Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Dossier : Les « années 68 » des s...Excellence sociologique et « voca...

Dossier : Les « années 68 » des sciences humaines et sociales

Excellence sociologique et « vocation d’hétérodoxie » : Mai 68 et la rupture Aron-Bourdieu

To be “excellent” or to be “un-orthodox””? The goals of sociology after May 68 and the Aron-Bourdieu divide
Marc Joly
p. 17-44

Résumés

Parmi les innombrables retombées du mouvement de Mai 68 sur la sociologie française, la rupture entre Raymond Aron et Pierre Bourdieu – matérialisée par la scission du Centre de sociologie européenne (CSE) en deux laboratoires distincts – constitue l’un des épisodes les plus mal connus. On s’interrogera, tout d’abord, sur la nature du lien entre les deux sociologues. La thèse défendue est qu’Aron, qui occupa une position centrale et prééminente dans la sociologie française à partir du début des années 1950, fut en mesure de définir un modèle d’excellence sociologique qu’il projeta sur le jeune Bourdieu. Le problème – qui conduisit à la rupture – est que l’« élu » n’était pas disposé à se plier au jeu de la transmission charismatique que voulait lui faire jouer le fondateur du CSE. C’est ainsi que, tout en restant fidèle au modèle aronien de l’excellence sociologique à la française, Bourdieu en réinventa les modalités de mise en œuvre sous l’influence de l’humeur des « années 1968 ».

Haut de page

Texte intégral

1Le mouvement de Mai 68 a profondément changé le visage de la sociologie française. Le fait, s’il paraît incontestable, n’en est pas moins assez mal documenté. Selon une image convenue, les refondateurs de l’après-guerre, sans vraiment comprendre ce qu’il leur arrivait, quittèrent la place aussi subitement que prématurément au profit des quelques chercheurs à la notoriété naissante entrés dans le métier tout au long des années 1950, ainsi propulsés « mandarins » avant l’heure, comme l’a noté l’un d’eux, Henri Mendras :

  • 1 Mendras, 1995, 167.

« La bourrasque passée, notre génération s’est trouvée aux commandes. Gurvitch était mort. Le Bras avait pris sa retraite et Friedmann avait aussi pris la sienne prématurément. Stœtzel perdait le contrôle de tous ses instruments de pouvoir. […] Aron s’était éloigné de la sociologie en entrant au Collège de France et par sa rupture brutale avec Bourdieu. Nous étions donc, à quarante, quarante-cinq ans, les nouveaux mandarins avant l’âge1. »

2Au cours des années 1950-1960, dans le domaine en plein essor de la recherche en sciences sociales, la configuration des relations entre les établis et les nouveaux entrants avait pu se calquer, voire s’était greffée, du fait du petit nombre de personnes concernées, sur le modèle universitaire traditionnel des rapports professeurs-assistants, à ceci près que l’objet de la transmission n’était pas un rôle prédéfini et connu à l’avance, mais des territoires à conquérir, le programme d’une science à réaliser. Les « mandarins » à l’ancienne, ne pouvant pas faire jouer le mécanisme de reproduction d’eux-mêmes via la production de semblables authentiques, pensaient vivre par procuration l’accomplissement par d’autres qu’eux – à savoir des semblables imaginaires, des images idéales de ce qu’ils auraient été ou de ce qu’ils auraient pu être s’ils étaient nés quelque deux ou trois décennies plus tard – d’un projet scientifique sui generis de connaissance et de théorisation des faits sociaux humains.

3Tout laisse à penser qu’une telle configuration de relations entre les « éveilleurs de conscience », ces « grands seigneurs » monopolisant l’ensemble des leviers de la discipline, et les pionniers de la recherche sociologique, qui pour certains s’étaient prudemment contentés d’administrer le fief qui leur avait été concédé, ne résista pas à la croissance des équipes de recherche et à la démultiplication, en leur sein, des statuts et des fonctions (des tâches de secrétariat ou de codage et traitement statistique à la direction d’études). Ce processus d’accroissement différencié rendit sans doute impérative la constitution de systèmes d’assurance collective propres à répondre à l’angoisse de la précarité statutaire et aux réquisits d’une carrière entièrement consacrée à la recherche en sciences sociales tout en fournissant les mobiles, par la mise en avant d’un paradigme théorique et/ou la défense d’un objet de recherche spécifique, d’une transcendance des hiérarchies internes au groupe ; propres, autrement dit, à prendre la relève du système traditionnel d’assurance interpersonnelle qui, en tant qu’il reposait sur un rapport de subordination entre le chef et l’aspirant invité à réaliser « librement » les desiderata inaccessibles du premier sous réserve de reconnaître sa souveraineté distante ou à patienter sagement avant de le remplacer en lieu et place, ne semblait plus adapté à l’organisation pratique de la recherche sociologique (autour, par exemple, de grandes enquêtes statistiques).

4La « rupture » entre Raymond Aron et Pierre Bourdieu est probablement « l’événement » qui illustre le mieux la transition – et la tension – entre les deux systèmes de planification assurantielle des carrières dans l’enseignement et la recherche qui ont structuré la renaissance progressive d’une tradition sociologique en France après la Deuxième Guerre mondiale.

  • 2 Grémion, 2005, 44.
  • 3 Ibid. Grémion se réfère au témoignage de Raymond Aron jusque dans l’erreur sur le nom du Centre de (...)
  • 4 Grémion, 2008, 32-33. « Une fois son équipe constituée, Bourdieu conquit son indépendance à la fave (...)
  • 5 Baverez, 1993, 329-330.

5Cette rupture – matérialisée par la scission du Centre de sociologie européenne (CSE, créé par Aron en novembre 1959 et confié fin 1961 à Bourdieu) en deux laboratoires distincts, le Centre européen de sociologie historique et le CSE-Centre de sociologie de l’éducation et de la culture (dirigé par Bourdieu) – est généralement présentée comme « brutale » (Mendras), « violente2 ». On n’en sait guère plus, sinon qu’elle aurait été causée par un « événement mineur, mais chargé symboliquement3 » : Aron, ayant appelé dans Le Figaro du 11 juin 1968 enseignants et étudiants à lui écrire en vue de contribuer à la formation d’un vaste « comité de défense et de rénovation de l’université française », avait donné comme adresse de référence au journal celle du Centre de sociologie européenne. Cette initiative pour le moins malheureuse – qui ressemblait fort à un acte manqué – fut très mal accueillie par les membres du CSE : « À la vérité, Bourdieu n’attendait qu’une occasion pour rompre avec Aron. Les articles du Figaro lui offraient un casus belli idéal lui permettant, de surcroît, de ‘‘tomber à gauche’’4. » Au total, on ne sort pas de l’image d’un Bourdieu machiavélique qui guettait le bon moment « pour faire donner ceux que ses adversaires nommaient ses Gardes rouges5 » et aurait habilement mis à profit l’opportunité offerte par Mai 68 – aucun laboratoire de recherche n’ayant échappé à la remise en cause ou à la critique du pouvoir mandarinal traditionnel – pour prendre son indépendance à l’égard de celui qui lui avait généreusement délégué la direction effective du CSE tout en continuant à s’en tenir pour le propriétaire « naturel ».

  • 6 Passeron, 2003, 73.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.
  • 9 Pour une esquisse d’histoire du CSE sous cet angle, voir Masson, 2001, 488-489.

6Un moyen de déjouer le piège ordinaire d’une histoire privilégiant les agissements rationnels des acteurs dominants serait peut-être de prendre pour point de départ non pas la question « politique » des rapports Aron-Bourdieu, mais le problème structurel du décalage entre Aron – « patron universitaire à l’ancienne6 » effrayé par la suspension « carnavalesque » des fondements d’un ordre social où chacun est normalement conduit à remplir une fonction bien déterminée et à s’en satisfaire plus ou moins –, d’un côté, et les « jeunes chercheurs » du CSE, situés aux échelons inférieurs et intermédiaires de la hiérarchie, n’ayant pas suivi les filières nobles de formation, et qui participaient, au printemps 1968, aux manifestations de rue et aux AG d’universités « pour y diffuser des tracts de vulgarisation sociologique décrivant les dysfonctionnements de l’enseignement traditionnel7 » et contribuer, forts des enquêtes du CSE, à une réinvention égalitaire des rapports sociaux ; tandis que Bourdieu – à suivre le témoignage de Jean-Claude Passeron – profitait de l’ouverture nocturne et du calme de « tels cafés de joueurs d’échec8 » pour mettre la dernière main, avec son associé, à un manifeste rien moins que militant ou politique, mais épistémologique : Le métier de sociologue. Ce qui supposerait de retracer l’histoire du CSE en s’intéressant notamment à l’évolution de son fonctionnement interne liée au recrutement de vacataires et de « chefs de travaux », dans un contexte général d’accroissement des moyens budgétaires destinés à la recherche9.

  • 10 Non pas, bien sûr, qu’Aron fût indifférent au sort des membres du groupe de recherche qu’il avait f (...)

7Replacé dans le processus de transition entre deux modèles de rapports dirigeants-dirigés et de légitimation des inégalités statutaires dans le domaine de la recherche et de l’enseignement, « l’événement mineur » dont parle Grémion prend ainsi tout son sens : il ne manifeste pas autre chose que le rejet, par les « chercheurs de base » du CSE, de la tutelle lointaine et donc sans prise d’un patron tolérant, libéral, mais tout à fait conscient de ses prérogatives (puisque tout se passa comme si, par le geste de prime abord absurde ou irréfléchi consistant à renvoyer ses lecteurs du Figaro au CSE, Aron avait voulu signifier que ce centre lui appartenait en bien propre et n’avait été laissé qu’en usufruit à l’équipe Bourdieu), et, a contrario, leur prédilection pour une autorité exercée directement par un chef d’École de taille à les mobiliser, par-delà leurs différences de statut, derrière une conception uniforme (« critique », en l’occurrence) de la recherche sociologique10.

  • 11 Nous avons consulté pour le moment les archives Raymond Aron, conservées au département des manuscr (...)

8Cependant, on n’ambitionnera pas, ici, de donner un récit détaillé de l’agitation ayant secoué le CSE en mai-juin 1968 (en y joignant, en toile de fond, la description des modifications successives, à partir de la fin des années 1950, de l’équilibre des rapports de force caractéristiques du champ français des sciences sociales), puisque notre enquête n’en est qu’à ses débuts11. On se propose plutôt de soumettre à la discussion deux hypothèses de travail qui ont émergé progressivement durant la phase préparatoire de cette enquête et ont permis d’interroger la rupture personnelle entre Aron et Bourdieu non pas sous un angle « politique », mais à la lumière de ce qui unissait les deux hommes dans un espace hiérarchisé de relations.

9La première hypothèse repose sur le concept d’excellence sociologique à la française et implique de situer Bourdieu, en tenant compte des propriétés pertinentes de sa trajectoire biographique, dans la « première » génération de professionnels de la recherche sociologique auxquels des « mandarins » à l’ancienne ont mis le pied à l’étrier en vertu d’un modèle de transmission charismatique d’égal à égal. On montrera, davantage, que la relation Bourdieu-Aron constitua le dernier exemple – et l’exemple le plus achevé – d’une relation de ce type, dans la mesure où Aron occupait une position centrale et prééminente dans la sociologie française des années 1960, jusqu’à être implicitement revêtu de la responsabilité suprême d’opérer le transfert des normes d’excellence du système scolaire français dans un domaine faiblement considéré. Dans cette optique, Bourdieu incarnait idéalement, pour Aron, l’excellence sociologique à la française.

10Le problème – d’où découle la seconde hypothèse – est que l’intéressé n’était pas disposé à se plier au jeu de la transmission charismatique que voulait lui faire jouer son maître, tout en étant néanmoins scolairement programmé pour demeurer fidèle à une exigence d’excellence. Sa manière de réinventer les canons de l’excellence sociologique à la française aurait été très fortement influencée, dans son « tempo » et dans son style, par l’humeur des « années 1968 », laquelle reflétait un mouvement de rééquilibrage de la « balance des pouvoirs » (pour parler comme Norbert Elias) touchant tous les niveaux de la société et concernant l’ensemble des registres d’interrelations. Bourdieu n’aurait pas été le seul intellectuel, ainsi, que la preuve de l’arbitraire du monde social fournie par les mouvements de grève et une libération saisissante de la parole aurait poussé à accomplir une « vocation d’hétérodoxie » – selon la belle formule de Boris Gobille – antérieurement inhibée ou impensable.

