Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Notes de lectureDaniel Baric, Langue allemande, i...

Notes de lecture

Daniel Baric, Langue allemande, identité croate. Au fondement d’un particularisme culturel

Paris, Armand Colin, 2013
Anne-Marie Thiesse
p. 285-287
Référence(s) :

Daniel Baric, Langue allemande, identité croate. Au fondement d’un particularisme culturel, Paris, Armand Colin, 2013, 403 pages. Ouvrage publié avec le soutien du Labex TransferS.

Texte intégral

1L’émergence des nations modernes, dans l’Europe du xixe siècle, a mis l’accent sur l’importance majeure de la culture, et plus particulièrement de la langue nationale, dans la constitution des « communautés imaginées », pour reprendre la formule célèbre de Benedict Anderson (Imagined Communities, Londres, Verso, 1983). Mais le processus de codification de la langue nationale et de généralisation de son usage a été souvent complexe. Ce fut tout particulièrement le cas en Croatie où la genèse de l’État yougoslave conduisit, parmi d’autres options possibles, à l’élaboration au xixe siècle d’une langue commune pour les Serbes et les Croates, remplacée depuis l’éclatement de la Fédération par le croate, le serbe, le monténégrin et le bosnien. Cette fragmentation linguistique récente souligne l’étroite connexion entre État-nation et langue. Dans l’Europe contemporaine, elle s’effectue le plus souvent selon le principe du monolinguisme (le cas ukrainien en rappelle, dans les années 2010, les enjeux et les conséquences) même si quelques États reconnaissent plusieurs langues officielles, certaines étant, à des degrés divers « minoritaires ». La cartographie linguistique de l’Europe d’aujourd’hui diffère donc radicalement de celle du xixe siècle commençant, quand les États prénationaux étaient des territoires multilingues. C’est le « paysage sonore » de la Croatie dans le premier xixe siècle et son évolution vers la nationalisation linguistique que Daniel Baric s’attache à reconstituer ici, par un dispositif d’enquête portant sur des secteurs divers de la vie sociale et à multiples niveaux. Toute la question est en effet de reconstituer, pour un espace géographique sur lequel différentes langues étaient pratiquées, les usages et les statuts de ces langues, leurs relations, les rapports de domination déterminant le fonctionnement de la communication. La difficulté est accrue quand il s’agit de retracer et analyser les évolutions. La statistique officielle n’est pas ici d’un grand apport. Elle se développe, certes, durant la période considérée dans l’Empire des Habsbourg et passe du genre descriptif à la précision numérique. Elle n’est pas pour autant (ne deviendra jamais) l’objectivation neutre d’une réalité. La part croissante, dans les statistiques de l’Autriche-Hongrie, de l’attention portée aux langues (par déclaration des autorités, non des locuteurs eux-mêmes) met surtout en évidence la montée en puissance de la question nationale. Et la comptabilisation de la population en catégories ethno-linguistiques ne permet pas de rendre compte du phénomène majeur, celui de la multiplicité des pratiques linguistiques. Le dispositif d’analyse proposé par Daniel Baric propose donc de mener l’investigation à partir de sources variées, qui, entre directives officielles et pratiques privées, saisissent des usages et des changements. La perspective privilégie la situation de l’allemand, à la fois langue du pouvoir impérial et vecteur de la modernité culturelle dont le nationalisme croate naissant saura s’alimenter pour avancer ses propres revendications.

