Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Dossier : Les « années 68 » des s...Mai 68 et la sociologie

Dossier : Les « années 68 » des sciences humaines et sociales

Mai 68 et la sociologie

Une reconfiguration institutionnelle et théorique
May 68 and sociology. An institutional and theoretical upheaval
Patricia Vannier
p. 45-62

Résumés

La configuration de la sociologie, tant sur le plan institutionnel que sur le plan théorique, a considérablement été modifiée par Mai 68. Partant d’un travail de terrain sur le Centre d’études sociologiques (CES), premier et unique laboratoire CNRS de sociologie à cette date, cette étude présente dans un premier temps l’engagement des chercheurs au cours des événements de Mai 68, la nature des débats et les dénouements survenus à l’issue d’un mois et demi de grève. Dans un second temps, il s’agit de montrer les changements intervenus pour la discipline après Mai 68 et auxquels ont participé des chercheurs du CES. L’organisation de la recherche a été réformée et la vie de laboratoire s’est transformée en accordant notamment un pouvoir de gestion aux chercheurs. Le développement universitaire de la sociologie s’est construit en reliant davantage enseignement et recherche grâce au recrutement de chercheurs. Enfin, l’analyse des causes de Mai 68 a été l’occasion pour une nouvelle génération de sociologues de mettre à l’épreuve des modèles théoriques qui se sont imposés dans la sociologie française jusque dans les années 1990.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La médiatisation du leader étudiant Daniel Cohn-Bendit, inscrit en sociologie à Nanterre, a conduit (...)
  • 2 Dans Ces idées qui ont ébranlé la France, Didier Anzieu, fondateur du département de psychologie et (...)

1Mai 68 et la sociologie ont souvent été réunis pour tenter de comprendre et d’analyser les événements, que ce soit pour interroger le rôle joué par la sociologie vue comme discipline critique, favorisant la réflexion révolutionnaire, pour évaluer l’influence des sociologues considérés comme les maîtres à penser de 68, en particulier les professeurs de Nanterre, ou encore pour saisir les motivations des étudiants, inscrits dans des disciplines aux débouchés incertains1, jusqu’au verdict condamnatoire de Georges Pompidou : « La sociologie, discipline immature et sans débouché, a lancé le mouvement de Mai 68 » écrira-t-il en 1974 dans Le Nœud gordien (Epistémon2, 1968 ; Trebisch, 1997 et 2000). Ce rapprochement a le plus souvent abouti à une (re)mise en cause de la discipline, mais également, avec le temps, à sa mythification (Trebisch, 2000).

2En revanche, les effets de Mai 68 sur la sociologie ont rarement été questionnés (Bedarida et Pollak, 1989). Or, de profonds changements survenus avec et après Mai 68 ont affecté durablement la discipline tant sur le plan institutionnel avec le développement universitaire et de la recherche, que théorique avec l’élaboration de nouveaux courants sociologiques.

3Le Centre d’études sociologiques (CES), créé en 1946, a été le premier et le seul laboratoire CNRS de sociologie jusqu’en 1968. Dirigé successivement par G. Gurvitch (1946-1949), G. Friedmann (1949-1951), M. Sorre (1951-1956) et J. Stoetzel (1956-1968), il a accueilli quelques-uns des grands noms de la sociologie des années 1960 à 1980 : Georges Balandier, Roland Barthes, Raymond Boudon, Henri Lefebvre, Edgar Morin, Pierre Naville, Alain Touraine…

  • 3 Certes, la VIe Section de l’École pratique des hautes études (EPHE), créée en 1947 et devenue l’Éco (...)

4Son caractère unique dans le paysage de la recherche sociologique lui confère un rôle capital dans le développement de la sociologie française.3 Sorte de microcosme de la communauté des sociologues et de la discipline, il constitue ainsi un lieu privilégié d’observation durant cette période et en particulier lors des événements de Mai 68 (Vannier, 1998).

5En relatant les événements vécus par les sociologues du CES, la nature des débats et les dénouements survenus après plus d’un mois et demi de grève, nous montrerons que Mai 68 a représenté une date charnière dans l’histoire du CES comme dans l’histoire de la sociologie, qu’il a incarné une rupture, en particulier dans la configuration institutionnelle et théorique de la sociologie.

Mai 68 au Centre d’études sociologiques4

  • 4 Je voudrais remercier tous les anciens chercheurs et techniciens du CES qui ont accepté de raconter (...)

6Le Centre d’études sociologiques entra dans le mouvement de contestation dès les premiers jours du mois de mai et fut le dernier lieu, selon les anciens chercheurs, à reprendre le travail. Mais avant d’évoquer les circonstances, les différents épisodes et les débats survenus dans ce laboratoire de sociologie, il est utile d’indiquer qu’une des caractéristiques principales de ses chercheurs fut leur engagement politique antérieur.

Des chercheurs engagés

7Au lendemain de la Libération, la sociologie était une discipline très jeune, présente sur le plan institutionnel seulement au titre d’un certificat de la licence de philosophie, offrant peu de perspectives de carrière universitaire. Quant à la recherche sociologique, largement ignorée, elle était encore moins attractive. Les premiers chercheurs étaient donc peu nombreux les premières années.

  • 5 Parmi les plus connus : George Balandier, Paul-Henry Chombart de Lauwe, Joffre Dumazedier, Georges (...)
  • 6 Parmi les plus connus : Lucien Brams, André Davidovitch, Madeleine Guilbert, Henri Lefebvre, Paul-H (...)
  • 7 Notamment Joffre Dumazedier, Georges Friedmann, Henri Lefebvre, Pierre Naville… Sur les liens des c (...)

8C’est pourquoi le CES recruta ses premiers chercheurs dans des univers de formation assez inhabituels pour une discipline à vocation scientifique, à savoir la Résistance5, le parti communiste6 ou encore la littérature d’avant-garde comme le mouvement surréaliste7. En outre, ces différents réseaux de recrutement se recoupèrent parfois, par exemple en la personne de Henri Lefebvre, qui appartint à la fois au milieu littéraire, à la Résistance et au parti communiste (Vannier, 1998).

  • 8 Le CES a également la particularité d’avoir servi de décor à un roman de Françoise d’Eaubonne. Dans (...)

9L’influence du parti communiste resta par ailleurs très forte au CES tout au long des années 1946-1968 avec la cellule « Paul Éluard » qui avait la particularité de compter parmi ses adhérents, outre les sociologues du CES, les intellectuels communistes8.

  • 9 La psychose est telle que Guy Rocher, alors étudiant à Paris et travaillant dans l’équipe de Paul-H (...)

10Par la suite, l’engagement des chercheurs du CES se manifesta surtout au cours de la guerre d’Algérie. Le retour au pouvoir du général de Gaulle, le 13 mai 1958, fut notamment vécu au CES – à l’instar d’autres espaces intellectuels – comme un putsch militaire, et aussitôt considéré comme une menace pour le régime républicain. Le CES devint alors un lieu de résistance au pouvoir militaire avec réunions, discours enflammés et rédactions de prises de position contre de Gaulle, contre ce que les chercheurs considéraient comme un « coup d’État9 ».

  • 10 Trois chercheurs du CES – Henri Lefebvre, Marie Moscovici et Georges Auclair – figurent parmi les s (...)

11Certains des chercheurs du CES se mobilisèrent activement contre la guerre d’Algérie, quelques-uns comme « porteurs de valise », d’autres en cachant des militants algériens du Front de Libération Nationale – comme Jacques Dofny qui fut arrêté et expulsé vers son pays d’origine, la Belgique, avant de poursuivre une brillante carrière au Québec. Mais ce fut surtout en signant des pétitions et manifestes – dont le plus connu fut « l’appel des 12110 » – que les sociologues du CES s’impliquèrent.

12Ces engagements antérieurs constituèrent bien une des caractéristiques marquantes des chercheurs du CES ; leur forte mobilisation au moment de Mai 68 ne surprendra donc pas.

Le CES en grève et en AG permanentes

  • 11 Depuis 1958, le CES est situé au 82 rue de Varenne et s’est étendu au 80 à partir de 1963.
  • 12 Surréaliste, trotskiste, entré au CNRS en 1947 en psychologie, Pierre Naville bifurqua en sociologi (...)

13En 1968, Jean Stoetzel était le directeur du Centre d’études sociologiques11 depuis 1956. Cependant, quand les premiers événements éclatèrent, il était absent de Paris séjournant aux États-Unis depuis plusieurs semaines. Ce fut donc Pierre Naville12, alors directeur adjoint depuis 1963, qui représenta la direction du laboratoire.

  • 13 Les chiffres officiels annoncent 422 arrestations et 345 policiers blessés pour cette seule journée (...)

14Au lendemain des violents affrontements du 6 mai13 au Quartier Latin et des premières barricades face aux forces de l’ordre, Pierre Naville décida, par voie d’affichette, la fermeture du CES – dès le mardi 7 mai donc – et de réunir l’après-midi l’ensemble du personnel – chercheurs et techniciens de recherche.

  • 14 Archives Pierre Naville, Musée Social.

Étant donné la fermeture des Facultés et la grève du personnel de l’Enseignement Supérieur et des Étudiants, le fonctionnement du CES étant rendu impossible par l’extension de la solidarité dans le personnel et la difficulté des relations extérieures, le CES sera fermé, tous services compris, pendant la journée du 7 mai 1968. Le personnel est appelé à se réunir à 14 heures au Parloir.
P. Naville, Sous-directeur du CES14

  • 15 En principe, le directeur affectait à chaque chercheur, lors de sa nomination comme attaché de rech (...)

15Si les premières années la recherche sociologique était quasiment confidentielle avec seulement 13 chercheurs en 1950, en 1968, le CES recensait près de 45 chercheurs et autant de techniciens15, auxquels s’ajoutaient les vacataires embauchés dans le cadre des contrats de recherche qui se développaient depuis le début des années 1960 et furent au cœur des débats en Mai 68. À l’issue de cette réunion transformée en assemblée générale, le personnel du CES vota alors à la quasi-unanimité la grève. Les AG du 8 mai au matin et du 9 mai au matin reconduisirent la grève à une large majorité. Le Conseil de laboratoire, mis en place depuis la direction Jean Stoetzel, se réunit le 9 mai et adopta un texte d’information qui entérina le vote du personnel : le CES était en grève depuis le 7 mai.

Les membres présents ont procédé à un échange de vues concernant la situation de grève au Centre d’Études Sociologiques et ont adopté le texte d’information suivant :

  • 16 Archives Pierre Naville, Musée Social.

« Les membres du Conseil de Laboratoire du Centre d’Études Sociologiques, réunis le 9 mai 1968 à 14 h 30 à la demande de M. Naville, ayant participé avec lui aux assemblées générales du personnel réunies le 7 mai après-midi et les 8 et 9 mai le matin, ont constaté qu’une quasi-unanimité, puis une large majorité des personnels relevant du Centre ont décidé de faire grève ces journées en tenant compte de la situation créée par la fermeture de la Sorbonne, du mouvement des étudiants et des professeurs de l’enseignement supérieur exprimés par le Syndicat National de l’Enseignement Supérieur et l’UNEF, ainsi que des prises de position du Syndicat National des Chercheurs Scientifiques »16.

  • 17 Archives Pierre Naville, Musée Social.
  • 18 « J’ai oublié ça, on me l’a raconté après, c’est curieux, on occulte des choses comme ça, mais je s (...)

16Précisons toutefois que sur les dix membres qui composaient habituellement le Conseil de laboratoire, seuls quatre étaient présents et à l’origine du texte : Pierre Naville, Viviane Isambert-Jamati, Madeleine Guilbert et André Davidovitch. Le communiqué indique que « É. Poulat et H. Mendras sont absents de Paris », que « J. Dumazedier, convoqué, est empêché », que « M. Rubel et P.-H. Maucorps n’ont pu être joints » et que « M. Dogan, convoqué, ne participe pas à la réunion ». Puis à la fin du texte d’information, on peut lire : « M. Dogan a informé par téléphone les membres présents du Conseil de Laboratoire qu’il se prononçait contre la grève17 ». Néanmoins, à partir de cette date, le Centre d’études sociologiques se transforma alors à nouveau en lieu de résistance et d’occupation, symbolisé par le drapeau rouge flottant sur la grille d’entrée qu’un technicien du Centre avait découpé dans un drapeau tricolore retiré d’un bâtiment public18.

17Le CES fut occupé jour et nuit par le personnel en grève qui redoutait une intervention des forces de police.

  • 19 Entretien du 12.10.1994.

Il y a eu par moments des bruits et des craintes. Par moments, on disait « La police va venir envahir le CES », je crois que c’est arrivé une ou deux fois. Alors, on couchait là. La police n’est jamais venue, bien sûr. Ça, je me souviens bien de ça. (Viviane Isambert-Jamati19)

  • 20 Entretien du 24.04.1994.

On a campé aussi, on a dû faire un sitting, on a dû passer des nuits. Je ne sais pas pour quelles raisons d’ailleurs, personne n’allait nous investir, on n’allait pas nous envoyer les flics. On rêvait. On rêvait qu’on allait nous envoyer les flics pour nous faire déguerpir. Je sais qu’on a dormi là. On vivait éternellement en A.G. (Colette Newman-Sluys20)

  • 21 Les vacataires de la recherche, mais aussi de l’enseignement supérieur, appelés les « hors-statuts  (...)

18Les débats s’organisèrent et s’intensifièrent, entrecoupés par les manifestations au Quartier Latin. Au CES, c’était la « révolution permanente » selon l’expression d’un ancien membre. Les Assemblées Générales pratiquaient la « démocratie intégrale », c’est-à-dire donnaient la parole et la possibilité de vote à tous les présents, quel que soit leur statut, chercheurs, techniciens ou vacataires21. Ces derniers, souvent recrutés parmi les étudiants, étaient devenus assez nombreux au CES. Ils travaillaient plus ou moins occasionnellement au sein d’une équipe, mais étaient en fait quasiment inconnus des autres chercheurs.

19Ces AG, parfois au nombre de deux par jour, firent émerger des revendications qui portaient sur la société et sa transformation :

  • 22 Entretien du 01.07.1994.

Il y avait des assemblées générales tous les jours, et on discutaillait, et c’était abstrait. C’était délirant. On discutait, on avait l’impression qu’il y avait des contacts nouveaux qui se nouaient, que toutes les relations changeaient, qu’on attendait on ne sait pas quoi, des choses extraordinaires. Il était pesant de Gaulle, ce pouvoir qui était conformiste, c’était épouvantable, et pour les jeunes en particulier. On ne se sentait absolument pas libres, de penser, d’être ce qu’on voulait. On étouffait. Et 68, c’était la rébellion contre tout ça. Même si on trouvait que c’était délirant, ça faisait du bien. Vraiment ça soulageait parce que, enfin, on arrivait à dire n’importe quoi. Il n’y avait plus cette chape qui faisait qu’on n’était pas soi-même, qu’on ne se sentait pas libre, d’esprit, de pensée, de tout. » (Jacqueline Frisch-Gauthier22)

20Mais les débats portaient aussi sur la recherche, son fonctionnement, sur l’avenir et l’indépendance du chercheur, menacés notamment par le développement des contrats et des financements externes.

  • 23 Entretien du 12.10.1994.

Alors, Mai 68 ça voulait dire l’aspiration à plus de liberté, à moins de règles, donc une plus grande autonomie dans le choix des sujets de recherche – ils n’étaient pas si imposés que ça, mais enfin c’était ce que nous déclarions. (Viviane Isambert-Jamati23)

  • 24 Entretien du 17.05.1994.

Donc, d’un seul coup, 68 c’est « on veut un Centre d’Études Sociologiques où se fasse une réflexion sur la sociologie et où il y ait un véritable débat sur les orientations de la sociologie qui doivent être développées et qui se traduisent ensuite par des postes, des crédits et des choses comme ça ». (Marcel Jollivet24)

  • 25 Entretien du 22.09.1994.

On avait beaucoup bataillé sur le thème « n’oublions pas que quand on évalue quelqu’un, le travail de quelqu’un, on évalue sa capacité à obtenir des financements ». Et on voyait ceci s’instaurer de plus en plus. Et ça allait de pair avec cette dérive que Stoetzel aurait appréciée, sinon impulsée, qui nous menait de plus en plus vers l’étude des opinions, des sentiments, des attitudes des gens, plutôt que sur les réalités sociales que nous prétendions vouloir analyser. […] On nous dirigeait de l’extérieur et on sentait de plus en plus que nous travaillions sur commande à partir de financements sur lesquels nous n’avions pas d’emprise. (Pierre Rolle25)

21La recherche sur contrat fut ainsi fustigée, le mandarinat dénoncé et le mythe du travail collectif en sociologie réactivé. Cela conduisit également à mettre au centre des discussions l’organisation du Centre d’études sociologiques, sa réforme et les rapports de travail entre chercheurs et techniciens.

  • 26 Entretien du 16.05.1994.

Mais on a quand même beaucoup discuté sur la forme de la recherche, sur les sujets de recherche, sur les relations chercheurs-techniciens, et puis les relations en général, les relations de la sociologie avec la société. On a quand même discuté dans une atmosphère où beaucoup essayaient de se faire valoir. Mais il y avait tout de même des choses dites finalement. (Marie-Thérèse Duflos26)

  • 27 Entretien du 12.10.1994.

On souhaitait davantage travailler en équipe, on souhaitait une espèce d’égalité techniciens/chercheurs, c’est-à-dire que des techniciens souhaitaient faire des recherches et des chercheurs étaient d’accord pour les assimiler en quelque sorte. (Viviane Isambert-Jamati27)

  • 28 Archives Pierre Naville, Musée Social.

22Le 22 mai, fut mis en place un comité de gestion du CES chargé d’évaluer divers problèmes d’organisation. Composé de 12 membres élus par 113 personnes votantes, les différents statuts de la recherche y étaient représentés : quatre chercheurs (Évelyne Aver, Viviane Isambert-Jamati, Jacques Maho et Monique Segré), cinq techniciens (Daniel Derivry, Marie-Thérèse Duflos, P.-O. Flavigny, H. Lamarche et Marie-Jo Parizet), une administrative (Nadia Barbier) et deux vacataires (Madeleine Romer et Marie-France Lortic)28.

23Dans ce contexte, il fut décidé que les chercheurs eux-mêmes – et non plus seulement les universitaires, appelés désormais les « mandarins » – devaient intervenir dans les décisions politiques et scientifiques du CES. La réforme de l’organisation du Centre d’études sociologiques devait se faire avec et par les chercheurs du laboratoire.

24Des critiques virulentes s’exprimèrent à l’encontre de Jean Stoetzel et de sa direction, jugée défectueuse. Professeur à la Sorbonne, directeur de l’Institut français de l’opinion publique (IFOP), directeur de la Revue française de sociologie, directeur du CES, il personnifiait le mandarinat tant dénoncé. Sa démission devint à l’ordre du jour des AG. Il évita désormais le CES et se retrouva de fait démissionné.

  • 29 Entretien du 01.07.1994.

On a reproché à Stoetzel de surtout s’occuper de l’IFOP, on lui reprochait sa gestion, sa politique de la Revue Française de Sociologie, etc. (Jacqueline Lécuyer29, alors secrétaire de Jean Stoetzel au CES)

  • 30 Entretien du 16.05.1994.

Stoetzel était libéral avant 68, mais il n’a pas supporté qu’on conteste son autorité. Je n’en sais rien, mais je suppose qu’il n’aurait pas voulu revenir élu par les chercheurs par exemple, il n’aurait pas aimé. C’était un universitaire, normalien, etc. Il avait son rang et il n’était pas question qu’on y touche. Moi je crois qu’on n’a plus revu Stoetzel après 68. (Marie-Thérèse Duflos30)

25Après de multiples débats sur le fonctionnement et le dysfonctionnement du laboratoire, l’assemblée générale décida de le réformer par son sommet : le directeur du CES devait être élu à l’avenir par les chercheurs eux-mêmes et parmi eux. En effet, jusque-là, le CES – comme la plupart des laboratoires CNRS – avait toujours été dirigé par un universitaire : G. Gurvitch, G. Friedmann, M. Sorre, puis J. Stoetzel.

  • 31 Compte rendu de l’AG du 28 mai 1968 (Archives Pierre Naville, Musée Social).
  • 32 Vivianne Isambert-Jamati, entrée au CES dès 1946, était une des tout premiers chercheurs.

26Le 24 mai, Pierre Naville, fut nommé officiellement par la direction générale du CNRS directeur du CES, décision qu’approuva l’assemblée générale du 28 mai31. Pierre Naville devint ainsi officiellement le premier chercheur – et le seul – à diriger le CES. Cependant, cette direction devait compter avec le comité de gestion du Centre d’études sociologiques que présidait Viviane Isambert-Jamati32.

La fin de Mai 68 ou la difficile reprise

  • 33 Le CES est fermé la nuit de 20 heures à 9 heures du matin selon l’article 1 du règlement du Comité (...)
  • 34 « Dans les circonstances actuelles, le CES reste ouvert le samedi toute la journée » indique l’arti (...)
  • 35 « Toute organisation, intérieure ou extérieure, souhaitant consulter des ouvrages pour le besoin de (...)
  • 36 Archives Pierre Naville, Musée Social.

27Le 5 juin 1968, le comité de gestion publia un règlement intérieur s’attribuant le contrôle du CES. Relevaient désormais de sa responsabilité « les clefs des bureaux contenant les fournitures ou du matériel », les horaires33 et jours ouvrables34, les locaux disponibles, la salle de conférences et le parloir, la distribution des fournitures, l’utilisation du matériel (machines à écrire, Ronéo, photocopieur), la réception du téléphone et même la consultation d’ouvrages35. Il s’arrogea en outre le droit, « en cas de circonstances exceptionnelles », de « prendre toute mesure d’urgence, sous réserve d’en référer au plus tôt à l’Assemblée Générale »36.

  • 37 Lettre de V. Isambert-Jamati, présidente du Comité de gestion, adressée au directeur administratif (...)

28Élu d’abord pour quinze jours, ce comité de gestion du CES fut reconduit avec ses fonctions provisoires jusqu’au 30 juin37. Rapidement, les conflits de pouvoir devinrent ingérables entre le comité de gestion et le directeur du Centre d’études sociologiques, Pierre Naville.

  • 38 28 % ont voté contre, 2 % se sont abstenus et 3 % n’ont pas pris part au vote (Archives Pierre Navi (...)
  • 39 Archives Pierre Naville, Musée Social.
  • 40 Archives Pierre Naville, Musée Social.

29Après six semaines de grève, de débats en assemblées générales, de commissions en sous-commissions, le mouvement s’essoufflait. Lorsqu’un vote à bulletin secret fut décidé, il annonça la fin de la grève et la reprise du travail. Le 18 juin 1968, la grève au CES fut suspendue avec une majorité de 67 % des voix38. Mais la lutte continua ! En effet, le compte rendu de l’AG du 18 juin indiquait que « le personnel doit être libéré de ses activités habituelles pour participer aux travaux de réforme des structures et du contenu de la recherche. » Il précisait même que « cela doit comporter au minimum trois demi-journées par semaine (une assemblée générale et deux séances de commissions)39 ». Le comité de gestion n’était pas dissout pour autant puisque, toujours selon le compte rendu de l’AG, « toute contestation au sein d’une équipe ou d’un service pourra [lui] être présentée40 ».

30Après un mois et demi de grève, le Centre d’études sociologiques reprit donc difficilement ses activités. L’engagement très fort de certains et les échanges lors des débats laissèrent des traces encore tangibles bien des décennies plus tard. Pour beaucoup, après l’euphorie des débuts, la déception fut grande.

  • 41 Entretien du 10.05.1994.

68, ça a été une grande cassure pour le CES, certainement. Une déception pour moi. J’ai vécu le début de 68 dans les grandes euphories, un grand espoir. Et quand j’ai vu comment ça tournait au CES et à quoi ça aboutissait, vraiment. Vraiment, je suis tombée de haut. (Christiane Barrier-Lynn41)

  • 42 Entretien du 02.05.1994.

D’ailleurs après, à un certain moment, ça partait dans tous les sens. Il y avait les maoïstes, les communistes, quelques trotskistes. Alors, à un certain moment, ça se bataillait dur. Ça se bouffait un peu le nez, là ça m’a beaucoup déplu parce qu’au début c’était tous unis, et je me souviens qu’après un moment j’en avais tellement marre que j’ai été m’occuper du livre blanc de Mai 68 pour ne pas assister à ces bagarres idiotes qui m’agaçaient. (Marie-Thérèse Basse42)

31Les chercheurs eurent du mal à revenir travailler ; quelques-uns ne réapparurent au CES qu’au mois de septembre. La révolution n’avait pas eu lieu, mais l’heure des comptes était venue.

  • 43 Archives Pierre Naville, Musée Social.

32Pour les uns, c’était bel et bien Pierre Naville qui avait mis le CES en grève. Pour d’autres, c’était la seule solution face aux événements parisiens. En tout cas, sa responsabilité dans les événements au Centre d’études sociologiques fut mise en cause. Fin juillet 1968, plus ou moins contraint par la direction du CNRS et usé par les conflits de pouvoir et de personnes des dernières semaines comme en témoignent des lettres consultables dans ses archives, il démissionna de la direction du CES, démission qui prit effet à partir du 31 juillet 196843.

  • 44 En fait, Raymond Boudon avait été pressenti par la direction du CNRS pour assurer la direction du C (...)
  • 45 Rapport d’activités du CES de 1969.

33Raymond Boudon, membre du laboratoire de 1962 à 1965 et entré depuis à la Sorbonne, le remplaça à partir du 1er octobre 1968 à la direction d’un CES transfiguré par un mois et demi de grève et de débats. Entre-temps, le Centre d’études sociologiques fermant ses portes au mois d’août, un administrateur, en charge d’autres laboratoires dont les directions étaient devenues vacantes, avait été nommé par le CNRS. Âgé alors de 34 ans, Raymond Boudon44 représentait un assez bon compromis : bien qu’universitaire, il incarnait une nouvelle génération. Il tenta de dynamiser les équipes de recherche, de repenser l’organigramme du laboratoire avec les chercheurs et les différentes équipes recomposées et développa les services statistiques et informatiques45.

Après Mai 68 : la reconfiguration institutionnelle et théorique de la sociologie

34Les événements de Mai 68 eurent des conséquences au Centre d’études sociologiques comme sur la discipline tant dans sa configuration institutionnelle que théorique. En effet, après 68, on assista à la fin progressive du CES, au développement universitaire de la sociologie, notamment en province, mais aussi à l’émergence de nouveaux programmes de recherche par une nouvelle génération de sociologues, remettant en cause les modèles théoriques jusqu’alors dominants.

L’éclatement et la dissolution progressive du CES

  • 46 Il est composé de V. Isambert-Jamati, J. Dumazedier et L. Tanguy représentant les chercheurs, et de (...)

35Mai 68 constitua pour le Centre d’études sociologiques et les chercheurs une rupture très importante par rapport au fonctionnement antérieur. Il a notamment permis des avancées importantes dans la représentativité et la reconnaissance des différents statuts de la recherche. Les divers statuts de la recherche furent ainsi représentés au sein du Conseil scientifique du CES composé de trois chercheurs et de trois ITA (ingénieurs, techniciens, administratifs) à l’issue d’élections organisées du 16 au 18 juillet 196846. Ce partage du pouvoir entre les différents statuts de la recherche fit évoluer également les rapports de travail.

  • 47 Entretien du 24.04.1992.

Il y a eu vraiment un changement d’atmosphère en ce sens que les mandarins ne pouvaient plus tout à fait faire les mandarins. Ils le faisaient quand même, mais enfin moins ouvertement et avec moins de sûreté. Ça a changé les relations. (Colette Newman-Sluys47)

36Mais les événements conduisirent aussi à des remises en question totales du laboratoire, de son fonctionnement et de son organisation. Et en fait, institutionnellement, le CES ne se remit pas vraiment des secousses de Mai 68.

  • 48 Entretien du 02.06.1994.

Le CES, c’est une institution qui ne s’est jamais remise de cette crise, de cette secousse. Après, ça s’est complètement délité. C’était fini. Il aurait pu y avoir un sursaut s’il n’y avait pas eu cette levée de boucliers, parce que Boudon arrivait avec des projets et avec tout le dynamisme lié à sa personne. Il a très vite réalisé qu’il aurait du mal à faire ce qu’il avait envie de faire dans ce contexte-là. […] Alors, ensuite, il y a toutes les péripéties d’un CES qui va progressivement vers sa fin, avec des périodes sans direction, puis après un secrétaire général qui jouait un rôle à la fois administratif et de direction… (Daniel Derivry48)

  • 49 Entretien du 01.07.1994.

Les grévistes de 68, le résultat c’est qu’ils ont cassé leur jouet, leur beau jouet, ils se sont comportés comme des enfants qui ont cassé leur jouet, le CES. (Jacqueline Lécuyer49)

  • 50 Entre autres, Madeleine Guilbert à Tours, René Bassoul à Bordeaux…
  • 51 À l’origine, ces locaux étaient prévus pour l’Institut d’Études Politiques mais celui-ci renonça à (...)
  • 52 Dont H. Mendras, M. Jollivet, O. Benoît-Guilbot, P. Rolle, C. Piault (Mendras, 1995).
  • 53 Une section d’audiovisuel fut mise en place en 1967 par d’anciennes techniciennes de Pierre Naville (...)
  • 54 Nicole Löwit, Catherine Lévy, Christiane Barrier-Lynn.

37À la rentrée de septembre, plusieurs chercheurs et techniciens quittèrent le CES pour intégrer différentes institutions. Les universités de province (Tours, Aix-en-Provence, Nantes, Bordeaux, Toulouse…) offrirent plusieurs postes d’enseignement aux chercheurs50. La faculté de Nanterre accueillit un centre de recherche51 composé de plusieurs chercheurs du CES52. Les Arts et Traditions populaires reçurent la toute récente équipe constituée au CES autour de l’audiovisuel53. Le Conservatoire national des arts et métiers agrandit ses équipes de recherche en intégrant trois anciens membres du CES54.

38Finalement, la plupart des équipes de recherche du Centre d’études sociologiques éclatèrent à l’automne 1968. L’idée même d’une grande et unique structure de recherche en sociologie fut remise en cause. 1968 représenta bien une date charnière dans l’histoire du CES qui ne fut plus par la suite le seul laboratoire CNRS de sociologie.

  • 55 Rapport d’activités du CNRS, 1967.

39En effet, si en 1968, le Centre d’études sociologiques était encore le seul laboratoire de sociologie propre du CNRS, ce dernier avait créé, en 1966, la formule des « laboratoires associés » et, en 1967, celle des « équipes de recherche associées » insérées dans les structures universitaires55. Grâce à ces formules, de petites équipes de recherche se constituèrent en province, accolées aux départements de sociologie qui ouvrirent ou se développèrent. Bien souvent avec très peu de moyens, ces équipes produisirent des enquêtes aux enjeux certes locaux, mais fonctionnèrent comme de véritables petits laboratoires.

40L’éclatement du Centre d’études sociologiques annonça inéluctablement sa fin progressive.

  • 56 Entretien du 24.04.1992.

Toute la révolution 68, pour l’administration du CNRS, est sortie de Nanterre et des sociologues, et il y a eu le revers de bâton. Les gens du CNRS voulaient la mort du CES parce que c’était le creuset de tous les sociologues. On avait le pouvoir à ce moment-là, le pouvoir intellectuel, on était un symbole. Donc, ils ont voulu absolument l’éclatement du CES. (Colette Newman-Sluys56).

  • 57 Rapport d’activité annuel du CES de 1982.

41En 1971, Raymond Boudon quitta la direction du CES qui fut alors confiée à un administrateur, Gabriel Picard, chargé également des différents centres de sciences humaines de la région parisienne, et qui dut notamment piloter la réforme du CES. En 1978, Henri Porte fut nommé secrétaire général du CES ; puis, en octobre 1979, Renaud Sainsaulieu, professeur à l’IEP, devint directeur du CES et Henri Porte, directeur adjoint57. Finalement, en 1982, le CES fut absorbé par l’Institut de recherches et d’études sur les sociétés contemporaines (IRESCO), qui intégra les chercheurs, les techniciens et les administratifs, ainsi que le fond de bibliothèque.

Le développement universitaire de la sociologie

42Le développement universitaire de la sociologie est un processus observé dès le milieu des années 1960. 1965 est même une date charnière dans la mesure où s’observe une augmentation significative du nombre d’étudiants inscrits en sociologie, y compris en province (Grossetti, 1994). D’ailleurs, avant 1968, plusieurs chercheurs du CES avaient déjà rejoint la nouvelle faculté de Nanterre : Alain Touraine, Henri Lefebvre, Jean Maisonneuve, Henri Raymond. Après 1968, les départs furent plus nombreux, en particulier vers les universités de province qui créèrent des départements de sociologie.

  • 58 « J’ai quitté le CNRS pour l’enseignement supérieur parce qu’on est venu me chercher » (Viviane Isa (...)

43Le Centre d’études sociologiques essaima ainsi ses chercheurs vers les universités et à travers le territoire français. Cependant, avec des candidats aux postes d’enseignement peu nombreux, en particulier quand ils se situaient en province, la cooptation était toujours en vigueur. Et bien souvent, c’était le chercheur qui était directement contacté par l’Université58. Grâce au recrutement des chercheurs, le développement de la sociologie se fit sur le pôle de l’enseignement, mais aussi sur le pôle de la recherche puisque se constituèrent dans la plupart des départements de sociologie des équipes de recherche locales. On retrouve aujourd’hui encore cette même configuration universitaire : des départements de sociologie auxquels sont accolées des équipes de recherche.

  • 59 Notamment Paul de Gaudemar qui quitta Toulouse, laissant Raymond Ledrut devenir la figure centrale (...)
  • 60 Sur la sociologie à Vincennes, voir Soulié (dir.), 2012, 315-359.

44Enfin, signalons la création à l’automne 68 – à titre expérimental – de l’université de Vincennes pour répondre justement aux événements de Mai 68. Cette nouvelle université, au statut dérogatoire lui permettant d’autogérer son découpage disciplinaire, attira de grands noms parmi lesquels Michel Foucault, Michel Serres, Gilles Deleuze, mais également des sociologues59 de moindre renommée, avant d’être transférée en 1980 à Saint-Denis60.

Mai 68 : un défi à l’analyse sociologique

45Institutionnellement, les changements furent donc considérables pour la sociologie. Cependant, d’autres conséquences, d’ordre théorique, avec la remise en cause des modèles dominants et l’émergence de nouveaux cadres théoriques, furent tout aussi importantes pour la discipline.

46Une réflexion épistémologique sur la discipline avait été menée dès 1964 au Centre d’études sociologiques à l’initiative de Pierre Naville qui s’inscrivait depuis longtemps dans une tradition de sociologie critique. Il animait alors régulièrement un séminaire d’épistémologie sociologique dont il publia les interventions et les débats dans une revue du CNRS Épistémologie sociologique. Ce séminaire et sa revue offraient pour la première fois aux sociologues des débats théoriques et une réflexion régulière et sérieuse sur la discipline.

  • 61 Entretien du 17.05.1994.

Justement, Mai 68 a été une période de mobilisation qui sortait de l’espèce d’atonie dans laquelle était le CES, où justement il ne se passait rien de vraiment important intellectuellement. Je dirais qu’il y a un seul séminaire qui m’a paru important, et j’en parle à ce propos-là parce qu’il me semble que c’est dans la logique de 68, c’est le séminaire de Pierre Naville. Pierre Naville est celui qui a, au CES, essayé de créer une réflexion. Parce que c’était le vide et que le courant des choses, les financements qui arrivaient, les gens qui étaient recrutés, allaient tous dans le sens d’une sociologie empirique, complètement. Et qu’il y avait besoin de réflexion un peu sur la sociologie dans tout ça. Donc, c’est Pierre Naville qui a pris la première initiative avec Pierre Rolle. […] Donc, Pierre Naville s’était affiché comme quelqu’un qui souhaitait une vraie discussion sur la sociologie, alors qu’il n’y en avait plus. Entre-temps, le séminaire de Friedmann avait disparu. […] Et là, il y a eu quand même des réflexions sur ce qu’était la sociologie. Alors, la sociologie de Naville, ce n’est quand même pas rien, elle s’inscrit dans une tradition de sociologie critique, c’était dans toute la réflexion sur l’automatisation sociale, etc. C’était aussi une réflexion à partir de Piaget, de l’école de Vienne, épistémologie, logique, etc., du plus haut niveau. (Marcel Jollivet61)

47La revue Épistémologie sociologique connut une certaine notoriété après Mai 68. En effet, à partir de 1969, les articles affluèrent des autres villes de France et de l’étranger. Dans d’autres pays, l’initiative fut reprise : une revue identique fut lancée en Italie, en Suède, en Suisse, au Canada, aux États-Unis, au Japon, en Yougoslavie… Mais, malgré ce succès et ce relais international, la revue disparut en 1973 et le séminaire s’éteignit la même année avec le départ à la retraite de Pierre Naville.

48Cependant, avec Mai 68, on assista davantage à une remise en cause de la sociologie sur le plan théorique. En effet, les courants dominants, de tradition durkheimienne ou d’inspiration américaine, d’influence marxiste ou structuraliste, furent fortement contestés lors du mouvement de Mai 68, et certains d’entre eux perdirent de leur crédit scientifique. Cette contestation vint aussi du fait qu’ils semblaient inopérants pour analyser les raisons de ce mouvement.

  • 62 Louis Maheu, sociologue québécois venu dans l’équipe d’Alain Touraine pour sa thèse, observa le mil (...)

49Tout d’abord, la sociologie en tant que discipline des mouvements sociaux ne fut guère capable d’anticiper le mouvement. À Nanterre où le mouvement étudiant avait démarré, les sociologues des mouvements sociaux autour d’Alain Touraine et de son équipe étaient présents sur le campus. Et pourtant, les premiers signes de ce mouvement – en partie parce qu’il ne partait pas de la classe ouvrière – furent largement minorés ou négligés par ces sociologues62.

50En effet, depuis 1945, si les sociologues étudiaient tous les aspects sociaux de la classe ouvrière, c’était dans l’attente, l’espoir parfois, à l’instar d’autres intellectuels, de saisir les premiers indices de la révolution qui ne pouvait que surgir de la classe ouvrière. C’est pourquoi la reconstruction de la sociologie française après 1945 s’est faite essentiellement autour de l’étude de la classe ouvrière (Vannier, 2000). Aussi lorsque les étudiants entrèrent dans la contestation, les sociologues ne pouvaient guère les prendre au sérieux. Ce n’est que lorsque le mouvement devint social, puis politique, qu’ils tentèrent de l’analyser.

  • 63 Bien entendu, ces quatre sociologues ne sont pas les seuls à avoir proposé une explication des évén (...)

51Par ailleurs, le schéma marxiste en termes de classes sociales semblait peu approprié pour analyser le processus inédit de ce mouvement lancé par les étudiants. L’explication de Mai 68 constitua alors un défi pour les sociologues, en particulier pour une nouvelle génération de sociologues représentée notamment par Alain Touraine, Michel Crozier, Pierre Bourdieu et Raymond Boudon. Ces derniers commençaient à s’affirmer depuis le milieu des années 1960 par leurs travaux en développant des modèles théoriques personnels. L’analyse des événements de Mai 68 fut alors l’occasion pour eux d’illustrer et de mettre à l’épreuve le modèle théorique qu’ils étaient chacun en train d’élaborer63.

52Mai 68 permit à Alain Touraine, qui avait développé depuis quelques années un intérêt pour les mouvements sociaux, de prolonger et d’étayer sa réflexion sur la société auto productive. Dans Le mouvement de mai ou le communisme utopique (1968), il affirma que la lutte classique entre prolétariat et capitalisme était désormais révolue. Néanmoins, étudiants et ouvriers s’étaient référés à des modèles de lutte archaïques et avaient emprunté leurs catégories révolutionnaires à une rhétorique dépassée. Ce communisme utopique donnait cependant des signes annonciateurs d’une société nouvelle. Mai 68 était donc à la fois porteur d’archaïsme et d’avenir et, selon lui, anticipait sur un nouveau type de conflit et de nouvelles formes de lutte.

53Pour Michel Crozier, Mai 68 était une illustration parfaite de son modèle, traduisant le blocage d’une société dominée par le phénomène bureaucratique et incapable de s’adapter à des mutations trop rapides. Dans La Société bloquée (1970), il démontra ainsi que le mouvement était parti de l’Université, « spécimen le plus caricatural des monstres bureaucratiques », parce qu’avaient été négligées les transformations sociales du recrutement universitaire et ses conséquences, notamment une tension très forte entre demande d’éducation et rigidité universitaire.

54Dans « La crise universitaire française : essai de diagnostic sociologique » (1969), Raymond Boudon, alors jeune sociologue, tenta d’appliquer à l’analyse de Mai 68 les présupposés du modèle qu’il élaborait alors, l’individualisme méthodologique. Pour lui, le système universitaire était devenu, par la pression des effectifs et par l’évolution de la composition sociale de la population étudiante, contradictoire et instable. Alors que l’entrée à l’université suffisait auparavant à assurer l’insertion anticipée de l’étudiant, à lui conférer une promesse de rang social, elle constituait en 1968 une sorte de purgatoire social. Les dysfonctions du système universitaire avaient ainsi conduit à une nouvelle « condition étudiante » qui faisait de l’étudiant de 1968 « un marginal en sursis d’insertion sociale et en situation d’anomie » et qui expliquait en grande partie la révolte étudiante.

  • 64 Voir la contribution de Marc Joly dans ce volume.

55Pierre Bourdieu, en revanche, publia son analyse de Mai 68 tardivement64, contraint d’adapter son modèle explicatif, notamment pour envisager des interactions entre champs alors qu’il les considérait habituellement comme séparés, soumis à des principes d’évolution autonome. Dans un chapitre d’Homo Academicus (1984), il s’arrêta sur les événements pour montrer que l’inflation de la démographie universitaire des années 1960 avait dévalué les diplômes et conduit à un décalage structural entre les aspirations professionnelles et sociales des étudiants et leurs chances effectives de les atteindre. Mai 68 avait ainsi démarré dans le champ universitaire – là où le décalage structural était le plus fort. Mais, les étudiants n’étaient pas les seuls à vivre un déclassement relatif par rapport à leurs aspirations. Si la crise s’étendit d’un champ à l’autre, ce n’était pas par simple contagion, mais parce que, dans chacun des champs, les agents éprouvaient des situations comparables. C’est l’homologie des décalages structuraux propres aux différents champs qui rendit possible la propagation de la crise.

56Les nouveaux modèles d’analyse proposés par A. Touraine, M. Crozier, R. Boudon, P. Bourdieu, capables de produire des explications convaincantes des causes de Mai 68, s’installèrent durablement dans le paysage théorique de la discipline et leurs auteurs, devenus incontournables dans la sociologie française, s’imposèrent et s’opposèrent jusqu’à la fin des années 1990.

Pour conclure : l’héritage de Mai 68

57Ce détour par le Centre d’études sociologiques au moment des événements de Mai 68 a permis de restituer la mobilisation des chercheurs, la teneur des débats engagés, la manière dont le mouvement avait évolué en son lieu, ainsi qu’une préoccupation épistémologique constante autour de la discipline et du rôle du chercheur.

58Sans être bien entendu le seul lieu de mobilisation des sociologues, son étude a toutefois permis de montrer que la sociologie a été un « théâtre » de Mai avec des acteurs et des observateurs, livrant des modèles théoriques renouvelés et soumis à l’analyse de ces événements.

59Mai 68 constitua bien une rupture dans la mesure où il conduisit à une reconfiguration de la sociologie à la fois sur le plan institutionnel et théorique. La sociologie, en partie grâce aux événements, est sortie définitivement de la confidentialité, offrant même à certains sociologues un succès médiatique. Certains des changements institutionnels, engagés avec Mai 68, sont par ailleurs devenus irréversibles comme la reconnaissance des différents statuts dans la recherche ou le développement de la sociologie à l’Université.

60La sociologie, en tant que discipline des mouvements sociaux, a échoué certes à anticiper l’importance des événements, mais en relevant le défi d’analyser les causes de Mai 68, elle a su renouveler les modèles théoriques antérieurs tout en imposant un pluralisme explicatif.

Haut de page

Bibliographie

Anzieu, D., 1992, « Autobiographie », dans Parot, F., Richelle M. (éd.), Psychologues de langue française. Autobiographies, Paris, PUF, p. 253-261.

Bedarida, F., Pollak, M. (dir.), 1989, « Mai 68 et les sciences sociales », Les Cahiers de l’IHTP, 11.

Blum, F., (éd.), 2007, Les vies de Pierre Naville, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Boudon, R., 1969 (mai-juin), « La crise universitaire française : essai de diagnostic sociologique », Annales ESC, 3, p. 738-764.

Bourdieu, P., 1984, Homo Academicus, Paris, Minuit.

Brillant, B., 2003, Les Clercs de 68, Paris, PUF.

Caute, D., 1988, 1968 dans le monde, Paris, Laffont.

Crozier, M., 1970, La Société bloquée, Paris, Seuil.

Dreyfus-Armand, G., Frank, R., Lévy, M.-F., Zancarini-Fournel, M. (dir), 2000, Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe.

Eaubonne (d’), F. , 1960, Le Temps d’apprendre à vivre, Paris, Albin Michel.

Épistemon (Anzieu, D.), 1968, Ces idées qui ont ébranlé la France. Nanterre novembre 1967-juin 1968, Fayard.

Grossetti, M., 1994, Université et territoire. Un système local d’enseignement supérieur. Toulouse et Midi-Pyrénées, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Gruel, L., 2004, La Rébellion de 68. Une relecture sociologique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Houdeville, G., 2008, Le métier de sociologue en France depuis 1945. Renaissance d’une discipline, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Mazon, B., 1988, Aux origines de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Le rôle du mécénat américain (1920-1960), Paris, Cerf.

Mendras, H., 1995, Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud.

Morin, E., Lefort, C., Castoriadis, C., 1988, Mai 68 : La Brèche, Paris, Fayard.

Pompidou, G., 1974, Le Nœud gordien, Paris, Flammarion.

Revel, J., Wachtel, N., 1996, Une École pour les Sciences Sociales. De la VIe Section à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, Cerf.

Soulié, C. (dir), 2012, Un Mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

Touraine, A., 1968, Le mouvement de mai ou le communisme utopique, Paris, Seuil.

Vannier, P., 1996, « Pierre Naville : de l’écriture automatique à l’écriture de l’automation », dans Éliard, M. (éd.), Pierre Naville : la passion de la connaissance, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (Socio-logiques), p. 19-31.

Vannier, P., 1998, Un Laboratoire pour la Sociologie ? Le Centre d’études sociologiques (1946-1968) ou les débuts de la recherche sociologique en France, thèse de 3e cycle, sous la direction de Jean-Michel Berthelot, université Paris V-René Descartes, 596 p.

Vannier, P., 2000, « Les caractéristiques dominantes de la production du Centre d’études sociologiques (1946-1968) : entre perpétuation durkheimienne et affiliation marxiste », Revue d’histoire des sciences humaines, 2, p. 125-146.

Vannier, P., 2001, “Autobiographies by French sociologists after World War II: their impact on the interpretation of the history of French sociology”, dans Mucha, J., Kaesler, D., Winclawski W. (éd.), Mirrors and Windows - Essays in the history of Sociology, Toruń, Nicolaus Copernicus University Press, p. 249-259.

Vannier, P., 2007, « Quand les sociologues voulaient construire une science de la littérature. Contribution à une histoire des relations entre sociologie et littérature », dans Sociologie des Arts, Sociologie des Sciences, L’Harmattan, p. 89-101.

Haut de page

Notes

1 La médiatisation du leader étudiant Daniel Cohn-Bendit, inscrit en sociologie à Nanterre, a conduit au procès des disciplines de sciences humaines et sociales récemment ouvertes à l’Université et sans grande garantie d’emploi.

2 Dans Ces idées qui ont ébranlé la France, Didier Anzieu, fondateur du département de psychologie et des sciences de l’éducation à Nanterre, analyse, sous le pseudonyme d’Épistémon, les raisons et motivations particulières des étudiants de Nanterre, ainsi que le rôle des pédagogies nouvelles appliquées dans les disciplines dites également nouvelles comme la sociologie et la psychologie sociale (Anzieu, 1992).

3 Certes, la VIe Section de l’École pratique des hautes études (EPHE), créée en 1947 et devenue l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 1975, proposait dès 1948 des séminaires de recherche en sociologie, animés par les quelques patrons de la discipline, tels G. Gurvitch, G. Friedmann ou G. Le Bras. Cependant, jusqu’à la fin des années 1960, les directeurs d’études – titre donné à l’EPHE – avaient majoritairement leurs fonctions principales dans d’autres établissements (à l’Université, au CNRS ou au Collège de France). La VIe Section apparaissait alors comme le prolongement de leurs activités d’enseignement ou de recherche. Les chercheurs du CES constituaient d’ailleurs l’essentiel du public des séminaires de G. Gurvitch, de G. Friedmann ou de G. Le Bras à l’EPHE. Par la suite, ils prirent la relève en donnant des conférences, puis certains d’entre eux quittèrent le CES pour l’EPHE (Mazon, 1988 ; Revel, Wachtel, 1996).

4 Je voudrais remercier tous les anciens chercheurs et techniciens du CES qui ont accepté de raconter « leur vie de laboratoire » et de témoigner, notamment sur les événements de 68.

5 Parmi les plus connus : George Balandier, Paul-Henry Chombart de Lauwe, Joffre Dumazedier, Georges Friedmann, Madeleine Guilbert, Viviane Isambert-Jamati, Henri Lefebvre, Paul-Henri Maucorps, Edgar Morin, Robert Pagès…

6 Parmi les plus connus : Lucien Brams, André Davidovitch, Madeleine Guilbert, Henri Lefebvre, Paul-Henri Maucorps, Edgar Morin, Andrée Michel…

7 Notamment Joffre Dumazedier, Georges Friedmann, Henri Lefebvre, Pierre Naville… Sur les liens des chercheurs du CES avec la littérature, voir Vannier, 2001 et 2007.

8 Le CES a également la particularité d’avoir servi de décor à un roman de Françoise d’Eaubonne. Dans Le Temps d’apprendre à vivre (1960), elle évoque notamment, sur fond d’histoire d’amour, l’atmosphère parisienne des années 1950 dans les milieux communistes et intellectuels, à partir du CES et de la cellule « Paul Éluard ». Henri Lefebvre, dépeint sous les traits d’un pseudo-philosophe du nom d’Hervé Lefort, en est le personnage central.

9 La psychose est telle que Guy Rocher, alors étudiant à Paris et travaillant dans l’équipe de Paul-Henry Chombart de Lauwe, se souvient des mises en garde de son patron : « Chombart de Lauwe m’a appelé et m’a dit : “Guy, il faut que tu penses à partir. Quitte ce pays. On ne sait pas ce qui s’en vient. C’est la guerre civile. C’est très dangereux ce qui se passe en ce moment.” Chombart était en grande panique et il participait à cette panique du Centre d’Études Sociologiques. […] Il était affolé, il voulait absolument que je parte. Il m’a dit : “Sinon, pars pour la campagne, va-t’en quelque part, mais quitte Paris”. […] C’est vrai qu’il y avait un état de panique chez beaucoup de gens, pas seulement chez les sociologues. » (Entretien du 03.02.1998).

10 Trois chercheurs du CES – Henri Lefebvre, Marie Moscovici et Georges Auclair – figurent parmi les signataires de « l’appel des 121 », mais bien d’autres ont signé soit la liste complémentaire, soit d’autres pétitions contre la guerre en Algérie.

11 Depuis 1958, le CES est situé au 82 rue de Varenne et s’est étendu au 80 à partir de 1963.

12 Surréaliste, trotskiste, entré au CNRS en 1947 en psychologie, Pierre Naville bifurqua en sociologie en intégrant le CES en 1951 et devint sociologue du travail et de l’automation. Pour une présentation plus complète de son parcours, voir Vannier, 1996, mais aussi Blum (éd.), 2007.

13 Les chiffres officiels annoncent 422 arrestations et 345 policiers blessés pour cette seule journée du 6 mai (Caute, 1988, 198).

14 Archives Pierre Naville, Musée Social.

15 En principe, le directeur affectait à chaque chercheur, lors de sa nomination comme attaché de recherche, un collaborateur technique auquel pouvaient s’ajouter, lorsqu’une enquête de terrain était lancée, un ou plusieurs vacataires affectés temporairement pour la durée de l’enquête.

16 Archives Pierre Naville, Musée Social.

17 Archives Pierre Naville, Musée Social.

18 « J’ai oublié ça, on me l’a raconté après, c’est curieux, on occulte des choses comme ça, mais je suis monté prendre le drapeau français qui était sur tous les bâtiments publics, j’ai pris ma paire de ciseaux, puis je l’ai transplanté et j’ai mis sur la grille un drapeau rouge. » (Daniel Derivry, entretien du 02.06.1994)

19 Entretien du 12.10.1994.

20 Entretien du 24.04.1994.

21 Les vacataires de la recherche, mais aussi de l’enseignement supérieur, appelés les « hors-statuts », constituèrent dans les années 1970 un mouvement en vue de leur reconnaissance institutionnelle.

22 Entretien du 01.07.1994.

23 Entretien du 12.10.1994.

24 Entretien du 17.05.1994.

25 Entretien du 22.09.1994.

26 Entretien du 16.05.1994.

27 Entretien du 12.10.1994.

28 Archives Pierre Naville, Musée Social.

29 Entretien du 01.07.1994.

30 Entretien du 16.05.1994.

31 Compte rendu de l’AG du 28 mai 1968 (Archives Pierre Naville, Musée Social).

32 Vivianne Isambert-Jamati, entrée au CES dès 1946, était une des tout premiers chercheurs.

33 Le CES est fermé la nuit de 20 heures à 9 heures du matin selon l’article 1 du règlement du Comité de gestion du 5 juin 1968 (Archives Pierre Naville, Musée Social).

34 « Dans les circonstances actuelles, le CES reste ouvert le samedi toute la journée » indique l’article 2 du règlement (Archives Pierre Naville, Musée Social).

35 « Toute organisation, intérieure ou extérieure, souhaitant consulter des ouvrages pour le besoin de la lutte doit en formuler la demande au Comité de Gestion » (article 11) car « les locaux de la bibliothèque (rez-de-chaussée et 1er étage) restent fermés au public » (article 3).

36 Archives Pierre Naville, Musée Social.

37 Lettre de V. Isambert-Jamati, présidente du Comité de gestion, adressée au directeur administratif du CNRS (Archives Pierre Naville, Musée Social).

38 28 % ont voté contre, 2 % se sont abstenus et 3 % n’ont pas pris part au vote (Archives Pierre Naville, Musée Social).

39 Archives Pierre Naville, Musée Social.

40 Archives Pierre Naville, Musée Social.

41 Entretien du 10.05.1994.

42 Entretien du 02.05.1994.

43 Archives Pierre Naville, Musée Social.

44 En fait, Raymond Boudon avait été pressenti par la direction du CNRS pour assurer la direction du CES depuis mars 1968, bien avant les événements de Mai 68 (Entretien du 09.05.1994).

45 Rapport d’activités du CES de 1969.

46 Il est composé de V. Isambert-Jamati, J. Dumazedier et L. Tanguy représentant les chercheurs, et de F. Pottier, X. de France et D. Derivry représentant le personnel technique (Archives Pierre Naville).

47 Entretien du 24.04.1992.

48 Entretien du 02.06.1994.

49 Entretien du 01.07.1994.

50 Entre autres, Madeleine Guilbert à Tours, René Bassoul à Bordeaux…

51 À l’origine, ces locaux étaient prévus pour l’Institut d’Études Politiques mais celui-ci renonça à les occuper en raison des événements (Henri Mendras, entretien du 27.04.1994).

52 Dont H. Mendras, M. Jollivet, O. Benoît-Guilbot, P. Rolle, C. Piault (Mendras, 1995).

53 Une section d’audiovisuel fut mise en place en 1967 par d’anciennes techniciennes de Pierre Naville, comme Colette Newman-Sluys et Marie-Thérèse Duflos, mais le budget alloué par le CES était très faible (Archives Pierre Naville, Musée Social).

54 Nicole Löwit, Catherine Lévy, Christiane Barrier-Lynn.

55 Rapport d’activités du CNRS, 1967.

56 Entretien du 24.04.1992.

57 Rapport d’activité annuel du CES de 1982.

58 « J’ai quitté le CNRS pour l’enseignement supérieur parce qu’on est venu me chercher » (Viviane Isambert-Jamati, entretien du 12.10.1994)

59 Notamment Paul de Gaudemar qui quitta Toulouse, laissant Raymond Ledrut devenir la figure centrale et incontestable de la sociologie toulousaine.

60 Sur la sociologie à Vincennes, voir Soulié (dir.), 2012, 315-359.

61 Entretien du 17.05.1994.

62 Louis Maheu, sociologue québécois venu dans l’équipe d’Alain Touraine pour sa thèse, observa le milieu étudiant à Nanterre dès 1966 mais ne parvint pas à convaincre de l’émergence d’un mouvement social (Entretien du 29.01.1998).

63 Bien entendu, ces quatre sociologues ne sont pas les seuls à avoir proposé une explication des événements de Mai 68. Ainsi, Edgar Morin publia lui aussi de courts textes en mai et juin 1968 dans Le Monde : « La Commune étudiante » et « Une révolution sans visage », repris chez Fayard en 1988 (et republiés en 2008) dans Mai 68 : La Brèche. Cependant, il ne tenta pas de mettre son approche sociologique à l’épreuve de Mai 68. Par ailleurs, la présence systématique de ces quatre auteurs dans les manuels de sociologie publiés au cours des années 1970-1990 a justifié leur sélection ici.

64 Voir la contribution de Marc Joly dans ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Vannier, « Mai 68 et la sociologie »Revue d’histoire des sciences humaines, 26 | 2015, 45-62.

Référence électronique

Patricia Vannier, « Mai 68 et la sociologie »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/2065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.2065

Haut de page

Auteur

Patricia Vannier

Maître de conférences en sociologie
Université Toulouse II Jean-Jaurès, laboratoire interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST, UMR 5193)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search