  • 12 Voir Grémion, 2008, 31-34. De manière générale, cet article, dont le sérieux n’est pas à mettre en (...)

11Autrement dit, voudrait-on convaincre, il s’est joué, autour de la « rupture » Aron-Bourdieu, tout autre chose que la simple désagrégation d’une institution (le CSE) à l’occasion de la crise de 1968, au même titre que le Centre d’études sociologiques ou la Fondation Royaumont12 ; il s’est agi, en effet, de la déconnexion entre le personnage qui disposait de l’autorité pour sacrer les prétendants à l’excellence sociologique et celui qu’il avait élu : déconnexion dont on peut dire qu’elle a ouvert dans l’espace de la sociologie française la boîte de Pandore de conflits sans fin, alimentés notamment par les résistances élevées à l’encontre d’une entreprise collective aussi éminemment paradoxale que la mise en œuvre hétérodoxe et anti-institutionnelle – sous le leadership de Bourdieu – d’un modèle d’excellence sociologique décalqué sur l’orthodoxie des normes les plus hautes du système académique français. Et l’on souhaiterait ultimement plaider pour ce que l’on pourrait appeler une sociologie de la dynamique des structures relationnelles. Ainsi, la dynamique des relations entre Aron et Bourdieu, déterminée par la tension entre le modèle français d’excellence sociologique (représentation symbolique produite par la structure relationnelle du système français d’enseignement supérieur) et la vocation d’hétérodoxie que portait en lui Bourdieu (du fait de la dynamique propre de sa trajectoire sociale), n’est compréhensible qu’à la condition de prendre une juste mesure de la série de modifications progressives de la « balance des pouvoirs » au sein d’une multitude de secteurs sociaux dont la convergence a abouti à la crise de 1968. En sorte que la rupture entre les deux hommes était, à bien des égards, structurellement inévitable, et n’a pas suivi par hasard le mouvement explosif de Mai.

Le modèle aronien de l’excellence sociologique (1955-1968)

  • 13 Le Strat, Pelletier, 2006, 229. Il est permis de douter que Tocqueville ait exactement joué le rôle (...)

12La figure du Raymond Aron « moraliste » et « spectateur engagé » est si profondément ancrée dans l’opinion publique « cultivée » que l’on a probablement du mal à imaginer, aujourd’hui, qu’il fut un temps où il était un universitaire accompli et, en fait, le véritable « ”patron” de la sociologie française13 ».

  • 14 Voir Mazon, 1988.
  • 15 Sur le CES, voir Heilbron, 1991 ; Tréanton, 1991 ; Tréanton, 1992 ; Vannier, 2002.
  • 16 Mendras, 1995, 24. Voir les témoignages d’Edgar Morin, Jean-René Tréanton, Henri Mendras, Jean-Dani (...)
  • 17 Drouard, 1982, 70.
  • 18 Faisant le bilan de son investissement dans l’univers de la sociologie française pendant une quinza (...)
  • 19 Bourdieu, 2004, 46. Entre 1960 et 1964, le nombre des chercheurs en sociologie au CNRS et des direc (...)
  • 20 Crozier, 2002, 131. A posteriori, Crozier dépeint Gurvitch en « intellectuel russe quelque peu byza (...)
  • 21 Crozier, 2002, 191.

13Son élection plutôt tardive à la Sorbonne, en 1955, avait eu pour conséquence quasi immédiate de régénérer le projet sociologique par excellence consistant à articuler la réflexion théorique et la recherche empirique, dont beaucoup déploraient qu’il fût en quelque sorte laissé en jachère. La renaissance de la sociologie française, après 1945, dans un contexte d’ensemble assez largement favorable à l’essor des sciences sociales, s’était opérée sous la coupe des historiens des Annales (via la création impulsée par Lucien Febvre et Fernand Braudel d’une VIe section « sciences économiques et sociales » de l’École pratique des hautes études en 1947)14 et en l’absence d’une ligne directrice claire en termes de programmes de recherche et d’objectifs théoriques, comme le symbolisait la gestion erratique et le mode de fonctionnement segmenté en équipes spécialisées du Centre d’études sociologiques (CES, fondé par le CNRS en janvier 1946), tiraillé entre les ambitions contradictoires de ses directeurs successifs15. Aux yeux des sociologues formés « sur le tas » dans le cadre du CNRS au début des années 1950 (au nom d’un empirisme que leur « mentor16 », Georges Friedmann, leur faisait embrasser avec ferveur) et qui n’étaient pas prisonniers d’une affiliation marxiste exclusive ou pour les jeunes philosophes normaliens tentés par les sciences sociales, l’entrée en scène d’Aron dans l’univers de la sociologie, corrélative d’un investissement cohérent et continu de ce domaine par des hauts fonctionnaires, mais aussi des dirigeants économiques, accompagnant les premiers pas de la République gaullienne17, eut pour effet d’ouvrir, pour la première fois peut-être, l’opportunité d’une carrière sociologique échappant aux affres de l’absence de reconnaissance universitaire et autorisant, davantage, une rentabilisation maximale des acquis de leurs expériences antérieures et/ou de leur capital scolaire18. D’emblée, Aron occupa une position centrale. En même temps, parce que cette position avait été acquise pour ainsi dire sans combattre (ou plutôt faute de combattants, à une époque, il faut le rappeler, où il n’existait en tout et pour tout dans l’université française que quatre chaires de sociologie et où, par coutume, seuls les professeurs à la Sorbonne dirigeaient des thèses d’État), il était à part. La combinaison de ses atouts intellectuels et de ses ressources relationnelles le propulsa sans coup férir vers une position de surplomb au-dessus des clivages établis : le pôle universitaire « Sorbonne » et le pôle CNRS, la sociologie philosophique-théoriciste de Georges Gurvitch et l’empirisme à l’anglo-saxonne de Jean Stœtzel (qui avait pris en quelque sorte le relais de Friedmann). Ces clivages, mis à nu, cessèrent d’apparaître comme les seules alternatives possibles. Pierre Bourdieu en a bien témoigné : « Raymond Aron […], pour la perception indigène, spontanément relationnelle, apparaît comme offrant une ouverture inespérée à ceux qui veulent échapper à l’alternative de la sociologie théoriciste de Gurvitch et de la psychosociologie scientiste et américanisée de Stœtzel19. » Tout comme Michel Crozier, qui, plus âgé, n’avait guère eu d’autre choix que de se tourner vers Gurvitch pour réaliser sa thèse d’État, avant de parvenir à se débarrasser « de la tutelle, de plus en plus compromettante, qu[’il] pouvait encore exercer sur [lui]20 » afin de travailler sous la direction d’Aron : « Raymond Aron jouissait d’une aura considérable à un moment où, seul professeur de sociologie à la Sorbonne avec Georges Gurvitch, il était le pôle d’attraction naturel de tous ceux qu’un marxisme militant ne rejetait pas dans les chemins de plus en plus touffus de la dissidence21. »

  • 22 Si l’on s’en tient au manuel « officiel » prescrit depuis plus de vingt ans aux étudiants de premiè (...)

14Bref, pendant plus de dix ans, Aron – qui, outre ses cours en Sorbonne, présida la Commission de sociologie du CNRS, attirait vers lui toutes les thèses importantes, brillait dans les congrès de l’Association internationale de sociologie, dirigeait un centre de recherche d’envergure européenne et animait à l’École pratique des hautes études (EPHE), où il avait été élu directeur d’études cumulant en 1960, un séminaire qui constituait un des hauts lieux de la vie intellectuelle parisienne – a été l’avenir de la sociologie française ; et l’avenir de la sociologie française, c’est-à-dire tous les « grands noms » qui domineront la discipline à partir des années 197022, a subi et pouvait difficilement ne pas subir l’attraction d’Aron.

  • 23 « Quand j’ai été élu en 1955 à la Sorbonne, la campagne contre moi a été essentiellement politique. (...)

15Le fait est d’autant plus remarquable que le « chroniqueur du Figaro », marqué à droite après la publication de son essai L’Opium des intellectuels (1955), avait quelques handicaps à faire oublier, ou à compenser. (Son élection à la Sorbonne pour occuper la chaire de sociologie du durkheimien Georges Davy, lequel, au reste, avait contribué à le faire battre au bénéfice de Gurvitch sept ans plus tôt, n’avait tenu qu’à une petite voix. Sans la mobilisation de camarades normaliens d’Aron présents en nombre à la Sorbonne, Gurvitch aurait sûrement réussi – au terme d’une campagne purement politique – à imposer son poulain, le jeune anthropologue Georges Balandier, dont il avait suscité la candidature dans une certaine précipitation pour contrer celle du prestigieux « journaliste du Figaro23 » ; la réputation entourant sa thèse soutenue en 1938, intitulée Introduction à la philosophie de l’histoire, avait également pesé dans la balance.)

  • 24 Aron, 2006, 281. En quoi il en appelait (probablement sans se faire beaucoup d’illusions), ces prob (...)
  • 25 Voir Aron, 2005, 765-766.

16Mais, et c’est peu dire, ce qu’Aron avait à offrir était de nature à combler toutes les attentes. Aux sociologues empiristes, qu’il poussait à multiplier les enquêtes sur « les bouleversements qu’apporte la modernité industrielle » et qui « imposent l’étude descriptive et statistique (urbanisation, difficultés de logement, alcoolisme et prostitution, progrès de la scolarisation)24 », il fournit, dès ses premiers cours à la Sorbonne, un cadre conceptuel (la « société industrielle ») ainsi qu’une méthode de comparaison élaborée à partir d’une réflexion croisée, amplement nourrie des statistiques disponibles, sur les sociétés occidentales (en particulier les États-Unis) et la société soviétique. D’autre part, en tant qu’introducteur de Max Weber en France, il était porteur d’une alternative théorique au positivisme durkheimien, bien qu’il attirât honnêtement l’attention de ses étudiants, lors de sa première leçon sur la société industrielle, sur quelques impasses de l’épistémologie wébérienne25. Et sa capacité à relire les « grands auteurs » et à retracer les principales « étapes de la pensée sociologique », qui le mettait absolument hors de pair, venait à point nommé pour répondre à une demande diffuse émanant de la communauté des sociologues : pouvoir disposer d’un authentique récit des fondations (ou, devrait-on plutôt dire, d’un récit des fondations authentifié). Enfin et surtout, philosophe de formation favorable à l’introduction en sociologie des plus vastes ambitions conceptuelles de sa discipline de cœur, il avait tout pour séduire les philosophes normaliens pour lesquels il avait une prédilection pour ainsi dire « innée » (étant lui-même un normalien d’élite) et qu’il ne cesserait d’encourager à marier la « philosophie » et le travail de terrain.

17Ce dernier point est le plus important. Aron avait une idée très nette des critères de l’excellence sociologique ; il s’était forgé un type-idéal du « grand sociologue » qui reflétait tout à la fois sa sensibilité aux besoins multiformes d’enquêtes statistiques suscités par le fonctionnement de la « société moderne » (sensibilité accrue, chez lui, par sa proximité avec les milieux de la haute fonction publique, de la politique, de l’entreprise industrielle et du journalisme) et l’idéal intellectuel de l’abstraction philosophique qu’il avait intériorisé et qu’il admirait, bien qu’il ne le pratiquât guère ; pour lui, le « grand sociologue », confondu avec la figure mythologique de l’agrégé normalien découvrant les joies aventureuses de l’enquête de terrain, devait être capable d’injecter dans le quotidien de ses recherches empiriques la profondeur de la réflexion philosophique.

  • 26 Cité dans Farrugia, 2000, 232.
  • 27 Houdeville, 2008, 136.
  • 28 Tournès, 2004, 541.
  • 29 Cité dans ibid.

18Certes, à bien des égards, l’ambition d’une synthèse idéale de la recherche empirique et de la théorie était une ambition durkheimienne qui, rénovée par Halbwachs, n’avait pas été sans inspirer quelques jeunes sociologues situés dans l’entourage de Gurvitch, comme Pierre Ansart : « Maurice Halbwachs était pour nous l’exemple d’un double effort : un effort de théorisation (sur la mémoire, sur les cadres sociaux de la mémoire) et une exigence de recherche empirique sur les réalités sociales26. » La supériorité d’Aron par rapport à Gurvitch (qui lui aussi allait volontiers chercher ses assistants à l’École normale supérieure27) tint cependant au fait qu’il réussît à rendre concrètement possible cette synthèse d’excellence en donnant à des philosophes normaliens tous les moyens institutionnels (et en fait carte blanche) pour l’accomplir. Agrégé normalien de philosophie, il était de surcroît convaincu avec un meilleur discernement que Gurvitch de la nécessité des enquêtes de terrain, peut-être du fait de sa proximité passée avec Célestin Bouglé, durkheimien préoccupé dans les années 1930 « par le renouvellement des méthodes de la sociologie28 » et qui estimait que « la sociologie, pour ne pas demeurer une philosophie en l’air, a[vait] besoin de recherches spéciales29 ».

  • 30 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (55), lettre de recommandation de Raymond Aron, n. d. À la fin des années (...)
  • 31 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (206), lettre de Julien Freund à Raymond Aron, 10 avril 1967.
  • 32 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (206), lettre de Raymond Aron à Julien Freund, 17 avril 1967.
  • 33 On pourrait aussi observer qu’Aron était prisonnier de la dichotomie entre la « théorie » (assimilé (...)

19C’est à l’aune de ce modèle d’excellence sociologique à la française qu’il jaugea la qualité des jeunes chercheurs dont il soutenait la carrière – ainsi l’ethnologue Jean Cuisenier : « Monsieur Cuisenier est un chercheur de qualité exceptionnelle. Les travaux qu’il a publiés témoignent d’une combinaison rare de culture philosophique et d’expérience empirique30 » –, ou qu’il s’efforça de redonner foi à ses « disciples », comme Julien Freund, qui lui avait confié ses doutes de sociologue (« Quelle science est la sociologie ? Ce que je fais, est-ce de la sociologie ?31 ») et auquel il écrivit ces lignes d’encouragement : « En l’état présent de notre discipline, les recherches empiriques et parcellaires rejoignent difficilement la réflexion philosophique, mais je crois indispensable un double développement : des études empiriques d’une part, de la réflexion philosophique d’autre part. Par ce biais, vous devriez trouver une justification à votre propre activité32. » L’idéal – difficilement atteignable – était bien de conjoindre les « recherches empiriques » et la « réflexion philosophique ». À défaut, il fallait sans doute se résigner à ce que ces deux exigences professionnelles du sociologue accompli se développent parallèlement (en quoi Aron, avec délicatesse, légitima la nette préférence exprimée par son ancien doctorant en faveur de la réflexion philosophique « pure »)33.

  • 34 Entretien avec Dominique Schnapper, Paris, 13 mars 2012.

20On ne s’étonne guère, dans ces conditions, qu’il eût fondé sur Pierre Bourdieu les plus grands espoirs. Il le reçut durant l’été 1959 (Bourdieu revenait d’Algérie) et en fit son assistant à la Sorbonne34. Nul mieux que ce dernier n’incarnait, à ses yeux, l’excellence sociologique. C’est ce qu’atteste, par exemple, la lettre de recommandation qu’il rédigea en décembre 1963 à l’attention de Fernand Braudel pour soutenir la candidature de son protégé à un poste de directeur d’études à la VIe section de l’EPHE :

Mon Cher Président et Ami,
Permettez-moi de vous présenter la candidature de Monsieur Pierre Bourdieu, maître de conférences à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Lille, à un poste de directeur d’études non cumulant.
Monsieur Pierre Bourdieu travaille depuis plusieurs années comme secrétaire général du Centre de Sociologie européenne qui appartient lui-même à la VIe Section de l’École Pratique des Hautes Études. À ce titre, il a rendu des services exceptionnels comme organisateur, animateur, directeur de recherches. Agrégé de philosophie, formé aux méthodes ethnologiques par ses travaux en Algérie, responsable de plusieurs enquêtes sociologiques en France même, sur l’éducation, la photographie, l’image, il est, à mon sens, sans conteste, un des plus brillants jeunes sociologues. Il pourrait se consacrer entièrement à ses travaux de recherche et l’on pourrait attendre de ses talents exceptionnels des résultats de premier ordre.

21Sur une feuille séparée était exposé le « plan d’enseignement » suivant :

  • 35 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (55), lettre de Raymond Aron à Fernand Braudel, 6 décembre 1963.

– Ethnologie et sociologie : Il s’agirait d’examiner à propos de recherches concrètes la validité des méthodes classiques de l’ethnologie dans l’étude des sociétés industrielles et d’essayer de déterminer dans quelle mesure l’observation des comportements individuels et la saisie des unités sociales comme totalités permettent de pallier certaines faiblesses des méthodes classiques de la sociologie empirique.
– Recherches empiriques sur la sociologie de la culture moderne : dans le prolongement des travaux déjà réalisés au Centre de Sociologie européenne, il s’agirait d’organiser un ensemble de recherches collectives (enquêtes par sondages menées en équipe et monographies) portant sur les différents aspects de la pratique et de la consommation culturelles dans les sociétés modernes ; les enquêtes antérieures ont fait apparaître le rôle déterminant de l’École dans la formation des attitudes à l’égard des différents types de biens culturels, depuis la cuisine jusqu’à la peinture abstraite : l’analyse des variations de la consommation culturelle selon les classes sociales et selon les niveaux d’instruction devrait donc s’accompagner de l’étude des institutions d’éducation, considérées en tant que système chargé de produire des consommateurs et des producteurs culturels35.

22Au sein de la nouvelle génération de sociologues qui émergeait au début des années 1960, Bourdieu était donc celui qui semblait offrir les meilleures garanties d’une articulation réussie de la puissance conceptuelle du philosophe (dûment certifiée par l’École normale supérieure) et du « sens pratique » du professionnel des enquêtes sociologiques. Aucun des autres futurs « grands » de la sociologie française qu’Aron fut amené à juger ne possédait, selon lui, autant de cordes à son arc.

Quelques « verdicts » du père de l’excellence sociologique à la française

  • 36 Entretien avec Raymond Boudon, Paris, 13 janvier 2009.
  • 37 Boudon, 2003, 23. Peu de temps après avoir obtenu son diplôme d’études supérieures sous la directio (...)
  • 38 « Bien que je n’aie pas encore lu l’article de Boudon, je suis à l’avance partisan de le faire figu (...)
  • 39 Boudon, 2003, 43. Dans un autre témoignage, Boudon s’est expliqué sur sa relation avec Lazarsfeld : (...)

Raymond Boudon était entré très tôt en contact avec Aron, alors qu’il était élève à l’École normale supérieure. Autour des années 1956-1957, le nouveau professeur à la Sorbonne lui avait en effet demandé d’organiser des conférences de sciences sociales rue d’Ulm, un peu dans l’esprit du Centre de documentation sociale de Célestin Bouglé36, avant de l’encourager à s’engager dans la voie d’une carrière sociologique37. Mais, bien que normalien agrégé de philosophie, Boudon était trop peu « philosophe », trop tourné vers les mathématiques et les méthodes quantitatives, trop fasciné par le modèle sociologique de Lazarsfeld pour séduire totalement le fondateur du CSE, lequel le cantonnait de manière significative à « l’école de sociologie mathématico-empirique38 » et fut à l’origine, avec Jean Stoetzel, d’une chaire de « méthodologie des sciences sociales » créée tout spécialement à son intention à la Sorbonne, en 196739.

  • 40 Crozier appelait ainsi les sociologues à abandonner les spéculations philosophiques pour « accepter (...)
  • 41 Crozier, 2002, 193.
  • 42 Ibid., 190.
  • 43 Ibid., 266.
  • 44 Ibid., 193.
  • 45 Ibid. Crozier sous-entend qu’Aron aurait été influencé en la circonstance par Bourdieu.
  • 46 Crozier évoque de manière révélatrice « la fascination qu’éprouvait le maître pour le jeune Bourdie (...)
  • 47 Ibid., 258-259.

Michel Crozier venait d’un univers – HEC – opposé en tout point à la culture normalienne et son expérience aux États-Unis avait accentué ce décalage. À l’évidence, son style de sociologue « expérimental » (et antiphilosophique) précocement établi ne pouvait pas convenir aux attentes implicites d’Aron40. Il était pourtant celui qui avait sans doute le plus intérêt à cultiver les faveurs du maître. Or, dès le début, il fut « très mal en cour41 ». Des États-Unis, où il séjournait (à la faveur d’une invitation du Center for Advanced Study de Stanford pour l’année 1959-1960) et d’où il suivait les jeux de pouvoir et l’agitation qui entouraient la mise sur les rails de ce qui deviendrait le Centre de sociologie européenne, il avait commencé par prendre la liberté de proposer à Aron un programme de recherches. Mais l’initiative, mal préparée et qui avait toutes les apparences d’une offre de services intempestive, fut mal jugée par Aron qui répondit sèchement à son élève. Crozier était un proche d’Éric de Dampierre, qui l’avait prestement averti des difficultés qu’il avait « à concilier un projet de laboratoire et la création d’une revue internationale [Archives européennes de sociologie]42 ». Or, si Dampierre put garder la haute main sur la revue, Aron choisit finalement de confier les rênes du centre à Bourdieu. En sorte que le petit groupe de recherche qu’avait créé Crozier et qui était institutionnellement rattaché au CSE se trouva, dans les faits, « sous la coupe d’un plus jeune aux dents longues43 », qui, « pour tous les petits problèmes administratifs », « guidait Aron dans sa décision44 ». On devine que Crozier vivait cette situation comme une humiliation. D’autant plus que, par la suite, Raymond Aron blâma au comité de direction de l’EPHE le fait que Friedmann lui eût sous-traité la conduite de son séminaire, bien qu’il n’eût pas encore achevé sa thèse et qu’il ne fût pas officiellement directeur d’études45. Bref, victime de l’élitisme normalien en vertu duquel Aron et Bourdieu éprouvaient l’un pour l’autre une fascination réciproque46, peu à l’aise avec les codes hiérarchiques de l’université française et incapable de jouer comme il convenait le jeu courtisan qui s’était établi autour d’Aron, Crozier était probablement habité par un ressentiment et mû par un désir d’affirmation de soi qui expliquent que, contre toute logique apparente, il eût définitivement ruiné le jour de sa soutenance de thèse, par une attitude insolente qui n’était que la manifestation extérieure d’un état de tension refoulé, toute chance de profiter du soutien d’Aron. Par deux fois, en effet, piétinant les us et coutumes de la Sorbonne, il interrompit par des propos ironiques l’exposé critique de son directeur de thèse, qui en fut blessé : « C’était d’autant plus absurde qu’Aron aurait dû être mon protecteur naturel dans ce milieu universitaire si difficile pour moi, qui devait lutter à la fois contre l’arrogance et l’hypocrisie mandarinale et les délires gauchistes qui commençaient à germer. Pourquoi avais-je heurté, au risque de le blesser, le seul vrai libéral susceptible de m’aider ? […] Une occasion […] avait été pour toujours manquée, que je payai cher par la suite en termes de carrière47. » La rupture entre les deux hommes étant consommée et mise sur la place publique, il ne restait plus, pour Crozier, qu’à régler les formalités de séparation de son groupe par rapport au CSE et à obtenir sa reconnaissance officielle par le CNRS, ce qui ne se fit pas sans difficulté.

  • 48 Touraine, 1977, 108.
  • 49 Aron, 1983, 348. Nos italiques.
  • 50 Entretien avec Alain Touraine, Paris, 16 janvier 2009. Voir Touraine, 1977, 24.

Alain Touraine, enfin, n’était visiblement pas à la hauteur des ambitions philosophiques qui semblaient être les siennes, quelque effort qu’il fît en ce sens, tout simplement parce qu’il ne possédait pas, à la base, le bagage intellectuel du philosophe, ce qu’Aron ne se priva pas de lui notifier le jour de sa soutenance de thèse, qui se transforma en une sorte de « mise à mort cérémonielle48 » : « Je reprochai à Touraine de se lancer dans des analyses plus philosophiques que sociologiques sans la maîtrise des concepts, sans la formation du philosophe49. » Au demeurant, on peut penser qu’il était plutôt contradictoire, de la part de Touraine, de chercher à faire consacrer par Aron (puisqu’il avait insisté pour que celui-ci dirigeât sa thèse principale alors qu’elle était déjà terminée) une approche toute personnelle de la sociologie qui procédait du refus inconscient d’exhiber un quelconque capital scolaire (Touraine, par exemple, n’a jamais cherché à faire fructifier son capital de normalien agrégé d’histoire nourri des grandes œuvres de Marc Bloch et Lucien Febvre) et lui avait précisément permis d’échapper à l’emprise des normes de l’excellence académique : de là, un style d’écriture fiévreux reflétant l’obsession de son auteur d’être branché sur l’histoire se faisant, sur le présent en tant qu’il annonce un monde nouveau, par quoi l’ancien khâgneux traumatisé d’avoir été coupé des événements historiques de la Deuxième Guerre mondiale dans sa prison dorée de Louis-le-Grand50 pensait pouvoir rattraper le temps perdu et rompre avec son milieu bourgeois d’origine. Or, à l’évidence, c’était sans compter sur une logique de concurrence qui l’enjoignit contre son gré à requérir le verdict ultime du père de l’excellence sociologique à la française.

  • 51 Ce qui ne l’empêchait pas de rester fidèle aux critères de l’excellence sociologique à la française (...)
  • 52 Crozier, 2002, 259. Nos italiques.
  • 53 Boudon précise ainsi qu’Aron « dit publiquement l’estime dans laquelle il tenait » L’Inégalité des (...)
  • 54 Aron, 1981, 306.

Pour ces prétendants, la situation était éminemment paradoxale : ils savaient, au fond d’eux-mêmes, qu’ils ne pourraient pas recueillir les suffrages d’Aron, tout en ne résistant pas à la tentation de les solliciter. Les « sociologues de droite », bien qu’ils profitèrent de Mai 68 pour se rapprocher d’Aron (mais celui-ci venait de perdre de facto son autorité de juge souverain de l’excellence sociologique51), plaisantaient entre eux de l’intérêt excessif que leur maître accordait aux jugements de la presse de gauche – Le Nouvel Observateur en premier lieu – et avaient probablement intériorisé le fait que seul un prétendant venu de la gauche et présentant un profil typique de penseur sophistiqué (Aron n’ayant jamais pu se débarrasser de la mauvaise conscience de s’être par trop consacré au commentaire journalistique, au détriment de l’écriture de livres abstraits et profonds, ni du complexe d’être loué pour sa clarté) pût bénéficier de sa reconnaissance suprême : d’où l’élection de Bourdieu, mal vécue mais rationalisée. Néanmoins, tous ressentirent le besoin de faire valoir, à titre de compensation posthume, la possibilité qui leur fut finalement donnée d’avoir avec le maître, à la fin de sa vie, « quelques conversations réellement profondes, d’égal à égal52 », ou telle expression « publique », si discrète fût-elle, de son « estime53 ». Quant à Touraine, il put trouver un certain réconfort dans le fait d’être érigé par Aron – assumant en fin de compte et non sans regret sa double identité « anormale » d’universitaire-éditorialiste – en une sorte d’alter ego de gauche : « Aujourd’hui, dans la génération suivante, mon ami Touraine, qui est un sociologue, manifestement souhaite être le commentateur de gauche des événements, et il le fait dans son style54. »

  • 55 Entretien avec Dominique Schnapper, Paris, 13 mars 2012.

23En définitive, Bourdieu, du fait de son aptitude peu commune à manier la culture philosophique que lui avait inculquée l’École normale et à concilier celle-ci avec la double expérience de la recherche empirique acquise sur le terrain kabyle et lors de grandes enquêtes sur la consommation culturelle menées en France, paraissait être le mieux placé pour s’accorder sans fausses notes avec le portrait idéal du « grand sociologue à la française » dessiné par Aron en combinant les réquisits des institutions scolaires d’élite (le « prestige philosophique ») et ceux des grandes administrations et entreprises nationales (les « enquêtes statistiques »). Sa nomination, en 1961, comme secrétaire général du Centre de sociologie européenne fondé en novembre 1959 dans le cadre de la VIe section de l’EPHE, à la faveur d’une aide de la Fondation Ford, confirma qu’il était bien the right man at the right place. Il inspirait une confiance totale, tandis que le premier secrétaire général en titre, Éric de Dampierre, avait donné, pendant deux ans, le sentiment de laisser les choses en plan, et avait eu raison de la patience d’Aron et des responsables de la Fondation Ford et de la Maison des sciences de l’homme55. Jusqu’en 1968, Bourdieu dirigea principalement les enquêtes menées dans le domaine prépondérant de l’éducation et de la culture tout en suppléant efficacement Aron s’agissant de la coordination au quotidien du travail des équipes de recherche. Il s’attacha aussi à former des disciples convaincus du bien-fondé de ses propres perspectives théoriques et de la nécessité de les mettre en musique dans des enquêtes empiriques. Cependant, il y a tout lieu de penser qu’Aron, qui accordait une grande valeur à son statut de directeur du CSE, se reconnaissait pleinement dans les recherches sociologiques mises en œuvre dans son laboratoire.

Excellence sociologique et utopie communautaire

  • 56 Bourdieu, 2004, 129.
  • 57 Bourdieu, 1984, 201.

24Aron n’était pas seulement le fondateur prestigieux et le directeur officiel du CSE. Il était aussi le directeur de thèse de Bourdieu : où se trouvait redoublé, par le biais du mécanisme de reproduction universitaire le plus pur, un lien de dépendance assoupli par les exigences nouvelles de la recherche sociologique, mais néanmoins contraignant. Certes, on cherchera en vain un rapport rationnel entre ce que Bourdieu, dans son autoanalyse, dit au sujet de son incapacité à « se soumettre au rite impensable de la soutenance de thèse56 », et les développements qu’il consacre dans Homo academicus à la thèse d’État comme moyen pour les professeurs « d’exercer un contrôle durable sur les aspirants à la succession57 ». Car Aron n’avait aucune intention de tenir en lisière un concurrent potentiel. Au contraire, il avait chaudement encouragé Bourdieu à explorer les terres encore vierges d’une excellence sociologique qui lui était hors de portée et qu’il ne pouvait qu’imaginer pour autrui ; et il rêvait de voir l’un de ses plus prometteurs jeunes collègues se plier avec panache – comme lui-même en 1938 – au modèle de la « grande thèse » faisant date.

  • 58 Bourdieu, 2004, 47.
  • 59 Il écrivit à Aron, à cette occasion, une lettre très impressionnante : « Très cher Ry, j’écris ceci (...)

25Étrangement, il est assez difficile de déceler, à la lecture des lettres de Bourdieu que l’on a pu consulter dans les archives Aron, le thème précis qu’il entendait traiter. Dans le curriculum vitae joint par le directeur du CSE à sa lettre de soutien écrite pour Fernand Braudel en décembre 1963, le titre de la thèse en cours de Bourdieu est libellé comme suit : « Contacts de civilisation en Algérie : les rapports entre la sociologie et l’histoire. » Il n’est pas impossible qu’un tel titre ait surtout eu pour objet de lever les réticences de Braudel, lequel, en effet, jugeait que les travaux de Bourdieu sur l’Algérie accordaient « trop peu de place à l’histoire58 ». En tout cas, il semblerait que ce dernier ait confusément nourri le projet d’une sorte de travail d’objectivation comparée de la « culture » en France et en Kabylie. Projet d’une ambition considérable, qu’il mûrira de fait pendant quinze ans (ce qui donnera Le Sens pratique et La Distinction) ; projet probablement irréalisable sous la forme d’une thèse et à propos duquel Bourdieu estimait n’avoir de comptes à rendre à personne, surtout après l’échec de sa première candidature à un poste de directeur d’études à la VIe section de l’EPHE59.

  • 60 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (55), « Projet pour une encyclopédie de sociologie en collaboration avec (...)

26Au surplus, Bourdieu travailla entre 1964 et 1968 sous la direction d’Aron à un projet d’encyclopédie de la sociologie qui devait paraître dans la prestigieuse collection « La Pléiade ». Aron devait rédiger l’introduction générale ainsi que la conclusion. Bourdieu avait été chargé de préparer le plan du volume. Une version écrite de sa main se trouve dans les archives Aron. L’encyclopédie devait être composée de cinq parties : I/ La sociologie et sa tradition ; II/ Les méthodes et les techniques de la sociologie ; III/ La société moderne et sa sociologie ; IV/ Les grands systèmes conceptuels ; V/ Positions modernes des problèmes anciens. Tous les prétendants et « jeunes patrons » de la sociologie française avaient été invités à apporter leur contribution : Passeron devait présenter une « Sociologie de la naissance de la sociologie » (I.1) ; le nom de Boudon était le seul pressenti pour la deuxième partie, en vue de traiter des « techniques d’analyse quantitatives et qualitatives » ; Bourdieu s’était attribué « l’École comme instance de socialisation (III.1) ; Touraine et Crozier devaient s’occuper du thème « Entreprises et organisation : les conditions institutionnelles de l’activité de production » (III.2) ; Balandier était responsable du chapitre « le développement des sociétés traditionnelles » de la cinquième partie, etc.60.

  • 61 Gobille, 2008, 274.

27Il y avait, là, tous les éléments d’une sorte d’acte de conciliation des différents courants de la sociologie française qui s’étaient développés dans l’improvisation et le désordre, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale – conciliation réalisée autour de la figure tutélaire d’un Aron secondé, en la circonstance, par Bourdieu. On mesure à quel processus de « notabilisation » ce dernier a échappé in extremis ! Et l’on comprend qu’il soit tentant d’imaginer qu’il n’attendait que le moment propice pour larguer les amarres et voler de ses propres ailes. Cela dit, on ne peut pas se permettre de faire l’impasse sur la complexité des rapports qu’il entretenait avec Aron et sur l’ambivalence de leurs sentiments réciproques. C’est pourquoi il nous paraît beaucoup plus conforme à la réalité des faits d’associer la résolution qu’a pu se forger Bourdieu et qu’il a maintenue contre vents et marées, à savoir rompre avec une position privilégiée mais en conserver les exigences intellectuelles en inventant un style scientifique hétérodoxe lui donnant les moyens de surmonter le clivage interne de son habitus, à ce qui s’est joué, avec des conséquences plus ou moins durables, dans maints secteurs professionnels en mai-juin 1968, c’est-à-dire « une certaine façon d’être hors la loi symbolique et d’opposer au monde institué, c’est-à-dire à l’objectivité du monde social, une dissidence symbolique, une hétérodoxie questionnant l’arbitraire de l’ordre établi et les ‘‘évidences’’ sur lesquelles il repose61 ».

  • 62 « Un beau jour, au cours d’une conversation avec le patron [Bourdieu] sur cette fameuse question de (...)
  • 63 Boltanski, 2008, 50.
  • 64 Ibid., 51.

28Le témoignage qu’a publié Luc Boltanski permet justement d’interpréter la création d’une revue comme Les Actes de la recherche en sciences sociales, dont le graphisme décoiffant, emprunté à l’univers des fanzines, radicalisait le désir d’autonomie qui avait été à son principe, comme une manifestation, dans le champ de la « recherche en sciences sociales », du souffle libertaire ayant porté et suivi Mai 68. Où l’on pouvait s’autoriser, dans l’atmosphère de contre-culture régnant au début des années 1970, des choses à proprement parler inimaginables quelques années plus tôt : c’est ainsi qu’un normalien philosophe, ancien bras droit de Raymond Aron, promis au plus brillant avenir, apparemment programmé pour revêtir sans faute de goût les habits de l’excellence sociologique cousus par le fondateur du CSE, put s’emballer à l’idée à première vue saugrenue de confectionner un « fanzine de sociologie62 ». Il y a là un effet de Mai 68 difficilement saisissable, mais néanmoins incontestable. Boltanski raconte en outre que le groupe constitué autour de Bourdieu avait pour objectif, dès 1970-1971, de publier « un grand livre collectif, dont le pivot était une réflexion sur Mai 68, ses origines et ses conséquences, et la visée une théorie du pouvoir et du changement social63 ». Le livre n’a jamais vu le jour. Mais le célèbre article « manifeste » intitulé « La production de l’idéologie dominante », écrit par Bourdieu et Boltanski en 1976, peut être considéré comme une synthèse des données patiemment réunies pendant des années (à la faveur d’enquêtes portant sur l’enseignement supérieur, la haute fonction publique, le patronat, etc.) et des perspectives conceptuelles qu’elles avaient fait émerger en nombre, c’est-à-dire comme une première ébauche d’interprétation générale de Mai 68, sous l’angle critique des modalités évolutives d’exercice du pouvoir par les classes dominantes. Comme l’explique Boltanski, l’équipe réunie autour de Bourdieu disposait d’un « trésor commun64 » qui recelait une quantité inépuisable de munitions pour livrer bataille contre le rétablissement économique, politique et surtout idéologique de l’établissement après 1968.

29En quoi, et au-delà de ce qui avait à voir avec la personnalité de Bourdieu, il n’est pas excessif d’inscrire la formation expérimentale d’un tel collectif de sociologie dans le sillage des utopies soixante-huitardes de communautés électives autogérées affranchies des hypocrisies et des mensonges de la « société ». Mai 68 a sans aucun doute eu pour conséquence, en effet, de renforcer Bourdieu et le petit groupe l’entourant dans leur conviction qu’il était possible de vivre suivant une sorte d’éthique scientifique de la rébellion leur vocation de sociologues, en s’assumant pleinement comme groupe réflexif – chaque membre étant sans cesse sommé de faire retour sur sa trajectoire sociale pour que, grâce à une discipline autoréflexive collectivement entretenue, fussent annulées toutes les inégalités attribuables aux différences d’origine sociale. Le témoignage de Boltanski est sur ce point extrêmement précieux :

  • 65 Ibid., 124-125.

La réflexivité sociologique était donc maniée comme s’il s’agissait d’une morale et parfois détournée à des fins répressives. Comme dans une société supposée parfaite (c’est-à-dire, je pense, dans notre esprit, parfaitement juste parce que les différences précédant l’entrée dans le groupe s’y seraient trouvées effacées, pour céder la place à des écarts dépendant uniquement de l’œuvre accomplie), les inégalités imputées à l’origine sociale devaient être explicitement prises en charge, de manière à être neutralisées. Aussi les « handicaps » de classe devaient-ils être compensés et les « avantages » de classe diminués de façon à ne pas se transformer en privilèges. Cette vision du monde en était arrivée à nous paraître à peu près normale, c’est-à-dire à la fois ajustée à l’expérience, inscrite dans les dispositifs de la réalité et conforme aux résultats des recherches sociologiques. Aussi avions-nous tous plus ou moins adopté l’attitude consistant à juger les autres en mettant en œuvre une sémiologie reposant sur l’origine de classe sans réaliser que nous prenions ainsi une posture dans laquelle on peut voir, rétrospectivement, un reliquat des pires pratiques qu’avait inspiré le genre de moralisme associé à la diffusion d’un marxisme mal compris véhiculé dans les milieux communistes ou dans les cercles maoïstes dont nous souhaitions pourtant rester à distance65.

  • 66 Lacroix, 2006, 23.

30L’assimilation de la réflexivité de groupe qui était de rigueur chez les « bourdieusiens » aux pratiques de culpabilisation des militants issus de la bourgeoisie à l’œuvre par exemple dans les groupuscules maoïstes, pour polémique qu’elle soit, nous rappelle combien le « moment Bourdieu » de la sociologie française, à ses débuts, participait d’un esprit d’expérimentation d’un vivre ensemble communautaire électif (gouverné par la règle d’or de la transparence absolue) caractéristique des « années 1968 ». Cela explique, à rebours des analyses trop exclusivement centrées sur la personnalité prétendument machiavélique de Bourdieu (dont les ressorts psychiques, du reste, sont d’autant moins bien élucidés que l’on se contente d’emprunter à la psychologie populaire quelques figures typiques à des fins de dénonciation morale), pourquoi une telle entreprise a suscité tant de ruptures dramatiques et de déceptions irréparables. Pour toutes les entreprises communautaires ayant suivi 1968, si différentes fussent-elles, il y avait un prix à payer, qui tenait à la nécessité d’« organiser production et reproduction66 », c’est-à-dire de résoudre en premier lieu la question de la survie matérielle du groupe. Bien plus, peut-on imaginer sans difficulté, l’aspiration à une réinvention des relations sociales sur la base virginale d’une éradication de la structure des relations sociales qui fait de chacun ce qu’il est, quoi qu’il en ait, ne pouvait que conférer un aspect dramatique à la réapparition de ce que l’on pensait avoir congédié une fois pour toutes – les problèmes relationnels. Au sein d’une communauté de professionnels de la sociologie comme l’équipe de Pierre Bourdieu, a fortiori, il est évident que la projection vers un idéal collectif régi par les seules règles du mérite scientifique et subordonné en même temps à la réalisation d’un objectif d’excellence associé à une trajectoire individuelle (celle du « patron » Bourdieu) était intrinsèquement aporétique. L’obligation pesant sur ces professionnels, à titre d’hygiène réflexive élémentaire, de rendre des comptes sur leur passé, c’est-à-dire sur leur extraction sociale, revenait à leur faire accepter une infériorité de principe tout en les précipitant dans les abîmes d’une réflexion auto-objectivante sans fin : car quel lien convenait-il d’établir entre les origines sociales et la formation scolaire de chacun, d’un côté, et la capacité supposée ou le droit à faire œuvre de chercheur original, de l’autre ? Enfin, le rêve d’une cité scientifique communautaire purifiée de l’aveuglement sur soi-même engendré par une structure des rapports sociaux favorisant la domination culturelle d’une minorité courrait de grands risques d’achopper sur l’intolérance à autrui qu’induit la réflexivité entendue comme retour sur tout ce qui détermine, au plus profond, la personnalité individuelle.

31Si le groupe Bourdieu, après 1968, fonctionna à plein comme groupe réflexif, il ne serait pas exact de penser qu’il en fût de même du temps où le CSE, officiellement, était dirigé par Raymond Aron. Le CSE, alors, ne constituait pas une unité solidaire et interactive (il n’y avait pas, pour ainsi dire, de vie de laboratoire, du moins pas avant 1964-1965) ; il consistait plutôt en la superposition de deux ensembles atomisés, l’un, inférieur et d’une circonférence limitée, qui avait pour centre Bourdieu, l’autre, supérieur et beaucoup plus vaste, qui avait pour centre Aron. Néanmoins, les relations que les chercheurs entretenaient au quotidien avec Bourdieu, dans le cadre des différentes enquêtes mises sur pied, étaient gouvernées par un idéal transcendant que tous avaient en partage, celui du travail collectif et de l’innovation en commun. Entre 1962 et 1964, ainsi, s’étaient dessinés les premiers linéaments de la structure de relations qui s’imposa dans les années 1970 (celle décrite par Boltanski). De même que pour le primat de la réflexivité comme modalité de régulation du rapport à soi et des relations interpersonnelles dans le microcosme du CSE, il devrait être possible – même si la tâche outrepasse les limites de la présente étude – de mettre en lumière l’effet propre de la structure de la personnalité de Bourdieu s’agissant de l’informalisation (ou de la dé-formalisation) des relations de pouvoir, moins encadrées, moins rigides, moins indissociables qu’autrefois de normes de comportement rendant immédiatement visibles les différentiels de statut, qui ne témoignait pas moins, à cette échelle, d’une transformation générale des structures sociales.

  • 67 Pour se faire une idée de l’ensemble des enquêtes et des opérations analytiques sur lesquelles repo (...)

32À ce propos, le témoignage d’une chercheuse qui dut quitter le CSE en 1965, après être tombée en dépression parce qu’elle avait eu le sentiment d’être dépossédée des fruits de son travail (à la suite de la fameuse enquête réalisée en 1963 sur les goûts et les pratiques photographiques, qui servit de base à l’écriture de La Distinction67), nous paraît fort instructif :

Bourdieu était quelqu’un qui soulevait l’enthousiasme – de là aussi la violence de ma réaction. […] C’était l’idée de participer à une aventure intellectuelle nouvelle, et même révolutionnaire. Il y avait de l’humour partout. Tout ce qui se faisait ailleurs était tourné en dérision. […] Il y avait une sorte d’inconvenance contestataire qui était extraordinaire. Alors vous croyez que vous participez à une œuvre, que vous participez à quelque chose qui est en train de se faire…

  • 68 Il va de soi qu’aucun laboratoire de recherche n’a été épargné, avant et après 1968, par les confli (...)

33Que le « chef » ait un droit de regard prioritaire sur le travail réalisé sous sa direction est dans l’ordre des choses lorsque la hiérarchie est clairement établie et les relations de domination aussi parfaitement formalisées qu’elles sont intériorisées ; c’est différent lorsque celui-ci est un « copain » ou un « ami » qui de surcroît incarne « l’émergence d’un regard nouveau ». Ce témoignage confirme utilement que l’opposition entre « l’utopie communautaire » et l’idéal académique d’excellence individuelle constitua, de toute évidence, un trait structurant des années 1960-1970, bien que des réponses différentes y furent apportées68. Après 1968, constate-t-on dans le cas du CSE, une sorte de réflexivité réparatrice accompagna l’instauration d’un système hiérarchique alternatif à celui qui avait cours traditionnellement dans l’Université, sans que fût jamais totalement effacée la contradiction entre, d’un côté, la mystique du collectif, l’utopie du travail communautaire, la culture de l’inconvenance, l’effervescence intellectuelle propre aux moments fondateurs, et, de l’autre, la réalité de rapports de domination subordonnés à l’accomplissement d’une grande œuvre individuelle – forcément individuelle.

Michel Crozier et la « rupture de Mai 68 »

  • 69 Crozier, 2004, 54. Les numéros de page des autres extraits cités dans cet encadré figurent dans le (...)

Il n’est que de lire le deuxième volume des Mémoires de Michel Crozier pour se convaincre de la profondeur de la ligne de fracture creusée par Mai 68 dans la sociologie française. Ce ne sont pas seulement les péripéties de la carrière du « sociologue des organisations », mais tous les événements politiques et sociaux auxquels il a été associé jusqu’à la fin des années 1990, d’une façon ou d’une autre (en tant que conseiller des princes, à titre d’expert ou comme simple spectateur), qui sont lus et interprétés (ou peut-être réinterprétés) à l’aune de la « rupture de Mai 68 » : dans l’entourage de Jean-Jacques Servan-Schreiber, au tout début des années 1970, lorsque le fondateur de L’Express semblait promis à une grande carrière politique de Kennedy français, l’obsession était d’être à la « hauteur du défi de Mai 6869 » ; « l’année 1978 fut la dernière année de fièvre politique qui suivit la rupture de Mai 68 » (p. 128) ; lors des manifestations lycéennes de 1986, « les passions populaires déchaînées en 1968 étaient réveillées » (p. 277) ; en décembre 1995, « le spectre de Mai 68 était revenu » (p. 340). Si Crozier choisit de quitter Harvard pour revenir en France, confie-t-il dans les premières pages d’À contre courant, c’était avec l’ambition de participer aux mutations de la société française après 1968 : « Le vieux pays était en train de faire sa mue. Il fallait que je sois là pour y participer » (p. 10). D’emblée, l’enseignement de la sociologie en faculté lui fut interdit à cause du « harcèlement continuel des groupuscules gauchistes » (p. 9) ; de toute façon, il n’était pas « revenu pour enseigner », mais « pour la politique ou plutôt pour la lutte civique » (p. 9). La gestion du laboratoire qu’il avait fondé en 1963 dans le cadre du CNRS, le Centre de sociologie des organisations (CSO), n’en fut pas moins influencée, plus qu’il ne l’eût souhaité, par l’esprit de 1968 : « Pendant dix-huit mois, au sortir de la révolution de 68, le conseil de laboratoire fut l’organe de direction. […] Avais-je été intoxiqué par cette révolution que j’avais combattue ? Je le niais certes, mais je n’avais pas résisté à son influence qui enveloppait la France. J’avais voulu que nous soyons en ‘‘autogestion’’ » (p. 16). Il se rassure tout de même a posteriori : « Le CSO fut affecté, dans une moindre mesure que la plupart des autres groupes de recherche, par la fièvre gauchiste qu’entraîna la révolution de 68 » (p. 32). De même, la création de ce qui deviendra le DEA de sociologie de l’IEP de Paris, via l’Association pour le développement des sciences sociales appliquées (ADSSA), fut le fait d’universitaires « opposés à la démagogie et aux illusions soixante-huitardes » (p. 23), dont Henri Mendras, Raymond Boudon et Jean-Daniel Reynaud ; pour eux, « l’Université à l’ancienne était détruite mais les rêves exaltés de 68 se révélaient incapables de combler le vide » (p. 24). Le CSO et le DEA de sociologie répondaient, cela dit, à une stratégie de repli délibéré. Crozier, en effet, ne laisse pas de se décrire comme un marginal s’escrimant à fixer des positions défensives face à la vague critique gauchiste ayant submergé la sociologie française après 1968 ; il se dit irrémédiablement condamné à une posture minoritaire dans la mesure où « la révolution de 68 était, avant tout, celle de la culture et de l’information. Tout le système culturel avait, une fois pour toutes, basculé à gauche » (p. 49) : « C’est la révolution de Mai 68 qui a détruit le pouvoir universitaire et consacré la montée d’un pouvoir intellectuel médiatique de plus en plus envahissant » (p. 234). Ce dont auraient tiré profit les sociologues de la dénonciation et, en particulier, son grand rival Pierre Bourdieu : « Il réussit ainsi à fasciner l’équipe de philosophes qui avait pris en main la direction du Monde des livres et commençait à faire la loi dans le monde médiatique des journalistes et de l’intelligentsia » (p. 237). Et même lorsque le sociologue « à contre-courant » est sollicité pour présider la très officielle Société française de sociologie, la charge s’avère plus lourde qu’il ne le craignait et, en définitive, impossible : « Mai 68 était passé et il fallait reconstruire quelque chose, mais les passions étaient si vives que cela se trouva impossible. Dans le milieu sociologique, j’étais trop identifié à droite » (p. 36). Enfin, il sous-entend que la plupart de ses livres ont été conçus comme des réponses à « 68 » et il évalue leur impact, après coup, à l’aune de cette date charnière, jusqu’à imputer l’échec de Quand la France s’ouvrira, en 2000, au retour de « l’esprit de 68 » (p. 363). C’est vrai surtout du projet La Société bloquée (publié en 1970 aux éditions du Seuil) : « Ça devait être la conclusion, pour moi, de l’après-Mai 68 » (p. 38) ; « petit à petit il s’imposa à moi, jusqu’à constituer ma réponse à la crise de 1968 » (p. 44) ; « la révolution de 68 était la dernière à ce jour et il était grand temps de dépasser ce modèle » (p. 41). Mais son propre éditeur ne s’attendait pas au succès du livre : « Il ne me soutenait pas vraiment parce qu’il s’était laissé prendre par la mode de 68 et me croyait plutôt vieux jeu » (p. 41). À cause de ses erreurs de prévision de vente et de son manque de soutien, ce livre ne put « s’imposer comme le livre de la ‘‘nouvelle société’’ qu’il avait vocation à devenir » (p. 42), tant il « s’accordait aux désirs et aux besoins d’une société française qui avait été ébranlée par la secousse profonde de 1968, mais ne voulait pas revenir en arrière » (p. 79).

  • 70 Voir Joly, 2012, 36-68.
  • 71 Même s’il persiste encore, comme l’a bien montré Gérald Houdeville, « des formes de différenciation (...)

34La formalisation, sous le vocable de « sociologie », d’un mode de compréhension et d’explication scientifique de la réalité sociale-historique en tant qu’ordre de réalité spécifique a été longuement préparée par une évolution sécularisante des modes de pensée reflétant et ordonnant un double processus de différenciation des fonctions sociales et de construction identitaire « nationale » favorisé par le monopole étatique de la violence physique légitime. L’une des raisons d’être des sociologues est de traiter, sur un mode autonome, des problèmes soulevés par la perpétuelle remise en jeu des équilibres de la balance des pouvoirs entre les différents secteurs interdépendants des sociétés étatiques. Une telle réfraction d’un contexte conflictuel dans un univers en quête d’autonomie a d’autant plus engendré des oppositions conceptuelles et paradigmatiques que l’une des caractéristiques de la sociologie, du moins jusqu’à très récemment, est d’avoir toujours été composée d’agents aux trajectoires sociales très variées et de détenteurs de capitaux intellectuels fortement hétérogènes. Écrire une histoire générale de la sociologie exigerait peut-être, ainsi, de penser simultanément la dépendance du savoir sociologique à ce que nous appelons l’espace du pensable social-historique70 et la spécificité d’un microcosme social structurellement différencié du point de vue de ses effectifs et des outils intellectuels potentiellement mobilisables en son sein. Quand l’univers sociologique ne sera plus constitué que de sociologues formés comme sociologues au cours d’un cursus universitaire homogène (à l’instar de la majorité des philosophes, des historiens ou des économistes), les problèmes de la sociologie se poseront peut-être en des termes différents. D’ailleurs, on se dirige de plus en plus vers ce modèle disciplinaire et il semblerait bien que la sociologie soit en train de perdre petit à petit son statut de discipline la plus accueillante pour les transfuges issus d’autres disciplines71.

  • 72 Il s’agit du titre de l’introduction de Boudon, 2004.

35La présence surplombante (et intimidante) de Raymond Aron dans la sociologie française des années 1960 avait eu pour conséquence de contenir les ambitions, les velléités d’autonomie des différents prétendants, venus d’horizons différents. Tous rongeaient leur frein au sein d’un système diffus et informel de cohabitation forcée dont l’équilibre ne s’est pas avéré tenable sur la durée ; tôt ou tard, il était inévitable que les tensions tenues sous le boisseau éclatassent. Et l’on ne peut qu’être déconcerté par la violence des conflits qui s’ensuivirent si l’on ne voit pas que la volonté manifestée par Bourdieu de rester fidèle au modèle d’excellence sociologique qu’avait projeté sur lui Aron (ce qui lui avait conféré une avance décisive sur ses rivaux), mais en en réinventant les modalités de réalisation et la finalité, ne le disposait guère à reconnaître la légitimité d’autres conceptions de la sociologie et ne pouvait que lui interdire, en retour, la reconnaissance unanime dont les « grands » sont généralement l’objet dans l’institution ; conflits d’autant plus inextinguibles que ses adversaires étaient paradoxalement en droit de le tenir pour un représentant typique du modèle dominant de la rhétorique à la française, aussi hétérodoxe que fût sa démarche, et de se considérer eux-mêmes comme des francs-tireurs victimes des pesanteurs d’une certaine tradition culturelle – à l’image d’un Boudon présentant le libéralisme comme une « tradition minoritaire parmi les intellectuels72 » ou d’un Crozier déplorant l’incompatibilité entre son projet de sociologie réformatrice et les attentes du système français d’excellence universitaire.

36C’est dire si la sociologie française, après 1968, a été marquée par la jonction contre-nature et par conséquent intolérable entre un modèle orthodoxe d’excellence sociologique et une vocation irrépressible d’hétérodoxie.

Haut de page

Bibliographie

Ansart, P., 1990, Les Sociologies contemporaines, Paris, Seuil.

Aron, R., 1981, Le Spectateur engagé. Entretiens avec Jean-Louis Missika et Dominique Wolton, Paris, Julliard.

Aron, R., 1983, Mémoires, Paris, Julliard.

Aron, R., 2005, « Dix-huit leçons sur la société industrielle » (1962), dans Penser la liberté, penser la démocratie, Paris, Gallimard, p. 751-989.

Aron, R., 2006 [1959], « Société moderne et sociologie », dans Les Sociétés modernes (textes rassemblés et introduits par S. Paugam), Paris, PUF, p. 267-286.

Baverez, N., 1993, Raymond Aron. Un moraliste au temps des idéologies, Paris, Flammarion.

Boltanski, L., 2008, Rendre la réalité inacceptable, Paris, Demopolis.

Boudon, R., 1996, « Pourquoi devenir sociologue ? », Revue française de science politique, 46/1, p. 52-79.

Boudon, R., 2003, Y a-t-il encore une sociologie ?, Paris, Odile Jacob.

Boudon, R., 2004, Pourquoi les intellectuels n’aiment pas le libéralisme, Paris, Odile Jacob.

Bourdieu, P., 1984, Homo academicus, Paris, Minuit.

Bourdieu, P., 2004, Esquisse pour une autoanalyse, Paris, Raisons d’agir.

Crozier, M., 1963, Le Phénomène bureaucratique. Essai sur les tendances bureaucratiques des systèmes d’organisation modernes et sur leurs relations en France avec le système social et culturel, Paris, Seuil.

Crozier, M., 1970, La Société bloquée, Paris, Seuil.

Crozier, M., 2002, Ma belle époque. Mémoires (1947-1969), Paris, Fayard.

Crozier, M., 2004, À contre-courant. Mémoires (1969-2000), Paris, Fayard.

Drouard, A., 1982, « Réflexion sur une chronologie. Le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante », Revue française de sociologie, 23/1, p. 55-85.

Farrugia, F., 2000, La Reconstruction de la sociologie française (1945-1965), Paris, L’Harmattan.

Gobille, B, 2008, « La vocation d’hétérodoxie », dans Damamme, D., Gobille, B., Matonti, F., Pudal, B. (dir.), Mai-Juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, p. 274-291.

Grémion, P., 2005, « De Pierre Bourdieu à Bourdieu », Études, 402/1, p. 39-53.

Grémion, P., 2008, « Les sociologues et 68. Notes de recherche », Le Débat, 149, p. 20-36.

Grémion, P., Piotet, F. (dir.), 2004, Georges Friedmann. Un sociologue dans le siècle 1902-1977, Paris, CNRS Éditions.

Heilbron, J., 1991, « Pionniers par défaut ? Les débuts de la recherche au Centre d’études sociologiques (1946-1960) », Revue française de sociologie, 32/3, p. 365-379.

Houdeville, G., 2008, Le Métier de sociologue en France depuis 1945. Renaissance d’une discipline, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Joly, M., 2012, Devenir Norbert Elias. Histoire croisée d’un processus de reconnaissance scientifique : la réception française, Paris, Fayard.

Lacroix, B., 2006, L’Utopie communautaire. Mai 68, histoire sociale d’une révolte, Paris, PUF.

Le Strat, C., Pelletier, W., 2006, « Tocqueville ‘‘libéral’’, ou les fortunes d’Aron », dans Cohen, A., Lacroix, B., Riutort, P. (dir.), Les Formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique xviiie-xxe siècle, Paris, PUF, p. 227-296.

Masson, P., 2001, « La fabrication des Héritiers », Revue française de sociologie, 42/3, p. 477-507.

Mazon, B., 1988, Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécénat américain 1920-1960, Paris, Cerf.

Mendras, H., 1995, Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud.

Passeron, J.-C., 2003, « Mort d’un ami, disparition d’un penseur », dans Encrevé, P., Lagrave, R.-M. (dir.), Travailler avec Bourdieu, Paris, Flammarion, p. 17-90.

Saint-Martin, M. (de), 2013, « Les tentatives de construction de l’espace social, d’“Anatomie du goût” à La Distinction. Quelques repères pour l’histoire d’une recherche », dans Coulangeon, P., Duval, J., Trente après La Distinction de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte (Recherches), p. 29-44.

Touraine, A., 1977, Un désir d’histoire, Paris, Stock.

Tournès, L., 2006, « Le durkheimisme face à ses contradictions : l’enquête sur le chômage de l’Institut scientifique de recherches économiques et sociales (1935-1937) », Revue française de sociologie, 47/3, p. 537-559.

Tréanton, J.-R., 1991, « Les premières années du Centre d’études sociologiques », Revue française de sociologie, 32/3, p. 381-404.

Tréanton, J.-R., 1992, « Les débuts du CES, 1946-1955 », Revue française de sociologie, 33/3, p. 487-495.

Vannier, P., 2002, « Les caractéristiques dominantes de la production du Centre d’études sociologiques (1946-1968) : entre perpétuation durkheimienne et affiliation marxiste », Revue d’histoire des sciences humaines, 2, p. 125-146.

Veyne, P., 1995, Le quotidien et l’intéressant, Paris, Les Belles Lettres, 1995.

Haut de page

Notes

1 Mendras, 1995, 167.

2 Grémion, 2005, 44.

3 Ibid. Grémion se réfère au témoignage de Raymond Aron jusque dans l’erreur sur le nom du Centre de sociologie européenne (qu’Aron nomme « Centre européen de sociologie ») : « L’appel que j’adressai ‘‘au nom des silencieux’’ aux enseignants de tous les degrés contribua à modifier le climat. […] L’adresse que j’avais donnée au Figaro, celle du Centre européen de sociologie, provoqua ma rupture avec Pierre Bourdieu. Ses fidèles s’étaient répandus à la Sorbonne, distribuant des tracts conformes à l’évangile Bourdieu-Passeron, lançant la formule des ‘‘États Généraux de l’enseignement’’ » (Aron, 1983, 474).

4 Grémion, 2008, 32-33. « Une fois son équipe constituée, Bourdieu conquit son indépendance à la faveur de 1968 » (Mendras, 1995, 102).

5 Baverez, 1993, 329-330.

6 Passeron, 2003, 73.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Pour une esquisse d’histoire du CSE sous cet angle, voir Masson, 2001, 488-489.

10 Non pas, bien sûr, qu’Aron fût indifférent au sort des membres du groupe de recherche qu’il avait fondé et qu’il ne fût pas en mesure d’aider à l’améliorer. Ainsi ne manqua-t-il pas de mettre tout son poids dans la balance pour attirer l’attention de la direction de l’École pratique des hautes études (EPHE) sur la situation du CSE et pour faire en sorte, notamment, que son personnel eût l’assurance de pouvoir y faire carrière. Bnf-manuscrits, NAF 28060 (55), lettre de Raymond Aron à Clemens Heller, 16 décembre 1964. Il lui arriva aussi d’intervenir avec sollicitude auprès de l’Inspection générale de l’Éducation nationale pour permettre aux épouses de deux de ses collaborateurs d’obtenir un poste près de Paris.

11 Nous avons consulté pour le moment les archives Raymond Aron, conservées au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, et remercions Dominique Schnapper de nous en avoir autorisé l’accès. Nous avons pu nous entretenir avec Raymond Boudon, Monique de Saint-Martin, Dominique Schnapper et Alain Touraine, ainsi qu’avec une ancienne chercheuse du CSE (1962-1964) qui a préféré garder l’anonymat.

12 Voir Grémion, 2008, 31-34. De manière générale, cet article, dont le sérieux n’est pas à mettre en doute, relativise tellement l’importance du lien Aron-Bourdieu qu’il interdit de comprendre la structuration réelle des rapports de force et des hiérarchies constitutives de la sociologie française des années 1960. En sorte que le souci louable exprimé par l’auteur de rappeler l’insertion de sociologues comme Alain Touraine ou Michel Crozier dans la dynamique de modernisation de la société française pilotée par la haute fonction publique après la Deuxième Guerre mondiale, et que « Mai 68 brisa net » (ibid., 36), n’est pas loin de le faire tomber – tant il peine à cacher son regret d’une occasion manquée qui aurait profité à la sociologie critique bourdieusienne, laissée libre de prospérer – dans les travers bien connus de l’histoire partiale et partielle. Ainsi, par exemple, Grémion note-t-il que les conditions de la création de la licence de sociologie sont mal connues, sans dire qu’elle a résulté d’une initiative d’Aron (ibid., 21). Semblablement, dans les longs développements consacrés à Touraine, Crozier, François Bourricaud et Boudon, il omet de préciser la nature complexe des rapports qu’ils entretenaient tous avec Aron, alors même qu’ils n’ont pas pu ne pas en subir l’attraction et que le soutien et les verdicts de celui-ci orientèrent décisivement leur carrière : à le lire, on pourrait croire qu’ils n’ont jamais eu affaire à lui. C’est le rôle central joué par Aron dans la sociologie française des années 1960 et l’« avance » (en termes de reconnaissance symbolique) dont bénéficia Bourdieu du fait de son « élection » par le maître qui sont ainsi perdus de vue. Pour la même raison, les conséquences de la « rupture » Aron-Bourdieu en 1968 ne sont pas saisies.

13 Le Strat, Pelletier, 2006, 229. Il est permis de douter que Tocqueville ait exactement joué le rôle que lui attribuent les auteurs de cette excellente étude dans les stratégies mises en œuvre par des prétendants comme Raymond Boudon ou Michel Crozier pour s’attirer les bonnes grâces d’Aron et faciliter ainsi leur carrière. L’un et l’autre se seraient convertis au « Tocqueville d’Aron ». Ils se seraient ralliés, tout bonnement, à « l’interprétation aronienne de Tocqueville » (ibid., 231-232). Or, si on lit avec attention Le Phénomène bureaucratique de Crozier, on constate que celui-ci adapte Tocqueville à ses propres préoccupations de recherche et d’analyse théorique, non sans esprit critique (voir Crozier, 1963, 301). Au reste, la liberté interprétative dont il fait preuve à l’égard des thèses de Max Weber sur la bureaucratie, discutées dans son livre dans le contexte des débats qu’elles ont suscités dans la sociologie américaine (ibid., 233 et suiv.), ne sera pas sans lui être reprochée par Aron le jour de sa soutenance de thèse (voir Crozier, 2002, 257). Quant à la lecture que Boudon a proposée de Tocqueville, elle relève d’un registre qu’il a appliqué de manière systématique à tous les « sociologues classiques » (Georg Simmel, Max Weber, Émile Durkheim, mais aussi Gabriel Tarde, Max Scheler, etc.) et par lequel il s’est efforcé de retrouver dans leurs écrits (analysés en tant que théories scientifiques) les fondements de la méthodologie par excellence (selon lui) des sciences sociales : l’individualisme méthodologique. Ce qui l’a amené, ce faisant, à prendre ses distances avec le type de lecture proposé par Aron : « J’ai lu Tocqueville assez tard. […] Le fait que Raymond Aron l’ait inclus dans la galerie de portraits que constitue son ouvrage sur Les Étapes de la pensée sociologique m’a en effet incité à le lire. […] Mais l’ayant lu, j’ai eu l’impression que ce que j’y voyais était très différent de ce qu’Aron y avait discerné. Il le présente plutôt comme un philosophe politique, comme l’auteur avant tout d’une sombre méditation sur la démocratie et l’égalitarisme. J’ai plutôt découvert un auteur qui a créé des théories explicatives scientifiquement solides des phénomènes qui l’ont intrigué, comme les différences entre la société française et la société américaine, ou entre la société française et la société anglaise. C’est un immense sociologue comparatiste. C’est pour moi un modèle, au sens où son objectif est l’explication de phénomènes complexes et son moyen la construction de théories soumises aux critères généraux de toute démarche scientifique » (Boudon, 2003, 24-25). Bref, si Aron représenta pour Boudon et Crozier un point de référence incontournable, ce n’est pas pour autant que ceux-ci ne disposaient pas d’une autonomie de jugement et de comportement à son égard.

14 Voir Mazon, 1988.

15 Sur le CES, voir Heilbron, 1991 ; Tréanton, 1991 ; Tréanton, 1992 ; Vannier, 2002.

16 Mendras, 1995, 24. Voir les témoignages d’Edgar Morin, Jean-René Tréanton, Henri Mendras, Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine dans Grémion, Piotet, 2004, 157-179.

17 Drouard, 1982, 70.

18 Faisant le bilan de son investissement dans l’univers de la sociologie française pendant une quinzaine d’années, Aron, modeste, ne « revendique » qu’une seule « responsabilité », à savoir la création de la licence de sociologie : « C’est au cours de la période où j’enseignais à la Sorbonne que s’amorça le rapprochement des chercheurs et de l’Université. Simple coïncidence et non pas rapport de cause à effet. Le nombre des étudiants en sociologie, la popularité des sciences sociales, le déclin des humanités, toutes les circonstances favorisèrent l’ascension de la sociologie dans les facultés – ascension qui apparut après coup comme une des causes des événements de mai 1968. Personnellement je revendique la responsabilité – mérite ou démérite selon les jugements des uns et des autres – d’avoir créé en deux ans (exceptionnelle rapidité pour une réforme institutionnelle) la licence de sociologie » (Aron, 1983, 343). C’est sous-estimer quelque peu le fait que la conjonction de ses ressources intellectuelles et de son capital social a permis à Aron de jouer un rôle central dans le rapprochement de la recherche et de l’Université qui a eu lieu entre 1955 et 1968.

19 Bourdieu, 2004, 46. Entre 1960 et 1964, le nombre des chercheurs en sociologie au CNRS et des directeurs d’étude à la VIe section de l’EPHE est passé respectivement de 56 à 90 et de 48 à 80. Voir Drouard, 1982, 69.

20 Crozier, 2002, 131. A posteriori, Crozier dépeint Gurvitch en « intellectuel russe quelque peu byzantin [qui] occupait une situation trop au-dessus de ses moyens » et dont il n’appréciait guère « les prises de parti à la fois dogmatiques et gauchistes » (ibid., 132). Il profita d’une brouille entre Friedmann (qui était son parrain au CNRS) et Gurvitch (qui était tout à la fois son directeur au CNRS et son directeur de thèse) pour se rapprocher d’Aron et lui demander de bien vouloir diriger sa thèse d’État. De manière générale, force est de le constater, Gurvitch ne laissera pas de susciter, après l’élection d’Aron à la Sorbonne et jusqu’à sa mort, en 1965, des réactions évidentes de rejet et de contournement qui, auparavant, en raison de la position monopolistique qu’il détenait dans la sociologie française, s’étaient exprimées uniquement dans l’éclat de ruptures fracassantes et de polémiques. En témoigne la campagne menée contre lui, pétitions et livres « théoriques » à l’appui, par son ancien assistant Armand Cuvillier. Raymond Boudon a confirmé cet état de fait : « Dans les années d’après-guerre, la sociologie était largement dominée par Georges Gurvitch. Il dirigeait la seule collection de sociologie qui existait à l’époque [la collection « Bibliothèque de sociologie contemporaine » aux Presses universitaires de France] ; il publiait sous son autorité la seule revue de sociologie, les Cahiers internationaux de sociologie. Il représentait donc la figure centrale de la sociologie en France. Je dois dire que, dès cette époque, je ressentais une très vive réticence à l’endroit de sa sociologie. […] C’est pourquoi je me suis tourné vers Raymond Aron » (Boudon, 2003, 22). Pour Touraine, Gurvitch était un « pré-sociologue » : « les problèmes de société lui étaient étrangers » (cité dans Farrugia, 2000, 237 et 95). Maîtrisant assez mal le français, fragilisé psychologiquement par la Révolution russe et par l’exil, prisonnier de formulations conceptuelles fondamentalement aporétiques, il n’avait pas les moyens intellectuels et institutionnels de « faire la synthèse de l’empirique et du théorique », contrairement à ce qu’« il disait et […] répétait », selon sa secrétaire Yvonne Roux (citée dans ibid., 283).

