la pluralité et de la diversité helléniques, rendait problématique le parallélisme historique avec l’Allemagne. Un autre modèle s’offrait alors : la Macédoine de Philippe et d’Alexandre, dont Johann Gustav Droysen avait fait l’incarnation de l’« hellénisme ». Anthony Andurand nuance cependant les thèses de S.-A. Thomas8 et démontre que le « mythe grec allemand » ne fut jamais sérieusement concurrencé par un « mythe macédonien allemand » : l’analogie ne fut jamais investie d’un contenu identitaire comparable, d’une part parce qu’elle concernait la Prusse bien plus que l’Allemagne entière, d’autre part parce que l’identification avec les Macédoniens, peuple malgré tout « barbare », aurait signifié l’abandon du discours de parenté avec la Grèce classique. Celle-ci demeura la référence fondamentale, le motif de l’affinité gréco-allemande étant réactualisé grâce à l’interprétation de l’histoire hellénique en termes de nation et d’unité nationale. Mais alors que la fouille d’Olympie, interprétée en ce sens par Ernst Curtius, était devenue une entreprise officielle à la gloire de l’empire allemand, ses résultats confirmaient que l’enthousiasme pour la Grèce idéale des néo-humanistes devait faire place à la vision plus sobre et plus prosaïque patiemment élaborée par les savants : ni le dogme de la beauté grecque, ni celui de la belle liberté des cités, ni celui du bonheur des Hellènes ne restaient inébranlés, et sur ce point, A. Andurand montre bien comment Friedrich Nietzsche, malgré la posture de penseur inactuel qu’il adoptait volontiers, s’accordait en bien des points avec les hellénistes de son temps.

7La dernière période traitée (1890-1945) apparaît, en concordance avec les bouleversements de l’époque, comme le temps des affrontements, des remises en question et des interrogations sur le sens des études grecques. La « guerre scolaire » des dernières décennies du xixe siècle déboucha sur des réformes réduisant la place de l’enseignement humaniste dans les lycées et mettant fin au monopole du Gymnasium comme voie d’accès à l’université. Attachés à l’idée d’une relation particulière de l’Allemagne à la Grèce, les tenants de l’éducation humaniste fondaient alors leur argumentation sur l’idée que l’image de l’Hellade élaborée à l’époque de Goethe s’était certes révélée une illusion, mais une illusion sur laquelle l’Allemagne s’était construite : abandonner cet héritage signifierait donc, pour les Allemands, renoncer à une partie de soi-même. Faire concorder l’éducation humaniste avec la complexité des résultats de la science et les études grecques avec les mutations de l’État-nation allemand paraît bien avoir orienté les efforts d’Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff ; fervent partisan de la Prusse, il refusait la distinction entre deux Allemagnes, l’une brutale et militariste, l’autre raffinée et cultivant le beau, le bien et le vrai. La Première Guerre mondiale fut l’occasion de relectures de Thucydide, mais aussi de doutes déchirants provoqués par le sentiment de l’effondrement d’un monde. Cette quête de sens trouva sans doute sa réponse la plus structurée dans la définition par Werner Jaeger d’un nouvel humanisme prenant en compte la dimension fondamentalement politique de la culture grecque pour s’en inspirer. Anthony Andurand rappelle toutefois le jugement formulé en 1946 par Bruno Snell selon lequel le « Troisième Humanisme », trop peu soucieux de contextualisation historique, n’avait produit qu’une « idole intemporelle » et s’était cantonné lui-même à une démarche en réalité « apolitique », désengagée de toute responsabilité sociale réelle. En abordant la question du « Griechenmythos à l’heure du IIIe Reich », Anthony Andurand fait remarquer, à la suite V. Losemann, de B. Näf et de K. Christ, les limites de l’emprise de l’idéologie national-socialiste sur l’érudition classique, tout en notant que les convictions, les travaux et les traditions intellectuelles des antiquisants s’avéraient en grande partie « compatibles » avec les orientations idéologiques du nouveau régime. Reprenant les analyses de Johann Chapoutot, il montre que l’inflation des références à la Grèce antique servait largement une interprétation raciale de l’idée d’affinité entre l’Allemagne et la Grèce et une « annexion » du « mythe grec » par le « dogme d’État » qu’était alors le « mythe aryen ». Dans le discours des thuriféraires du régime national-socialiste comme chez Hitler lui-même, la Grèce représentait alors le passé qui aurait pu être celui des Germains s’ils avaient vécu sous un climat plus clément, mais aussi l’avenir réservé à l’« homme nordique régénéré ». L’idée selon laquelle les représentants du classicisme allemand avaient su pressentir, par leur aspiration à se rapprocher de l’Hellade, les besoins instinctifs de l’homme nordique, devint un motif récurrent destiné à exalter la particularité du prétendu Sonderweg allemand. Mais si l’instrumentalisation national-socialiste de la référence grecque avait bien été rendue possible par les formulations et reformulations antérieures du « mythe grec allemand », elle n’en était pas l’issue nécessaire et inéluctable, comme le montre l’exemple de Walter Rehm qui, en étudiant le classicisme de l’époque de Goethe, mettait en garde ses contemporains contre ce qui lui apparaissait comme un détournement et une falsification d’idéaux. Quant à l’existence d’un Sonderweg allemand dans le rapport à la Grèce, on ne peut que la mettre en doute avec Anthony Andurand : étant donné la diversité des modes de réception de l’Antiquité dans le temps et l’espace, il est impossible de définir la voie « normale » et ordinaire dont se serait différenciée la voie particulière de l’Allemagne. Mais ce qui a bien existé, c’est un ensemble de discours postulant ce Sonderweg, et une croyance en celui-ci.