2Au demeurant, la Croatie, telle qu’elle existe aujourd’hui, n’est pas au xixe siècle un espace unifié du point de vue du statut ni de l’administration. Toutes les provinces qui composent l’actuelle Croatie sont à partir de 1815 composantes de l’Empire d’Autriche, mais sous des formes diverses. La région de Zagreb et la Slavonie font formellement partie du royaume de Hongrie, la zone des Confins militaires est régie par le Hofkriegsrat à Vienne et la Dalmatie devient une région administrée à Vienne, avec un gouverneur résidant à Zadar, le pouvoir impérial ayant estimé de son intérêt de ne pas la rattacher à la Croatie civile « hongroise ». La diversité des langues en usage sur le territoire croate (principalement le latin, le hongrois, l’italien et le croate) est un héritage du passé, partiellement maintenu par le souci de consolider l’Empire par la neutralisation respective des oppositions centrifuges. Le pouvoir habsbourgeois a donné une prééminence à l’allemand mais, pragmatique, n’a pas entrepris de germaniser systématiquement l’Empire. Dans les années 1780, Joseph II avait proclamé la substitution de l’allemand au latin, pour les tribunaux et l’enseignement mais cette disposition, en raison notamment des réactions hongroises, fut abolie dès 1790. Après le Congrès de Vienne, la défiance à l’égard du nationalisme allemand, qui semble à Metternich une des principales menaces, favorise le maintien des autres langues. Mais le chancelier, dans l’intérêt de sa politique contre le particularisme magyar, soutient le latin et les langues slaves dans les territoires croates rattachés à la hongroise couronne de Saint-Étienne. Le latin, de fait, garde sur ces territoires, jusqu’au milieu du xixe siècle, une place majeure dans l’enseignement secondaire et l’administration. Des voyageurs anglais, ainsi, relatent avoir été apostrophés en latin par un officier de la police de Zagreb (p. 61). L’allemand, en revanche, est la langue de l’armée. Et les Confins militaires sont l’espace où la germanisation est la plus poussée, parce qu’elle est investie d’une fonction civique et associée à la formation de futurs soldats de l’Empire. Les écoles y pratiquent, notamment, le système du Sprachzeichen, qui, à l’instar du signal dans les écoles françaises de la IIIe République, stigmatise l’usage de la langue vernaculaire dans l’espace scolaire. En Croatie civile, en revanche, l’enseignement primaire se fait dans la langue maternelle, l’enseignement secondaire étant dispensé en allemand et en latin. L’Église catholique s’adresse aux fidèles en vernaculaire, mais les ecclésiastiques, circulant entre les milieux sociaux et donc entre les langues, ont des connaissances linguistiques étendues et jouent souvent un rôle de traducteurs (l’évêque Josip Juraj Strossmayer sera d’ailleurs au milieu du siècle une des figures majeures du mouvement politique et culturel croate). Les communautés juives croates développent la pratique de l’allemand, associée, au moins jusqu’aux années 1840, à la modernisation. Le clergé orthodoxe, pour des raisons religieuses, manifeste envers l’allemand une plus grande réticence, qui s’atténue progressivement.

3La diffusion de l’allemand dans la majeure partie de l’espace croate ne résulte donc pas d’une imposition par le pouvoir impérial. Daniel Baric en restitue les causes et les enjeux en faisant porter l’étude sur des milieux et des usages variés. L’analyse des évolutions du marché du livre est à ce titre tout à fait éclairante. Initialement restreint, ce marché s’adresse principalement à une population capable de lire l’allemand et il importe en Croatie les nouveautés européennes notamment par le biais des traductions en allemand. Les professionnels de l’édition, à commencer par les typographes, qui sont d’une grande mobilité dans l’Empire, maîtrisent l’allemand. Ljudevit Gaj, le principal acteur dans la promotion de la culture et de la langue croates, a une imprimerie où la langue de communication est l’allemand (p. 87). L’engagement volontariste de lettrés croates s’exprime en 1838 par la création d’une association ayant pour but de « cultiver et promouvoir la langue illyrienne », mais les abonnements, initialement, portent essentiellement sur des revues allemandes, faute de production croate. La maîtrise de l’allemand est à la fois gage d’une possible promotion sociale dans l’Empire mais aussi signe d’appartenance à une bourgeoisie éclairée, urbaine, de culture européenne. Appartenance qui peut, vers le milieu du siècle, quand commence à se manifester dans l’espace public une production culturelle moderne en croate, se revendiquer désormais dans cette langue. Daniel Baric en fournit un exemple tout à fait significatif avec le journal intime de Caroline Jarnevic, tenu de 1833 à 1874, initialement en allemand, puis en croate, le changement de langue, volontariste et patriote, n’étant initialement pas aisé pour la jeune femme (p. 287).

4La Croatie sous domination austro-hongroise est un espace linguistique marqué dans le premier xixe siècle par le recul du latin, ancienne langue d’administration et de culture, l’expansion sans systématisation de l’allemand et un délaissement relatif de l’italien ; le croate commence à passer du statut de vernaculaire à celui de langue nationale, par l’effet d’un travail patriotique qui codifie la langue et constitue un patrimoine culturel moderne, sous forme de journaux, de pièces de théâtre, de romans en croate. Après 1848, l’antigermanisme se développe au profit de la francophilie. Au centre de l’Empire, la gestion pragmatique des langues fait place à une tentative de contrôle politique et à une germanisation de l’administration.

5L’ouvrage de Daniel Baric est une précieuse contribution à l’histoire de la Croatie contemporaine. L’auteur, en mobilisant textes officiels, récits de voyageurs, mémoires de patriotes, journaux intimes, articles de presse, correspondances publiques et rapports d’observateurs, a construit un dispositif d’enquête historique sur les pratiques linguistiques qui est appelé à faire école. Il fait découvrir aux lecteurs non spécialistes, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, la vitalité et la complexité d’un multilinguisme prénational qui, au même titre que les cultures nationales, appartient au patrimoine des Européens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Thiesse, « Daniel Baric, Langue allemande, identité croate. Au fondement d’un particularisme culturel »Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016, 285-287.

Référence électronique

Anne-Marie Thiesse, « Daniel Baric, Langue allemande, identité croate. Au fondement d’un particularisme culturel »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/1875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.1875

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Thiesse

Directrice de recherches au CNRS (UMR 8547 Pays germaniques)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search