21 Crozier, 2002, 191.

22 Si l’on s’en tient au manuel « officiel » prescrit depuis plus de vingt ans aux étudiants de première année de sociologie (Ansart, 1990), ces « grands noms », identifiant chacun un courant théorique bien défini, sont : Balandier, Boudon, Bourdieu, Crozier et Touraine. Hormis le premier, qui fut l’adversaire d’Aron pour la chaire de sociologie à la Sorbonne en 1955, tous sollicitèrent d’une façon ou d’une autre l’appui de l’auteur de L’Opium des intellectuels. Une telle sélection a bien sûr quelque chose d’inévitablement arbitraire ; néanmoins, outre « l’œuvre », elle prend en compte l’existence de collectifs de recherche et de réseaux d’influence, comme le note bien Ansart.

23 « Quand j’ai été élu en 1955 à la Sorbonne, la campagne contre moi a été essentiellement politique. J’étais un homme de droite, j’écrivais dans le Figaro, etc. J’ai été tout de même élu grâce à des amis de jeunesse qui étaient à la Sorbonne » (Aron, 1981, 179).

24 Aron, 2006, 281. En quoi il en appelait (probablement sans se faire beaucoup d’illusions), ces problèmes étant présents des deux côtés du rideau de fer, à une sorte de « coopération scientifique » entre la sociologie américaine et la sociologie soviétique.

25 Voir Aron, 2005, 765-766.

26 Cité dans Farrugia, 2000, 232.

27 Houdeville, 2008, 136.

28 Tournès, 2004, 541.

29 Cité dans ibid.

30 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (55), lettre de recommandation de Raymond Aron, n. d. À la fin des années 1950, Cuisenier enseignait la morale et la sociologie à l’université de Tunis et avait commencé une thèse de philosophie économique sous la direction de Paul Ricœur. Sa rencontre avec Aron constitua un tournant. Ce dernier, de passage à Tunis, lui fit en effet cette remarque : « Mais, vous êtes ici dans une civilisation complètement différente, vous êtes au milieu de gens qui vous sont pour une bonne part inconnus, vous avez des étudiants tunisiens qui parlent arabe, pourquoi ne pas vous mettre à réfléchir sur les questions théoriques qui vous agitent et dont vous avez conversé avec Ricœur, mais y réfléchir avec vos étudiants, sur le terrain, auprès de ces populations étrangères ? » Et c’est ainsi que Cuisenier, incité par Aron à mettre ses préoccupations théoriques à l’épreuve du terrain tunisien, fit évoluer ses recherches de la philosophie économique à l’anthropologie de la parenté et devint l’un des principaux ethnologues français. Son témoignage filmé est visible sur http://www.canal-u.tv/video/canal_socio/jean_cuisenier_voyages_du_corps_et_de_l_esprit.756.

31 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (206), lettre de Julien Freund à Raymond Aron, 10 avril 1967.

32 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (206), lettre de Raymond Aron à Julien Freund, 17 avril 1967.

33 On pourrait aussi observer qu’Aron était prisonnier de la dichotomie entre la « théorie » (assimilée sans recul réflexif à la « philosophie ») et l’« empirie », et se montra incapable de comprendre – à l’inverse de Bourdieu – que le travail d’objectivation des processus sociaux emporte, au moins depuis Durkheim, une nouvelle image des êtres humains et, ce faisant, une nouvelle manière de conceptualiser la condition humaine. Cette question est placée au cœur de nos recherches actuelles.

34 Entretien avec Dominique Schnapper, Paris, 13 mars 2012.

35 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (55), lettre de Raymond Aron à Fernand Braudel, 6 décembre 1963.

36 Entretien avec Raymond Boudon, Paris, 13 janvier 2009.

37 Boudon, 2003, 23. Peu de temps après avoir obtenu son diplôme d’études supérieures sous la direction d’Aron, Boudon vint lui demander conseil sur la suite à donner à ses recherches. Le jeune normalien était tenté de se tourner vers l’économie. Aron écarta aussitôt cette idée et lui dit : « La sociologie est plus ouverte, moins routinisée ; par suite, il est plus facile et davantage plausible d’y apporter du nouveau. » Le professeur à la Sorbonne dirigera peu après la thèse complémentaire du jeune sociologue consacrée à la notion de structure.

38 « Bien que je n’aie pas encore lu l’article de Boudon, je suis à l’avance partisan de le faire figurer en tête de notre prochain numéro. Nous n’avons encore publié aucun article de l’école de sociologie mathématico-empirique. L’occasion me paraît bonne de combler cette lacune » (Bnf-manuscrits, NAF 28060 [129], lettre de Raymond Aron à Éric de Dampierre, 9 octobre 1963).

39 Boudon, 2003, 43. Dans un autre témoignage, Boudon s’est expliqué sur sa relation avec Lazarsfeld : « J’avais décidé de faire un stage chez Lazarsfeld à l’issue de mon service militaire, parce que j’avais découvert un peu par hasard sur les rayons de la bibliothèque de la Rue d’Ulm The Language of Social Research. À tort ou à raison, ce livre m’était apparu comme offrant une alternative à la sociologie gurvitchienne alors régnante en France, que j’avais toujours soupçonnée de dissimuler beaucoup de banalités dans des maquis de typologies et de définitions tatillonnes, et à sa concurrente structuraliste, qui me paraissait sujette à caution, tant par son ambition totalisante que par son platonisme » (Boudon, 1996, 77). C’est Aron qui lui obtint la bourse nécessaire pour faire ledit stage à Columbia auprès de Lazarsfeld.

40 Crozier appelait ainsi les sociologues à abandonner les spéculations philosophiques pour « accepter le statut plus modeste de sciences expérimentales » (Crozier, 1970, 20).

41 Crozier, 2002, 193.

42 Ibid., 190.

43 Ibid., 266.

44 Ibid., 193.

45 Ibid. Crozier sous-entend qu’Aron aurait été influencé en la circonstance par Bourdieu.

46 Crozier évoque de manière révélatrice « la fascination qu’éprouvait le maître pour le jeune Bourdieu, comme lui normalien surdoué, lequel semblait éprouver la même fascination pour le maître » (ibid., 191-192). Et à plusieurs reprises, dans ses Mémoires, il revient sur le fait qu’il n’était pas normalien. Sa légitimité, il la tenait de la recherche et des États-Unis ; or « cette légitimité n’était absolument pas reconnue en France » (ibid., 159).

47 Ibid., 258-259.

48 Touraine, 1977, 108.

49 Aron, 1983, 348. Nos italiques.

50 Entretien avec Alain Touraine, Paris, 16 janvier 2009. Voir Touraine, 1977, 24.

51 Ce qui ne l’empêchait pas de rester fidèle aux critères de l’excellence sociologique à la française. Il reprocha par exemple à son disciple Jean Baechler, en premier lieu parce que celui-ci n’était ni normalien ni agrégé de philosophie, de faire preuve d’une trop grande « passion taxinomique » et d’employer des « catégories hétérogènes ». Voir Bnf-manuscrits NAF 28060 (129), lettre de Raymond Aron à Éric de Dampierre, 22 décembre 1970. Mais un tel verdict, exprimé dans l’humeur d’une correspondance privée, était dépourvu de l’autorité « classifiante » qu’il eût revêtu quelques années plus tôt, quand l’espace de la sociologie française était polarisé autour de celui qui faisait figure de maître de l’excellence sociologique. Il est significatif qu’Aron, ayant abandonné ses prérogatives dans ce domaine, jetât son dévolu sur un historien normalien, Paul Veyne, qu’il fit élire au Collège de France en 1974 : « Aron voulait un normalien pour remplir un jour le rôle de son épigone. Dans ce rôle, je succédai à Pierre Bourdieu, qui s’était brouillé avec lui en 1968 » (Veyne, 1995, 47).

52 Crozier, 2002, 259. Nos italiques.

53 Boudon précise ainsi qu’Aron « dit publiquement l’estime dans laquelle il tenait » L’Inégalité des chances « à l’occasion de l’attribution à ce livre du prix Émile Girardeau par l’Académie française » (Boudon, 1996, 62).

54 Aron, 1981, 306.

55 Entretien avec Dominique Schnapper, Paris, 13 mars 2012.

56 Bourdieu, 2004, 129.

57 Bourdieu, 1984, 201.

58 Bourdieu, 2004, 47.

59 Il écrivit à Aron, à cette occasion, une lettre très impressionnante : « Très cher Ry, j’écris ceci parce que je veux qu’il soit tout à fait établi que je m’y tiendrai et parce que la logique de la situation fait que l’on sera toujours tenté d’attribuer à la fureur ou au dépit une conduite inspirée par des raisons autres. Je ne serai plus candidat à l’École Pratique. Me présenter à nouveau, ce serait transformer en un échec (que je serai alors seul à porter) ce qui n’a été qu’une méprise. Ce dont il s’agit, c’est l’idée que j’ai de moi-même ; et, contre cela, rien ne pourra jamais rien. Les tours de passe-passe et les tours pour rien peuvent occuper certains ; il est bon, me semble-t-il, que de temps en temps, il soit quelqu’un pour rappeler que ces jeux ne valent que par la lâcheté de ceux qui s’y prêtent. Il s’agit, je le répète, de l’idée que je me fais de moi-même. C’est pourquoi je sais que vous [la] respecterez comme telle, même absurde à vos yeux, parce qu’essayer de m’infléchir ce serait me demander de me trahir. Je vous prie de croire à toute mon affection » (Bnf-manuscrits, NAF 28060 [206], lettre de Pierre Bourdieu à Raymond Aron, 18 décembre 1963). On traite plus précisément de la thèse « impensable » de Bourdieu dans Joly, 2012, 215-220.

60 Bnf-manuscrits, NAF 28060 (55), « Projet pour une encyclopédie de sociologie en collaboration avec Pierre Bourdieu entre 1964 et 1968 ».

61 Gobille, 2008, 274.

62 « Un beau jour, au cours d’une conversation avec le patron [Bourdieu] sur cette fameuse question de la revue dont nous manquions, je sortis un exemplaire de Schtroumpf de mon sac et je lui dis : ‘‘On va faire ça, un fanzine de sociologie.’’ Je dois dire, qu’à mon étonnement, il prit la proposition au sérieux, emporta mon exemplaire et le lendemain c’était parti » (Boltanski, 2008, 20).

63 Boltanski, 2008, 50.

64 Ibid., 51.

65 Ibid., 124-125.

66 Lacroix, 2006, 23.

67 Pour se faire une idée de l’ensemble des enquêtes et des opérations analytiques sur lesquelles repose La Distinction, voir le précieux témoignage, à propos principalement des années 1971-1976, livré récemment par Monique de Saint-Martin (2013).

68 Il va de soi qu’aucun laboratoire de recherche n’a été épargné, avant et après 1968, par les conflits, par le débordement des affects, par la brutalité des rappels à l’ordre hiérarchique. Il y aurait lieu de systématiser l’analyse pour rendre intelligibles les structures de relation humaine et les valeurs qui ont façonné la sociologie française des années 1960-1970. On s’est attaché, ici, à mettre l’accent sur la contradiction – dont la portée dépasse le cas considéré – entre l’utopie du travail collectif et les réquisits du « faire œuvre » individuelle. Je remercie sur ce point Johan Heilbron, Catherine Leclercq et Paul Pasquali pour leurs remarques et commentaires.

69 Crozier, 2004, 54. Les numéros de page des autres extraits cités dans cet encadré figurent dans le corps du texte.

70 Voir Joly, 2012, 36-68.

71 Même s’il persiste encore, comme l’a bien montré Gérald Houdeville, « des formes de différenciation qui traversent le corps des sociologues » (Houdeville, 2008, 214).

72 Il s’agit du titre de l’introduction de Boudon, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Joly, « Excellence sociologique et « vocation d’hétérodoxie » : Mai 68 et la rupture Aron-Bourdieu »Revue d’histoire des sciences humaines, 26 | 2015, 17-44.

Référence électronique

Marc Joly, « Excellence sociologique et « vocation d’hétérodoxie » : Mai 68 et la rupture Aron-Bourdieu »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/2001 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.2001

Haut de page

Auteur

Marc Joly

Sociologue des sciences
Chercheur associé au Centre Alexandre-Koyré (CNRS/EHESS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search