Haut de page

Bibliographie

Bruhns, H., 2005, « Grecs, Romains et Germains au xixe siècle : quelle Antiquité pour l’État national allemand ? », Anabases, 1, p. 17-43.

Butler, E. M., 1936, The Tyranny of Greece over Germany. A Study of the Influence exercised by Greek Art and Poetry over the Great German Writers of the 18th, 19th and 20th centuries, Cambridge, Cambridge University Press [Boston, Beacon Press, 1958].

Cambiano, G., 1988, Il ritorno degli antichi, Rome/Bari, Laterza [trad. par S. Milanezi, Le retour des Anciens, Paris, Belin, 1994].

Chapoutot, J., 2008, Le national-socialisme et l’Antiquité, Paris, PUF.

Christ, K., 1999, Hellas. Griechische Geschichte und deutsche Geschichtswissenschaft, Munich, Beck.

Fuhrmann, M., 1989, « Der Griechenglaube der Goethezeit und das Nationalbewußtsein der Deutschen », Humanistische Bildung, 13, p. 87-100.

Gildenhard, G., Ruehl, M. (éd.), 2003, Out of Arcadia: Classics and Politics in Germany in the Age of Burckhardt, Nietzsche and Wilamowitz, Londres, Institute of Classical Studies.

Hummel, P., 2000, Histoire de l’histoire de la philologie, Genève, Droz.

Irmscher, J., 1969, « Die Antike im Bildungssystem der Weimarer Republik und der Zeit des Faschismus », Wissenschaftliche Zeitschrift der Friedrich-Schiller-Universität-Jena. Gesellschafts- und sprachwissenschaftliche Reihe, 18, 4, p. 17-25.

Landfester, M., 1988, Humanismus und Gesellschaft im 19. Jahrhundert, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Landfester, M., 1996, « Griechen und Deutsche : der Mythos einer “Wahlverwandtschaft” », dans Berding, H. (éd.), Studien zur Entwicklung des kollektiven Bewußtseins in der Neuzeit, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, III, p. 198-219.

Leghissa, G., 2007, Incorporare l’antico. Filologia classica e invenzione della modernità, Milan, Mimesis Edizioni.

Losemann, V., 1977, Nationalsozialismus und Antike. Studien zur Entwicklung des Faches Alte Geschichte 1933-1945, Hambourg, Hoffman und Campe.

Marchand, S., 1996, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press.

Näf, B. (éd.), 2001, Antike und Altertumswissenschaft in der Zeit von Faschismus und Nationalsozialismus, Mandelbachtal, Cambridge, Cicero.

Pisano, C., 2013, « Sparta e Atene tra Francia e Prussia: da Benjamin Constant a Georg Busolt (1804-1878) », Anabases, 17, p. 11-25.

Rehm, W., 1936, Griechentum und Goethezeit. Geschichte eines Glaubens, Leipzig, Dietrich [Berne, A. Francke, 1952].

Rüegg, W., 1985, « Die Antike als Begründung des deutschen Nationalbewußtseins », dans Schuller, W. (éd.), Antike in der Moderne, Constance, Universitätsverlag Konstanz, p. 267-287.

Sünderhauf, E. S., 2004, Griechensehnsucht und Kulturkritik. Die deutsche Rezeption von Winckelmanns Antikenideal 1840-1945, Berlin, Akademie-Verlag.

Thomas, S.-A., 1994, Makedonien und Preußen. Die Geschichte einer Analogie, Egelsbach/Francfort-sur-le-Main/Washington, Hänsel-Hohenhausen.

Haut de page

Notes

1  Rehm, 1952 [1936].

2  Butler, 1958 [1936].

3  Voir principalement Irmscher, 1969, et Losemann, 1977.

4  Rüegg, 1985 ; Fuhrmann, 1989.

5  Voir notamment Cambiano, 1988 ; Landfester, 1988 et 1996 ; Marchand, 1996 ; Christ, 1999 ; Hummel, 2000 ; Näf (éd.), 2001 ; Gildenhard, Ruehl (éd.), 2003 ; Sünderhauf, 2004 ; Bruhns, 2005 ; Leghissa, 2007 ; Chapoutot, 2008 ; Pisano, 2013.

6  Landfester, 1996, 213-219.

7  Landfester, 1988.

8  Thomas, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Maufroy, « Anthony Andurand, Le mythe grec allemand. Histoire d’une affinité élective », Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016, 275-280.

Référence électronique

Sandrine Maufroy, « Anthony Andurand, Le mythe grec allemand. Histoire d’une affinité élective », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1857

Haut de page

Auteur

Sandrine Maufroy

Maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, EA 3556 Représentations et identités. Espaces germaniques, nordique et néerlandophone (REIGENN

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals